Archive pour le Tag 'hausse'

Page 5 sur 29

Croissance Chine : l’industrie en hausse

Croissance Chine : l’industrie en hausse

 

Signe  de la reprise internationale, le secteur manufacturier voit sa croissance augmenter plus vite que prévu en mars. E effet.  La croissance dans ce secteur a été plus forte que prévu en mars, selon l’indice PMI des directeurs d’achats, alors que l’activité a repris dans le bâtiment avec la fin de l’hiver. L’indice PMI s’est établi à 51,5 contre 50,3 en février. Les analystes avaient prévu une hausse moins forte avec un indice à 50,5, juste au-dessus de la barre des 50 qui délimite expansion 0et récession. Cela fait désormais 20 mois de suite que les conditions d’activité s’améliorent en Chine.

Intérim : hausse

Intérim : hausse

Considéré comme un indicateur avancé de la conjoncture, l’intérim progresse nettement Selon le dernier baromètre Prism’emploi publié ce 27 mars, la progression de l’intérim reste solide en février avec une hausse de 7,3% par rapport au même mois de 2017. Cette progression marque un léger ralentissement par rapport à celle de janvier (8,4%). Sur l’année, plus de 45.000 emplois supplémentaires ont été crées dans le travail temporaire, dont 10.000 en CDI intérimaires. Dans la dernière note de conjoncture de l’Insee publiée le 21 mars dernier, des chiffres relativement proches (56.000 créations pour l’année 2017 dans l’intérim)  traduisent un marché du travail plutôt dynamique. « En 2017, l’emploi intérimaire a continué de nettement progresser mais un peu moins vite qu’en 2016 (+98.000). Il a augmenté vivement (26.000) au second semestre 2017, comme au premier (30.000). Particulièrement réactif aux fluctuations de l’activité, il s’est redressé plus tôt que les autres composantes de l’emploi pour dépasser en 2017 les niveaux élevés qu’il avait atteints avant la crise économique de 2008-2009. » Au mois dernier, toutes les régions ont connu une hausse de l’emploi intérimaire. Cette tendance présente néanmoins des contrastes relativement importants. Les effectifs intérimaires ont augmenté le plus fortement en Bourgogne-Franche-Comté (+16,7%) dans les Pays de la Loire (+13,6%) et en Bretagne (+10,9%). En revanche, l’lle de France (0,3%), les Hauts de France (2,8%) et l’Occitanie sont les trois régions qui ont connu les plus faibles variations à la hausse sur l’année écoulée. Parmi les secteurs économiques, l’emploi intérimaire progresse le plus fortement dans les transports (16,5%) suivis par l’industrie (7,5%), le BTP (6,5%) et les services (4,8%). A l’inverse, les effectifs baissent dans le commerce. L’industrie reste le secteur le plus demandeur en termes d’emplois temporaires, suivie des services et des transports. Selon les chiffres du ministère du Travail, 297.000 personnes intérimaires travaillaient dans le secteur tertiaire à la fin de l’année 2017, soit 1,5% de l’ensemble des salariés du secteur. « Sur un an, le nombre d’intérimaires dans le tertiaire progresse solidement (+12,5 %, soit 32.900 intérimaires de plus qu’au 4e trimestre 2016. » La durée moyenne des missions s’élève environ à 1,9 semaine. Les durées présentent néanmoins des disparités selon les secteurs. Dans la construction, les missions durent environ 3 semaines en moyenne contre 2,3 semaines dans l’industrie et 1,4 semaine dans le tertiaire. Au regard des chiffres présentés par Prism’emploi, l’emploi intérimaire se développe surtout chez les ouvriers non qualifiés (10,3%), les ouvriers qualifiés (7,3%), les employés (+5,3%) et les cadres et professions intermédiaires. Si cette dernière catégorie semble moins dynamique que les autres, elles représentent tout de même 11,5% des effectifs intérimaires par qualification. Compte tenu des enquêtes menées par l’Insee auprès des chefs d’entreprise, l’intérim devrait encore progresser au cours du premier semestre 2018 sur un rythme similaire (+20.000) à celui de l’an dernier.

 

Chine : forte hausse de la production industrielle

Chine : forte hausse de la production industrielle

Signe de la reprise mondiale mais aussi du dynamisme de la consommation et des investissements internes, la production industrielle en Chine a connu un robuste début d’année, gonflant de 7,2% sur les deux mois cumulés de janvier-février, en glissement annuel, à rebours de la stabilisation attendue, selon des chiffres gouvernementaux diffusés mercredi. Les ventes de détail, baromètre de la consommation dans la deuxième économie mondiale, ont de leur côté grimpé de 9,7% sur la même période, en légère accélération par rapport à décembre, selon le Bureau national des statistiques (BNS). Les investissements en capital fixe, reflet des dépenses dans les infrastructures, ont bondi de 7,9% sur un an en janvier-février, accélérant bien plus qu’attendu.

 

Croissance mondiale en hausse (OCDE)

Croissance mondiale en hausse (OCDE)

 

Une  croissance mondiale qui  accélère à 3,9% cette année et l’an prochain (après 3,7% en 2017), comme le FMI.  D’après l’OCDE, la reprise de l’investissement des entreprises devrait alimenter le rebond du commerce international, avec des volumes attendus en hausse de plus de 5% cette année. Autant d’éléments qui, combinés à la progression de l’emploi, contribuent à une reprise de plus en plus généralisée. Dans le détail, l’OCDE a révisé en nette hausse ses prévisions de croissance pour les Etats-Unis, la France et l’Allemagne. La première économie mondiale devrait enregistrer une croissance de 2,9% en 2018 et de 2,8% en 2019 (contre 2,5% et 2,1% précédemment), la contribution des retombées de la réforme fiscale étant estimée entre 0,5 et 0,75 points de pourcentage sur chacune des deux années. L’économie française, qui a affiché une croissance de 2,0% sur l’année écoulée, devrait accélérer cette année à 2,2% – un niveau inédit depuis 2007 et supérieur de 0,4 point aux précédentes prévisions – avant de ralentir à 1,9% (-0,2 point) l’an prochain. Globalement, la croissance de la zone euro s’établirait à 2,3% cette année et 2,1% l’an prochain, ce qui correspond à une révision à la hausse de 0,2 point dans les deux cas. A l’inverse de la tendance générale, le Royaume-Uni devrait voir sa croissance ralentir et rester à la traîne de la moyenne du G20, sur fond d’inquiétudes persistantes sur la définition de ses futures relations avec l’Union européenne après le Brexit. De 1,7% en 2017, sa croissance passerait à 1,3% cette année – un chiffre revu en hausse de 0,1 point – et à 1,1% en 2019, sans changement par rapport aux prévisions de novembre. L’OCDE est en revanche plus positive pour le Japon en 2018, avec une prévision de croissance revue en hausse de 0,3 point à 1,5%. Celle de 2019 n’est relevée que de 0,1 point à 1,1%. En ce qui concerne les pays émergents, l’OCDE a légèrement révisé ses anticipations pour la Chine en 2018 (+0,1 point à 6,7%) et maintenu sa prévision d’une croissance de 6,4% en 2019. Avec des prévisions revues en hausse, l’Inde passerait devant la Chine avec une croissance attendue à 7,2% cette année (+0,2 point) et à 7,5% en 2019 (+0,1 point). L’OCDE, qui se montre plus optimiste pour le Brésil (+0,3 point à 2,2% en 2018 et +0,1 point à 2,4% en 2019), est en revanche plus réservée sur la Russie, avec une prévision revue en baisse de 0,1 point, à 1,8% en 2018 et une croissance attendue à 1,5% en 2019, sans changement par rapport aux prévisions de novembre. “Nous pensons que l’économie va rester plus solide pour les deux prochaines années”, a déclaré à Reuters Alvaro Pereira, chef économiste de l’OCDE par intérim. “Nous revenons à des circonstances plus normales que celles que nous avons connues au cours des dix dernières années”, a-t-il ajouté. Mais la perspective d’un regain de protectionnisme, dans le sillage de la décision Donald Trump d’imposer de nouvelles taxes douanières sur les importations américaines d’aluminium et d’acier, constitue un risque majeur, souligne l’OCDE en invitant les pays concernés à éviter toute escalade. “Cela pourrait évidemment compromettre la reprise. Nous pensons que cela représente un risque significatif et nous espérons qu’il ne se matérialisera pas car cela pourrait être assez préjudiciable”, a dit Alvaro Pereira.

Etats-Unis: hausse de l’emploi et baisse des salaires, la martingale capitaliste

Etats-Unis: hausse de l’emploi et baisse des salaires, la martingale capitaliste

Pas sûr que la martingale capitaliste  qui combine hausse de l ‘emploi (avec évidemment hausse de l’activité. Les estimations de croissance annualisée du produit intérieur brut du trimestre de janvier à mars sont autour d’un taux de 2%. L’économie a crû de 2,5% au quatrième trimestre)  et baisse des salaires fonctionnent très longtemps surtout avec l’accroissement des inégalités aux Etats-Unis (comme ailleurs).  Nécessairement, les salaires devraient repartir à la hausse  nourrissant uen inflation qui elle même encouragera la demande d’augmentation du pouvoir d’achat. Une inflation nourrie également par la hausse des taxe d’intérêt et par les taxes Trump qui vont renchérir les importations.  L’économie américaine a créé 313.000 emplois le mois dernier, portée par des créations d’emplois dans le secteur de la construction au plus haut depuis 2007, a annoncé vendredi le département du Travail. L’augmentation des créations de postes le mois dernier a atteint son plus haut niveau depuis juillet 2016 et s’inscrit nettement au-dessus des quelque 100.000 créations d’emplois par mois nécessaires pour suivre le rythme de croissance de la population américaine en âge de travailler. Les statistiques de l’emploi pour les mois de décembre et de janvier ont été révisées pour faire état de 54.000 emplois créés en plus par rapport aux premières estimations. La rémunération horaire moyenne a augmenté de quatre cents à 26,75 dollars, soit de 0,1%, en février, après avoir progressé de 0,3% le mois précédent. La hausse annuelle des salaires ressort ainsi à 2,6% contre 2,8% en janvier. Le taux de chômage est resté inchangé à un plus bas de 17 ans de 4,1% en février. La durée de la semaine de travail moyenne a rebondi, à 34,5 heures, le mois dernier après avoir légèrement fléchi à 34,4 heures en janvier. Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne 200.000 créations d’emplois en février, une hausse du salaire horaire de 0,2% et un taux de chômage de 4,0%. Sachant que les responsables de la Réserve fédérale considèrent que le marché du travail est proche ou un peu au-delà du plein emploi, la modération de la croissance des salaires le mois dernier ne changera probablement rien aux attentes d’un relèvement des taux d’intérêt de la banque centrale américaine à l’issue de sa réunion des 20 et 21 mars. La lenteur de la croissance des salaires pourrait toutefois tempérer les anticipations de quatre hausses de taux cette année au lieu des trois prévues. Les investisseurs espèrent que le resserrement des conditions du marché du travail va accélérer la croissance des salaires cette année et pousser l’inflation vers l’objectif de 2% de la Fed. Les spéculations autour d’une augmentation du nombre de hausse de taux prévus par la banque centrale ont été favorisées par les propos de son président, Jerome Powell, qui a dit au Congrès la semaine dernière que “ses perspectives personnelles pour l’économie se sont renforcées depuis décembre”. Si Jerome Powell a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve de la surchauffe de l’économie, il a cependant ajouté “ce que nous ne souhaitons pas voir se produire, c’est de rater le virage”. “Le marché du travail se tend mais la croissance des salaires est modérée. De bonnes nouvelles pour tout le monde, Main Street et Wall Street”, dit Quincy Krosby, responsable de la stratégie chez Prudential Financial. Pour toute monde peut-^ter pas mais pour les actionnaires sûrement.

Guerre économique Etats-Unis-Europe : hausse des tarifs de certaines exportations américaines

Guerre économique Etats-Unis-Europe : hausse des tarifs de certaines exportations américaines

 

On s’engage sans doute dans uen guerre économique avec les Etats Unis avec l’intention de Trump d’imposer des droits de douane de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium. Une orientation qui vise la Chine mais en fait tous les pays exportateurs. L’Europe est touchée comme de nombreuses autres zones commerciales ; En réplique l’Union européenne envisage d’appliquer des tarifs douaniers de 25% sur environ 3 milliards de dollars  d’importations en provenance des Etats-Unis si Donald Trump met à exécution son projet. Une réplique mesurée car les exportations européennes d’acier et d’aluminium représentent environ 8 milliards alors que les sanctions européennes concernent un montant de 3 milliards de produits importés des Etats-Unis. Une réplique mesurée par le fait que la balance commerciale est très déséquilibrée au profit de l’Europe. Son président Jean-Claude Juncker a déclaré vendredi que l’UE n’aurait pas d’autre choix que de répondre de la même manière si les Etats-Unis instauraient effectivement ces tarifs douaniers sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance d’Europe. “Nous allons mettre des barrières douanières sur les Harley-Davidson, sur le bourbon et sur les jeans Levis”, a déclaré Jean-Claude Juncker à la télévision publique allemande. “Nous sommes bien présents et ils vont apprendre à nous connaître. Nous aimerions avoir une relation raisonnable avec les Etats-Unis mais nous ne pouvons pas nous contenter de faire l’autruche”, a-t-il ajouté.

Sondage popularité de Macron : hausse mais manipulation !

Sondage popularité de Macron : hausse mais  manipulation !  

Après avoir perdu quatre points en février, Macron en  regagnerait 3 en mars dans le sondage Elabe ; cela grâce paraît-il à l’annonce sur la SNCF. Ce que titre en tout cas les Échos et repris par de nombreux autres médias « macro regagnent… grâce à son annonce sur la SNCF » ! Le journal économique par ailleurs très pertinent dans son domaine d’activité n’hésite pas à manipuler des résultats toujours difficiles à interpréter. En clair,  nombre de médias de droite n’ont pas apprécié la baisse de Macron au cours des deux derniers mois. Notons d’ailleurs que cette baisse a été peu commentée. Comment peut-on conclure que c’est l’annonce de la réforme de la SNCF qui fait remonter Macron dans les sondages de popularité. On pourrait tout autant attribuer cette remontée aux prises de position du gouvernement sur l’agriculture et à la visite de macro au salon. Certes la réforme de la SNCF est nécessaire mais pas avec une telle précipitation et un tel flou. Mais les médias de droite saluent toutes les mesures qui peuvent humilier les syndicats (qui ne sont pas sans reproche) ou les catégories sociales considérées comme trop corpos. Y compris en interprétant des sondages sans grand scrupule. Bien sûr la France a besoin de réformes, bien sûr Macron  en raison sûre de nombreux point. Mais ce n’est pas une raison pour instrumentaliser des sondages et pour justifier le maintien inconditionnel au président de la république. Emmanuel Macron et Edouard Philippe connaissent donc un rebond dans l’opinion, selon un dernier sondage de l’institut Elabe, pour Les Echos. En un mois, ils remontent tous les deux de trois points selon ce baromètre, et retrouvent sensiblement leur niveau du début de l’année. Le sondage a été réalisé après les annonces du gouvernement sur la réforme de la SNCF.  Avec 41% des personnes interrogées qui lui font confiance « pour affronter efficacement les principaux problèmes qui se posent au pays », le chef de l’Etat inverse la tendance après une chute de 4 points en février. Il est notamment en hausse auprès des 35 à 49 ans (+13), des classes moyennes (+7) et populaires (+8). Une majorité de Français (52%, -4) continue toutefois à ne pas lui faire confiance, selon cette enquête pour Les Echos et Radio classique diffusée jeudi. Le Premier ministre connait la même embellie, avec 37% (+3) des Français qui lui font confiance, 51% (-3) d’un avis contraire, et retrouve son niveau de janvier. L’ensemble des baromètres mensuels des autres instituts, réalisés pour la plupart avant les annonces lundi sur la réforme de la SNCF, donnent au contraire l’exécutif quasi-systématiquement en baisse. Nicolas Hulot (40%), au centre d’une polémique sur des accusations de violences sexuelles, reste en tête des personnalités dont les Français ont une image positive, malgré une chute de 5 points en un mois. Il devance Alain Juppé (36%, -1) et Jean-Yves Le Drian (31%, +1). Bruno Le Maire perd trois points à 22% et Laurent Wauquiez trois points également à 15%.

 

Etats-Unis: secteur manufacturier en hausse ?

Etats-Unis: secteur manufacturier en hausse ?

Réalité ou biais statistique,   l’indice ISM se serait nettement redressé en février mais l’indice Markit PMI manufacturier est en légère baisse.  L’indice ISM s‘est établi à 60,8 en février, au plus haut depuis mai 2004, contre 59,1 confirmé en janvier et un consensus le donnant à 58,7. La barre des 50 sépare croissance et contraction de l‘activité. Le sous-indice des nouvelles commandes a, lui, reculé à 64,2 contre 65,4 en janvier. Celui de l‘emploi a progressé à 59,7 contre 54,2 en janvier. L‘indice ISM a fait monter le dollar et les rendements des Treasuries. Mais un autre indice PMI manufacturier publié ce même jeudi, celui de Markit, est ressorti en légère baisse, à 55,3 en version définitive, contre 55,9 en version flash et 55,5 en janvier.

SNCF : hausse du chiffre d’affaires et des résultats

SNCF : hausse du chiffre d’affaires et des résultats

 

D’une  certaine façon les publications relativement satisfaisantes de la SNCF tombent mal pour le gouvernement. Des chiffres conjoncturels qui cependant ne remettent pas en cause les déséquilibres structurels qui ont notamment nourri la dette et freiné la modernisation du réseau.  Le groupe a enregistré l‘année dernière un chiffre d‘affaires de 33,5 milliards d‘euros, en hausse de 4,2%, “grâce à une dynamique commerciale générant une forte croissance du volume de voyageurs et de marchandises transportées”, peut-on lire dans un communiqué. La marge opérationnelle s’élève à 4,6 milliards d‘euros, un chiffre en progression de 16% qui s‘explique, selon la SNCF, par le dynamisme de l‘activité et par “une discipline financière” générant plus de 830 millions d‘euros de gains de productivité. Ces performances “ne sont toutefois pas suffisantes face à la situation financière de SNCF Réseau, structurellement déséquilibrée”, souligne l‘entreprise, dont la dette nette atteint 46,6 milliards d‘euros (+1,7 milliard). L‘exécutif justifie sa future réforme du système ferroviaire par la dynamique de cette dette ainsi que par la nécessité de préparer le secteur à l‘ouverture à la concurrence, programmée dans les années à venir par les textes européens. Le Premier ministre, Edouard Philippe, a levé lundi un coin de voile sur les intentions du gouvernement, qui souhaite notamment mettre fin au statut protecteur des cheminots pour les nouvelles recrues. Cette mesure alimente la colère des quatre syndicats représentatifs, qui brandissent en retour la menace d‘une grève dure. En 2017, la SNCF a transporté 14 millions de voyageurs quotidiens, avec des hausses de fréquentation à la fois pour les TGV (+10%), les lignes régionales de type TER (+4,7%), les Intercités (+3,3%) et pour ses liaisons par car OUIBUS (+48%).

Hausse progressive des taux (FED)

Hausse progressive des  taux (FED) 

 

 

Conséquence immédiate, le rendement des Treasuries à 10 ans est remonté à 2,92%, en hausse de plus de 6 points de base et le taux du 2 ans prend 4 points de base à un plus de haut de cinq jours. En Europe, le dix ans allemand avoisine la barre de 0,68%. L’écart de rendement entre les Treasuries à 10 ans et le Bund de même échéance est le plus large en plus d‘un an. “Le (Comité de politique monétaire, Fomc) continuera de rechercher l’équilibre en évitant toute surchauffe de l’économie (…) et en amenant l‘inflation à 2% de façon durable”, a indiqué le patron de la FED. “Les vents contraires que l’économie américaine avait dû supporter certaines années se sont transformés en vents favorables”, a-t-il ajouté, observant cependant que “l‘inflation reste en deçà de notre objectif à long terme de 2%; du point de vue (du Fomc), augmenter encore et progressivement le taux des Fed funds sera la meilleure façon d‘atteindre nos deux objectifs». On s‘attend généralement à ce que la Fed procède à sa première hausse des taux de l‘année lors de sa réunion du mois prochain. Elle rendra publiques à cette occasion ses nouvelles prévisions économiques et Powell donnera lui sa première conférence de presse.

Croissance mondiale: nouvelle révision à la hausse ( FMI)

Croissance mondiale: nouvelle révision à la hausse ( FMI)

Il est vraisemblable que les instituts vont passer leu r année à réviser leurs prévision, s comme le FMI  qui  prévoit  une accélération de la croissance économique mondiale à 3,9% cette année et en 2019, a annoncé mardi sa directrice générale, Christine Lagarde. Lagarde, qui s’exprimait lors d’une conférence du FMI à Jakarta, a cependant prôné la méfiance quant aux effets de la normalisation de la politique monétaire sur la stabilité financière, et ceux des progrès technologiques sur l’emploi. Les pays d’Asie du Sud-Est se préparent à faire face à des taux d’intérêts plus élevés dans certains pays avancés, notamment aux Etats-Unis et en Europe, a dit Lagarde, invitant les décideurs à rester vigilants quant à la dégradation de la stabilité financière et la volatilité des flux de capitaux. « Nous savons depuis un moment que cela va se produire, mais l’incertitude demeure concernant l’impact sur les sociétés, l’emploi et les salaires », a-t-elle expliqué. Il faut que les pays de l’Asie du Sud-Est adoptent de nouveaux modèles de croissance économique, tournés davantage vers les demandes domestiques, les échanges régionaux et la diversification économique. Ces pays doivent préparer davantage leurs employés aux changements technologiques, tels que l’automatisation et l’intelligence artificielle, qui pourraient affecter l’emploi mais comportent des avantages. « D’une manière ou d’une autre, l’emploi va être affecté », a déclaré Lagarde. « Certains emplois vont disparaître, mais un plus grand nombre va être affecté par l’automatisation, alors nous devons réfléchir à l’évolution du travail. » La directrice du FMI n’a pas préconisé de solution unique. Chaque pays doit trouver sa propre voie, a-t-elle dit. En janvier, le Fonds a revu une nouvelle fois en hausse ses prévisions pour l’économie mondiale au vue de l’accélération de la dynamique de croisse à l’oeuvre depuis la mi-2016, mais aussi de l’impact positif attendu à court terme de la réforme fiscale américaine. Les économistes du FMI anticipent une croissance de 3,9% cette année et en 2019, soit 0,2 point de plus que dans leurs perspectives économiques d’automne publiées en octobre.

Livret A : forte hausse de collecte

Livret A : forte hausse de collecte

 

 

Un bon ou un mauvais signe cette hausse du livret A  en janvier ? D’abord peut être la preuve des incertitudes qui planent sur les marchés financiers et qui se traduisent par uen forte volatilité. En attendant, certains épargnants ne prennent pas de risques. Peut – être aussi le fait que les Français renforcent leur épargne de précaution du fait du relatif blocage du pouvoir d’achat tandis que la hausse des dépenses contraintes est repartie. (Notamment les abonnements aux services).  Le Livret A et le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) ont en effet commencé 2018 sur une note élevée avec une collecte nette positive de 3,9 milliards d’euros, la plus forte depuis avril 2013, selon les données publiées mercredi par la Caisse des dépôts (CDC). Par comparaison, elle avait été positive de 380 millions d’euros en décembre et de 3,27 milliards en janvier 2017. Pour le seul Livret A, les dépôts ont dépassé les retraits de 3,58 milliards d’euros le mois dernier et la collecte du LDDS a été pour sa part positive de 358 millions. L’encours total des deux livrets, avec les intérêts capitalisés, s’élevait à 379,9 milliards d’euros à fin janvier, dont 275,3 milliards pour le Livret A et 104,6 milliards pour le LDDS. Janvier est un mois traditionnellement favorable pour la collecte de ces deux produits d’épargne défiscalisés. Il faudra attendre les chiffres de février pour voir si la correction des marchés boursiers et le rebond des rendements obligataires à la fin du mois ont eu un impact sur le comportement des épargnants. Les effets positifs des incertitudes, qui encouragent généralement l’épargne de précaution, pourraient être contrebalancés par la remontée des taux d’intérêt, favorable à d’autres placements, alors que le gouvernement a décidé l’été dernier de geler la rémunération du Livret A et du LDDS à 0,75%, niveau auquel elle a été fixée depuis août 2015, pendant deux ans. A titre de comparaison, le rendement des emprunts d’Etat français, l’un des principaux supports de l’assurance vie, évolue autour de 0,97% pour l’OAT de référence à dix ans après être repassé début février au-dessus de la barre de 1,0% pour la première fois depuis mars 2017.

 

 

Janvier : hausse de température record

Janvier : hausse de température record

 

Le mois de janvier le plus doux depuis le début des mesures » en 1900, a précisé le prévisionniste de Météo-France Etienne Kapikian.  En jauvier  la France est finalement de +3.4°C au-dessus de la moyenne 1981-2010 (8.4°C pour une moyenne de 5.0°C), mois de janvier le plus doux depuis le début des mesures, dépassant janvier 1988, 1936 et 2014 (+2.7°C/normale). Le record « d’anomalie positive de température moyenne » pour un mois de janvier était jusqu’ici de +2,7 °C, valeur observée en 1988, 1936 et 2014, selon Météo-France. D’autre part, la pluviométrie « a atteint des valeurs comparables aux records de janvier 1988 sur la quasi-totalité du pays », avec en moyenne une pluviométrie excédentaire de plus de 80 % et des records atteints à Rouen​ (167 mm), Rodez (199,8 mm), Langres (242,2 mm) ou Bourg-Saint-Maurice (357 mm). En moyenne sur la France, il n’a jamais autant plu depuis 1959 sur les mois de décembre et janvier. Retrouvez notre point #pluies et #inondations de l’hiver 2018.Météo-France avait déjà annoncé il y a quelques jours que la France avait connu sur les deux mois de décembre-janvier un cumul moyen de pluies record depuis 1959, année de début de la modélisation de la pluviométrie.  Enfin, le soleil a été « quasi absent », excepté sur les régions méditerranéennes, les Pyrénées et la pointe bretonne. « Le déficit d’ensoleillement a souvent dépassé 50 % de la frontière belge au nord de la Nouvelle-Aquitaine », et des records de faible ensoleillement ont été battus notamment à Rouen où le soleil n’a brillé que 18 heures en un mois).

 

Moral des patrons de l’Industrie manufacturière : hausse

Moral des patrons de l’Industrie manufacturière : hausse

Selon l’indice PMI Markit publié ce jeudi 1er février, la confiance des entreprises a atteint son plus haut niveau depuis le début de la collecte des données en 2012.  La forte croissance du secteur manufacturier s’est poursuivie en janvier, la  production et les nouvelles commandes ont enregistré des taux d’expansion « historiquement élevés ». La bonne santé du secteur repose en grande partie sur une forte augmentation de la demande. « Le volume global des nouvelles commandes enregistre en janvier l’une de ses plus fortes hausses depuis 2010, malgré un repli du taux d’expansion par rapport à décembre ». L’autre bonne nouvelle pour le commerce extérieur est que les personnes interrogées par Markit indiquent que la hausse de la demande concerne aussi bien le marché intérieur que les marchés à l’export, « les nouvelles commandes à l’export enregistrant l’une de leur plus fortes expansions depuis 7 ans ». D’après les derniers résultats de Markit, cette embellie s’accompagne d’une hausse des prix des achats qui « atteint un plus haut de 9 mois, tendance que les répondants attribuent au renchérissement des matières premières, notamment l’acier, le cuivre et le papier. » Cette hausse des coûts a été répercutée en partie sur les prix de vente, marquant ainsi une accélération de l’inflation. Malgré une conjoncture favorable, les récents chiffres de la direction générale des entreprises publiés en décembre rappellent que l’industrie demeure un secteur sinistré.  Entre 2000 et 2016, le poids de l’industrie dans l’économie française est passé de 16,5% à 12,5% du produit intérieur brut. Du côté de l’industrie manufacturière, l’évolution est quasi similaire à celle de l’industrie en général.

Autoroutes : profit en hausse garce à l’augmentation des péages

Autoroutes : profit en hausse garce à l’augmentation des péages

 

Grâce aux petits arrangements entre l’Etat et les sociétés d’autoroutes, (augmentation des péages contre travaux),  en 2018, les péages augmenteront de 1,03 à 2,04%. Un renchérissement modulé suivant les réseaux. Notons que dans le même temps les profits des sociétés d’autoroutes augmentent  considérablement. Ainsi Vinci,  le principal concessionnaire,  voit ses bénéfices augmenter de près de 30 % et ses dividendes de près de 90 % ! L’augmentation la plus élevée (2,04%) concerne Area qui exploite des autoroutes en Rhône-Alpes. La hausse sera plus limitée, par exemple, chez SAPN (+ 1,39%) qui gère notamment l’A 13 qui relie Paris à la Normandie.  L’Etat a vendu des bijoux de famille qui rapportent gros aux sociétés concessionnaires. Preuve, les profits ont augmenté de 25 % en 2016 et les dividendes de 41 %. Tout cela grâce aux petits arrangements avec l’État pour prolonger  la durée des concessions, modifier l’amortissement et permettre l’augmentation des tarifs. Exemple Vinci réseau concessionnaire avec ASF, Cofiroute, Escota et Arcour affiche des bénéfices en hausse sur un an de 28,5% (1,75 milliard d’euros) et des dividendes en progression de 88,5% (près de 4 milliards d’euros), souligne le magazine Autoplus. Cette forte croissance s’explique notamment par le versement en une seule année, par Cofiroute, d’un dividende élevé correspondant à une trésorerie thésaurisée lors des deux exercices précédents.  « Comment les bénéfices du secteur autoroutier ont-ils pu progresser de 25%. En moyenne alors que les péages, qui constituent 97% des rentrées d’argent, n’ont augmenté en 2016 que de 1,2%? » S’interroge la revue automobile alors qu’une nouvelle hausse des tarifs s’appliquera au 1er février 2018. Une partie de la réponse tient à la hausse du trafic en 2016 (+3,3%), plus dynamique pour les poids lourds (+4,2%) que pour les voitures (+3,2%) et par les baisses des charges de personnels due à l’automatisation des péages. De plus, « les frais financiers des autoroutes liés aux intérêts diminuent au fil du temps comme pour l’emprunt immobilier d’une particulier » explique Pascal Pennec, rédacteur en chef adjoint d’Autoplus, sur l’antenne de RMC. Pour les particuliers, les hausses de tarifs ne vont pas diminuer, au contraire. « À partir de 2019, des augmentations de péages sont directement liées aux engagements de travaux signés en 2016 par les sociétés concessionnaires avec l’État dans le cadre d’un plan autoroutier » souligne Autoplus.

 

Créations d’entreprises : hausse

Créations d’entreprises : hausse

Signe de la reprise, la hausse des créations d’entreprises. Selon les derniers chiffres de l’Insee publiés ce mardi 30 janvier, 591.000 entreprises ont été créées en France, soit 7% de plus qu’en 2016, atteignant ainsi son plus haut niveau depuis 2010. en 2017, le nombre de créations de sociétés classique s’élève à 197 900; celui des entreprises individuelles à 151.600 – record depuis 2008; et les micro-entreprises, à 241.800, en décrue régulière depuis 2010. NB : le périmètre de l’étude couvre l’ensemble du secteur marchand hors agriculture.  L’un des enseignements important de ces chiffres est que les créations d’entreprises classiques battent des records. L’Insee précise que, dans cette catégorie, il n’y a jamais eu autant de créations (349.000 en 2017) depuis que l’institut mesure et publie ces statistiques (1987). Les créations d’entreprises individuelles classiques augmentent de 6% (152.000 en 2017, contre 142.000 en 2016) et celles des sociétés de 5% (198.000, contre 189.000). Du côté des micro-entreprises, les chiffres illustrent également une dynamique favorable. Les immatriculations de micro-entreprises ont bondi de 9%, soit 19.000 immatriculations supplémentaires après une légère baisse en 2016 (-0,3%) et un fort recul en 2015 (-21%). Du côté de la répartition des types d’entreprises, les économistes de l’Insee indiquent une relative stabilité dans les créations. « En 2017, la part des micro-entrepreneurs dans le nombre total de créations augmente légèrement (41% après 40 % en 2016) et celle des sociétés diminue faiblement (33% après 34%). Celle des entreprises individuelles classiques reste stable à 26%. » Le regain des entreprises classiques dans la démographie d’entreprises françaises est donc plutôt un bon signal pour l’économie tricolore. En effet, la pérennité des micro-entreprises est souvent plus réduite et les limites de ce statut sont régulièrement soulignées par les auto-entrepreneurs malgré un régime fiscal avantageux.

Hausse gaz et électricité ?

Hausse gaz et électricité ?

Il se pourrait bien que l’année 2018 soit celle d’un processus de hausse significative du gaz et de l’électricité. En cause,  le manque de rentabilité d’Engie et surtout d’EDF. Ces hausses pourraient être facilitées par la montée des prix du pétrole mais une montée des prix qui va aussi contaminer le gaz voire l’électricité. Pour le gaz, c’est déjà décidé. Pour l’électricité,  on pourrait s’orienter comme c’est prévu depuis longtemps vers une tendance de croissance des tarifs de leur de 2,5 % par an. Ce que préconise la commission de régulation de l’énergie. Qui a recommandé d’augmenter en moyenne de 0,8% les tarifs réglementés de vente d’électricité appliqués à environ 27 millions de consommateurs, du fait d’évolutions récentes d’éléments entrant dans la composition de ces tarifs. Les tarifs réglementés de l’électricité, appliqués par EDF ont déjà augmenté de 1,7% le 1er août 2017, dans le cadre de la révision annuelle de ces tarifs. Le gouvernement a trois mois pour s’y opposer. Les tarifs réglementés du gaz naturel, appliqués par Engie à plusieurs millions de clients en France, augmenteront en moyenne de 1,3% en février, afin de compenser une hausse des coûts, selon une délibération de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) publiée dimanche. « Par rapport au barème en vigueur, applicable depuis le 1er janvier 2018, cette proposition répercute l’évolution du coût d’approvisionnement d’Engie depuis cette date, estimée par le fournisseur à +0,7 euro/MWh », indique le journal officiel, selon lequel « cette évolution se traduit par une hausse de +1,3% du tarif moyen ».

 

Production acier : hausse

Production acier : hausse

La production mondiale d’acier est souvent bien corrélée à celle de la croissance. D’une certaine manière, elle la précède. La hausse enregistrée en 2017 pourrait constituer un indicateur avancé de la conjoncture de 2018. En effet La production mondiale d’acier brut a augmenté de 5,3% en 2017, à 1,69 milliard de tonnes, la Chine restant le principal producteur avec près de la moitié de l’acier brut produit, selon les chiffres de l’Association mondiale de l’acier (WSA) publiés mercredi. La production d’acier a progressé dans pratiquement toutes les régions l’an dernier, sauf dans la CEI (incluant Russie et Ukraine) où elle est restée stable, selon ces estimations. L’Asie, première région productrice, affiche une hausse de 5,4% à 1,16 milliard de tonnes, tirée par la Chine (+5,7% à 831,7 millions de tonnes, Mt). La part de la production chinoise d’acier a atteint 49,2% du total mondial (contre 49% en 2016).

 

Moral petits patrons : toujours en hausse

Moral petits patrons : toujours en hausse

Moral toujours en hausse chez les petits patrons, une hausse qui diverge de celle des salariés et des ménages moins optimistes. Mais cette progression laisse présager une très bonne tenue des investissements qui font l’emploi de demain. Selon l’observatoire OpinionWay en En janvier, la proportion de patrons de PME et ETI se déclarant confiants pour les perspectives d’activité à six mois de leur propre entreprise a progressé d’un point, à 88%, soit seulement un point de moins que son plus haut historique de septembre. Concernant l’économie française, le niveau de confiance des patrons interrogés s’adjuge quatre points, à 87%, un plus haut depuis la création du baromètre en 2010. Cet indicateur, qui ne s’élevait qu’à 56% en janvier 2017, a bondi dans le sillage des élections présidentielle et législatives et s’est consolidé à un haut niveau au cours du second semestre 2017. La confiance des dirigeants de PME et ETI dans les perspectives de l’économie mondiale, s’est nettement redressée : après un plongeon de quatre points en décembre, elle gagne neuf points, à 83%.

Immobilier: la taxe d « aménagement» en hausse

Immobilier: la taxe d «  aménagement» en hausse

 

Officiellement il ne doit pas y avoir d’impôt nouveau d’après le ministre de l’économie et des finances. Ce qu’a rappelé à plusieurs reprises Bruno le maire qui ne voulait pas laisser supposer notamment que la suppression de la taxe d’habitation serait remplacée par autre chose. Par contre, il n’a pas indiqué avec netteté que les autres impôts ne seraient pas augmentés. D’ailleurs globalement le taux de prélèvement obligatoire (ensemble des impôts qui pèsent par rapport à la richesse) ne va pas diminuer en 2018. Et la France va continuer de la place peut enviable de pays le plus taxé au monde. Concernant la taxe d’habitation, il faut évidemment s’attendre à des transferts partiels au début sur la taxe foncière. D’ailleurs certains experts en ingénierie fiscale proposent déjà un seul impôt pour tous les résidents (en fait le regroupement de la taxe foncière et de la taxe d’habitation pour chaque ménage dans une résidence). Pour preuve de ces discrètes augmentations, celles concernant la c’est la taxe dite d’aménagement. Une taxe qui n’existait pas précédemment mais qui a été créé en 2012 pour un projet d’amélioration de logement qui nécessite une autorisation préalable. Son taux de base augmente de 3%. Et les communes devraient être tentées de revoir à la hausse la part qui leur revient. . Au 1er janvier 2018, le montant de la base de calcul est ainsi passé de 705 à 726 euros le mètre carré hors Ile-de-France, et de 799 à 823 euros le mètre carré pour les contribuables franciliens. L’an dernier, il avait été revalorisé de 0,5%, après avoir diminué en 2015 et 2016.  Sont ainsi concernés combles, celliers, caves, vérandas (couvertes et closes) ou encore abris de jardin d’une surface supérieure à 5 m², lorsque la hauteur de plafond dépasse 1,80 mètre. Les piscines (200 euros par m²), les mobile-homes (3000 euros par emplacement), les éoliennes (3000 euros) et les panneaux photovoltaïques (10 euros le m² de panneau) sont également soumis à la taxe, mais de façon forfaitaire.

 

1...34567...29



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol