Archive pour le Tag 'hypocrisie »'

Immigration et OCEAN VIKING: Une hypocrisie générale

Immigration et OCEAN VIKING: Une hypocrisie générale

La polémique engagée notamment entre la France et l’Italie concernant l’accueil des immigrés du bateau Ocean viking révèle une hypocrisie générale.

D’abord l’hypocrisie de l’Italie qui refuse d’appliquer la doctrine européenne et l’accueil d’un bateau pourtant de dans ses eaux territoriales. Pour autant, on comprend que l’Italie se fatigue d’être le principal réceptacle d’une immigration européenne. Et de ce point de vue, l’aide de l’Union européenne n’a pas été à la hauteur vis-à-vis de l’Italie. Mais le gouvernement d’extrême droite récemment au pouvoir a saisi l’occasion pour prouver une illusoire fermeté (La coalition de Georgia Meloni comprend notamment la Ligue de Matteo Salvini, parti principalement construit sur une rhétorique anti-migrants)

Pour des motifs politiques, la France a hésité plusieurs jours à accueillir ce bateau et fait semblant d’afficher une fermeté vis-à-vis de sa politique migratoire. Finalement pour des questions humanitaires compréhensibles le bateau a forcément du être accueilli dans un port français.

Pour réguler l’immigration sauvage il faudrait évidemment une collaboration avec les pays d’origine des immigrés. Mais ces pays refusent de gérer cette question y compris en s’opposant par exemple aux immigrés objets d’obligations de retour (OQTF). L’Europe comme la France ne veulent pas exercer de trop fortes pressions sur ces pays pour ne pas détériorer leurs relations diplomatiques et leurs intérêts économiques dans ces pays.

Plus fondamentalement, la question de l’immigration pose aussi le problème des conséquences des anciennes colonisations, des conflits dans certains pays et des déficits démographiques en Europe.

D’une manière ou d’une autre l’immigration va continuer y compris de manière illégale surtout pour des motifs démographiques aussi parce que nombre d’Européens et en France en particulier refusent d’effectuer certaines tâches ingrates que seules des personnes d’origine étrangère acceptent d’effectuer.

Immmigrès de l’OCEAN VIKING: Une hypocrisie générale

Immmigrès de l’OCEAN VIKING: Une hypocrisie générale

La polémique engagée notamment entre la France et l’Italie concernant l’accueil des immigrés du bateau Ocean viking révèle une hypocrisie générale. D’abord l’hypocrisie de l’Italie qui refuse d’appliquer la doctrine européenne et l’accueil d’un bateau pourtant de dans ses eaux territoriales. Pour autant, on comprend que l’Italie se fatigue d’être le principal réceptacle d’une immigration européenne. Et de ce point de vue l’aide de l’union européenne n’a pas été à la hauteur vis-à-vis de l’Italie. Mais le gouvernement d’extrême droite récemment au pouvoir a saisi l’occasion pour prouver une illusoire fermeté (La coalition de Georgia Meloni comprend notamment la Ligue de Matteo Salvini, parti principalement construit sur une rhétorique anti-migrants)

Pour des motifs politiques, la France a hésité plusieurs jours à accueillir ce bateau et fait semblant d’afficher une fermeté vis-à-vis de sa politique migratoire. Finalement pour des questions humanitaires compréhensibles le bateau a forcément du être accueilli dans un port français.

Pour réguler l’immigration sauvage il faudrait évidemment une collaboration avec les pays d’origine des immigrés. Mais ces pays refusent de gérer cette question y compris en s’opposant par exemple aux immigrés objets d’obligations de retour (OQTF). L’Europe comme la France ne veulent pas exercer de trop fortes pressions sur ces pays pour ne pas détériorer leurs relations diplomatiques et leurs intérêts économiques dans ces pays.

Plus fondamentalement, la question de l’immigration pose aussi le problème des conséquences des anciennes colonisations, des conflits dans certains pays et des déficits démographiques en Europe.

D’une manière ou d’une autre l’immigration va continuer y compris de manière illégale surtout pour des motifs démographiques aussi parce que nombre d’Européens et en France en particulier refusent d’effectuer certaines tâches ingrates que seules des personnes d’origine étrangère acceptent d’effectuer.

Politique d’immigration et OCEAN VIKING:Une hypocrisie générale

Politique d’immigration et OCEAN VIKING:Une hypocrisie générale

La polémique engagée notamment entre la France et l’Italie concernant l’accueil des immigrés du bateau Ocean viking révèle une hypocrisie générale. D’abord l’hypocrisie de l’Italie qui refuse d’appliquer la doctrine européenne et l’accueil d’un bateau pourtant dans ses eaux territoriales. Pour autant, on comprend que l’Italie se fatigue d’être le principal réceptacle d’une immigration européenne. Et de ce point de vue l’aide de l’union européenne n’a pas été à la hauteur vis-à-vis de l’Italie. Mais le gouvernement d’extrême droite récemment au pouvoir a saisi l’occasion pour prouver une illusoire fermeté (La coalition de Georgia Meloni comprend notamment la Ligue de Matteo Salvini, parti principalement construit sur une rhétorique anti-migrants)

Pour des motifs politiques, la France a hésité plusieurs jours à accueillir ce bateau et fait semblant d’afficher une fermeté vis-à-vis de sa politique migratoire. Finalement pour des questions humanitaires compréhensibles le bateau a forcément du être accueilli dans un port français.

Pour réguler l’immigration sauvage il faudrait évidemment une collaboration avec les pays d’origine des immigrés. Mais ces pays refusent de gérer cette question y compris en s’opposant par exemple aux immigrés objets d’obligations de retour (OQTF). L’Europe comme la France ne veulent pas exercer de trop fortes pressions sur ces pays pour ne pas détériorer leurs relations diplomatiques et leurs intérêts économiques dans ces pays.

Plus fondamentalement, la question de l’immigration pose aussi le problème des conséquences des anciennes colonisations, des conflits dans certains pays et des déficits démographiques en Europe.

Il y a surtout le sous-développement dramatique de certains pays notamment en Afrique. Un sous-développement parfois entretenu à la fois par les pays développés et par la corruption généralisée.

D’une manière ou d’une autre l’immigration va continuer y compris de manière illégale surtout pour des motifs démographiques aussi parce que nombre d’Européens et en France en particulier refusent d’effectuer certaines tâches ingrates que seules des personnes d’origine étrangère acceptent d’effectuer.

mmigration-Accueil de l’OCEAN VIKING:Une hypocrisie générale

Immigration-Accueil de l’OCEAN VIKING:Une hypocrisie générale

La polémique engagée notamment entre la France et l’Italie concernant l’accueil des immigrés du bateau Ocean viking révèle une hypocrisie générale. D’abord l’hypocrisie de l’Italie qui refuse d’appliquer la doctrine européenne et l’accueil d’un bateau pourtant de dans ses eaux territoriales. Pour autant, on comprend que l’Italie se fatigue d’être le principal réceptacle d’une immigration européenne. Et de ce point de vue l’aide de l’union européenne n’a pas été à la hauteur vis-à-vis de l’Italie. Mais le gouvernement d’extrême droite récemment au pouvoir a saisi l’occasion pour prouver une illusoire fermeté (La coalition de Georgia Meloni comprend notamment la Ligue de Matteo Salvini, parti principalement construit sur une rhétorique anti-migrants)

Pour des motifs politiques, la France a hésité plusieurs jours à accueillir ce bateau et fait semblant d’afficher une fermeté vis-à-vis de sa politique migratoire. Finalement pour des questions humanitaires compréhensibles le bateau a forcément du être accueilli dans un port français.

Pour réguler l’immigration sauvage il faudrait évidemment une collaboration avec les pays d’origine des immigrés. Mais ces pays refusent de gérer cette question y compris en s’opposant par exemple aux immigrés objets d’obligations de retour (OQTF). L’Europe comme la France ne veulent pas exercer de trop fortes pressions sur ces pays pour ne pas détériorer leurs relations diplomatiques et leurs intérêts économiques dans ces pays.

Plus fondamentalement, la question de l’immigration pose aussi le problème des conséquences des anciennes colonisations, des conflits dans certains pays et des déficits démographiques en Europe.

D’une manière ou d’une autre l’immigration va continuer y compris de manière illégale surtout pour des motifs démographiques aussi parce que nombre d’Européens et en France en particulier refusent d’effectuer certaines tâches ingrates que seules des personnes d’origine étrangère acceptent d’effectuer.

L

Inflation :Mensonge et hypocrisie des banques centrales

Inflation :Mensonge et hypocrisie des banques centrales

Politique monétaire et inflation : la fausse lutte des banquiers centraux !

Les banquiers centraux multiplient les effets de manche afin de justifier la lutte contre l’inflation. Sauf que les taux d’intérêt proposés ne collent pas au danger annoncé. Par Karl Eychenne, stratégiste et économiste.

En clair, les banquiers centraux communiquent beaucoup sur les perspectives de relèvement des taux d’intérêt pour réguler l’inflation mais en vérité utilisent  cette inflation pour amortir les dettes et les énormes générosités monétaires pendant la crise sanitaire. Ils ne souhaitent pas non plus casser la fragile croissance avec un arrêt brutal de la politique monétaire accommodante . Finalement la manière classique qui consiste à utiliser l’inflation pour amortir les excès de la planche à billets.Ou le transfert de l’amortissement de l’endettement sur le consommateur. Un consommateur qui va subir avec l’inflation une dévaluation de fait de son pouvoir d’achat de l’ordre de 5 % en 2022 en moyenne. NDLR 

« L’inflation risque de tout raser sur son passage, il faut agir vite et fort. »

Voilà un condensé de ce qui a pu être dit par les membres des banques centrales américaine (Fed) et européenne (BCE) au cours des dernières semaines. Agir vite et fort, mais pas trop vite quand même, précise Christine Lagarde dans son dernier discours. Globalement, on a quand même bien compris le message. Les banquiers centraux ourdissent des politiques monétaires plus restrictives.

Pourtant, quelque chose ne colle pas. Il y a un décalage étonnant entre les mots et les taux. Les mots employés pour parler du danger inflationniste ne se retrouvent pas dans les taux qui sont proposés pour juguler ce risque. En vérité, on est bien loin d’une politique monétaire qui deviendrait restrictive. Il conviendrait plutôt de parler de politique monétaire moins accommodante.

Le cas américain en est la plus parfaite illustration. Aujourd’hui, le taux d’intérêt directeur de la Fed s’établit dans une fourchette allant de 0,25 à 0,5%, alors que l’inflation est en orbite à 8,5%. Le coût de l’argent (taux) est donc bien inférieur au coût de la vie (inflation). On pourrait anticiper alors que la volonté de la Fed de lutter contre l’inflation se traduise par une remontée des taux significative. Oui, la hausse sera significative, de 0,5 à près de 2% fin 2022 si l’on en croit les anticipations. Mais ce coût de l’argent restera bien inférieur au coût de la vie qui devrait décélérer de 8,5% à près de 5%. Même à son acmé en 2023, le coût de l’argent ne parviendrait qu’à revenir au même niveau que l’inflation : 3%. Pas vraiment l’impression d’une politique qui se donne les moyens de lutter contre l’inflation galopante.

En vérité, la lecture devient plus troublante encore si l’on adopte une approche plus fine. En effet, les initiés ont pour habitude de consulter un éventail de règles de politiques monétaires proposées par la recherche académique. Ces règles leur permettent de calibrer un niveau adéquat de taux d’intérêt directeur en fonction des fondamentaux économiques, un niveau qu’ils confrontent alors au taux d’intérêt directeur en vigueur. Si le taux requis par la règle est supérieur au taux en vigueur, on dira alors que la politique monétaire est trop accommodante : la Fed devrait donc remonter ses taux. On peut même se projeter en comparant le taux prévu au taux requis en fonction de différents scénario économiques.

Le constat est sans appel. Sur 21 cas retenus (7 règles et 3 scénarios), 19 justifieraient un taux d’intérêt directeur supérieur aux niveaux actuels de 0,5% aujourd’hui même. A horizon 1 an, 17 cas sur 18 justifieraient un taux directeur supérieur au 2% qui sont prévus. Enfin à horizon 2 ans, 13 cas sur 14 justifieraient un taux directeur supérieur à 3%. Clairement, la politique monétaire n’est pas, ne deviendrait pas restrictive, si les taux prévus par les membres de la Fed ou les marchés sont ceux qui seront appliqués. La Fed restera très accommodante, certes un peu moins.

La BCE n’est pas en reste. Certes son niveau d’inflation est un peu en dessous de celui des Etats-Unis à 7,4%. Mais la BCE ne prévoit pas de remonter ses taux aussi fort et aussi vite que la Fed. Seule une hausse des taux de 0 à 0,25% serait envisagée par la majorité des membres d’ici la fin de l’année. On est bien loin des 2% de la Fed. On peut alors procéder au même type d’analyse que pour la Fed ci-dessus. Le résultat sera du même acabit : la BCE ne pratiquera pas de politique monétaire restrictive ni en 2022 ni en 2023, mais une politique légèrement moins accommodante.

Mais alors pourquoi une telle agressivité verbale des banquiers centraux, pour une politique monétaire tout juste moins accommodante ? La première explication qui vient à l’esprit, c’est qu’ils ne croient pas à ce qu’ils disent. Le risque inflationniste est survendu. Personne ne croit vraiment que cette inflation galopante, dopée par les confinements à répétition et le conflit Ukrainien, ne tisonne un jour les salaires. Personne ne croit vraiment aux effets de second tour sur l’ensemble des prix des biens et services. D’ailleurs, même les marchés obligataires n’y croient pas. Franchement, avec des taux d’intérêt à 10 ans à près de 3% aux Etats-Unis et 1% en Allemagne, alors que l’inflation est à 8,5 et 7,4%, peut – on parler de Krach obligataire ? La hausse des taux depuis le début de l’année est impressionnante, vive et rapide, sans nul doute. Mais on est plus proche de l’allegretto que de l’allegro. Certes, l’histoire n’est pas terminée.

Plus vraisemblablement, les banquiers centraux ne reconnaissent toujours pas le risque inflationniste. En leur for intérieur, ils restent convaincus que l’inflation va retomber comme un soufflet, et qu’il faut éviter à tout prix de pratiquer une politique monétaire restrictive. L’activité économique n’y résisterait pas, et les marchés n’y survivraient pas. Depuis 15 ans les crises successives (Subprime, dette souveraine, Covid) ont rendu la performance économique et financière bien trop dépendante d’une politique monétaire qui devint ultra – accommodante sans jamais motiver de tensions indésirables sur les prix. Un constat que l’on peut faire dans toutes les économies dites développées.

Convaincus que cette période fut marquée par le sceau de l’excellence en matière de politique monétaire, les banquier centraux se refusent de croire qu’elle peut se terminer aussi bêtement. Ils tentent alors de donner le change avec des mots plutôt qu’avec des taux. Ils exagèrent le verbe plutôt que le geste. En art aussi on connût ce genre de pratique au XVIe siècle: on appela cela le maniérisme. L’expression d’un courant qui cherchait sa voix après que les artistes phares de l’époque (XVIe siècle) eurent tutoyé la perfection. Plutôt que de se risquer à quitter l’ivresse du génie, on préféra seulement s’en éloigner un peu, en exagérant les traits, les figures, les motifs. Bref, de l’exubérance plutôt que de l’errance diagnostique.

Achats de dettes par la BCE: « hypocrisie nécessaire ? »

Achats de dettes par la BCE:  « hypocrisie nécessaire ? »

 

La Banque centrale européenne a acheté près des trois-quarts des dettes émises par les gouvernements pendant la pandémie, observe Eric Albert, correspondant au « Monde » à Londres. Mais officiellement, il ne s’agit pas de financement monétaire.

 

L’auteur convient quand même que l’hypothèse d’une crise financière n’est pas à exclure avec la remontée de l’inflation qui se produira un jour ou l’autre. Un sujet qu’on pousse actuellement sous le tapis avec la poussière ! (NDLR)

 

Chronique.

 

La Banque centrale européenne (BCE) a été, une fois de plus, la clé de voûte de l’économie depuis le début de la pandémie. En annonçant un programme d’achat de dettes à hauteur de presque 1 500 milliards d’euros, l’institution de Francfort a agi de façon déterminée et nécessaire. A sa prochaine réunion le 10 décembre, elle devrait encore élargir cette enveloppe, sans doute de 500 milliards d’euros supplémentaires.

Cette intervention a calmé la tempête sur les marchés financiers au printemps, puis a permis aux Etats de s’endetter à bas coût. Aujourd’hui, et c’est sidérant quand on pense aux sommes gigantesques émises par les gouvernements, la France se finance à un taux d’intérêt à dix ans de − 0,3 %, l’Allemagne à − 0,6 %, l’Espagne et le Portugal sont juste au-dessus de 0 %, et l’Italie à 0,6 %.

Soyons clair, c’est une excellente chose. Sinon, jamais il n’aurait été possible de financer le chômage partiel et les nombreuses mesures d’urgence. Un chiffre résume le rôle essentiel de la BCE : elle a acheté près des trois quarts des dettes émises par les Etats de la zone euro depuis le début de la crise. C’est la définition même de l’expression « faire tourner la planche à billets ». Les pays européens – c’est vrai aussi au Japon, au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis – sont financés par leur banque centrale. Les économistes appellent ça du « financement monétaire ».

Mais, attention, jamais la BCE ne reconnaîtra s’adonner à un tel exercice, car le financement monétaire est interdit par les traités européens. L’article 123 du traité de Lisbonne est explicite : « L’acquisition directe (…) par la Banque centrale européenne (…) des instruments de [la] dette [des Etats] est également interdite. »

Pour faire semblant de suivre les règles, la BCE utilise deux stratagèmes. D’abord, elle n’achète pas les obligations directement auprès des Etats, mais uniquement sur le marché secondaire, auprès des investisseurs privés. Dans un jugement très important, la Cour de justice de l’Union européenne avait estimé en 2018 que cette action était légale.

Par ailleurs, pour expliquer son intervention, la BCE se retranche derrière son mandat officiel, qui est de conserver l’inflation juste en dessous de 2 %. Celle-ci est aujourd’hui négative. Christine Lagarde explique donc que les achats de dette sont destinés à faire remonter l’inflation.

Tout cela relève d’une jolie hypocrisie, nécessaire pour pouvoir agir. Celle-ci peut, dans les conditions actuelles, continuer longtemps. Mais si l’inflation revenait ? « On serait mal », résume Eric Dor, directeur des études économiques à l’école de commerce Ieseg. Il serait difficile pour la BCE de continuer à acheter des dettes par milliards.

style=’box-sizing: inherit;font-size:1.6rem’ v:shapes= »_x0000_i1025″>

Veolia Suez: l’hypocrisie du gouvernement

Veolia Suez: l’hypocrisie du gouvernement

Dans cette affaire de regroupement possible entre Veolia et Suez,  le gouvernement a montré à la fois son incompétence mais aussi son hypocrisie. Dans un premier temps,  le Premier ministre par exemple à considéré comme pertinente la perspective de construction d’un grand groupe international oubliant sans doute que déjà les deux entreprises étaient respectivement premières et deuxième au plan mondial.

Le Premier ministre a aussi négligé l’impact sur l’emploi car inévitablement des doublons vont amener à la suppression de nombreux superstructures de Suez et à une vague de suppressions d’emplois d’ampleur qu’on peut chiffrer de 3000 à 5000 en France. Dernier problème et pas des moindres, celui de la vente des activités de l’eau à un fonds d’investissement qui pourrait même être étranger pour satisfaire aux exigences de concurrence fixée par Bruxelles.

Ce n’est que récemment que le Premier ministre s’est approprié cette problématique et qu’il a en fait changer sa position comme le ministre de l’économie d’ailleurs. Le problème, c’est que le gouvernement s’est montré complètement incapable de neutraliser Engie dont il est l’actionnaire principal, et de loin.

Engie a pu ainsi vendre ses parts de Suez en négligeant totalement l’avis  du gouvernement. La vérité, c’est qu’il y a sans doute un double langage de la part du ministre de l’économie. Officiellement,  il réclame de prendre du temps, d’ouvrir des négociations mais il laisse faire Veolia dans son opération brutale de prise en main de Suez.

Il n’y avait pas urgence en effet à décider aujourd’hui de la vente des actions que possédait Engie dans Suez. La seule urgence d’Engie consistait  à masquer ses insuffisances de gestion et sa stratégie approximative grâce à l’apport de cash de 2 milliards récupérés par la vente des actions Suez. Les administrateurs de l’État d’énergie feraient mieux de concentrer leurs efforts sur la clarification de la stratégie de leur entreprise et d’imposer une plus grande rigueur de gestion. L’État avait les moyens de s’opposer à ce transfert précipité des actions d’Engie dans Suez.

Engie- Au 31 mars 2020 répartition
Capital social (et droits de vote) :
État français :
23,64 % (34,47 %)
Actionnariat salarié :
3,27 % (3,43 %)
BlackRock :
4,49 % (3,48 %)
CDC et CNP Assurances :
4,59 % (3,91 %)
Auto-détention :
0,76 % (0,59 %)
Public (y compris investisseurs institutionnels, actionnaires individuels et autres, y compris BlackRock) :
67,74 % (57,60 %)

 

Fermeture de Bridgestone : hypocrisie et incompétence générales

Fermeture de Bridgestone : hypocrisie et incompétence générales

 

Il est évidemment de bon ton de taper très fort sur Bridgestone dont effectivement la fermeture d’usine constitue un véritable drame pour les travailleurs intéressés mais aussi pour l’économie française. Curieusement, toutes les voix s’unissent celle de gauche, celle de droite celle des syndicats et celle du gouvernement pour cogner sur la société japonaise. Pourquoi pas !  Les Japonais eux-mêmes n’ont pas pris de gants quand il s’agissait de cogner sur la France et  Renault impliqués dans la gestion de Nissan. À tel point que l’affaire a pris les dimensions économiques bien sûr mais aussi juridiques et politiques. On peut cependant être étonné de la surprise de la plupart des responsables qui savent très bien que le processus de désertification industrielle est largement entamé en France depuis qu’on a décidé de délocaliser dans les pays à bas coût de main-d’œuvre. À cela s’ajoute évidemment les conditions de la compétitivité française plombée par la fiscalité et les procédures. S’ajoutent aussi le sujet tabou de la productivité et des 35 heures qui ont fini de tuer les performances de nombre d’entreprises. Évidemment, il est plus facile de taper sur une entreprise étrangère que sur une entreprise française comme Michelin qui vient tout juste de faire la même chose à la Roche-sur-Yon.  L’industrie du pneu souffre du même malaise que l’ensemble de l’industrie: insuffisance de compétitivité et de qualité sauf dans que les rares secteurs comme l’aéronautique.  Une industrie délaissée par des ingénieurs eux-mêmes qui préfèrent se recaser dans le monde de la finance. Une industrie méprisée par les technocrates et les prophètes de salon qui rêvent d’une économie composée uniquement de start-ups du numérique et de mondialisation sans contrainte. Sans parler de la responsabilité de certains syndicats gauchistes qui ont tout fait pour rendre impossible le dialogue social et pour neutraliser les velléités d’adaptation conjoncturelle mais aussi structurelle. Bref l’incompétence et l’hypocrisie est générale. Dans quelques mois on passera un autre sujet et on aura oublié ce nouvel exemple de désindustrialisation du pays. En cause le manque de vision stratégique, la sous culture économique qui gangrène le pays, l’absence de dialogue dans les entreprises, le poids des prélèvements obligatoires, la bureaucratie , le double langage permanent des responsables politiques etc.

 

Il est évidemment de bon ton de taper très fort sur Bridgestone dont effectivement la fermeture d’usine constitue un véritable drame pour les travailleurs intéressés mais aussi pour l’économie française. Curieusement, toutes les voix s’unissent celle de gauche, celle de droite celle des syndicats et celle du gouvernement pour cogner sur la société japonaise. Pourquoi pas !  Les Japonais eux-mêmes n’ont pas pris de gants quand il s’agissait de cogner sur la France et  Renault impliqués dans la gestion de Nissan. À tel point que l’affaire a pris les dimensions économiques bien sûr mais aussi juridiques et politiques. On peut cependant être étonné de la surprise de la plupart des responsables qui savent très bien que le processus de désertification industrielle est largement entamé en France depuis qu’on a décidé de délocaliser dans les pays à bas coût de main-d’œuvre. À cela s’ajoute évidemment les conditions de la compétitivité française plombée par la fiscalité et les procédures. S’ajoutent aussi le sujet tabou de la productivité et des 35 heures qui ont fini de tuer les performances de nombre d’entreprises. Évidemment, il est plus facile de taper sur une entreprise étrangère que sur une entreprise française comme Michelin qui vient tout juste de faire la même chose à la Roche-sur-Yon.  L’industrie du pneu souffre du même malaise que l’ensemble de l’industrie: insuffisance de compétitivité et de qualité sauf dans de rares secteurs comme l’aéronautique.  Une industrie délaissée par des ingénieurs eux-mêmes qui préfèrent se recaser dans le monde de la finance. Une industrie méprisée par les technocrates et les prophètes de salon qui rêvent d’une économie composée uniquement de start-ups du numérique et de mondialisation sans contrainte. Sans parler de la responsabilité de certains syndicats gauchistes qui ont tout fait pour rendre impossible le dialogue social et pour neutraliser les velléités d’adaptation conjoncturelle mais aussi structurelle. Bref l’incompétence et l’hypocrisie est générale. Dans quelques mois on passera un autre sujet et on aura oublié ce nouvel exemple de désindustrialisation du pays. En cause le manque de vision stratégique, la sous culture économique qui gangrène le pays, l’absence de dialogue dans les entreprises, le poids des prélèvements obligatoires, la bureaucratie , le double langage permanent des responsables politiques etc.

Bridgestone : hypocrisie et incompétence générales

Bridgestone : hypocrisie et incompétence générales

 

Il est évidemment de bon ton de taper très fort sur Bridgestone dont effectivement la fermeture d’usine constitue un véritable drame pour les travailleurs intéressés mais aussi pour l’économie française. Curieusement, toutes les voix s’unissent celle de gauche, celle de droite celle des syndicats et celle du gouvernement pour cogner sur la société japonaise. Pourquoi pas !  Les Japonais eux-mêmes n’ont pas pris de gants quand il s’agissait de cogner sur la France et  Renault impliqués dans la gestion de Nissan. À tel point que l’affaire a pris les dimensions économiques bien sûr mais aussi juridiques et politiques. On peut cependant être étonné de la surprise de la plupart des responsables qui savent très bien que le processus de désertification industrielle est largement entamé en France depuis qu’on a décidé de délocaliser dans les pays à bas coût de main-d’œuvre. À cela s’ajoute évidemment les conditions de la compétitivité française plombée par la fiscalité et les procédures. S’ajoutent aussi le sujet tabou de la productivité et des 35 heures qui ont fini de tuer les performances de nombre d’entreprises. Évidemment, il est plus facile de taper sur une entreprise étrangère que sur une entreprise française comme Michelin qui vient tout juste de faire la même chose à la Roche-sur-Yon.  L’industrie du pneu souffre du même malaise que l’ensemble de l’industrie: insuffisance de compétitivité et de qualité sauf dans que les rares secteurs comme l’aéronautique.  Une industrie délaissée par des ingénieurs eux-mêmes qui préfèrent se recaser dans le monde de la finance. Une industrie méprisée par les technocrates et les prophètes de salon qui rêvent d’une économie composée uniquement de start-ups du numérique et de mondialisation sans contrainte. Sans parler de la responsabilité de certains syndicats gauchistes qui ont tout fait pour rendre impossible le dialogue social et pour neutraliser les velléités d’adaptation conjoncturelle mais aussi structurelle. Bref l’incompétence et l’hypocrisie est générale. Dans quelques mois on passera un autre sujet et on aura oublié ce nouvel exemple de désindustrialisation du pays. En cause le manque de vision stratégique, la sous culture économique qui gangrène le pays, l’absence de dialogue dans les entreprises, le poids des prélèvements obligatoires, la bureaucratie , le double langage permanent des responsables politiques etc.

Bridgestone : hypocrisie et incompétence générales

Bridgestone : hypocrisie et incompétence générales

 

Il est évidemment de bon ton de taper très fort sur Bridgestone dont effectivement la fermeture d’usine constitue un véritable drame pour les travailleurs intéressés mais aussi pour l’économie française. Curieusement, toutes les voix s’unissent celle de gauche, celle de droite celle des syndicats et celle du gouvernement pour cogner sur la société japonaise. Pourquoi pas !  Les Japonais eux-mêmes n’ont pas pris de gants quand il s’agissait de cogner sur la France et  Renault impliqués dans la gestion de Nissan. À tel point que l’affaire a pris les dimensions économiques bien sûr mais aussi juridiques et politiques. On peut cependant être étonné de la surprise de la plupart des responsables qui savent très bien que le processus de désertification industrielle est largement entamé en France depuis qu’on a décidé de délocaliser dans les pays à bas coût de main-d’œuvre. À cela s’ajoute évidemment les conditions de la compétitivité française plombée par la fiscalité et les procédures. S’ajoutent aussi le sujet tabou de la productivité et des 35 heures qui ont fini de tuer les performances de nombre d’entreprises. Évidemment, il est plus facile de taper sur une entreprise étrangère que sur une entreprise française comme Michelin qui vient tout juste de faire la même chose à la Roche-sur-Yon.  L’industrie du pneu souffre du même malaise que l’ensemble de l’industrie: insuffisance de compétitivité et de qualité sauf dans que les rares secteurs comme l’aéronautique.  Une industrie délaissée par des ingénieurs eux-mêmes qui préfèrent se recaser dans le monde de la finance. Une industrie méprisée par les technocrates et les prophètes de salon qui rêvent d’une économie composée uniquement de start-ups du numérique et de mondialisation sans contrainte. Sans parler de la responsabilité de certains syndicats gauchistes qui ont tout fait pour rendre impossible le dialogue social et pour neutraliser les velléités d’adaptation conjoncturelle mais aussi structurelle. Bref l’incompétence et l’hypocrisie est générale. Dans quelques mois on passera un autre sujet et on aura oublié ce nouvel exemple de désindustrialisation du pays. En cause le manque de vision stratégique, la sous culture économique qui gangrène le pays, l’absence de dialogue dans les entreprises, le poids des prélèvements obligatoires, la bureaucratie , le double langage permanent des responsables politiques etc.

 

Pesticides: la grande hypocrisie

Pesticides: la grande hypocrisie

 

Une double hypocrisie du gouvernement celle qui consiste à définir une zone tampon de 5 à 10 m entre les habitations et les champs traités  par des pesticides. L’autre qui consiste à lancer une consultation nationale qui ne débouchera sur rien. Les écologistes soutiennent que selon les cas la distance doit être comprise entre 50 m et 150 m.  Cela dépend évidemment de la nature des pesticides, des volumes utilisés et les conditions d’utilisation. Les pesticides couvrent une large palette de produits notamment les herbicides, les fongicides ou encore les insecticides. Certains sont peu dangereux d’autres peuvent être cancérigènes en fonction des volumes et des fréquences.  De ce point de vue, certaines productions subissent moins de traitement que d’autres. Par exemple, les blés sont davantage traités que les maïs. La vigne et les pommiers sont les cultures les plus traitées. La distance de 5 à 10 m est évidemment ridicule et ne correspond pas à grand-chose. Pourtant la nouvelle ministre de l’écologie affirme qu’elle respecte les avis des scientifiques. Le problème c’est qu’il existe très peu d’études indépendantes sur le sujet et il faut des études épidémiologiques très longues pour évaluer les risques sur l’humain. Il faut évidemment se protéger de la contamination du produit épandu par fort vent  aussi se protéger de la contamination par évaporation sans parler des infiltrations. Yannick Jadot ne mâche pas ses mots. «C’est une proposition totalement dingue», a lâché le député européen d’EELV lundi au micro d’Europe 1.

 

Son collègue d’EELV, David Cormand, secrétaire national du parti, a lui regretté sur RFI la «contradiction du gouvernement». «L’État reconnaît la dangerosité des produits. S’ils sont dangereux, il faut aller vers leur interdiction et en attendant, il faut réellement protéger les habitations de ces produits», a-t-il demandé. «On voit bien que cinq à dix mètres, c’est une question de bon sens, ça ne protège rien du tout».

Les deux écologistes ont par ailleurs soutenu la quarantaine de maires qui ont pris partout en France des arrêtés pour encadrer, sinon interdire, les pesticides dans leur commune. «Ce n’est pas de la désobéissance civile, c’est l’application de la loi. La directive européenne impose de protéger les habitations», a souligné Yannick Jadot. David Cormand a lui déploré les poursuites contre ces élus. «C’est un paradoxe. L’État dit “Il y a un danger” et en même temps, les préfets qui agissent au nom de l’État poursuivent les maires qui veulent protéger leur population face à ce danger».

 

Fin août, Emmanuel Macron avait pourtant affirmé «soutenir les intentions» du maire de Langouët (Ille-et-Vilaine) qui avait interdit l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à moins de 150 mètres des habitations. «Monsieur le maire, il a raison sur ses motivations», avait souligné le chef de l’État, avant de rappeler: «Mais je ne peux pas être d’accord quand on ne respecte pas la loi».

La France, Macron et l’Afrique : la grande hypocrisie

La France, Macron   et l’Afrique : la grande hypocrisie

 

 Macron a rendu hommage aux héros africains de 1944 en Provence. C’était évidemment nécessaire mais bien insuffisant voir même assez hypocrite. On le sait, les Africains et les indigènes en général ont payé un lourd tribut aux guerres de 39 45 et surtout de 14-18. . Pire, la plupart de ceux qui ont été incorporés dans la Grande guerre de 14 18 l’ont été de force.  Malheureusement ces soldats n’ont pas ensuite été récompensés puisqu’ils ont même été privés de leurs droits en matière de primes et de pension. La France a d’ailleurs été condamnée par les instances juridiques internationales pour cette discrimination. Ce n’est qu’à partir de 2007 que la situation a été régularisée. Autant dire que la plupart des Africains bénéficiaires étaient déjà morts.  La seconde critique qu’on peut adresser à la France, c’est qu’elle s’est montrée bien incapable de contribuer au développement de l’Afrique en installant une situation de post colonisation avec la France Afrique en soutenant le plus souvent des chefs d’État corrompus et en favorisant seulement les investissements de multinationales françaises. Par contre,  les politiques de développement bureaucratique ont rarement atteint le terrain. Souvent les fonds se sont perdus dans les sables des grandes superstructures de coopération et dans les poches des dirigeants africains sans parler des retours financiers pour assurer les campagnes électorales des présidents français. Bref,  la politique française a été tellement inefficace que la place a été prise en Afrique par d’autres pays notamment par la Chine qui de façon encore plus scandaleuse que la France pille  les ressources du continent. Certes les Africains eux-mêmes ont leur responsabilité dans le sous-développement du fait de l’instabilité politique, parfois des conflits aussi malheureusement de la concussion érigée en pratique générale. Pourtant la France avec notamment le soutien de l’Europe aurait pu décider depuis longtemps un véritable plan Marshall pour développer l’Afrique ; et en même temps, pour éviter la contamination par le radicalisme islamique et pour réguler l’immigration.  Une nouvelle fois Macron   s’est contenté de mots vis-à-vis des africains “Nous n’oublierons jamais rien ni personne”, a-t-il dit en lançant un plaidoyer pour la cohabitation entre les Français et ceux sans lesquels la France n’aurait pas retrouvé sa place dans le monde après l’épisode de la collaboration avec les nazis.

 

Macron, la France et l’Afrique : la grande hypocrisie

Macron, la France  et l’Afrique : la grande hypocrisie

 

 Macron a rendu hommage aux héros africains de 1944 en Provence. C’était évidemment nécessaire mais bien insuffisant voir même assez hypocrite. On le sait, les Africains et les indigènes en général ont payé un lourd tribut aux guerres de 39 45 et surtout de 14-18. . Pire, la plupart de ceux qui ont été incorporés dans la Grande guerre de 14 18 l’ont été de force malheureusement ces soldats n’ont pas ensuite été récompensés puisqu’ils ont même été privés de leurs droits en matière de primes et de pension. La France a d’ailleurs été condamnée par les instances juridiques internationales pour cette discrimination. Ce n’est qu’à partir de 2007 que la situation a été régularisée. Autant dire que la plupart des Africains bénéficiaires était déjà morts.  la seconde critique qu’on peut adresser à la France, c’est qu’elle s’est montrée bien incapable de contribuer au développement de l’Afrique en installant une situation de post colonisation avec la France Afrique en soutenant le plus souvent des chefs d’État corrompus et en favorisant seulement les investissements de multinationales françaises. Par contre,  les politiques de développement bureaucratique ont rarement atteint le terrain. Souvent les fonds se sont perdus dans les sables des grandes superstructures de coopération et dans les poches des dirigeants africains sans parler des retours financiers pour assurer les campagnes électorales des présidents français. Bref,  la politique française a été tellement inefficace que la place a été prise en Afrique par d’autres pays notamment par la Chine qui de façon encore plus scandaleuse que la France pille  les ressources du continent. Certes les Africains eux-mêmes ont leur responsabilité dans le sous-développement du fait de l’instabilité politique, parfois des conflits aussi malheureusement de la concussion érigée en pratique générale. Pourtant la France avec notamment le soutien de l’Europe aurait pu décider depuis longtemps un véritable plan Marshall pour développer l’Afrique en même temps pour éviter la contamination par le radicalisme islamique et pour réguler l’immigration. r une nouvelle fois s’est contenté de mots vis-à-vis des africains “Nous n’oublierons jamais rien ni personne”, a-t-il dit en lançant un plaidoyer pour la cohabitation entre les Français et ceux sans lesquels la France n’aurait pas retrouvé sa place dans le monde après l’épisode de la collaboration avec les nazis.

Vente d’armes : l’hypocrisie allemande

 

Vente d’armes : l’hypocrisie allemande

 

 

C’est surtout la fragilité du gouvernement allemand et en particulier celle de  Merkel qui a conduit ce pays à geler les exportations d’armes vers certains pays à risque. Une conséquence de l’alliance de  Merkel avec les sociaux-démocrates qui lui assurent une fragile majorité. Dans la réalité,  l’industrie des armes a beaucoup progressé depuis plusieurs années et concurrence par exemple sérieusement l’industrie française. Mais c’est l’affaire du  meurtre du journaliste Jamal Khashoggi qui a justifié l’embargo partiel de l’Allemagne vers l’Arabie Saoudite. Mais cette position de nature assez politicienne vient bousculer le processus de production d’Airbus pour. Son avion de transport militaire C295 assemblé en Espagne afin d’en enlever les composants allemands, ont dit des sources du groupe à Reuters. Airbus a donc décidé de revoir la conception de son avion de transport militaire C295 assemblé en Espagne afin d’en enlever les composants allemands. /Les accords existants permettent à l’Allemagne de bloquer les exportations d’armes contenant des pièces allemandes. “Nous sommes en train d’exclure (les composants allemands) de l’avion”, a dit une source informée de ces projets.Les exportations d’armes allemandes ont diminué pour passer de 6,2 milliards d’euros à 4,62 milliards d’euros, en 2018.   Un recul à mettre au compte des restrictions de l’Allemagne pour l’exportation d’armes vers des pays à risque comme l’Arabie Saoudite.  Mais des  groupes allemands, notamment Rheinmetall, contournent l’interdiction du gouvernement allemand. Ainsi, l’usine de munitions d’Al-Kharj en Arabie Saoudite, construite par Rheinmetall via sa filiale sud-africaine, Rheinmetall Denel Munition (RDM), continue de produire des munitions. Inaugurée en mars 2016 par le président sud-africain Jacob Zuma et le prince héritier saoudien Mohamed bin Salman, cette usine est spécialisée dans la fabrication d’obus et de bombes aéroportées pesant jusqu’à 2 000 livres, continue à tourner… Elle a la capacité de produire 300 obus d’artillerie et 600 obus de mortier par jour. Selon le magazine Stern et le magazine-télé Report München, Rheinmetall continue à livrer des armements à Ryad par l’intermédiaire de ses filiales étrangères situées en Italie et en Afrique du Sud malgré l’interdiction explicite du gouvernement allemand.Airbus a reçu 208 commandes de 28 pays pour cet avion de transport militaire, dont 166 exemplaires sont actuellement opérationnels dans le monde.

Mettre fin à l’hypocrisie de l’Allemagne en matière de vente d’armes (Airbus)

  • Mettre fin à l’hypocrisie de l’Allemagne en matière de vente d’armes (Airbus)
  • L’Allemagne mène une politique commerciale particulièrement hypocrite en matière de vente d’armes. D’un côté elle veut apparaître très rigoureuse vis-à-vis de certains pays à risque comme par exemple l’Arabie Saoudite mais de l’autre ne se gêne pas pour écouler ses produits via des sociétés fantômes à l’étranger. En réalité ,l’Allemagne conduit désormais une politique très agressive dans ce domaine afin notamment de concurrencer la France. Mais les freins mis par l’Allemagne en matière de vente d’armes handicapent lourdement l’union économique. Ce que dénonce y compris le patron d’Airbus. – Tom Enders, président exécutif d’Airbus, reproche à l’Allemagne de bloquer certaines ventes d’armes au détriment de la France, du Royaume-Uni et de l’Espagne en raison d’une législation trop stricte.

“Cela nous rend fous, depuis des années à Airbus, que la partie allemande se donne le droit de bloquer la vente, disons, d’un hélicoptère français alors que seule une pièce allemande minuscule est entrée dans sa fabrication.”

L’Allemagne a décidé unilatéralement en octobre dernier, à la suite de l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul, de suspendre ses ventes d’armes à l’Arabie saoudite, son deuxième marché après l’Algérie.

Cette décision a bloqué l’émission d’une licence d’exportation pour la vente du missile air-air de longue portée Meteor, qui est censé équiper l’Eurofighter Typhoon de l’armée de l’air saoudienne.

Le Meteor est assemblé par MBDA, filiale d’Airbus, BAE Systems et Leonardo, mais son système de propulsion et ses ogives sont fabriqués en Allemagne. Le futur avion de combat lancé cette semaine par Paris et Berlin (voir) et un projet de char d’assaut franco-allemand pourraient être remis en cause si Berlin n’adapte pas sa politique, prévient-on de sources militaires et diplomatiques françaises. La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, a plaidé jeudi pour une politique européenne commune en matière d’exportations d’armes. “Nous Allemands ne devrions pas prétendre être plus moraux que la France”, a-t-elle dit lors de la conférence annuelle de Munich sur la sécurité. Français et Allemands ont échangé des courriers à ce sujet. “Sur les fondamentaux, nous avons exprimé notre désir de résoudre ce problème. Il nous reste du travail”, a souligné un responsable français. “C’est un test décisif pour mesurer le sérieux des Allemands vis-à-vis de la défense commune et d’une coopération étroite avec la France”, a estimé Tom Enders.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol