Archive pour le Tag 'hôpitaux'

Les conditions d’une vraie attractivité dans les hôpitaux

Les conditions d’une vraie attractivité dans les hôpitaux

 

Estimant que la situation des établissements de santé publics ne peut se dégrader davantage, plus d’une centaine de professionnels détaillent, dans une tribune au « Monde », les mesures nécessaires pour revaloriser les professions médicales et paramédicales : travail de nuit mieux payé, effectifs suffisants, formation renforcée…

 

Tribune

 

 

La pandémie de Covid-19 a montré que, lorsque l’hôpital est débordé, le pays et l’économie s’arrêtent. Malgré un léger regain de cas ces derniers jours, l’afflux massif de patients à l’hôpital semble peu probable si la bonne couverture vaccinale de la population se maintient. Mais il serait faux de penser que l’on a sauvé aussi l’hôpital. Car la crise de l’hôpital a commencé bien avant celle du Covid-19, qui n’en a été que le révélateur et n’a fait que l’amplifier.

La situation reste en effet préoccupante, car c’est désormais en temps « ordinaire » que nous n’avons plus assez de lits par manque de personnel. Tous les établissements de santé sont concernés, publics et privés, dans toutes les régions à des degrés divers, mais la situation est particulièrement critique en région parisienne.

Quels que soient les chiffres exacts et détaillés des fermetures de lits et salles de bloc, les faits sont là : longueur excessive des délais de rendez-vous, attentes prolongées sur des brancards aux urgences, interventions chirurgicales reportées, transferts de patients, y compris d’enfants, d’un hôpital à l’autre parfois loin de chez eux… Cela n’est pas acceptable.

Nous ne reviendrons pas ici sur les choix faits pour l’hôpital ces dernières décennies. Peu importe la façon dont on les juge, ils se traduisent par une grave crise de recrutement et de fidélisation des professionnels de santé. Les raisons étaient là bien avant la pandémie de Covid-19 : salaires restant sous la moyenne de ceux de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et, en Ile-de-France, totalement inadaptés au coût du logement, durées épuisantes des trajets pour se rendre sur son lieu de travail (par exemple, 30 % du personnel non médical de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris [AP-HP] effectue plus de deux heures de trajet par jour), déplacement des infirmiers d’un service à l’autre, d’un horaire à l’autre, parfois à la dernière minute, sursollicitation pour faire des heures supplémentaires, rythmes excessifs pour prodiguer les soins de façon professionnelle et humaine, conformément aux attentes légitimes des patients, sentiment de perte de sens de ce pour quoi on s’est engagé dans les métiers du soin au service de son prochain. Les maux s’accumulent, durent et lassent les plus aguerris.

Nous sommes entrés dans un véritable cercle vicieux : les postes laissés vacants par ceux qui partent obligent ceux qui sont encore en place à travailler dans des conditions dégradées, mettant ainsi en cause la qualité des soins, ce qu’ils ne peuvent moralement accepter et les incite à leur tour à partir. En moyenne, une infirmière n’exerce son métier que sept ou huit ans, trois ans aux urgences. Selon une enquête récente [une large consultation menée par l’Ordre des infirmiers entre le 30 avril et le 5 mai], 40 % des infirmières et infirmiers envisageraient de quitter la profession. Dans certains territoires ou régions, les médecins ne sont pas exclus de cette spirale délétère.

Hôpitaux : 125 000 emplois à combler

Hôpitaux : 125 000 emplois à combler

 

125 000 emplois comblés c’est ce qu’estime dans le JDD Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France.

 

L’étude de la FHF sur le nombre de lits fermés dans les hôpitaux révèle une dégradation des conditions d’accueil à l’hôpital. Quels enseignements en tirez-vous?
Nous avons voulu objectiver la situation. On le pressentait : les tensions sur les effectifs demeurent une réalité et rejaillissent sur la capacité de déploiement des services hospitaliers. Au total, 6% des lits sont fermés. Le phénomène affecte surtout l’Ile-de-France, le Grand Est, la Bourgogne-Franche Comté et les Pays de la Loire. Rien de surprenant : les hôpitaux ont abordé la crise sanitaire en étant déjà très fragilisés. 30% des postes médicaux y étaient vacants! Forcément, ils n’allaient pas en sortir guéris. Ces deux années de sursollicitation ont épuisé les équipes, bousculé les calendriers de congés, l’organisation… Malgré tout, les hôpitaux ont tenu. Mais à un prix conséquent pour les personnels et les Français.

Les hôpitaux pourraient-ils faire face à une reprise vigoureuse de l’épidémie?
Ce n’est pas parce que l’on a un des meilleurs taux de couverture vaccinale au monde qu’il faut regarder la suite avec une forme d’indolence et de tranquillité. Une prochaine vague atteindrait des hôpitaux encore plus mal en point qu’il y a deux ans. Encore une fois, ils tiendront. Mais le prix à payer serait terrible. Il y a une variable d’ajustement : ce sont les déprogrammations. En 2020, 2,3 millions d’actes ont été reportés, 300.000 au premier trimestre 2021. Des cancers détectés plus tard et qui, du coup, réclament des traitements plus lourds, des opérations repoussées… On n’imagine pas la somme des pertes de chances que cela représente, sans compter les douleurs individuelles.

Pourquoi les infirmières désertent-elles le secteur hospitalier?
La pression due à la lutte contre le Covid a fait lâcher certains plus facilement que par le passé. À chacune de mes visites sur le terrain, on me renvoie la même crainte : que l’hôpital d’après soit le même que celui d’avant. Les régulations budgétaires, une pression pour faire des économies, les difficultés à recruter… Voir revenir toutes ces logiques mortifères provoque de profondes angoisses au sein des équipes qui s’interrogent sur le sens de leur mission. C’est tout le système de santé qui est en crise. On parle peu de la médecine générale, mais on va encore perdre 4.000 praticiens dans les quatre prochaines années. C’est énorme! Tout cela rejaillit sur les hôpitaux qui ont pris en charge 83% des personnes gravement atteintes du Covid. Il n’est pas étonnant que ce bouclier sanitaire craque aujourd’hui.

Le gouvernement a quand même tenté de panser les plaies grâce aux 10 milliards d’euros de hausses de traitements du Ségur de la santé…
On ne peut plus se contenter de demi-mesures ou de demi-rebouchages. Le Ségur de la santé a permis de changer de braquet en prévoyant une hausse de 10% du budget des hôpitaux, ce n’est pas rien. Mais tout n’est pas qu’une question d’argent. Quel est le rôle de l’hôpital? Va-t-on continuer à voir la fréquentation de ses urgences augmenter de 10 % par an, à être le premier recours avant la médecine de ville et la principale cible des économies en matière de santé – on nous a demandé d’en réaliser 10 milliards ces dernières années! Le système, inventé voilà trente ans, prend l’eau. Il doit être repensé.

Ne redoutez-vous pas que ce sujet soit absent de la campagne présidentielle?
Nous sommes à un moment de vérité. Les Français ont montré leur attachement à l’hôpital et leur inquiétude face à l’accès aux soins. Aucun candidat ne pourra faire l’impasse sur sa vision en la matière. Le système de santé mérite un grand récit. Le 17 mars, soit deux ans après le début du premier confinement, nous recevrons d’ailleurs tous les prétendants à l’Élysée. Il faut un New Deal pour la santé. Sinon, le système va continuer à se déliter, les personnels à quitter leur métier.

Quelles mesures réclamez-vous en priorité?
Il y en a trois. D’abord, un plan massif d’embauches et de formation à l’hôpital : 25.000 infirmières et aides-soignantes de plus, 100.000 personnes supplémentaires dans les Ehpad pendant tout le prochain quinquennat. Les marges de manœuvre financières sont à trouver sur les 30% d’actes inutiles que génère notre système. Ensuite, il faut nous donner de la visibilité en adoptant une loi de programmation pour la santé et l’autonomie. C’est un paquebot lourd qui ne peut pas changer de cap en quelques mois. Enfin, il est indispensable d’organiser avec les professionnels de santé un pacte d’accès aux soins pour tous et à toute heure. Jusqu’en 2004, les médecins généralistes avaient une obligation de garde. Aujourd’hui, seuls 39% y participent. Pour mieux répartir la charge de travail, on pourrait revenir sur cette suppression, améliorer la rémunération des permanences. Dès l’été 2022, des états généraux doivent être lancés avec une obligation : au 1er janvier 2023, la permanence des soins assumé par tous deviendra une réalité.

Hôpitaux :5700 lits supprimés !

Hôpitaux :5700 lits supprimés ! 

C’est le paradoxe ; alors qu’on connaît une crise sanitaire sans précédent sur sa lancée la politique hospitalière continue à supprimer des lits. Ainsi près de 6000 auront été supprimé en 2020. On continue de fermer des établissements hospitaliers, de réduire le champ d’activité d’autres et de renforcer la concentration hospitalière sururbaine. Sur la tendance d’ici une dizaine d’années en moyenne on ne pourra compter qu’un véritable hôpital par département. Certains seront maintenus de manière artificielle. Déjà nombre d’établissements moyens ne possède plus de spécialistes. Beaucoup d’anciens établissements hospitaliers se transforment en lieux de convalescence.

Certes on peut comprendre que l’évolution technologique conduise à la concentration de certains moyens pour des pathologies lourdes ; par compte, nombre d’affections concerne des pathologies qui ne nécessitent pas d’être traitées par des établissements hyper pointus. À travers la question hospitalière c’est aussi l’aménagement du territoire qui est en cause.

La  France compte désormais moins de 3000 hôpitaux et cliniques. «Sous l’effet des réorganisations et des restructurations», 25 établissements publics et privés ont fermé l’an dernier, indique la Drees. Les 2983 structures encore ouvertes fin 2020 disposaient très exactement de 386.835 lits d’hospitalisation complète fin 2020, soit 5758 de moins en un an – comparé au dernier bilan pour l’année 2019, publié en juillet par la même direction statistique des ministères sociaux.

Grève Force ouvrière dans les hôpitaux parisiens : 0,5 % de participation !

Grève Force ouvrière dans les hôpitaux parisiens : 0,5 % de participation !

 

 

Force ouvrière travaillée à la fois par les gauchistes et engagée dans une guerre concurrentielle avec des syndicats souvent très corpos vient de subir un échec retentissant avec une participation de 0,5 % à la grève lancée par le syndicat. On voudrait démontrer l’obsolescence du mouvement syndical qu’on ne s’y prendrait pas autrement. À noter aussi l’ambiguïté des propos du patron de la confédération de Force ouvrière qui déclare concernant la vaccination des hospitaliers que c’est une affaire médicale et qu’il ne peut prendre position sur le sujet. Bref souvent le culs entre deux chaises, Force ouvrières évoluent entre une posture corpo et la fuite en avant gauchiste.

 

 

Covid: la crainte d’une nouvelle vague dans les hôpitaux

Covid: la crainte d’une nouvelle vague dans les hôpitaux

Le directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France Aurélien Rousseau, dans une interview au Journal du dimanche. Craint l’arrivée d’une nouvelle vague dans les hôpitaux.

 «Au bout de trois vagues, on n’a plus aucun doute: oui, il y a aura un impact sur les hôpitaux», affirme Aurélien Rousseau, notant que «les projections des modélisateurs de l’épidémie sont plus incertaines que l’été dernier» car on ignore notamment «quel frein jouera la couverture vaccinale» face au variant Delta. Selon lui, «le risque majeur, ce serait une arrivée précoce de la vague, en août, en période de pénurie d’effectifs. Si elle a lieu en septembre, les personnels seront plus nombreux à avoir repris, mais on n’évacue pas un an et demi de mobilisation en quelques semaines de congés».

 

Grève dans les hôpitaux (CGT)

Grève dans les hôpitaux (CGT)

 

La CGT lance mardi un mouvement de grève qui concerne particulièrement les infirmiers-anesthésistes, les infirmiers de bloc opératoire, les techniciens de laboratoire, ou encore les diététiciens et préparateurs en pharmacie. Un mouvement qui n’est pas suivi par toutes les organisations dans un secteur où la CGT représente 31 % des salariés.

 

 

Nombre de voix Part électorale Évolution de la part électorale

entre 2014 et 2018

2018 2014 2018 2014
CFDT 107 852,5 128 021 24,1% 25,0% -0,8%
CFTC 10 712 14 936 2,4% 2,9% -0,5%
CFE-CGC 2 624 2 375 0,6% 0,5% 0,1%
CGT 140 410,5 162 526 31,4% 31,7% -0,3%
FA-FPH affiliée à FA-FP 2 091 1 491 0,5% 0,3% 0,2%
FO 110246 121 845 24,7% 23,8% 0,9%
SUD 37750,5 43 444 8,3% 8,5% -0,1%
UFAS FGAF 1 714 2 356 0,4% 0,5% -0,1%
UNSA 25 051 25 458 5,6% 5,0% 0,6%
Autres listes 8 410,5 10 438 1,9% 2,0% -0,2%

 

Covid France : pas de repli, 43.098 nouveaux cas en 24 heures, 375 morts en 24 heures dans les hôpitaux français

Covid France : pas de repli, 43.098 nouveaux cas en 24 heures, 375 morts en 24 heures dans les hôpitaux français

 

Contrairement à ce qu’a affirmé le ministre de la santé on ne constate pas de repli en matière de pandémie.

43.098 nouveaux cas ont été comptabilisés en 24 heures en France, selon les chiffres de Santé publique France publiés ce mardi, contre 6696 la veille et 39.113 mardi dernier. Le taux de positivité des tests s’établit à 9,8%.

La pression sur les réanimations françaises continue d’augmenter. 5984 patients atteints du Covid-19 étaient hospitalisés dans ces services ce mardi, dont 601 personnes admises lors des dernières 24 heures, contre 5970 la veille. Au total, les hôpitaux comptaient 31.086 personnes touchées par le Covid-19, dont 2404 admises en 24 heures. 375 personnes sont mortes lors des dernières 24 heures dans les hôpitaux français, portant le nombre de mort à l’hôpital à 75.413.

 

Covid France : toujours haut niveau et alerte dans les hôpitaux

Covid France : toujours haut niveau et alerte dans les hôpitaux

 

3.932.862 cas confirmés soit +23.302 en 24h.

. D’après le dernier bilan de Santé Public France, la France fait état de +368 morts supplémentaires au total. On recense ce mardi 9 mars 2021, +298 morts en hôpital et +70 en Ehpad et EMS et +23.302 nouveaux cas confirmés en 24h.

En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de Covid-19, fait état d’au moins 3.932.862 cas confirmés soit +23.302 en 24h.

On recense ce mardi 9 mars 2021 89.301 morts au total,+368 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 25.244 (+70) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 64.057 (+298 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,07 le taux d’incidence à 219,16 et la tension hospitalière à 77,5 %. Le taux de positivité est à 7,2 %.

 

Les hôpitaux français en « alerte variants »

Les hôpitaux français en « alerte variants »

Le ministère de la santé a décidé de mettre les hôpitaux français en alerte variants, c’est-à-dire en capacité de faire face à une éventuelle hausse importante de la pandémie du fait des variants. Pour l’instant, les chiffres pour la France sont plutôt rassurants puisque les statistiques montrent un plateau descendant autour de 20 000 contaminations par jour. Mais la France et la plupart des autres pays craignent  que les variants deviennent majoritaires d’ici le début mars. Un scénario qui accélérerait considérablement la vitesse de contamination car les variants se transmettent de matière excessivement rapide.

La décision du ministère de la santé consiste à augmenter le nombre de lits d’hôpitaux disponibles, à retarder les chirurgies non urgentes et à mobiliser l’ensemble des ressources du personnel médical.

« Cette organisation de crise doit être mise en place dans chaque région, quel que soit le niveau de stress hospitalier et doit être opérationnelle à partir du jeudi 18 février », a indiqué la DGS dans une note citée par le journal dimanche.

Le DGS a déclaré dans une réponse par courrier électronique à Reuters que la note reflétait une «approche anticipative» au vu de la pression continue de la pandémie de COVID-19.

«Son objectif est de mobiliser tous les acteurs de la santé dans le pays au cas où il y aurait une flambée de l’épidémie, qui pourrait survenir à mesure que les variantes du virus circuleraient», a-t-il déclaré.

La France a signalé 21.231 nouveaux cas confirmés de coronavirus samedi, légèrement en hausse par rapport à 20.701 vendredi, portant le nombre total cumulé en France à 3448617, le sixième plus élevé au monde.

Contrairement à certains de ses voisins qui peinent à contrôler des variantes plus contagieuses, la France a résisté à un nouveau verrouillage, espérant qu’un couvre-feu national en place depuis le 15 décembre permettra de contenir la pandémie.

Certains scientifiques pensent cependant que le président Emmanuel Macron a pris un pari en se prononçant contre un nouveau verrouillage.

Dans le même temps, la France traîne derrière plusieurs autres pays européens, comme la Grande-Bretagne, dans le déploiement des vaccinations.

Le ministre de la Santé Olivier Veran, qui a noté que la variante détectée pour la première fois en Grande-Bretagne représentait 25% des nouvelles infections confirmées en France, a déclaré jeudi que le gouvernement déciderait dans les semaines à venir si des restrictions nationales plus strictes étaient nécessaires.

Arnaud Fontanet, membre du conseil scientifique qui conseille le gouvernement sur la politique du COVID-19, a déclaré samedi à la radio Europe 1 qu’il craignait que cette variante ne représente la majorité des cas en mars.

Criminalité–Cyberattaques contre les hôpitaux en forte hausse

Criminalité–Cyberattaques contre les hôpitaux en forte hausse

En 2020, les attaques et tentatives d’attaques cyber se sont intensifiées en France et n’épargnent pas les établissements de santé, devenus des cibles de choix et une vraie priorité pour l’État français

 

Le centre hospitalier de Dax est la dernière victime en date d’une longue série de cyberattaques. L’établissement est partiellement paralysé depuis mardi soir, victime d’une attaque au rançongiciel qui perturbe sérieusement son système informatique. L’attaque «a mis à plat les systèmes informatiques et le téléphone de l’hôpital, avec une mise en danger manifeste et évidente pour la prise en charge des patients» a indiqué le procureur de Dax, Rodolphe Jarry,

 

Un phénomène qui prend de l’ampleur en France et dans le monde : les cyberattaques contre les hôpitaux. Depuis l’apparition du coronavirus, elles ont bondi « de 500% », confirme au micro d’Europe 1 Philippe Trouchaud, en charge de la cybersécurité chez PWC, l’un des principaux cabinets de conseil au monde.

 

INTERVIEW

 

C’est un phénomène qui prend de l’ampleur en France et dans le monde : les cyberattaques contre les hôpitaux. Depuis l’apparition du coronavirus, elles ont bondi « de 500% », confirme au micro d’Europe 1 Philippe Trouchaud, en charge de la cybersécurité chez PWC, l’un des principaux cabinets de conseil au monde. Dernier exemple en date à l’hôpital de Dax : dans la nuit de lundi à mardi, une attaque d’ampleur a crypté les données du système informatique de l’hôpital, paralysant l’activité sur place. Mercredi soir, certains fichiers restaient encore très difficiles d’accès, alors que les équipes de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) tentaient d’aider le personnel à rétablir la situation.

Une attaque en forme d’écho à celle subie par le CHU de Rouen en novembre 2019, qui ne semble pas surprendre Philippe Trouchaud. « Les hôpitaux sont certainement ciblés en ce moment parce qu’ils sont sous le feu de l’actualité. Avec le coronavirus, on a encore plus besoin d’eux. Donc les cybercriminels pensent qu’il va être plus facile dans ces circonstances d’obtenir de l’argent en échange des données. » Dans ce type d’attaques, les pirates s’introduisent dans le système informatique de la victime puis chiffrent ses fichiers pour les rendre inopérants, exigeant une rançon pour les débloquer.

Mais les données ne sont pas le seul moyen pour les cybercriminels de maximiser leurs chances de récupérer de l’argent. L’opinion publique joue également un rôle important, avance Philippe Trouchaud.  »En Allemagne, une patiente dans un état critique est morte en septembre 2020 alors qu’une cyberattaque était en cours contre l’hôpital de Düsseldorf. Ce genre d’actions fait donc naître une pression l’opinion publique pour mieux protéger ces établissements », mais surtout pour « payer la rançon ».

Et avec la démocratisation à venir de la 5G, Philippe Trouchaud affirme « qu’il y aura davantage de cyberattaques » à l’avenir, contre les entreprises privées ou publiques. Il faut donc faire de la sensibilisation auprès des Français pour qu’ils respectent une certaine hygiène informatique, comme faire les mises à jour, afin de limiter les risques. Ce qui n’empêche pas l’expert d’avancer que « l’on va devoir vivre avec cette délinquance ».

 

Fortes hausses des cyberattaques contre les hôpitaux

Fortes hausses des  cyberattaques contre les hôpitaux

En 2020, les attaques et tentatives d’attaques cyber se sont intensifiées en France et n’épargnent pas les établissements de santé, devenus des cibles de choix et une vraie priorité pour l’État français

 

Le centre hospitalier de Dax est la dernière victime en date d’une longue série de cyberattaques. L’établissement est partiellement paralysé depuis mardi soir, victime d’une attaque au rançongiciel qui perturbe sérieusement son système informatique. L’attaque «a mis à plat les systèmes informatiques et le téléphone de l’hôpital, avec une mise en danger manifeste et évidente pour la prise en charge des patients» a indiqué le procureur de Dax, Rodolphe Jarry,

 

Un phénomène qui prend de l’ampleur en France et dans le monde : les cyberattaques contre les hôpitaux. Depuis l’apparition du coronavirus, elles ont bondi « de 500% », confirme au micro d’Europe 1 Philippe Trouchaud, en charge de la cybersécurité chez PWC, l’un des principaux cabinets de conseil au monde.

INTERVIEW

C’est un phénomène qui prend de l’ampleur en France et dans le monde : les cyberattaques contre les hôpitaux. Depuis l’apparition du coronavirus, elles ont bondi « de 500% », confirme au micro d’Europe 1 Philippe Trouchaud, en charge de la cybersécurité chez PWC, l’un des principaux cabinets de conseil au monde. Dernier exemple en date à l’hôpital de Dax : dans la nuit de lundi à mardi, une attaque d’ampleur a crypté les données du système informatique de l’hôpital, paralysant l’activité sur place. Mercredi soir, certains fichiers restaient encore très difficiles d’accès, alors que les équipes de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) tentaient d’aider le personnel à rétablir la situation.

Une attaque en forme d’écho à celle subie par le CHU de Rouen en novembre 2019, qui ne semble pas surprendre Philippe Trouchaud. « Les hôpitaux sont certainement ciblés en ce moment parce qu’ils sont sous le feu de l’actualité. Avec le coronavirus, on a encore plus besoin d’eux. Donc les cybercriminels pensent qu’il va être plus facile dans ces circonstances d’obtenir de l’argent en échange des données. » Dans ce type d’attaques, les pirates s’introduisent dans le système informatique de la victime puis chiffrent ses fichiers pour les rendre inopérants, exigeant une rançon pour les débloquer.

Mais les données ne sont pas le seul moyen pour les cybercriminels de maximiser leurs chances de récupérer de l’argent. L’opinion publique joue également un rôle important, avance Philippe Trouchaud.  »En Allemagne, une patiente dans un état critique est morte en septembre 2020 alors qu’une cyberattaque était en cours contre l’hôpital de Düsseldorf. Ce genre d’actions fait donc naître une pression l’opinion publique pour mieux protéger ces établissements », mais surtout pour « payer la rançon ».

Et avec la démocratisation à venir de la 5G, Philippe Trouchaud affirme « qu’il y aura davantage de cyberattaques » à l’avenir, contre les entreprises privées ou publiques. Il faut donc faire de la sensibilisation auprès des Français pour qu’ils respectent une certaine hygiène informatique, comme faire les mises à jour, afin de limiter les risques. Ce qui n’empêche pas l’expert d’avancer que « l’on va devoir vivre avec cette délinquance ».

 

 

 

Covid-19 : les hôpitaux bientôt débordés

Covid-19 : les hôpitaux bientôt débordés

Le  nombre de malades hospitalisés a encore augmenté ce dimanche, à 26.357 (+ 493 en 24 heures), soit un bon millier de plus qu’il y a une semaine. Les services de réanimation – où sont les cas les plus graves – comptent eux 2955 malades (+ 69 en 24 heures), contre 2766 sept jours auparavant.

 

Ces vingt-quatre dernières heures, la France a enregistré 172 décès à l’hôpital (contre 321 samedi, ce qui est pour le coup une baisse), portant le total à 73.049 depuis le début de l’épidémie. 18.436 personnes contaminées ont été dépistées, ce qui porte le nombre total de contaminations dépistées à 3.053.617. Le taux de positivité des tests, indicateur avancé très suivi, est de 7,1% (7,1% samedi, 7% vendredi), au plus haut depuis début décembre.

Classement hôpitaux : Bordeaux en tête

 Classement hôpitaux : Bordeaux en tête

 

Selon Le Point, le CHU de Bordeaux est le meilleur hôpital de France pour la quatrième fois en cinq ans !

Suivent le CHU de Toulouse (3e), habitué du podium, le CHU de Nancy (4e), les hôpitaux universitaires de Strasbourg (5e), le CHU de Montpellier (6e), Nantes (7e) et l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris (8e, en baisse).

Hôpitaux : rallonge budgétaire de 100 millions d’euros

Hôpitaux : rallonge budgétaire de 100 millions d’euros

D’après la fédération italienne le surcoût de gestion de la crise sanitaire pourrait avoisiner le milliard. Du coup le gouvernement à rajouter 100 millions aux 377 millions déjà accordés en avril. Il est probable qu’il faudra encore prévoir quelques rallonges car on est encore loin d’avoir fait le total du surcoût de la pandémie et des mesures d’accompagnement en matériel, en locaux et en personnel pour mettre l’hôpital français moyens européen. Les hôpitaux et cliniques vont bénéficier d’une nouvelle enveloppe de 100 millions d’euros destinée à compenser les surcoûts liés à la crise du coronavirus, a annoncé mardi le secrétaire d’État auprès du ministre de la Santé Adrien Taquet. «Une première enveloppe nationale de 377 millions a été allouée en avril pour compenser les surcoûts liés à la prise en charge des patients covid», a rappelé M. Taquet, interrogé lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale.

Coronavirus France : baisse de la pression sur les hôpitaux

Coronavirus France : baisse de la pression sur les hôpitaux

 

La pression continue de retomber sur les hôpitaux, qui soignaient mardi 16.264 personnes malades du COVID-19, soit 534 de moins que la veille. La baisse se poursuit aussi dans les services de réanimation avec désormais 1.555 patients traités, 54 de moins que lundi.

Le nombre de cas de contamination recensés atteint au total 145.555, soit 276 cas de plus que la veille, précise Santé publique France sur son site internet.

Hôpitaux -Urgences : encore un plan pour la cour des miracles

Hôpitaux -Urgences : encore un plan pour la cour des miracles

 

 Encore un plan supplémentaire envisagée par la ministre de la santé, un plan sans doute cosmétique  comme les précédents. Régulièrement la crise des urgences réapparaît dans les médias. Une crise indiscutable si l’on se fie aux délais d’attente des patients. Mais une crise à plusieurs facettes. Une crise de l’organisation du système sanitaire, aussi une crise de société et une crise du fonctionnement de l’État.

La  fréquentation des services a doublé en dix ans. Plus de 21,4 millions de passages y ont été recensés en 2017, un chiffre en hausse de 2,1% sur un an. Inédit par son ampleur, le mouvement démarré mi-mars à Paris après une série d’agressions n’a cessé de s’étendre. Le personnel des urgences réclame 10.000 emplois supplémentaires, une augmentation de salaire de 300 euros et l’arrêt des fermetures de lits dans les hôpitaux. Il est indiscutable que les conditions de travail dans les services d’urgence sont devenues intenables et que parfois elles  mettent même la vie des patients en danger. Ceci étant, c’est la conséquence de l’organisation du système sanitaire caractérisé notamment par l’affaiblissement du nombre de généralistes non seulement dans les zones denses mais aussi en zones rurales. Il n’y a plus de généralistes susceptibles d’intervenir et du coup, les patients sont orientés de façon systématique vers les urgences qui doivent traiter de vraies pathologies, aussi des dérèglements psychiques et sociaux. La responsabilité en incombe à l’État qui a réduit le nombre de médecins, aussi aux médecins eux-mêmes qui  dans nombre de cas n’acceptent désormais les malades que sur rendez-vous et certains jours de la semaine. Des médecins qui se comportent pour certains comme des fonctionnaires. D’ailleurs nombre d’entre eux choisissent la fonction publique. D’autres préfèrent opter pour des spécialités qui ménagent le temps de travail et les congés par rapport à des généralistes  à l’ancienne qui  travaillent  10 ou 12 heures par jour. La responsabilité en incombe aussi aux patients eux-mêmes et à leurs familles. Souvent au moindre petit bobo par exemple dans les maisons de retraite (là aussi on  manque d’infirmières et de médecins), on oriente vers le service des urgences. Un service des urgences devenue une véritable cour des miracles : des victimes de brutalité, des ivrognes, des clochards, des blessés légers et de vraies pathologies graves. Le système de santé est en cause, la société également mais l’organisation des hôpitaux aussi. En effet, ce n’est pas parce que le service des urgences est débordé qu’il faut s’interdire de faire un audit sur le fonctionnement d’un hôpital devenu une sorte d’usine sans cohérence de gestion où les difficultés du personnel soignant cachent trop souvent le manque de nombre d’autres agents.

Urgences Hôpitaux, la solution : les marabouts !

 

Ubuesque la proposition d’Olivier Véran de renvoyer les patients à pathologie simple vers les médecins de ville. Or on sait que justement c’est l’absence  de médecins généraliste ou en tout cas leur insuffisance qui fait qu’on oriente les malades vers les urgences. Du coup, on pourrait aussi faire délivrer certains traitements par es pharmaciens. Visiblement le député d’en marche cherche des solutions… surtout financières pour améliorer l’équilibre des budgets des hôpitaux. On pouraiat lui suggérer d’encourager le développement de la profession de marabout, un métier insuffisamment développé en France. Des marabouts, de guérisseurs, des envoûteurs enfin toute une série de nouvelles professions par médicale dont les prestations en plus e sont pas remboursées par la sécurité sociale. En outre les effets seraient immédiats tandis qu’il faut uen douzaine d’années pour former un médecin.   Concernant une expérimentation qui permettrait aux pharmaciens de délivrer des médicaments à prescription obligatoire, Agnès Buzyn cite « certaines pathologies – infections urinaires, orgelet, angine, etc. », « où le diagnostic est facile », et où « on peut imaginer que les médecins et les pharmaciens se mettent d’accord localement sur une forme de délégation de compétence ». Du coup les médecins pourraient aussi vendre la lucrative parapharmacie comme les crèmes à bronzer, les produits épilants, la mousse à raser, les parfums bio  voire m^me faire e dépôt de pain dans les campagnes.

 

Des hôpitaux de proximité privés ?

Des hôpitaux de proximité privés ?

 

Il ne s’agit véritablement pour le gouvernement de créer de nouveaux établissements mais des sortes d’annexe dans les centres hospitaliers existants, annexes réservées aux médecins de ville et dont l’objectif serait de répondre aux besoins de santé locaux. Une manière en quelque sorte de tenter de désengorger des services d’urgence qui accueillent  toute la misère du monde. Toutefois cette initiative ne permettra pas de renforcer les effectifs globaux de santé qu’il s’agisse du public ou du privé. Il faudra en effet attendre la réforme du numerus clausus pour pouvoir disposer d’ici au moins 10 ans d’effectifs de médecins supplémentaires à moins, comme en ce moment,  de recourir encore davantage à des médecins étrangers. .Selon le quotidien économique les Echos, “le gouvernement ne souhaite pas créer de nouveaux établissements” mais “préfère reconvertir les hôpitaux de proximité, qui bataillent pour leur survie”. “Des unités dédiées aux besoins locaux pourraient aussi être ouvertes au sein d’hôpitaux plus grands, dans des CHU (centres hospitaliers universitaires)”, note le journal. Le rapprochement de la médecine de ville et de l’hôpital figurait en première ligne des pistes de réforme avancées aussi bien par les experts du Comité Action publique 2022 (CAP 22) chargés d’identifier des pistes d’économies que par le Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie.

Le retour des petits hôpitaux ?

Le retour des petits hôpitaux ?

 

 

Un rapport qui va totalement à l’encontre de la concentration hospitalière de ces dernières décennies. Le Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie propose le retour des petits hôpitaux de proximité pour compléter l’offre de soins des généralistes. Il en faudrait 500 à 600, soit 5 à 6 par département en moyenne. Une sorte de maison de santés plus conséquentes, plus équipées organisant les synergies entre public et privé. Bref ce qui existait il y a quelques dizaines d’années. Le malade continuera d’aller d’abord chez le médecin généraliste, mais si des soins plus importants sont nécessaires, il pourra aller dans un hôpital de proximité, où travailleront côte à côte des médecins urgentistes, des radiologues, des biologistes et aussi des médecins de ville, pour gérer les petites urgences comme les entorses. Les femmes enceintes, les patients atteints de maladie chronique et les personnes âgées seront également suivis dans ces « établissements de santé communautaires », selon le terme employé dans le rapport. C’est un scénario « de rupture » car il va à l’encontre de la tendance actuelle qui est de fermer les petites structures… Il faudrait même 550 à 600 hôpitaux de ce type. Ensuite, à un troisième niveau, si le patient a besoin de soins plus pointus ou plus lourds, il sera admis dans un service hospitalier spécialisé, comme cela existe aujourd’hui dans les CHU. Le but est de décharger les urgences et les hôpitaux qui sont devenues de véritables usines ingérables ;  

 

Grève dans les hôpitaux de Paris : grève non justifiée et non suivie

Grève dans les hôpitaux de Paris : grève non justifiée et non suivie

 

La mobilisation dans les hôpitaux de Paris pour protester contre l’évolution du temps de travail a fait flop. La mobilisation a été insignifiante et pour cause il y a longtemps que dans la plupart des hôpitaux de province cette réforme a été réalisée. Une nécessité car la réduction du temps de travail initiale avait créé une pagaille totale dans le fonctionnement hospitalier. D’où l’impérative nécessité d’adapter les effectifs en fonction des niveaux d’activité et de la nature des services. En effet si on peut déplorer un manque d’effectif criant dans certains secteurs, c’est loin d’être le cas dans tous. En outre certains établissements hospitaliers de grande dimension exigent une gestion plus pointue car dans les conditions actuelles ces établissements sont devenus d’énormes  organisations ingérables. Plusieurs dizaines d’agents de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) ont une nouvelle fois manifesté mardi devant le siège de l’institution contre la réforme du temps de travail, à l’appel d’une intersyndicale. L’Usap-CGT, FO, la CFE-CGC, la CFTC et l’Unsa avaient appelé les agents des 39 hôpitaux à se rassembler à 10h ce matin.«Nous espérons toujours que cette réforme ne passe pas. Si c’est le cas ce sera dramatique pour nos conditions de travail», peste Fanny Rigaud, jeune aide-soignante à l’hôpital Saint-Louis, venue manifester bruyamment sa colère sous les fenêtres du siège de l’AP-HP dans le 4e arrondissement. Les agents étaient aussi appelés à cesser le travail alors que les premières mesures, comme la suppression des journées extraréglementaires (Fête des mères…) doivent entrer en vigueur dans quelques jours. Selon la direction de l’AP-HP, la mobilisation était à la mi-journée de 1,18%. «Hirsch vole les repos des héros» proclamait une bannière tendue devant l’établissement où se tenait un CHSCT central (Comité d’hygiène et de sécurité) au cours duquel le directeur général de l’AP-HP, Martin Hirsch, doit présenter pour avis les nouveaux ajustements de sa réorganisation du temps de travail. La réforme qui vise les 75.000 agents (hors médecins) de l’institution repose sur une modification des temps de travail et des suppressions de RTT. Elle prévoit le passage de 7h36 de travail à auxquelles sont soumis actuellement 50% des agents, à 7h30, synonyme de 15 RTT au lieu de 18. Le texte prévoit également la suppression au 1er septembre du régime horaire en 7h50 (16% des agents) pour le remplacer par celui en 7h36 avec un passage 20 à 18 RTT. Selon un audit, la direction de l’AP-HP a évalué à 48,4 millions d’euros brut les économies générées par la réforme entre 2016 et 2019, et à 41,1 millions les gains réalisés en termes de remplacement (intérim, remplacement, heures supplémentaires). Mais cet audit a mis en exergue une désorganisation des services liée à un absentéisme «préoccupant» et une «surcharge de travail». Martin Hirsch doit annoncer la mise en place d’ici l’été d’un plan de lutte contre ce phénomène. La direction fait valoir en outre que l’intégration de la pause repas dans le temps de travail pouvait être considérée «implicitement» comme une «compensation» aux dépassements horaires.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol