Archive pour le Tag 'grandes entreprises'

Le pouvoir verrouillé de grandes entreprises

Le pouvoir verrouillé de grandes entreprises

 

 

Le capitalisme, oui,  mais à la française avec des pouvoirs verrouillés, du copinage interentreprises pour désigner les administrateurs, un manque de transparence ; c’est le bila d’une étude de Proxinvest; ce  cabinet de conseil a publié ce mardi 17 septembre un rapport sur le lien entre gouvernance des entreprises et performances de ces dernières. Invité sur BFM Business, Pierre-Henri Leroy, son président-fondateur, décrypte cette étude. Pourquoi lier ainsi gouvernance et rentabilité? Parce que « la gouvernance des entreprises est le filtre par lequel les décisions passent, donc par lequel la richesse peut être bien canalisée, ou détournée », explique-t-il. En France, « nous avons des groupes superbes », estime Pierre-Henri Leroy. Mais « majoritairement, ils ne respectent pas leurs actionnaires », regrette-t-il. Les entreprises les rémunèrent « bien moins qu’elles le devraient, parce qu’elles marchent très bien », assure-t-il. Proxinvest a établi un classement des entreprises dont la gouvernance est la meilleure. Unibail-Rodamco, le groupe d’immobilier commercial, est sur la première marche du podium. Essilor, Gemalto, Kering, Legrand et Technip viennent ensuite. Des entreprises familiales, ou dont la culture en est proche, une notion qui reste « souvent associée à de belles performances », admet Pierre-Henri Leroy.En bas du classement, on retrouve Accor, Axa, Bouygues, Carrefour, Crédit Agricole, Danone, EDF, Lafarge, Renault… Le problème du constructeur? « Son verrouillage complet du pouvoir, le manque de clarté de la succession, les carences d’information des actionnaires »… « La rémunération de Carlos Ghosn a été cachée pendant des années », s’indigne Pierre-Henry Leroy pour qui « à partir du moment où l’on a des choses à cacher, c’est préoccupant ». Autre mauvais exemple: Total. « Pourquoi chaque Français ne détient pas des actions Total? Parce que sa gouvernance est totalement verrouillée, ça ne respire pas là-haut! On est dans un système de pouvoir, pas dans un système de marché ».

 

Evasion fiscale : la complicité politique-grandes entreprises dénoncées par France 2

Evasion fiscale : la complicité politique-grandes entreprises dénoncées par France 2

 

Une émission rare «Cash Investigation» de  France 2 qui a mis en évidence les complicités de la classe politique vis-à-vis d la fraude fiscale. Notamment le fait que la France n’avait pas encore accepté de travailler  avec l’informaticien qui a dénoncé l’évasion fiscale organisée par HSBC  et qui a du se réfugier en Espagne où là les services fiscaux l’ont accueilli à bras ouverts. La raison, elle est  simple, 6000 noms français figurent sur cette liste d’évadés fiscaux en Suisse, moins de 100 ont été inquiétés et beaucoup de responsables économiques et politiques y figurent (exemple le frère de Cahuzac dirigeant de HSBC France ; Sans doute aussi de généreux donateurs de l’UMP et du PS).  «Cash Investigation» a le droit au prime time mardi soir. Mesure justifiée. L’enquête du magazine porté par Elise Lucet sur «les secrets de l’évasion fiscale» est à revoir. Des ministres très mal à l’aise, des parlementaires pris la main dans le sac et en colère, des séquences coups de poing et un ton engagé rythment des révélations sur HSCBC, Amazon, Mittal ou British American Tobacco. Malgré la conclusion très sombre –«en matière de transparence, c’est encore le Moyen Âge», Elise Lucet et Valentine Oberti, une des journalistes qui a mené l’enquête, expliquent à 20 Minutes comment elles comptent, grâce aux méthodes de l’investigation télé, faire, un peu, évoluer les choses. Reproche classique adressé par les collègues étrangers aux journalistes français: lorsqu’ils n’obtiennent pas de réponse à leur question, ils n’insistent pas suffisamment. Là, ça insiste. «On n’est pas les seuls à être en mode offensif, nuance Elise Lucet. Mais oui, c’est encore trop rare. Dommage, car c’est ce que les téléspectateurs attendent. On ne peut plus bosser en télé comme il y a dix ans. Il y a trop de choses qui sortent partout pour que nous on se contente d’un refus.» En images, cela donne des questions bien senties posées pendant les assemblées générales d’HSBC ou dans les coulisses de celles d’Arcelor Mittal ou des déjeuners entre parlementaires et industriels du tabac interrompues par Elise Lucet et ses caméras. Au risque de surprendre un des parlementaires présents, André Santini qui lui dit: «Je vous ai connue plus drôle ». De fait, certaines ministres comme Michèle Alliot-Marie ou, donc, le député André Santini semblent surpris par les questions et le ton de la journaliste. La double casquette de présentatrice de JT et de journaliste d’investigation brouillerait-elle les pistes? «Oui, ils sont surpris de la pugnacité de l’émission. Il y a aussi un avantage pour moi, si j’appelle 25 fois un service de presse, ils vont plus facilement céder parce que c’est moi ». Ce qui ne l’empêche pas de se faire retoquée par Santini d’un «Vous dégagez!». «Cette réaction comme d’autres est très instructive, note Lucet. Certains ne se rendent pas compte que notre société bouge, qu’ils ne peuvent pas continuer à faire les choses dans leur coin sans être inquiétés.» Valentine Oberti, journaliste qui avait commencé à travailler sur la banque HSCBC et les révélations de son ex-informaticien, Hervé Falciani, à Mediapart et a poursuivi son travail pour le magazine de France 2 confirme: «Il faut secouer le cocotier, il y a tous ces gens qui ont l’air de découvrir la Lune! Lorsque nous allons au Conseil de l’Europe, lorsqu’on interroge François Hollande, on a des réactions très molles face à nos informations. Le ton Cash Investigation est un peu ironique, provocateur, et cash donc, direct. Mais tout journaliste souhaite que son travail change les choses, suscite un débat.»

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol