Archive pour le Tag 'grecque'

Trump veut financer la dette grecque !

Trump veut financer la dette grecque !

Tout ce qui peut démolir l’union européenne constitue un bon argument pour le président américain. Dernier exemple en date, la ridicule proposition de Trump de faire financer la dette italienne par les États-Unis. L’Italie est en effet dans une situation financière particulièrement délicate avec notamment une dette qui représente 130 % du PIB. En plus, une dette qui va dériver avec les mesures démagogiques du gouvernement populiste. De toute manière constitutionnellement, le président des États-Unis ne peut décider la moindre aide dans ce domaine. On sait en effet que les décisions monétaires appartiennent exclusivement à la banque centrale américaine la Fed qui dispose d’une totale indépendance. Voir par exemple récemment la décision de la Fed de continuer d’augmenter les taux d’intérêt mesure critiquée par le président américain. Pour un peu le président américain encouragerait l’Italie à quitter l’UE comme la Grande Bretagne estimant même que la première Theresa May témoignait d’une attitude trop molle dans le cadre du Brexit.  L’accord de la coalition du gouvernement populiste prévoit plusieurs mesures qui pourraient fortement creuser le déficit public, notamment la « flat tax » promise par la Ligue et une hausse des dépenses de santé. Cependant la proposition du président américain paraît tout à fait fantaisiste. « J’ai beaucoup ri lorsque j’ai vu la nouvelle », a confié à Bloomberg Jan von Gerich, stratégiste chez Nordea Bank AB. « Je ne suis pas au courant d’un quelconque portefeuille sur lequel [le président américain] aurait la main». Le Financial Times est tout aussi dubitatif sur l’éventualité d’une telle opération. Certes, la banque centrale, la Fed, achète de la dette étrangère, mais elle est indépendante vis-à-vis de la Maison Blanche. Donald Trump ne peut pas lui donner l’ordre d’acheter des bons du Trésor italien.

Intérêts de la dette grecque : rendus par l’Allemagne …et la France ?

Intérêts de la dette grecque : rendus par l’Allemagne …et la France ?

Les intérêts perçus depuis 2010 ont rapporté autour de 8 milliards dont 3 milliards à l’Allemagne mais aussi 2 milliards à la France. L’Allemagne vient de promettre de reverser les bénéfices de ses intérêts à la Grèce.  Le montant des bénéfices de la Bundesbank, grande acheteuse d’obligations grecques à côté d’autres banques centrales, dans le cadre du programme de rachat de la dette de la Grèce, mené entre 2010 et 2011, a été confirmé par un rapport parlementaire allemand dont l’AFP avait obtenu copie en juin. « Personne ne veut profiter de la crise grecque. En réalité, l’objectif est que tous les bénéfices des banques centrales soient régulièrement rendus à l’Etat grec », affirme M. Scholz ministre des fiances allemand.   »C’est ce que nous avons décidé à l’Eurogroupe (réunion des ministres des finances de la zone euro, ndlr), lors de la fin du troisième programme grec », a-t-il ajouté. Reste avoir si la France en délicatesse avec son budget va aussi rembourser ces intérêts !

 

Dette grecque « intenable » (FMI)

Dette grecque   »intenable » (FMI)

 

 

Curieux le changement total du FMI qui considère aujourd’hui la dette de la Grèce intenable et explosive. Un véritable serpent de mer d’autant plus qu’on sait  très bien que la Grèce est complètement incapable de rembourser cet immense dette de 200 milliards. Même le FMI dirigé par l’incompétente Christine Lagarde s’est complètement planté et a dû faire son mea culpa. Un FMI qui a failli torpiller la Grèce en la menaçant même de défaut et qui aujourd’hui reconnaît que la dette actuelle (autour de 170 % du PIB) est impossible à rembourser. Il aura fallu des mois et même des années aux éminents experts du fonds monétaire international pour s’apercevoir de l’évidence. Comment la Grèce pourrait-elle rembourser la totalité de sa dette dans le délai prévu alors qu’elle a perdue le quart de son PIB. Cela représente 32 000 € par habitant environ. Une somme insupportable pourtant équivalente par habitant à celle de la France. Avec une différence de taille les créanciers n’exigent pas les mêmes délais pour la France. La France paiera mais en monnaie de singe alors que la Grèce, elle ne peut pas même utiliser ce moyen monétaire. La Grèce peut rembourser mais à condition qu’on lui prête les sommes correspondantes ! A chaque plan d’aide, les créanciers et la Grèce se mettent d’accord sur des hypothèses qui ne se réalisent jamais. Croissance, rentrée des impôts, recettes de privatisations : les prévisions sont toujours trop optimistes. Arrive donc le jour où la Grèce manque d’argent, et fatalement il faut renégocier (toujours dans la douleur). En 2012, il était prévu que le ratio dette/PIB soit de 153% en 2015. La réalité d’aujourd’hui s’élève à 175%. De fait, les plans d’austérité, corollaires des plans d’aide, ont fait chuter le PIB grec de 25% depuis 2009. Résultat, malgré l’annulation de 107 milliards d’euros de dette sur les créanciers privés (aussi appelé haircut- « coupe de cheveux»), le ratio dette/PIB a explosé. La Grèce a besoin d’un allègement substantiel de sa dette pour pouvoir en supporter durablement le poids et replacer l’économie du pays sur la chemin de la croissance, a déclaré vendredi le Fonds monétaire international (FMI). Dans sa revue annuelle, distincte des négociations en cours sur la mise en place du dernier plan de sauvetage en date, le FMI dit que l’allègement de la dette grecque doit être calibré sur des objectifs budgétaires et de croissance crédibles et souligne que les objectifs d’excédents primaires (hors service de la dette) qui ont été fixés au-delà de 2018 ne devraient pas être atteints. « Les objectifs actuels des autorités restent irréalistes en conservant l’hypothèse que la Grèce atteindra et maintiendra des excédents primaires de 3,5% du PIB pendant plusieurs décennies malgré des taux de chômage à deux chiffres », écrit le FMI. « Il n’est pas possible de supposer que la Grèce peut tout simplement sortir de son problème d’endettement. Un nouvel allègement de la dette est nécessaire pour qu’elle soit viable. ».  Dans son dernier  document, le FMI appelle la zone euro à prendre des mesures précises qui risquent d’être fraîchement accueillies en Allemagne, notamment l’extension des maturités des prêts jusqu’en 2070 et le prolongement de la période de grâce sur les remboursements jusqu’en 2040.  Toutefois, prévient le Fonds, si Athènes n’applique pas les réformes demandées par ses créanciers, la viabilité de la dette ne sera « pas garantie » même avec ces mesures d’allègement drastiques.

Dette grecque : retour du serpent de mer

Dette grecque : retour du serpent de mer

 

 

Rebelote sur la dette grecque, une énième négociation va s’engager avec l’union européenne ;  un véritable serpent de mer d’autant plus qu’on s’était très bien que la Grèce est complètement incapable de rembourser cet immense dette de 200 milliards. Même le FMI dirigé par l’incompétente Christine Lagarde s’est complètement planté et a dû faire son mea culpa. Un FMI qui a failli torpiller la Grèce en la menaçant même de défaut et qui aujourd’hui reconnaît que la dette actuelle (autour de 170 % du PIB) est impossible à rembourser. Il aura fallu des mois et même des années aux éminents experts du fonds monétaire international pour s’apercevoir de l’évidence. Comment la Grèce pourrait-elle rembourser la totalité de sa dette dans le délai prévu alors qu’elle a perdue le quart de son PIB. Cela représente 32 000 € par habitant environ. Une somme insupportable pourtant équivalente par habitant à celle de la France. Avec une différence de taille les créanciers n’exigent pas les mêmes délais pour la France. La France paiera mais en monnaie de singe alors que la Grèce, elle ne peut pas même utiliser ce moyen monétaire. La Grèce peut rembourser mais à condition qu’on lui prête les sommes correspondantes ! A chaque plan d’aide, les créanciers et la Grèce se mettent d’accord sur des hypothèses qui ne se réalisent jamais. Croissance, rentrée des impôts, recettes de privatisations : les prévisions sont toujours trop optimistes. Arrive donc le jour où la Grèce manque d’argent, et fatalement il faut renégocier (toujours dans la douleur). En 2012, il était prévu que le ratio dette/PIB soit de 153% en 2015. La réalité d’aujourd’hui s’élève à 175%. De fait, les plans d’austérité, corollaires des plans d’aide, ont fait chuter le PIB grec de 25% depuis 2009. Résultat, malgré l’annulation de 107 milliards d’euros de dette sur les créanciers privés (aussi appelé haircut- « coupe de cheveux»), le ratio dette/PIB a explosé. La Grèce a besoin d’un allègement substantiel de sa dette pour pouvoir en supporter durablement le poids et replacer l’économie du pays sur la chemin de la croissance, a déclaré vendredi le Fonds monétaire international (FMI). Dans sa revue annuelle, distincte des négociations en cours sur la mise en place du dernier plan de sauvetage en date, le FMI dit que l’allègement de la dette grecque doit être calibré sur des objectifs budgétaires et de croissance crédibles et souligne que les objectifs d’excédents primaires (hors service de la dette) qui ont été fixés au-delà de 2018 ne devraient pas être atteints. « Les objectifs actuels des autorités restent irréalistes en conservant l’hypothèse que la Grèce atteindra et maintiendra des excédents primaires de 3,5% du PIB pendant plusieurs décennies malgré des taux de chômage à deux chiffres », écrit le FMI. « Il n’est pas possible de supposer que la Grèce peut tout simplement sortir de son problème d’endettement. Un nouvel allègement de la dette est nécessaire pour qu’elle soit viable. ». Ce qu’admet progressivement l’Europe.  A Bruxelles, des sources au sein de l’Eurogroupe ont confirmé que l’accord sur l’allègement à court terme de la dette, qui se fera essentiellement par la prolongation de prêts à faible taux d’intérêt, serait débloqué par les ministres des Finances de la zone euro dès le mois prochain. Elles doivent permettre de réduire le poids de la dette grecque de 20 points de pourcentage du produit intérieur brut (PIB) d’ici 2060, tout en remettant à plus tard, après les élections législatives prévues cette année aux Pays-Bas (mars) et en Allemagne

Dette grecque : enfin un accord global

Dette grecque : enfin un accord global

 

Enfin un accord global pour la dette grecque et en dépit de l’opposition allemande qui voulait renvoyer la question après 2018, après les élections allemandes ; Un accord qui se caractérise par un allégement de la dette et un nouveau plan d’aides. Un accord facilité par les de mesures de rigueur votées par le parlement grec (notamment sur les retraites). Le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, s’est félicité de ce résultat : « C’est un moment important dans le long programme grec, un moment important pour chacun d’entre nous, depuis l’été dernier, quand nous avons été traversés par une crise majeure de confiance. »

« Cet accord est d’abord un acte de confiance vis-à-vis de la Grèce d’aujourd’hui », a commenté de son côté le ministre français des finances, Michel Sapin. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, s’est réjouit de cette annonce, saluant un « message fort pour la stabilité de la Grèce, de l’Europe et de l’économie mondiale ».

Même s’il est illisible pour les non initiés, ceux qui ne suivent pas au jour le jour les négociations bruxelloises autour de la crise grecque, cet accord permet deux choses, importantes : le déblocage de nouvelles tranches de prêts et un allègement de la dette. L’accord ouvre la voie, dès juin, au déboursement d’une tranche de prêts de 7,5 milliards d’euros pour la Grèce. Quelque 2,8 milliards d’euros supplémentaires devraient suivre au début de l’automne, à condition qu’Athènes avance dans la privatisation de certains actifs publics, continue à réformer son secteur de l’énergie, améliore la gouvernance de ces banques, etc. Ce montant total de 10,3 milliards d’euros va permettre au troisième plan d’aide au pays de 86 milliards d’euros, lancé en août 2015, de reprendre son cours. Il était à l’arrêt après un premier versement de plus de 20 milliards d’euros à l’automne 2015. Il va surtout éviter à l’Etat grec un défaut de paiement, alors qu’il commençait à manquer de liquidités et qu’il devait rembourser courant juillet plus de 3 milliards d’euros à la Banque centrale européenne, l’un de ses créanciers, avec le FMI et le Mécanisme européen de stabilité (MES). L’Eurogroupe a aussi accepté d’alléger l’énorme dette grecque (180 % de son produit intérieur brut), au moins jusqu’à la fin 2018, à la fin du troisième plan d’aide au pays. Le processus passera par des opérations très techniques de rachats et de levées obligataires par le MES pour lisser les taux d’intérêts liés aux différents prêts à la Grèce. Les Européens ont encore accepté de considérer, à la fin du programme, si tout le contrat « réformes contre prêts » a été rempli, de nouvelles mesures de restructuration de la dette (allongement des durées d’amortissement, déjà conséquentes, des périodes de grâce, sans paiement ni des intérêts ni du capital), afin de maintenir les besoins bruts de financement du pays (l’épargne brute) sous la barre des 15 % du PIB « à moyen terme ». Le problème, c’est qu’un certain nombre de pays de l’Union, Allemagne en tête, refusent obstinément un tel allégement massif de la dette grecque. Mais, paradoxe, Wolfgang Schäuble, le ministre des finances allemand, a promis au Bundestag que le pays ne versera pas un euro de plus à Athènes si le FMI ne participe pas au troisième plan… Pour les Allemands, le Fonds est une garantie de sérieux, de sévérité, par rapport à une Commission européenne jugée trop politique, voire laxiste vis-à-vis d’Athènes. Ces dernières semaines, le débat entre Athènes et ses créanciers s’est donc résumé à un bras de fer entre le FMI et Berlin. Et mercredi dans la nuit, il apparaissait que c’était plutôt les Allemands, la ligne Schäuble, qui l’avait emporté. L’Eurogroupe, dans le communiqué final, accepte d’activer un « mécanisme » avec des mesures d’allégement de dettes supplémentaires afin de respecter la cible de besoin brut de financement, entre 15 % et 20 %, mais sans entrer davantage dans les détails.

(avec le Monde)

 

Dette grecque : on reverra la question après les élections allemandes

Dette grecque : on reverra la question après les élections allemandes

 

Pour cause d’élections allemandes, le plan d’allégement de la dette grecque est reporté en 2018. Merkel et le ministre des finances allemand Schäuble ne souhaitent  pas engager un débat polémique avec le Parlement allemand avant les prochaines élections. Ils ne souhaitent surtout pas se prononcer sur les propositions du FMI qui vise à étaler le remboursement de la dette grecque jusqu’en 2080 et à supprimer les intérêts jusqu’en 2040. Le gouvernement allemand considère que d’éventuelles mesures d’allègement de la dette grecque n’auront donc lieu qu’à partir de 2018, une fois le programme d’aide actuel achevé, mais surtout après les élections législatives en Allemagne.  »A l’été dernier, l’Eurogroupe avait expliqué être prêt, si nécessaire, à envisager des mesures supplémentaires pour maintenir à un niveau supportable les besoins en financement de la Grèce », rappelle un document du ministère allemand des Finances. « Ces mesures auraient lieu sous condition d’une complète mise en œuvre du programme (d’aide) en 2018″, ajoute ce compte-rendu de la dernière réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles le 9 mai, présenté à une commission parlementaire et que l’AFP a pu consulter. En insistant sur le fait que tout allègement de la dette grecque ne peut avoir lieu avant la fin complète du programme d’aide en cours, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble « est bien décidé (…) à éviter tout vote parlementaire avant les élections législatives » en Allemagne prévues à l’automne 2017, a commenté le quotidien économique Handelsblatt.

(Lu dans Challenges avec AFP)

Allégement de la dette grecque

Allégement  de la dette grecque

Conséquence de l’accord entre les autorités européennes et la Grèce on pourrait désormais envisager un allégement de la dette. Certes on ne parlera pas d’une réduction de cette dette  pour ne pas heurter les pays orthodoxes notamment l’Allemagne mais on pourrait procéder à un allongement des délais de remboursement, ce qui revient au même !   La dette grecque peut être viable et l’objectif est de la reprofiler afin de permettre des remboursements réguliers en étendant les échéances, déclare samedi le directeur du Mécanisme européen de stabilité (MES), Klaus Regling, à l’hebdomadaire grec To Vima. Il ajoute que, selon lui, la Grèce pourrait avoir de nouveau accès aux marchés obligataires d’ici la fin 2016.Le Fonds monétaire international (FMI), poursuit-il sans donner de précisions, participera pour une faible part au troisième plan d’aide international à financièrement revient au même mais qui paraît politiquement plus acceptable. Athènes. Lundi dernier, dans un entretien télévisé, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a accusé le FMI de formuler des exigences irréalistes, à la fois pour Athènes en matière de réformes et pour ses partenaires de la zone euro en matière d’allégement du fardeau de la dette. « C’est une position que l’on ne peut pas qualifier de constructive dans le processus actuel », a déclaré Alexis Tsipras. « Le Fonds doit décider s’il veut un compromis, s’il reste dans le programme. » Samedi, le président du groupe de travail de l’Eurogroupe, Thomas Wieser, tout comme Klaus Regling, a indiqué que le FMI ne serait pas tenu à l’écart du troisième plan d’aide. « Il n’y a aucune possibilité que le premier examen (par les créanciers des conditions attachées au plan d’aide) s’achève sans le FMI », a assuré Thomas Wieser à l’hebdomadaire Kathimerini. « Ce n’est pas uniquement mon opinion personnelle ou celle des institutions européennes, c’est la réalité qui découle des procédures parlementaires dans plusieurs Etats membres », a-t-il ajouté. Dans son interview à To Vima, Klaus Regling souligne qu’ »il n’y aura pas de ‘haircut’ (réduction du montant de la dette-NDLR) » et que « le gouvernement grec semble l’avoir bien compris. » « Nous allons chercher à assouplir le profil de cette dette, nous voulons tous que la Grèce attire les investisseurs », souligne-t-il. « Et si nous arrivons à étendre un peu plus le calendrier des remboursements, qui sont déjà très bas, cela va attirer les investisseurs. »

(Avec Reuters)

Lagarde pour un allègement «significatif» de la dette grecque

Lagarde pour  un allègement «significatif» de la dette grecque

Ce n’est pas un organisme vraiment gauchiste qui le propose mais le fond monétaire international. Christine Lagarde préconise en effet d’alléger très nettement l’endettement de la Grèce. C’est sans doute le signe que le FMI considère l’accord avec la Grèce comme insuffisant,  trop partiel et trop provisoire. Même si on se félicite de la négociation en cours. Le FMI de ce point de a sans doute raison car la Grèce ne pourra rembourser intégralement une dette qui va représenter maintenant près de 200 % du PIB. Cela d’autant plus que le nouvel accord impose des mesures d’austérité qui vont peser négativement sur la croissance. Et de ce point de vue les objectifs budgétaires imposés sont  à la fois dangereux et illusoires. Certes il est indéniable que la Grèce doit procéder à des réformes structurelles notamment en n’améliorant l’efficacité du fonctionnement de l’État qui a trop favorisé le corporatisme et la corruption. Pour autant la saignée imposée dans la forme actuelle risque d’affaiblir la possibilité d’un redressement économique. D’une certaine manière c’est aussi une critique à l’égard de la politique économique et financière conduite par l’Europe qui privilégie l’austérité par rapport à la croissance. Une critique fondée si l’on s’en tient aux derniers résultats économiques du second trimestre et aux indicateurs de prévisions diffusés en juillet. En fait l’Europe est bien engluée dans la croissance molle et d’une façon générale se pose le problème de la gestion  d’une dette qui ne concerne pas seulement la Grèce. Nombre de pays dont la France sont dans l’incapacité de rembourser leur dette (une dette par exemple pour la France qui représente plus de 30 000 € par habitant ! ). Le FMI a des raisons de s’inquiéter de la situation économique de l’Europe qui influence de manière négative la croissance mondiale. Une croissance mondiale assez inquiétante susceptible d’  ouvrir la porte à une nouvelle crise.  La directrice générale du FMI Christine Lagarde a donc salué vendredi l’accord sur le programme d’aide avec la Grèce mais en répétant que l’endettement du pays n’était « pas viable » et réclamant un allègement « significatif » de la part des Européens.

Dette Grecque :une restructuration possible ( Merkel)

Dette Grecque :une restructuration possible ( Merkel)

 

Merkel comprend vite mais il faut lui expliquer longtemps. Ainsi sur la dette grecque elle convient enfin mais timidement  qu’il faudra allonger la maturité autant dire restructurer la dette et en abandonner une partie (en euros constants). La preuve que l’accord récent est déjà obsolète comme notamment le pense d’ailleurs le FMI Angela Merkel a jugé possible, dimanche, de discuter d’un changement des maturités de la dette grecque ou d’une réduction des intérêts versés par Athènes une fois achevé avec succès le premier examen du nouveau projet de renflouement de la Grèce. « La Grèce a déjà obtenu une aide. Les créanciers privés ont accepté une décote et nous avons allongé les maturités et réduit les taux d’intérêt », a déclaré la chancelière allemande dans une interview à la chaîne ARD, qui sera diffusée ce dimanche.   »Et nous pourrons reparler de telles possibilités (…) une fois que sera achevé avec succès le premier examen du programme à négocier. Cette question sera alors discutée, pas maintenant, mais à ce moment-là », a-t-elle ajouté.  Athènes a accepté lundi dernier à Bruxelles une série de réformes imposées par ses créanciers en échange de l’ouverture de négociations sur un plan de renflouement, le troisième depuis 2010, qui pourrait atteindre 86 milliards d’euros sur trois ans. Dans son interview, Angela Merkel souligne qu’une décote classique est exclue tant que la Grèce appartient à la zone euro: « Cela peut se produire hors d’une union monétaire, mais pas dans une union monétaire », dit-elle.

Dette grecque : bla-bla « d’expert »

Dette grecque : bla-bla « d’expert »

Pas facile en ces temps de vacances de trouver un expert ou une  personnalité de premier plan. Pourtant ce matin le Figaro publie l’interview d’un « expert » qui mélange tout ; une réflexion  qui  vaut  son pesant de cacahuètes et qui en dit long sur le caractère scientifique des travaux de certaisn chercheurs

Intreview du fiagro de Marc Crapez est chercheur en science politique associé à Sophiapol (Paris-X).

 

« Alexis Tsipras sollicitait 15 milliards. Il en a obtenu 85. Il a fallu que Juncker fasse une demande d’aide de 1 milliard de livres au Royaume-Uni! En outre, la Grèce obtient enfin une perspective d’effacement partiel de sa dette. Même s’il s’agit d’une perspective non contraignante, c’est une seconde concession allemande. De quoi sauver la face de part et d’autre. Même s’il n’est pas sûr que l’accord soit viable. La position allemande consiste à prendre Tsipras au mot, en lui demandant de «faire son Gerhard Schröder», afin de remettre son pays d’aplomb. Du point de vue des Allemands, il importe moins de faire de la croissance à court terme et à tout prix que de se positionner sur une trajectoire de croissance. Les Allemands considèrent qu’ils constituent, avec l’appoint des pays du Nord, le garant en dernier ressort, non seulement de l’euro, mais de la crédibilité de la monnaie européenne en général et de la soutenabilité de l’endettement du vieux continent. Autrement dit, sans le protectorat symbolique de leur saine gestion, un rebondissement de la crise de la dette pourrait pousser l’eurozone, l’UE, et au-delà l’Europe à partir en vrille.Les Allemands considèrent qu’ils constituent, avec l’appoint des pays du Nord, le garant en dernier ressort, non seulement de l’euro, mais de la crédibilité de la monnaie européenne en général et de la soutenabilité de l’endettement du vieux continent. Angela Merkel estime que l’absence de crédibilité des règles établies se trouve à l’origine des difficultés de l’Union: «La plus importante des valeurs a été perdue, il s’agit de la confiance et de la fiabilité». Ce que le mark incarnait. L’éditorialiste David Brooks [ndlr: du New York Times] soulignait, il y a quelques années, que les Allemands «défendent les valeurs, le mode de vie et le contrat social qui forme le socle de la prospérité occidentale». Ils se sont montrés disciplinés, industrieux, prévoyants et raisonnables pendant que d’autres faisaient prospérer le vice de la dette et couraient après la poule aux œufs d’or. » . Mais les élites européistes et médiatiques ne l’entendent pas de cette oreille. Furieuses de l’indiscipline de Tsipras, elles veulent faire croire qu’il a finalement dû se résigner à signer un diktat allemand aux conditions léonines. Cette auto-suggestion collective dresse les peuples contre l’égoïsme et l’autisme teutons. Les keynésiens de tout poil se précipitent pour déplorer une absence de perspectives de croissance. Et leur voix est assourdissante puisqu’ils sont devenus majoritaires au sein du FMI, comme dans la catégorie informelle des prix Nobel d’économie. Pour ne pas donner une prime aux référendums, les élites ont tordu les faits et utilisé l’anti-germanisme comme dérivatif. Un anti-germanisme qu’aurait probablement désapprouvé De Gaulle, lui qui déclarait dans sa conférence de presse du 15 mai 1962: «Dante, Goethe, Chateaubriand appartiennent à toute l’Europe dans la mesure même où ils étaient respectivement et éminemment italien, allemand et français. Ils n’auraient pas beaucoup servi l’Europe s’ils avaient été des apatrides et s’ils avaient pensé, écrit en quelque espéranto ou volapük intégré».

 

Exactement ce que me disait ce matin Albert, mon vieux pote de bistrot en sirotant déjà son premier blanc cassis. Albert,  un chercheur indépendant ( non rémunéré par le contribuable) en science œnologique appliquée.

Crise grecque : les contradictions de Sarkozy

Crise grecque : les contradictions de Sarkozy

 

Décidemment  Sarkozy a du mal à effectuer son retour. Au cours de la récente crise grecque il n’a cessé d’accumuler les contradictions. D’abord il a rappelé son rôle avec Merkel dans le plan de soutien de 2011. Un  rappel peu opportun  qui a enfoncé un peu plus la Grèce ; ensuite à la veille du référendum de Tsipras, il a affirmé  que de fait la Grèce se mettait en congé de l’euro en cas de oui comme de non !  En pleine négociation, il a souhaité que la France  s’aligne sur Merkel, laquelle envisageait un Grexit. Enfin au dernier moment il s’est rallié au compromis et s’en est même attribué une  partie des mérites. Sarkozy est encore apparu caricatural et sa posture de « stand up »  peu conforme à l’idée qu’on se fait d’un candidat à l’élection présidentielle. A sa  décharge Sarkozy n’est pas le seul leader de l’opposition à avoir pataugé dans le dossier grec. En cause  le grand écart que doivent faire la plupart entre la politique étrangère, la politique intérieure et les rivalités internes. Bien entendu tout cela sur fond d’élections en 2017. Du coup Hollande apparait le vainqueur de la période, non pas tellement du fait de sa stature mais de l’inconsistance et des tergiversations de se adversaires nationaux. En fait une victoire contre Merkel un peu à la Pyrrhus car en vérité rien n’est vraimenet réglé et le feuilleton grec va durer encore des mois et des années. C’est-à-dire tant que l’Europe n’aura décidé de privilégier la croissance par rapport à l’austérité. Tant que l’Europe ne se sera pas attaquée de manière sérieuse à l’endettement global de toute l’Europe y compris et en premier à celui de la France.

Crise grecque : la faillite des experts

Crise grecque : la faillite des experts

 

Les grands médias où défilent les experts connus ou inconnus ont davantage ressemblé ces temps derniers à des bistrots du commerce qu’à des lieux information. Tout a été dit, le contraire aussi ! Le Grexit, pas le Grexit, la responsabilité  et l’inconsistance des grecs, les conséquences de l’expulsion de la Grèce,  au gré du temps : gravissimes ou complètement marginales. Bref on a hésité entre  une tempête dans un verre d’Ouzo et un tsunami mondial. En fait la question n’est pas simple et avant d’affirmer des conclusions hâtives (comme Giscard), on ferait mieux de tenter une  analyse un peu approfondie de la crise générale qui affecte l’ensemble de la planète (dimension économique et financière bien sûr mais aussi social, culturelle et environnementale). Aves ses spécificités européennes. Pour s’en tenir au strict plan financier (c e qui est très réducteur) la question centrale est  celle de incapacité de nombre de pays de la zone euro de faire face à leur dette. Ils ne pourront jamais rembourser (à commencer par la France, une dette de 31 000 euros par habitant !). En cause une dérive des comptes (justement depuis Giscard), provoquée par un manque de croissance, une administration pléthorique et une solidarité sociale que  plus personne ne contrôle. Et l’austérité au plus mauvais moment. Il en faut mais quand la croissance est là. La compétitivité de nombre de pays est plombée par la bureaucratie et la fiscalité. On ne parvient ni à faire la relation entre les différentes dimensions de la crise et ni entre l’approche macro économique et micro. Du  coup le pacte de responsabilité demeure un machin de tecno pas adapté à nombre de PME qui seules créent de  l’emploi tandis que les multinationales délocalisent. Bref, l’urgent ce n’est sans doute pas d’annoncer des solutions illusoires mais de réfléchir un peu. A cet égard les responsables politiques auront t été presque tous à limage des experts : nuls, contradictoires voire irresponsables. Peu importe on  va tourner la page grecque rapidement (on la rouvrira dans quelques mois), place au tour de France, aux grèves de rentrée, au grand show sur le climat et aux régionales.

Crise grecque: vers un accord ?

Crise grecque: vers un accord ?

Tout ça pour ça ? En fait tout un cirque pour finalement aboutir sans doute  à un accord partiel et provisoire qui était prévisible dès le début. Mais il a fallu que Bruxelles fasse semblant de se fâcher  (Juncker surtout toujours ridiculement théâtral), que Tsipras provoque uen referendum dont il a abandonné le contenu sitôt la majorité obtenue, que le France joue les entremetteurs afin d’éviter de devenir à son tour  la cible de Bruxelles en cas de Grexit.  Et finalement on n’a pas traité le fond : l’ impossible remboursement de la dette de nombre d’Etats européens (qui dépasse les 60% du PIB) et dont le déficit sera encore largement au dessus des 3% du PIB ; Autant dire que pacte européen n’est pas respecté  notamment parce qu’il est inapplicable en période de crise de la croissance.  Cette proposition, qui fait renaître l’espoir d’un accord évitant à Athènes la sortie de l’euro, sera examinée samedi par les ministres des Finances de l’union monétaire réunis à Bruxelles. Toutefois, selon cette même source européenne, la réunion de l’Eurogroupe devrait déboucher « au mieux sur un accord politique », la décision de relancer les négociations avec Athènes incombant au sommet des chefs d’État ou de gouvernement des 28 qui aura lieu dimanche à Bruxelles.  En outre, si la Grèce et ses partenaires européens s’entendent sur ce troisième plan d’aide à Athènes, au moins huit parlements de la zone euro devront donner leur aval, le Bundestag allemand même à deux reprises. La proposition soumise par le gouvernement grec « est une base de négociation pour un troisième programme de 74 milliards d’euros sur trois ans: 16 milliards du FMI et 58 milliards du Mécanisme européen de stabilité (MES), soit un dixième de sa capacité« , a souligné la source européenne, observant que   »ce n’est donc pas du nouvel argent ».  D’après une autre source européenne, les créanciers ont été « surpris favorablement » par le document envoyé jeudi par Athènes, considérant qu’il contenait des mesures « très similaires de celles que proposaient la Commission »  fin juin. Dans ce document de 13 pages intitulé « Actions prioritaires et engagements » et publié dans la nuit de jeudi à vendredi, Athènes s’engage à adopter une grande partie des mesures proposées par les créanciers le 26 juin et qui ont été rejetées par les Grecs lors d’un référendum dimanche dernier.  Les propositions du gouvernement Tsipras paraissent en effet très proches du dernier texte des créanciers sur la plupart des sujets qui fâchent: retraites, TVA, privatisations, taxe sur les sociétés… Lors du débat en cours au Parlement grec, le Premier ministre Alexis Tsipras a défendu sa proposition d’accord faite aux créanciers, tout en admettant qu’elle contient des mesures « difficiles » et « loin » du « pacte électoral » de la gauche radicale au pouvoir. % du PIB

Crise grecque: c’est la France qui est visée par l’Allemagne (Varoufakis)

Crise grecque: c’est la France qui est visée par l’Allemagne  (Varoufakis)

Il au moins raison sur ce point l’ancien ministre des fiances grecs. L’affaire grecque n’est qu’un alibi pour s’attaquer en fait à la France et à sa dette. Si le Grexit devait être prononcé alors ce sont les pays du sud qui deviendraient la cible de Bruxelles et en premier la France. D’autant que l’endettement français  n’est pas de 300 milliards (comme en Grèce)  mais de 2 000 milliards. Que cet endettement ne pourra jamais être remboursé (31 000 euros par habitant !). Qu’il faudra donc le restructurer uen jour ou (ce qui revient au m^me) le rembourser avec de la monnaie de singe via uen dévaluation qui devra perdre du pouvoir d’achat aux allemands (et aux autres). Curieux mais il faut que cette problématique émerge de Grèce pour qu’on en parle. Jusque là on a surtout entendu des propos très sentencieux de nos experts vis-à-vis de la Grèce. L’Allemagne veut que la Grèce soit évincée de l’union monétaire pour intimider la France et lui faire accepter « son modèle d’une zone euro disciplinaire », estime samedi l’ancien ministre grec des Finances Yanis Varoufakis. Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, veut une sortie de la Grèce de la zone euro - ou Grexit – pour « mettre les choses au clair, d’une façon ou d’une autre », écrit Yanis Varoufakis dans le journal britannique The Guardian. « Ma conviction est que le ministre allemand des Finances veut que la Grèce soit évincée de la monnaie unique pour susciter une crainte de tous les diables chez les Français et leur faire accepter son modèle d’une zone euro disciplinaire. »  « Schäuble est convaincu qu’en l’état actuel des choses, il lui faut un ‘Grexit’ pour mettre les choses au clair, d’une façon ou d’une autre », poursuit le ministre sortant, qui a démissionné lundi. Le Parlement grec a voté vendredi en faveur de la proposition de réformes faite jeudi par le gouvernement Tsipras à ses créanciers (UE, BCE, FMI). Considérée comme « positive » par les créanciers, cette proposition, qui sera examinée samedi par les ministres des Finances de la zone euro, fait renaître l’espoir d’un accord évitant à Athènes la sortie de l’euro.  Vendredi, le Parlement français – deuxième puissance économique de la zone euro - a adopté des réformes destinées à relancer l’économie moribonde du pays, qui fait face à une faible croissance et à un chômage élevé, ainsi qu’à un important endettement public, source de tensions avec Bruxelles. Pour Yanis Varoufakis, l’Allemagne, bailleur de fonds et chantre de l’orthodoxie budgétaire en Europe, veut faire de la Grèce un exemple pour faire entrer les Français dans le rang.   « Soudainement, l’insoutenable dette publique grecque, sans laquelle le risque de Grexit se serait estompé, a acquis une nouvelle utilité pour Schäuble », affirme-t-il. Selon Yanis Varoufakis, lorsque la Grèce est devenue insolvable en 2010, au lieu d’une restructuration de la dette et d’une réforme de l’économie, c’est l’option « toxique » qui a été choisie : « L’octroi de nouveaux prêts à une entité en faillite tout en prétendant qu’elle restait solvable. »  Depuis que Syriza est arrivé au pouvoir, ajoute l’ex-ministre des Finances, « une large majorité au sein de l’Eurogroupe – sous l’influence de Schäuble – a adopté le Grexit comme solution privilégiée ou comme arme de choix contre notre  gouvernement. » Il estime que si la Grèce finissait par quitter la zone euro, cela prendrait plus d’un an.  »Le Grexit serait l’équivalent de l’annonce d’une forte dévaluation plus de 18 mois à l’avance: une recette pour liquider tout le stock de capital grec et le transférer à l’étranger par tous les moyens possibles », écrit-il.

Allongement de la maturité de la dette grecque

Allongement de la maturité de la dette grecque

 

A Bruxelles, à Berlin on n’a cessé d’affirmer qu’il était hors de question de réduire la dette grecque (restructuration). En faiat un discours politique pour rassurer le nationalisme de certains  électeurs notamment allemands s. On s’appuie aussi sur des éléments juridiques pour s’opposer à cette réduction. En réalité on va à nouveau jouer sur la maturité (durée de remboursement), ce qui reviendra à peu près au m^me d’autant qu’on risque de rembourser avec de la monnaie de singe du faiat de l’évolution de la parité des monnaies.  La chancelière allemande, Angela Merkel, a en effet exclu jeudi une décote « classique » sur la dette de la Grèce à ses créanciers de l’Union européenne, mais le droit communautaire laisse suffisamment de marge aux différentes parties pour envisager d’autres formes de restructuration de la dette si la volonté politique est au rendez-vous. Angela Merkel est coincée entre le refus de l’opinion publique comme de la classe politique allemandes à tout assouplissement de la position de Berlin sur le dossier grec et les pressions extérieures en faveur d’un allégement du fardeau de la dette grecque en échange de réformes, pour éviter qu’Athènes sorte de la zone euro. Les pressions internationales pourraient finir par l’emporter, car elles incluent celles de la France, le plus proche allié de la République fédérale, du Fonds monétaire international (FMI) et des Etats-Unis.

Crise grecque : les experts dans le potage

Crise grecque : les experts dans le potage

 

Difficile de prévoir toutes les conséquences de la crise grecque mais une  chose est au mois certaine,  c’est la dérive des experts. Certains  pronostiquant lexclusion d’office de la Grèce , d’autres au contraire considèrant que la situation grecque nest pas si grave que ça (« 3% seulement du PIB européen »). Des experts qui se sont largement trompés car la l’économie politique n’est pas une science exacte, que beaucoup prêchent pour leurs chapelles philosophiques (ou financières).Aussi parce qu’en réalité la plupart des économistes médiatisés ne produisent plus d’études et de recherches depuis longtemps se contentant de lire la presse et survoler les thèses de leurs étudiants. Les politiques se sont aussi plantés : Merkel bien sûr et sa pédagogie du coup de pied au cul, le présidenet de la commission Juncker, mal placé personnellement pour donner de leçons de morale financière à la Grèce et dont la principale qualité est de taper sur le ventre de tous les chefs de gouvernement. Pas forcément suffisant et pas très respectueux. Lagarde enfin qui certes ne sait que lire les communiqué du FMI mais  qui a manqué pour une  fois une l occasion de se taire. Sarkozy, lui qui veut virer la Grèce de lEuro et qui oublie sans doute que la France deviendrait alors une cible des marchés car l’endettement de la France est encore supérieur à celui de la Grèce ( 31 000 euros par habitant pour la France et 28 000 pourGrèce ).  Hollande lui sen tire bien puisqu’un jour il a soutenu la Grèce, un autre jour Merkel. Enfin  la plupart des grands éditorialistes et  des experts sont en vacances depuis fin juin. On le reverra courant septembre. Et là la prospective sur juillet août sera plus facile à élaborer !    

Dette grecque : rififi entre le FMI et les européens

Dette grecque : rififi entre le FMI et les européens

La sortie surprise du rapport du FMI a été contestée par les européens en fait surtout l’Allemagne. Pour résumer le FMI estime qu’il faut une  aide supplémentaire de 50 milliards à la Grèce dans les 3 ans et alléger la dette globale. C’est justement ce que veut Tsipras. D’où la colère de Merkel qui à la limite vaudrait bien aider la Grèce mais à condition que cela ne se sache pas en Allemagne ! Finalement un rapport du FMI qui brouille encore un peu plus les cartes déjà très floues du referendum.  Lors d’une réunion du conseil d’administration du FMI mercredi, les membres européens de l’institution se sont interrogés sur l’opportunité de publier un tel rapport à trois jours d’une consultation populaire susceptible d’entraîner la Grèce hors de la zone euro en cas de victoire du « non ». Il n’y a pas eu de vote mais les Européens étaient manifestement minoritaires et les Etats-Unis, dont la voix est prédominante au sein du FMI, étaient nettement favorables à la publication du rapport, selon ces sources. »Cela n’a pas été décision facile », a dit une source du FMI impliquée dans ce dossier. « Nous ne vivons pas dans une tour d’ivoire ici. Mais l’UE doit comprendre que tout ne peut pas se décider en fonction de ses propres impératifs. » Tous les arguments ont été soupesés par le conseil d’administration, y compris le risque d’une récupération politique de ce document, mais l’opinion majoritaire était que tous les chiffres et tous les éléments de réflexion devaient être exposés de manière transparente avant le vote des Grecs. « Les faits sont têtus. On ne peut pas cacher les faits sous prétexte qu’ils peuvent être exploités », a dit cette source du FMI. La porte-parole du FMI, Angela Gaviria, a refusé de s’exprimer à ce sujet. La publication de ce rapport étale au grand jour les divergences entre le FMI et les institutions européennes, qui étaient contenues depuis des mois dans le huis clos des discussions. Le FMI juge que le fardeau de la dette grecque, qui représentait 177% du produit intérieur brut (PIB) fin 2014, ne peut être supporté par la Grèce qu’à la condition que ses partenaires au sein de la zone euro lui consentent de nouveaux prêts et une nouvelle restructuration de dette.

FMI : faire payer la dette grecque à l’Europe et virer Tsipras

FMI : faire payer  la dette grecque à l’Europe et virer Tsipras

 

Derrière les arguments techniques se cachent  les véritables objectifs du FMI, d’abord et surtout virer Tsipras et son gouvernement qui se mettent en travers des logiques financières ; Virer la Grèce de l’euro ensuite si Athènes ne plie pas aux exigences du FMI. Une sorte de guerre idéologique beaucoup plus importante que les sommes en jeu. D’autant que le sentiment nationaliste monte partout dans les Etats de l’UE°. Accessoirement faire payer l’Europe pour la dette grecque ( et pas le FMI°). Comme par hasard le FMI i sort uen rapport non prévu qui avance un chiffre de près de 40 milliards dans les trois ans mais  ne tient las compte de la restructuration.  Une sorte d’amicale pression sur les électeurs grecs.  La campagne éclair pour ce référendum, annoncé le week-end dernier, a ainsi vraiment débuté jeudi, par cette pression sur le gouvernement. La question posée aux Grecs dimanche est simple en apparence: êtes-vous d’accord avec la proposition des créanciers faite en date du 25 juin?  Pour le gouvernement, qui n’a aucune intention de sortir de la zone euro, un non servirait surtout à être « mieux armé » pour la poursuite des négociations avec les créanciers. Mais ces derniers soutiennent qu’un non équivaudrait à un choix contre l’euro, de quoi impressionner des Grecs déjà très inquiets de la situation.  Même le président français François Hollande, parmi les plus compréhensifs pourtant, a estimé que si le non l’emportait, on entrerait « dans une forme d’inconnu ». « La situation se dégrade en raison du comportement du gouvernement grec », a affirmé de son côté le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem. « Selon moi, la Grèce ne sortira pas de l’euro, elle fera tout pour parvenir à un accord », a toutefois pronostiqué jeudi soir le chef du gouvernement italien Matteo Renzi. « Quoi qu’il arrive, la Grèce devra retourner à la table des négociations et négocier un programme d’aide », a-t-il ajouté.

 

Crise Grecque : l’imbroglio juridique

Crise Grecque : l’imbroglio juridique

D’après le Daily Telegraph La Grèce s’apprêterait à attaquer Bruxelles sur le plan juridique. En cause i la transformation par la commission européenne du référendum en question pour ou contre l’euro et derrière l’exclusion possible de la Grèce. Or juridiquement rien n’a été prévu dans les textes pour aussi bien une  sortie de l’euro que pour une  sortie de l’union européenne. L’euro  est une zone monétaire qui suppose une solidarité entre les  membres , c’est à dire qu’on assure la même valeur à la monnaie quelque soit la situation économique du pays. D’une certaine manière c’est le drame du système monétaire européen dans la mesures où les réalités économiques, sociales, fiscales et réglementaires sont trop disparates. Une zone euro à une  dizaine de pays tout au plus  serait  déjà difficile à gérer En fait l’Europe se doit de faire face à ses engagements monétaires. La Grèce ne pourrait s’exclure de fait que si elle retourner au drachme. Ce qui par parenthèse n’empêcherait que Certaisn échanges soient libellés en Euros. ( exemple dans le domaine du tourisme) ; Juridiquement . la Grèce peut bien sûr être attaquée pour son défaut mais mécaniquement cela se  règle par l a hausse des taux intérêt. Plus le taux d’insolvabilité est fort, plus risques sosnt importants et plus les taux sosnt fort. Ainsi alors que l‘Allemagne emprunte à pratiquement 0% la Grèce elle doit payer 10%, un taux qui va encore bondir en cas de Grexit. La situation pourrait bien se compliquer sérieusement sur le plan juridique et surtout traine en longueur. Ce qui ne serait pas de nature à rétablir la confiance qui manque tant en ce moment en Europe.

Crise Grecque : « la France n’a rien à craindre »( Hollande)….ben voyons !

Crise Grecque : «  la France n’a rien à craindre »( Hollande)….ben voyons !

 

L’économie française et n’a rien à craindre de la crise grecque. Voilà des propos rassurants , en faat assez anachroniques. On se demande où est la robustesse de l’économie française à la balance commerciale structurellement dans le rouge, à la croissance quasi inexistante depuis plusieurs années ( peut-être croissance  à 1 % en2015), sans parler des trous financiers catastrophiques ( budget, sécu , chômage, collectivités locales).  Évidemment avec un chômage dramatique. Second élément la France a tout à craindre de la crise grecque car ce pourrait être l’occasion d’un choc de taux d’intérêt ( mécaniquement qui augmenterait la dette et affecterait la compétitivité). Le pays est en effet incapable de faire face à sa dette ( plus de 2000 milliards soit 30 000 euros par habitant), on emprunte pour rembourser, le remboursement de la dette est le premier poste du  budget français. La  Grèce écartée de l’Euro la France figurerait parmi les pays les plus fragiles et Bruxelles s ferait preuve de moins de tolérance  par rapport aux nouveaux déficits. En fait Hollande ne connaît pas grand chose de l’économie ( il a été nommé à la cour des comptes mais n’y pratiquement jamais mis les pieds, ce qui ne l’empêchera de toucher la retraite qui se cumulera avec d’autres) ; en outre il n’a en réalité qu’une préoccupation : 2017. D’où sa déclaration surréaliste

« Aujourd’hui, l’économie française est robuste, bien plus robuste qu’il y a quatre ans et elle n’a rien à craindre de ce qui pourrait se produire». Ensuite le bla-bla habituel.: « La France est toujours disponible pour que le dialogue puisse reprendre aujourd’hui ou demain mais, demain, cela dépendra de la réponse du référendum », ajoutant que  »la France est pour que la Grèce reste dans la zone euro ».

Tu parles c’est Merkel qui commande !

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol