Archive pour le Tag 'historique'

Elections américaines : participation historique

Elections américaines :  participation historique

 

L’élection présidentielle américaine de 2020 risque d’atteindre des records en matière de participation en particulier du fait de l’augmentation des procédures par correspondance. Des procédures très contestées par Trump qui craint que des abstentionnistes se déplacent pour participer au scrutin. Globalement les populations marginales qui ont tendance à s’abstenir pourraient en effet voter Biden.

A une quinzaine de jours seulement du jour de l’élection, plus de 22,2 millions de personnes ont déjà voté pour les élections générales — soit physiquement, soit par courrier —, selon les données de 42 Etats et du district de Columbia compilés par Associated Press. A titre de comparaison, plus de 58 millions de bulletins de vote anticipés avaient été enregistrés en 2016 sur un total de plus de 136 millions.

A la date de vendredi, au moins dix Etats avaient déjà dépassé le nombre de votes anticipés qu’ils avaient reçus sur toute la période des élections de 2016. Ce chiffre inclut les Etats clés de Pennsylvanie, du Minnesota et du New Hampshire.

Dans le sondage WSJ/NBC News de la semaine dernière, près de 60 % des électeurs déclaraient avoir déjà voté ou prévu de voter de manière anticipée — par correspondance ou en personne.

Liban: un changement historique ?

 

Les évênements actuels font profondément écho aux circonstances qui ont conduit à en 1920 à la création du Grand Liban et à son échec à devenir un Etat-nation, estime l’historienne Chloé Kattar, dans une tribune au « Monde ».

Tribune. Le centenaire de la proclamation le 1er septembre 1920, sous l’égide de la France, du Grand Liban, traçant une frontière, au sein de l’ex-Empire ottoman, entre un Etat syrien et un Etat libanais, ne risque pas de donner lieu à des festivités. Un évènement de cette ampleur historique et symbolique aurait été accompagné, en temps normal, de moult commémorations.

Mais la crise profonde et multidimensionnelle que traverse le Liban, ainsi que l’explosion dévastatrice du port de Beyrouth, le 4 août, ont fait que la seule célébration est venue de l’extérieur, à travers la nouvelle visite du président Emmanuel Macron, après celle du 6 août.

Le Grand Liban est une expérimentation historique qui a échoué. Il est clair, cent ans plus tard, que ni l’invocation de la spécificité libanaise, ni la préservation du statut autonome du Mont-Liban, ni la pérennisation de ses « frontières historiques et naturelles », n’ont permis au Liban de former un Etat-nation capable d’offrir une vie digne à ses citoyens. Alors qu’aujourd’hui la population du pays est appauvrie et traumatisée, sa monnaie – la livre – dévaluée, son infrastructure aux abois et sa capitale défigurée, un détour par l’histoire s’impose.

Les évènements actuels font profondément écho aux circonstances qui ont conduit à ceux de 1920. A l’aube de la création du Grand Liban, les épreuves de la première guerre mondiale avaient poussé les populations des provinces libanaises et syriennes à bout. La circonscription forcée et le climat de terreur instauré par le proconsul ottoman Jamal Pasha (1872-1922) mettaient un frein à la vie politique et sociale.

Mais ce sont surtout les terribles conditions économiques des années 1915-1918 qui laissent le Liban exsangue : le blocus maritime des Alliés en Méditerranée empêche l’importation de denrées alimentaires, stoppe l’indispensable arrivée de fonds des émigrants ainsi que l’exportation de la soie qui est au cœur de l’économie de l’époque. Une invasion de sauterelles en 1915 détruit les récoltes, aggravant la pénurie alimentaire causée par les réquisitions militaires, tandis que la malveillance et l’inefficacité des autorités en place entravent le transfert de denrées essentielles. La Grande famine du Mont-Liban tuera plus du tiers de la population entre 1915 et 1918.

Bien qu’ils ne soient nullement comparables avec ceux de la première guerre mondiale, une série inédite de malheurs frappe le Liban depuis quelque temps. La crise économique et financière paralyse tout le pays. La pandémie de Covid-19 est venue porter un coup de grâce à de nombreux secteurs de l’économie sur lesquels le manque de liquidités et l’inflation avaient déjà eu des effets dévastateurs. La montée des tensions confessionnelles, les dérives autoritaires de l’Etat, la répression violente des manifestants et les désillusions amères qui ont suivi l’euphorie de la « révolution » [2019-2020] assombrissent le tableau.

class= »capping__media » v:shapes= »_x0000_i1025″>

OCDE : chute historique de l’activité

OCDE : chute historique de l’activité

 

Une chute de l’activité de l’ordre de 10 % soit davantage que la baisse enregistrée lors de la crise de 2009. C’est une baisse historique. De plus on attend un redressement en juillet qui ne sera pas à la hauteur des espérances, de quoi plomber encore un peu plus le climat des affaires et ses résultats. «Le produit intérieur brut (PIB) réel dans la zone OCDE a accusé une baisse sans précédent, de 9,8%, au deuxième trimestre de 2020», selon des estimations provisoires de l’OCDE (organisation de coopération et de développement économiques) dévoilées ce mercredi.

«Il s’agit de la plus forte baisse jamais enregistrée pour la zone OCDE, nettement supérieure aux -2,3% enregistrés au premier trimestre de 2009, au plus fort de la crise financière», poursuit l’OCDE. Sans surprise, l’organisation internationale attribue cette baisse à l’introduction de mesures de confinement, liées à la crise du Covid-19, dans le monde depuis mars 2020.

Le Royaume-Uni et la France sont les deux pays de l’OCDE les plus durement touchés. Pour rappel, la Chine, l’Inde ou encore le Brésil ne font pas partie de la liste des pays de l’OCDE.

«Parmi les sept principales économies, le PIB a chuté de façon spectaculaire, de 20,4%, au Royaume-Uni. En France, où les mesures d’endiguement ont été parmi les plus strictes, le PIB a reculé de moins 13,8%, après une baisse de moins 5,9% au trimestre précédent», note l’OCDE.

Le PIB a également fortement baissé en Italie (-12,4% au deuxième trimestre), au Canada (-12%) et en Allemagne (-9,7%).

Viennent ensuite les États-Unis et le Japon. Outre-Atlantique, «où de nombreux États ont introduit des mesures de ‘maintien au foyer’ à la fin de mars, le PIB s’est légèrement moins contracté (moins 9,5%, contre moins 1,3% au trimestre précédent)», écrit l’organisation internationale. Quant au Japon, «où les mesures de confinement ont été moins strictes» selon l’OCDE, le PIB s’est contracté de moins 7,8% au deuxième trimestre de 2020 (contre moins 0,6% au trimestre précédent).

alt= »Les pays de l’OCDE ont connu une baisse du PIB de 9,8% au second trimestre 2020″ srcset= »https://i.f1g.fr/media/cms/768x/2020/08/26/ecb233f4bcdf1c1f3ab6aff9ceefe6cfe51325820249eb68dd2291844f4cf336.png » sizes= »" v:shapes= »_x0000_i1026″>

Fonds européens contre respect démocratique ( Parlement européen) au

C’est la menace de la plus grande partie des députés européens qui visent évidemment des pays en délicatesse avec la démocratie comme en Hongrie et en Pologne par exemple. Le Parlement appelle notamment à respecter l’indépendance de la justice, la liberté des médias et les droits des minorités.

«Le temps est venu d’accélérer le combat contre l’érosion de la démocratie, de l’État de droit et des droits fondamentaux au cœur même de l’UE», ont déclaré les dirigeants des partis PPE (droite), sociaux-démocrates, libéraux et verts du Parlement européen. Leur lettre est adressée à la chancelière allemande Angela Merkel -dont le pays assure la présidence semestrielle de l’UE- ainsi qu’à Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne qui gère le budget pluriannuel de l’UE (2021-2027) d’une valeur de 1000 milliards d’euros.

Les eurodéputés doivent donner leur approbation au budget de l’UE, sur lequel se sont entendus – en même temps que sur le plan de relance de l’économie européenne — les 27 dirigeants européens lors d’un sommet-marathon de 4 jours en juillet.

 

La déclaration finale du sommet des 27 de l’UE en juillet avait été considérablement ambiguë sur la question du respect de l’État de droit et le premier ministre hongrois, Viktor Orban, s’en était d’ailleurs félicité. Dans leur lettre, les eurodéputés insistent pour que les 27 États membres approuvent une proposition du parlement datant d’avril 2019, dans laquelle l’octroi de fonds européens était conditionné au respect de l’État de droit. Cette proposition a depuis été bloquée par les États membres.


Gaz en Turquie : une découverte historique ?

Gaz en Turquie : une découverte historique ?

Intox  ou réalité, en tous cas Erdogan annonce que la Turquie a découvert l’un des plus grands gisements de gaz en mer Noire. La Turquie consomme chaque année entre 45 et 50 milliards de mètres cubes de gaz naturel, presque entièrement importé. Cela représente environ 11 milliards d’euros, selon l’autorité régulatrice des marchés énergétiques (EPDK). La découverte annoncée vendredi «n’est pas mal du tout, mais cela ne change pas la donne non plus», a relativisé sur Twitter Ozgur Unluhisarcikli, directeur du bureau à Ankara de l’institut américain German Marshall Fund.

«Bien que relativement modeste par rapport à d’autres gisements de gaz naturel dans le monde, celui-ci va aider la Turquie à réduire sa facture énergétique», a souligné le cabinet Capital Economics dans une note. «Cela dit, il y a des raisons d’être prudent. Il faudra du temps pour installer les infrastructures nécessaires à l’extraction du gaz», a-t-il ajouté.

Le président Erdogan avait suscité l’attente en affirmant mercredi qu’il annoncerait vendredi une «grande nouvelle». Les marchés ont cependant semblé quelque peu déçus, certaines fuites dans la presse jeudi ayant mentionné un volume de gaz plus de deux fois supérieur à celui annoncé vendredi.

Croissance Japon: plongeon historique

  • Croissance Japon: plongeon historique
  •  
  • Le PIB japonais s’est effondré de 7,8% entre avril et juin par rapport au trimestre précédent sous l’impact de la pandémie de coronavirus, un plongeon historique marquant un troisième trimestre d’affilée de contraction pour la troisième économie du monde.(Notons un petit rebond de la production industrielle en juillet mais un peu faiblard). Cette chute de 7,8% au deuxième trimestre, selon des données préliminaires publiées lundi par le gouvernement, fait suite à des replis au premier trimestre (-0,6%, contre -0,9% annoncé lors d’une première estimation en mai) et au quatrième trimestre 2019 (-1,9%), qui avaient marqué l’entrée en récession du pays.
  • C’est la première récession du Japon depuis 2015, définie par une contraction de la richesse nationale sur au moins deux trimestres consécutifs. C’est également la chute la plus brutale du PIB au Japon depuis que des données comparables ont été mises en place en 1980. Le consensus d’économistes sondés par l’agence Bloomberg s’attendait à un recul légèrement moins important au deuxième trimestre (-7,5%). L’économie de l’Archipel, déjà mal en point depuis le dernier trimestre 2019 en raison d’une hausse de TVA en octobre, a subi l’impact du coronavirus dès le premier trimestre 2020.
  • . La consommation des ménages a baissé de 8,6% sur un trimestre, et les investissements des entreprises reculé de 0,2% (foncier) et 1,5% (non-foncier). Le commerce extérieur a également été en berne, avec une contraction de 18,5% des exportations et une baisse de 0,5% des importations. Les investissements publics, qui avaient baissé au premier trimestre, ont cependant progressé de 1,2% en avril-juin.
  • À comparer avec. la zone euro qui a accusé au deuxième trimestre un recul de 12,1% de son PIB du faîte des plongeons encore plus importants des économies françaises, italienne et espagnole.

Embauches : baisse historique

Embauches : baisse historique

Dans un rapport publié  mercredi, l’Acoss (Agence centrale des organismes de sécurité sociale) rapporte une «baisse historique» des embauches de plus d’un mois sur les dernières semaines. Concrètement, hors intérim, ces embauches se sont effondrées de 40,1% au second trimestre 2020, une baisse plus marquée sur les CDI de plus d’un mois (-43,7%) que sur les CDD (-36,6%).

Sur un an, la baisse est tout aussi remarquable : les déclarations d’embauche au second trimestre reculent de 43,5%, dont 45,7% en CDI et 41,3% en CDD. Ces baisses se sont accélérées, après un premier trimestre déjà peu engageant qui avait vu le nombre de déclarations reculer de 6,5% (-8,1% en CDD et -5% en CDI).

Elles sont principalement dues au mois d’avril, qui a enregistré des chutes spectaculaires des embauches, en plein confinement. À l’inverse, les mois de mai et juin ont vu un net rebond des embauches.

Tous les secteurs sont aussi frappés, qu’il s’agisse du BTP (-27,1%) de l’industrie (-37,2%) ou du tertiaire (-42,1%). Toutes les régions de France sont aussi touchées. Toutefois, la partie ouest du pays (Bretagne, Pays de la Loire, Limousin, Poitou-Charentes, Normandie) enregistre une baisse plus modérée sur un an, inférieure à 40%. À l’inverse, l’Île-de-France (-50,6%), la Corse (-49,8%) et l’Alsace (-47%) ressentent le plus durement les déflagrations sur les embauches.

l’Unédic table sur la destruction de 900.000 emplois salariés d’ici à la fin de l’année, ce qui ferait bondir le chômage à 11%. La Banque de France, elle, prévoit un taux à 11,7% en 2021, avant un recul progressif à 10,4% l’année suivante.


Carbone : un nette baisse historique mais , très provisoire

Carbone  : un nette baisse historique mais , très provisoire

C’est de façon presque mécanique que les émissions de carbone ont enregistré une baisse historique. Bien entendu cette  baisse sera malheureusement provisoire dans la mesure où elle est essentiellement due non pas à une modification de notre mode de production, de distribution et de consommation mais à une paralysie d’une grande partie de l’économie. Les émissions de dioxyde de carbone mondiales ont enregistré une chute spectaculaire de 8,6% pendant les quatre premiers mois de l’année, par rapport à 2019. Le record a été enregistré le 7 avril : -17%, au plus fort du confinement. Une conséquence directe de l’arrêt de l’économie des pays. Avec la reprise d’une croissance classique, les émissions vont reprendre d’autant. Certes le contenu de cette croissance pourrait et devrait se modifier mais cela ne peut s’effectuer que dans un processus progressif si on ne veut pas provoquer à côté de la crise économique un énorme tsunami  social. Cette évolution de notre mode de production, de distribution et de consommation est toutefois incontournable et beaucoup plus pertinent qu’une taxe carbone qui a surtout pour objet de boucher les trous du budget et non d’influencer la régulation des émissions polluantes. On notera d’ailleurs que le prix du pétrole et celui qui intéresse plus particulièrement les consommateurs à savoir le prix des carburants influent de manière très accessoire sur le volume de la consommation et donc des émissions.

 

Croissance Chine : un baisse historique

Croissance Chine : un baisse  historique

 

L’indice PMI des services calculé par Caixin/Markit a diminué le mois dernier de près de moitié, à 26,5 contre 51,8 en janvier.

Il s’établit pour la première fois en rythme mensuel sous le seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l’activité depuis la première enquête réalisée fin 2005.

Ces données présentent un premier aperçu officiel de l’état de l’économie chinoise depuis que l’épidémie de coronavirus est apparue en décembre dernier, faisant près de 3.000 morts dans le pays. L’économie chinoise devrait subir un nouveau coup dur au premier trimestre de cette année, ce qui pourrait inciter le gouvernement chinois à déployer des mesures de relance supplémentaires. L’activité dans le secteur chinois des services s’est également contractée à un rythme record. L’indice PMI officiel du secteur s’est établi à 29,6 en février, après 54,1 en janvier, montrent les données du BNS.

L’économie de la Chine est davantage tournée vers le secteur des services depuis l’épidémie de Sras en 2002-2003 et représente désormais environ 60% du produit intérieur brut (PIB) du pays. Les secteurs des transports, du tourisme, de la restauration et du divertissement ont été durement touchés depuis l’apparition du virus, les gens évitant les zones surpeuplées.

Un plongeon qui aura évidemment des conséquences sur l’activité mondiale. En général, on considère qu’une baisse d’un point de croissance en Chine ( qui pourrait passer de 6 % d’augmentation du PIB  à 5 % si l’infection est maîtrisée avant l’été) se traduit par une diminution de 0,2 % de la croissance mondiale. Le problème, c’est qu’on ne connaît ni l’ampleur ni la durée et évidemment les conséquences mondiales de la crise chinoise.

La croissance mondiale pourrait ainsi perdre aussi un point passant de 3 % à 2 % si la propagation du virus chinois n’est pas maîtrisée avant l’été. La conséquence pour  l’Europe ne sera pas négligeable puisque les perspectives d’activité étaient déjà très modestes en 2020 autour de 1 % de croissance. Du coup, nombre de pays pourraient tutoyer la stagnation voire la récession. Témoin déjà par exemple la France avec de très mauvais chiffres d’une consommation des ménages en janvier qui vont peser sur l’activité générale.

Croissance Chine: chute historique

Croissance Chine: chute historique

 

 

L’indice composite qui combine industries et services a chuté de près de 50 % en février. La chute de la croissance est historique en Chine avec en particulier l’écroulement de l’indice PMI manufacturier calculé par Caixin/Markit est tombe  à 40,3 le mois dernier, son niveau le plus bas depuis la première enquête réalisée en 2004, aussi L’indice PMI des services calculé par Caixin/Markit a diminué le mois dernier de près de moitié, à 26,5 contre 51,8 en janvier. L’indice manufacturier Il est en net recul par rapport à janvier (51,1) et très loin du seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l’activité. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient un déclin moins important, avec un indice de 45,7.

Même les effets de la crise financière de 2008-2009 n’avaient pas donné lieu à un tel repli, ce qui souligne à quel point l’épidémie du nouveau coronavirus apparu en décembre dernier en Chine continentale paralyse le pays, alors que les autorités ont imposé de strictes mesures de confinement dans le but d’éviter la propagation du virus. L’activité du secteur des services chinois a plongé en février à un plus bas inédit alors que les nouvelles commandes ont décliné à leur rythme le plus important depuis la crise financière mondiale de 2008-2009, montrent les résultats de l’enquête réalisée par Caixin/Markit auprès des directeurs d’achats publiés mercredi.

L’indice PMI des services calculé par Caixin/Markit a diminué le mois dernier de près de moitié, à 26,5 contre 51,8 en janvier. Il s’établit pour la première fois en rythme mensuel sous le seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l’activité depuis la première enquête réalisée fin 2005. Cet important déclin souligne l’importance de mesures urgentes de soutien supplémentaire au secteur, dont de nombreuses entreprises subissent de plein fouet la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus. Des dizaines de millions de personnes ont été confinées et des restrictions de voyage ont été instaurées par les autorités chinoises pour enrayer la propagation de l’épidémie. De nombreux restaurants, centres commerciaux et cinémas sont restés fermés, même dans des provinces où les restrictions ont été levées.

 

 

 

Croissance Chine : un écroulement historique

Croissance Chine : un écroulement  historique

 

 

L’indice PMI manufacturier officiel a reculé en février à 35,7, après 50,0 le mois précédent, montrent les données communiquées par le Bureau national de la statistique (BNS), nettement en dessous du seuil qui sépare contraction et expansion de l’activité. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient un indice PMI de 46,0.

Ces données présentent un premier aperçu officiel de l’état de l’économie chinoise depuis que l’épidémie de coronavirus est apparue en décembre dernier, faisant près de 3.000 morts dans le pays. L’économie chinoise devrait subir un nouveau coup dur au premier trimestre de cette année, ce qui pourrait inciter le gouvernement chinois à déployer des mesures de relance supplémentaires. L’activité dans le secteur chinois des services s’est également contractée à un rythme record. L’indice PMI officiel du secteur s’est établi à 29,6 en février, après 54,1 en janvier, montrent les données du BNS.

L’économie de la Chine est davantage tournée vers le secteur des services depuis l’épidémie de Sras en 2002-2003 et représente désormais environ 60% du produit intérieur brut (PIB) du pays. Les secteurs des transports, du tourisme, de la restauration et du divertissement ont été durement touchés depuis l’apparition du virus, les gens évitant les zones surpeuplées.

Un plongeon qui aura évidemment des conséquences sur l’activité mondiale. En général, on considère qu’une baisse d’un point de croissance en Chine ( qui pourrait passer de 6 % d’augmentation du PIB  à 5 % si l’infection est maîtrisée avant l’été) se traduit par une diminution de 0,2 % de la croissance mondiale. Le problème, c’est qu’on ne connaît ni l’ampleur ni la durée et évidemment les conséquences mondiales de la crise chinoise.

La croissance mondiale pourrait ainsi perdre aussi un point passant de 3 % à 2 % si la propagation du virus chinois n’est pas maîtrisée avant l’été. La conséquence pour  l’Europe ne sera pas négligeable puisque les perspectives d’activité étaient déjà très modestes en 2020 autour de 1 % de croissance. Du coup, nombre de pays pourraient tutoyer la stagnation voire la récession. Témoin déjà par exemple la France avec de très mauvais chiffres d’une consommation des ménages en janvier qui vont peser sur l’activité générale.

Croissance Chine : un plongeon historique

Croissance Chine : un plongeon historique

 

 

L’indice PMI manufacturier officiel a reculé en février à 35,7, après 50,0 le mois précédent, montrent les données communiquées par le Bureau national de la statistique (BNS), nettement en dessous du seuil qui sépare contraction et expansion de l’activité. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient un indice PMI de 46,0.

Ces données présentent un premier aperçu officiel de l’état de l’économie chinoise depuis que l’épidémie de coronavirus est apparue en décembre dernier, faisant près de 3.000 morts dans le pays. L’économie chinoise devrait subir un nouveau coup dur au premier trimestre de cette année, ce qui pourrait inciter le gouvernement chinois à déployer des mesures de relance supplémentaires. L’activité dans le secteur chinois des services s’est également contractée à un rythme record. L’indice PMI officiel du secteur s’est établi à 29,6 en février, après 54,1 en janvier, montrent les données du BNS.

L’économie de la Chine est davantage tournée vers le secteur des services depuis l’épidémie de Sras en 2002-2003 et représente désormais environ 60% du produit intérieur brut (PIB) du pays. Les secteurs des transports, du tourisme, de la restauration et du divertissement ont été durement touchés depuis l’apparition du virus, les gens évitant les zones surpeuplées.

Un plongeon qui aura évidemment des conséquences sur l’activité mondiale. En général, on considère qu’une baisse d’un point de croissance en Chine ( qui pourrait passer de 6 % d’augmentation du PIB  à 5 % si l’infection est maîtrisée avant l’été) se traduit par une diminution de 0,2 % de la croissance mondiale. Le problème, c’est qu’on ne connaît ni l’ampleur ni la durée et évidemment les conséquences mondiales de la crise chinoise.

La croissance mondiale pourrait ainsi perdre aussi un point passant de 3 % à 2 % si la propagation du virus chinois n’est pas maîtrisée avant l’été. La conséquence pour  l’Europe ne sera pas négligeable puisque les perspectives d’activité étaient déjà très modestes en 2020 autour de 1 % de croissance. Du coup, nombre de pays pourraient tutoyer la stagnation voire la récession. Témoin déjà par exemple la France avec de très mauvais chiffres d’une consommation des ménages en janvier qui vont peser sur l’activité générale.

2019, deuxième record historique de température : pourquoi ?

2019, deuxième record historique de température : pourquoi ?

 


Nouveau record de chaleur mondial en 2019 (après 2016) .

Les cinq années les plus chaudes ont toutes eu lieu ces cinq dernières années, où le mercure est monté entre 1,1 et 1,2°C au dessus de la température de l’ère pré-industrielle, a précisé Copernicus dans un communiqué.

 

La décennie 2010-2019 a également été la plus chaude depuis le début des mesures. En 2019, la température a atteint 0,6°C de plus que la moyenne de la période 1981-2010.

L’Europe a elle enregistré en l’an dernier sa température la plus élevée, juste devant 2014, 2015 et 2018. Le service confirme également que les concentrations de CO2 dans l’atmosphère ont continué à augmenter en 2019.

2019 a aussi  été marquée par les mois de juin et de juillet les plus chauds de l’histoire. . De nombreux record de chaleur pour l’année dernière avec notamment une canicule  du 25 au 30 juin puis du 21 au 26 juillet et le record absolu de  46 degrés relevés à Vérargues (Hérault), le 28 juin.

 

Depuis le début du XXIe siècle, seules les années 2010 et 2013 se sont illustrées par une température moyenne annuelle inférieure à la normale, relève Météo France. Et parmi les dix plus chaudes, huit appartiennent au XXIe siècle.

L’année 2019 a connu une succession de mois  »chauds », explique encore Météo France. Seuls janvier et novembre ont été proches de la normale, tandis que le mois de mai a été plus frais (-1,1 degré). Tous les autres mois ont largement dépassé les températures moyennes.

 

Étienne Kapikian, prévisionniste à Météo France, explique qu’il. « Il faut prendre conscience que c’est ce qui nous attend de plus en plus dans le futur »,  sur  à franceinfo.

 

Quels sont les endroits du globe touchés par ces fortes chaleurs ?

 

À quoi sont dûs ces records de température ?

Ils sont liés à des situations de blocage anticyclonique. Un peu partout dans le monde, des bulles de haute pression entretiennent des masses d’air très chaudes. C’est notamment le cas de l’Europe du Nord. Au Japon, c’est aussi un phénomène de dômes d’air chaud qui entretient des températures caniculaires. Et puis, bien sûr, le réchauffement climatique entraîne des canicules de plus en plus fortes.

Quant aux nombreux feux de forêt qui se sont déclenchés en Grèce mais aussi dans plusieurs pays d’Europe du Nord, ils sont le résultat d’une forte sécheresse persistante et de l’absence de pluie.

Une végétation sèche à laquelle vous apportez des températures très élevées : ce sont les ingrédients classiques pour favoriser la propagation d’incendies.

Va-t-il falloir s’habituer à ces épisodes de fortes chaleurs ?

C’est certain, oui. Il faut prendre conscience que c’est ce qui nous attend de plus en plus dans le futur. On s’apprête à battre de nouveaux records dans les années à venir. Les quatre années les plus chaudes sont les dernières : 2015, 2016, 2017, 2018. 2018 n’est pas terminée, mais on est parti pour figurer parmi les années les plus chaudes. Les modèles climatiques prévoient notamment que le réchauffement sera très fort dans les hautes altitudes soit dans les régions autour de l’Arctique.

La canicule n’est certes pas un phénomène nouveau : il y avait déjà des épisodes caniculaires au début du 20e siècle. Mais si on bat des records depuis quelques années, c’est parce que le climat se réchauffe. Et dans un climat plus chaud, on va forcément atteindre des températures plus élevées. À l’inverse, on aura de plus en plus de mal à battre les records de froid. Sur beaucoup de régions du globe, il va être difficile de continuer à vivre. Il y aura des conséquences sur l’être humain et sur l’agriculture.

 

Hommage populaire à Johnny Hallyday : une participation historique

Hommage populaire à Johnny Hallyday : une participation historique

 

La participation à l’hommage rendu à Johnny Hallyday à Paris devrait connaître un record historique. On pourrait dépasser le million et il sera sans doute difficile de comptabiliser exactement le nombre de personnes qui défileront sur les Champs-Élysées. Certains s’étonnent de l’importance donnée à cet événement dans les médias notamment certains intellos ou certains gauchistes. Certes Johnny Hallyday ne figurera peut-être pas au panthéon de la culture française en général mais le chanteur constitue une sorte de marqueur de notre époque, une sorte de fédérateur dépassant les clivages sociologiques et idéologiques. Johnny Hallyday et devenu une sorte de monument du patrimoine même si on peut considérer que des chanteurs comme Brel, Brassens, Ferré, Piaf et d’autres ont  apporté une contribution culturelle différente. De temps en temps,  notamment à l’occasion d’événements douloureux,  les Français ont besoin de se retrouver, de se rassembler,  de communier ensemble. Ce sera le cas encore ce samedi et la ministre de la culture a bien raison de ne pas se montrer condescendante  vis-à-vis de l’événement car Johnny Hallyday incarnait  vraiment la dimension populaire française. Pour parler de ces cérémonies, la ministre de la Culture Françoise Nyssen était l’invitée de L’interview J-1, jeudi sur franceinfo. (Extraits)

Franceinfo : Un hommage populaire sera rendu à Johnny Hallyday, avec une cérémonie hors protocole. Le cercueil va descendre les Champs-Elysées pour arriver à l’église de La Madeleine. C’est inédit ?

 

Françoise Nyssen : L’hommage va ressembler à l’homme qu’il était, un homme libre en Harley, un homme de show, de partage, fidèle à son public. On va avoir Quelque chose de Tennessee sur les Champs-Elysées. L’envie d’avoir envieJe te prometsQue je t’aime, tout ça va résonner dans nos têtes. Ça va être un grand moment de partage et d’émotion.

 

Monument historique : François Hollande veut « reconstruire » le PS

Monument historique : François Hollande veut « reconstruire » le PS

 

Ce n’est évidemment pas un hasard si très récemment Hollande est sortie de sa réserve d’une part pour réhabiliter son bilan, d’autre part pour attaquer Macron en lui conseillant surtout l’immobilisme. La stratégie est surtout politicienne. François Hollande qui ne sait pas faire autre chose que de la politique et de retour. En fait,  il veut reconstruire l’PS, sorte de monument historique très délabré. On voit mal comment un architecte de la vieille école pourrait rebâtir une bâtisse un peu solide à moins d’utiliser les vieilles recettes qui consistent à obtenir le soutien de courants contradictoires grâce à des synthèses molles. Des synthèses qui permettent d’unifier les gauchistes, les sociaux démocrates et les libéraux. Une stratégie qui ne tient que dans l’opposition car sitôt confrontée aux réalités pouvoir ces contradictions explosent. Mais pour Hollande comme pour de nombreux autres caciques de la politique, peu importe ;  il sera toujours temps d’essayer de dépasser ces contradictions l’objectif premier et la conquête du pouvoir et même l’unique objet du projet. . Martine Pinville, ancienne secrétaire d’Etat au Commerce hollandaise convaincue, fait d’ailleurs peu de mystère des intentions de l’ancien chef de l’Etat: « Il prépare. Il veut reconstruire le parti pour qu’il puisse mieux répondre aux attentes des Français. » Quels Français ?

FN : un score historique mais un échec

FN : un score historique mais un échec

 

 

Indéniablement en recueillant environ 10 millions de suffrages le Front National a enregistré un score historique. Pourtant ce relatif succès laisse un goût d’échec au point d’ailleurs que se pose la question de l’avenir même du front national. L’ancien parti de Jean-Marie Le Pen pourrait même envisager de changer de nom mais peut-être aussi de stratégie en tentant une alliance avec les autres droites. Du coup, l’idéologie et les orientations  pourraient évoluer dans le même temps. Une évolution qui pourrait contrarier  les plus radicaux Se pose aussi la question du leader car Marine Le Pen a montré qu’elle avait atteint son seuil de compétences. Mais Compte tenu du fonctionnement démocratique du front national, elle ne sera pas facile à déboulonner. Donc un résultat paradoxal qui place le Front national à un moment critique de son histoire et peut-être, si la volonté de la candidate aboutit, à la veille d’une mue destinée à faire oublier ses faiblesses traditionnelles. « C’est un score historique mais, d’un autre côté, Marine Le Pen a fait monter les attentes d’une partie de ses électeurs depuis son accession à la tête du FN (en 2011-NDLR) », juge Joël Gombin, doctorant à l’université de Picardie et spécialiste du FN. « Elle se trouve dans un paradoxe, celui d’un véritable succès vécu comme un échec par ses partisans et les cadres de son parti », ajoute-t-il.   »On a vu réapparaître certaines faiblesses du FN : son caractère radical, populiste, son incapacité à présenter un programme social et économique cohérent, ses divisions internes et son image de parti d’extrême droite », selon Gilles Ivaldi, chercheur au CNRS et à l’université de Nice. « Il y a beaucoup de déception en interne même si personne ne conteste le leadership », relève par ailleurs Sylvain Crépon, chercheur à l’université de Tours. Pour réussir sa métamorphose, l’eurodéputée espère à plus ou moins brève échéance attirer à elle de nouveaux alliés, après le député Nicolas Dupont-Aignan bombardé « premier ministrable » de Marine Le Pen dans l’entre-deux-tours. La formation rêve de se constituer un groupe d’au moins 15 députés, un minimum qui lui garantirait une plus large exposition médiatique, davantage de financements et des facilités logistiques. « Ça pourrait amener progressivement le FN dans ce qui est la trajectoire de tous les partis populistes de droite. En France, la droite populiste a été maintenue longtemps a l’écart des cercles du pouvoir », relève Gilles Ivaldi. « Mais, en Autriche, aux Pays-Bas, au Danemark, en Norvège, en Italie, les droites populistes sont, à un moment donné, entrées dans des coalitions », ajoute-t-il. « Dans la plupart des cas, ça ne s’est pas très bien passé pour elles. »

La fin du travail ? Toujours la même erreur historique (Nicolas Bouzou)

La fin du travail ? Toujours la même erreur historique (Nicolas Bouzou)

La fin du travail Nicolas Bouzou, économiste, auteur de  L’Innovation sauvera le monde   explique dans uen interview à BFM très concrètement comment la vague d’innovations actuelles va créer des emplois dans les années à venir.

 

BFM Business: Selon une étude de 2013 des chercheurs Carl Benedikt Frey et Michael Osborne, 47% des emplois aux Etats-Unis seraient menacés par la robotisation. En 2016, l’OCDE a estimé que c’était 9% des emplois qui pourraient disparaître. Se dirige-t-on vers un monde où le travail va se raréfier?

Nicolas Bouzou: Non Je ne pense que la technologie remplace le travail humain, je pense même exactement l’inverse. Il faut analyser très précisément ce que disent les études. On y lit certes que certains emplois vont disparaître avec l’apparition de l’intelligence artificielle et de la robotisation notamment. Ce qui est vrai. Un exemple très concret: la voiture autonome. Il est évident que cette innovation a de quoi inquiéter les moniteurs d’auto-école, les ambulanciers, les chauffeurs de taxi ou les chauffeurs-routiers. Leur emploi est clairement menacé. Mais imaginer que cette révolution se traduira uniquement par des destructions d’emplois est une erreur que l’on fait depuis l’aube de l’humanité. Dans toute phase d’accélération d’innovations technologiques, les destructions sont toujours accompagnées de créations encore plus importantes. C’est ce qu’explique Joseph Schumpeter avec son concept de destruction créatrice. Dans l’Histoire, la création l’a toujours emporté.

Vous avez des exemples?

N.B.: Oui… Prenez la Renaissance par exemple qui a été une période de grande innovation avec l’apparition de la poudre à canon, des lunettes, de l’imprimerie… Cette dernière a détruit de nombreux emplois: des copieurs, des enlumineurs, des relieurs et j’en passe. Mais elle en a créé beaucoup et changé complètement les organisations. Outre les emplois classiques liés à la fabrication des imprimeries, elle a permis l’apparition de nouveaux métiers: fabricants d’encre, de caractères mobiles mais aussi libraires, documentalistes, bibliothécaires etc. Autant de métiers qui ne pouvaient pas exister auparavant. Si l’on fait maintenant le parallèle avec la voiture autonome: oui, elle va détruire des emplois mais elle va complètement repenser la mobilité. Les gisements seront énormes autour de la ville, de l’environnement, des pistes cyclables et de la mobilité en général. Des métiers et des activités vont apparaître avec cette transformation technologique. De tout temps, des métiers ont disparu et ont été remplacés par d’autres. Il suffit de se balader dans Paris et de voir le nom de certaines rues (rue de la coutellerie, rue des déchargeurs etc.) pour le constater. Peut-être que dans quelques années, nous aurons la rue des pharmaciens, la rue des taxis…

Certains économistes comme Robert Gordon, inventeur du concept de grande stagnation, estime que les innovations actuelles ne sont pas aussi fondamentales que celles d’hier et ne sont donc pas susceptibles de créer autant de croissance et de débouchés que jadis…

N.B.: Encore une fois nous manquons de vision historique. Gordon pense que les gains de productivité susceptibles de générer de la croissance sont moins importants qu’au XXème siècle qui a vu l’apparition de l’électricité, de la voiture, de l’avion etc. Mais ces innovations ont-elles du jour au lendemain permis de créer de grands cycles de croissance? Bien sûr que non. Il faut toujours un laps de temps important entre l’apparition d’une innovation et les gains de productivité qu’elle permet.

Pourquoi cela prend-il toujours du temps?

N.B.: Parce qu’une révolution met du temps à transformer les organisations. Prenons encore un exemple concret: le robot chirurgical qui permet d’alléger le travail du chirurgien. La technologie a déjà changé la médecine, les robots rendent la chirurgie plus précise, moins invasive. Mais aujourd’hui, dans la santé on recrute encore beaucoup d’infirmiers et d’infirmières car pour ces activités-là, rien ne remplace le contact humain. Par ailleurs, si vous voulez que l’achat d’un robot se transforme en gain de productivité et génère de la croissance, vous allez faire de plus en plus de chirurgie ambulatoire, c’est-à-dire que les gens vont rentrer chez eux plus vite. Mais il va falloir transformer l’hôpital qui est un lieu d’hébergement en un lieu où l’on pratique de la médecine mais où l’on ne séjourne pas. On pourra ainsi procéder à plus d’opérations chirurgicales et réaliser des gains de productivité colossaux. Et s’il y a besoin d’hébergement, des hôtels pourront nouer des partenariats avec l’hôpital en question par exemple. Bref ça nécessite d’immenses transformations en termes d’organisation. Entre « Schumpeter dans l’innovation » et « Schumpeter dans l’organisation », il peut se passer 5, 10 ou 20 ans.

Comment se sont passées les précédentes transformations dans l’Histoire?

N.B.: Toujours très mal. Les frictions sont fortes dans une société qui se transforme et il y a toujours des tentations de repli réactionnaire et une montée des nationalismes. Les exemples sont nombreux comme avec les 30 tyrans au Vème avant J-C à Athènes, une dictature née en réaction notamment à l’apparition du grand commerce au Pirée. Ou encore celle de Savonarole, une sorte de « Daesh » chrétien, dans la Florence du XVème siècle qui était la pourtant la cité la plus riche d’Europe. Plus proche de nous, nous avons les luddites en Angleterre et les canuts en France qui brisaient les machines. Un contexte de grande tension qui a conduit notamment à l’assassinat du président de l’époque, le républicain modéré Sadi Carnot.

Que faire pour accompagner ceux dont le travail va disparaître demain?

N.B.: Il faut dès aujourd’hui cibler les secteurs et les professions concernés. Il faut aller voir les chauffeurs et leur dire: ton job est menacé, voyons ensemble où vont se créer de nouveaux emplois. C’est le rôle des branches professionnelles qui doivent effectuer ce travail. Et après il faut énormément investir dans la formation professionnelle pour permettre aux personnes concernées de se former à de nouvelles activités. A défaut, on court à la catastrophe.

La France subit un taux de chômage élevé depuis des décennies, est-ce lié à la machine?

N.B.: Pas du tout. Le taux de chômage en France est structurel. Il est aussi lié à la nature du contrat de travail, au coût du travail pour les professions faiblement qualifiées, à la formation professionnelle défaillante mais pas à la technologie. D’ailleurs, de nombreux pays sont au plein emploi aujourd’hui et ils ont confrontés aux mêmes enjeux que nous en termes de transformations technologiques.

Mais n’est-ce pas au prix d’importantes inégalités?

N.B.: Je me réfère souvent à la théorie de la justice de John Rawls: ce qui est injuste ce n’est pas l’inégalité en soi, c’est que les pauvres restent pauvres. Aujourd’hui s’il y a des inégalités c’est parce que la technologie crée des métiers très qualifiés -ingénieurs chez Google- et des métiers pas du tout qualifiés -serveurs dans un restaurant ou tous les métiers autour du « care », comme disent les Américains c’est-à-dire l’accompagnement des personnes âgées par exemple. Il y a des petits jobs c’est vrai, mais il ne faut pas les bloquer et au contraire permettre à ceux qui les exercent de pouvoir faire autre chose. Etre chauffeur Uber c’est bien si l’on peut monter dans l’échelle sociale. Et pour cela il faut de la flexibilité sur le marché du travail et une formation efficace. C’est ce que fait un pays comme l’Allemagne, par exemple.

Que pensez-vous du revenu universel et des débats de cette campagne présidentielle?

N.B.: Je suis violemment contre le revenu universel évidemment. Il ne faut pas entrer dans une logique de déconnexion travail/revenu où l’on imaginerait que 10% de la population prospérerait au travail pendant que 90% toucherait un revenu universel. Ça valide la thèse de la raréfaction du travail qui est fausse. Tant qu’il existera une différence entre la machine et l’humain (et cette différence existe bien), les deux seront des facteurs de production complémentaires et non substituables. La disparition du travail nécessiterait de subventionner les individus. La mutation du travail nous oblige à anticiper, à former et à flexibiliser. Et toutes ces questions ne sont évidemment pas bien abordées pour le moment dans cette campagne présidentielle, or c’est l’enjeu majeur des années à venir.

Sondage popularité Valls plonge : chute historique

 

Une popularité encore  inférieure à celle d’Ayrault, le Premier Ministre plonge encore victime surtout de sa posture autoritariste qui agace de plus en plus. Valls est victime surtout de lui-même en surjouant l’incarnation de l’autorité et du courage. La forme est sans doute encore davantage condamnée que le fond.  Sur 1.348 personnes interrogées les 23 et 24 mai, seules 24% disent avoir une bonne opinion du Premier ministre, alors que son prédécesseur, Jean-Marc Ayrault, n’était jamais descendu sous la barre des 25%. Seuls trois chefs de gouvernement de la Ve République sont descendus sous ce seuil et cela a toujours précédé de peu leur démission, rappelle Christelle Craplet, de BVA : la socialiste Edith Cresson, en mars 1992 (23%), le RPR Alain Juppé, en décembre 1996 (20%) et l’UMP Jean-Pierre Raffarin, en mai 2005 (21%). La cote de popularité du chef de l’Etat, François Hollande, reste stable mais très faible, à 19%. Dans le classement des personnalités politiques, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, candidat à l’investiture de la droite pour l’élection présidentielle de 2017, reste en tête, avec 46% de sondés qui souhaitent le voir jouer un rôle politique accru. Il perd quatre points mais devance d’un point le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, qui a lancé samedi sa « Grande Marche », l’envoi de milliers de membres de son mouvement « En Marche » auprès des Français pour faire un diagnostic de l’Etat du pays et de ses aspirations.  Emmanuel Macron (45%) perd trois points par rapport à la précédente enquête. Auprès des seuls sympathisants de gauche, sa cote tombe à 37% (-4 points).

Sondage : niveau d’impopularité historique pour Valls

Sondage : niveau d’impopularité historique pour Valls

La descente aux enfers continue pour Hollande mais aussi pour le Premier ministre. Un premier ministre qui ne joue plus son rôle de fusible et tire  même désormais Hollande vers le bas. En cause évidemment l’absence de résultats économiques et sociaux qui s’ajoutent à une relative paralysie du pouvoir. Le retrait de la loi sur la déchéance de nationalité, les aléas autour de la loi travail sont les derniers des exemples des contradictions du pouvoir. On reproche surtout de plus en plus à Manuels Valls une attitude martiale en décalage avec les décisions concrètes. En outre il semble bien que Manuel Valls ait  été dessaisi de son image de réformiste par Emmanuel Macron. Manuel Valls atteint donc un nouveau record d’impopularité en avril à 22% d’opinions favorables, tandis que la cote de confiance de François Hollande reste au plus bas malgré une progression d’un point (18%), selon un sondage Elabe publié jeudi. Deux ans après sa nomination à Matignon, la cote du Premier ministre est en recul d’un point par rapport à mars et s’érode au total de 14 points depuis décembre, selon l’observatoire politique Elabe pour Les Echos et Radio classique. A 18% (+1), la cote de François Hollande reste proche de son record d’impopularité du mois dernier. Cette très légère hausse s’observe notamment auprès des sympathisants du Front de gauche (+4), sans doute sensibles à l’abandon de la déchéance de nationalité et aux reculs sur la loi Travail, mais le président baisse d’autant chez les sympathisants socialistes, précise Elabe en soulignant que « la confiance accordée au chef de l’Etat apparaît durablement minoritaire » chez ses électeurs de 2012. Les personnalités politiques bénéficiant de la meilleure image restent Alain Juppé (47%) et Emmanuel Macron (38%), même si le maire (Les Républicains) de Bordeaux et le ministre de l’Economie, qui a lancé mercredi son mouvement transpartisan « En marche! », reculent chacun de cinq points en un mois.

Sondage : Hollande et Valls au plus bas historique

17 % pour Hollande et 24 % pour Valls une nouvelle chute et des résultats au plus bas historique pour les intéressés (Macron  on lui se maintient à 42 %). L’avant projet de loi El Khomri tire l’exécutif vers le bas. Alors qu’à une écrasante majorité les Français réclament une inflexion du gouvernement sur ce texte, François Hollande et Manuel Valls touchent le fond de leur cote de popularité, et ce malgré la période de consultations engagée. En mars, l’action du président de la République est créditée d’un niveau de satisfaction de 17%, en recul de quatre points, indique, dimanche, OpinionWay pour Metronews et LCI. La proportion de Français mécontents de l’action du président de la République a progressé de 4 points à 81% (48% «très mécontents» et 33% «mécontents»), là où 2% se sont déclarés «très satisfaits» et 15% «assez satisfaits». À Matignon, Manuel Valls ne représente plus un bouclier de popularité: il plonge de quatre points, à 24%. 74% des personnes interrogées se sont dites mécontentes de son action (39% «très mécontents», 35% «assez mécontents»), contre 21% «assez satisfaits» et 3% «très satisfaits». Pour les deux hommes, c’est leur niveau le plus bas atteint dans une enquête OpinionWay depuis leur accès aux responsabilités. Au sein du gouvernement, Emmanuel Macron, le grand rival de Manuel Valls, reste stable avec 42% d’opinions favorables. Même stagnation pour Myriam El Khomri (22%). D’autres ministres d’envergure essuient, eux, le mécontentement de l’opinion. Y compris lorsqu’ils ne sont pas engagés dans le projet de réforme du code du Travail. À l’image de Jean-Yves Le Drian. Le ministre de la Défense perd sept points, à 47% de satisfaits. Son collègue de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, abandonne trois points, à 47%.

Dans le classement général des responsables politiques, le candidat à la primaire de la droite Alain Juppé occupe toujours la première place avec 50% de satisfaits (-1 point). Il devance le président LR de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand (43%; +1point). La troisième place est occupée, à égalité, par l’ancien ministre Bruno Le Maire (40%; +1 point) et le président du Modem, François Bayrou (-3).

Avec 31% d’opinions positives (+1point), la présidente du Front national est maintenant plus populaire que Nicolas Sarkozy (30%; -3points).

Sondage popularité : Hollande et Valls au plus bas historique

Sondage popularité : Hollande et Valls au plus bas historique

Jamais la confiance n’a été aussi basse tant pour François Hollande que pour Manuel Valls dont la popularité s’écroule dans le dernier sondage deux Harris interactive. 83 % de défiance pour François Hollande et 70 % pour Manuel Valls La cote de confiance de François Hollande dégringole de sept points en un mois, à 17%, et celle de Manuel Valls en perd trois à 29%, pour atteindre leur plus bas niveau depuis leur entrée en fonction, selon un sondage Harris Interactive publié ce lundi.  La confiance dans le chef de l’Etat et son Premier ministre n’avait jamais été aussi faible depuis l’automne 2014 et baisse de manière continue depuis les attentats de novembre. Plus de quatre Français sur cinq (83%, +7 par rapport à janvier) ne font pas confiance à François Hollande en tant que chef de l’Etat et sept sur dix (70%, +2) pas confiance à Manuel Valls à Matignon, selon cette enquête pour le site Délits d’Opinion. François Hollande perd 18 points auprès des sympathisants PS, mais ils sont encore 55% à lui faire confiance. Les sympathisants du Front de gauche ne sont plus que 13% à lui accorder leur confiance. Les catégories socioprofessionnelles supérieures lui font plus confiance (18%) que les «catégories populaires» (15%). Enfin, ce sont les Français de moins de 35 ans qui restent les plus fidèles (19%), les moins enthousiastes étant les plus de 65 ans (14% lui font confiance).  Le Premier ministre trouve des soutiens plus variés dans les différentes catégories de la population. Ainsi, 29% des moins de 35 ans et 29% des des 35-49 ans lui accordent leur confiance et ce score monte à 32% chez les 65 ans et plus. Manuel Valls séduit davantage les catégories populaires que François Hollande : 29% lui font confiance contre 25% des sondés des catégories supérieures. Enfin, il ne perd que 6 points auprès des sympathisants PS qui sont 65% à lui faire confiance. Et Manuel Valls recueille un bon capital chez… les Républicains avec 27%, beaucoup plus que chez les sympathisants du Front de Gauche (15%) !

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol