Archive pour le Tag 'humilié'

ustice -Bayrou encore une humilié par l’appel du tribunal

Justice -Bayrou encore une humilié par l’appel du tribunal

Le curieux appel du parquet concernant l’affaire de François Bayrou tourne maintenant au ridicule et surtout à l’injustice criante. L’affaire des assistants parlementaires européens qui auraient également œuvré dans l’intérêt du parti centriste ne tient pas debout. Surtout quand on sait par exemple que les syndicats utilisent des centaines et des centaines de permanents depuis toujours au service de leurs centrales et non au service des entreprises qui les a détachés. On voit mal d’ailleurs pourquoi on leur reprocherait.

La justice sous tutelle de Macron a décidé de tenir en laisse le MoDem et surtout son président auquel Macron doit tout. En effet les troupes de Macon pour l’essentiel n’ont aucune légitimité, aucune compétence pire aucune conviction. Ce sont de purs arrivistes qui ont atterri à l’Assemblée nationale, au gouvernement et dans les plus hautes fonctions sans aucune expérience citoyenne. Bref le même parcours que Macron.
On peut s’étonner de cet acharnement judiciaire ( le même d’ailleurs qui concerne le « rassemblement national pour les mêmes raisons ») alors que la même justice a passé un coup d’éponge très rapide sur les mises en cause de plusieurs membres du gouvernement et sur Macron lui-même concernant par exemple le financement de sa campagne et encore l’affaire Alstom.

« Cet appel [du parquet jeudi] est difficile à comprendre pour ne pas dire incompréhensible », estime François Bayrou, maire de Pau et président du MoDem, invité de France Bleu Béarn Bigorre vendredi 9 février.

« C’est un appel, donc tout le monde voit bien qu’il est difficile à comprendre pour ne pas dire incompréhensible. Des accusations aussi violentes, sept années d’enquête et d’instruction, six semaines de procès, au terme duquel il apparaît de manière évidente qu’aucun élément n’a pu être retenu contre moi et contre mes proches. Les autres accusations sont à mes yeux impossibles à soutenir. Après ces sept années d’enquête et d’instruction où on n’a rien trouvé, le tribunal ayant dit que c’était la relaxe qui était le seul jugement possible, le parquet fait appel », constate François Bayrou.

L’affaire des assistants parlementaires du MoDem « pose la question du financement de notre vie politique », selon l’Observatoire de l’éthique publique
François Bayrou affirme ne pas être inquiet, « pas du tout » préoccupé par ce nouveau procès à venir et parle « d’acharnement ». « Le jugement a été apporté. Cet acharnement à vouloir continuer un procès qui a déjà été jugé et par un tribunal dont on ne peut pas dire que la tendresse ait été la principale caractéristique, ça n’est pas autre chose qu’une tentative de jeter une ombre, de jeter un doute sur la probité d’un courant politique et d’un homme. En tout cas pour moi le jugement ayant été apporté, je considère que je n’ai absolument aucune gêne, aucun trouble à voir porter un appel ».

Bayrou qui a fait Macron…. Humilié par Macron

Bayrou qui a fait Macron…. Humilié par Macron

Ce qui vient de se passer au sein pouvoir constitue sans doute une rupture historique au sein de la majorité. Pour résumer ,Bayrou qui a fait Macron va sans doute le défaire et même envisager sa propre candidature aux élections de 2027.

Il faut se rappeler que le soutien de Bayrou a été le plus déterminant pour donner du crédit et sa dynamique à la victoire de Macon. Sans Bayrou, Macron n’aurait jamais été président de la république.

Le problème, c’est que progressivement Macron s’est éloigné du MoDem pour se rapprocher des orientations des Républicains et même en privilégiant le recrutement à droite. Une attitude particulièrement humiliante pour Bayrou auquel on accorde à peine un ministère dans le nouveau gouvernement.

Il ne s’agit pas seulement d’une insatisfaction liée à la position ridicule du MoDem dans le gouvernement, il s’agit aussi d’un tournant politique. Bayrou ne veut plus cautionner le virage totalement à droite ; il conteste en même temps le caractère totalement monarchique de ce pouvoir par ailleurs à bout de souffle.

Fin politique, François Bayrou sait aussi que c’est sans doute le bon moment pour opérer une rupture dans la perspective de 2027. L’objectif est de redonner de la crédibilité à un courant politique étouffé par les contradictions de la majorité et du premier d’entre à savoir le président.

François Bayrou a été doublement humilié. D’abord par une procédure juridique sans fondement mais qu’on a fait durer à dessein pour le paralyser politiquement. Maintenant libéré de ce poids scandaleux, l’humiliation continue puisqu’on lui refuse en fait le moindre ministère un peu important. Alors que Macron n’hésite pas à nommer dans les plus hautes fonctions de l’État de parfaits inconnus y compris au passé douteux.

Évidemment Bayrou ne va pas rejoindre les « insoumis » ou le Front National mais il va pourrir la vie du gouvernement et notamment prendre le contrôle d’abord à l’Assemblée nationale.

Avec la prise de distance de Bayrou vis-à-vis du pouvoir, on peut considérer d’ores et déjà que Macron est mort politiquement. Il ne pourra que sortir quelques décrets et les grands projets, les grandes réformes seront rangées pour un grand moment dans les tiroirs.

Pour compenser Macron va encore davantage s’agiter médiatiquement mais comme un pantin pathétique.

Erdogan humilie l’Europe et Ursula von der Layen

Erdogan humilie l’Europe et Ursula von der Layen

Une triple humiliation de l’Europe par Erdogan savamment préparé par le sultan fou. D’abord les principaux responsables européens à savoir le président du conseil européen Jean-Michel et la présidente de la commission européenne Ursula von der Layen se sont déplacés en Turquie renforçant ainsi le poids diplomatique d’Erdogan. Seconde humiliation quand Erdogan qui avait préparé son coup n’a fait asseoir auprès de lui que le président du conseil européen Jean-Michel, montrant ainsi le dédain qu’il porte à l’égard de l’Europe. Troisième humiliation le fait de considérer comme un personnage de seconde zone une femme afin de faire plaisir à la frange la plus rétrograde et archaïque de la Turquie.

Cette courte séquence a déclenché mercredi une polémique à Bruxelles et sur les réseaux sociaux autour du hashtag #GiveHerASeat. Plusieurs eurodéputés y ont vu une nouvelle provocation d’Erdogan. «Ils se retirent d’abord de la Convention d’Istanbul et maintenant ils laissent le président de la Commission européenne sans siège en visite officielle. Honteux.», a tweeté la chef de file des sociaux-démocrates au Parlement européen, Iratxe Garcia Perez. Quant à la libérale néerlandaise, Sophie in’t Veld, elle a soutenu mordicus que les choix qui avaient été faits n’étaient pas une «coïncidence». Son tweet montre des photos du président turc en compagnie des deux anciens dirigeants de l’UE, Donald Turk et Jean-Claude Junker, traités sur un plan d’égalité.

Ursula von der Leyen a manifesté son incompréhension et son agacement. Mais elle n’est pas allée au-delà. Venue sur place à la demande des Vingt-Sept pour tenter d’amorcer une normalisation dans les relations entre l’UE et la Turquie, il n’était pas question pour «VDL» que la rencontre avec le président turc tourne court. Mais les propos fermes et clairs sur les droits des femmes en Turquie qu’elle a tenus après la réunion, lors de sa conférence de presse, ne sont certainement pas étrangers au «SofaGate». «La présidente von der Leyen a été surprise. Elle a décidé de passer outre et de donner la priorité à la substance. Mais cela n’implique pas qu’elle n’accorde pas d’importance à l’incident», a expliqué mercredi son porte-parole Eric Mamer. «Mme von der Leyen attend d’être traitée selon les règles protocolaires et elle a demandé à ses services de faire en sorte que ce genre d’incidents ne se répète pas à l’avenir», a-t-il ajouté, soulignant que «les présidents des deux institutions ont le même rang protocolaire». Pour Eric Mamer, c’est désormais «aux autorités turques, en charge de la rencontre, d’expliquer pourquoi il a été offert ce type de siège à Mme von der Leyen».

Selon Marc Pierini, ancien ambassadeur de l’UE en Turquie, il ne fait guère de doute que la mise en scène a été orchestrée par Erdogan. «C’est un gage de plus donné aux religieux conservateurs turc», affirme-t-il. Le secrétaire d’État aux Affaires européennes a été très explicite, mercredi soir, sur BFMBusiness. «C’est un affront qu’on corrigera mais il ne faut pas laisser faire ce genre de choses», a-t-il déclaré, parlant d’«images qui font mal» et «montrent quelque chose d’organisé».

Affaire Navalny: Poutine humilie l’Europe

Affaire Navalny: Poutine humilie l’Europe  

 

C’est au moment où l’Europe envoyait son diplomate, Joseph Borel, à Moscou pour s’expliquer à propos des atteintes aux libertés individuelles et collectives que Poutine a décidé à peu près au même moment d’expulser des diplomates européens de Russie.

 

Une véritable humiliation pour l’union européenne qui d’ailleurs n’a que mollement réagi. En cause évidemment les différences d’appréciation sur les répliques diplomatiques face à cet acte inqualifiable du dictateur qui a mis en prison son principal opposant Navalny  au motif qu’il s’était absenté pendant son contrôle judiciaire. Une absence nécessité par des soins en Allemagne suite à l’empoisonnement par les services secrets russes.

Les différences d’appréciation des membres de l’union économique portent sur l’avenir notamment des exportations de gaz russe. L’Allemagne, Merkel comme son successeur probable,  ont clairement affirmé qu’il n’était pas question de mettre un terme au projet presque achevé d’acheminement du gaz russe vers l’Europe. Pourtant la Russie est dans une crise politique mais aussi et surtout économique et sociale; elle  a un urgent besoin des ressources de ce gaz.

 

Il est cependant probable qu’au-delà des protestations de façade, l’union économique se couchera devant le mercantilisme allemand qui privilégie toujours le business face aux enjeux diplomatiques voir militaires. Une attitude particulièrement ambiguë qui pourrait bien un jour lui valoir un retour de bâton de la part des États-Unis qui comprennent de moins en moins le laxisme coupable de l’Allemagne vis-à-vis des Russes.

 

Le Drian humilié par le président brésilien !

Le Drian humilié par le président brésilien !

 

On se demandait bien dans quelle galère allait se mettre Jean-Yves le Drian ministre des affaires étrangères en allant rencontrer le président brésilien. Une rencontre qui n’a servi à rien sinon à humilier la France. En effet lundi,  président brésilien Jair Bolsonaro a prétexté un « problème d’agenda » pour annuler un entretien prévu avec Jean-Yves Le Drian et se rendre chez le coiffeur. « Manifestement, il y aurait eu une urgence capillaire, ironise le ministre français des Affaires étrangères auprès du JDD. C’est une préoccupation qui m’est étrangère. » Jean-Yves Le Drian en profite pour affirmer que « c’est l’intérêt de la France de parler à tous les Brésil« . Une réponse en forme d’humour sur fond de préoccupations diplomatiques mais qui ne peut effacer l’affront subi. En effet l’humiliation imposée par le président brésilien intervient en plus au moment le Parlement français (l’Assemblée nationale puisque le Sénat ne s’est pas encore prononcé) vient d’entériner l’accord commercial appelé CETA  avec le Brésil l’Argentine le Paraguay et l’Uruguay. Un accord qui va surtout bénéficier à l’agriculture et à l’élevage de ces pays. On sait par ailleurs que le président brésilien s’assoit complètement sur toutes les préoccupations environnementales sans parler des atteintes à la démocratie et aux droits de l’homme. La défense de Jean-Yves le Drian paru dans le JDD ne convaincra pas grand monde. Interview.

 

 

Le président brésilien a annulé votre rendez-vous mercredi pour aller chez le coiffeur. N’est-ce pas une humiliation?
Chacun connaît les contraintes qui s’attachent aux agendas chargés des chefs d’État. Manifestement, il y aurait eu une urgence capillaire. C’est une préoccupation qui m’est étrangère. Mais ce que j’ai pu faire lors de ma visite au Brésil pour le renforcement de nos relations bilatérales, la défense des intérêts de la France et la préparation des enjeux climatiques de la COP25 a été très positif. J’ai eu des entretiens avec mon homologue, avec la société civile brésilienne, en particulier les ONG, mais aussi avec la société civile économique. Je me suis aussi entretenu avec les gouverneurs de plusieurs États. C’est l’intérêt de la France de parler au Brésil, à tous les Brésil.

 

 

Les Brésil, comme vous le dites, oui, mais c’est le président du ­Brésil qui a promis de ne pas quitter l’accord de Paris. Peut-on lui faire confiance?
J’ai été très transparent dans la volonté de clarifier nos engagements réciproques concernant le réchauffement climatique. J’ai ­obtenu de mon collègue des ­Affaires étrangères, Ernesto Araújo, la mise en place d’un groupe de travail sur les enjeux de l’environnement et sur la mise en œuvre de l’accord de Paris avant la COP25 à Santiago du 2 au 13 décembre. J’espère que ce processus-là pourra être déployé (…).

Conflit Centrafrique : Hollande humilié par Merkel

Conflit Centrafrique :  Hollande humilié par Merkel

 

La chancelière Angela Merkel a averti Hollande qu’il n’était pas question que des soldats allemands y participent. « Je l’ai dit au président français », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse. « Quelles seront les autres formes d’aide et de soutien possibles? Nous en parlerons. Elle a par ailleurs dit qu’il n’y aurait « certainement pas » de financement rétroactif.  » Les dirigeants européens sont convenus vendredi, à la demande de la France, de donner une dimension européenne à l’opération française de pacification de la République centrafricaine, ce qui permettra d’obtenir un financement commun. Pour l’instant, cela risque de se limiter à mettre un drapeau européen sur l’opération française. Pour l’argent on verra plus tard, sans doute une petite contribution. Quant aux troupes européennes, cela paraît très hypothétique. Peut être quelques soldats à titre symbolique d’un Etat ou d’un autre. Bref l’Europe de la défense complémente en panne. Et Hollande une fois de plus humilié par Merkel.  Selon l’entourage de François Hollande, une des options pourrait consister à transformer une partie de l’opération française en mission européenne, de façon à libérer des militaires français pour des missions plus combattantes. Les soldats français continueront ainsi, avec les forces africaines de la Misca, à assumer les missions les plus dangereuses, comme le désarmement des milices chrétiennes et musulmanes, a souligné le chef de l’Etat. La France, a-t-il dit, a besoin d’une « présence européenne » pour assumer des fonctions précises -protection de l’aéroport de Bangui, mise en œuvre d’un dispositif sanitaire ou d’un hôpital de campagne, actions purement humanitaires, etc. Il a cependant minimisé vendredi cette dimension financière et assuré que s’il militait pour une « européanisation » de l’intervention française en République centrafricaine, ce n’était pas pour des raisons budgétaires. « Je ne le fais pas pour gagner 30 ou 40 millions d’euros pour soulager je ne sais quelle dépense dans le budget de l’Etat, je le fais pour l’Europe et dans l’intérêt même de l’Europe », a déclaré François Hollande.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol