Archive pour le Tag 'hausse'

Page 2 sur 34

Coronavirus: forte hausse des nouveaux cas

Coronavirus: forte hausse  des nouveaux cas

 

 

Plus de 2.500 nouveaux cas de contamination au coronavirus depuis vendredi, dont 514 au cours des dernières 24 heures, pour un total de 183.079 personnes infectées depuis le début de l’épidémie, a annoncé lundi Santé Publique France.

Ce bilan était de 180.528 cas vendredi avec des hausses quotidiennes de l’ordre du millier les jours précédents.

L’épidémie due au nouveau coronavirus a désormais fait 30.209 morts en France, dont neuf au cours des dernières 24 heures dans les hôpitaux, a dit la direction générale de la santé (DGS).

Le nombre de personnes hospitalisées à cause du Covid-19, la maladie provoquée par le coronavirus, a encore baissé, à 5.655, soit 65 de moins que vendredi. Il en va de même pour les cas graves traités dans les services de réanimation avec 398 patients, 12 de moins que vendredi.

Hausse de l’or à près de 2000 $ l’once : un mauvais signe pour l’économie

Hausse de l’or à près de 2000 $ l’once : un mauvais signe pour l’économie

 

L’or  retrouve des niveaux historiques, ce qui constitue un mauvais signe pour l’économie. Cela veut dire que certains épargnants préfèrent la valeur refuge que les investissements menacés par la chute de l’économie. En août 2018 , l’once d’heures était environ à 1194 $ aujourd’hui il est à près de 2000 $. L’or a atteint lundi un record historique à 1.930,48 dollars l’once, confirmant son statut de valeur refuge en temps de pandémie, alors que la baisse du billet vert contribue aussi à le faire grimper. L’or, qui gagnait plus de 1% dans les échanges en Asie, devrait prochainement dépasser la barre des 2.000 dollars, selon des analystes.

Les mesures d’assouplissement monétaire décidées par la Réserve fédérale mais aussi par les autres banques centrales encouragent l’attractivité de l’or.

«Des gains forts sont inévitables au moment où nous entrons dans une période semblable à l’environnement apparu après la crise financière mondiale, où les prix avaient atteint des niveaux records du fait des quantités d’argent injectées par la Fed dans le système financier», a déclaré Gavin Wendt, analyste chez MineLife.

Libellé en billet vert, une baisse de la devise américaine rend le métal précieux moins onéreux pour les acheteurs utilisant d’autres devises. Son précédent record historique, à 1.921,18 dollars l’once, avait été atteint en septembre 2011.

Coronavirus monde : hausse des nouveaux cas partout

Coronavirus monde : hausse des nouveaux cas partout

Le nombre de cas confirmés de nouvelles contaminations au COVID-19 a augmenté aux Etats-Unis, au Brésil, en Inde, mais aussi en Australie, au Japon à Hong Kong, en Belgique ainsi qu’en France.

Plusieurs pays, parmi lesquels figurent des Etats qui ont récemment assoupli les mesures de confinement et de distanciation sociale, ont enregistré une accélération des contaminations.

“Nous ne retournerons pas à “l’ancienne normalité. La pandémie a déjà changé nos façons de vivre”, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les autorités sud-coréennes ont de leur côté fait état samedi de la plus forte hausse de nouveaux cas depuis le mois de mars. En Corée du Sud, il s’agit, selon les autorités, de cas importés.

En Ukraine, le ministère de la Santé a indiqué avoir enregistré un nouveau record de nouvelles contaminations au coronavirus en l’espace de vingt-quatre heures depuis le 26 juin.

Les Etats-Unis ont enregistré vendredi pour un quatrième jour consécutif plus de 1.000 décès liés au COVID-19 et près de 70.000 nouveaux cas de contamination.

En France, le nombre de nouvelles contaminations au coronavirus s’est élevé à 1.130 entre jeudi et vendredi, dépassant le seuil du millier pour le deuxième jour consécutif et retrouvant un niveau comparable à celui de la fin du confinement.

“La circulation virale est en nette augmentation en France avec un R à 1,3”, a fait savoir la direction générale de la Santé (DGS) dans un communiqué, appelant à un meilleur respect des mesures de prévention, en particulier la nécessité pour les personnes testées positives de s’isoler.

Le gouvernement français a annoncé vendredi renforcer les contrôles des personnes en provenance de 16 pays frappés par le coronavirus en imposant des tests à leur arrivée à l’aéroport, qui pourront déboucher sur une “quatorzaine” pour les passagers positifs.

Le Premier ministre, Jean Castex, a également invité les Français a éviter de se rendre en Catalogne, où l’épidémie reprend.

L’activité du privé en nette hausse

L’activité du privé en nette hausse

Selon un indicateur provisoire publié vendredi par le cabinet IHS Markit, l ‘indice flash composite a atteint 57,6 points en juillet, contre 51,7 points en juin, signant sa plus forte progression depuis deux ans et demi.

Un chiffre en dessous de 50 indique une contraction de l’activité, un chiffre supérieur à cette limite signifie une expansion.

Cette progression illustre essentiellement l’accélération de la croissance de l’activité dans le secteur des services. La production manufacturière est également en « forte expansion », constate IHS Markit dans un communiqué.

« L’amélioration de la conjoncture observée au cours du mois a résulté de la première hausse du volume global des nouvelles commandes depuis février », note encore le cabinet.

Ces données confirment « l’amorce d’une phase de reprise économique sur le territoire après le confinement imposé dans le cadre de la lutte contre le Covid-19″, a souligné Eliot Kerr, économiste chez IHS Markit, cité dans le communiqué.

Si les ventes à l’export continuent de reculer, « la demande intérieure commence enfin à reprendre, un nombre croissant d’entreprises reprenant leurs activités, tandis que les dépenses des consommateurs commencent à retrouver des niveaux plus habituels », a-t-il ajouté.

Toutefois, les entreprises ont continué en juillet de réduire leurs effectifs, pour le cinquième mois consécutif, mais la contraction des effectifs s’est nettement ralentie.

« Une amélioration progressive de la demande, pourrait, dans les mois à venir, donner aux entreprises la confiance nécessaire à un renforcement de leurs effectifs, mesure qui devrait à son tour permettre à l’économie française de retrouver des niveaux d’activité conformes à ceux observés avant le début de la pandémie », a estimé M. Kerr.

Jeudi, l’indicateur de climat des affaires publié par l’Insee témoignait déjà d’un regain de confiance des chefs d’entreprises, qui jugent bonnes les perspectives d’activité dans la plupart des secteurs.

 

Coronavirus France : contaminations en hausse

Coronavirus France : contaminations en hausse

 

Le nombre de nouvelles contaminations au coronavirus s’est élevé à 1.130 entre jeudi et vendredi, dépassant le seuil du millier pour le deuxième jour consécutif et retrouvant un niveau comparable à celui de la fin du confinement, ont annoncé vendredi les autorités sanitaires.

“La circulation virale est en nette augmentation en France avec un R à 1,3”, écrit la direction générale de la Santé (DGS) dans un communiqué, appelant à un meilleur respect des mesures de prévention, en particulier la nécessité pour les personnes testées positives de s’isoler.

“Nous avons ainsi effacé une bonne partie des progrès que nous avions accomplis dans les premières semaines du déconfinement.”

“Les remontées de terrain indiquent en particulier que les Français ont moins tendance à s’isoler lorsqu’ils sont testés positifs pour le virus”, déplore-t-elle encore.

Depuis le 1er mars, 180.528 personnes ont subi un dépistage positif, a annoncé Santé publique France sur son site internet. Selon les chiffres compilés à partir de ses cellules régionales et des Agences régionales de santé, 11 nouveaux “clusters” ont été découverts

Défaillances d’entreprises: hausse de 35 %

défaillances d’entreprises: hausse de 35 %

Les défaillances d’entreprises dans le monde vont augmenter de 35% entre 2019 et 2021 à travers le monde, et de 25% en France, selon une étude publiée lundi par l’assureur-crédit Euler Hermes.

« En France, la vague de défaillances arrivera au quatrième trimestre 2020 et se prolongera sur le premier semestre 2021″, prédit l’assureur-crédit qui indique les reports de charges et les prêts garantis par l’Etat d’une part, les fermetures de tribunaux de commerce et les gels des procédures collectives d’autre part ont retardé son arrivée. En effet, moins de 6.000 défaillances d’entreprises ont été enregistrées au cours du second trimestre selon la dernière étude du cabinet Altares publiée le 9 juillet. Cependant, « en matière de volume, un triste record sera prochainement atteint: en 2021, plus de 64.000 défaillances d’entreprises sont attendues en France », anticipe Euler Hermes.

Pour les Etats-Unis, où « la propagation rapide du virus a accentué le recul de l’activité économique et généré une crise des liquidités pour de très nombreuses entreprises », la hausse des défaillances sur la même période devrait atteindre 57%, précise Euler Hermes. Dans le détail, les défaillances croîtront à l’échelle mondiale de 17% cette année et de 16% l’an prochain, selon l’étude qui relève qu’en Europe, certains pays comme la Suède, l’Irlande, l’Italie et le Portugal seront touchés de plein fouet dès 2020 par cette vague qui atteindra surtout l’année prochaine d’autres Etats comme la France, le Royaume-Uni ou l’Allemagne.

L’assureur-crédit Coface avait de son côté estimé début juin que les défaillances d’entreprises allaient augmenter d’un tiers entre 2019 et 2021 à travers le monde, et de 21% en France.

Coronavirus France : 25 morts 24 heures ,30.177 en tout mais clusters en hausse

Coronavirus France : 25 morts  24 heures ,30.177 en tout mais clusters en hausse

 

La situation concernant le nombre de morts  et d’infectés soignés s’améliore toujours mais la circulation du virus augmente sous l’effet notamment de la croissance de la mobilité en période de vacances aussi du fait que les mesures barrière sont assez peu respectées sur les lieux de villégiature. 30.177 morts en France, soit 25 de plus que dans le dernier bilan fourni vendredi, a annoncé lundi la direction générale de la santé (DGS).

Le nombre de personnes hospitalisées pour une infection au Covid-19, la maladie provoquée par le coronavirus, continue de baisser, à 6.589, soit 99 de moins que vendredi, tout comme le nombre de cas graves traités en réanimation, à 467, 10 de moins que vendredi.

La DGS souligne cependant que “la circulation du virus est en augmentation sur le territoire national” comme en témoignent “une hausse du nombre de recours à SOS médecins, des passages aux urgences, du nombre de clusters et des hospitalisations”.

Le port du masque dans les espaces publics clos est obligatoire depuis ce lundi en France.

Coronavirus France : : 14 décès, cas confinés en hausse

Coronavirus France : : 14 décès, cas confinés en hausse

 

14 morts de plus au cours des 24 dernières heures en France dans le milieu hospitalier, ce qui porte le bilan depuis le 1er mars à 30.152 décès à l’échelle nationale, a annoncé vendredi la Direction générale de la santé (DGS).

Les chiffres concernant les établissements sociaux et médico-sociaux seront actualisés le 21 juillet.

Au total, 6.688 personnes sont actuellement hospitalisées en raison du COVID-19, ce qui fait 108 de moins que jeudi. En ce qui concerne les patients en réanimation, ils sont 477 alors qu’ils étaient 481 jeudi.

Le nombre de cas confirmés est quant à lui passé de 173.838 jeudi à 174.674 vendredi, ce qui fait 836 infections supplémentaires, selon Santé publique France.

CORONAVIRUS FRANCE: forte hausse des clusters

CORONAVIRUS FRANCE: forte hausse des clusters

 

Le nombre hebdomadaire de clusters signalés, hors Ehpad et milieu familial restreint, est en « hausse importante » cette semaine, avec 51 nouveaux regroupements rapportés contre 35 lors du dernier point. Au 15 juillet, Santé publique France décompte au total 386 clusters depuis le 9 mai et 97 qui étaient toujours en cours d’investigation.

 

Les clusters concernent notamment des établissements de santé (21%), des entreprises (19% en entreprises privées et publiques, hors santé) et des personnes en situation de précarité et de vulnérabilité (13% en établissements d’hébergement social et d’insertion et 4% en communautés vulnérables).

Dans les Ehpad, au 15 juillet 2020, le bilan s’élève à 111 clusters inclus depuis le 9 mai. Le nombre hebdomadaire de clusters signalés en Ehpad est en diminution depuis cinq semaines et demeure à un niveau faible.

 

Santé publique France note que cette semaine, au niveau national, 346.035 patients ont été testés pour le SARS-CoV-2, une augmentation de 13% par rapport à la semaine dernière. Le test était positif pour 3844 personnes. Il s’agit d’un chiffre en augmentation depuis quatre semaines, où 2973 cas étaient alors confirmés.

Le taux d’incidence, soit le nombre de nouveaux cas rapportés à la population pour 100.000 habitants, est désormais de 5,7/100.000 habitants au niveau national. Une augmentation de 19% par rapport à la semaine dernière.

Cette semaine, Sante publique France note qu’il y a eu 1470 passages aux urgences pour suspicion de Covid-19, un chiffre en légère hausse de 9% par rapport au dernier point hebdomadaire. Et 2339 interventions de SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 ont enfin été observées, contre 1523 la semaine dernière.

La Mayenne, qui a été placée en situation de vulnérabilité élevée, voit une augmentation rapide et importante du nombre de cas, avec un taux d’incidence de 52,7/100.000 habitants.

Le renforcement des mesures de protection se poursuit dans le département, indique Santé publique France, qui note également une poursuite du dépistage de la population.

 

Hausse de l’euro

Hausse de l’euro

 

 

On ne sait pas si la hausse de l’euro constatée des dernières séances découle de perspective plus optimiste pour la région européenne notamment à travers son plan de relance qui pourrait être arrêté d’ici quelques jours ou bien si cela est à imputer à la catastrophe sanitaire des États-Unis qui va aussi tirer vers le bas l’économie américaine.

 L’euro progressait, ce mercredi 15 juillet, face au dollar, atteignant en cours de séance un niveau plus vu depuis quatre mois, à deux jours d’un sommet européen qui s’annonce tendu et divise les analystes. Vers 19H20 GMT (21H20 à Paris), l’euro prenait 0,04% face au billet vert, à 1,1405 dollar. La monnaie unique européenne est montée vers 13H30 GMT jusqu’à 1,1452 dollar, un niveau plus vu depuis la mi-mars.

Cette hausse de l’euro est alimentée par «les espoirs que le plan de relance (européen) sera accepté après que la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez se sont engagés à aller de l’avant» sur ce projet, explique Fiona Cincotta, analyste pour City Index. Sceptique au début, Antje Praefcke de Commerzbank, indique dans une note ne pas exclure que Mme Merkel «sorte le lapin du chapeau samedi en présentant au marché un compromis». Au contraire pour Derek Halpenny, analyste chez MUFG, une approbation dès le sommet européen de cette semaine, qui aura lieu vendredi et samedi, reste «peu probable», au vu des informations de presse.

En début de semaine, la chancelière allemande s’était dite incertaine que les dirigeants des 27 pays de l’UE parviennent à un accord sur ce plan de 750 milliards d’euros proposé par la Commission. Selon M. Halpenny, le regain de vitalité de l’euro s’explique aussi par de «meilleures attentes concernant la croissance, comparé aux États-Unis», confrontés à la flambée des cas de coronavirus.

Le pays est le plus touché par la pandémie, aussi bien en nombre de décès que de cas (respectivement 136.000 pour 3,43 millions), avec une forte progression en particulier dans les États du Sud et de l’Ouest. Les dernières actualisations de modèles épidémiologiques prévoient une augmentation du nombre journalier de morts avec un bilan qui devrait augmenter de 15.000 morts d’ici le 1er août, selon la moyenne de modèles de 23 groupes de recherche publiée mardi par une équipe de l’université du Massachusetts.

L’Europe est encore loin d’avoir surmonté la crise sanitaire et la crise économique. Toutefois après il est vrai qu’après beaucoup d’hésitations les Etats qui la composent ont pour la plupart (Grande-Bretagne exclue ) ont pris des mesures pour limiter la mortalité et adapter le système sanitaire. À l’inverse, aux États-Unis,( aussi ailleurs comme au Brésil), on en est encore à la contestation du danger que peut représenter le Coronavirus. Pire, par cette contestation on favorise l’expansion du virus et la situation devient catastrophique dans nombre de zones. Finalement la hausse de l’euro et peut-être davantage à imputer à l’incurie de TRump qu’aux perspectives de rétablissement de l’Europe

Créations d’entreprises : hausse de 75 % dans la restauration rapide

Créations d’entreprises : hausse de 75 % dans la restauration rapide

 

Il faudra sans doute encore attendre les chiffres des mois suivants pou vérifier la solidité des créations d’entreprises.- En effet c’est créations sont surtout poussées par le secteur de la restauration rapide qui augmente de 75 % !  Le contrecoup évidemment de la fermeture les contraintes des bars et des restaurants Les créations d’entreprises ont progressé de 38,2% le mois dernier en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables, après déjà un bond de 59,6% en mai.

Les créations d’entreprises classiques ont augmenté de 43,2% en juin et les immatriculations de micro-entrepreneurs ont progressé de 33,6%.

La hausse la plus forte concerne les activités d’hébergement et de restauration (+75,3%), essentiellement dans les activités de restauration rapide, précise l’Insee.

Electricité : nouvelle hausse de 1,23 % au 1er août

l’électricité : nouvelle hausse de 1,23 % 1er août

«La CRE propose aux ministres chargés de l’énergie et de l’économie une hausse des tarifs réglementés de vente d’électricité de 1,55 % TTC au 1er août 2020, qui prend en compte l’évolution des tarifs des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité», précise le régulateur. En France continentale, le tarif résidentiel («bleu») va progresser de 1,54 %, et celui pour les professionnels de 1,58 %.

Cette proposition de la CRE doit désormais être validée par Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, et Barbara Pompili, la nouvelle ministre de la Transition écologique.

En 2019, les tarifs réglementés de l’électricité avaient enregistré une hausse historique, avec un premier bond de 5,9 % le 1er juin, puis une seconde hausse de 1,23 % en août. Et l’année 2020 a déjà connu une première augmentation de 2,4 % en
février.

La potion finit par devenir bien amère pour les clients. Ces tarifs réglementés fixés par l’État concernent seulement EDF, l’opérateur historique, ainsi que les entreprises locales de distribution de quelques villes. La majorité des Français y restent toutefois attachés: 23,9 millions de sites résidentiels les utilisent, contre un peu plus de 9 millions qui ont souscrit aux tarifs fixés librement par les concurrents d’EDF ou par l’entreprise publique elle-même (qui a aussi des offres dites de marché). Plus de 72 % des Français sont donc concernés par la hausse proposée par la CRE pour le 1er août.

 

Pétrole: une légère hausse de la demande

Pétrole: une légère hausse de la demande

 

Pour l’agence internationale de l’énergie la baisse la demande de pourrait être moins importante que prévu en 2020. L’agence prend cependant des précautions oratoires en indiquant que tout cela dépendra évidemment de l’évolution du Coronavirus et de ses conséquences économiques et sociales. Des prévisions donc qui seront sans doute encore réajustées  d’ici la fin d’année La demande, qui a moins diminué que prévu au deuxième trimestre, devrait se situer à 92,1 millions de barils par jour (bpj), soit 400 000 bpj de plus que les projections du mois dernier, selon le rapport mensuel de l’AIE qui coordonne les politiques énergétiques des pays industrialisés.

“Alors que le marché du pétrole a indubitablement réalisé des progrès (…) le nombre important, et dans certains pays l’accélération, des cas de COVID-19 est un rappel inquiétant du fait que la pandémie n’est pas maîtrisée et que nos prévisions de marché risquent de se retrouver presque certainement à la baisse”, a indiqué l’agence.

L’assouplissement des mesures de confinement dans de nombreux pays a entraîné une forte reprise des livraisons de carburant en mai, juin et probablement aussi en juillet, estime l’AIE.

Mais selon l’agence, l’activité de raffinage du pétrole en 2020 devrait connaître une baisse plus marquée que celle prévue par l’AIE le mois dernier et sa croissance devrait être moindre en 2021.

“Pour les raffineurs, les avantages apportés par l’amélioration de la demande seront probablement contrebalancés par les prévisions de contraction à venir sur le marché des matières premières. Les marges de raffinage seront également mises à mal par la quantité de stock excédentaire au deuxième trimestre de 2020”, explique l’AIE.

Le « Ségur de la santé » : hausse des salaires de 180 € nets mensuels

Le « Ségur de la santé » : hausse des salaires de 180 € nets mensuels

Après sept semaines de discussions et une dernière séance de près de onze heures mercredi soir, le « Ségur de la santé » pourrait enfin aboutir. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, et les syndicats sont parvenus dans la nuit du 8 au 9 juillet à un projet d’accord sur la répartition des 7,5 milliards d’euros promis aux salariés des hôpitaux publics, en première ligne face au coronavirus.

Mesure phare, le document prévoit une hausse de salaire de 180 euros net mensuel pour l’ensemble des personnels hospitaliers publics (infirmiers, aides-soignants, mais aussi agents ­tech­niques administratifs), à l’exception des médecins qui font l’objet de négociations séparées. L’augmentation de salaire, qui concerne à la fois les salariés des hôpitaux et ceux des Ehpad publics, interviendra en deux temps : une ­première revalorisation de 90 euros est programmée au 1er septembre, suivie d’une seconde en mars 2021. Les personnels du secteur privé devraient quant à eux bénéficier aussi d’une hausse en deux temps, pour un montant total de 160 à 170 euros.

 

Parallèlement, le protocole d’accord prévoit une refonte des « grilles » de salaires pour certains métiers soignants et médico-techniques, de l’ordre de 35 euros net par mois en moyenne selon le ministère. En ce qui concerne le volet sur l’emploi souhaité mardi par Jean Castex, 15.000 embauches, dont la moitié correspond à des créations de postes et l’autre moitié à des recrutements sur des postes non pourvus, sont annoncées. Enfin, le projet d’accord entérine la hausse de certaines primes, notamment pour le travail des dimanches et jours fériés.

Zone euro: Hausse record des ventes au détail en mai

Zone euro: Hausse record des ventes au détail en mai

 

Une hausse de 17,8 % des ventes de détail en mai qui signale un redressement mais encore très inférieur aux résultats de l’année précédente. Comme pour les autres biens de consommation, il s’agit de savoir si s’agit d’un redressement conjoncturel ou structurel. De toute évidence , certains achats en mai comme en juin sont venus compenser la paralysie de beaucoup de produits pendant plusieurs mois. Il y a sans doute un effet de rattrapage d’ailleurs confirmé dans les résultats de juin. Reste à savoir si la tendance est structurelle, si cette tendance est suffisamment haussière pour permettre le retour au niveau de production et de consommation de fin 2019 et surtout quand.

Les ventes dans les 19 pays de la zone euro ont augmenté de 17,8% par rapport à avril, selon Eurostat, un chiffre encore meilleur qu’attendu puisque les économistes interrogés par Reuters prévoyaient une hausse de 15%.

Il s’agit de la hausse la plus soutenue enregistrée depuis 1999, année durant laquelle a débuté la collecte des données des ventes au détail dans la zone euro.

Le rebond des ventes en mai a partiellement compensé les baisses record enregistrées au cours des deux mois précédents puisque les volumes du commerce de détail avaient chuté de 12,1% en avril et de 10,6% en mars, selon les données révisées d’Eurostat publiées lundi.

Les ventes dans l’habillement et la chaussure, le secteur le plus touché durant la pandémie de coronavirus, ont enregistré une hausse de 147,0% en mai par rapport à avril mais accusent une chute de 50,5% sur un an.

Les achats de carburants automobiles ont augmenté de 38,4%, la vente d’électroménager et d’ameublement de 37,9%, ceux de les livres et de matériel informatique de 26,8%.

Les ventes en ligne, seul sous-secteur du commerce de détail de la zone euro qui n’a pas connu de baisse pendant le confinement, ont continué à augmenter, de 7,0 % en mai.

Le détail des chiffres par pays montre que les ventes au détail ont augmenté de 13,9% en Allemagne et de 25,6% en France. Les données pour l’Italie n’étaient pas disponibles pour le mois de mai.

La Banque de France estime que l’économie a chuté de 14% entre avril et juin en raison du confinement mis en place pour enrayer la propagation du coronavirus. Mais la Banque de France estime que la reprise pourrait enregistrer un rebond de 14 % du pub troisième trimestre.

La mise en oeuvre d’un confinement généralisé à la mi-mars en Europe a fait plonger l’économie française de 5,3% sur le seul premier trimestre. La France a levé progressivement ses mesures de confinement à partir du 11 mai.

La Banque de France estime que l’activité économique se situe 7% en dessous de ses niveaux habituels, contre 9% le mois dernier et 32% lors du début du confinement en mars.

Si la reprise économique se confirme et si l’épidémie de coronavirus reste maîtrisée, la Banque de France fait savoir qu’elle pourrait réviser à la hausse sa prévision d’une baisse de 10% du PIB cette année, qui est déjà plus optimiste que celle du gouvernement qui table sur une contraction de 11% en 2020. Le problème c’est qu’on ne sait pas quel pourcentage de cette reprise peut être affecté a une compensation conjoncturelle et celui  qui peut relever d’une tendance structurelle durable. L’idée générale de beaucoup d’institutions et de responsables du gouvernement est de diffuser un fort sentiment d’optimisme , de redonner confiance aux acteurs économiques et en particulier aux ménages sur lesquels repose essentiellement l’avenir de la croissance.

Coronavirus: 18 morts supplémentaires en 24 heures en France, Hausse des contaminations

 

 

18 morts supplémentaires en 24 heures en France pour un total de 29.861 décès depuis le 1er mars, a annoncé mercredi la direction générale de la Santé, qui a aussi fait état d’une baisse du nombre de personnes hospitalisées, notamment en réanimation.

Sur l’ensemble des décès, 19.364 se sont produits dans des hôpitaux, a précisé la DGS.

Le nombre de personnes hospitalisées pour leur contamination au coronavirus a reculé à 8.336, soit 200 de moins que mardi. Les services de réanimation traitaient mercredi 582 patients atteints du COVID-19, soit 20 de moins.

Quant au total des contaminations, il s’élevait mercredi à 165.719, soit 918 de plus que la veille, une hausse qui représente près du double de celle qui avait été enregistrée entre lundi et mardi et qui témoigne de la persistance de l’épidémie dans le pays.

Coronavirus États-Unis : 1.200 morts en 24 heures, hausse généralisée

Coronavirus États-Unis : 1.200 morts en 24 heures, hausse généralisée

le  bilan journalier aux États-Unis est reparti à la hausse mardi. Certains s’attendent même à une montée du nombre des personnes affectées qui pourraient atteindre 100 000 par jour (source américaine) !. Le nombre de décès quotidiens n’avait pas dépassé la barre des 1.000 depuis le 10 juin dernier. Cela porte le bilan américain de la pandémie à 127.322 morts, faisant des États-Unis le pays le plus endeuillé au monde en valeur absolue. Le pays compte aussi 42.528 nouvelles infections quotidiennes du Covid-19.

En raison de la remontée des contaminations et des décès, en particulier dans le Sud et l’Ouest du pays, certains États américains ont dû faire une pause dans le processus de déconfinement. Mardi, le Texas a ainsi battu son record quotidien et rapporté 6.975 nouveaux cas de Covid-19. Au total depuis le début de la pandémie, les autorités texanes ont rapporté 159.986 cas et 2.424 décès. Mardi, plus de 6.500 patients testés positifs au Covid-19 étaient hospitalisés au Texas.

En Californie, plus d’un millier de détenus ont été testés positifs au coronavirus dans la plus vieille prison de l’État, San Quentin, selon les autorités locales.

«Il est évident que nous n’avons pas le contrôle total actuellement», a expliqué le docteur Anthony Fauci, membre de la cellule de crise présidentielle sur le coronavirus. «Je ne serais pas surpris si nous atteignions 100.000 par jour si on ne renverse pas la tendance», a-t-il ajouté lors de son audition devant des sénateurs. Comme d’autres hauts responsables sanitaires américains, le Dr Fauci a appelé les Américains, notamment les jeunes, à se couvrir le visage et à éviter les foules afin d’endiguer la pandémie.

Automobiles France : hausse de 1,24 % en juin

Automobiles France : hausse de 1,24 % en juin

En mai, le marché avait plongé de 50,34% après avoir connu une dégringolade (-88,84%) en avril.- Les immatriculations de voitures neuves en France ont cependant  progressé de 1,24% en juin, marquant leur première hausse en rythme annuel depuis le début de l’année, alors que les concessions ont pu reprendre leurs activités après avoir fermé leurs portes du fait des mesures de confinement instaurées face au coronavirus.

Il s’est immatriculé dans l’Hexagone 233.818 véhicules particuliers le mois dernier, a annoncé le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) mercredi. Juin a compté cette année 21 jours ouvrables, contre 19 l’an dernier.

Les immatriculations de voitures neuves du groupe PSA , qui regroupe les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, ont reculé le mois dernier de 9,14% par rapport à la même période en 2019.

Le groupe Renault (marques Renault, Dacia et Alpine) , ébranlé l’an dernier par les difficultés de son partenaire Nissan et par la dégradation de plusieurs marchés émergents qui ont fait son succès, a vu quant à lui ses immatriculations en France progresser de 6,51% en juin.

Hausse des Impôts locaux: des revalorisations souvent très conséquentes

Hausse des Impôts locaux: des revalorisations souvent très conséquentes

Hausses discrètes mais sensibles des impôts locaux dans certaines grandes villes qui prennent le prétexte de modification des critères  de confort.

À partir de données provenant de trois grandes villes – Nantes, Toulon et Nice -, Le Figaro a pu analyser l’ampleur des discrètes revalorisations des valeurs fiscales des logements entre 2014 et 2019.

La hausse moyenne s’élève à 13 % par an entre 2014 et 2019. Mais un quart des revalorisations dépasse les 18 %. Les motifs de ces hausses sont variés, à commencer par la très floue «modification des critères d’évaluation». Suivent des motifs plus précis: agrandissement, construction d’une piscine, installation d’une baignoire supplémentaire, d’une véranda ou même d’un simple Velux. Bref progressivement depuis la suppression de la taxe d’habitation certaines municipalités pour font glisser la charge fiscale de l’ancienne taxe d’habitation sur la taxe foncière au motif d’évolution de confort. Un principe qui pourrait s’étendre progressivement et très discrètement en France pour deux raisons d’une part sur la taxe d’habitation n’a pas été entièrement compensée par l’État, d’autre part parce que les municipalités ne parviennent pas à maîtriser des dépenses qu’elles équilibrent automatiquement par des recettes fiscales.

Coronavirus Portugal : hausse des cas

Coronavirus Portugal : hausse des cas

 

Malgré un bilan de l’épidémie relativement faible (39.392 cas et 1.534 décès), les autorités du pays s’inquiètent d’enregistrer plusieurs centaines de nouveaux cas chaque jour dans la région du Grand Lisbonne.

Le gouvernement portugais maintient néanmoins que les foyers de l’épidémie sont concentrés et localisables.

“Le noyau du problème concerne seulement quinze quartiers (…). Nous avons besoin de fournir des efforts supplémentaires dans ces zones-là”, a déclaré le Premier ministre Antonio Costa lors d’une conférence de presse, après une rencontre avec des élus locaux à Lisbonne.

Dans ces quartiers spécifiques, les rassemblements seront ainsi permis dans la limite de dix personnes. Les espaces commerciaux fermeront à 20h00, et les restaurants ne seront plus autorisés à servir de boissons après cette même heure. Enfin, la consommation d’alcool dans les espaces publics sera interdite, a indiqué Antonio Costa.

D’après les données fournies par le ministère de la Santé, le nombre de nouvelles infections parmi les personnes âgées de 10 à 30 ans a bondi d’environ 90% depuis que le Portugal a assoupli les restrictions sur les rassemblements.

En Algarve, la célébration d’un anniversaire il y a trois semaines par une centaine de personnes a entraîné le recensement de 76 nouveaux cas, selon les autorités.

12345...34



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol