Archive pour le Tag 'Hanouna'

Le livre de Cyril Hanouna : la politique pour les idiots

Le livre de Cyril Hanouna : la politique pour les idiots

 

Le Monde analyse sans complaisance le livre de Cyrille Hanouna« Ce que m’ont dit les Français » sur la politique. Ou la politique façon camelot pour les idiots

Livre. «

 J’aime beaucoup cette citation du grand démographe Alfred Sauvy : “La démocratie, c’est l’art de diviser.” » A peine est-on arrivé à la page 53 du livre de Cyril Hanouna que, déjà, son acmé paraît atteint. La suffisance autosatisfaite de l’assertion, son érudition, son humour involontaire aussi, tant il paraît improbable qu’elle ait été prononcée par l’auteur lui-même, lui qui assurait le 1er octobre dans Le Parisien que le dernier bouquin qu’il avait lu était Oui-Oui et la gomme magique… Sa façon involontaire mais si parfaite, enfin, de résumer ce qui se passe chaque soir sur le plateau de « Touche pas à mon poste ! », le divertissement que l’animateur présente sur la chaîne C8. Pourquoi poursuivre notre lecture, puisqu’il est alors déjà clair que le livre n’a d’autre ambition que de prêter à son héros des références, une clairvoyance sur lui-même et une plume qu’il n’a pas (il a été écrit par Christophe Barbier) ?

Une supercherie

Le titre choisi, Ce que m’ont dit les Français, cache une supercherie. Loin de compiler des confidences, l’ouvrage se présente comme un long inventaire des invités les plus marquants (« gilets jaunes », antispécistes, extrémistes, etc.) venus à l’émission, soit une foule disparate de déclassés, d’oubliés ou d’incompris à qui Cyril Hanouna a permis d’exprimer leur désarroi, colère et vision du monde. Tout le monde y est bienvenu, comme Jean Messiha, ancien cadre du parti de Marine Le Pen devenu chroniqueur. « Il est désormais un showman dans une émission de divertissement, plus un politique. Pour moi, c’est une victoire », revendique l’animateur, convaincu qu’en le « dédiabolisant » et en l’« humanisant » il combat l’extrême droite. Les ministres du gouvernement passés par son « agora citoyenne » (Mounir Mahjoubi, Marlène Schiappa, François de Rugy, etc.) font figure de trophées, et leurs actions postérieures à leur apparition sur C8, de victoires personnelles pour le producteur.

Plus de 300 pages durant, Cyril Hanouna assure ainsi son propre service après-vente avec complaisance, mais aussi une vigueur trahissant une profonde recherche de légitimité. « Il ne s’agit pas de remplacer les chaînes d’info ou les JT des grands canaux hertziens, mais de parler des grands sujets politiques à des Français qui sont en marge du cadre démocratique et qui ne s’informent plus par les voies classiques », revendique-t-il à plusieurs reprises. Une ambition louable, qu’on peine cependant à voir s’incarner dans les confrontations binaires (les « clashs ») qu’il organise quotidiennement. « Je déteste quand les attaques deviennent personnelles et que l’on quitte le combat d’idées », prétend-il encore avec aplomb, mais contre toute évidence. Alors on referme l’ouvrage, perplexe, regrettant que le citoyen Hanouna n’ait pas usé avec le showman en quête invétérée d’audience du ton souvent féroce qu’on lui connaît.

Société-Cyril Hanouna et la nullité intellectuelle

Société-Cyril Hanouna et la nullité intellectuelle

 

Hanouna symbole de la nullité intellectuelle que dénonce Stéphane Encel, historien et professeur de culture générale à l’ESG Management School, et qui publie Ce n’est pas que d’la télé. Ce que le système Hanouna dit de la France  L’ouvrage, très critique, dénonce le mode de fonctionnement de l’animateur «  omnipotent, omniprésent et omniscient ».(interview l’Opinion)

Vous décrivez Cyril Hanouna, animateur de C8, comme un Golem audiovisuel. Vous allez même jusqu’à le dépeindre en Big Brother. Pourquoi ces analogies ?

Hanouna est une créature télévisuelle hors norme, monstrueuse. Frédéric Taddeï, Thierry Ardisson, Michel Polac, Jean-Pierre Elkabbach… Il s’est nourri, inspiré de toutes les figures qui ont fait les grandes heures du paysage audiovisuel français. Il les a toutes digérées. Et avec l’aide du groupe Bolloré, ça donne ce qu’il est aujourd’hui : un animateur à l’autorité extrêmement forte, crainte et qui fascine, qui suscite une forme de respect, même chez ceux qui ne l’aiment pas. Laurent Ruquier, Thierry Ardisson, on voit qui ils sont. Lui, on ne voit pas. Aujourd’hui, il a une énorme surface médiatique, ce qui prouve qu’on l’a sous-estimé. C’est pourquoi passer à côté de lui, c’est passer à côté de notre époque.

C’est ce qui vous pousse à tirer la sonnette d’alarme sur la place qu’il occupe à l’antenne et qui va encore s’accroître pendant cette campagne présidentielle, avec une émission politique à venir ?

D’abord, il y a la quantité. Aujourd’hui, sans compter «  Balance Ton Post », rien qu’avec les directs et les rediffusions de «  Touche Pas à mon Poste  » il comptabilise déjà plus de cinq heures d’antenne par jour. C’est énorme. Il envahit même les autres émissions en appelant leurs présentateurs en direct. Par le passé, il a investi les plateaux de «  Questions pour un champion  » de Julien Lepers, du Grand Journal, il a téléphoné en direct à Julien Courbet dans son émission «  ça peut vous arriver  »… Sans parler de la contagion sur internet et les réseaux. Au moindre buzz de «  Touche Pas à mon Poste  » et «  Balance ton Poste  », bêtisiers, zappings, sites gossip, people, médias, télé, des dizaines de supports reprennent ses émissions. A chaque heure, vous avez une actualité Hanouna. Et en ce moment, au nom de la promotion de son livre, il accède à une nouvelle case de l’audiovisuel qui ne lui était pas accessible : les matinales radio.

«  Chez lui, la pensée populiste devient une idée parmi d’autres. Avec lui, toutes les idées se valent. Il banalise tout. On l’a vu quand il a invité Jean-Marie Le Pen. Le fondateur du Front National y apparaissait comme un vieux grand-père sympathique et inoffensif. La mémoire du détail de l’histoire était complètement effacée  »

Ensuite, pour vous, il y a un problème de fond ?

C’est qu’il libère toutes les paroles à égalité. C’est dangereux. C’est une vraie dérive. Mercredi encore, sur RMC, il le revendiquait : «  Pour moi tout le monde se vaut. Moi, j’invite tout le monde. Tout le monde a droit à la parole. » Avant, on n’aurait pas entendu les extrêmes à une heure de grande écoute. Chez lui, la pensée populiste devient une idée parmi d’autres. Avec lui, toutes les idées se valent. Il banalise tout. On l’a vu quand il a invité Jean-Marie Le Pen («  Balance ton Post  », 2019). Le fondateur du Front national y apparaissait comme un vieux grand-père sympathique et inoffensif. La mémoire du « détail de l’histoire » était complètement effacée. Or, je pense au contraire qu’il est très important de distinguer et de montrer ce qui révèle de la haine. Avec lui, toutes les idées, même les plus mortifères, peuvent être exprimées. Il va falloir en assumer les conséquences. En animant des émissions politiques, Cyril Hanouna va ringardiser les autres émissions. C’est une folie, il va peser et ça me désole.

Vous étiez un téléspectateur assidu des émissions de Cyril Hanouna. Votre livre est né de ce malaise grandissant à les regarder. Pouvez-vous nous expliquer ?

J’avais pris l’habitude de regarder les rediffusions de «  Touche pas à mon Poste  » le matin sur C8. J’aimais bien cette émission. Tout pouvait arriver et les rigolades étaient fluides. Dans mes cours de sémiologie, je le citais régulièrement comme une référence pour évoquer la télévision, les réseaux sociaux. Peu à peu, le voir et l’entendre m’est devenu pénible. Je ne supportais même plus sa voix. Je trouvais qu’il prenait une place qui n’était pas juste.

«  Il ne lit pas les livres des invités. Il écorche les mots compliqués, il les déforme, il en invente. Mais c’est génial d’être creux car cela permet d’être tout à la fois. Il n’a pas d’avis tranché et donc il est en accord avec sa base, très clivée, qui ne supporte pas les élites  »

C’est-à-dire ?

Il humilie et surexpose ses chroniqueurs. Moi je suis prof, je sais qu’en tant que prof, c’est facile pour moi de faire rire la classe à mes blagues. Je sais que les élèves peuvent le faire même si je ne suis pas forcément drôle parce que j’ai le pouvoir. Hanouna est dans la même configuration, et il en abuse. Dans son émission, il est omnipotent. Sous couvert de «  vanne  », il blesse, il dévalorise, il humilie. Il surexpose ses chroniqueurs dans leur vie privée. Il est intrusif : se rend à leur domicile pour élaborer des happenings, contacte leurs proches, les surprend un peu partout pour des caméras cachées. A la fin de la saison 2018-2019, il a lancé le chocolate gate, l’arrosage intempestif de chocolat. C’est dégradant. Quand une idée ne lui convient pas, il la balaie sans argument : «  Tu dis des bêtises, tu dis n’importe quoi.  ». Quant à lui, en revanche, il se surprotège, c’est un roi intouchable, qui par définition peut faire ce qu’il veut. Dans sa mythologie personnelle, et avec ses mots à lui, «  Hanouna n’a ni zizi, ni argent, ni relations », ce qui est bien évidemment faux.

Vous dites que c’est une baudruche…

Il n’a pas de culture, et le pire c’est qu’il le revendique. En fait, il valorise même l’inculture comme une nouvelle norme. En interview, il est souvent au niveau 4e de collège. Il ne lit pas les livres des invités. Il écorche les mots compliqués, il les déforme, il en invente. Mais c’est génial d’être creux car cela permet d’être tout à la fois. Il n’a pas d’avis tranché et donc il est en accord avec sa base, très clivée, qui ne supporte pas les élites. Cela lui convient parce qu’il veut être le porte-parole des Gilets jaunes. Mais tout ça est très flottant, et c’est ce qui est inquiétant. Le débat ne peut pas être réduit à «  pour  » ou «  contre  ».

Pour écrire ce livre, vous avez eu des contacts avec lui ?

Je n’en avais pas besoin car j’ai travaillé à partir de ce que j’ai pu observer à l’antenne. La question que je me pose maintenant, c’est s’il va m’inviter dans son émission… Je sais que ça va dépendre du nombre d’articles de presse sur mon livre.

Vous en avez envie ?

Ça me ferait rire. Ça me permettrait de faire passer quelques idées simples et critiques… J’irais chez lui sans problème.

Cyril Hanouna et la nullité intellectuelle

Cyril Hanouna et la nullité intellectuelle

 

Hanouna symbole de la nullité intellectuelle que dénonce Stéphane Encel, historien et professeur de culture générale à l’ESG Management School, et qui publie Ce n’est pas que d’la télé. Ce que le système Hanouna dit de la France  L’ouvrage, très critique, dénonce le mode de fonctionnement de l’animateur «  omnipotent, omniprésent et omniscient ».(interview l’Opinion)

Vous décrivez Cyril Hanouna, animateur de C8, comme un Golem audiovisuel. Vous allez même jusqu’à le dépeindre en Big Brother. Pourquoi ces analogies ?

Hanouna est une créature télévisuelle hors norme, monstrueuse. Frédéric Taddeï, Thierry Ardisson, Michel Polac, Jean-Pierre Elkabbach… Il s’est nourri, inspiré de toutes les figures qui ont fait les grandes heures du paysage audiovisuel français. Il les a toutes digérées. Et avec l’aide du groupe Bolloré, ça donne ce qu’il est aujourd’hui : un animateur à l’autorité extrêmement forte, crainte et qui fascine, qui suscite une forme de respect, même chez ceux qui ne l’aiment pas. Laurent Ruquier, Thierry Ardisson, on voit qui ils sont. Lui, on ne voit pas. Aujourd’hui, il a une énorme surface médiatique, ce qui prouve qu’on l’a sous-estimé. C’est pourquoi passer à côté de lui, c’est passer à côté de notre époque.

C’est ce qui vous pousse à tirer la sonnette d’alarme sur la place qu’il occupe à l’antenne et qui va encore s’accroître pendant cette campagne présidentielle, avec une émission politique à venir ?

D’abord, il y a la quantité. Aujourd’hui, sans compter «  Balance Ton Post », rien qu’avec les directs et les rediffusions de «  Touche Pas à mon Poste  » il comptabilise déjà plus de cinq heures d’antenne par jour. C’est énorme. Il envahit même les autres émissions en appelant leurs présentateurs en direct. Par le passé, il a investi les plateaux de «  Questions pour un champion  » de Julien Lepers, du Grand Journal, il a téléphoné en direct à Julien Courbet dans son émission «  ça peut vous arriver  »… Sans parler de la contagion sur internet et les réseaux. Au moindre buzz de «  Touche Pas à mon Poste  » et «  Balance ton Poste  », bêtisiers, zappings, sites gossip, people, médias, télé, des dizaines de supports reprennent ses émissions. A chaque heure, vous avez une actualité Hanouna. Et en ce moment, au nom de la promotion de son livre, il accède à une nouvelle case de l’audiovisuel qui ne lui était pas accessible : les matinales radio.

«  Chez lui, la pensée populiste devient une idée parmi d’autres. Avec lui, toutes les idées se valent. Il banalise tout. On l’a vu quand il a invité Jean-Marie Le Pen. Le fondateur du Front National y apparaissait comme un vieux grand-père sympathique et inoffensif. La mémoire du détail de l’histoire était complètement effacée  »

Ensuite, pour vous, il y a un problème de fond ?

C’est qu’il libère toutes les paroles à égalité. C’est dangereux. C’est une vraie dérive. Mercredi encore, sur RMC, il le revendiquait : «  Pour moi tout le monde se vaut. Moi, j’invite tout le monde. Tout le monde a droit à la parole. » Avant, on n’aurait pas entendu les extrêmes à une heure de grande écoute. Chez lui, la pensée populiste devient une idée parmi d’autres. Avec lui, toutes les idées se valent. Il banalise tout. On l’a vu quand il a invité Jean-Marie Le Pen («  Balance ton Post  », 2019). Le fondateur du Front national y apparaissait comme un vieux grand-père sympathique et inoffensif. La mémoire du « détail de l’histoire » était complètement effacée. Or, je pense au contraire qu’il est très important de distinguer et de montrer ce qui révèle de la haine. Avec lui, toutes les idées, même les plus mortifères, peuvent être exprimées. Il va falloir en assumer les conséquences. En animant des émissions politiques, Cyril Hanouna va ringardiser les autres émissions. C’est une folie, il va peser et ça me désole.

Vous étiez un téléspectateur assidu des émissions de Cyril Hanouna. Votre livre est né de ce malaise grandissant à les regarder. Pouvez-vous nous expliquer ?

J’avais pris l’habitude de regarder les rediffusions de «  Touche pas à mon Poste  » le matin sur C8. J’aimais bien cette émission. Tout pouvait arriver et les rigolades étaient fluides. Dans mes cours de sémiologie, je le citais régulièrement comme une référence pour évoquer la télévision, les réseaux sociaux. Peu à peu, le voir et l’entendre m’est devenu pénible. Je ne supportais même plus sa voix. Je trouvais qu’il prenait une place qui n’était pas juste.

«  Il ne lit pas les livres des invités. Il écorche les mots compliqués, il les déforme, il en invente. Mais c’est génial d’être creux car cela permet d’être tout à la fois. Il n’a pas d’avis tranché et donc il est en accord avec sa base, très clivée, qui ne supporte pas les élites  »

C’est-à-dire ?

Il humilie et surexpose ses chroniqueurs. Moi je suis prof, je sais qu’en tant que prof, c’est facile pour moi de faire rire la classe à mes blagues. Je sais que les élèves peuvent le faire même si je ne suis pas forcément drôle parce que j’ai le pouvoir. Hanouna est dans la même configuration, et il en abuse. Dans son émission, il est omnipotent. Sous couvert de «  vanne  », il blesse, il dévalorise, il humilie. Il surexpose ses chroniqueurs dans leur vie privée. Il est intrusif : se rend à leur domicile pour élaborer des happenings, contacte leurs proches, les surprend un peu partout pour des caméras cachées. A la fin de la saison 2018-2019, il a lancé le chocolate gate, l’arrosage intempestif de chocolat. C’est dégradant. Quand une idée ne lui convient pas, il la balaie sans argument : «  Tu dis des bêtises, tu dis n’importe quoi.  ». Quant à lui, en revanche, il se surprotège, c’est un roi intouchable, qui par définition peut faire ce qu’il veut. Dans sa mythologie personnelle, et avec ses mots à lui, «  Hanouna n’a ni zizi, ni argent, ni relations », ce qui est bien évidemment faux.

Vous dites que c’est une baudruche…

Il n’a pas de culture, et le pire c’est qu’il le revendique. En fait, il valorise même l’inculture comme une nouvelle norme. En interview, il est souvent au niveau 4e de collège. Il ne lit pas les livres des invités. Il écorche les mots compliqués, il les déforme, il en invente. Mais c’est génial d’être creux car cela permet d’être tout à la fois. Il n’a pas d’avis tranché et donc il est en accord avec sa base, très clivée, qui ne supporte pas les élites. Cela lui convient parce qu’il veut être le porte-parole des Gilets jaunes. Mais tout ça est très flottant, et c’est ce qui est inquiétant. Le débat ne peut pas être réduit à «  pour  » ou «  contre  ».

Pour écrire ce livre, vous avez eu des contacts avec lui ?

Je n’en avais pas besoin car j’ai travaillé à partir de ce que j’ai pu observer à l’antenne. La question que je me pose maintenant, c’est s’il va m’inviter dans son émission… Je sais que ça va dépendre du nombre d’articles de presse sur mon livre.

Vous en avez envie ?

Ça me ferait rire. Ça me permettrait de faire passer quelques idées simples et critiques… J’irais chez lui sans problème.

Schiappa chez Hanouna : le grand débat dans le caniveau

Schiappa chez Hanouna : le grand débat dans le caniveau

 

On sait que Marlène Schiappa en mal existentiel au sein du gouvernement multiplie les coups de gueule médiatique pour prouver son utilité. Cette fois elle a décidé de co animer avec Cyril Hanouna  «  balance ton pote » sur C8 autant dire que le grand débat va tomber dans la vulgarité habituelle de l’émission et finalement finir  dans le caniveau ou le simplisme. La première question qui se pose est de savoir si c’est bien le rôle d’une ministre d’aller co animer une émission non seulement aussi vulgaire mais également très grossière. Une émission composée essentiellement de téléspectateurs au profil de beaufs. La sémantique de Schiappa traduit clairement qu’elle recherche le buzz « La partie animation du show restera la prérogative de Cyril Hanouna. Je vais animer le débat, «  il s’agit en effet l’avantage d’un show que véritablement d’un débat démocratique. La venue de Schiappa  dans une émission qui utilise en permanence la provocation pour alimenter sa ligne éditoriale a suscité évidemment de nombreuses réactions très négatives.

« Twitter s’est indigné, mais Twitter s’indigne et s’enflamme extrêmement facilement, dès lors qu’on sort des codes de la politique traditionnelle. J’ai l’habitude c’était la même chose quand j’ai joué les « Monologues du Vagins » ou quand j’ai délocalisé mon cabinet à Trappes. Il y a un a priori d’indignation et puis finalement, on réalise que faire de la politique en dehors des codes c’est aussi une manière de ramener des gens vers le débat public. »

Avec cette émission, Marlène Schiappa espère « promouvoir ce grand débat » et montrer aux Français que « ça peut être ludique et pas forcément ennuyeux et qu’on peut tous ensemble se poser des questions pour amener des propositions ». Le problème évidemment c’est que Marlène Schiappa est bien peu armée pour intervenir sur les problèmes complexes des thèmes du grand débat sauf à caricaturer pour vendre comme un bateleur de foire la politique du gouvernement.

« Ils commencent à me péter les couilles. » (Hanouna)

« Ils commencent à me péter les couilles. » (Hanouna)

Ce n’est pas une citation tirée d’une émission littéraire mais le propos public de Hanouna sur la chaîne C8 qui veut régler ses comptes avec TF1. Ce n’est pas le premier dérapage du principal animateur de la chaîne de Bolloré, une chaîne qui s’adresse prioritairement aux beaufs un peu attardés qui se réjouissent  des tartes à la crème lancée sur les invités. Bref la vulgarité et la grossièreté pour ligne éditorial. Évidemment on pourra toujours justifier cet excès en prétextant que Cyril Hanouna a encore fumé la moquette ou un autre revêtement toxique mais la multiplication des dérapages de l’animateur du tutoient le plus en plus l’indécent et le ridicule. Du coup TF1 a décidé de ne pas se laisser faire. La Une va saisir le CSA après les injures proférées par Cyril Hanouna mercredi dans Touche pas à mon poste!, selon une information du Figaro confirmée ce lundi par franceinfo.  Cyril Hanouna a en effet  laissé libre cours à sa colère mercredi 12 septembre. L’animateur-star de C8, en plein direct lors de son émission quotidienne, a copieusement insulté la direction de la Une: »Si les patrons de TF1 me regardent, vous êtes des abrutis », a-t-il notamment déclaré. « Vous êtes cons comme la lune (…) Arrêtez de faire les connards (…) Xavier Gandon, Ara Aprikian, les deux patrons de TF1, ils commencent à me péter les couilles. ». Le riche industriel Bolloré aura donc réussi un double exploit celui d’abord de tuer Canal+ jugé trop décapant par rapport aux milieux politiques aux financiers. Ensuite d’avoir banalisé la nullité, la grossièreté et la vulgarité sur son autre chêne C8. De toute évidence Bolloré à un problème avec l’humour vrai.

.

Hanouna : amende de 3 millions d’euros à C8, la télé des beaufs

Hanouna : amende de 3 millions d’euros à C8, la télé des beaufs

 

La chaîne de télé phare de Bolloré vient de prendre un sérieux coup sur le bec avec cette amende de 3 millions infligée à C8 dont l’animateur vedette est Hanouna. Un animateur qui fait surtout dans la vulgarité et la provocation qui plaît tellement aux beaufs.   « L’animateur a, tout au long de cette séquence, eu recours à de nombreux clichés et attitudes stéréotypées sur les personnes homosexuelles. Le CSA a estimé qu’en diffusant cette séquence, la société C8 a gravement méconnu le principe de respect de la vie privée ainsi que son obligation de lutter contre les discriminations », a justifié le régulateur dans un communiqué.  Dans cette séquence diffusée dans « TPMP » le 18 mai, l’animateur répondait  »en direct à des personnes ayant répondu à une fausse petite annonce qu’il avait publiée sur un site de rencontres », rappelle le CSA. « Ces personnes, principalement des hommes homosexuels, n’étaient pas informées de l’identité de leur interlocuteur et, croyant être dans le cadre d’une conversation privée, ont pour certaines d’entre elles dévoilé publiquement des informations relevant de leur vie intime et sexuelle », souligne le régulateur du PAF. Le CSA précise qu’il a reçu à ce jour  »près de 47.000 plaintes concernant ce programme », pour cette séquence et d’autres épisodes qui avaient déclenché de vives réactions. Le CSA avait déjà prononcé en juin une double sanction inédite contre C8 et TPMP en privant l’émission de Cyril Hanouna de publicité durant 3 semaines, à la suite de la diffusion de deux séquences fin 2016, épinglées respectivement pour atteinte au respect de la personne humaine et pour sexisme.

La télé beauf d’Hanouna sanctionné

La télé beauf d’Hanouna sanctionné

 

Cette fois le conseil supérieur de l’audiovisuel ( CSA)  veut  frapper fort. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) vient de resserrer d’un cran l’étau autour sur les dérapages de la télé beauf d’un Hanouna notamment sur C8. Le conseil supérieur de l’audiovisuel pourrait même retirer le droit d’émettre à cette chaîne pour ados attardés qui cumulent la grossièreté, la vulgarité et l’indécence ;  de quoi inquiéter Bolloré le patron de la chaîne qui a beaucoup misé sur les recettes publicitaires d’une chaîne très regardée par les beaufs.   Pour le programme vedette de C8, diffusé tous les soirs en access, cela représenterait un coup dur. «Touche pas à mon poste!» constitue en effet la locomotive publicitaire de Canal +. Et Vincent Bolloré, l’actionnaire majoritaire de Vivendi, a misé gros sur son animateur. Il a signé un chèque de 250 millions d’euros sur cinq ans à la société de production de Cyril Hanouna. Or, si ses audiences se portent bien, entre 1,5 million et 1,7 million de téléspectateurs, sa courbe de popularité a pris un gros coup de froid. Au point qu’Hanouna a été éjecté du dernier classement des 50 animateurs préférés des Français de TV Magazine. En juin 2015, il était pourtant installé sur la 17e marche du podium… «L’ambiance est compliquée pour les chaînes, engagées dans une course effrénée à l’audience, ce qui pousse à la faute pour faire monter le buzz», estime un observateur. Le régulateur pourrait décider de mettre le holà à cette surenchère générale. «Cette saisine du rapporteur indépendant sur le droit des femmes est inédite. C’est le signe que la loi sur l’égalité hommes-femmes promulguée en 2014 et qui donne le pouvoir au CSA de sanctionner les chaînes est utile et appliquée. Elle remplit son rôle de rempart contre les dérives sexistes à la télévision», se félicite Sylvie Pierre-Brossolette, l’un des membres du CSA. Manière de prévenir que le gendarme compte utiliser tout l’arsenal juridique mis à sa disposition pour mettre fin à l’impunité qui règne actuellement dans le PAF.

Terrorisme : « Cyril Hanouna responsable » !!! ‘ (Onfray)

Terrorisme : « Cyril Hanouna responsable » !!! ‘ (Onfray)

 

Un curieux amalgame de Miche  Onfray,  « Le philosophe»  qui,  en vrac rend responsables du terrorisme: Cyril Hanouna, Zidane, Tapie et les produits de luxe (la Rolex…de Sarkozy,, la Ferrari). Comme d’habitude, Michel Onfray ne fait pas dans la dentelle maïeutique pour donner une légitimité à sa philosophie de gauchiste. À moins qu’il ne s’agisse d’un nouvel opportunisme pour créer la polémique et soutenir la vente de ses livres. On peut en effet s’étonner que Michel Onfray  mette dans le même sac Cyril Hanouna, Bernard Tapie, la Rolex. On peut aussi s’étonner   encore quand il prend pour anciens modèles culturels Maurice Chevalier !  Pour choisir ses responsables comme ses références culturelles, Michel Onfray par paresse intellectuelle ou par provocation procède à une espèce d’inventaire à la Prévert, sorte de d’auberge espagnole qui réunit fantasmes gauchisants approximatifs et boucs émissaires simplistes pour dénoncer la  culture matérialiste capitaliste. Mais d’une certaine manière en choisissant le simplisme voire  la caricature Michel Onfray fait du « Hanouna ». Bref il agit aussi comme les autres dans ce paysage médiatique clownesque qui réduit la réflexion à quelques formules tirées de la « culture pub ».  Bien sûr,  on conviendra bien volontiers que Cyril Hanouna ne tire pas  vers le haut la pensée universelle, c’est le chantre de l’humour beauf, dans la veine de Lagaf’ sur TF1. Du comique gestuel de cirque,  assez grossier voire vulgaire. Mais qui plaît aux jeunes notamment (pas seulement !). Plus bête que méchant. De  là à le rendre responsable du terrorisme !  Un pas que franchit sans complexe Michel Onfray au raisonnement très réducteur. « Aujourd’hui, et ce depuis la gaucheon nous présente des modèles tragiques qui font rêver les jeunes : Bernard Tapie, la Rolex, la Ferrari, Cyril Hanouna, un joueur de foot qui donne des coups de boule, etc., alors qu’il y a 60 ans ou plus, un jeune rêvait d’être médecin, avocat ou professeur d’université, Jean-Paul Sartre ou Maurice Chevalier » écrit-il, avant de poursuivre :  » Vouloir ressembler à Serge Reggiani ou à Yves Montand, c’est tout de même moins déshonorant que de vouloir ressembler à Cyril Hanouna  ! Onfray en vient à dire que Baba, comme le surnomment ses fans de la première heure, favorise en partie la montée du djihadisme :  »Il est donc logique que de nos jours, la kalachnikov devienne le rêve ultime […] A ces jeunes aujourd’hui, quelqu’un dit ‘tu vas honorer le drapeau’ sauf que c’est celui de État Islamique et ‘tu vas accepter l’autorité’ sauf que c’est celle des terroristes et ça leur plaît ! » Pourtant le « philosophe » Michel Onfray avait décidé en novembre de se mettre à la diète médiatique suite aux polémiques qu’il avait  déclenchées. Première observation,  la diète tout court ne lui aurait pas de mal car son embonpoint enfle proportionnellement à ses innombrables interventions sur les médias ;  bref comme la grenouille,  le philosophe enfle y compris dans ses propos. Témoin ce qu’il avait dit   chez Thierry Ardisson sur Canal sur le terrorisme. Michel Onfray déclare qu’il en a ras-le-bol de devoir se défendre à chaque fois qu’il prend la parole. Il avait donc décidé de ne plus rien dire du tout. Trois extraits de ses déclarations lors de cette émission : « il n’y a pas un seul occidental qui serait capable de mettre sa vie en jeu pour défendre ses valeurs », « la civilisation occidentale est condamnée à disparaître » « c’est la solution diplomatique qui mettra fin au conflit contre l’État islamique » . Un vrai cocktail de réflexion philosophique, de convictions gauchistes et de propos de bistrot. D’abord c’est une injure faite à ceux  qui meurent  dans le combat contre l’État islamique. Injure aussi à l’encontre de ceux qui n’ont jamais été aussi nombreux à vouloir s’engager dans l’armée française pour combattre le terrorisme. Quant à l’affirmation de la fin de la civilisation occidentale au profit de l’islamisme radical c’est la preuve supplémentaire que Michel Onfray devient progressivement le pape du déclinisme. Au nom bien sûr de ses convictions simplistes contre l’impérialisme. Pourtant jamais sans doute les valeurs républicaines et libérales n’ont autant progressé dans le monde. Les excès du libéralisme économique ne sauraient pour autant condamner le libéralisme politique. Truisme et propos du café du commerce quand il affirme que la paix doit succéder à la guerre. Quelle illusion de penser qu’il y a une voie diplomatique pour mettre fin aux crimes des fous de l’État islamique.   »Je ne retire pas ce que j’ai dit. Je pense effectivement que l’on a toujours besoin de 50 ans pour déterminer que les guerres qui ont été faites n’auraient pas dû être faites ».  Michel Onfray qui pense sans doute qu’on aurait pu négocier avec Hitler ! Concernant Hanouna, Tapie ou Sarkozy (visée par la référence à la Rolex), le philosophe confond sans doute la conséquence et la cause du glissement vers une société matérialiste ou l’apparence et la possession prennent  le pas sur les valeurs fondamentales,  individuelles ou collectives. Hanouna, Tapie ou Sarkozy ne sont que les produits de cette société de l’apparence clinquante (même s’ils  participent à sa reproduction) le propos polémiste de Michel Onfray n’explique rien avec ses raccourcis qu’il propose. Aveuglé par son anti impérialisme et son anti capitalisme, il tire sur tout ce qui brille en déculpabilisant d’une certaine manière l’obscurantisme criminel de quelques centaines d’individus auxquelles on ne peut trouver aucune excuse économique, sociale ou culturelle mais qu’on peut expliquer de manière plus pertinente.  Le schématisme confus de Michel Onfray ne permet guère d’ouvrir un débat serein et approfondi sur la problématique du terrorisme  dont les dimensions interactives sont beaucoup plus complexes que ne le laisse supposer le philosophe qui tombe dans le piège simpliste du prédicateur militant et  partial. Le philosophe aurait dû tenir sa promesse de diète médiatique car il a vraiment un besoin de repos et de silence.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol