Archive pour le Tag 'Grands projets'

Grands projets, infrastructures : la folie des élus locaux

Grands projets, infrastructures : la folie des élus locaux

 

Si les clivages gauche droite demeurent sur de nombreux sujets, ce n’est pas le cas pour les infrastructures ou d’une manière plus générale les grands projets. Tous sont d’accord pour demander plus d’autoroutes, de TGV, de ports, d’aéroports, autres infrastructures et projets pharaoniques type tramway) Motif le plus souvent invoqué : la création d’emplois. En réalité pour les infrastructures, on n’a jamais démontré l’effet d’entrainement sur l’emploi sauf pendant la période construction. Dans de nombreux cas même, l’infrastructure délocalise. C’est le cas notamment pour les villes desservies par exemple par le TGV et situées entre 100 et 200 kms de Paris. On oublie généralement qu’une infrastructure augmente les flux dans les deux sens. (Flux de biens et de personnes). Sur le plan international, le transport facilite les exportations mais tout autant les importations ; davantage d’ailleurs les importations quand on souffre d’un manque de compétitivité. C’est le même phénomène pour les échanges à l’intérieur du territoire. Certes les infrastructures sont nécessaires mais elles doivent réellement aménager le territoire et non le vider de sa substance. La France dispose aujourd’hui d’équipements relativement performants même si des maillons manquants sont  compléter (pour de vrais motifs d’aménagement du territoire). On pourrait même dire que dans certains domaines nous souffrons surtout d’un éparpillement de nos équipements. Chaque région veut son aéroport, des autoroutes, des TGV, des canaux et des ports maritimes pour certaines. Du coup, nos ports par exemple ne peuvent rivaliser avec la puissance des ports du nord et du sud de l’Europe, plus concentrés, plus compétitifs. Même chose pour les aéroports, trop nombreux, trop peu fréquentés, trop couteux. Bien entendu dans les discours, on parle d’optimiser le système mais en réalité la recherche de complémentarité demeure virtuelle. Depuis toujours les schémas d’infrastructures sont des catalogues de demandes locales, sans arbitrage et sans financement. U schéma remplace l’autre. Le schéma national des infrastructures n’a jamais été financé. Peu importe. Cette fois compte tenu de l’état des finances publiques, il va falloir en supprimer certains et en décaler beaucoup d’autres dans le temps. Aujourd’hui les infrastructures rentables ont été presque toutes été réalisées. Pour justifier les nouvelles, on a recours à la bonne vieille méthodologie qui consiste à surestimer la demande pour dégager le taux de rentabilité économique et sociale exigée (parfois à sous estimer aussi le coût final de construction du projet des équipements annexes). L’approche intermodale pourtant inscrite dans la loi (la LOTI) reste très formelle. Pas étonnant que nos finances publiques nationales et locales soient dans un tel état. On a trouvé le remède : l’augmentation de la fiscalité. On s’étonne ensuite de notre perte de compétitivité !




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol