Archive pour le Tag 'guerre'

Page 2 sur 10

Nouvelles technologies–La nouvelle guerre entre Apple et Microsoft

Nouvelles technologies–La nouvelle guerre entre Apple et Microsoft

par Tim Higgins  Dans le Wall Street Journal

 

Un nouveau choc des titans de la tech se profile, alors qu’Apple et Microsoft sont en train de raviver une querelle qui remonte aux premiers jours de l’ère des ordinateurs personnels.

Les cofondateurs des deux entreprises, Steve Jobs chez Apple et Bill Gates chez Microsoft, se sont affrontés au début de leur histoire, avant d’enterrer la hache de guerre. Ces derniers mois, les deux sociétés ont ressorti les armes, lors d’une escarmouche qui a mis en émoi leurs clients et d’autres entreprises de la tech.

Apple, lors de son conflit juridique avec Epic Games, a accusé Microsoft de tirer les ficelles dans l’affaire impliquant le développeur de jeux vidéo. Epic Games a attaqué le fabricant de l’iPhone pour pratiques anticoncurrentielles, alors que Microsoft reprochait à ce dernier de restreindre ses possibilités d’atteindre des clients via son propre service dédié aux jeux vidéo.

Jeudi, lors du lancement de Windows 11, le président-directeur général de Microsoft, Satya Nadella, a fait ce qui a largement été perçu comme une pique à Apple et au contrôle qu’il exerce sur l’App Store de son iPhone, sans toutefois mentionner directement son rival. Les deux entreprises placent actuellement leurs pions en vue de la bataille imminente qui se prépare sur le marché de la réalité augmentée et virtuelle, considérée comme la prochaine évolution majeure de l’informatique.

« Le monde a besoin d’une plateforme plus ouverte, qui permette aux applications de devenir des plateformes à part entière », a asséné M. Nadella jeudi dernier lors de l’événement qui se tenait sous forme virtuelle.

Apple justifie le contrôle strict qu’il exerce sur son App Store en affirmant qu’il offre à ses utilisateurs une meilleure protection de leur vie privée et une cybersécurité accrue. D’autres entreprises, dont Facebook et Epic Games, affirment que la société exerce de manière inéquitable son pouvoir de contrôle sur un accès à plus d’un milliard d’utilisateurs d’iPhone.

M. Nadella présente Microsoft comme le défenseur des développeurs et un bon partenaire pour eux. La société s’est par exemple associée à Amazon, pour proposer aux utilisateurs de Windows 11 de télécharger les versions Android (le système de Google) des applications du géant du commerce électronique, alors qu’Apple a renforcé le verrouillage de ses appareils et de ses applications.

Il s’agit d’une certaine manière d’une inversion des rôles. Dans le passé, Apple était considéré comme le petit chouchou des créateurs de contenu, qui luttait contre un monopole aux méthodes musclées.

Fondés au milieu des années 1970, Apple et Microsoft sont les plus anciens géants de la tech moderne. Jeunes, MM. Jobs et Gates se sont disputés pendant des années. A une époque, M. Jobs a accusé Microsoft de voler les idées d’Apple et de proposer un produit mal conçu. Ils ont publiquement conclu une trêve aux alentours de 1997, peu après le retour de M. Jobs à la tête de l’entreprise qu’il avait contribué à créer. Cette année-là, M. Gates a investi 150 millions de dollars dans Apple, ce qui a permis d’injecter les liquidités dont M. Jobs avait cruellement besoin pour écrire son deuxième acte à la tête de la société.

Depuis, les passes d’armes entre les deux entreprises se sont, à l’occasion, poursuivies. Apple a par exemple diffusé des spots télévisés se moquant des utilisateurs de PC, ce qui a poussé Microsoft à lancer une contre-campagne.

A un moment, M. Jobs a estimé que cette rivalité était devenue malsaine. « Si le jeu était un jeu à somme nulle, où pour qu’Apple gagne, Microsoft devait perdre, alors Apple allait perdre », analysait-il ainsi au cours d’une interview conjointe avec M. Gates lors d’une conférence du Wall Street Journal en 2009, à une époque où le géant des logiciels était beaucoup plus important. « Nous avons essayé d’arranger les choses », déclarait alors M. Jobs.

Jusqu’à récemment, la nouvelle génération de dirigeants des deux entreprises semblait désireuse de préserver publiquement la paix. Tim Cook a succédé à M. Jobs chez Apple en 2011, et M. Nadella est devenu le PDG de Microsoft en 2014. L’une des premières grandes mesures prises publiquement par M. Nadella a été d’intégrer les applications de bureautique Office développées par son entreprise sur l’iPad, la tablette d’Apple.

« Microsoft et Apple sont souvent passés d’ennemis acharnés à meilleurs ennemis, il y a eu une succession de hauts et de bas », détaille Patrick Moorhead, président de la société technologique Moor Insights & Strategy. « Désormais, ils sont à nouveau ennemis. »

Aujourd’hui, les deux adversaires sont devenus les deux grandes superpuissances du monde des affaires aux Etats-Unis. Elles sont les deux seules sociétés américaines à être évaluées à au moins 2 000 milliards de dollars. Elles emploient toutes deux plus de 140 000 personnes et leur chiffre d’affaires annuel combiné dépasse les 400 milliards de dollars.

Le pouvoir de contrôle qu’Apple exerce sur ce qui est mis sur l’iPhone et par qui est au cœur du conflit actuel. Microsoft n’hésite pas à critiquer ces restrictions, qu’il considère comme un obstacle à la croissance de ses activités dans les jeux vidéo, en plein essor.

Cette année, Microsoft a soutenu le créateur de jeux vidéo Epic Games lorsqu’il a intenté un procès à Apple pour pratiques anticoncurrentielles. Des allégations que la société de Cupertino (Californie) réfute. Apple prélève jusqu’à 30 % sur les transactions réalisées sur les applications lorsqu’elles sont téléchargées via l’App Store.

Epic Games a demandé la comparution de Lori Wright, vice-présidente du développement commercial de Microsoft pour les jeux, les médias et le divertissement, afin qu’elle décrive sa tentative avortée d’introduire sur l’App Store d’Apple un service de streaming comportant un bouquet de jeux vidéo appelé Game Pass Ultimate. Selon elle, Apple a traité ce produit Microsoft différemment des services de streaming fournis par d’autres sociétés, par exemple Netflix.

Dans un mémoire déposé devant les tribunaux, Apple a tenté de discréditer le témoignage de Lori Wright, et de semer le doute sur les motivations d’autres témoins cités par Epic, laissant entendre que Microsoft tirait les ficelles de cette action en justice.

« Un observateur raisonnable pourrait se demander si Epic ne sert pas de cheval de Troie à Microsoft », a ainsi indiqué Apple dans un document transmis au tribunal. « Pourtant, Microsoft s’est protégé de toute exposition significative dans ce litige en n’apparaissant pas comme une partie ou en n’envoyant pas de représentant de l’entreprise pour témoigner. »

Un juge devrait se prononcer sur l’ensemble de l’affaire dans les semaines à venir.

Si Microsoft a indiqué réduire la commission qu’il prélevait sur le contenu vendu sur sa nouvelle boutique d’applications, la société continuera à prendre 30 % sur les jeux achetés sur sa console Xbox.

Apple et Microsoft sont tous deux en conflit avec d’autres entreprises. Apple est en désaccord avec Facebook sur le suivi des données des utilisateurs, tandis que Microsoft est en conflit avec le service cloud d’Amazon et des sociétés telles que Zoom et Slack.

Mais aucun de ces litiges n’a la même résonance historique.

Les choses s’accélèrent également car Apple et Microsoft se préparent à conquérir le marché encore émergent de la réalité augmentée, qui consiste à superposer des informations numériques au monde réel. Microsoft vend déjà son casque HoloLens, et Apple devrait dévoiler son dispositif dès l’année prochaine.

« Nous partons du principe que [ce marché] sera ouvert », déclare Alex Kipman, Microsoft Technical Fellow. « Ce ne sera pas : “vous devez passer par notre magasin d’applications et payer une taxe”, a-t-il affirmé le mois dernier dans le cadre du festival The Future of Everything organisé par The Wall Street Journal.

Les responsables du secteur s’attendent à ce qu’Apple transpose les règles de son App Store dans le monde virtuel. Apple n’a pas fait de commentaires sur ses projets.

« C’est définitivement en train de chauffer », résume Gene Munster, un observateur expérimenté des deux entreprises, qui est directeur associé de Loup Ventures, une société de capital-risque spécialisée dans la recherche technologique. « La réalité augmentée est vraiment importante, et c’est la prochaine opportunité pour Microsoft de repasser en mode croissance… et Apple, lui, veut évidemment défendre son territoire dans le domaine du mobile. »

Traduit à partir de la version originale en anglais

Contestation de la guerre à la drogue

Contestation de la  guerre à la drogue

Le psychologue clinicien Jean-Pierre Couteron, spécialiste de l’addictologie, déplore une « dramatisation guerrière du sujet », au détriment de la prévention et de la prise en charge des personnes dépendantes dans le Monde. (Observons cependant que le refus de la guerre à la drogue pourra s’appliquer demain à la cocaïne, à l’héroïne et à d’autres NDLR)

 

 

Jean-Pierre Couteron est psychologue clinicien, coauteur de l’Aide-mémoire Addictologie (Dunod, 2019 pour la 3e édition) et exerçant au centre de soins d’accompagnement et de prévention d’addictologie Le Trait d’union Oppelia, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). 

 

Que pensez-vous des structures thérapeutiques collectives et de leur fonctionnement ?

Ce sont des lieux qui accompagnent le sevrage et où se pratique une clinique de l’abstinence. Elles ont comme autre spécificité de privilégier le groupe, avec l’idée qu’entre usagers confrontés aux mêmes problématiques on ne peut pas se tromper, il y a une entraide collective qui se met en place. Elles complètent le dispositif dit de « soin résidentiel collectif », comprenant aussi les centres thérapeutiques résidentiels et les soins de suite et de réadaptation addictologique. Il n’en existe qu’une quinzaine en tout en France, ce qui n’est pas énorme.

Quel est le modèle français de gestion de la dépendance ?

En France, le modèle Minnesota [qui vise à prendre en charge la personne dépendante aussi bien physiquement que mentalement] et les communautés thérapeutiques ont longtemps souffert de l’expérience du Patriarche [association d’aide aux personnes toxicomanes, fondée en 1974 par Lucien Engelmajer], qui était devenue une secte, et d’un référentiel dominant, principalement psychanalytique, privilégiant un abord très individuel du problème et oubliant bien des enjeux des usages. La psychiatrie institutionnelle, marquée par l’expérience de la seconde guerre mondiale, restait, elle, très soucieuse de l’autonomie de la personne.

Puis, dans les années 1980, est arrivée la stratégie de réduction des risques, rejetée, elle aussi, à ses débuts. C’est l’épidémie du sida qui l’a imposée, au début moins pour soigner autrement les toxicomanes que pour limiter les contaminations. Cela a permis un pas en avant énorme d’un point de vue sanitaire – la baisse des overdoses et le recul du VIH – mais aussi de toucher tout un public que ne rencontraient pas les soignants sur le seul axe du sevrage. A l’époque, la réduction des risques a dû batailler contre les défenseurs du dogme de l’abstinence. De nombreux acteurs pensent qu’il faut sortir de cette opposition : l’abstinence est une indispensable solution à des usagers, la réduction des risques reste l’axe central d’un accompagnement diversifié.

Covid-19 : pour une économie de guerre (ONU)

Covid-19 : pour une économie de guerre (ONU)

 

Il est évident que si nombre de pays ont utilisé les termes de guerre contre le virus, les moyens ne sont pas à la hauteur de l’enjeu; pour preuve la pénurie de vaccins. Sur la tendance certains pays ne pourront vacciner toute leur population que dans deux ou trois ans. Pourtant« Nous sommes en guerre contre un virus. Nous avons besoin de la logique et de l’urgence d’une économie de guerre », a déclaré Antonio Guterres. Le chef de l’ONU a appelé le monde à aller au-delà de la solidarité face à la pandémie de coronavirus, à l’ouverture de l’Assemblée mondiale de la Santé lundi 24 mai à Genève (Suisse).

Outre le bilan sanitaire, « quelque 500 millions d’emplois ont été détruits, des milliers de milliards de dollars ont été soustraits des bilans d’entreprises », a souligné Antonio Guterres. « Les plus vulnérables sont ceux qui souffrent le plus, et je crains que ce soit loin d’être terminé. » Le chef de l’ONU a demandé au G20 d’installer un groupe de travail des acteurs clés pour les vaccins, avertissant que de nouvelles flambées épidémiques pourraient « ralentir la reprise économique mondiale ».

 

Covid-19 : pour une économie de guerre (ONU)

Covid-19 : pour une économie de guerre (ONU)

 

Il est évident que si nombre de pays ont utilisé les termes de guerre contre le virus, les moyens ne sont pas à la hauteur de l’enjeu. -La pénurie de vaccins. Sur la tendance certains pays ne pourront vacciner toute leur population que dans deux ou trois ans. Pourtant« Nous sommes en guerre contre un virus. Nous avons besoin de la logique et de l’urgence d’une économie de guerre », a déclaré Antonio Guterres. Le chef de l’ONU a appelé le monde à aller au-delà de la solidarité face à la pandémie de coronavirus, à l’ouverture de l’Assemblée mondiale de la Santé lundi 24 mai à Genève (Suisse).

Outre le bilan sanitaire, « quelque 500 millions d’emplois ont été détruits, des milliers de milliards de dollars ont été soustraits des bilans d’entreprises », a souligné Antonio Guterres. « Les plus vulnérables sont ceux qui souffrent le plus, et je crains que ce soit loin d’être terminé. » Le chef de l’ONU a demandé au G20 d’installer un groupe de travail des acteurs clés pour les vaccins, avertissant que de nouvelles flambées épidémiques pourraient « ralentir la reprise économique mondiale ».

Des risques de guerre d’ici 2030 (Général Lecointre)

Des risques de guerre d’ici 2030 (Général Lecointre)

 

 

Dans le Figaro le général. Chef d’État major fait l’hypothèse que des conflits de niveau supérieur risquent de se produire d’ici 2030. Un pronostic probable compte tenu des tensions géopolitiques dans nombre de régions du monde. Le général insiste sur le risque provenant du monde arabe au musulman.

 

Pour autant, le général n’attire pas les conséquences sur l’évolution de l’armée. En effet, les conflits seront caractérisés par de véritables guerres mais aussi par le développement du terrorisme. Ne  compter que sur une armée technologique sera largement insuffisant pour battre ce terrorisme. Preuve en est par exemple en Israël.

 

La question du service militaire obligatoire devrait ce reposer car il faudra bien davantage de militaires pour lutter en France comme à l’étranger contre le terrorisme. Pour preuve, les insuffisances de la force Barkhane qui doit combattre un ennemi avec 5000 hommes sur un territoire cinq fois grand comme la France. Autre exemple la participation encore de 7000 soldats de l’armée à l’opération sentinelle. L’un des problèmes c’est que le corporatisme militaire freine aussi le retour du service militaire obligatoire.

 

Interview dans le Figaro

 

François LECOINTRE.-

 

Les tensions seront encore plus fortes qu’aujourd’hui avec des risques de dérapages supérieurs. À la fin de la guerre froide, certains ont cru naïvement à la «fin de l’histoire» et qu’il n’y aurait plus de conflits majeurs. Mais il y avait déjà là les germes d’une frustration interne d’une partie des pays en développement, et en particulier du monde arabo-musulman. Elle s’est aussi exprimée contre un monde occidental, perçu comme dominateur et hégémonique. Cette frustration a engendré une volonté de revanche. Nous en avons vu les conséquences au début des années 2000 puis avec les attentats en France. Nous les verrons longtemps encore. Ce danger est immédiatement perceptible pour nos sociétés parce qu’il s’exprime sous la forme du terrorisme. Des acteurs régionaux fondent aussi une partie de leurs revendications sur un nationalisme exacerbé. À ces menaces s’ajoutent d’autres phénomènes en Afrique notamment. 

La guerre de l’eau

 

La guerre de l’eau

Dans Guerre et eau. L’eau, enjeu stratégique des conflits modernes publié récemment aux Editions Robert Laffont, le lieutenant-colonel de réserve Franck Galland décrypte les enjeux de sécurité collective liée à cette ressource et son importance dans les manœuvres militaires. Dans un monde soumis aux bouleversements climatiques, à la pression démographique et à la raréfaction des ressources hydriques, cet expert met en lumière les risques de conflit lié au partage de l’eau et les moyens de les résoudre.

Les ressources en eau vont-elles manquer d’ici 2050?

Il se dessine une véritable diagonale de la soif, traversant l’Afrique du Nord, le Proche et le Moyen Orient, puis la péninsule indienne jusqu’à la partie septentrionale de la Chine. Dans ce vaste ensemble, les ressources renouvelables disponibles deviennent très inférieures par endroits à la barrière de stress hydrique établie à 1 000 m3/habitant/an. On peut y inclure les pays du G5 Sahel où 150 millions de personnes ont vu diminuer de 40 % leurs ressources en eau en vingt ans, ainsi que les pays d’Asie Centrale constitués à 60 % de désert et qui dépendent uniquement de deux fleuves pour leur alimentation en eau.

Par ailleurs, même quand il y a structurellement de l’eau disponible, le manque de gouvernance, de planification et d’investissement, ainsi que les conséquences du changement climatique, peuvent conduire à des manques d’eau soudains. Ce fut le cas à Sao Paulo en 2015, à Rome en 2017 et au Cap, en Afrique du Sud, en 2018.

«Même quand il y a structurellement de l’eau disponible, le manque de gouvernance, de planification et d’investissement, ainsi que les conséquences du changement climatique, peuvent conduire à des manques d’eau soudains»

Est-ce de nature à provoquer des tensions et des conflits dans certaines régions du monde ​?

Dans certains pays, les conflits existent d’ores et déjà sur les usages, où par exemple il devient impératif de réformer des pratiques agricoles trop consommatrices d’eau ou de limiter, à terme, l’usage industriel de l’eau pour la fabrication, la réfrigération, la climatisation. Ensuite, vous avez des tensions entre régions qui s’expriment au sein d’un même pays, comme en Inde ou aux Etats-Unis. Mais dorénavant, de manière exacerbée, les tensions sont devenues transfrontalières et s’expriment avec intensité sur le Nil, sur le Tigre et l’Euphrate, sur le Mékong, mais également entre Russie et Ukraine à propos du Canal de Crimée du Nord. Cet ouvrage sous contrôle ukrainien fournissant 85 % de l’alimentation en eau de la Crimée passée sous pavillon russe est désormais un casus belli. C’est la raison pour laquelle le Conseil de sécurité des Nations Unies s’est emparé du sujet eau, paix et sécurité le 22 novembre 2016 lors d’une session spéciale regroupant 59 pays, et qu’il a été saisi en juin dernier par l’Egypte sur la problématique du Nil. Les tensions diplomatiques se multiplient en effet entre Ethiopie d’une part, Soudan et Egypte d’autre part, à la faveur du remplissage du barrage Renaissance, construit en territoire éthiopien sur le Nil Bleu depuis 2011.

Le partage des eaux du Nil, avec le remplissage du barrage Renaissance en Ethiopie, n’est-il pas de nature à dégénérer en conflit ​?

Cet ouvrage doit entrer cet été dans sa deuxième phase de remplissage à hauteur de 13,5 milliards de m3 sur ses 76 milliards de m3 de capacité. Il est à craindre de fortes tensions régionales si le remplissage de l’ouvrage ne se fait pas de manière concertée, si une validation n’est pas partagée quant aux données techniques et scientifiques relatives aux impacts de ce remplissage sur les pays aval que sont le Soudan et l’Egypte, et si Le Caire ne parvient pas rapidement à financer et à développer des infrastructures nouvelles de production d’eau issue du dessalement, de la réutilisation des eaux usées ou de la recharge artificielle de nappes. Une épée de Damoclès pèse ainsi sur la tête de l’Egypte qui dépend à 97 % du Nil pour son alimentation en eau et sur les rives duquel habitent 95 % de ses habitants, représentant une population qui a dépassé les 100 millions de personnes il y a un an et qui est appelée à croître fortement dans les années à venir. Le barrage Renaissance pose ainsi clairement à l’Egypte une question de souveraineté hydraulique et représente également un enjeu stratégique et sécuritaire en matière alimentaire et énergétique, en raison des impacts attendus tant sur les périmètres irrigués égyptiens que sur la production hydroélectrique du barrage d’Assouan.

Comme on le voit dans les guerres occidentales au Sahel et au Moyen Orient, les ouvrages hydrauliques sont à la foi des cibles et des ressources stratégiques ​?

Vous avez raison. Les usines de production, les stockages d’eau traitée, et même les sites d’assainissement, font l’objet d’inacceptables atteintes directes et de dommages collatéraux. Ce fut le cas dans les conflits de haute intensité qui sévissent encore au Yémen, en Syrie ou en Libye. Du fait de la guerre et des destructions d’infrastructures, près de 20 millions de Yéménites n’ont plus accès à de l’eau saine d’après le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef). Lors des conflits au Levant, l’Etat islamique a également pris en otage les barrages de Bath et Taqpa sur l’Euphrate, ainsi que le barrage de Mossoul sur le Tigre.

«L’eau s’est imposée comme une ressource stratégique dont le contrôle détermine la capacité de déploiement et de stationnement dans la durée sur le terrain, au même titre que le ravitaillement en essence et les munitions»

L’eau n’est-elle pas devenue aussi un enjeu pour les armées régulières ​?

L’eau s’est imposée comme une ressource stratégique dont le contrôle détermine la capacité de déploiement et de stationnement dans la durée sur le terrain, au même titre que le ravitaillement en essence et les munitions. Ce n’est pas nouveau. L’armée française a notamment beaucoup travaillé sur le sujet ces dernières années à la faveur des enseignements de son engagement en Afghanistan. Ce travail se poursuit actuellement dans la bande sahélo-saharienne, en particulier pour assurer la maîtrise de l’approvisionnement en eau des soldats qui y sont déployés via de l’eau issue de forages et des bouteilles d’eau. On estime le besoin minimum en eau destinée à la consommation d’un soldat à 10 litres par jour en climat tempéré, à 30 litres en climat chaud.

Quels sont les dispositifs imaginés pour éviter ces guerres de l’eau ​?

Il faut que les instances régionales de dialogue stratégique et de sécurité telles que l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) s’emparent du sujet pour anticiper les tensions transfrontalières liées à l’eau. La coopération technique à l’échelle des bassins-versants doit également être renforcée, comme le montre la pertinence du modèle développé à compter de 1972 par le président sénégalais Léopold Sédar Senghor avec la création de l’Organisation pour la mise en valeur du Fleuve Sénégal (OmvS) entre le Sénégal, la Mauritanie, le Mali et la Guinée. L’OmvS est un exemple réussi d’hydro-diplomatie, qui a su notamment inspirer le traité israélo-jordanien sur les eaux du Jourdain ; l’une des rares survivances des accords israélo-palestiniens d’Oslo qui avaient valu à leurs signataires, Shimon Peres, Yitzhak Rabin et Yasser Arafat, l’obtention du Prix Nobel de la paix en 1994.

Faut-il créer une agence onusienne de l’eau avec des casques bleus attelés à la préservation de cette ressource ​?

Ban Ki-Moon, alors Secrétaire général des Nations Unies, avait souligné que la rareté des ressources en eau dans certaines parties du monde serait catalyseur de violences, et que, trop souvent, là où il y avait besoin d’eau, parlaient déjà les armes. Son successeur Antonio Guterres affirme le caractère inextricablement lié entre eau, paix et sécurité. Il y a cependant déjà bien des agences onusiennes qui s’occupent directement ou indirectement de la cause d’eau. Il faut à l’évidence maintenant en rationaliser le nombre et accroître leur efficacité opérationnelle. Mais l’eau étant devenue un sujet de sécurité collective, il faut aussi qu’il soit traité au niveau du Conseil de sécurité des Nations Unies et décliné par des organisations locales, comme l’UN Regional Centre for Preventive Diplomacy for Central Asia (UNRCCA). En viendra-t-on à la création de casques bleus de l’eau ? Je ne le sais, mais il y a à l’évidence un souci de mieux protéger les infrastructures hydrauliques durant les conflits et de faire respecter à leur endroit les conventions de Genève de 1949 et leurs protocoles additionnels de 1977.

La guerre de l’eau

Dans Guerre et eau. L’eau, enjeu stratégique des conflits modernes publié récemment aux Editions Robert Laffont, le lieutenant-colonel de réserve Franck Galland décrypte les enjeux de sécurité collective liée à cette ressource et son importance dans les manœuvres militaires. Dans un monde soumis aux bouleversements climatiques, à la pression démographique et à la raréfaction des ressources hydriques, cet expert met en lumière les risques de conflit lié au partage de l’eau et les moyens de les résoudre.

Les ressources en eau vont-elles manquer d’ici 2050?

Il se dessine une véritable diagonale de la soif, traversant l’Afrique du Nord, le Proche et le Moyen Orient, puis la péninsule indienne jusqu’à la partie septentrionale de la Chine. Dans ce vaste ensemble, les ressources renouvelables disponibles deviennent très inférieures par endroits à la barrière de stress hydrique établie à 1 000 m3/habitant/an. On peut y inclure les pays du G5 Sahel où 150 millions de personnes ont vu diminuer de 40 % leurs ressources en eau en vingt ans, ainsi que les pays d’Asie Centrale constitués à 60 % de désert et qui dépendent uniquement de deux fleuves pour leur alimentation en eau.

Par ailleurs, même quand il y a structurellement de l’eau disponible, le manque de gouvernance, de planification et d’investissement, ainsi que les conséquences du changement climatique, peuvent conduire à des manques d’eau soudains. Ce fut le cas à Sao Paulo en 2015, à Rome en 2017 et au Cap, en Afrique du Sud, en 2018.

«Même quand il y a structurellement de l’eau disponible, le manque de gouvernance, de planification et d’investissement, ainsi que les conséquences du changement climatique, peuvent conduire à des manques d’eau soudains»

Est-ce de nature à provoquer des tensions et des conflits dans certaines régions du monde ​?

Dans certains pays, les conflits existent d’ores et déjà sur les usages, où par exemple il devient impératif de réformer des pratiques agricoles trop consommatrices d’eau ou de limiter, à terme, l’usage industriel de l’eau pour la fabrication, la réfrigération, la climatisation. Ensuite, vous avez des tensions entre régions qui s’expriment au sein d’un même pays, comme en Inde ou aux Etats-Unis. Mais dorénavant, de manière exacerbée, les tensions sont devenues transfrontalières et s’expriment avec intensité sur le Nil, sur le Tigre et l’Euphrate, sur le Mékong, mais également entre Russie et Ukraine à propos du Canal de Crimée du Nord. Cet ouvrage sous contrôle ukrainien fournissant 85 % de l’alimentation en eau de la Crimée passée sous pavillon russe est désormais un casus belli. C’est la raison pour laquelle le Conseil de sécurité des Nations Unies s’est emparé du sujet eau, paix et sécurité le 22 novembre 2016 lors d’une session spéciale regroupant 59 pays, et qu’il a été saisi en juin dernier par l’Egypte sur la problématique du Nil. Les tensions diplomatiques se multiplient en effet entre Ethiopie d’une part, Soudan et Egypte d’autre part, à la faveur du remplissage du barrage Renaissance, construit en territoire éthiopien sur le Nil Bleu depuis 2011.

Le partage des eaux du Nil, avec le remplissage du barrage Renaissance en Ethiopie, n’est-il pas de nature à dégénérer en conflit ​?

Cet ouvrage doit entrer cet été dans sa deuxième phase de remplissage à hauteur de 13,5 milliards de m3 sur ses 76 milliards de m3 de capacité. Il est à craindre de fortes tensions régionales si le remplissage de l’ouvrage ne se fait pas de manière concertée, si une validation n’est pas partagée quant aux données techniques et scientifiques relatives aux impacts de ce remplissage sur les pays aval que sont le Soudan et l’Egypte, et si Le Caire ne parvient pas rapidement à financer et à développer des infrastructures nouvelles de production d’eau issue du dessalement, de la réutilisation des eaux usées ou de la recharge artificielle de nappes. Une épée de Damoclès pèse ainsi sur la tête de l’Egypte qui dépend à 97 % du Nil pour son alimentation en eau et sur les rives duquel habitent 95 % de ses habitants, représentant une population qui a dépassé les 100 millions de personnes il y a un an et qui est appelée à croître fortement dans les années à venir. Le barrage Renaissance pose ainsi clairement à l’Egypte une question de souveraineté hydraulique et représente également un enjeu stratégique et sécuritaire en matière alimentaire et énergétique, en raison des impacts attendus tant sur les périmètres irrigués égyptiens que sur la production hydroélectrique du barrage d’Assouan.

Comme on le voit dans les guerres occidentales au Sahel et au Moyen Orient, les ouvrages hydrauliques sont à la foi des cibles et des ressources stratégiques ​?

Vous avez raison. Les usines de production, les stockages d’eau traitée, et même les sites d’assainissement, font l’objet d’inacceptables atteintes directes et de dommages collatéraux. Ce fut le cas dans les conflits de haute intensité qui sévissent encore au Yémen, en Syrie ou en Libye. Du fait de la guerre et des destructions d’infrastructures, près de 20 millions de Yéménites n’ont plus accès à de l’eau saine d’après le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef). Lors des conflits au Levant, l’Etat islamique a également pris en otage les barrages de Bath et Taqpa sur l’Euphrate, ainsi que le barrage de Mossoul sur le Tigre.

«L’eau s’est imposée comme une ressource stratégique dont le contrôle détermine la capacité de déploiement et de stationnement dans la durée sur le terrain, au même titre que le ravitaillement en essence et les munitions»

L’eau n’est-elle pas devenue aussi un enjeu pour les armées régulières ​?

L’eau s’est imposée comme une ressource stratégique dont le contrôle détermine la capacité de déploiement et de stationnement dans la durée sur le terrain, au même titre que le ravitaillement en essence et les munitions. Ce n’est pas nouveau. L’armée française a notamment beaucoup travaillé sur le sujet ces dernières années à la faveur des enseignements de son engagement en Afghanistan. Ce travail se poursuit actuellement dans la bande sahélo-saharienne, en particulier pour assurer la maîtrise de l’approvisionnement en eau des soldats qui y sont déployés via de l’eau issue de forages et des bouteilles d’eau. On estime le besoin minimum en eau destinée à la consommation d’un soldat à 10 litres par jour en climat tempéré, à 30 litres en climat chaud.

Quels sont les dispositifs imaginés pour éviter ces guerres de l’eau ​?

Il faut que les instances régionales de dialogue stratégique et de sécurité telles que l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) s’emparent du sujet pour anticiper les tensions transfrontalières liées à l’eau. La coopération technique à l’échelle des bassins-versants doit également être renforcée, comme le montre la pertinence du modèle développé à compter de 1972 par le président sénégalais Léopold Sédar Senghor avec la création de l’Organisation pour la mise en valeur du Fleuve Sénégal (OmvS) entre le Sénégal, la Mauritanie, le Mali et la Guinée. L’OmvS est un exemple réussi d’hydro-diplomatie, qui a su notamment inspirer le traité israélo-jordanien sur les eaux du Jourdain ; l’une des rares survivances des accords israélo-palestiniens d’Oslo qui avaient valu à leurs signataires, Shimon Peres, Yitzhak Rabin et Yasser Arafat, l’obtention du Prix Nobel de la paix en 1994.

Faut-il créer une agence onusienne de l’eau avec des casques bleus attelés à la préservation de cette ressource ​?

Ban Ki-Moon, alors Secrétaire général des Nations Unies, avait souligné que la rareté des ressources en eau dans certaines parties du monde serait catalyseur de violences, et que, trop souvent, là où il y avait besoin d’eau, parlaient déjà les armes. Son successeur Antonio Guterres affirme le caractère inextricablement lié entre eau, paix et sécurité. Il y a cependant déjà bien des agences onusiennes qui s’occupent directement ou indirectement de la cause d’eau. Il faut à l’évidence maintenant en rationaliser le nombre et accroître leur efficacité opérationnelle. Mais l’eau étant devenue un sujet de sécurité collective, il faut aussi qu’il soit traité au niveau du Conseil de sécurité des Nations Unies et décliné par des organisations locales, comme l’UN Regional Centre for Preventive Diplomacy for Central Asia (UNRCCA). En viendra-t-on à la création de casques bleus de l’eau ? Je ne le sais, mais il y a à l’évidence un souci de mieux protéger les infrastructures hydrauliques durant les conflits et de faire respecter à leur endroit les conventions de Genève de 1949 et leurs protocoles additionnels de 1977.

L’armée française veut recruter : mais pour quelle guerre ?

  • L’armée française veut recruter  : mais pour quelle guerre ?

 

 

  • L’armée commence sa grande opération Orion qui vise à mettre en valeur son armée auprès de l’opinion publique pour servir son image mais aussi faciliter le recrutement. L’armée française manquerait en effet de bras pour la guerre du futur. Le seul problème qui se pose est de savoir justement quel est ce futur. Or dans les milieux corporatistes de l’armée ont misé surtout sur une armée de métiers, une armée qui s’appuie essentiellement sur des moyens technologiques. Pour simplifier, la technique pour remplacer notamment l’infanterie.
  • La question centrale qui se pose est de savoir quelle sera la cible potentielle future. Il n’est pas certain que la guerre de demain prenne une tournure uniquement technologique. Première observation, la guerre se déroule aussi sur place à l’intérieur même des pays avec des extrémistes sous influence étrangère qui met en cause la sécurité.
  • L’opération Sentinelle effectuée dans le cadre du plan Vigipirate coûte environ un million d’euros , elle mobilise environ 10 000 soldats ce qui est considérable sur un total de 60 000.
  • En fait il s’agit surtout d’opérations de maintien de la sécurité interne dans le cadre de l’opération Vigipirate et du plan sentinelle. Des opérations de police. La France intervient aussi dans au moins une douzaine de théâtres d’opérations externes (au Sahel en particulier avec l’opération barkhane). Là encore ce sont surtout des forces classiques qui sont nécessaires car là aussi on se bat surtout contre des extrémistes et surtout des islamistes comme à l’intérieur des frontières.
  • Contrairement à ce que pense la majorité des autorités militaires la guerre prochaine ne sera pas forcément uniquement technologique mais traditionnelle pour assurer la sécurité en France et dans les pays avec lesquels nous entretenons des liens. De ce point de vue, la France manque cruellement d’hommes. Témoin les difficultés de l’opération barkhane  au Sahel où l’on tente d’assurer la sécurité d’une zone immense 10 fois plus grande que la France avec seulement 5000 soldats français ! Il en faudrait évidemment au moins 10 fois plus. C’est-à-dire à peu près la totalité des effectifs de l’armée. Tout cela renvoie à la question de l’intérêt du rétablissement du service militaire car pour l’essentiel la fonction centrale de l’armée sera d’assurer la sécurité et tout simplement des missions de police.

Société- La guerre de l’idéologie victimaire

Société- La guerre de l’idéologie victimaire

 

« Je suis encore un peu sous le choc. » Nahema Hanafi, maîtresse de conférences en histoire moderne à l’université d’Angers, ne s’est toujours pas remise de la déferlante de haine qu’elle a reçue sur les réseaux sociaux, à la suite de la publication dans Le Point, début février, d’une tribune fustigeant violemment son ouvrage, L’Arnaque à la nigériane. Spams, rapports postcoloniaux et banditisme social (Editions Anacharsis, 2020). Dans ce livre, la chercheuse analyse les discours des « brouteurs », ces cyberescrocs africains qui se font passer pour d’accortes jeunes femmes dans le but de soutirer de l’argent à des Occidentaux crédules. Ces truands, explique-t-elle au terme d’une étude de terrain, « ont un discours décolonial ; ils expliquent qu’ils “volent aux Blancs” pour réparer les dommages de la colonisation ».

Mais pour l’auteur de la tribune dans Le Point, Hubert Heckmann, maître de conférences en littérature du Moyen Age à Rouen et membre d’un récent Observatoire du décolonialisme, son ouvrage fait « l’éloge d’un système criminel » et tombe dans « la grille de lecture décoloniale [qui] inverse les rapports entre victimes et coupables ». La tribune de M. Heckmann, relayée par les sphères d’extrême droite, a valu à Mme Hanafi menaces et attaques racistes. Son université lui a accordé la protection fonctionnelle et elle a déposé plainte.

« Je regrette et je condamne évidemment cette situation. On appelle au calme, et on condamne évidemment aussi l’extrême droite », justifie le cofondateur de l’Observatoire du décolonialisme, Xavier-Laurent Salvador, professeur de linguistique à Paris-XIII. Mais l’épisode illustre les tensions qui traversent depuis des mois les milieux universitaires, opposant chercheurs qui travaillent sur des concepts tels que les études de genre, les questions coloniales ou les phénomènes de racisme systémique, et ceux qui estiment que ces travaux sont inutiles, militants, voire dangereux, car participant d’un repli identitaire.

La guerre de l’idéologie victimaire

La guerre de l’idéologie victimaire

 

« Je suis encore un peu sous le choc. » Nahema Hanafi, maîtresse de conférences en histoire moderne à l’université d’Angers, ne s’est toujours pas remise de la déferlante de haine qu’elle a reçue sur les réseaux sociaux, à la suite de la publication dans Le Point, début février, d’une tribune fustigeant violemment son ouvrage, L’Arnaque à la nigériane. Spams, rapports postcoloniaux et banditisme social (Editions Anacharsis, 2020). Dans ce livre, la chercheuse analyse les discours des « brouteurs », ces cyberescrocs africains qui se font passer pour d’accortes jeunes femmes dans le but de soutirer de l’argent à des Occidentaux crédules. Ces truands, explique-t-elle au terme d’une étude de terrain, « ont un discours décolonial ; ils expliquent qu’ils “volent aux Blancs” pour réparer les dommages de la colonisation ».

Mais pour l’auteur de la tribune dans Le Point, Hubert Heckmann, maître de conférences en littérature du Moyen Age à Rouen et membre d’un récent Observatoire du décolonialisme, son ouvrage fait « l’éloge d’un système criminel » et tombe dans « la grille de lecture décoloniale [qui] inverse les rapports entre victimes et coupables ». La tribune de M. Heckmann, relayée par les sphères d’extrême droite, a valu à Mme Hanafi menaces et attaques racistes. Son université lui a accordé la protection fonctionnelle et elle a déposé plainte.

« Je regrette et je condamne évidemment cette situation. On appelle au calme, et on condamne évidemment aussi l’extrême droite », justifie le cofondateur de l’Observatoire du décolonialisme, Xavier-Laurent Salvador, professeur de linguistique à Paris-XIII. Mais l’épisode illustre les tensions qui traversent depuis des mois les milieux universitaires, opposant chercheurs qui travaillent sur des concepts tels que les études de genre, les questions coloniales ou les phénomènes de racisme systémique, et ceux qui estiment que ces travaux sont inutiles, militants, voire dangereux, car participant d’un repli identitaire.

Bitcoin et guerre des monnaies

Bitcoin  et  guerre des monnaies

 

Pour le professeur émérite à l’Université de Paris I Christian de Boissieu, il se profile une nouvelle guerre des monnaies aux enjeux éminemment politiques et elle opposera des monnaies officielles (comme l’euro numérique) aux monnaies privées (comme le Bitcoin). Tribune dans le Figaro.

 

Christian de Boissieu est Professeur émérite à l’Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), vice-Président du Cercle des économistes, ancien Président du Conseil d’Analyse Economique.

 

Jusqu’à présent, la guerre des monnaies désigne surtout les dévaluations compétitives, le désir de certains pays d’améliorer leur compétitivité grâce à la sous-évaluation de leur taux de change. Se profile une nouvelle guerre des monnaies, celle qui oppose monnaies publiques (ou officielles) et monnaies privées et dont les enjeux, éminemment politiques, touchent au pouvoir, au contrôle et à la souveraineté nationale. Car, comme le disait l’économiste britannique Roy Harrod, «la monnaie est pouvoir», et pas seulement pouvoir d’achat…Le monopole public de l’émission monétaire, déjà tombé avec l’essor des banques commerciales, risque de perdre ce qui lui reste avec l’essor de monnaies privées.

Le succès du bitcoin illustre l’essor des cryptomonnaies, ces monnaies digitales d’initiative privée, aux cours instables pour beaucoup d’entre elles, et dépourvues de banques centrales à même de servir de «prêteur de dernier ressort» en cas de coup de tabac. Certes, le bitcoin et les autres cryptomonnaies ne remplissent pas toutes les fonctions d’une monnaie complète, mais elles viennent quand même concurrencer les monnaies officielles pour certains usages. L’arrivée annoncée de Facebook en 2021 avec sa monnaie Libra, récemment rebaptisée Diem, donnerait une énorme impulsion à l’essor des cryptomonnaies privées puisque le géant américain compte 2,5 milliards d’utilisateurs!

Face à la privatisation de la monnaie, qui nous ramène loin en arrière dans l’histoire, les pouvoirs publics ne sont pas en reste. Un peu partout, les banques centrales travaillent sur le lancement de monnaies digitales publiques. La BCE est totalement sur cette ligne, avec le projet d’un euro numérique évoqué à plusieurs reprises par Christine Lagarde.

Les banques centrales veulent reprendre la main face à des initiatives monétaires privées, en particulier celle de Facebook.

Pourquoi un tel engouement? Les banques centrales ne font que mettre en œuvre, chacune dans sa sphère de contrôle, les nouvelles technologies du digital qu’il s’agisse de la blockchain, de l’intelligence artificielle… Des technologies qui relèvent au départ d’initiatives privées et décentralisées, comme en témoigne le travail pionnier de S. Nakamoto en 2009 qui liait d’emblée la technologie (la blockchain) et la cryptomonnaie (en l’espèce le bitcoin). Une seconde raison est stratégique: les banques centrales veulent reprendre la main face à des initiatives monétaires privées, en particulier celle de Facebook.

Prenons l’exemple de l’euro numérique. Il sera émis par la BCE, comme le sont aujourd’hui les billets en euros, et à ce titre, comme les billets ou comme les réserves des banques commerciales auprès de la banque centrale, il représentera une créance de ceux qui le détiendront vis-à-vis de la BCE. Sous cet angle-là, essentiel, il diffère des cryptomonnaies (bitcoin, ethereum,…) qui sont des dettes pour des émetteurs privés. L’euro numérique viendrait compléter le cash, souvent sans doute se substituer pour partie à lui.

Partout, la part du cash dans le total des moyens de paiement baisse tendanciellement, sous l’effet des vagues successives d’innovations technologiques: cartes de paiement et de crédit, Internet, IA,… Je ne crois pas à la disparition du cash. Une partie des transactions courantes va continuer à se faire en cash pour des raisons d’habitude et de commodité, sans oublier que l’économie informelle, présente même dans les pays les plus avancés, fonctionne, pour des raisons faciles à comprendre, avec le cash.

L’euro numérique s’échangera à la parité 1/1 contre toutes les autres formes de l’euro, ce qui paraît évident. Il sera donc un «stable coin», tout comme le Diem est prévu comme étant un «stable coin» par rapport au dollar. Cette propriété évitera la volatilité des cours inhérente à de nombreuses cryptomonnaies qui ne sont pas ancrées sur une ou plusieurs monnaies publiques.

Le digital élargit le champ des possibles, en même temps qu’il peut se prêter à des intrusions malveillantes sous forme de cyberattaques

L’euro numérique sera non seulement une mise à jour technologique de la monnaie unique européenne. Pour tous, les entreprises et les ménages comme pour les institutions financières, il va réduire les coûts de transaction, accélérer et sécuriser les règlements. Le digital élargit le champ des possibles, en même temps qu’il peut se prêter à des intrusions malveillantes sous forme de cyberattaques.

Avec les monnaies digitales des banques centrales, l’articulation entre monnaies publiques et monnaies privées deviendra essentielle. Le bitcoin et les autres cryptomonnaies-que les banques centrales préfèrent appeler crypto-actifs car elles contestent leur caractère pleinement monétaire-sont livrées pour leur prix au jeu permanent de la loi de l’offre et de la demande. Ce qu’il faut bien appeler «la folie bitcoin», avec des prix astronomiques, l’illustre amplement en ce moment.

Par définition l’euro numérique aura, lui, la BCE comme prêteur de dernier ressort. Monnaies digitales publiques et privées seront concurrentes. Je renverrai volontiers ici aux travaux de Hayek sur la concurrence monétaire et les déterminants de celle-ci, en particulier sur ce qui fait la qualité d’une monnaie: la stabilité de sa valeur, la profondeur des marchés financiers auxquels elle est adossée et la quantité de ladite devise n’étant qu’un élément de qualité parmi d’autres.

Mais monnaies digitales publiques et privées seront aussi complémentaires. La convertibilité entre elles, dans les deux sens et avec des points de passage nombreux, sera une information cruciale pour la lutte contre l’évasion fiscale, contre le blanchiment de l’argent sale et contre le financement du terrorisme.

Guerre des idées: le retour des vrais intellectuels ?

Guerre des idées: le retour des vrais intellectuels ?

Dans le Figaro en évoque à l’occasion de la sortie d’un essai de la journaliste  Eugénie Bastié le nécessaire retour des vrais intellectuels. Radicalisation du discours féministe, bataille entre les historiens nationaux et multiculturalistes, émergence du «populisme intellectuel»… Dans un essai stimulant, la journaliste du FigaroVox, Eugénie Bastié, dresse un panorama complet et actualisé du monde intellectuel en France sur lequel elle a enquêté durant trois ans.

Dans un essai stimulant, Eugénie Bastié dresse un panorama complet et actualisé du monde intellectuel en France. Son niveau a-t-il chuté depuis les débats Sartre-Aron ou Steiner-Boutang? La gauche survivra-t-elle à une implosion que la question de l’islam et l’échec du socialisme en économie semblent précipiter? La droite peut-elle remporter la bataille des idées et conquérir les citadelles du «gauchisme culturel» que sont l’université, l’édition ou la plupart des grands médias? Dispose-t-elle au moins des moyens et des hommes pour l’envisager? Sur ces questions comme sur de nombreux autres thèmes majeurs – la radicalisation du discours féministe, l’impossible mariage entre conservatisme et libéralisme, l’éternelle bataille entre historiens «nationaux» et multiculturalistes, l’émergence du «populisme intellectuel» -, la journaliste du «Figaro» a enquêté durant trois ans. Elle revient sur son travail de référence qui s’appuie sur de nombreuses rencontres avec les principaux acteurs contemporains

Bitcoin : en pointe dans la guerre des monnaies

Bitcoin : en pointe dans la guerre des monnaies

 

Pour le professeur émérite à l’Université de Paris I Christian de Boissieu, il se profile une nouvelle guerre des monnaies aux enjeux éminemment politiques et elle opposera des monnaies officielles (comme l’euro numérique) aux monnaies privées (comme le Bitcoin). Tribune dans le Figaro.

 

Christian de Boissieu est Professeur émérite à l’Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), vice-Président du Cercle des économistes, ancien Président du Conseil d’Analyse Economique.


Jusqu’à présent, la guerre des monnaies désigne surtout les dévaluations compétitives, le désir de certains pays d’améliorer leur compétitivité grâce à la sous-évaluation de leur taux de change. Se profile une nouvelle guerre des monnaies, celle qui oppose monnaies publiques (ou officielles) et monnaies privées et dont les enjeux, éminemment politiques, touchent au pouvoir, au contrôle et à la souveraineté nationale. Car, comme le disait l’économiste britannique Roy Harrod, «la monnaie est pouvoir», et pas seulement pouvoir d’achat…Le monopole public de l’émission monétaire, déjà tombé avec l’essor des banques commerciales, risque de perdre ce qui lui reste avec l’essor de monnaies privées.

Le succès du bitcoin illustre l’essor des cryptomonnaies, ces monnaies digitales d’initiative privée, aux cours instables pour beaucoup d’entre elles, et dépourvues de banques centrales à même de servir de «prêteur de dernier ressort» en cas de coup de tabac. Certes, le bitcoin et les autres cryptomonnaies ne remplissent pas toutes les fonctions d’une monnaie complète, mais elles viennent quand même concurrencer les monnaies officielles pour certains usages. L’arrivée annoncée de Facebook en 2021 avec sa monnaie Libra, récemment rebaptisée Diem, donnerait une énorme impulsion à l’essor des cryptomonnaies privées puisque le géant américain compte 2,5 milliards d’utilisateurs!

Face à la privatisation de la monnaie, qui nous ramène loin en arrière dans l’histoire, les pouvoirs publics ne sont pas en reste. Un peu partout, les banques centrales travaillent sur le lancement de monnaies digitales publiques. La BCE est totalement sur cette ligne, avec le projet d’un euro numérique évoqué à plusieurs reprises par Christine Lagarde.

Les banques centrales veulent reprendre la main face à des initiatives monétaires privées, en particulier celle de Facebook.

Pourquoi un tel engouement? Les banques centrales ne font que mettre en œuvre, chacune dans sa sphère de contrôle, les nouvelles technologies du digital qu’il s’agisse de la blockchain, de l’intelligence artificielle… Des technologies qui relèvent au départ d’initiatives privées et décentralisées, comme en témoigne le travail pionnier de S. Nakamoto en 2009 qui liait d’emblée la technologie (la blockchain) et la cryptomonnaie (en l’espèce le bitcoin). Une seconde raison est stratégique: les banques centrales veulent reprendre la main face à des initiatives monétaires privées, en particulier celle de Facebook.

Prenons l’exemple de l’euro numérique. Il sera émis par la BCE, comme le sont aujourd’hui les billets en euros, et à ce titre, comme les billets ou comme les réserves des banques commerciales auprès de la banque centrale, il représentera une créance de ceux qui le détiendront vis-à-vis de la BCE. Sous cet angle-là, essentiel, il diffère des cryptomonnaies (bitcoin, ethereum,…) qui sont des dettes pour des émetteurs privés. L’euro numérique viendrait compléter le cash, souvent sans doute se substituer pour partie à lui.

Partout, la part du cash dans le total des moyens de paiement baisse tendanciellement, sous l’effet des vagues successives d’innovations technologiques: cartes de paiement et de crédit, Internet, IA,… Je ne crois pas à la disparition du cash. Une partie des transactions courantes va continuer à se faire en cash pour des raisons d’habitude et de commodité, sans oublier que l’économie informelle, présente même dans les pays les plus avancés, fonctionne, pour des raisons faciles à comprendre, avec le cash.

L’euro numérique s’échangera à la parité 1/1 contre toutes les autres formes de l’euro, ce qui paraît évident. Il sera donc un «stable coin», tout comme le Diem est prévu comme étant un «stable coin» par rapport au dollar. Cette propriété évitera la volatilité des cours inhérente à de nombreuses cryptomonnaies qui ne sont pas ancrées sur une ou plusieurs monnaies publiques.

Le digital élargit le champ des possibles, en même temps qu’il peut se prêter à des intrusions malveillantes sous forme de cyberattaques

L’euro numérique sera non seulement une mise à jour technologique de la monnaie unique européenne. Pour tous, les entreprises et les ménages comme pour les institutions financières, il va réduire les coûts de transaction, accélérer et sécuriser les règlements. Le digital élargit le champ des possibles, en même temps qu’il peut se prêter à des intrusions malveillantes sous forme de cyberattaques.

Avec les monnaies digitales des banques centrales, l’articulation entre monnaies publiques et monnaies privées deviendra essentielle. Le bitcoin et les autres cryptomonnaies-que les banques centrales préfèrent appeler crypto-actifs car elles contestent leur caractère pleinement monétaire-sont livrées pour leur prix au jeu permanent de la loi de l’offre et de la demande. Ce qu’il faut bien appeler «la folie bitcoin», avec des prix astronomiques, l’illustre amplement en ce moment.

Par définition l’euro numérique aura, lui, la BCE comme prêteur de dernier ressort. Monnaies digitales publiques et privées seront concurrentes. Je renverrai volontiers ici aux travaux de Hayek sur la concurrence monétaire et les déterminants de celle-ci, en particulier sur ce qui fait la qualité d’une monnaie: la stabilité de sa valeur, la profondeur des marchés financiers auxquels elle est adossée et la quantité de ladite devise n’étant qu’un élément de qualité parmi d’autres.

Mais monnaies digitales publiques et privées seront aussi complémentaires. La convertibilité entre elles, dans les deux sens et avec des points de passage nombreux, sera une information cruciale pour la lutte contre l’évasion fiscale, contre le blanchiment de l’argent sale et contre le financement du terrorisme.

La guerre des Etats et des géants du Net ne fait que commencer

La guerre des Etats et des géants du Net ne fait que commencer

La bataille homérique qui oppose le gouvernement de Canberra aux géants de l’Internet sur la rémunération des contenus de presse souligne l’urgence d’une gouvernance démocratique des acteurs du Web, analyse Sylvie Kauffmann, éditorialiste au « Monde ».(Extraits)

Grand soulagement dans l’hémisphère Sud ! Facebook a repris l’Australie comme amie. Mardi 23 février, une trêve est intervenue dans la dispute entre le géant de la tech et l’île-continent, qui tient les experts en haleine bien au-delà de l’océan Pacifique.

Les historiens du cyberespace retiendront peut-être cette bataille homérique comme un tournant dans le rapport de forces entre les Big Tech et les Etats, représentés par leurs institutions démocratiques.

Le conflit a éclaté lorsque le gouvernement de Canberra a introduit un projet de loi instaurant un code des relations entre les plateformes numériques et les organes de presse traditionnelle. L’objet de ce code est clair : il vise à forcer Google et Facebook à rémunérer les éditeurs de presse pour leurs contenus mis en ligne par ces plateformes, et à les informer des changements opérés dans leurs algorithmes. Ce projet de loi est une première et il a le soutien de l’opposition.

Pour les Big Tech, que l’on appelle en France les Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), c’était quasiment une déclaration de guerre. Le conflit sur la rémunération des contenus de presse en ligne est vieux comme l’Internet. Les éditeurs de presse accusent les plateformes d’avoir détruit leur modèle économique, en diffusant gratuitement une information qui leur a coûté très cher à produire, et en siphonnant leur publicité – lorsque Google est né, en 1998, les médias traditionnels recueillaient à peu près la moitié des revenus publicitaires ; vingt ans plus tard cette proportion était descendue à 10 %. Les plateformes, elles, font valoir qu’elles apportent aux journaux et magazines, par leur puissance de diffusion, un trafic dont ils n’auraient pas pu rêver sans elles : c’est du gagnant-gagnant.

Le ressentiment des médias s’intensifiant au fur et à mesure que leur situation économique se dégradait, l’Union européenne (UE) s’en est mêlée, avec la directive sur les droits voisins, imposée de haute lutte. Google a donc négocié avec des éditeurs des accords individuels, voire parfois groupés, ouvrant la voie à une forme de paiement de leurs contenus.

En France, par exemple, la firme a conclu un accord en janvier avec l’Alliance de la presse d’information générale et plusieurs titres, dont Le Monde. Si le montant de ces accords est en général secret, tout le monde sait que dans ce match entre David et Goliath, c’est le mastodonte Google qui s’en sort le mieux.

Mais le marché australien, avec ses 25 millions d’habitants, n’a pas le poids de celui des 450 millions d’Européens. Google et Facebook ont donc d’abord fait le pari de l’épreuve de force. Google a menacé de se retirer d’Australie, purement et simplement, puis s’est ravisé et, préférant avoir la paix, a négocié un accord avec les gros groupes de presse, dont le plus puissant d’entre tous, celui du légendaire Rupert Murdoch. Ce pacte des titans, celui des vieux médias et celui des nouveaux, s’étend aux titres de l’empire Murdoch aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, mais ne bénéficie pas aux petits journaux locaux, les plus fragilisés.

 

Technologie : la Chine vainqueur de la guerre des normes ?

Technologie : la Chine vainqueur de la guerre des normes ?

 

 

Télécoms, transport d’électricité ou intelligence artificielle : celui qui dictera les normes s’offrira une belle longueur d’avance estime un article du Wall Street Journal

 

Les règles qui régiront les technologies liées aux réseaux 5G sont en cours d’élaboration et rendent la question des normes incontournable.

Ampoules électriques, canapés, fenêtres ou routeurs wifi : la quasi-totalité de ce qui se trouve dans une maison doit respecter les normes et les exigences d’un système international conçu pour assurer la qualité et le bon fonctionnement des objets.

Edictées par les Etats-Unis et leurs alliés au fil des décennies, les normes industrielles forment un réseau invisible de règles qui régissent le marché mondial. Aussi banal que cela puisse paraître, cette uniformité est indispensable au commerce international : c’est grâce à elle que les boulons, ports USB et autres conteneurs sont utilisables où que l’on se trouve sur la planète. Ces normes sont le fruit du travail de comités internationaux longtemps dominés par les experts occidentaux.

Mais aujourd’hui, la Chine veut faire entendre sa voix. A la surprise d’une grande partie de l’Occident, Pékin a décidé de consacrer fonds publics et influence politique à la définition des normes relatives à des technologies de pointe allant des télécoms au transport de l’électricité en passant par l’intelligence artificielle.

Véhicules autonomes, villes intelligentes ou Internet des objets : les règles qui régiront la nouvelle génération de technologies liées aux réseaux 5G et rapprocheront encore davantage monde numérique et monde réel sont en cours d’élaboration et rendent la question des normes incontournable

« Dominer les normes techniques qui étayent les technologies de l’information et de la communication et d’autres domaines émergents fait partie intégrante des ambitions de Pékin », affirmait en décembre dernier le rapport annuel de la commission du Congrès chargée de suivre les relations sino-américaines pour les questions d’économie et de sécurité.

Si la Chine s’est lancée à la conquête des normes, c’est pour coiffer l’Occident au poteau, mais aussi pour engranger des profits. En effet, en règle générale, il faut payer une licence pour utiliser les normes liées à des technologies brevetées. Nokia et Qualcomm encaissent ainsi chaque année plusieurs milliards de dollars grâce aux redevances versées par leurs concurrents. Pour Pékin, l’idée serait plutôt de gagner de l’argent en concevant les normes qui vont avec les produits développés par les entreprises chinoises.

Véhicules autonomes, villes intelligentes ou Internet des objets : les règles qui régiront la nouvelle génération de technologies liées aux réseaux 5G et rapprocheront encore davantage monde numérique et monde réel sont en cours d’élaboration et rendent la question des normes incontournable.

De nouveaux domaines, notamment la reconnaissance faciale, touchent les personnes et l’espace public, avec des répercussions plus importantes que par le passé sur la sécurité nationale, a estimé la commission parlementaire.

La Chine défend des normes qui doperont les exportations des entreprises proches de Pékin et favoriseront son dispositif de sécurité nationale, prévient Akira Amari, ancien ministre des Affaires étrangères du Japon qui dirige un groupe de promotion du numérique. « Si les produits chinois sont conçus pour collecter des données, explique-t-il, il faut se dire que tout finira entre les mains du gouvernement chinois. »

Les dirigeants chinois affirment, eux, que Pékin essaie simplement de se frayer un chemin dans un système créé (et longtemps dominé) par l’Occident et qu’en tant que grande puissance économique portée par une forte croissance, elle est tout à fait à sa place.

Le pays devrait dévoiler d’ici peu « China Standards 2035 », un ambitieux projet normatif. Ni l’association chinoise de normalisation ni le gouvernement n’ont répondu aux demandes de commentaires.

« Les normes techniques mondiales sont toujours en cours d’élaboration, a souligné Dai Hong, membre du comité national chinois de gestion de la normalisation, lorsque le projet a été annoncé en 2018. Pour l’industrie et les normes chinoises, c’est l’occasion de surclasser le monde. »

La montée en puissance de Pékin coïncide avec un certain immobilisme des champions historiques des normes. Au sein de l’ISO ou d’entités similaires, les délégations chinoises possèdent deux fois plus de postes de secrétaire qu’il y a dix ans, des rôles qui permettent d’influencer les propositions, les débats et les priorités. Inversement, la vieille garde (Etats-Unis, Allemagne ou Royaume-Uni) a fait du surplace

Ces dernières années, la Chine a plus cherché que l’Occident à faire coïncider normes, nouvelles technologies et intérêts nationaux, estiment des chercheurs et des experts qui observent le développement industriel du pays.

Ce sont ainsi des Chinois qui dirigent quatre organisations internationales de normalisation, dont l’Union internationale des télécommunications, un groupe des Nations unies consacré à la téléphonie et à Internet, et la Commission électrotechnique internationale, groupe sectoriel qui traite d’électronique et d’électricité. Entre 2015 et 2017, c’est aussi un Chinois qui était à la tête de l’Organisation internationale de normalisation, l’entité qui, des baskets aux systèmes de gestion en passant par les huiles essentielles et les sex toys, produit les célèbres « normes ISO ».

La montée en puissance de Pékin coïncide avec un certain immobilisme des champions historiques des normes. Au sein de l’ISO ou d’entités similaires, les délégations chinoises possèdent deux fois plus de postes de secrétaire qu’il y a dix ans, des rôles qui permettent d’influencer les propositions, les débats et les priorités. Inversement, la vieille garde (Etats-Unis, Allemagne ou Royaume-Uni) a fait du surplace.

Les concurrents de l’Europe sont « très actifs dans l’élaboration des normes internationales sur des marchés clés afin de protéger et renforcer leurs avantages compétitifs », a déclaré en juin dernier Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur. Ne pas réagir, c’est risquer de pénaliser « notre compétitivité économique et notre leadership technologique », avait-il ajouté.

Dans les années 1990, l’Allemagne et d’autres économies avancées avaient poussé la Chine à adopter les normes internationales. Mais aujourd’hui, patrons et politiciens chinois ont une maxime : les entreprises de troisième catégorie fabriquent les produits, les entreprises de deuxième catégorie les technologies et les entreprises de première catégorie les normes.

D’après des documents officiels, Pékin et les pouvoirs publics régionaux versent chaque année des aides pouvant aller jusqu’à un million de yuans, soit environ 155 000 dollars, aux entreprises qui participent à l’élaboration des normes internationales au sein de l’ISO ou d’autres entités.

De son côté, le soutien financier de l’Occident à la rédaction des normes (une activité qui peut prendre des années et coûter très cher en recherche et en négociation) est allé en rapetissant. Si rien ne change, « il ne faudra pas s’étonner de jouer en suivant les règles chinoises », prévient ainsi Christoph Winterhalter, directeur général du DIN, l’organisme allemand de normalisation.

Contrairement à son équivalent (public) chinois, le DIN est un organisme privé, essentiellement financé par la vente des normes et les cotisations de ses membres ; l’argent public ne représente que 10 % de son budget.

Rompre avec la tradition

En 2016, à l’occasion d’une réunion du Third Generation Partnership Project (3GPP), la Chine n’a pas caché ses ambitions : Huawei Technologies a demandé l’adoption de la norme que le géant des télécoms privilégiait pour corriger les erreurs lors des transferts de données 5G. La proposition concurrente, émanant de Qualcomm, faisait alors largement consensus.

Mais lors cette réunion de l’organisation qui définit les normes relatives à la 5G, Huawei a décidé que l’heure n’était plus à la déférence. Les débats passionnés se sont poursuivis jusque tard dans la nuit.

Les dirigeants de Huawei ont fait savoir à leurs homologues chinois présents lors de la réunion qu’ils comptaient sur leur soutien, raconte Tong Wen, chercheur chez Huawei qui a participé à la manœuvre. « Et, bien sûr, ils ont entendu ces demandes », résume-t-il.

L’impasse s’est soldée par un compromis inédit : les deux normes ont été adoptées.

Dans beaucoup de technologies de nouvelle génération, la Chine mène la danse dans les normes parce qu’elle a aussi une longueur d’avance sur le terrain. Quand les autorités européennes ont lancé un projet de fabrication de batteries au lithium, elles ont été surprises de constater que la Chine était déjà en train d’établir un comité ISO, d’en organiser le secrétariat et d’en nommer les responsables

Un an plus tard, Huawei a proposé un candidat à la direction de l’un des principaux groupes de travail de l’organisation contre celui de Qualcomm. Avant le vote, le président a demandé aux représentants chinois de ne pas prendre leur téléphone dans l’isoloir (ce que font les délégations chinoises lors de certaines réunions à l’ONU).

Il craignait en effet (à raison, puisque cela a été confirmé par des responsables d’autres entreprises) qu’ils ne prennent leur bulletin en photo pour prouver qu’ils avaient bien voté pour le candidat de Huawei, raconte une source proche du dossier. Le porte-parole de Huawei a déclaré que l’entreprise agissait « de façon parfaitement transparente et concertée, dans la lettre comme dans l’esprit du processus normatif ».

Huawei, qui détient plus de brevets 5G que n’importe quel autre groupe, est également celui qui propose le plus de normes au 3GPP, selon la société allemande d’analyse de données IPlytics. Un quart de ses 35 000 propositions ont été approuvées.

« C’est un piège »

En avril, quand la Covid-19 a déferlé sur le monde, les représentants chinois à l’ISO ont présenté un projet de ville high-tech capable de fonctionner en temps de pandémie. Il portait sur les normes de collecte de données locales de type trafic routier ou urgences médicales. Certains représentants se sont demandé si ces propositions ne reflétaient pas plutôt le goût des autorités chinoises pour le recueil de données, raconte une personne ayant assisté à la réunion.

« C’est un piège » », a résumé Akira Amari à l’époque. S’il est validé, le projet permettrait à la Chine « de définir la norme, d’exporter les systèmes et d’utiliser les données de ces systèmes et de les centraliser à Pékin », a-t-il ajouté.

Wan Biyu, scientifique en chef du think tank chinois Smart City Joint Labs à l’origine de la proposition, rejette les accusations d’Akira Amari. Pour lui, les lois nationales de protection des données peuvent empêcher la collecte d’informations personnelles.

Dans beaucoup de technologies de nouvelle génération, la Chine mène la danse dans les normes parce qu’elle a aussi une longueur d’avance sur le terrain. Quand les autorités européennes ont lancé un projet de fabrication de batteries au lithium, elles ont été surprises de constater que la Chine était déjà en train d’établir un comité ISO, d’en organiser le secrétariat et d’en nommer les responsables.

Dans des projets en Indonésie ou au Nigéria, Pékin utilise aussi l’initiative des Nouvelles routes de la soie pour promouvoir les normes chinoises, y compris dans des secteurs ancestraux tels que le ferroviaire ou le transport d’électricité. La Chine propose des subventions pour remporter les contrats puis applique ses propres normes : si les pays qui ont passé commande veulent revenir aux normes internationales, ils devront débourser des sommes colossales, racontent des experts.

En revanche, quand les normes touchent à sa souveraineté, Pékin se montre beaucoup moins enthousiaste. En mars 2019, le comité ISO chargé des systèmes de transcription des langues parlées à travers le monde sur un clavier occidental a reçu un projet de norme pour le cantonais, un dialecte chinois parlé par quelque 65 millions de personnes à Hong Kong et dans le sud-est de la Chine.

Les experts hongkongais l’avaient préparé dans l’idée de protéger l’identité culturelle du territoire. Mais, selon un représentant européen ayant eu connaissance du message, la délégation chinoise s’y est opposée, affirmant que la norme actuelle, qui concerne le mandarin, langue officielle de la Chine, était suffisante.

Lors d’une réunion au Canada, deux mois plus tard, les représentants ont étudié la proposition. Les pro-Hong Kong ont affirmé que, même s’ils s’écrivaient avec des caractères similaires, le cantonais et le mandarin étaient deux langues différentes.

Une délégation chinoise inhabituellement conséquente a, elle, projeté des dizaines de diapositives attaquant frontalement la proposition et agaçant une partie des participants, ont raconté trois sources. Un membre de la délégation chinoise a expliqué au Wall Street Journal que le système de translittération envisagé n’était utilisé qu’à Hong Kong, et pas par les 60 millions de locuteurs cantonais vivant dans le reste de la Chine.

La proposition a obtenu le soutien des Etats-Unis, du Canada et de la Russie, mais a achoppé sur un point administratif. En mai, elle a été soumise une nouvelle fois et, en septembre, le responsable français du comité a confirmé sa validation, étape préalable à l’adoption, ont indiqué des sources.

Peu après, la Russie a retiré son soutien sans fournir d’explications, suspendant l’adoption, au moins de façon temporaire. L’agence russe de normalisation n’a pas donné suite aux demandes de commentaires.

Chieko Tsuneoka et Josh Chin ont contribué à cet article

(Traduit à partir de la version originale en anglais par Marion Issard)

Traduit à partir de la version originale en anglais

Chine – Etats-Unis : une guerre technologique qui va durer

 Chine – Etats-Unis : une guerre technologique qui va durer

L’expert de l’industrie chinoise Jean-François Dufour montre, dans une tribune au « Monde », comment Washington s’efforce de bloquer l’accès de Pékin aux semi-conducteurs, composants incontournables pour le développement industriel chinois.

Tribune.

 

 Le gouvernement chinois voit partir avec Donald Trump un adversaire qui faisait beaucoup de bruit. Mais Pékin sait que son véritable problème va rester : la politique d’endiguement technologique menée par Washington, fruit d’une évolution de plus long terme et plus discrète, a passé un cap décisif en 2020.

La guerre commerciale contre la Chine, lancée en 2018 par le président sortant des Etats-Unis, a des chances de s’apaiser avec son successeur. Mais elle est restée un problème marginal pour les autorités chinoises : elle a été inefficace, et leur a même permis de remobiliser les troupes en démontrant le bien-fondé de leur politique d’indépendance économique nationale.

Le souci bien plus important de Pékin est que la guerre technologique, beaucoup plus décisive, a toutes les chances de se poursuivre. Elle n’est en effet pas le résultat d’un mouvement d’humeur ni de la décision d’un homme. Elle a commencé bien avant Donald Trump : on peut dater son premier épisode important du premier veto à une acquisition du groupe chinois Huawei, en 2008 ; surtout, elle est l’aboutissement d’une réflexion stratégique de l’administration américaine.

Action américaine

Son objectif est d’endiguer l’émergence technologique accélérée de la Chine. Elle est devenue une urgence aux yeux de Washington en 2015, lorsque la Chine de Xi Jinping, en publiant son plan « Made in China 2025 », n’a plus caché ses ambitions.

Cinq ans plus tard, en 2020, cette stratégie a trouvé son moyen le plus minuscule – il se mesure en nanomètres –, mais aussi le plus efficace : les semi-conducteurs sont au cœur de tous les projets technologiques de la Chine. Depuis les véhicules autonomes jusqu’aux réseaux électriques intelligents, en passant par l’usine du futur qui doit les fabriquer et les équipements de télécommunications qui doivent les faire fonctionner, ces composants électroniques sont incontournables. Et ils sont aussi le talon d’Achille de l’industrie chinoise, qui en consomme cinq fois plus qu’elle n’en produit.

L’exploitation américaine de cette faiblesse s’est concentrée dans un premier temps sur Huawei, le premier équipementier de télécommunications au monde, devenu en quelques années le symbole de la progression technologique chinoise en tant que pionnier de la 5G. Elle s’est faite en deux étapes.

La première, inscrite en 2019 dans le contrôle des ventes de semi-conducteurs américains au groupe chinois, s’est avérée relativement inefficace. Huawei a en effet démontré une capacité de réaction d’une rapidité inattendue, avec la conception de ses propres

 

 

La guerre des métaux rares ( institut Michel Serre )

La guerre des métaux rares ( institut Michel Serre )

 

Dans son livre « La guerre des métaux rares. La face cachée de la transition énergétique et numérique », Guillaume Pitron présente les coulisses de la transition énergétique. Et selon lui, elle ne serait pas si durable que cela. Entretien.

 

. Pouvez-vous nous expliquer votre thèse ?

 

Guillaume Pitron : Pour la même production d’énergie, les technologies utilisées aujourd’hui consomment davantage de ressources que les technologies précédentes. Plus nous irons vers les technologies vertes, plus nous aurons besoin de ressources. La transition énergétique veut prôner la sobriété, mais nécessite l’inverse pour être rendue possible. En clair : elle nécessite davantage de ressources et c’est un paradoxe. Nous sommes dans un système de gaspillage, il faut rationaliser les ressources. On sait recycler les métaux rares, mais cela coûte trop cher, car ils sont souvent sous forme d’alliages, des « composites », donc on ne le fait pas. On préfère les jeter lorsqu’ils sont usagés, plutôt que de payer un peu plus cher nos biens technologiques. Aujourd’hui, on ne recycle que 1 % des terres rares, mais c’est bien 100 % de tous les métaux rares qu’il faut recycler. Toutefois, même si l’on recyclait l’ensemble des métaux utilisés aujourd’hui, il faudrait toujours aller en chercher plus, c’est inévitable. Nos besoins augmentent de 5 % par an, la production est multipliée par deux tous les 15 ans. Il faut également lutter contre l’obsolescence programmée, substituer les métaux énergivores et faire de l’éco-conception.

ETI : La Chine produit 95% des terres rares et a le quasimonopole sur d’autres métaux rares. Elle impose des quotas et des embargos. Aura-t-on assez de métaux pour assurer la transition énergétique ?

G.P : C’est vraiment une question qu’il faut se poser. Il faut souligner un véritable paradoxe : nous sommes dans un monde d’énergies renouvelables qui nécessite des matières premières non renouvelables pour être exploitées. D’un côté, certains observateurs disent que nous aurons toujours assez de métaux. Selon eux, le progrès technologique est une course permanente entre l’épuisement des ressources et le fait que l’on utilise les ressources de manière toujours plus efficiente. Après tout, cela fait 40 ans que la fin des réserves de pétrole est repoussée. Pour retarder ces échéances, nous développons de nouvelles technologies qui permettent d’aller chercher le pétrole toujours plus profondément. C’est la même chose pour les métaux. Certains disent que ces métaux sont présents partout dans les océans et dans l’espace et qu’il suffit d’aller les chercher. Une autre école dit que le problème n’est pas tant géologique que technologique. À force d’aller toujours plus loin, nous arrivons à un plafond. Sans compter les impacts sur les écosystèmes que cela peut provoquer. Compte-tenu de notre rythme de consommation, il y a des pénuries de métaux annoncées à court ou moyen terme. De nouvelles technologies vont bien sûr apparaître et de nouveaux gisements vont être découverts. Mais il faudra toujours utiliser davantage d’énergie pour aller les chercher. Les limites de l’extraction minière ne sont pas quantitatives, mais énergétiques. Entre les deux positions, il faut savoir jusqu’où nous sommes prêts à aller pour un modèle dit durable et à base d’énergies renouvelables, mais reposant sur l’extraction de minerais non renouvelables. Personnellement, je suis inquiet.

 

Vous qualifiez de la France de « géant minier en sommeil », prônez-vous le retour de mines en France ?

 

Je pense qu’il faut assumer une part de ce fardeau. Il est trop facile de délocaliser la pollution et laisser d’autres pays extraire des minerais sans lesquels nous ne pourrions pas parler de transition énergétique en France. Il faut que nous assumions une partie de ce fardeau, à parts égales de notre PIB par exemple. Ce serait une position juste. Il faut que le grand public prenne réellement conscience du coût réel de la transition énergétique en termes d’extraction minière. Nous pourrions alors accepter de dépenser un peu plus d’argent pour un téléphone propre avec des minerais exploités dans une mine un peu plus responsable qu’une autre. Cela permettrait à ce type de marché d’émerger, et permettrait de modifier le reste du marché. Dans ces conditions, on peut imaginer que si la Chine voulait continuer à vendre des métaux à l’Occident, elle devrait davantage prendre en compte cette nouvelle exigence.

 

ETI : Beaucoup d’entreprises ne semblent pas se soucier de leur approvisionnement en métaux rares. Comment l’expliquez-vous ?

G.P : En 2010, la Chine a mené un embargo sur les terres rares contre le Japon. De grands groupes français ne savaient pas ce qu’étaient les terres rares à l’époque, car ils achètent des composants qui sont assemblés pour faire des produits finis. La chaîne logistique entre le minerai et l’industriel final comprend au moins une quinzaine d’intermédiaires. Celle-ci peut donner l’illusion d’une abondance. L’industriel est déresponsabilisé et le risque de manquer de métaux est transféré à ses fournisseurs. Mais il est tout le temps exposé en réalité.

 

ETI : Les véhicules du futur demanderont-ils moins de métaux ?

 

G.P : Il y aura toujours des métaux dans les véhicules. Les technologies qui permettent de propulser les véhicules utiliseront toutes des métaux rares. En plus, il y a de plus en plus de technologies embarquées. Les voitures autonomes qui arrivent bientôt sur le marché sont bourrées de radars et produisent une multitude de données numériques. Demain, la voiture sera un cocktail de technologies vertes et numériques. Même si l’on change la propulsion, il y aura toujours des caméras à l’avant et à l’arrière, des ordinateurs de bord. Derrière, les infrastructures pour traiter les données vont se multiplier, nécessitant notamment des supercalculateurs et des data centers. De nombreux problèmes environnementaux se posent en Chine pour l’extraction des terres rares. Des problèmes similaires se posent d’ores et déjà en Amérique latine, en particulier du fait de l’extraction du lithium, dans les soussols des déserts de sel boliviens, chiliens et argentins. Le lithium n’est pas considéré comme rare, mais sa production mondiale, dopée par la forte croissance du marché des voitures électriques, va exploser dans les prochaines années. La pollution concerne tous les pays producteurs, à l’image, par exemple, de la République démocratique du Congo, qui satisfait plus de la moitié des besoins de la planète en cobalt. L’extraction de cette ressource, indispensable à la fabrication de nombreux types de batteries lithium-ion utilisées dans les véhicules électriques, s’opère dans des conditions moyenâgeuses. Cent mille mineurs équipés de pelles et de pioches transpercent la terre toute l’année pour se procurer le minerai

Pêche- Brexit : les navires de guerre britannique mobilisés !

Pêche- Brexit  : les navires de guerre britannique mobilisés !

Le déploiement de quatre patrouilleurs, intervient alors que le gouvernement conservateur a discrètement doublé au cours des derniers mois la flotte totale de patrouilleurs du Royaume-Uni, en la portant de quatre à huit vaisseaux. « Nous avons beaucoup travaillé pour nous assurer que nous serons prêts à faire face à toute éventualité », a déclaré un proche du dossier interrogé par The Guardian.

Deux navires patrouilleront donc en mer et deux autres se tiendront prêts à intervenir au cas où des bateaux de pêche pénétreraient dans la zone britannique de pêche. La pêche reste l’un des principaux points de friction dans les négociations commerciales entre l’UE et le Royaume-Uni. Selon un responsable de l’UE, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a cependant déclaré vendredi aux dirigeants du bloc, réunis en sommet à Bruxelles, qu’un « no deal » était plus probable qu’un accord. En l’absence d’accord, la Grande-Bretagne perdrait à partir du 1er janvier le libre accès au marché unique du bloc, riche de 450 millions de consommateurs.

« Risque de guerre civile» ? (Général de Villiers )

 « Risque de guerre civile» ?  (Général de Villiers )

Face aux climat délétère dans nombre de domaines, le général Pierre de Villiers évoque le risque de guerre civile. «Six crises se superposent : sanitaire, sécuritaire, économique, financière, géostratégique et évidemment politique», alerte le général Pierre de Villiers dans un entretien au Parisien .

 

Pour l’ancien chef d’état-major des armées, face à un «climat actuel au mieux morose, au pire éruptif, en tout cas très instable», les Français ont besoin d’autorité et d’une stratégie claire «qui amène la confiance», «carburant de l’autorité». Alors que la situation était «très dégradée» avant le début de la pandémie, le confinement est comme «un couvercle sur la marmite».

 

Les changements successifs de stratégie, les incohérences au sein même du gouvernement, les ordres contradictoires expliquent pour le général «cette crise d’autorité». L’issue ne sera pas immédiate malgré des efforts, «on va mettre trois, quatre, cinq générations à restaurer l’équilibre entre fermeté et humanité. [...] La tâche est gigantesque».

 

Le général de Villiers appelle le gouvernement à «donner un ordre d’idée du temps, avec les points essentiels à résoudre» qui sont «la réhumanisation de la société», «la cohésion nationale» et le travail. Le général croit au «génie propre de la France» mais elle doit «sortir de cette dépression collective» en «rassemblant les bonnes volontés et les talents» et en «réconciliant les Français», avant «qu’il ne soit trop tard».

Ethiopie: nouvelles menaces de guerre avec l’Érythrée du fait du Tigré

Ethiopie: nouvelles menaces de guerre avec l’Érythrée du fait du Tigré  

Dans une des zones les plus pauvres du monde et qui a déjà connu les pires guerres recommence un conflit initié par la région éthiopienne du Tigré qui réclame son indépendance. Une guerre complètement irresponsable qui va encore répandre une fois de plus la mort et la misère dans ces régions qui ont déjà été dévastées pendant des dizaines d’années.

Il y a d’abord eu la guerre d’indépendance de l’Érythrée qui a duré une trentaine d’années .

Une nouvelle guerre entre l’Érythrée et l’Éthiopie s’est développée de mai 1998 à juin 2000. Pour les questions de découpages frontaliers relativement d’ailleurs mineur puisque désertiques. Les deux pays ont engagé des forces considérables et subit d’énormes pertes.

Maintenant c’est donc la région éthiopienne du Tigré qui a déclaré dimanche que ses forces avaient bombardé samedi soir l’aéroport d’Asmara, la capitale de l’Érythrée, confirmant des informations rapportées par des diplomates.

Debretsion Gebremichael, président de l’exécutif régional du Tigré, a ajouté que ses forces étaient engagées depuis plusieurs jours dans un conflit contre l’Érythrée “sur plusieurs fronts”, sans plus de précisions, en plus des combats contre les troupes gouvernementales éthiopiennes.

Le bombardement de l’aéroport d’Asmara marque une escalade majeure dans le conflit qui secoue depuis 12 jours le Tigré, à la suite d’une offensive militaire lancée par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed.

Le problème c’est que la guerre pourrait s’étendre dans la région avec une éventuelle reprise des hostilités sur la question des frontières.

12345...10



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol