Archive pour le Tag 'Hydroxychloroquine'

Hydroxychloroquine: RECOURS DU PROFESSEUR RAOULT

Hydroxychloroquine: RECOURS DU PROFESSEUR RAOULT

 

 une double attaque de la part du professeur Raoult qui vise à rendre légal l’utilisation de l’ hydroxychloroquine aujourd’hui interdite souvent au profit du remdesevir  du laboratoire américain Gilea. Alors que l’hydroxychloroquine est interdite pour le traitement du Coronavirus. La deuxième attaque vise directement le président de l’agence nationale de santé.

« Une plainte au pénal pour prise illégale d’intérêts et mise en danger de la vie d’autrui visant le directeur de l’ANSM, Dominique Martin, est par ailleurs en préparation », a indiqué le professeur Raoult..

L’hydroxychloroquine est commercialisée en France par le laboratoire Sanofi sous le nom de Plaquenil, mais pour d’autres maladies comme des rhumatismes ou certains lupus. De nombreux experts français entretiennent des liens d’intérêt avec des laboratoires privés notamment avec le laboratoire américain Gilead.

La prescription par un médecin d’un médicament hors des indications prévues par l’autorisation de mise sur le marché (AMM) doit se faire « au cas par cas », en informant le patient des risques encourus et du non remboursement, et la mention « hors AMM » doit figurer sur l’ordonnance.

La recommandation temporaire d’utilisation (RTU), qui donne accès au remboursement, vise une prescription hors AMM massive, au-delà de la prescription au cas par cas. D’où la demande l’IHU Méditerranée Infection, qui a de très nombreux patients et rencontre des difficultés d’approvisionnement.

« Actuellement nous ne pouvons plus traiter tous les patients qui arrivent. Donc nous allons commencer à faire du tri, comme les réanimations, pour traiter en priorité ceux qui ont le plus de risque vital », expliquait Didier Raoult dans une vidéo datée du 26 octobre.

Sanofi a confirmé à l’AFP qu’ »en dehors d’un tel cadre (RTU) et en l’absence d’essai clinique dûment autorisé, nous sommes tenus de nous conformer aux obligations qui sont les nôtres concernant la mise à disposition de notre spécialité Plaquenil ».

Le laboratoire continue donc « de livrer les quantités standard que nous avions habitude de livrer avant la pandémie (qui n’ont rien à voir aux quantités sollicitées dans le cadre de la Covid-19) », a-t-il ajouté.

« Sanofi n’a pas à savoir à quoi nous utilisons les médicaments que nous recevons dans un hôpital », a rétorqué de son côté le Pr Raoult.

Après le refus de l’ANSM, il avait dénoncé sur Twitter un « deux poids deux mesures » de l’Agence, destiné selon lui à favoriser l’antiviral remdesivir (Gilead) au détriment de l hydroxychloroquine

Hydrochloroquine : objet de polémique entre Muselier et Véran

Hydrochloroquine : objet de polémique entre Muselier et Véran

 

Curieusement, la polémique continue entre les autorités sanitaires parisiennes et la région PACA qui défend l’Hydrochloroquine. Le pire c’est que l’agence sanitaire française qui vienne interdire l’Hydrochloroquine et favorise l’utilisation  du Remdesivir du laboratoire américain Gilead ( qui rémunère par ailleurs de nombreux experts français). Or cette molécule est considérée par l’organisation mondiale de la santé comme inopérante voire dangereuse.

Il est clair qu’il s’agit un nouveau règlement de comptes entre le centralisme médical parisien, des mandarins contre le professeur Raoul qui n’a cessé de dénoncer les dysfonctionnements de la politique sanitaire. Du coup le président de la région Méditerranée proteste avec vigueur. « Cette décision est révoltante à plus d’un titre. À partir de lundi, les équipes de cet institut (‘IHU  de Marseille) exceptionnel ne pourront plus soigner les patients selon le protocole appliqué depuis mars 2020. Est-ce à dire que vous choisissez de priver des médecins de faire leur devoir, de soigner leurs patients ?», interroge Muselier, en rappelant au ministre que les médecins de l’IHU «ont prêté le serment d’Hippocrate comme les autres» et «ont fait plus de 10 ans d’études comme les autres».

L’élu régional n’oublie pas de mentionner que les professionnels de l’IHU sont placés sous la responsabilité d’un chercheur reconnu: «Ils ont été formés dans l’un des meilleurs centres hospitaliers universitaires d’Europe sous la houlette d’un des plus grands micro-biologistes du monde, le Professeur Didier Raoult», insiste-t-il, en rappelant au médecin Olivier Véran certains passages du serment d’Hippocrate tels que : « Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments… ». «Incontestablement, accuse encore Muselier, les dirigeants de l’ANSM l’ont oublié et il est aujourd’hui de votre devoir de leur rappeler».

Dans sa missive, le président de la collectivité régionale marseillaise souligne également l’histoire de l’IHU et quelques éléments chiffrés des actions locales de cette structure contre le Covid 19. « Depuis le début de la crise, 8990 patients ont été suivi à l’IHU, dont 5.807 ont été traités avec le protocole Hydroxychloroquine/Azythromicine, pour 30 patients décédés. 155.000 personnes ont été testées depuis le début de la crise, ce qui fait de Marseille l’un des plus grands sites de dépistage d’Europe, pour la première vague », poursuit Muselier dans sa lettre, avant de formuler une «question grave»: «Allez-vous laisser cette agence décider des soins prodigués dès lundi par des praticiens hospitaliers, des professeurs de médecine dépendant de la Faculté de médecine de Marseille, nommés par le Ministère, et ceci en totale contradiction avec les principes fondamentaux de la médecine ?» Le président de la région a confirmé au Figaro son intention de mener ce combat «jusqu’au bout» et n’a pas écarté l’hypothèse d’une réaction énergique au sein même de l’IHU, dès lundi si les choses devaient rester en l’état.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol