Archive pour le Tag 'Guérini'

Guerini, Le patron de LREM, contraint de défendre de Rugy

Guerini, Le patron de LREM ,contraint de défendre de Rugy

 

 

 

Alors que la plupart des ténors de la république en marche ont pour le moins pris des distances avec de Rugy (Griveaux  allant même jusqu’à déclarer que de Rugy offrait une image terrible), Stanislas Guerini s’est chargé d’apporter un soutien à de Rugy. Un soutien qui n’engage pas réellement le gouvernement, le Premier ministre ou même la majorité. On sait en effet que Stanislas Guerrini fait de la figuration. Officiellement il est délégué général de la république en marche mais n’influence en rien le gouvernement et a fortiori Macon. Pour preuve Guerini s’est même offusqué de l’extrême centralisation du parti après les nominations par un comité indépendant des candidatures aux municipales. Curieux, on aurait pu penser que le délégué général de la république en marche avait son mot à dire à propos de ces candidatures. Comme de Rugy apparaît lâché par beaucoup de responsables politiques y  compris de la majorité, on a sûrement demandé à Stanislas Guerini d’équilibrer un peu la balance et de soutenir même mollement de Rugy  encore accusé de n’avoir pas payé d’impôts en 2015  «Aucune irrégularité d’aucune sorte dans ce nouvel article.» Dans un tweet publié ce samedi matin, Stanislas Guérini, délégué général de La République en Marche (LREM), défend le ministre François de Rugy après la publication d’un nouvel article embarrassant. Donc aucune irrégularité d’aucune sorte dans ce nouvel article. J’espère que ceux qui se sont fait l’écho des soupçons qui sont donc infondés sur @FdeRugy apporteront autant de soin à rétablir la vérité.  Une seule raison : les dons de 1 200€ que je faisais chaque mois au parti EELV en tant que député du groupe EELV, comme TOUS les autres députés du groupe. La question est de savoir ce que rembourse ensuite le parti politique comme frais ? De toute manière, cette bizarrerie s’ajoute à bien d’autres.

Selon le site, Mediapart,  François de Rugy n’a pas été imposable en 2015 pour ses revenus déclarés de 2014. Conformément à la loi à l’époque, celui qui était alors député n’était pas imposable sur la totalité de son revenu. Il a pu également retrancher de son revenu imposable une partie des dons faits à des «organismes reconnus d’intérêt général», écrit le média en ligne. Il a enfin bénéficié de crédits d’impôt liés à la garde d’enfant.

La fin de Guérini dans les Bouches-du-Rhône

La fin de  Guérini dans les Bouches-du-Rhône

La fin sans doute d’un baron au parcours plus que sulfureux et qui devra laisser la place à la droite. Finalement une évolution qui réjouit aussi le PS qui va pouvoir assainir ses pratiques dans les bouches du Rhône. Ceci étant la droite a aussi du travail d’assainissement à faire dans ses rangs notamment à Marseille.  Fin  de règne donc pour  Jean-Noël Guérini, l’ex-baron socialiste qui n’a pas réussi à imposer son mouvement dissident lors d’un premier tour dominé par le Front national. S’il devrait conserver son canton du centre-ville de Marseille, le président de l’assemblée départementale depuis 1998 a de fortes chances de devoir céder son fauteuil à l’UMP. « Il ne faut jamais devancer les résultats », dit celui qui préside encore aux destinées d’un conseil général des Bouches-du-Rhône qui a toujours été dirigé par la gauche. Mais la marche semble aujourd’hui bien haute pour Jean-Noël Guérini, qui misait avant le scrutin sur une majorité relative qu’il estimait suffisante pour contrarier l’ambition de sa rivale UMP, Martine Vassal. « C’est un résultat historique puisque nous sommes présents au second tour dans 18 des 29 cantons des Bouches-du-Rhône et que nous sommes en situation de gagner le département », déclare cette dernière. « Aujourd’hui, nos adversaires sont le Front national et l’abstention car, quand on regarde les résultats, on voit bien que cela en est terminé de l’ère Guérini. » Une partie de la gauche salue aussi ouvertement la « fin annoncée du guérinisme », se disant même prête à asséner le coup fatal à celui qui a quitté le PS en avril dernier avant d’en être exclu en raison de ses multiples mises en examen. « La question Guérini, les électeurs l’ont réglée », dit le député socialiste Jean-David Ciot, premier secrétaire controversé d’une fédération socialiste des Bouches-du-Rhône où nombreux sont ceux qui exigent sa démission en raison d’une proximité supposée avec le leader de la « Force du 13″. « Le système Guérini est mort », juge l’ancien chef de file socialiste aux municipales de Marseille, Patrick Mennucci, estimant d’une « extrême gravité » l’échec du PS au premier tour. L’ex-magistrate Laurence Wichnievsky, candidate écologiste dans le canton où le sénateur a été contraint au duel par la poussée du Front national, lâche: « Tout plutôt que Guérini ».

Guérini quitte le PS….avant d’être viré

Guérini quitte le PS….avant d’être viré

 

Juste avant d’être viré du PS, Jean-Noël Guérini, sénateur et président du conseil général des Bouches-du-Rhône, a annoncé ce lundi qu’il quittait le Parti socialiste, « après 47 ans de militantisme« . « Ce parti, je ne le reconnais plus. Je ne m’y reconnais plus« , a notamment déclaré Jean-Noël Guérini dans un communiqué. « Depuis maintenant quatre ans, je suis la cible d’attaques de socialistes, qui n’ont eu de cesse de me déshonorer, en distillant bien des contre-vérités, pour jeter le discrédit et la suspicion sur ce que j’ai fait et sur ce que je suis. » Empêtré dans plusieurs affaires judiciaires depuis 2011, Jean-Noël Guérini devrait être jugé notamment pour détournement de fonds publics au conseil général, et a été mis en examen en septembre 2011 pour association de malfaiteurs. Les socialistes « n’ont eu de cesse d’instrumentaliser une interminable instruction judiciaire qui, certes, me vaut d’être mis en examen, mais dans laquelle je n’ai pas été jugé« , poursuit le président du conseil général des Bouches-du-Rhône. Jean-Noël Guérini se montre aussi très critique vis à vis de la stratégie socialiste, notamment durant la campagne des municipales à Marseille, durant laquelle l’une des ses proches avait ouvertement soutenu Jean-Claude Gaudin. Il parle ainsi de la « débâcle électorale de 2014 [qui] a rayé d’un trait de plume les victoires des socialistes acquises« . Il pointe du doigt des « irresponsables, incapables de parler au peuple de Marseille et dont l’aveuglement a permis de faire élire un maire Front national dans le 7eme secteur de la ville peuplé de 150.000 habitants« . Des mots durs qui s’adresse, sans le nommer, à Patrick Mennucci, candidat socialiste malheureux aux dernières municipales à Marseille. Les deux hommes se sont d’ailleurs plusieurs fois opposés depuis plusieurs mois. Sur France Info, Patrick Mennucci a réagi avec amertume à cette annonce, regrettant que le PS ne l’ai pas exclu plus tôt : « La sanction aurait du venir du Parti socialiste depuis longtemps« .

 

Marseille-Guérini : « Si je parlais, certains ne seraient plus ministres »

Marseille-Guérini : « Si je parlais, certains ne seraient plus ministres »

(INTERVIEW JDD)

Sans vos déboires judiciaires, vous auriez été le candidat incontesté de la gauche à Marseille. Vous en êtes devenu le pestiféré. Avez-vous l’intention de vous venger?
Que tous se rassurent, je n’ai pas de haine. J’ai beaucoup réfléchi avec un ancien prieur des dominicains. Il m’a appris que la haine est inutile. En revanche, je n’oublie rien. Mais je comprends l’inquiétude de ceux qui m’accablent, notamment au Parti socialiste. Car ils n’ont pas de leçon d’éthique à me donner. Si je parlais, certains ne seraient plus ministres…

Cela sonne comme une menace. Si vous avez des éléments, pourquoi ne pas les livrer?
Je ne suis pas audible pour l’instant. Mon dossier est instruit à charge et les médias l’instrumentalisent. J’ai le sentiment d’avoir déjà été condamné. Le moment venu, je donnerai « ma part de vérité », sans doute dans un livre. Tout ce que j’avancerai sera alors étayé par des preuves.

Votre immunité parlementaire est suspendue, vous êtes convoqué par le juge. Cela pose tout de même quelques « interdits », non?
Je suis convoqué dans une dizaine de jours, et quelles que soient les explications que j’apporterai, je crois que le juge veut me mettre en examen au terme d’une garde à vue, pour une affaire de licenciement abusif… Mais je sais que je suis innocent et que je n’ai jamais touché un centime.

Affaire Guérini : Montebourg condamné et content

Affaire Guérini : Montebourg condamné et content

Eprouvé dans le dossier Florange, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a connu lundi un nouveau déboire avec sa condamnation pour atteinte à la présomption d’innocence du sénateur PS Jean-Noël Guérini, une décision dont il a décidé de faire appel.   »C’est un honneur d’être condamné à la demande de M. Guérini, qui est poursuivi pour association de malfaiteurs, trafic d’influence et beaucoup d’autres choses pas très honorables », a réagi le ministre condamné à verser au sénateur 2.000 euros de dommages et intérêts au titre du préjudice moral et 3.000 euros pour les frais de justice.  M. Montebourg va faire appel de cette décision, a indiqué dans la soirée à l’AFP son avocat Me Christian Charrière-Bournazel.  Ses propos étaient tenus « en réaction à des provocations dont il faisait l’objet », a rappelé son conseil, soulignant que cette décision de justice intervient alors que le Sénat a décidé la semaine dernière de lever l’immunité parlementaire de Jean-Noël Guérini.  Cette condamnation « renforce ma volonté de poursuivre le combat que je mène pour prouver mon innocence » a quant à lui déclaré sur son blog M. Guérini, qui réclamait 50.000 euros de dommages et intérêts.  Dans une interview publiée sur le site du quotidien régional La Provence le 29 mars 2011, Arnaud Montebourg (PS) estimait que les faits reprochés à Alexandre Guérini, mis en examen dans une vaste affaire de marchés publics, n’avaient pu « aboutir » sans la « complicité » de son frère Jean-Noël, président du département des Bouches-du-Rhône et patron de la fédération départementale du PS.   »Complicité que relèvent de nombreuses pièces versées à la justice et à Martine Aubry », alors première secrétaire du PS, déclarait M. Montebourg dans l’interview.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol