Archive pour le Tag 'Henri'

Fillon : « un programme injuste » (Henri Guaino)

Fillon : « un programme injuste » (Henri Guaino)

 

Il est clair que chez les gaullistes traditionnels la pilule radicale du programme Fillon a du mal à passer. Du coup Michelle Alliot Marie et Henri Guaino viendront concurrencer Fillon dans sa conquête de l’Élysée.   Henri Guaino, invité de franceinfo jeudi 8 décembre, s’est montré très critique sur le programme de François Fillon, vainqueur de la primaire de la droite. Le député Les Républicains (LR) des Yvelines, à la recherche de parrainages pour se présenter à la présidentielle, hors primaire, a déclaré « être toujours en colère contre le programme de François Fillon ». S’exprimant sur la primaire, le député a opposé « les 4 millions et quelques de participants aux 45 millions d’électeurs potentiels »« La primaire , je ne sais pas ce que c’est en terme de légitimité. » François Fillon a-t-il une onction populaire ? « Non, il a l’onction d’un échantillon biaisé sociologiquement et idéologiquement qui fait 4 millions de personnes. C’est le peuple français qui choisit son président et pas un petit morceau de la droite », a répondu Henri Guaino.  Henri Guaino qui s’est dit « choqué » par plusieurs points du programme de François Fillon, notamment sur l’assurance maladie. « Vouloir la privatiser en grande partie, c’est un bouleversement considérable de notre pacte social », a-t-il déclaré. « Supprimer la durée légale du temps de travail, ça me choque »,  a ajouté le député des Yvelines, résumant ainsi sa position : « Je ne soutiendrai jamais un programme que je trouve profondément injuste. »    Henri Guaino a-t-il recueilli les 500 parrainages nécessaires pour se présenter à la présidentielle ? Où en est sa candidature ? « Elle avance d’autant mieux que les primaires sont terminées et que certains se retrouvent orphelins de leur candidat et que beaucoup d’autres commencent à lire le programme de celui qui a été désigné, » a répondu l’élu des Yvelines qui affirme : « Je serai candidat. »  .

 

2017 : Après Henri Guaino, Alliot-Marie candidate, une épine pour Fillon

2017 : Après Henri Guaino,  Alliot-Marie candidate, une épine pour Fillon

 

 

Il est clair que les choix à la fois libéraux et radicaux de François Fillon ont du mal à passer chez les gaullistes traditionnels. Après la candidature d’Henri Guaino, celle de Michèle Alliot-Marie. L’ancienne ministre , qui a refusé de participer à la primaire de la droite et du centre, reproche surtout le caractère antisocial du programme de  François Fillon. D’une certaine manière la réforme de la Sécu proposée par Fillon est la goutte qui a fait déborder le vase du mécontentement des gaullistes.Il y a  aussi le moment de vision globale et à long terme. Cette candidature avec celle d’Henri  Guaino pourraient affecter le score de François Fillon non pas parce que les deux candidats parviendraient à des résultats significatifs  mais parce qu’ils vont s’efforcer de démontrer que les propositions de François Fillon opèrent une rupture avec la philosophie gaulliste qui lie progrès économique et progrès social.   »Je suis candidate à la présidence de la République. Je propose une vision pour renouer avec un esprit de conquête pour la France et pour chacun des Français », déclare-t-elle au journal 20 Minutes, à paraître vendredi. Gaulliste revendiquée, la députée européenne veut promouvoir une « vision à long terme » pour le pays et un Etat stratège et protecteur des Français. « Cette primaire (à droite) a été un succès quantitatif, mais je regrette que cela ait davantage porté sur des personnes que sur des projets pour changer la vie quotidienne des Français », explique-t-elle. « Le petit bout de la lorgnette, avec un chiffre par ci, un chiffre par là, ne fait pas une politique. Il faut une vision à long terme, un projet cohérent et à la hauteur des enjeux », ajoute-t-elle. Regrettant les choix libéraux de François Fillon, vainqueur de la compétition à droite, Michèle Alliot-Marie assure « ne pas nuire » à sa famille politique avec sa candidature. La députée européenne assure avoir « environ la moitié des promesses des 500 parrainages requis » pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle, et ce sans avoir effectué la moindre démarche.

Primaire droite 2017 : encore un candidat en plus avec Henri Guaino

Primaire droite 2017 :  encore un candidat en plus avec Henri Guaino

 

Officiellement c’est le 12e candidat à la primaire de la droite mais il y en aura sans doute davantage encore en particulier avec Sarkozy. Henri Guaino se lance donc dans la bataille d’une primaire dont il a en outre  condamné le principe. Par ailleurs s’il ne parvient pas à obtenir les parrainages nécessaires pour cette primaire Henri Guéno n’hésitera pas à se présenter directement aux élections présidentielles de 2017. Un candidat qui se réclame du gaullisme orthodoxe et qui considère que les autres revendications à cette philosophie ne sont que des ersatz du gaullisme. Henri Guaino se réclame clairement du souverainisme et certaines de ses idées sont nettement marquées à droite au point que le Front National n’hésite pas à le considérer comme un proche. Une candidature en tout cas qui pourrait nuire à Sarkozy qui récemment appris aussi un virage identitaire et souverainiste. À la question de savoir quel candidat aurait son soutien, il a répondu: «moi-même». «J’ai beaucoup réfléchi, j’ai pris mon temps. J’ai pesé le pour et le contre», a-t-il dit. Expliquant ensuite qu’il «manque sur l’échiquier politique cette famille qui s’appelle le gaullisme». Et ce malgré la candidature de son ami le député Jacques Myard. Celui-ci confirme d’ailleurs au Scan qu’il se maintient en lice: «Le vent souverainiste souffle plus fort à deux», assure le parlementaire. Henri Guaino est déterminé, malgré la difficulté qu’il aura à obtenir les vingt parrainages de parlementaires qu’il faut présenter à la Haute autorité de la primaire avant le 9 septembre. «J’étais très opposé aux primaires, c’est une très mauvaise idée et chaque jour prouve que c’est une mauvais idée. (Mais) c’est un fait, elle est là, je vais respecter la règle et je vais y prendre part», a noté celui qui était opposé à ce système de désignation. S’il échoue à obtenir les parrainages dans sa famille politique, il se présentera toutefois à l’élection présidentielle en tentant d’obtenir les 500 signatures de maires. «Il faut plus de conditions pour être candidat à la primaire qu’à l’élection présidentielle», a-t-il observé. Pour l’heure, il explique être candidat «parce (qu’il a) quelque chose à dire». «J’en ai assez de cette politique qui ne sait plus dire non», assure-t-il. Ajoutant, à destination du Front national, que «le vide laissé par le gaullisme se comble par les extrêmes, par une parodie du gaullisme.» Henri Guaino est le douzième candidat déclaré à la primaire, treizième si on compte Nicolas Sarkozy qui ne cache plus ses intentions mais qui n’est pas encore officiellement déclaré.

(Avec le Figaro)

Marseille : mis en examen du député PS Henri Jibrayel soignait trop les petits vieux !

Marseille : mis en examen  du député PS Henri Jibrayel soignait trop les petits vieux !

 

 

Une pratique courant d’après l’ancien patron de la SNCM, des mini croisières offertes par les politiques aux petits vieux. Cette fois c’est Henri Jibrayel, député PS des Bouches-du Rhône qui  a été mis en examen pour prise illégale d’intérêt et abus de confiance. Une injustice d’après lui d’autant que la somme e 30 000 euros est dérisoire (toujours  d’après lui). Il a sans doute raison puisqu’il s’agit de l’argent du contribuable et à Marseille en plus. Vraiment une affaire dérisoire !  Imprimer Henri Jibrayel, député socialiste des quartiers nord de Marseille, a été mis en examen pour abus de confiance et prise illégale d’intérêts. A en croire Le Monde et France 3, le juge d’instruction veut connaître les conditions de financement de quatre mini croisières organisées à l’initiative du député et payées par des associations présidées par des proches de l’élu.  Le juge d’instruction marseillais n’a pas sollicité de levée d’immunité parlementaire, explique le quotidien, et aucune mesure coercitive n’étant envisagée. L’enquête aurait débuté en 2011 sur la base de lettres anonymes adressées au procureur de la République dénonçant les pratiques clientélistes du député de la 7e circonscription. Plusieurs associations étaient ainsi décrites dans ces missives comme « le poumon des détournements ». La justice soupçonne le député d’avoir offert, en mai 2011 puis en juin 2012, quatre mini-croisières d’une journée à bord d’un ferry de la SNCM à quelque 2 400 personnes âgées de sa circonscription.  »Il s’agissait simplement de son activisme local », a expliqué Marc Dufour, ex-président du directoire de la SNCM. « J’ai vu ce genre de choses avec des petits vieux à de multiples reprises. C’est un vote important à caresser pour les politiques de tous bords ». A en croire Le Monde, les factures de mai 2011, d’un montant de 31.650 euros, ont été réglées trois mois plus tard par deux associations, les Femmes de Seon et la Maison de la solidarité, présidées par l’assistante parlementaire de Jibrayel, considéré comme le gestionnaire de ces associations, et subventionnées par le conseil général des Bouches-du-Rhône. Henri Jibrayel a fait savoir à France 3  »qu’il a été mis en examen dans le seul but de déterminer son rôle dans l’octroi d’une subvention de 30.000 euros dont il est démontré qu’elle n’a servi qu’à l’organisation d’une sortie en mer dans la rade de Marseille au bénéfice exclusif de personnes du troisième âge pour un montant dérisoire. Une mise en examen quasi automatique du fait du statut de parlementaire. »

 

Alstom : pour une nationalisation temporaire (Henri Guaino)

Alstom : pour une nationalisation temporaire (Henri Guaino)

 

Il a raison Guaino, seule une nationalisation temporaire pourrait donner le temps de faire un véritable audit d’Alstom et surtout de définir une politique européenne tant dans le domaine de l’énergie que des transports. Il est clair que cette réflexion et cette décsion ne peut être prise en quelques jours comme le veut le président d’Alstom ( sans doute très pressé de toucher sa part de a transaction grâce à ses stocks options) ; Guaino, député UMP des Yvelines s’est dit favorable à une nationalisation temporaire du géant industriel Alstom, convoité par l’américain General Electric et l’allemand Siemens. « Je dis que l’État doit prendre ses responsabilités et ne pas laisser les choses se passer dans une telle précipitation », a-t-il expliqué ce jeudi 8 mai sur France Info. « Je suis assez favorable à ce que l’État prenne le contrôle temporairement d’Alstom. » Selon l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, « on ne peut pas laisser les choses aller de cette façon, on ne peut pas trouver scandaleux que l’Etat se pose des questions et agisse ». « Je ne comprends pas l’attitude du président de la République qui a signé l’autre jour (mardi lors de son interview sur BFM TV et RMC) le lâchage complet d’Alstom », a-t-il fustigé.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol