Archive pour le Tag 'Hollande'

Page 5 sur 61

Bartolone lance Valls pour tuer Hollande

Bartolone lance Valls pour tuer Hollande

 

Nouveau malaise au parti socialiste Claude Bartolone veut se venger de François Hollande après les propos de celui-ci considérant que le président de l’Assemblée nationale n’avait guère d’envergure et de charisme. Blessé dans son ego, Bartolone se venge en ajoutant encore un peu plus de pagaille à gauche et au parti socialiste. D’un côté c’est l’incantation pour l’unité de toute la gauche dans le cadre de la même primaire et de l’autre l’invitation à Valls de semer la zizanie au sein du PS. Une position évidemment complètement incohérent et irresponsable de la part de ce bobo de gauche qui appartient aux couches très aisées et qui avait par ailleurs opposé son refus à une transparence du patrimoine des élus. Ce qui ne l’empêche pas de vouloir se marquer à gauche tendance Fabius, lui aussi bobo aisé parfois gauchisant mais en réalité social libéral, comme Bartolone. Pour ajouter à la crise et mettre encore davantage le parti socialiste dans l’embarras,  on se demande pourquoi Bartolone n’a pas appelé aussi Fabius ou Jospin à se présenter à la primaire de gauche avec Valls et Hollande   »Je souhaite que Valls participe à la primaire, je souhaite que Hollande participe à la primaire, je préférerais qu’ils participent tous les deux à la primaire plutôt que l’un puisse se dire ‘là je suis éliminé sur le tapis vert, donc je m’éloigne de la campagne, je m’éloigne des socialistes, je m’éloigne de l’action gouvernementale », a déclaré à la presse l’élu socialiste de Seine-Saint-Denis à son arrivée au Carrefour citoyen des gauches et de l’écologie organisé par Martine Aubry à Bondy, au nord de Paris. « Puisque depuis maintenant quinze jours il semble y avoir un débat entre le président de la République et le Premier ministre, qu’ils aillent devant les militants de gauche et soient tous les deux aussi candidats à la primaire », a-t-il poursuivi, en ajoutant « on ne peut pas continuer avec les petites phrases ». Pourtant Bartolone qui prône l’union propose encore davantage de division. Du coup à ce rythme de déchirement interne le parti socialiste pourrait recueillir moins de 10 % en 2017 et voir ses députés passer de 250 à 50. Bartolone organise un peu plus la division en utilisant la dialectique de l’union. Bref une rhétorique qui nous rappelle Guy Mollet et la SFIO. Une rhétorique et surtout une pratique qui feront  connaître au PS  le même sort que la  SFIO.

Cuba : Hollande contre l’embargo

Cuba : Hollande contre   l’embargo

 

L’embargo allégé par Obama en 2015 doit être entièrement supprimé déclare Hollande. « Je veux, à l’occasion de la disparition de Fidel Castro, encore insister pour que l’embargo qui pénalise Cuba puisse être levé, définitivement levé et qu’il puisse y avoir une ouverture un échange et que Cuba puisse être pleinement dans la communauté internationale regardé comme un partenaire », a-t-il déclaré depuis Madagascar, où il assiste au sommet de la francophonie. « J’ai toujours considéré que l’embargo était une décision unilatérale inacceptable », a-t-il précisé. Le chef de l’Etat français, qui s’était exprimé par le biais d’un communiqué en début de matinée, a salué depuis Antananarivo « une grande figure du XXe siècle », qui a « suscité beaucoup d’espoirs » mais « aussi des désillusions ». Il avait déjà appelé à une levée totale de l’embargo américain contre l’île communiste lors d’une visite à Cuba en mai 2015.L’embargo américain en vigueur depuis 1962 a été assoupli en janvier 2015, sur fond de normalisation des relations entre les Etats-Unis et Cuba.

Pétition en ligne contre le Hollande-bashing : seulement 7000 signatures !

Pétition en ligne contre le Hollande-bashing : seulement 7000 signatures !

Un vrai bide pour la pétition contre le Hollande bashing avec seulement 7000 signatures. Pas étonnant, puisque  selon le dernière baromètre IFOP-JDD, 15% de personnes sont satisfaites de la politique de François Hollande, dont 1% sont très satisfaites. Les bobos du showbiz et quelques autres avaient  signé une pétition pour dénoncer le Hollande bashing, considérant que le président  était attaqué de manière injuste. Et de citer en vrac une sorte d’inventaire à la Prévert qui rend bien compte de l’indigence du bilan de l’actuel président de la république. Notamment sur la question essentielle de l’emploi puisque ce bilan dans ce domaine sera comparable à celui de Sarkozy avec environ 600 000 chômeurs en plus en 5 ans. Un chômage qui nourrit la croissance indécente de la pauvreté. Ce type de pétition par des personnages au demeurant sympathiques mais  hors sol alimente le populisme qu’ils  entendent  dénoncer tellement le bilan qu’ils font est déphasé par rapport à la réalité. Et cette réalité c’est 7 ou 8 millions de chômeurs et une augmentation des inégalités et de la pauvreté. ; Une défense bien désuète et certainement contreproductive de l’action de François Hollande et de la gauche. Pétition :

« Dès le départ, François Hollande a fait face à un incroyable procès en illégitimité. Ce dénigrement permanent met à mal toutes les institutions de la République et la fonction présidentielle. Il perdure encore aujourd’hui malgré la stature d’homme d’État que François Hollande a parfaitement incarnée, tant dans les crises internationales que lors des épouvantables tragédies que notre pays a traversées. C’est comme si, en quatre ans, on n’avait jamais entendu parler ni retenu tout ce qui a été accompli, systématiquement effacé par ce Hollande-bashing : les créations de postes dans l’Éducation nationale, l’alignement du traitement des instituteurs sur celui des professeurs, l’augmentation du nombre de policiers et de magistrats, les emplois d’avenir, la garantie jeunes, le soutien à l’apprentissage, le compte personnel de formation, le compte pénibilité, la complémentaire santé pour tous, la généralisation du tiers payant, la prime d’activité, la retraite à 60 ans pour les carrières longues, la refondation de l’école, les droits rechargeables à l’assurance-chômage, le mariage pour tous, la sanctuarisation du budget de la culture, le renforcement de l’égalité professionnelle hommes-femmes, l’extension de la parité dans les conseils départementaux, le remboursement complet de l’IVG et de la contraception, une meilleure protection des femmes contre le harcèlement sexuel, la mise en œuvre concrète de la transition énergétique, le non-cumul des mandats, etc., etc. Ajoutons un déficit public passé de 5,1% en 2011 à 3,5% en 2015, plus de compétitivité, et plus de marges pour les entreprises pour favoriser les embauches, plus de pouvoir d’achat pour les ménages, moins d’impôts et enfin la diminution amorcée du chômage. Tout cela est ignoré, tout cela est déformé, gommé, remplacé par un procès quotidien, instruit à charge par des injures et des mensonges ignobles. Nous, artistes, sportifs et créateurs, penseurs, chercheurs, entrepreneurs et citoyens indépendants, dénonçons cet acharnement indigne qui entraîne le débat politique dans une dérive dangereuse pour la démocratie.

François Hollande a droit au respect comme tout citoyen, et comme président de notre ­République. »

PREMIERS SIGNATAIRES : Agnès B., Catherine Deneuve, Benjamin Biolay, Juliette Binoche, Denis Podalydès, Irène Jacob, Sylvie Testud,  Laure Adler, Patrick Chesnais, Gérard Darmon, François Marthouret, Dominique Besnehard, Jean-Michel Ribes, Mazarine Pingeot, Claudine Nougaret et Raymond Depardon, Andrée Zana Murat et Bernard Murat, Michel Rotman, Patrick Pelloux, Laurent Davenas, Gilles Achache, Gabriel Gautier, Marie d’Ouince, Bruno Masure, Dany Dan – Melopheelo – Zoxea, Layla Metssitane, Touria Benzari, Emilie Chesnais Laurent Hébert, Bertrand Van Effenterre, Anna Medvecsky, Gaëlle Bayssière, Fethi Benslama, Pierre Douglas, Rachid Benzine, David Kodsi, Florence Muracciole, Stephane Distinguin,  Jean Minondo, Yohann Diniz, Jean-Philippe Derosier, Sakina M’sa, Éric Dussart, Évelyne Schapira, Philippe Lemoine, Nicole Baldet, Anne Baveray, Rachel Khan, Michel Cantal-Dupart, Anne-Carole Denès, Yves Denès, Gerard Cicurel, Gisela Blanc, Mathieu Sapin, Françoise Huguier, Édouard Brézin, Julie Saavedra,  Alex Menu, Pierre-Emmanuel Guigo, Jean-Philippe Derosier, Leïla Grison, Alexandre Leroy, C215, Dominique Miller, Christian Zerbib, Christiane Hessel…

2017 : Hollande pourrait annoncer sa candidature la semaine prochaine

2017 : Hollande pourrait annoncer sa candidature la semaine prochaine

Déjà très agacé par l’annonce de la candidature d’Emmanuel Macron,  Hollande pourrait annoncer qu’il se présentera dés  la semaine prochaine sitôt après  résultat de la primaire de droite. Hollande veut en effet demeurer maître du calendrier et le succès rencontré par les débats de la primaire de la droite semble le conforter dans sa décision d’occuper plus tôt le terrain médiatique. En même temps il coupe aussi l’herbe sous le pied à Manuel Valls qui s’impatiente au point de considérer que la candidature de François Hollande n’est nullement naturelle. Pour cela le président de la république compte s’appuyer sur les maigres résultats de la réduction du chômage. Des résultats qui affichent une toute petite amélioration depuis deux mois. Le candidat Hollande va donc encore argumenter sur l’inversion de la courbe  du chômage même si globalement ce chômage aura augmenté de plus de 500 000 entre 2012 et 2017. La stratégie c’est d’occuper les médias et de faire un peu oublier l’impact de la primaire de la droite tout autant que l’annonce de la candidature de Macron. Une candidature qui risque cependant de lui prendre au moins 10 % de lectorat. Dans l’entourage de François Hollande,  certains parlent d’une déclaration nette du président mais d’autres envisagent seulement « un signal » de candidature. Ce qui lui permettrait de ménager encore le suspense et une porte de sortie pour le cas où les sondages seraient toujours aussi catastrophiques. Mais cela handicaperait encore un peu plus l’éventuelle campagne de Valls et au-delà du PS.

Montebourg : les électeurs de droite doivent éliminer Hollande à la primaire PS

Montebourg : les électeurs de droite doivent éliminer Hollande à la primaire PS

 

Constatant sans doute l’influence qu’ont pu avoir certains électeurs de gauche lors  de la primaire de la droite pour éliminer Sarkozy, Montebourg appelle les électeurs de droite à éliminer Hollande lors de la primaire du parti socialiste. Un appel qui pourrait être entendu non pas massivement mais peut-être suffisamment (autour de 10 % des votants) pour infliger un cuisant échec à François Hollande. « Je les invite à venir à la primaire participer finalement aux choix politiques de l’avenir du pays et d’y participer à leur manière. Je leur propose de battre le président de la République avec ma candidature », a-t-il ajouté. Selon une enquête BVA-Salesforce publiée la semaine dernière, Arnaud Montebourg l’emporterait sur François Hollande au second tour de la primaire de la gauche. L’ex-ministre du Redressement productif serait en revanche battu en cas de duel avec le Premier ministre, Manuel Valls. Très bas dans les sondages d’opinion, François Hollande doit annoncer début décembre s’il est candidat ou non à sa succession, théoriquement avant le 15, date limite de dépôt des candidatures pour la primaire organisée par le parti socialiste fin janvier. « On ne peut pas lever l’espoir sur un échec et le quinquennat est un quinquennat qui constitue un échec », a estimé Arnaud Montebourg. « Il est fait de reniements et de renoncements de combats non menés, d’abandons, donc je crois que ce serait à l’honneur du président de la République d’en tirer les justes conclusions, mais c’est lui seul qui décide ».

(Avec Reuters)

COP21 : « irréversible »….Pour Hollande !

COP21 : « irréversible »….Pour Hollande !

 

Pour Hollande l’accord obtenu dans la cadre de la 21 sur le réchauffement «  est irréversible en dépit des réticences du nouveau président des Etats- unis. François Hollande s’avance sans doute sur ce terrain de manière imprudente. D’abord parce que l’accord de la 21 doit être précisé dans ses modalités d’application au cours de la COP 22 dont les premières réunions ont commencé au Maroc. Ensuite parce qu’il demeure incertain flou dans les engagement pris par les pays qui diffèrent notamment de manière sensible sur le plan méthodologique pour apprécier à la fois la situation actuelle et les évolutions à venir . La déclaration de François Hollande pourrait être  contre productive vis-à-vis de Trump. Mieux vaut en effet rechercher le dialogue avec un président américain aussi contradictoire et théâtral. « Cet accord de Paris est irréversible, nul ne pourra s’en dégager. »  A l’occasion d’un discours prononcé à Ayguesvives (Haute-Garonne), samedi 19 novembre 2016, François Hollande a donc défendu l’accord sur le climat, conclu le 12 décembre 2015 par la communauté internationale lors de la COP21« Et même s’il pourrait y avoir des tentations, il y aura des forces, y compris dans la démocratie américaine, qui feront en sorte que nous pourrons être au rendez-vous », a-t-il ajouté, après avoir visité dans ce petit village une école élémentaire récompensée pour un projet sur le développement durable.

Depuis l’élection de Donald Trump à la présidentielle américaine, certains observateurs doutent de la mise en œuvre de l’accord de Paris. Et pour cause : le futur président américain avait qualifié lors de la campagne le réchauffement de « canular » et de complot chinois. L’accord de Paris engage notamment à contenir « l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en-dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels » et à poursuivre « l’action menée pour limiter l’élévation de la température à 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels ». L’entente est entrée en vigueur le 4 novembre, moins d’un an après son adoption par 195 pays et quatre jours avant l’élection de Donald Trump. 

2017 : Le Guen pousse Hollande vers la sortie

2017 : Le Guen pousse  Hollande vers la sortie

Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement et proche du Premier ministre, pousse Hollande vers la sortie et Manuel Valls vers une candidature. Dans une interview au JDD Jean-Marie le Guen remet en cause la légitimité d’une décision individuelle de l’actuel président de la république. En clair le secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement milite pour virer Hollande et le remplacer par Valls dans la perspective des présidentielles. Cela pour éviter une défaite encore plus catastrophique aux législatives. En effet d’après les propres scénarios de Solferino le groupe parlementaire socialiste pourrait passer de 250 députés à 80 voire même à 50 si la percée de Macron ce confirme. Il y aurait donc urgence à imposer un renoncement de François Hollande. Pour Le Guen,  François Hollande ne doit pas s’en tenir à prendre qu’ »une décision individuelle ». « Il y aura forcément dans le choix [de se représenter ou non] une dimension collective. » « Sa décision lui appartient bien sûr, mais ne concerne pas que sa personne et la trace qu’il veut laisser dans l’histoire », insiste encore le secrétaire d’Etat pour qui « la publication de son livre de confidences [Un président ne peut pas dire ça] a interpellé beaucoup de gens ». « Il en reste des appréhensions et des inquiétudes, des blessures qui ne sont pas dissipées ou des critiques qui ont été ravivées à cette occasion. » A l’inverse, Jean-Marie Le Guen valorise la position de Manuel Valls. Ce dernier « doit se préparer à d’autres éventualités », indique-t-il ainsi. Et si François Hollande renonçait à se présenter? « Je n’imagine pas que Manuel Valls ne prenne pas ses responsabilités », répond l’élu parisien qui assure : « J’ai le sentiment aujourd’hui d’un resserrement de l’esprit collectif des socialistes, notamment autour du Premier ministre. »

 

Macron tue la candidature de François Hollande

 

 

 

Dans le meilleur scénario le total de la gauche extrême compris ne peut dépasser 40 % en 2017. Le candidat socialiste se trouve maintenant coincé entre Mélenchon et Macron crédité chacun selon les sondages de 10 à 15 % des voix. Du coup le candidat socialiste pourrait n’obtenir qu’autour de 10 %, peut-être moins surtout s’il s’agit de François Hollande. Autant dire que la déclaration de Macron tue la candidature de l’actuel président de la république et hypothèque gravement celle de Manuel Valls. Le candidat officiel du parti socialiste pourrait en effet se retrouver en quatrième ou cinquième position au premier tour des élections présidentielles. Le plus grave sans doute sera la conséquence sur les élections législatives qui suivront. Jusque-là le parti socialiste pouvait encore espérer sauver environ 80 postes de députés sur les 250 qu’il détient actuellement. Cependant avec la venue de Macron la donne change. En effet certains candidats de Macron pourront soit être élus,  soient empêcher le candidat du PS de l’être. Du coup la représentation du parti socialiste pourrait se réduire à une cinquantaine. Dès lors, on comprend mieux la colère de certains dirigeants du parti se socialiste et Manuel Valls lequel n’a pas hésité à condamner Macron. . Invité sur France 2, mercredi 16 novembre, quelques heures après sa déclaration de candidature à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron s’est pourtant montré ferme sur ses intentions. « Ce n’est en aucun cas une décision qui est provisoire, oui, c’est une décision irrévocable », a-t-il déclaré. « Quand on prend ce type de décision, avec ce qu’elle comporte de gravité (…) c’est une décision qui est mûrement réfléchie », a expliqué l’ancien conseiller de François Hollande et ancien ministre de l’Economie. Le fondateur du mouvement En marche ! a assuré que sa démarche n’était « en aucun cas une candidature de ralliement à qui que ce soit ». « Si j’avais voulu me rallier, je n’aurais pas fait depuis plusieurs mois les choix qui ont été les miens », notamment son départ du gouvernement fin août, a ajouté Emmanuel Macron.

2017 : Macron coupe l’herbe sous le pied à Hollande et Valls

2017 : Macron coupe l’herbe sous le pied à Hollande et Valls

 

 

Macron a décidé de couper l’herbe sous le pied à la fois à Valls et à Hollande en avançant sa candidature avec un mois d’avance. Du coup Valls est condamné à rester dans les starkings blocks tant que Hollande n’aura pas fait part de sa décision. Mais une décision maintenant largement hypothéquée  par Macron car Hollande risque de se trouver en 5 éme position derrière Le Pen, Juppé, (ou un autre vainqueur de la droite), Mélenchon et précisément Macron. Même perspective pour Valls. Macron recueille de 12 à 15% des intentions de vote. Hollande et Valls risque de récolter moins de 10%. Une candidature  qui semble avoir peu de chances pour se qualifier au second tour des présidentielles mais qui risque de ringardiser certains candidats de la droite à l’approche des primaires. En tout cas de la perturber. . Nombre des soutiens de l’ancien banquier de 38 ans le pressaient de se déclarer. A trop attendre, estimaient-ils, il risquait de décevoir les attentes d’une partie de ceux que son discours en faveur d’un renouvellement de la politique séduit. Selon un de ses proches, Emmanuel Macron sait qu’il sera candidat depuis la création de son mouvement « En Marche ! » en avril, bien avant sa démission du gouvernement, fin août. « Il était conscient depuis un an que le président de la République ne serait pas en état de se présenter » avec la moindre chance de succès, explique ce soutien de l’ex-ministre. Emmanuel Macron, qui se veut l’artisan d’un « rassemblement de progressistes » le plus large possible, a bâti les conditions de sa candidature à marche forcée. « En Marche ! », qui revendique aujourd’hui plus de 96.000 adhérents, s’est doté d’une structure nationale et territoriale, avec un secrétaire général, le député PS Richard Ferrand, des référents départementaux et plus de 1.800 comités locaux. François Hollande, qui a lancé Emmanuel Macron en le choisissant comme conseiller à l’Elysée et se retrouve avec un rival inattendu face à lui s’il décide de se représenter, a refusé mardi de commenter une « possible annonce ». Mais si la gauche « n’est pas rassemblée, elle ne pourra pas être au rendez-vous », a-t-il ajouté lors d’un entretien à TV5Monde, France 24 et RFI en marge du sommet sur le climat de Marrakech, lançant un appel au « rassemblement ». Selon les sondages, Emmanuel Macron et, dans une bien moindre mesure, le Premier ministre Manuel Valls, qui ne cache pas se préparer, feraient de meilleurs présidents que le chef de l’Etat sortant aux yeux de nombreux Français. Ils devancent les anciens ministres socialistes Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, avec un avantage à Emmanuel Macron préféré par 56% des Français à Manuel Valls dans un récent sondage Odoxa pour France Info, pour affronter la droite et le Front national en cas de renoncement de François Hollande. En matière d’intentions de vote, aucun des deux n’est cependant donné qualifié au second tour de la présidentielle, pas plus d’ailleurs que les autres candidats de gauche, Jean-Luc Mélenchon, champion de la « France insoumise », compris. A ce jour, Emmanuel Macron est au mieux crédité d’environ 15% des suffrages au premier tour de la présidentielle.

Popularité : Hollande gagne un point !

Popularité : Hollande gagne un point !

 

D’après le baromètre mensuel IFOP publié dans le Journal du dimanche Hollande aurait gagné un point ! Le genre d’enquête très approximative sans contenu informatif réel. En effet dans ce genre de sondage la marge d’erreur se situe autour de 2 % et toute évolution d’un point n’a aucune signification. Cela permet au moins de donner du travail aux instituts de sondage et de remplir les colonnes des médias  François Hollande gagne un point, à 15% de satisfaits, et Manuel Valls reste stable, à 26%, dans le baromètre mensuel IFOP publié dans le Journal du dimanche. Selon ce sondage, 84% des sondés se déclarent mécontents du président de la République, dont 44% « très mécontents». Le Premier ministre obtient le même score qu’en octobre, à 26%, avec une proportion de sondés mécontents également stable, à 72%. L’enquête a été menée par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone du 4 au 12 novembre 2016 auprès d’un échantillon de 1.959 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Ce que Trump et Hollande se sont dit : rien !

Ce que Trump et Hollande se sont dit : rien !

On a appris de l’Élysée que l’entretien entre Hollande aurait duré 10 minutes, en réalité la conversation n’aurait pas dépassé quelques minutes. Juste de quoi échanger quelques propos diplomatiques anodins et pour rappeler certaines positions de François Hollande. Mais l’Élysée ne précise pas quelles ont été les réponses de Trump. En réalité rien n’a été abordé sur le fond. Comment s’en étonner ? Trump a dû en effet converser avec une bonne cinquantaine de chefs d’État sitôt après son élection et les propos échangés se sont limités simplement un échange de courtoisie. Hollande en a conclu que Trump et  lui-même allaient  travailler ensemble. On se demande bien quand. En effetTrump  ne sera opérationnel qu’à partir de février mars lorsque son administration sera mise en place. Hollande de son côté sera remerciée en mai. L’information diffusée par l’Élysée vise surtout à essayer de crédibiliser la posture internationale de François Hollande déjà bien affaibli en Europe. Leur coup de téléphone a duré 10 minutes. Vendredi, le président élu des Etats-UnisDonald Trump, et François Hollande se sont parlés au téléphone. Bien sûr, le milliardaire a en premier lieu, fort poliment, fait part de son intérêt et de son affection pour la France. « Le président américain est resté, comme souvent dans ce type d’échange, dans des généralités courtoises. Sauf que là, il y avait de la part de Donald Trump, comme il l’avait fait auprès d’autres dirigeants européens, la volonté de démontrer un apaisement et une volonté de travailler ensemble. Mais sans rien aborder au fond », rapporte un témoin de l’échange.

2017 : Hollande n’est pas le candidat naturel (Royal)

2017 : Hollande n’est pas le candidat naturel (Royal)

Ce nest pas le coup de pied de l’âne mais ça y ressemble. Ségolène Royal assume sa singularité par rapport à 2017. On sait qu’elle n’est guère favorable au fils «  naturel » que seraiat Valls mais maintenant elle affirme que Hollande lui-même ne saurait être considéré come le candidat naturel. En clair c’est une contestation de la légitimité de l’actuel président de la république comme candidat en 2017. Une manière peut-être aussi pour elle de signaler sa présence précisément pour le cas où Hollande renoncerait (bien qu’elle s’en défende). De fait elle est sans doute une des rares à pouvoir éviter l’éclatement du PS. « Personne n’est candidat naturel, il y a une primaire, il y a des règles, donc respectons les règles », a assuré Ségolène Royal, lors de l’Émission politique, jeudi 10 novembre sur France 2. Selon la ministre de l’Environnement, François Hollande devra « s’expliquer devant les Français ».  »Je ne veux pas réduire l’élection présidentielle à un problème de candidature. La principale préoccupation de l’électorat, c’est trois choses: un besoin de protection, un besoin de justice, un besoin de vision », a-t-elle rappelé. Pourrait-elle être un recours de la gauche, si  François Hollande ou Manuel Valls étaient empêchés ? Sourire de Ségolène Royal : « Je me suis déjà sacrifiée une fois, vous l’aurez noté ». Une posture de modestie qui est l’art de se faire louer deux fois !

 

2017 : la gauche est cuite sans Hollande (Le Roux)

2017 : la gauche est cuite sans Hollande  (Le Roux)

Réponse de Bruno Leroux à Ségolène Royal : le candidat du PS c’est Hollande. Le patron des députés PS répondait à la ministre de l’Environnement Ségolène Royal, qui a estimé jeudi soir que « personne n’est candidat naturel » du Parti socialiste pour la présidentielle. « Il y a une primaire et là, il y a des règles. Respectons les règles. En démocratie, souvent, c’est faute de respecter les règles que ça a tourné mal », a-t-elle déclaré lors de L’Émission politique de France 2. « Il faut respecter les échéances qui ont été données et c’est à lui de s’expliquer devant les Français », a indiqué la ministre à propos de François Hollande. « Personne n’est candidat naturel. Il y a des primaires qui désigneront le candidat ou la candidate. » Mais le président du groupe socialiste a réfuté la position de la ministre de l’environnement.  « Pour moi, les choses sont claires. Si le président de la République n’était pas candidat demain, cela veut dire que la gauche aurait fait le constat qu’elle a échoué, qu’elle est dans l’impossibilité à continuer, qu’elle est dans l’impossibilité à proposer », a-t-il dit sur RTL. En substance Leroux considère que la gauche est cuite sans Hollande comme candidat.  « Le premier sentiment qui sera celui de nos concitoyens si le président de la République n’est pas candidat à continuer son action, c’est qu’il ne l’aura pas réussi », a ajouté Bruno Le Roux en déplorant que la gauche au pouvoir ait « du mal à assumer ce qu’elle a fait, à revendiquer ce qu’elle fait et à le poser dans le débat avec toute la force que cela demanderait ».

Hollande et Trump vont travailler ensemble !!!!

Hollande et Trump vont travailler ensemble !!!!

 

 

Après la prise de contact très diplomatique entre Trump et Hollande, le chef de l’Etat français sollicite un peu trop   les enjeux de cette courte conversation. Tous les chefs d’Etat importants du monde ont bien fait la même démarche, bref le minimum diplomatique. En conclure que Trump est prêt à travailler avec Hollande c’est aller vite en besogne. D’abord parce que que Trump ne commencera à être opérationnel qu’en février. Ensuite parce qu’en mai Hollande sera renvoyé à ses chères études et sans doute sans ménagement puisque les sondages ne prévoit qu’un score en troisième, quatrième, voire cinquième position au premier tour des présidentielles (s’il se présente bien entendu !). Enfin et surtout parce que la France pèse de bien peu de poids dans l’échiquier international. Selon l’Elysée, le chef de l’Etat français s’est entretenu au téléphone à la mi-journée avec le président élu américain. « L’entretien s’est passé dans de bonnes conditions avec la volonté de travailler en commun », déclare-t-on dans l’entourage de François Hollande. François Hollande et Donald Trump auraient  exprimé vendredi leur volonté de travailler ensemble pour clarifier leurs positions sur un certain nombre de dossiers sensibles comme la lutte contre le terrorisme, la situation au Proche-Orient et l’accord international sur le climat.la vérité c’est que Hollande se sert de cette petite conversation très protocolaire pour tenter de se donner une petite stature internationale. Malheureusement il ne faut rien espérer de cette collaboration franco américaine avec Hollande lequel n’a pas même été capable de convaincre en Europe notamment Merkel sur des sujets aussi stratégiques que la relance de la croissance , l’austérité budgétaire ou encore la stratégie militaire vis à vis des conflits du moyen orient. D’ici l’élection française Trump aura sans doute d’autres chefs d’Etat  autrement importants à rencontrer.

(Avec Reuters)

Hollande : candidat pour éviter l’éclatement de la gauche ?

Hollande : candidat pour éviter l’éclatement de la gauche ?

 

 C’est hypothèse que font certains parlementaires qui ont peur que Mélenchon, Valls, Macron ne fassent  définitivement éclater la gauche et le pari socialiste en même temps. Il semble bien que François Hollande n’ait pas encore définitivement renoncé à sa candidature. « Il faut toujours se rassembler, se regrouper, faire un ensemble, une famille, une cohésion, une ambition », déclarait-il mardi à La Rochelle. « Cela vaut pour un pays : est-ce qu’on est capable à un moment, au-delà de nos différences, de nous retrouver dans ce qui va être un chemin commun pour les prochaines années? », ajoutait le chef de l’Etat, qui confiait récemment à des journalistes son souci de « valoriser ce qui a été fait et en même temps projeter sur l’avenir. » Même détermination devant une centaine de députés socialistes mardi soir au ministère de l’Agriculture. « Nous ne sommes pas uniquement sur un bilan, nous avons un projet », a dit le président, selon un participant. « François Hollande s’est montré très déterminé », a raconté à Reuters le député « hollandais » Sébastien Denaja. « Comment peut-il ne pas y aller alors qu’il a un bilan et une réelle capacité de rassemblement ? »Mais  Le flottement est perceptible jusque chez les « hollandais », à l’image des ministres Michel Sapin et Jean-Yves Le Drian, qui ont désigné Manuel Valls comme candidat possible en cas de renoncement de François Hollande. L’avocat Jean-Pierre Mignard, ami de 30 ans du président, était allé plus loin dans l’hebdomadaire Marianne : « A titre personnel, et amical, je souhaite qu’il s’évite une humiliation ». Face aux ambitions élyséennes de Jean-Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg ou Emmanuel Macron, un député PS juge lui aussi une candidature Hollande indispensable au rassemblement. « S’il n’y va pas, c’est une déflagration et une implosion immédiate du PS », prévient-il. (Avec Reuters)

Présidentielle 2017 : Macron va se déclarer avant Hollande et Valls

Présidentielle 2017 : Macron va se déclarer avant Hollande et Valls

 

 

 

Dans la bataille du calendrier, Emmanuel Macron semble vouloir devancer à la fois Hollande et Valls. On sait que François Hollande devrait en effet annoncer sa décision vers le 15 décembre. Du coup, pour lui couper l’herbe sous le pied Emmanuel Macron pourrait anticiper son annonce pour étouffer un peu plus la perspective d’une candidature de François Hollande. Emmanuel Macron a sans doute raison de ne plus tarder pour se déclarer. En effet François Hollande en reculant au maximum son annonce en même temps handicape son  éventuel successeur en cas de renoncement. En effet il ne reste en fait que quelques mois pour la campagne électorale. On peut imaginer que la décision d’Emmanuel Macron de se présenter pourrait porter un coup fatal à l’hypothèse d’une candidature de François Hollande même si ce dernier est capable de succomber à son dernier péché d’orgueil. 7. L’ancien ministre officialisera sa décision « avant le 10 décembre », jour où il organisera un grand meeting « a priori à Paris », a affirmé son entourage à l’AFP ce mardi 8 novembre. Le fondateur de « En marche ! », qui avait quitté le gouvernement le 30 août, commencera à dévoiler jeudi ses « solutions », dans une longue interview à L’Obs, a-t-on précisé de même source. Depuis son départ du gouvernement, Emmanuel Macron a donné trois meetings durant lesquels il a dressé son constat sur la société française, fruit du travail d’enquête mené par les bénévoles de son mouvement. Il était déjà acquis que le « Mozart de la finance » annoncerait sa décision concernant la présidentielle aux environs du mois de décembre - François Hollande doit déclarer ses intentions dans la même période. Les déclarations de son entourage confirment non seulement la temporalité de l’annonce mais également son contenu, mettant fin à toute forme de suspense. Le principal intéressé n’a pas encore commenté ces déclarations.

Présidentielle 2017 : Hollande serait candidat ?

Présidentielle 2017 : Hollande serait candidat ?

 

En dépit de tous les vents contraires François Hollande n’aurait pas encore décidé de renoncer.  pourtant les résultats sont catastrophiques sur tous les plans économiques, sociaux et financiers notamment. Pourtant seulement 4 % des Français souhaitent qu’il se  représente. Et pourtant François Hollande pourrait succomber à son pêché d’orgueil récurrent. Il pense en effet que le vent peut tourner et que les astres lui ont toujours été favorables. Hollande voudrait tuer définitivement le parti socialiste qui ne s’y prendrait pas autrement car tout les sondages montre qu’il  risque de figurer à quatrième ou cinquième position au premier tour des présidentielles. Un score qui serait catastrophique et mortifère pour le parti socialiste lors  des législatives qui vont suivre les présidentielles. François Hollande s’est en  invité à un apéro organisé par son ami, Stéphane Le Foll, au ministère de l’Agriculture. Une centaine de députés socialistes étaient présents. Très critiqué depuis la publication de ses confidences dans un livre, le chef de l’État a cherché à rassurer son camp. Il a appelé les parlementaires à être fiers de leur bilan. « Soyez fiers de ce que vous avez fait. Défendez-le car c’est l’intérêt de la France. C’est cela qui va nous permettre de proposer un projet d’investissement dans l’avenir aux Français », rapporte Bruno Le Roux.  Le chef de l’État a clairement laissé entendre qu’il serait candidat, assurant que la gauche de gouvernement n’en avait « pas terminé ». « Nous avons rééquilibré, mis les bases, fait avancer la France. Et on devrait s’arrêter là ? Non, nous ne sommes pas uniquement sur un bilan, nous avons un projet », assure un participant. François Hollande devrait en dire plus sur ses intentions pour l’élection de 2017 au mois de décembre.

Valls pour remplacer Hollande (Le Drian)

Valls pour remplacer Hollande (Le Drian)

 

 

Progressivement mais sûrement on doute de la candidature de François Hollande en 2017. Une éventualité qui a pris consistance depuis déjà plusieurs mois au parti socialiste mais maintenant y compris parmi les personnalités très proches du président. Le ministre de la défense Jean Yves le Drian qui fait parti de la garde rapprochée du président de la république avance lui aussi l’idée d’un remplacement possible de François Hollande par Manuel Valls. Certes il laisse la porte encore entrouverte pour une candidature de François Hollande tant que ce dernier ne ce sera pas définitivement prononcé. Mais l’ouverture semble de plus en plus étroite ;  de toute manière,  il s’agit moins maintenant de la perspective d’une  victoire en 2017 que d’une opération pour sauver les meubles lors  des législatives ou selon les scénarios mêmes du parti socialiste les représentants PS pourraient passer de 250 à 80 députés. Une véritable débâcle que Valls pourrait peut-être un peu limiter. Invité du Grand Rendez-vous Europe 1-Les Echos-iTELE, Jean-Yves Le Drian a dit respecter « complètement » le délai que s’est donné le chef de l’Etat pour annoncer ses intentions à la fin de cette année, de même qu’il respecterait son choix. « Si le président de la République estime qu’il doit être candidat, je le soutiendrai », a-t-il dit. Mais « si d’aventure le président de la République estimait ne pas devoir se présenter, alors, à mon avis, Manuel Valls serait (…) évidemment à ce moment-là, je pense, le mieux placé », a-t-il ajouté. « Il en a la compétence, le courage, la volonté, la détermination. » Le ministre de la Défense a en revanche jugé inimaginable que François Hollande, aujourd’hui donné battu au premier tour de la présidentielle par tous les sondages, et Manuel Valls puissent se retrouver en concurrence en 2017. « Je suis convaincu que Manuel Valls (…) n’envisage absolument pas de se présenter, éventuellement, contre François Hollande et il respecte ce calendrier parce que c’est inscrit dans le fonctionnement institutionnel de notre pays », a déclaré Jean-Yves Le Drian.

Valls fils « naturel » de Hollande (Sapin)

Valls fils « naturel » de Hollande   (Sapin)

Après les malheureuses  confidences de Hollande à deux journalistes du Monde, voilà que Sapin révèle  que Valls est le fils naturel de Hollande ! Dune certaine manière Sapin revisite la biographie secrété de Hollande lequel na pas encore reconnu la légitimité de l’enfant. Ce qui témoigne en tout cas de la panique à gauche qui cherche désespérément un héritier légitime après le règne catastrophe de  François Hollande.  Manuel Valls serait le l’héritier « naturel » de la gauche de gouvernement pour l’élection présidentielle de 2017 si François Hollande choisit de ne pas se présenter à sa propre succession, a déclaré Michel Sapin jeudi sur France Info.  Ce proche du président français a répété espérer une candidature du président de la République, sa « première préoccupation ». Il l’estime le mieux placé à gauche pour remporter l’élection présidentielle. Dans le cas contraire, « le Premier ministre serait évidemment un candidat parfaitement naturel pour défendre les couleurs » de la gauche, a dit jeudi le ministre de l’Economie et des Finances. Michel Sapin a insisté sur la légitimité institutionnelle du chef du gouvernement, 2e personnage de l’Etat, pour rassembler la gauche. « Dans mon raisonnement, la gauche de gouvernement, la gauche de responsabilité est incarnée d’abord par le président de la République et ensuite par le Premier ministre. Ce sont les deux qui l’incarnent, et dans cet ordre, sous la Ve République. ». Un rappel sans doute au protocole d’une vraie monarchie républicaine avec ses héritiers.

(Avec Reuters))

Popularité : Hollande encore en baisse

Popularité : Hollande encore en baisse

 

Niveau historiquement bas pour n  président de la république et encore jamais connu. Hollande perd encore deux points de popularité mais Manuel Valls en gagne trois dans le baromètre Kantar-Sofres-One Point pour le Figaro magazine diffusé mercredi. Seules 11% des personnes interrogées disent faire confiance au chef de l’Etat pour résoudre les problèmes de la France, contre 87% d’un avis contraire. Les sondés sont 25% à faire confiance au Premier ministre. A cinq mois de l’élection présidentielle de 2017, François Hollande ne recueille auprès des sympathisants du PS, sa formation, que 34 % d’opinions favorables, soit une baisse de sept points. En revanche, Manuel Valls obtient celle de 59% des sympathisants PS, soit un gain de 11 points. Jamais un président de la République n’était tombé aussi bas et ses confidences publiées dans le livre « Un président ne devrait pas dire ça » semblent avoir accentué un peu plus la défiance envers François Hollande. Ce sondage a été effectué du 24 au 27 octobre auprès d’un échantillon de 1.000 personnes représentatif de l’ensemble de la population âgée de 18 ans et plus.

 

(Avec Reuters)

1...34567...61



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol