Archive pour le Tag 'hommage'

Poème en hommage aux poilus de 14-18 : « Vosges sanglantes »

Poème en hommage aux poilus de 14-18 :

 

 

« Vosges sanglantes »

 

Les cieux ont perdu leur couleur

Les arbres nus et mutilés

Tous les oiseaux sont morts de peur

La terre est un ventre percé

 

Dans la plaine un chêne orgueilleux

Tend  son tronc gris et calciné

Les branches noircies par le feu

Sa tête git à terre coupée

 

Le sol  est devenu stérile

Brulé par la pluie  des mitrailles

Par les obus,  les escarbilles

L’enfer qui fouilla les entrailles

 

La terre a recouvert les hommes

Des jeunes faits pour  être aimés

Ils dorment désormais sous des dômes

De pierres et d’oublis assemblés

 

Le sens des Vosges un  siècle après

Imbibe encore l’humus maudit

Et parfois des gouttes rosées

Tombent d’un sapin qui gémit

 

Gaston René Bessay

Poème en hommage aux poilus de 14-18 :

Poème en hommage aux poilus de 14-18 :

 

 « Quelques pierres, quelques noms »

 

Au cœur de nos villages, quelques pierres, quelques noms

Modestes anonymes que l’histoire n’oublie pas

Quelques pierres dressées refusant l’abandon

De ceux  qui se souviennent de la gloire d’un trépas

 

Car ces hommes étaient jeunes car ces hommes étaient beaux

En partant, ils riaient  comme on part en moisson

Mais dans les champs rougis par le sang des agneaux

Le fer faucha leur vie bien avant la saison

 

Ils riaient, ils chantaient leur jeunesse insolente

Ils lisaient dans leurs pères leurs rides de demain

Ils avaient des amis, ils avaient des amantes

Mais déjà la faucheuse décomptait leurs matins

 

Dans les terres lointaines, leurs rires se sont éteints

Dresser face à l’horreur, à l’ignoble oppression

Ils préférèrent mourir, assumant leur destin

Plutôt que de trahir l’honneur de la Nation

 

Des noms qu’on reconnaît, des familles connues

D’autres noms inconnus, qui se sont sacrifiés

Des fils de la patrie qui auront tout perdu

Pour que poussent longtemps des fleurs de liberté

 

Gaston René Bessay

 

Poèmes en hommage aux poilus de 14-18 :

Poèmes en hommage aux poilus de 14-18 :

 

 « Quelques pierres, quelques noms »

 

Au cœur de nos villages, quelques pierres, quelques noms

Modestes anonymes que l’histoire n’oublie pas

Quelques pierres dressées refusant l’abandon

De ceux  qui se souviennent de la gloire d’un trépas

 

Car ces hommes étaient jeunes car ces hommes étaient beaux

En partant, ils riaient  comme on part en moisson

Mais dans les champs rougis par le sang des agneaux

Le fer faucha leur vie bien avant la saison

 

Ils riaient, ils chantaient leur jeunesse insolente

Ils lisaient dans leurs pères leurs rides de demain

Ils avaient des amis, ils avaient des amantes

Mais déjà la faucheuse décomptait leurs matins

 

Dans les terres lointaines, leurs rires se sont éteints

Dresser face à l’horreur, à l’ignoble oppression

Ils préférèrent mourir, assumant leur destin

Plutôt que de trahir l’honneur de la Nation

 

Des noms qu’on reconnaît, des familles connues

D’autres noms inconnus, qui se sont sacrifiés

Des fils de la patrie qui auront tout perdu

Pour que poussent longtemps des fleurs de liberté

 

Oh vous jeunes héros, et vous pères perdus

Nous entendons vous voix résonner dans nos cœurs

Que jamais nul n’oublie que vous avez vaincu

En offrant votre sang pour vos frères et vos sœurs

 

« Vosges sanglantes »

 

Les cieux ont perdu leur couleur

Les arbres nus et mutilés

Tous les oiseaux sont morts de peur

La terre est un ventre percé

 

Dans la plaine un chêne orgueilleux

Tend  son tronc gris et calciné

Les branches noircies par le feu

Sa tête git à terre coupée

 

Le sol  est devenu stérile

Brulé par la pluie  des mitrailles

Par les obus,  les escarbilles

L’enfer qui fouilla les entrailles

 

La terre a recouvert les hommes

Des jeunes faits pour  être aimés

Ils dorment désormais sous des dômes

De pierres et d’oublis assemblés

 

Le sens des Vosges un  siècle après

Imbibe encore l’humus maudit

Et parfois des gouttes rosées

Tombent d’un sapin qui gémit

 

GRB

Poème en hommage aux poilus : « Quelques pierres, quelques noms »

Poème en hommage aux poilus : « Quelques pierres, quelques noms »

 

Au cœur de nos villages, quelques pierres, quelques noms

Modestes anonymes que l’histoire n’oublie pas

Quelques pierres dressées refusant l’abandon

De ceux  qui se souviennent de la gloire d’un trépas

 

Car ces hommes étaient jeunes car ces hommes étaient beaux

En partant, ils riaient  comme on part en moisson

Mais dans les champs rougis par le sang des agneaux

Le fer faucha leur vie bien avant la saison

 

Ils riaient, ils chantaient leur jeunesse insolente

Ils lisaient dans leurs pères leurs rides de demain

Ils avaient des amis, ils avaient des amantes

Mais déjà la faucheuse décomptait leurs matins

 

Dans les terres lointaines, leurs rires se sont éteints

Dresser face à l’horreur, à l’ignoble oppression

Ils préférèrent mourir, assumant leur destin

Plutôt que de trahir l’honneur de la Nation

 

Des noms qu’on reconnaît, des familles connues

D’autres noms inconnus, qui se sont sacrifiés

Des fils de la patrie qui auront tout perdu

Pour que poussent longtemps des fleurs de liberté

 

Oh vous jeunes héros, et vous pères perdus

Nous entendons vous voix résonner dans nos cœurs

Que jamais nul n’oublie que vous avez vaincu

En offrant votre sang pour vos frères et vos sœurs

 

« Force noire » de 14-18 : hommage tardif …….et gratuit

« Force noire » de 14-18 : hommage tardif …….et gratuit

 

 

Un hommage tardif et bien gratuit concernant les soldats africains ayant combattu leur de la première guerre mondiale. Pour la plupart, des hommes enrôlés d’office qui ont servi de chair à canon notamment dans le régiment des tirailleurs sénégalais. À l’occasion de cet hommage on a évoqué le chiffre de 200 000 soldats africains et le chiffre de 30 000 morts. La vérité c’est sans doute qu’on est plus proche du chiffre de 80 000 à 100 000 pour la simple raison que pendant longtemps l’état major ne comptait pas les morts  africains pour ne pas alourdir la facture de l’horreur. Un scandale évidemment d’autant que ces combattants africains ont ensuite pour beaucoup été privé d’indemnités et de pensions qu’ils méritaient. En outre la France à partir de la décolonisation, a bloqué le montant des  indemnisations des combattants de toutes les guerres de 14-18 bien sur, de 39 45 et des guerres coloniales. Finalement le contentieux a été réglé 50 ans après. C’est-à-dire qu’il y avait déjà longtemps que nombre de combattants étaient morts. . Après notamment  la sortie du film Indigènes évoquant le rôle des troupes nord-africaines en Europe en 1943-1945, le Parlement français a finalement voté le 15 novembre 2006 la revalorisation des pensions des soldats des ex-colonies dans le cadre du budget 2007 des anciens combattants. « 84 000 anciens combattants coloniaux de 23 nationalités devraient en bénéficier », s’ils se manifestent ! Nombreux de ces combattants avec le temps n’ont jamais été capables de produire les documents nécessaires pour justifier leur demande, en outre surtout la plupart était morts. Ces combattants ont pourtant manifesté une conduite exemplaire. Pour parler clair,  ils ont servi de chair à canon, beaucoup d’autres sont morts de maladie dans les tranchées froides et humides qui contrastaient évidemment avec le climat africain. Emmanuel Macron et le président malien Ibrahim Boubacar Keïta ont honoré mardi à Reims la mémoire des “héros de l’armée noire”, ces 200.000 soldats africains venus combattre aux côtés de la France lors de la Première Guerre mondiale. Le chef de l’Etat français et son homologue ont participé à une cérémonie dans le parc de Champagne à l’occasion du centenaire de l’armistice de 1918 avec honneurs aux drapeaux, hymnes, revue des troupes et inauguration officielle du “monument aux héros de l’armée noire”. “Près de 200.000 combattants africains ont accouru à la rescousse pendant la Première Guerre mondiale, ils se sont battus, de jour et de nuit, pour la France mais pour eux-mêmes aussi” a dit le président malien invité pour la cérémonie. . “Ils ont saigné pour la paix du monde”. On aurait pu ajouter que des centaines de combattants ’africains furent exécutés ou blessés par l’armée française   en 1944 à Dakar  (Le massacre de Thiaroye)  à l’occasion de  la manifestation des tirailleurs qui réclamaient  leurs indemnités et pensions.

Hommage national au héros Beltrame et après

 

Hommage national au héros Beltrame et après

Après l’immense émotion et l’  hommage justifié au nouveau héros se pose la question de l’après. Encore une commémoration qui honore et ressemble pendant quelques heures ou bien un vrai tournant sociétal sur la prise de conscience de la menace islamiste. Le chef de l ‘Etat à souligné la force de la résilience française concernant les valeurs fondamentales qui fondent la république et la nation. Il a appelé à la résistance ? Pas une résistance  de nature communautariste et qui divise encore une peu plus mais sans doute une résistance contre l’avilissement des valeurs dans une  société ou le citoyen moyen se comporte davantage en consommateur de démocratie qu’en acteur. Il y a évidemment plusieurs facteurs explicatifs à la montée en puissance de l’islamisme radical et violent en France ? D’abord peut-être un certain laxisme vis-à-vis précisément de la mise en cause quotidienne de ces valeurs avec la grande tolérance vis-à-vis des phénomènes d’insécurité, de la délinquance du quotidien et du manque général de respect pour autrui, voire des simples règles de la politesse. Un laisser aller  qui a grandement favorisé la création de zones de non droit, terreau de l’islamisme enrichi par des trafics en tous genres notamment de drogue. De ce point de vue,  la reconquête de ces quartiers est essentielle pas seulement pour rétablir la sécurité mais pour réinsérer socialement les jeunes sur le plan scolaire, culturel et professionnel, pour créer des zones économiques spécifiques, tout simplement des zones républicaines. La responsabilité en incombe à l’Etat, à l’école, aux services publics en général, aux collectivités locales mais aussi à la société toute entière pour l’instant trop spectatrice du dépérissement du tissu sociétal qui risque d’être livré aux dérives de tous les communautaristes et de tous les populismes.

Hommage au héros national Beltrame et après ?

Hommage au héros national Beltrame et après ?

Après l’immense émotion et l’  hommage justifié au nouveau héros se pose la question de l’après. Encore une commémoration qui honore et ressemble pendant quelques heures ou bien un vrai tournant sociétal sur la prise de conscience de la menace islamiste. Le chef de l ‘Etat à souligné la force de la résilience française concernant les valeurs fondamentales qui fondent la république et la nation. Il a appelé à la résistance ? Pas une résistance  de nature communautariste et qui divise encore une peu plus mais sans doute une résistance contre l’avilissement des valeurs dans une  société ou le citoyen moyen se comporte davantage en consommateur de démocratie qu’en acteur. Il y a évidemment plusieurs facteurs explicatifs à la montée en puissance de l’islamisme radical et violent en France ? D’abord peut-être un certain laxisme vis-à-vis précisément de la mise en cause quotidienne de ces valeurs avec la grande tolérance vis-à-vis des phénomènes d’insécurité, de la délinquance du quotidien et du manque général de respect pour autrui, voire des simples règles de la politesse. Un laisser aller  qui a grandement favorisé la création de zones de non droit, terreau de l’islamisme enrichi par des trafics en tous genres notamment de drogue. De ce point de vue,  la reconquête de ces quartiers est essentielle pas seulement pour rétablir la sécurité mais pour réinsérer socialement les jeunes sur le plan scolaire, culturel et professionnel, pour créer des zones économiques spécifiques, tout simplement des zones républicaines. La responsabilité en incombe à l’Etat, à l’école, aux services publics en général, aux collectivités locales mais aussi à la société toute entière pour l’instant trop spectatrice du dépérissement du tissu sociétal qui risque d’être livré aux dérives de tous les communautaristes.

Pour un hommage des élèves à Arnaud Beltrame (Blanquer)

Pour un hommage des élèves à  Arnaud Beltrame (Blanquer)

 

 

Une initiative très pertinente du ministre de l’éducation avec cette invitation aux enseignants d’associer les élèves à l’hommage national au héros  d’Arnaud Beltrame mort pour sauver la vie d’un otage. Il est clair que cette invitation  ne sera pas suivie de manière positive partout et que d’une certaine façon cela rendra compte aussi de l’état civique de notre société en tout cas chez les plus jeunes.

« L’acte héroïque du colonel Arnaud Beltrame, qui a donné sa vie pour en sauver d’autres, vient rappeler notre appartenance à un ensemble qui nous dépasse: la Nation. Cela nous invite à réfléchir aux notions de courage, de dépassement de soi et de citoyenneté au XXIe siècle. Ce moment d’hommage sera également l’occasion de rappeler le rôle des forces de sécurité au service des Français. Ainsi, les élèves pourront prendre conscience que la République se nourrit et grandit par l’engagement de chacun. » Indique le texte du ministre.  Relevant que l’école est un lieu de transmission « des savoirs et des valeurs », le ministère de l’Education nationale poursuit: « A un moment où des forces obscurantistes cherchent à atteindre les fondements démocratiques de notre société, la mission des professeurs et des personnels de l’éducation nationale est plus que jamais d’éduquer pour faire triompher la tolérance et le respect d’autrui. » Indique le ministre.

 

Hommage populaire à Johnny Hallyday : une participation historique

Hommage populaire à Johnny Hallyday : une participation historique

 

La participation à l’hommage rendu à Johnny Hallyday à Paris devrait connaître un record historique. On pourrait dépasser le million et il sera sans doute difficile de comptabiliser exactement le nombre de personnes qui défileront sur les Champs-Élysées. Certains s’étonnent de l’importance donnée à cet événement dans les médias notamment certains intellos ou certains gauchistes. Certes Johnny Hallyday ne figurera peut-être pas au panthéon de la culture française en général mais le chanteur constitue une sorte de marqueur de notre époque, une sorte de fédérateur dépassant les clivages sociologiques et idéologiques. Johnny Hallyday et devenu une sorte de monument du patrimoine même si on peut considérer que des chanteurs comme Brel, Brassens, Ferré, Piaf et d’autres ont  apporté une contribution culturelle différente. De temps en temps,  notamment à l’occasion d’événements douloureux,  les Français ont besoin de se retrouver, de se rassembler,  de communier ensemble. Ce sera le cas encore ce samedi et la ministre de la culture a bien raison de ne pas se montrer condescendante  vis-à-vis de l’événement car Johnny Hallyday incarnait  vraiment la dimension populaire française. Pour parler de ces cérémonies, la ministre de la Culture Françoise Nyssen était l’invitée de L’interview J-1, jeudi sur franceinfo. (Extraits)

Franceinfo : Un hommage populaire sera rendu à Johnny Hallyday, avec une cérémonie hors protocole. Le cercueil va descendre les Champs-Elysées pour arriver à l’église de La Madeleine. C’est inédit ?

 

Françoise Nyssen : L’hommage va ressembler à l’homme qu’il était, un homme libre en Harley, un homme de show, de partage, fidèle à son public. On va avoir Quelque chose de Tennessee sur les Champs-Elysées. L’envie d’avoir envieJe te prometsQue je t’aime, tout ça va résonner dans nos têtes. Ça va être un grand moment de partage et d’émotion.

 

Johnny Hallyday : hommage monstre sur les champs Elysées

Johnny Hallyday : hommage monstre sur les champs Elysées

Pas de véritable hommage national mais peut-être mieux que cela, un défilé monstre du cortège funéraire sur les Champs  Elysées. Le chanteur le plus populaire sera ainsi honoré par ses fans et le monde artistique. La mort du chanteur,  c’est comme un chêne qu’on abat. Comme D’Ormesson on le croyait immortel,  il  donnait impression que le temps était éternel pour les générations d’après guerre, mais aussi pour les plus jeunes. Un héros français a dit Macron,  bien conscient de la popularité exceptionnelle de l’artiste ;  un héros, peut-être pas mais un marqueur, un monument de la variété  pendant plus de 60 ans qui a su rebondir sur toutes les modes. D’Ormesson, Johnny Halliday, d’un coup la France vieillit.  Le chef de l‘Etat (lui aussi fan de Johnny) a rendu hommage à sa “gueule”, sa “voix” et son “lyrisme brut et sensible” dans un communiqué publié dans la nuit. “Jusqu’au bout, libre dans sa tête, il aura été cette présence familière, cette voix tant de fois imitée, cette personnalité osant vivre pour le meilleur, et communiquant une énergie fraternelle à ce public qui en retour lui criait ‘Que je t‘aime’”, a-t-il ajouté. Un “héros français”, a-t-il par la suite déclaré depuis Alger, où il était en visite. Le président français a été prévenu à 02h00 du matin (01h00 GMT) par un appel téléphonique de Laeticia Hallyday, l’épouse du rockeur, a-t-on appris auprès de l‘Elysée. “Johnny Hallyday est parti”, a-t-elle annoncé dans un communiqué transmis à l‘Agence France Presse. “J’écris ces mots sans y croire. Et pourtant c‘est bien cela. Mon homme n‘est plus. Il nous quitte cette nuit comme il aura vécu tout au long de sa vie, avec courage et dignité.” La disparition de l‘ex-“Idole des jeunes”, a suscité un flot de réactions de personnalités du monde de la musique  Le président français a été prévenu à 02h00 du matin (01h00 GMT) par un appel téléphonique de Laeticia Hallyday, l’épouse du rockeur, a-t-on appris auprès de l‘Elysée. “Johnny Hallyday est parti”, a-t-elle annoncé dans un communiqué transmis à l‘Agence France Presse. “J’écris ces mots sans y croire. Et pourtant c‘est bien cela. Mon homme n‘est plus. Il nous quitte cette nuit comme il aura vécu tout au long de sa vie, avec courage et dignité.” Les députés ont réservé au rockeur patrimonial des applaudissements debout en ouverture d‘une séance de questions au gouvernement. “Nous avons à intervalles réguliers entendu et vu cet artiste exceptionnel qui a su séduire, conquérir de nouveaux publics, durer aussi, se renouveler et investir des champs très variés, à la fois dans la chanson, le cinéma et au théâtre”, a dit le Premier ministre, Edouard Philippe, lors de cette séance. Le maire de Nice, Christian Estrosi, a promis sur France Bleu de baptiser une rue ou une salle de sa ville du nom de Johnny Hallyday

Michel Rocard, un hommage unanime et suspect de la gauche

Michel Rocard, un hommage unanime et suspect de la gauche

 

L’unanimité de la classe politique pour rendre hommage à Michel Rocard est pour le moins suspecte surtout de la part de la gauche. La vérité c’est que les mitterrandiens (c’est-à-dire la plus grande partie du parti socialiste)  n’ont jamais accepté la philosophie politique de Michel Rocard trop social-démocrate, trop intellectuel et aussi il faut bien le dire trop rigoureux. Le parti socialiste a toujours préféré les personnages ambigus au discours radicaux lors des périodes électorales et qui se sont ensuite embourbés dans une gestion approximative lorsqu’ils étaient au pouvoir. En fait le parti socialiste, à commencer par Mitterrand, à tué Michel Rocard renvoyé à son seul rôle d’oracle. Un Oracle dont d’ailleurs la plupart ne comprenait pas les propos car Michel Rocard était un des rares à être capable d’articuler les problématiques économiques, sociales, environnementales et sociétales, cela à l’échelle internationale. En outre Michel Rocard était un des centralisateurs, un partisan de la négociation avec les corps intermédiaires et notamment les partenaires sociaux. Alors que le parti socialiste a toujours été étatiste et ce ne sont pas les mesures de décentralisation de Deferre qui ont beaucoup changé la donne de ce point de vue. En effet les élus régionaux comme locaux sont toujours condamnés à ne s’occuper que de  crottes de chat en matière économique. Il faut surtout se rappeler que François Mitterrand a fusillé en plein vol la carrière de Michel Rocard en particulier lorsqu’il a démissionné ce dernier en raison de sa popularité et de ses succès comme Premier ministre. François Mitterrand a mené une véritable guérilla contre son Premier ministre qui, pendant trois ans, jusqu’au 15 mai 1991, a néanmoins procédé à nombre de réformes importantes, dont celle des retraites, et introduit un nouvel impôt, la CSG. « Démissionné » par le président, Michel Rocard devient alors Premier secrétaire du Parti socialiste en 1993 après le retour de la droite au pouvoir. Sa carrière a enregistré  de nombreux revers, en partie provoqués par la vengeance de François Mitterrand et les oligarques du parti socialiste.

L’hommage aux victimes du terrorisme : un concours de bougies » (Ménard)

L’hommage aux victimes du terrorisme : un concours de bougies » (Ménard)

Encore une déclaration odieuse de l’exhibitionniste maire de Béziers, Robert Ménard. Un personnage toujours prêt à tout faire pour exister médiatiquement. Si c’était nécessaire il montrerait sans doute son cul pour passer à la télé. Cette fois il compare l’hommage aux victimes des attentats à un concours de bougies. On attend là le sommet de la bêtise, de l’immonde et de l’abomination. Ménard n’hésite pas à cracher sur la famille des victimes, leurs amis et tous ceux  qui manifestent  leur compassion en déposant des bougies près des lieux d’attentats place de la république. Le maire de Béziers, Robert Ménard, s’était auparavant exprimé à la tribune toulonnaise, sur la même thématique. « Je veux retrouver notre France, celle de Louis XIV, de Napoléon, et celle, si le ministère de l’Intérieur me l’autorise, de Charles Martel (souverain des Francs qui a affronté les armées musulmanes lors de la bataille de Poitiers en 732, ndlr), a-t-il lancé. Un rappel à l’histoire qui démontre combien l’intéressé est inculte car les époques qu’il évoque n’ont rien de comparables.  «  »Nous sommes rongés de l’intérieur (et) on voudrait que l’on n’ait pas envie de vomir », a ajouté l’ancien journaliste, en se moquant de ceux qui « se contentent d’aller résister en buvant un café à la terrasse d’un bistrot ou en faisant des concours de bougies ». Et de poursuivre: « Aucune de ces réactions collectives n’a été ou n’est à la hauteur, (…) imaginons les Français de 1916 se promenant avec un papier ‘je suis Verdun’ ». Par extension on pourrait aussi proposer à tous les abrutis d’être signalé par une pancarte « je suis Ménard ».

 

Russie : manif d’hommage et de protestation

Russie : manif d’hommage et de protestation

Il y aura un double objectif à la manif de ce dimanche à Moscou, protester contre l’assassinat d’un des principaux opposants, en même temps lui rendre hommage. De toute évidence la climat politique se dégrade en Russie. Certains n’ont pas du apprécier la manif des protestataires de mardi. Poutine qui comme lorsqu’il était au KGB joue double, triple jeu. Exemple sur l’Ukraine où il n’a nullement renoncé à son expansionnisme. Poutine hystérise le nationalisme d’une  population sous-informée, il lui faut pour cela décapiter toute opposition politique et toute presse d’opposition. Ne laisser que le minimum pour donner l’impression que la Russie est  uen démocratie. Tous les oligarques et personnalités politiques ont subi le même sort que Nemtsov ou alors ont été emprisonnés  ou encore ont été contraints de s’expatrier. Politiquement Poutine ne craint cependant  rien à, l’intérieur tellement il a éliminé toute opposition, il endort le peuple avec le fantasme de la grande Russie retrouvée , ce qui lui permet au passage de masquer la gravité de la situation économique intérieure ( croissance dans le rouge, fuite des capitaux, baisse du rouble, baisse des ressources pétrolières, inflation).  . Poutine de ce point de vue rejoint le concert des dictateurs fous ( pas si fou puisqu’il accumulé come la plupart des oligarques uen fortune considérable).  Deux jours après l’assassinat de Boris Nemtsov, opposant farouche à Vladimir Poutine, ses compagnons de lutte ont appelé à marcher en sa mémoire, ce dimanche à Moscou. Un rassemblement autorisé par les autorités. À l’origine, Nemtsov prévoyait de manifester contre la guerre en Ukraine, et le rôle du pouvoir russe dans le conflit.  Il tenait beaucoup à ce rendez-vous. Quelques heures avant son assassinat, vendredi, Boris Nemtsov mettait la dernière main à l’organisation d’une grande marche, ce dimanche à Moscou. Sur la radio Echo de Moscou, l’opposant avait appelé à manifester contre « l’agression de Vladimir Poutine » en Ukraine, son combat le plus acharné de ces derniers mois. Il n’y participera donc pas. Sergueï Boutman, Echo de Moscou : « Il collectait des preuves de la participation des forces armées russes au conflit dans le Donbass ». Mais ses amis et compagnons d’opposition ne veulent pas renoncer à sortir pour crier leur colère.

 

Décès de Margerie Total : un hommage mérité qui ne doit pas faire oublier l’affaire ELF

De Margerie Total : un hommage mérité qui ne doit pas faire oublier l’affaire ELF

 

Il est normal que le Président Margerie de Total reçoive cet hommage de la part des personnalités politiques et économiques. C’était effectivement un grand capitaine d’industrie mais qui aurait été encore pus honorable si Total avait  régulièrement payé des impôts sur les sociétés en France. C’était donc un bon manager, celui du plus grand groupe français. Pour autant il faut se rappeler les conditions dans lesquelles a été constitué ce grande groupe. Surtout parce que le petit Total absorbé  le Grand Elf dans des conditions pour le moins sulfureuses ? Or c’était l’inverse qui était prévu, c’est Elf qui devait absorber Total, Elf environ dix fois plus puissant. En fait Elf a été victime du lâchage du gouvernement, de son pacte dictionnaires et des chefs d’Etats africains. Elf est descendu aux enfers notamment du fait du plus  grand scandale politico financier du pays qui a révélé des financements occultes des partis, des détournements de fonds, des rémunérations occultes d’intermédiaires et des cadeaux en Afrique. Complètement discrédité Elf s’est fait acheter par Total parce qu’il fallait définitivement tourner la page ELF trop mouillé dans des scandales politico financiers.

Foot : Drogba et Eboué, sanctionnés pour leur hommage à Mandela !!

Foot : Drogba et Eboué, sanctionnés pour leur hommage à Mandela !!

Visiblement il y a encore des efforts à faire en Turquie en matière de démocratie et tout simplement de tolérance. Didier Drogba et Emmanuel Eboué, les deux internationaux ivoiriens du club de 1re division turque de Galatasaray, sont menacés de sanctions pour avoir rendu hommage à l’issue d’un match à Nelson Mandela, rapporte ce dimanche 8 décembre la presse turque. Vendredi soir, à la fin du match entre Galatasaray et SB Elagizspor, comptant pour la Coupe de Turquie, Drogba a dévoilé sous son maillot un tee-shirt où était inscrit « Thank you Madiba », littéralement « Merci Madiba », le surnom de l’icône de la lutte anti-apartheid.  Eboué a fait de même, son tee-shirt portant le message « Rest in peace Nelson Mandela » (« Repose en paix Nelson Mandela »).Les deux joueurs ont été renvoyés par la Fédération turque de football (TFF) devant sa commission de discipline, rapportent les quotidiens Milliyet et Hürriyet. Il est en principe interdit pour les footballeurs d’arborer des slogans ou messages politiques sur leurs maillots, sous peine d’une amende.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol