Archive pour le Tag 'historique'

Page 5 sur 5

Baisse historique de l’intérim en janvier, mauvais signe pour la croissance

Baisse  historique de l’intérim en janvier, mauvais signe pour la croissance

L’intérim constitue l’un des indicateurs avancés de la conjoncture, il confirme la récession dans laquelle la France est engagée. Les jours se suivent et les mauvaises nouvelles sur le front de l’emploi se succèdent. La fédération patronale de l’intérim, le Prisme, a publié ce jeudi matin son baromètre mensuel pour le mois de janvier. Et les chiffres sont mauvais, très mauvais même: une plongée de 16,2% des effectifs par rapport au même mois de l’année dernière, qui était lui-même en net recul. Soit, au final, un 15e mois d’affilée de repli qui ramène le nombre d’intérimaires en équivalent temps plein sous la barre des 500.000. Ce niveau est à deux dizaines seulement de son plus bas historique atteint en 2009 et très loin de son plus haut, qui a culminé à plus de 750.000, avant la crise. L’industrie continue inexorablement sa descente en enfer, avec un nouveau repli de 19,1% en janvier. «C’est le signe d’un effondrement des carnets de commande, notamment dans l’automobile qui pèse 20% du secteur», commente-t-on au Prisme qui regroupe plus de 600 entreprises de toutes tailles employant 23.000 salariés et représentant 90% du chiffre d’affaires du secteur. Mais la surprise est le plongeon en janvier, de 23%, du BTP. Soit un bond, dans les négatifs, de 10 points en un mois. «C’est la confirmation de l’arrêt des programmes de construction», se borne à indiquer le Prisme. Quant aux perspectives de cet indicateur avancé du marché du travail, elles ne sont pas moins sombres. Si les recrutements en CDI se sont plutôt maintenus en 2012, à un volume de 41.000 (soit 2000 seulement de moins qu’en 2011), les professionnels du secteur n’excluent pas un gros retournement en 2013. C’est dans ces conditions que va s’ouvrir, vendredi, la négociation sur la création d’un CDI intérimaire qui pourrait concerner 15.000 à 25.000 personnes. Les partenaires sociaux, qui ont exclu l’intérim d’une taxation des contrats courts lors de la négociation en janvier sur la sécurisation de l’emploi, ont jusqu’au 11 juillet pour se mettre d’accord. Les discussions, qui doivent durer jusqu’à fin juin, porteront essentiellement sur les modalités de la rémunération (l’égalité de traitement par rapport aux salariés de l’entreprise) et les périodes d’intermission. En cas d’échec, les surtaxations décidées sur les CDD s’appliqueront aussi aux contrats d’intérim. Pour l’heure, le camp patronal ne fixe qu’un point non négociable. Ce seront les entreprises qui choisiront, sélectionneront, les intérimaires qui pourront basculer en CDI. Preuve que cette négociation sera compliquée et très politique – elle sera conduite en même temps que la transposition de l’accord «emploi» sera débattue au Parlement -, chaque délégation syndicale du secteur sera chaperonnée par un permanent de la confédération.

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Le chômage : record historique, vers les 5 millions

  • Le chômage : record historique, vers les 5 millions

Un chômage historique et il n’y aura pas d’inversion de tendance comme promis par Hollande. Au contraire, il faut s’attendre à environ 400 000 chômeurs en plus. Car il faudrait au moins 1.5% de croissance ; nous n’en aurons pas en 2013.Sans cette réforme de la procédure de radiation, le nombre de nouveaux inscrits aurait été de 22.800.  En incluant ceux exerçant une activité réduite, 60.800 chômeurs de plus ont été comptabilisés, dont 24.000 en raison des effets de la réforme (36.800 sans cette réforme), pour atteindre 4.680.200 personnes.  L’entourage de Michel Sapin a réaffirmé mardi à l’AFP que l’objectif était toujours d’ »inverser la courbe du chômage avant la fin de l’année » et démenti un quelconque « renoncement » de François Hollande.  Deux mois après avoir réitéré, lors de ses vœux aux Français le 31 décembre, son engagement de parvenir « coûte que coûte » à inverser la tendance, le chef de l’Etat continue d’afficher son volontarisme mais semblait moins affirmatif samedi, liant désormais l’inversion de la courbe à une anticipation de la reprise de la croissance, qui n’est pas prévue avant 2014.  Comme chaque année, le ministère du Travail a par ailleurs revu l’ensemble de ses statistiques mensuelles depuis 1996. Il a réévalué le record absolu à 3.195.500 (au lieu de 3,205 millions) demandeurs d’emploi sans activité en janvier 1997 en métropole, un chiffre qui pourrait être atteint dans un ou deux mois.  Avec l’Outre-mer, 4,96 millions de personnes étaient inscrites sur les listes du service public de l’emploi, dont 3,42 millions sans activité. Corrigé de l’effet de la réforme des radiations, « cette progression inférieure à l’évolution moyenne constatée au second semestre 2012, était attendue et s’explique avant tout par le recul de l’activité fin 2012, dans le prolongement de la tendance depuis plus de 20 mois », a réagi le ministère du Travail dans un communiqué.  Cette réforme consiste, conformément aux recommandations du médiateur de Pôle emploi, à rayer des listes les demandeurs d’emploi ayant manqué à leurs obligations à partir de la date de la notification de leur radiation, et non plus, de manière rétroactive, à la date du manquement.  Cela engendre, exceptionnellement, pour le mois de janvier, un nombre moindre de sorties pour radiations.   »C’est une mesure favorable aux allocataires, réclamée depuis longtemps, mais nos prédécesseurs n’avaient pas voulu prendre de mesures qui avaient pour effet l’accroissement du nombre de demandeurs d’emploi », a-t-on expliqué au ministère du Travail.  Pour redresser la barre, l’exécutif mise sur de nouveaux outils, comme les emplois d’avenir, destiné aux jeunes pas ou peu diplômés. Mais le dispositif monte très lentement en puissance. Selon Jean-Marc Ayrault, « près de 8.000″ des 100.000 escomptés d’ici à la fin de l’année seraient sur les rails.  Les conséquences à court terme du contrat de génération, dont la loi va être promulguée, et de la loi sur la sécurisation de l’emploi, qui sera débattue au printemps, restent hypothétiques.  D’après Mathieu Plane, économiste à l’OFCE, ces outils « peuvent juste limiter la casse ». Pour l’expert, « il faudrait un minimum de 1,5% croissance annuelle pour pouvoir inverser la courbe du chômage et on en est très loin ».  Pour le président de l’UMP, Jean-François Copé, la poursuite de la hausse illustre le fait « qu’après bientôt 10 mois au pouvoir, François Hollande est en échec sur tous les plans ».  Ce qui alarme le plus les observateurs est l’explosion du nombre de chômeurs de longue durée (près de deux millions) et l’augmentation des demandeurs d’emploi en fin de droits à l’indemnisation.  Un phénomène qui a pris une dimension de drame social le 13 février, à Nantes, avec l’immolation par le feu d’un chômeur en fin de droits devant son agence Pôle emploi.   »Derrière ces chiffres, ce sont autant de réalités très difficiles, sur le plan économique, mais aussi sur le plan social et humain », a souligné la CFDT dans un communiqué, appelant à « ne pas laisser tomber les chômeurs » et à maintenir le niveau des allocations chômage.

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol