Archive pour le Tag 'hausse'

Page 7 sur 55

Covid France samedi 11 décembre 2021 : hausse; +53.720 nouveaux cas

Covid France  samedi 11 décembre 2021 : hausse; +53.720 nouveaux cas

 
Tendance moyenne de en hausse avec ce samedi 11 décembre 2021, 120.383 morts au total et +53.720 nouveaux cas confirmés en 24h. 

 

 En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de Covid-19, fait état d’au moins 8.214.844 cas confirmés soit +53.720 en 24h. 

On recense ce samedi 11 décembre 2021 : 120.383 morts au total,+65 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 26.979 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 93.404 (+65 en 24h). 

Le taux de reproductivité R est de 1,42 le taux d’incidence à 496,14 et la tension hospitalière à 50,2 %. Le taux de positivité est à 6,3 %.

La France compte actuellement 13.855 (+226) personnes hospitalisées et 2.539 (+41) malades en réanimation. 

Selon les données de Santé Publique France, Découvrez le bilan des différentes régions françaises et leur évolution :

 


Ce samedi 11 décembre 2021, le virus Covid-19 touche 262.825.802 cas confirmés et a fait au total 5.284.961 morts dans le monde. 

 

Covid France: une moyenne quotidienne en hausse de 24 % sur une semaine

Covid France: une moyenne quotidienne en hausse de 24 %

 

La moyenne est de 48.248 cas, en hausse de 24% en une semaine. De la des inquiétudes légitimes vis-à-vis du variant au Omicron, c’est surtout au variant delta qu’il faut faire face en ce moment. Pourtant le taux de vaccination ne cesse de progresser surtout dans les pays développés. Du coup, la reprise de la pandémie est vraisemblablement imputable à la levée trop précoce des mesures restrictives depuis l’été.

 On dénombre vendredi 55.339 cas en 24h (+11% par rapport à vendredi dernier). La moyenne est de 48.248 cas, en hausse de 24% en une semaine.

Covid France 10 décembre 2021 : hausse dans les hôpitaux

 

Encore   55339 contaminés en 24 heures  et hausse  dans les hôpitaux avec 13.629 patients actuellement hospitalisés, contre 13.363 la veille, selon les chiffres publiés par Santé publique France. 1293 personnes ont été admises à l’hôpital ce vendredi. 2498 malades sont par ailleurs soignés dans les services de soins critiques, dont 250 ces dernières 24 heures. Santé publique France dénombre également 142 morts en 24 heures.

Sur le front des vaccinations, 52.248.386 personnes ont reçu au moins une injection (soit 77,5% de la population totale) et 51.172.620 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 75,9% de la population totale), depuis le début de la campagne vaccinale en France. 13.766.535 personnes ont également reçu une dose de rappel, dont 781.329 lors des dernières 24 heures.

Taux d’intérêt livret A: une hausse de seulement 0,5 % !

Taux  d’intérêt livret A:  une hausse de seulement 0,5 % !

L’inflation 2021 sur un an devrait être proche de 3 %. Sans rire, Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a envisagé une hausse du taux du livret A, actuellement de 0,5 %. Son calcul « intégrera l’inflation des six derniers mois », a-t-il assuré sur RTL mercredi. Du fait de la poussée des prix – 2,6 % sur un an en octobre selon l’Insee – le rendement du livret A est aujourd’hui largement négatif : ceux qui ont placé leurs économies sur ce compte d’épargne perdent de l’argent.

Ce coup de pouce, qui pourrait porter le taux de rémunération du livret A entre 0,75 % et 1 %,.

Taux livret A: une hausse de seulement 0,5 % !

Taux livret A:  une hausse de seulement 0,5 % !

L’inflation 2021 sur un an devrait être proche de 3 %. Sans rire, Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a envisagé une hausse du taux du livret A, actuellement de 0,5 %. Son calcul « intégrera l’inflation des six derniers mois », a-t-il assuré sur RTL mercredi. Du fait de la poussée des prix – 2,6 % sur un an en octobre selon l’Insee – le rendement du livret A est aujourd’hui largement négatif : ceux qui ont placé leurs économies sur ce compte d’épargne perdent de l’argent.

Ce coup de pouce, qui pourrait porter le taux de rémunération du livret A entre 0,75 % et 1 %,.

Covid France 8 décembre 2021 : forte hausse avec 61.340 nouveaux cas en 24 heures

Covid France : forte hausse avec  61.340 nouveaux cas en 24 heures

 

Nouvelle hausse avec  61.340 nouveaux cas ont été détectés lors des dernières 24 heures contre 59.019 la veille et 49.610 mercredi dernier. Le taux de positivité des tests s’élève, lui, à 6,5%.

L’épidémie progresse dans les hôpitaux français où 13.044 patients sont actuellement hospitalisés, contre 12.714 la veille, selon les chiffres publiés par Santé publique France. 1288 personnes ont été admises à l’hôpital ce mercredi. 2426 malades sont par ailleurs soignés dans les services de soins critiques, dont 276 ces dernières 24 heures. Santé publique France dénombre également 129 morts en 24 heures.

 

 

Covid France : toujours en hausse avec plus de 59.000 nouveaux cas en 24 heures

Covid France : toujours en hausse avec plus de 59.000 nouveaux cas en 24 heures

 

59.019 nouveaux cas ont été détectés lors des dernières 24 heures, contre 11.308 la veille et 47.177 mardi dernier. Un tel nombre de cas positifs n’avait plus été comptabilisé depuis le printemps 2021.

L’épidémie progresse également dans les hôpitaux français où 12.714 patients sont actuellement hospitalisés, contre 12.096 la veille, selon les chiffres publiés par Santé publique France. 1665 personnes ont été admises à l’hôpital ce mardi. 2351 malades sont par ailleurs soignés dans les services de soins critiques, dont 408 ces dernières 24 heures. Santé publique France dénombre également 168 morts en 24 heures.

Sur le front des vaccinations, 52.147.126 personnes ont reçu au moins une injection (soit 77,3% de la population totale) et 51.064.236 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 75,7% de la population totale). Au 6 décembre 2021, 91% de la population majeure avait reçu au moins une injection et 89% de la population majeure avait un schéma vaccinal complet. 11.619.831 personnes ont également reçu une dose de rappel, dont 687.498 ce mardi, un record.

Covid France–7 décembre 2021: hausse

Covid France–7 décembre 2021: hausse

 

Toujours la hausse  avec  11 308 cas supplémentaires de coronavirus  recensés en France dans le bilan de ce 6 décembre 2021. Un chiffre faible, comme chaque lundi. C’est en effet 30 944 cas de moins qu’hier, mais la dynamique de l’épidémie est encore visible dans le bilan de ce début de semaine avec 3029 cas de plus que lundi dernier. La moyenne 7 jours passe à 42 892 cas enregistrés quotidiennement contre 42 459 hier et le taux d’incidence à 430,62 cas pour 100 000 habitants en France actuellement (411,27 hier). Le nombre de décès enregistrés en 24 heures à l’hôpital est de 192 morts (hors Ehpad), soit 163 de plus qu’hier et 89 de plus que lundi dernier.

Dans les hôpitaux, on dénombre actuellement 12 096 patients hospitalisés pour Covid-19, en hausse de 570 par rapport à hier, tandis que 2191 personnes sont en réanimation, soit 125 de plus. Sur les dernières 24 heures, 1424 malades ont été admis à l’hôpital soit 1055 de plus que la veille et 381 de plus comparé à lundi dernier. 307 admissions en réanimation ont été enregistrées, soit 237 de plus qu’hier et 54 de plus que lundi dernier.

Précisions sur le nombre de cas : Santé publique France précise que « les données peuvent être très variables en fonction des activités de dépistage (diminution des activités le week-end par exemple) et des délais de rendu des résultats » (généralement 24 à 48 heures). Plusieurs changements dans la méthode de recensement des tests positifs ont aussi pu perturber la comptabilité des cas :

Covid France 4 décembre 2021 : hausse avec 51624 c as en 24 heures

Covid France 4 décembre 2021 : hausse avec 51624 cas en 24 heures

.

 

51.624 nouveaux cas ont été confirmés, contre 49.858 la veille. Sur les derniers sept jours (ce qui permet de lisser les effets des jours chômés) la moyenne des nouveaux cas quotidiens s’établit à 40.944, contre moins de 28.000 il y a une semaine, témoignant de l’accélération de cette vague.

 Le nombre de patients hospitalisés atteint 11.340. Le seuil des 10.000 n’avait plus été atteint depuis le 12 septembre. Il y a eu 694 nouvelles admissions en 24 heures, et le nombre de patients gravement atteints dans les services de soins critiques atteint 2037, avec 119 admissions en 24 heures.

Depuis le début de l’épidémie au moins 119.457 décès ont été enregistrés, dont 113 dans les dernières 24 heures, selon l’agence sanitaire.

 
 

Covid France samedi 4 décembre 2021 : hausse avec notamment 49 858 cas en24 heures

Covid France samedi 4 décembre 2021 : hausse  avec notamment  49 858 cas en 24 heures

 

49 858 cas en 24 heures vendredi 3 décembre 2021; 119.457 morts au total .

Le taux de reproductivité R est de 1,55 le taux d’incidence à 366,82 et la tension hospitalière à 40,7 %. Le taux de positivité est à 5,9 %.

La France compte actuellement 11.103 (+313) personnes hospitalisées et 2.058 (+124) malades en réanimation. Sur la tendance ces statistiques pourraient doubler d’ici un mois. La question de l’obligation vaccinale devrait se faire plus prégnante. Reste à savoir si les pouvoirs publics voudront prendre des mesures très restrictives avant ou après la période des fêtes.

 

Une hausse des taux d’intérêt compatible avec la croissance ?

Une hausse des taux d’intérêt compatible avec la croissance ?

 

 

Frédéric Leroux, membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac  estime que les banques centrales pourraient retrouver des marges de manœuvre sur les taux… à moins que le variant Omicron ne rebatte les cartes, estime, dans une chronique, Frédéric Leroux, membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac. ( Le Monde)

 

 

l’approche des fêtes de fin d’année, la menace du Covid-19 a refait surface sur les marchés financiers avec la découverte du nouveau variant Omicron, dont les effets sur l’économie mondiale pourraient être récessifs et inflationnistes. C’est en tout cas la crainte qui a animé vendredi 26 novembre les marchés financiers, dans une réaction très vive à la diffusion de cette nouvelle.

S’il est encore trop tôt pour savoir quelles seront les conséquences du variant, les banquiers centraux entrevoient, pour l’heure, un retour progressif à une inflation léthargique et à une croissance poussive de l’économie mondiale.

Dopé par des politiques de taux d’intérêt toujours plus bas, l’endettement n’a cessé de croître. Ce cocktail – concocté depuis trop longtemps par les banques centrales – est aussi euphorisant pour les marchés financiers qu’il est déprimant pour les ménages qui voient stagner leurs salaires, victimes collatérales de cette croissance atone sous perfusion monétaire.

En excluant la nouvelle menace Covid-19, les investisseurs envisagent, eux, un scénario différent. Ils anticipent ainsi une inflation un peu plus tenace et des hausses de taux directeurs plus rapides et plus nombreuses que ce que prévoient les banques centrales.

Plus de déboires que de satisfactions

Jusqu’à présent, les investisseurs obligataires n’ont pas vraiment voulu, ou pu, se mesurer aux autorités monétaires. Il faut en effet aujourd’hui beaucoup d’énergie, de courage et des poches profondes pour lutter contre cette « répression financière » qui contraint les fonds privés vers le financement des déficits et de la dette publics contre une rémunération si faible qu’elle est parfois négative. L’économie de marché a grand besoin d’une politique monétaire plus orthodoxe.

Les investisseurs anticipent une inflation un peu plus tenace et des hausses de taux directeurs plus rapides et plus nombreuses que ce que prévoient les banques centrales

Comment les taux d’intérêt pourraient-ils retrouver leur signification économique pour permettre à l’entrepreneur de récupérer sa boussole et au système économique, sa capacité à allouer les ressources de façon optimale ?

Un consensus plus large sur une inflation durablement supérieure aux objectifs des banques centrales (fixés entre 2 % et 2,5 %) devrait finir par favoriser l’ajustement des taux d’intérêt. Or – bonne nouvelle ! –, un changement de paradigme est en train de s’opérer aux Etats-Unis, où la raréfaction de la main-d’œuvre disponible met le salarié américain en position de force dans les négociations sur les rémunérations.

Cela devrait nourrir l’inflation et l’installer durablement au-delà des objectifs des banquiers centraux après des décennies de résignation salariale qui ont nourri l’humeur déflationniste des consommateurs. Les enquêtes statistiques sur le sentiment des consommateurs tendent d’ailleurs à montrer que ces derniers rechignent de moins en moins, pour s’équiper, à passer à l’acte malgré les hausses de prix parfois fortes de certains biens d’équipement.

Le retour potentiel d’une boucle prix-salaires approche, tout comme l’heure de la normalisation des politiques monétaires. Reste qu’une hausse de l’inflation et des taux d’intérêt sans croissance positive apporterait plus de déboires que de satisfactions.

Inflation et taux d’intérêt plus élevés

Mais, là aussi, les bonnes surprises sont nombreuses et plusieurs éléments alimentent la perspective d’une croissance soutenue à moyen terme. Les programmes américains de soutien aux ménages ont engendré une épargne disponible et un effet richesse considérables depuis le début de la pandémie. La réouverture de l’économie mondiale et la fin prochaine des pénuries actuelles vont libérer encore davantage de croissance économique.

La profitabilité record des entreprises va favoriser les investissements. Les taux d’intérêt réels devenus très négatifs sous l’effet de la répression financière encouragent également l’investissement et pourront même nettement remonter avant de devenir un frein, voire un obstacle. L’économie chinoise, dont le cycle est décalé par rapport au cycle américain (les Etats-Unis sont en expansion monétaire et budgétaire alors que la Chine met actuellement en œuvre des politiques monétaire et budgétaire restrictives qui ralentissent l’activité), pourrait aussi prendre le relais comme moteur de la croissance mondiale, le moment venu.

A moins d’un impact majeur du nouveau variant Omicron, il y a donc une fenêtre de tir durant laquelle la croissance semble pouvoir s’accommoder d’une inflation et de taux d’intérêt plus élevés. Une première depuis longtemps, qui ouvre la voie à une croissance nominale forte, capable d’éroder la dette.

 

Inflation : hausse différenciée en Europe

Inflation : hausse différenciée en Europe

 

l’inflation devrait atteindre 2,4% sur l’année 2021, selon la Commission européenne, avant de retomber à 2,2% en 2022.  Une inflation tirée par la hausse des matières premières et de l’énergie.- les prix de gros du gaz ont augmenté de 300% en Europe depuis janvier, et ceux de l’électricité ont plus que doublé, selon l’Union des industries utilisatrices d’énergie

En France officiellement les prix n’auraient pas les passé une hausse de 2,6 % mais l’indice officiel de mesure des prix de l’INSEE est de plus en plus discutée du fait qu’il minimise l’ampleur des dépenses contraintes.

En Allemagne, l’ inflation le double de la France , à 5,2% en novembre sur un an, en Espagne

En Espagne, la hausse des prix a de nouveau accéléré en novembre, pour atteindre 5,6% sur un an, soit son niveau le plus élevé depuis septembre 1992, selon une première estimation publiée lundi par l’Institut national de la statistique (INE).

au Royaume-Uni aussi, l’inflation l’indice des prix à la consommation (CPI) a augmenté de 4,2% sur un an en octobre

Covid France 29 nov 21 : hausse, 8279 nouveaux cas en 24 heures

 

Covid France 29 nov 21 : hausse,  8279 nouveaux cas en 24 heures

hausse avec  encore de 8279 cas supplémentaires en France ce 29 novembre 2021. Un chiffre très en-deçà des dernières mesures, comme chaque lundi, du fait du faible nombre de tests réalisés le dimanche. Ce bilan compte tout de même 3013 cas de plus que lundi dernier. La moyenne 7 jours passe à 29 727 cas enregistrés quotidiennement contre 29 297 hier et le taux d’incidence à 292,13 cas pour 100 000 habitants en France actuellement (271,29 hier). Le nombre de décès enregistrés en 24 heures dépasse les 100 morts dans ce nouveau bilan : 103 personnes ont succombé en 24 heures à l’hôpital (hors Ehpad), soit 80 de plus qu’hier et 9 de plus que lundi dernier.

Dans les hôpitaux, on dénombre actuellement 9860 patients hospitalisés pour Covid-19, en hausse de 479 par rapport à hier, tandis que 1749 personnes sont en réanimation (+117). Sur les dernières 24 heures, 1043 malades ont été admis à l’hôpital soit 819 de plus que la veille et 178 de plus comparé à lundi dernier. 253 admissions en réanimation ont été enregistrées, soit 211 de plus qu’hier et 65 de plus que lundi dernier.

Covid 28 novembre 21: moyenne en hausse

Covid 28 novembre 21: moyenne en hausse

 

La moyenne sur une semaine est toujours en hausse. Samedi 28 novembre le nombre de contaminés a atteint 31 648 soit une moyenne sur sept jours de 29 297. À comparer au chiffre d’il y a un mois le 28 octobre où on observait 5507 contaminés et une moyenne de 6461. Un taux de progression tout à fait exceptionnel qui montre que la France va bientôt rejoindre les taux de contamination constatée dans les pays voisins notamment en Allemagne et au Royaume-Uni.

 

Covid France 25 novembre 2021 : toujours en hausse avec 33.464 nouveaux

Covid France 25 novembre 2021 : toujours en hausse avec 33.464 nouveaux

D’après les chiffres publiés par Santé publique France. 33.464 nouveaux cas ont été détectés lors des dernières 24 heures, contre 32.591 la veille, et 20.366 jeudi dernier. Le taux de positivité des tests s’élève à 5,2%. L’épidémie progresse également dans les hôpitaux français, où 73 personnes sont mortes du Covid-19 ces dernières 24 heures. 8981 malades sont actuellement hospitalisés, dont 778 depuis la veille. Ils étaient 8765 mercredi. 1499 patients sont soignés dans les services de soins critiques, dont 139 admis ce jeudi, contre 1483 la veille.

Sur le front des vaccinations, 51.836.108 personnes ont reçu au moins une injection (soit 76,9% de la population totale) et 50.749.261 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 75,3% de la population totale), depuis le début de la campagne vaccinale en France. 6.311.982 personnes ont également reçu une dose de rappel.

Economie-Inflation : vers une hausse réelle d’environ 5 à 10 %

Economie-Inflation : vers une hausse réelle d’environ 5 à 10 %

 

Officiellement l’INSEE a seulement constaté une hausse de 2,6 % sur un an en octobre. Une hausse beaucoup moins importante que celle enregistrée dans la zone euro avec 4,1 %. Une différence curieuse quand on sait que la France importe la majorité des produits consommés qui subissent forcément l’augmentation des matières premières, des dérèglements logistiques et de l’énergie. L’explication vient en grande partie du caractère obsolète de l’indice qui mesure les prix et qui ne tient pas compte de l’évolution structurelle de la consommation

Dans l’alimentaire, on aussi  prévoit des augmentations qui pourraient atteindre jusqu’à 10 %. Ne parlons pas des dépenses contraintes  » logement, assurance, abonnement, énergie don,t les prix dérapent de façon notoire.

Dans l’habillement aussi on prévoit une augmentation de cinq à 10 %, l’habillement fait les frais d’une conjonction de facteurs négatifs à commencer par la hausse des coûts des matières premières. Le prix du coton atteint ainsi des sommets jamais vus depuis 2011. La laine suit elle aussi une tendance à la hausse de même que le pétrole, dont le textile est très demandeur pour fabriquer ses fibres synthétiques. L’augmentation des prix du fret, le transport de marchandises, pèse également sur les prix de l’habillement. 

Une solution qui montre la capacité d’adaptation du secteur mais qui ne devrait pas inverser la tendance haussière pour autant dans les magasins. Seules les perspectives optimistes de la Banque centrale européenne qui prévoit une inflation temporaire permettent de se montrer optimistes. «Les mesures de l’inflation sous-jacente», c’est-à-dire hors des prix volatils de l’énergie et de matières premières, «évoluent dans la bonne direction»a encore affirmé sa présidente, Christine Lagarde, lors d’un congrès sur la finance à Francfort, le 19 novembre dernier. Même si ce scénario se réalisait, les prix sur les portants ne baisseraient pas pour autant, conclut un expert de l’habillement : «Une fois qu’ils ont augmenté, la hausse est entérinée et c’est difficile de revenir en arrière».

Inflation : vers une hausse réelle d’environ 5 à 10 %

Inflation : vers une hausse réelle d’environ 5 à 10 %

Officiellement l’INSEE a seulement constaté une hausse de 2,6 % sur un an en octobre. Une hausse beaucoup moins importante que celle enregistrée dans la zone euro avec 4,1 %. Une différence curieuse quand on sait que la France importe la majorité des produits consommés qui subissent forcément l’augmentation des matières premières, des dérèglements logistiques et de l’énergie. L’explication vient en grande partie du caractère obsolète de l’indice qui mesure les prix et qui ne tient pas compte de l’évolution structurelle de la consommation

Dans l’alimentaire, on aussi  prévoit des augmentations qui pourraient atteindre jusqu’à 10 %. Ne parlons pas des dépenses contraintes  » logement, assurance, abonnement, énergie don,t les prix dérapent de façon notoire.

Dans l’habillement aussi on prévoit une augmentation de cinq à 10 %, l’habillement fait les frais d’une conjonction de facteurs négatifs à commencer par la hausse des coûts des matières premières. Le prix du coton atteint ainsi des sommets jamais vus depuis 2011. La laine suit elle aussi une tendance à la hausse de même que le pétrole, dont le textile est très demandeur pour fabriquer ses fibres synthétiques. L’augmentation des prix du fret, le transport de marchandises, pèse également sur les prix de l’habillement. 

Une solution qui montre la capacité d’adaptation du secteur mais qui ne devrait pas inverser la tendance haussière pour autant dans les magasins. Seules les perspectives optimistes de la Banque centrale européenne qui prévoit une inflation temporaire permettent de se montrer optimistes. «Les mesures de l’inflation sous-jacente», c’est-à-dire hors des prix volatils de l’énergie et de matières premières, «évoluent dans la bonne direction»a encore affirmé sa présidente, Christine Lagarde, lors d’un congrès sur la finance à Francfort, le 19 novembre dernier. Même si ce scénario se réalisait, les prix sur les portants ne baisseraient pas pour autant, conclut un expert de l’habillement : «Une fois qu’ils ont augmenté, la hausse est entérinée et c’est difficile de revenir en arrière».

Covid France 24-nov-21 : forte hausse, 30.454 nouveaux cas en 24 heures

Covid France 24-nov-21 : forte hausse,  30.454 nouveaux cas en 24 heures

30.454 nouveaux cas ont été détectés ce mardi, a indiqué Santé publique France dans son bilan quotidien. A comparé aux 19 00 cas  mardi dernier.  Le taux de positivité des tests, également en hausse, s’élève à 4,9%.

À l’hôpital, la progression de l’épidémie se poursuit. 8338 patients souffrant du Covid sont actuellement hospitalisés dans les hôpitaux français ce mardi, dont 759 en 24 heures, contre 8038 la veille. 1455 personnes sont par ailleurs admises en soins critiques, dont 192 depuis la veille. 84 personnes sont également mortes dans les hôpitaux français, portant le bilan à 91.742 morts à l’hôpital depuis le début de la pandémie en France.

Sur le front des vaccinations, 51.768.323 personnes ont reçu au moins une injection (soit 76,8% de la population totale) et 50.685.797 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 75,2% de la population totale), depuis le début de la campagne vaccinale en France. 5.824.035 personnes ont, en outre, reçu une dose de rappel.

Covid France 21-11-21: moyenne journalière en hausse

Covid France 21-11-21: moyenne journalière en hausse

 

Dimanche 21 novembre, 19.749 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés en 24 heures, selon les chiffres de Santé publique France, soit un total de 7.414.971 cas confirmés depuis le début de l’épidémie. La moyenne quotidienne sur sept jours et toujours en hausse et atteint 18 189 contaminés  alors que cette moyenne était de 15 000 il y a une semaine.

Le taux de positivité des tests s’établit à 4,7 %.

On dénombre 3.269 nouvelles hospitalisations sur les sept derniers jours.

En 24 heures, 15 personnes ont succombé au Covid à l’hôpital. Le bilan total s’élève à 118.461 morts depuis le début de l’épidémie, dont 91.564 à l’hôpital.

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 51.644.678 personnes ont reçu au moins une injection et 50.565.421 personnes sont entièrement vaccinées.

Covid France 20 novembre 21 : toujours en hausse avec 22 678 cas

Covid France 20 novembre 21  : toujours en hausse avec 22 678 cas

 

Toujours la hausse pour la France avec 22 678 cas en 24 heures ( il y a environ un mois la France était seulement sur une moyenne de 5000 cas). Une hausse moins fulgurante que dans d’autres pays comme en Allemagne, en Autriche ou au Royaume-Uni pour l’instant. Toutefois sur la tendance, la France pourrait atteindre facilement les 50 000 cas d’ici un mois. On recense ce samedi 20 novembre 2021 118.428 morts au total,+23 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 26.908 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 91.520 (+23 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,34 le taux d’incidence à 143,88 et la tension hospitalière à 26,4 %. Le taux de positivité est à 5,0 %.

La France compte actuellement 7.974 (+34) personnes hospitalisées et 1.333 (-20) malades en réanimation.

Selon les données de Santé Publique France, Découvrez le bilan des différentes régions françaises et leur évolution :

  • Ile-de-France : 1.784 (+4) hospitalisées, 297 (-3) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Grand Est : 543 (+9) hospitalisés, 104 (+1) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Hauts de France : 749 (+2) hospitalisés, 109 (-3) en réanimation et +1 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 764 (+26) hospitalisés, 128 (0) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 894 (+6) hospitalisé, 142 (-3) en réanimation et 0 décès en 24h
  • Bretagne: 289 (-8) hospitalisés, 31 (-1) en réanimation et 0 décès en 24h
  • Normandie : 386 (+1) hospitalisés, 45 (+1) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 619 (-9) hospitalisés, 111 (-1) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 341 (-2) hospitalisés, 76 (-1) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Occitanie: 621 (-2) hospitalisés, , 122 (-3) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 305 (0) hospitalisés, 67 (-1) en réanimation et 0 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 234 (+7) hospitalisés, 39 (-1) en réanimation et 0 décès en 24h

Ce samedi 20 novembre 2021, le virus Covid-19 touche 255.226.298 cas confirmés et a fait au total 5.130.437 morts dans le monde.

1...56789...55



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol