Archive pour le Tag 'gronde'

Castaner gronde les députés LREM plaintifs

Castaner gronde les députés LREM plaintifs

 

 

Visiblement Macron commence à être un peu agacé par le comportement de certains députés en marche qui se plaignent de ne pas être suffisamment rémunérée ou de travailler trop. Il ne devrait pas être étonné de ces réactions car il a recruté un peu n’importe qui uniquement sur CV sans même se préoccuper des convictions citoyennes et du passé sociétal des intéressés. Du coup Castaner, le nouveau patron, d’en marche a grondé les députés mécontents. Il en profite pour taper aussi sur les doigts de Richard Ferrand qui visiblement ne dispose pas de la crédibilité nécessaire pour faire taire les grincheux et éviter certaines bavures.  Kastner a sans doute aussi raison de critiquer une certaine forme de suffisance voire d’arrogance de députés plus proches d’une posture de directeur de start-up que de celle d’un représentant du peuple.  En cause notamment, le fait que certains parlementaires se soient récemment plaints des exigences de leur nouvelle vie dans la presse… Comme Véronique Hemmerer, élue de Haute-Gironde, qui a regretté dans Sud Ouest que son mari ne puisse pas s’acheter de Porsche Cayenne à cause de leur nouvelle exposition. Idem avec le député du Rhône Bruno Bonnell, qui s’est fait le porte-voix des jeunes conseillers ou élus qui vont au devant «d’ultimatums familiaux (…) du genre “si tu y retournes je te quitte”». Dernier exemple, enfin, avec cette élue qui – sous couvert d’anonymat cette fois – affirme qu’elle «mange pas mal de pâtes» et qu’elle a «ressorti les vêtements de la cave» depuis que son passage du privé au public a réduit son salaire de 8000 euros à 5000 euros par mois. «Être député et se plaindre de son niveau de vie, c’est inacceptable! Cependant je peux mesurer que certains députés, qui avaient avant une vie organisée, sont tombés dans un véritable tourbillon. Il convient néanmoins de souligner que le rythme parlementaire n’est pas plus élevé que dans le passé», s’est agacé Christophe Castaner.

Présidentielle: La « Haute autorité du PS » gronde mollement les soutiens à Macron

Présidentielle: La « Haute autorité du PS »  gronde mollement les soutiens à Macron

 

Pour ménager l’avenir sans doute, la haute autorité du PS  s’est limitée à gronder les socialistes soutiens de Macron. Qui «  nombreux désertent le camp socialiste …en raison des réserves sur la campagne de Hamon »». Un véritable aveu de catastrophe annoncée. Une condamanation cependant molle. En cause sans doute, le fait que pour avoir des chances d’être élus nombre de socialistes auront besoin dune alliance avec Macron lors des législatives.  « La haute autorité dénonce seulement  des attitudes contraires au « principe de loyauté ». La Haute autorité éthique du parti a appelé samedi les socialistes à respecter la primaire qui a désigné Benoît Hamon comme candidat à la présidentielle, déplorant que certains tablent « manifestement sur la victoire d’un autre candidat, Or la Haute Autorité Ethique constate que, régulièrement, des adhérents du Parti socialiste, et notamment des élus, tablant manifestement sur la victoire d’un autre candidat, font connaître leur préférence pour celui-ci, ce qui revient à nier le processus électoral des Primaires Citoyennes », déplore la Haute autorité dans un communiqué. « Cette préférence se manifeste plus ou moins intensément, qu’il s’agisse de l’annonce du vote pour un autre candidat, du ralliement pur et simple ou de la recherche d’une investiture concurrente pour les élections législatives », constate-t-elle, alors que de nombreux socialistes désertent la campagne au profit notamment du leader d’En marche, Emmanuel Macron, qui n’est pas passé par les Primaires citoyennes. Cette attitude est contraire au « principe de loyauté » qui oblige les adhérents du PS « à ne soutenir que les seuls candidats à des fonctions électives effectivement investis ou soutenus par le Parti socialiste, quelles que soient les réserves qu’ils déclarent éprouver à l’égard de la manière dont le candidat investi mène sa campagne », rappelle la Haute autorité.

Situation économique France : Moscovici « gronde la France

Situation économique France : Moscovici « gronde la France

Situation un peu ubuesque avec cette condamnation de la France par la commission économique européenne qui s’exprime notamment à travers la voix de Moscovici ancien ministre des finances précisément de la France. Un Moscovici qui pourtant n’a guère brillé pour ses innovations  et son dynamisme et qui n’a pas engagé les réformes structurelles qu’il réclame maintenant.  L’institution bruxelloise reproche à l’Hexagone des « déséquilibres macroéconomiques excessifs », dans un rapport publié ce mardi 8 mars. Elle pointe notamment le niveau de dette publique de la France, qui « continue d’augmenter » alors même que compétitivité et productivité « ne se redressent pas clairement ». Quatre autres « mauvais élèves » européens sont également épinglés: le Portugal, l’Italie, la Croatie et la Bulgarie. Cette critique fait suite à l’examen approfondi de la situation macroéconomique de 18 des 28 pays membres de l’Union européenne par les services de la Commission. Pour ces cinq mauvais élèves, des réformes structurelles sont souhaitables aux yeux de l’exécutif européen. Au contraire de l’Espagne et de l’Allemagne où les déséquilibres pointés ne sont pas estimés excessifs. Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques, encourage la France à entreprendre des réformes plus en profondeur, déclarant ce mardi: « Aujourd’hui, nous voyons clairement que les pays qui sont parvenus à réformer leur économie rapidement et en profondeur recueillent les fruits de leurs efforts. D’autres doivent passer à la vitesse supérieure pour pouvoir offrir plus de croissance et d’emplois à leurs citoyens ». Le 15 avril 2015, la France avait tenté de montrer patte blanche à Bruxellesen présentant son « pacte de stabilité ». Sans succès. Le 25 janvier dernier, la Commission européenne publiait un rapport dans lequel elle s’inquiétait de la dette publique de la France, estimant que celle-ci restera stable jusqu’en 2020 avant de grimper inexorablement pour dépasser la barre des 100% du PIB en 2026.

Migrants : Paris appelle Rome à respecter la législation et Londres gronde Paris

Migrants : Paris appelle Rome à respecter la législation et Londres gronde Paris 

 

C’est le  chien qui se mord la queue, L’’italie croule sous l’arrivée des migrants dont l’Europe ne veut  pas.  L’Italie veut ouvrir se frontières vers l’Europe. La France proteste. Mais quand la France menace d’ouvrir ses frontières c’est la Grande Bretagne qui proteste. Bref une histoire de fous. On arrête les migrants, on les met dans des centres d’accueil ( dans le meilleur des cas), on occupe la bureaucratie pour gagner du temps(  il faut se rendre dans services immigration des préfectures pour comprendre !). de toute manière on ne peut renvoyer les migrants dans les pays en guerre et on ne veut pas non plus les régulariser. En clair on institutionnalise la clandestinité. La France a en effet appelé lundi l’Italie à respecter la législation en matière d’accueil des migrants et à accepter la mise en place de « centres d’attente », à l’heure où plusieurs dizaines de migrants sont massés à la frontière franco-italienne.  Le président du Conseil italien Matteo Renzi a réclamé ce week-end une modification des règles du droit d’asile en Europe et a une nouvelle fois reproché à ses partenaires européens d’avoir abandonné l’Italie face à l’afflux de migrants.  Avec 171.000 migrants débarqués sur ses rives l’an dernier, l’Italie est la principale porte d’entrée de l’immigration irrégulière en Europe, notamment en provenance d’Afrique.   »Il faut que l’Italie accepte que l’Union européenne mette en place ce qu’on appelle les « hotspots », les centres d’accueil où on distingue les migrants économiques irréguliers des demandeurs d’asile », a déclaré le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve sur BFM TV et RMC. « Il faut que l’Italie l’accepte parce que sinon la solidarité ne pourra pas marcher ».   »Il faut que ces migrants soient enregistrés, que leurs empreintes digitales soient prises et ensuite nous répartirons (les migrants entre les Etats membres NDLR), parce que nous sommes favorables à cela en terme de solidarité », a-t-il ajouté. ( une répartition pour 30 000 quand il y en aura 500 000 cette année ! Ndlr).  La commission européenne a présenté en mai sa nouvelle stratégie pour l’immigration, qui prévoit notamment une meilleure répartition des réfugiés entre les Etats membres.  Début juin, Paris et Berlin se sont dits prêts à examiner la proposition de la Commission européenne sur l’accueil des demandeurs d’asile à condition que ce dispositif soit « temporaire et exceptionnel » et obéisse à « une clé de répartition agréée et équitable ».   »Il y a la nécessité de faire respecter les règles de Dublin », a déclaré Bernard Cazeneuve. Cette législation contraint les migrants à faire leur demande d’asile dans le premier pays d’entrée lorsqu’ils arrivent sur le territoire de l’Union européenne.

 

Hollande gronde les députés

Hollande gronde  les députés

.

 

Pas aussi bête que ça Hollande, il a lu les sondages de samedi et a pu constater que les Français avaient peu apprécié les manœuvres politiciennes à l’assemblée. Du coup il s’appuie sur ces sondages pour gronder majorité et opposition ; un manière de tenter de récupérer ( mais  avec retard)  ce que pensent les Français. Ce qu’on appelle la prospective  dans le rétroviseur; En attendant Hoolnde plonge encore. Pas étonnant li aurait pu éviter la comédie du 49-3.  Ainsi, Hollande  a rappelé quelques banales évidences que la majorité gouvernementale a une « responsabilité » et doit disposer de « lucidité ». Après la semaine chargée du gouvernement qui a fait passer de force la loi Macron, le Président met en garde contre un risque de « défiance », « si les parlementaires ne font pas ce que veut le pays ». François Hollande se justifie sur le projet poussé par le ministre de l’Économie : « On n’allait pas encore passer trois mois ou quatre mois avant qu’il ne commence à produire ses effets. Je crois que ce message-là, il faut que certains l’entendent, qu’ils soient dans la majorité ou qu’ils soient dans l’opposition », a-t-il affirmé, à l’adresse notamment des députés frondeurs du groupe socialiste à l’Assemblée. Ces « frondeurs » de l’aile gauche du parti ont contraint mardi le gouvernement, en raison de leur opposition résolue à la loi Macron, à avoir recours à la dernière minute à l’article 49-3 de la Constitution pour faire passer de force le projet de loi. Plusieurs avaient annoncé leur intention de voter contre le texte. Et ce alors qu’une large majorité des Français (62%) seraient favorables aux mesures les plus connues de la loi Macron, selon un sondage IFOP pour Paris Match publié mardi.

Moscovici , faux-cul, gronde la France !

Moscovici , faux-cul,  gronde la France !

 

A peine gonflé Moscovici, lui qui a à peu près tout raté come ministre des finances de Hollande « juge maintenant sérieux » le problème de la France. Vraiment mal placé pour porter une télé appréciation négative dont il est en grande partie responsable. D’autant qu’en fait il n’a faiat guère preuve de rigueur, d’autorité et d’originalité dans son portefeuille de ministre français.  Le futur commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, a déclaré samedi que le déficit de la France, revu à 4,4% fin 2014, était « un problème sérieux » qu’il aurait à examiner en tant que gendarme du pacte de stabilité.  Paris pousse en faveur d’une plus grande souplesse sur la question des déficits au sein de la zone euro afin de relancer une croissance atone. Le ministre français des Finances Michel Sapin a annoncé cette semaine que le déficit public avait augmenté en 2014 et que l’objectif de le ramener à 3% du PIB était repoussé à 2017. La nouvelle trajectoire annoncée par la France, qui a déjà obtenu deux reports pour redresser ses comptes, en 2007 et 2013, n’est pas conforme à ses engagements, a réagi la Commission européenne. « Les 4,4% de déficit, c’est un problème sérieux, c’est un problème qu’il faut traiter, c’est un problème qu’il m’appartiendra aussi d’examiner », a déclaré samedi Pierre Moscovici sur BFM Business.  Dans le cadre des discussions avec la France, « il faut partir de données objectives », a-t-il ajouté. « Par exemple, Michel Sapin évoque des circonstances exceptionnelles, le rôle de la Commission, c’est de voir si, au regard de nos règles, ces circonstances sont réellement exceptionnelles ou pas. » Pierre Moscovici, prédécesseur de Michel Sapin aux Finances en France, sera sous surveillance à Bruxelles, où il sera le représentant d’un pays jugé peu crédible dans sa lutte contre les déficits. Il a déjà indiqué qu’il ne donnerait aucune dérogation à Paris sur le respect des règles de redressement de ses finances publiques, tout en précisant qu’il examinerait les efforts entrepris, les économies réalisées et les réformes menées. « Quand on devient commissaire européen, on reste quelqu’un qui a sa nationalité (…) en même temps, on devient quelqu’un qui défend l’intérêt général européen », a-t-il répété samedi, estimant qu’il lui faudrait « naviguer » entre deux écueils, celui de « l’indulgence excessive » et celui de « l’approche purement punitive ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol