Archive pour le Tag 'Grande -Bretagne'

Page 2 sur 3

Tesco : suppression de 500 postes en Grande-Bretagne

Tesco : suppression de 500 postes en Grande-Bretagne

 

 

Un événement qui n’est pas lié directement au brexit  mais qui découle d’une restructuration de la logistique du distributeur britannique. Tesco a dit lundi avoir proposé une réorganisation de son réseau de centres de distribution qui se traduira par la perte nette de 500 emplois. Le première chaîne de supermarchés britannique, plus important employeur du secteur privé en Grande-Bretagne avec un effectif de plus de 310.000 salariés, précise que son plan prévoit de passer de 25 à 23 centres de distribution dans le pays, ceux de Welham Green, dans le centre de l’Angleterre, et de Chesterfield, dans le nord, devant fermer. La gestion des entrepôts, actuellement confiée aux spécialistes de la logistique que sont Wincanton et DHL (groupe Deutsche Post), sera désormais assurée en interne tandis que les structures de direction du réseau de centres de distribution seront simplifiées. Un porte-parole de Tesco a précisé que ces modifications entraîneraient d’un coté la suppression des 1.000 postes mais, de l’autre, la création de 500 postes. Début octobre, Tesco avait annoncé son intention d’investir davantage dans ses magasins et son réseau de distribution au cours des trois prochaines années pour améliorer sa rentabilité. Jeudi, le groupe fera le point sur ses performances commerciales réalisées pendant la cruciale période des fêtes.

Grande-Bretagne : les patrons pour un Brexit soft

Grande-Bretagne : les patrons pour un Brexit  soft

Comme Merkel,  les patrons britanniques militent pour un brexit soft. L’Allemagne -comme la Grande-Bretagne craint en effet les effets néfastes d’une plus forte taxation des exportations. On sait qu’à l’inverse le gouvernement français milite pour un brexit  rapide et plus hard. Sans doute précisément pour casser cette solidarité de fait entre l’Allemagne et la Grande-Bretagne et renforcer l’axe du sud de l’Europe. . Pas sûr cependant que la voix de la France soit forcément entendue. D’autant que d’ici la fin des négociations c’est-à-dire vers 2020 de l’eau aura passé sous les ponts. Il se pourrait alors, surtout si la croissance n’a pas redémarré de manière significative en Europe, qu’on n’aboutisse à un compromis mou ; un accord qui s’en remettre en cause le vote des britanniques pourrait déboucher sur un compromis qui ferait de la Grande-Bretagne un partenaire privilégié et avantagé de l’union européenne. Le scénario d’un brexit  dur inquiète donc particulièrement les patrons britanniques.   »Ce que nous voulons c’est que les options vraiment les pires soient exclues. Se retrouver à fonctionner selon les règles de l’OMC dans seulement 29 mois, ce qui est le calendrier prévu, signifierait que jusqu’à 90% des biens pourraient être sous le coup de taxes. Il n’y aurait pas de passeports pour notre industrie de services », a déclaré samedi sur BBC Radio la directrice générale de l’organisation patronale CBI, Carolyn Fairbairn. « L’urgence concerne l’investissement. Ce sont les décisions d’investissement qui sont prises actuellement qui créent cette urgence », a-t-elle ajouté. Carolyn Fairbairn a développé ces inquiétudes dans une lettre ouverte signée par les dirigeants de plusieurs autres organisations patronales dont l’organisation des constructeurs britanniques (EEF), la Chambre internationale de commerce (ICC) et TechUK qui rassemble nombre d’entreprises du secteur des hautes technologies.

(Avec agences)

Après Nissan, Jaguar Land Rover menace la Grande-Bretagne

Après Nissan, Jaguar Land Rover menace la Grande Bretagne

 

Encore une déclaration qui ne va pas arranger la tâche de la nouvelle première ministre pour la négociation de l’après brexit. En clair les gros acteurs économiques ne veulent pas de repli de la Grande-Bretagne sur elle-même et même d’un divorce réel avec l’Europe. Dernière déclaration en date celle de Jaguar qui comme d’autres menace de réduire leurs investissements. Jaguar Land Rover a déclaré vendredi qu’il allait « réorienter sa réflexion » sur ses investissements après la décision britannique de sortir de l’Union européenne, ajoutant que si Nissan obtenait de Londres des compensations, les autres constructeurs devaient bénéficier d’un traitement équivalent. Le directeur général du premier constructeur automobile britannique, Ralf Speth, a expliqué dans un entretien à Reuters à l’occasion du Mondial de l’auto à Paris que certains clients en Europe, le plus grand marché de Jaguar Land Rover, ne voulaient plus acheter de voitures britanniques après le vote pour le Brexit. Interrogé sur les propos du PDG de Nissan, Carlos Ghosn, qui a déclaré jeudi qu’il ne s’engagerait pas dans de nouveaux investissements au Royaume-Uni sans accord avec Londres sur des compensations en cas d’éventuels coûts douaniers liés au Brexit, il a répondu: « Nous sommes le seul constructeur automobile du Royaume-Uni à réaliser tous nos travaux de recherche, de conception, d’ingénierie, de planification de la production au Royaume-Uni. Nous voulons bénéficier d’un traitement juste et d’une concurrence équitable au bout du compte. » Il a dit que son entreprise, qui a construit le tiers des 1,6 million de voitures assemblées au Royaume-Uni l’an dernier, pourrait être doublement pénalisée si le Brexit se soldait par l’instauration de droits de douanes sur les exportations de voitures et sur les importations de pièces détachées et de technologie en provenance de l’Union européenne. Ralf Speth a ajouté que la stratégie d’investissement à long terme du groupe n’avait pas changé mais qu’elle devait être repensée après le vote du 23 juin. Il a néanmoins laissé la porte ouverture à de nouveaux investissements dont une usine de batteries électriques et de voitures au Royaume-Uni, si les conditions s’y prêtent.

(Avec Reuters))

Grande-Bretagne : récession probable

Grande-Bretagne : récession probable

Comme c’était prévisible la Grande-Bretagne risque d’entrer en récession dès le troisième trimestre alors qu’on attendait une croissance de 0, 6 % sans le brexit. C’est surtout l’incertitude sur les relations commerciales entre la Grande-Bretagne et l’union économique européenne qui nourrit l’attentisme des investisseurs et des ménages. Or comme la Grande-Bretagne a décidé de prendre son temps pour négocier avec l’Europe la période des incertitudes risque de se prolonger entraînant la croissance vers le rouge. Du point de vue économique il n’est pas certain que la stratégie de négociation choisie par la Grande-Bretagne se révèle la plus efficace. En effet en décidant de prendre son temps le gouvernement nourrit les inquiétudes L’enquête Reuters montre qu’ils anticipent désormais une contraction du produit intérieur brut (PIB) de la Grande-Bretagne lors du trimestre en cours et du suivant, à chaque fois de 0,1%, ce qui est la définition technique d’une récession. « La récession sera essentiellement due à une baisse prononcée de l’investissement des entreprises dans les mois à venir », prédit Samuel Tombs, chez Pantheon Macroeconomics. « La plupart des entreprises vont s’abstenir d’investir tant qu’il n’y aura pas un peu plus de clarté sur le fait de savoir si nous allons ou non rester au sein du marché unique (…) et en attendant de voir combien d’autres entreprises sont touchées par le Brexit. »  Dans un premier temps, la Banque d’Angleterre a surpris les marchés en décidant de ne pas modifier sa politique monétaire en juillet. Elle a frappé jeudi dernier en réduisant d’un quart de point son principal taux directeur à un plus bas record de 0,25% et en relançant un programme de rachat d’actifs. Sa marge de manoeuvre apparaît désormais plus limitée et l’enquête Reuters conclut que, dans l’immédiat, la BoE n’amplifiera pas son programme d’assouplissement quantitatif, de 435 milliards de livres (505 milliards d’euros) pour l’instant. (Avec Reuters)

Grande-Bretagne : baisse des taux pour éviter la récession

Grande-Bretagne : baisse des taux pour éviter la récession

 

Officiellement la banque d’Angleterre prévoit un net ralentissement de l’économie en 2017 avec une prévision de 0,8 % (au lieu de 2,3 % qui étaient prévus avant le brexit). Toutefois la décélération pourrait être encore plus importante et l’activité pourrait flirter avec le rouge. Du coup, pour redynamiser l’économie, la Banque d’Angleterre (BoE) a abaissé jeudi son taux directeur pour la première fois depuis 2009 et relancé son programme de rachat d’obligations pour faire face aux effets sur l’économie du vote des Britanniques en faveur d’une sortie de l’Union européenne. L’institut d’émission se tient prêt à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la stabilité financière et n’exclut pas de baisser encore les taux mais écarte l’idée de les faire passer en territoire négatif, a déclaré son gouverneur, Mark Carney. La BoE, qui a baissé son taux directeur d’un quart de point, le ramenant à 0,25%, anticipe une stagnation de l’économie britannique pour le reste de l’année et s’attend à une croissance faible tout au long de l’an prochain. Si la baisse des taux, votée à l’unanimité par les neuf membres du conseil de politique de la BoE, était attendue par les économistes, la décision d’augmenter de 60 milliards de livres le programme d’assouplissement quantitatif, ainsi porté à 435 milliards de livres, l’était moins. L’élargissement de ce programme de rachat d’obligations, qui a été voté par six voix contre trois, durera six mois. La banque centrale a également lancé deux nouveaux programmes, dont l’un pour le rachat de 10 milliards de livres d’obligations d’entreprises de bonne qualité et l’autre, dont le montant pourrait atteindre 100 milliards de livres, pour s’assurer que les banques continuent à prêter malgré la baisse des taux.

Grande Bretagne : hausse de à 0,5%

Grande Bretagne : hausse de  à 0,5%

 

Conséquence directe du brexit,  la hausse de l’inflation s’accélère en Grande-Bretagne. En cause l’affaiblissement de la l livre qui renchérit les importations et pèse donc sur le pouvoir d’achat des ménages. La hausse des prix à la consommation au Royaume-Uni a accéléré à 0,5% sur un an au mois de juin, après 0,3% en mai, selon des chiffres de l’Office des statistiques nationales publiés mardi. Notons que dans le même temps l’inflation dans l’union européenne est à peu près nulle.

Croissance Grande-Bretagne : des signes de ralentissement

Croissance Grande-Bretagne : des signes de ralentissement

 

La banque d’Angleterre semble confirmer les signes d’affaiblissement de la croissance britannique. Sitôt après le brexit,  on avait notamment observé une baisse du moral    La confiance des ménages britanniques a en effet enregistré sa plus forte baisse depuis plus de cinq ans juste après la victoire des partisans du Brexit lors du référendum du 23 juin, selon une enquête mensuelle de l’institut GfK. Réalisée dans les jours qui ont suivi le scrutin, elle montre une chute de l’indice de confiance du consommateur à -9 contre -1 en mai, le recul le plus marqué depuis janvier 2011. L’indice revient ainsi à son plus bas niveau depuis décembre 2013.  Gertjan Vlieghe, membre du Comité de politique monétaire (MPC) de la Banque d’Angleterre (BoE), a indiqué dans une chronique publiée par le Financial Times qu’il avait déjà perçu des signes montrant que l’économie britannique s’acheminait vers une période de croissance plus lente et d’inflation plus élevée à la suite du vote pro-Brexit du mois dernier. Dans un point de vue , Gertjan Vlieghe, seul membre du MPC à avoir voté pour une baisse des taux ce mois-ci, estime qu’il faut sur le champ réduire les taux d’intérêt et compléter cela par un ensemble de mesures le mois prochain. « Les implications précises (du résultat du référendum du 23 juin) pour l’économie sont incertaines, encore que l’évolution générale de la trajectoire soit sans doute celle d’une croissance plus basse et d’une inflation plus haute pendant un moment, résultant d’une offre et d’une demande affaiblies et d’un taux de change plus bas », dit-il. « Les premiers signes donnés par les entreprises et les ménages, et les conclusions des propres agents de la BoE, vont tous dans ce sens ».

 

Grande -Bretagne: la confiance des consommateurs chute après le Brexit

Grande -Bretagne: la confiance des consommateurs chute après le Brexit

La confiance des consommateurs britanniques a chuté après le vote sur la sortie de l’Union européenne, à un rythme qui n’avait plus été vu depuis 21 ans, indique une étude publiée vendredi par GfK. Selon cette enquête effectuée spécialement du 30 juin au 5 juillet pour mesurer le moral des Britanniques post-Brexit, la victoire du « Leave » lors du référendum a entraîné un repli de l’indice de confiance de 8 points à -9.  »Il n’y a pas eu de recul plus marqué depuis 21 ans (décembre 1994) », souligne GfK.  Logiquement, les Britanniques ayant voté pour rester dans l’UE étaient les plus déprimés (-13 points) tandis que les électeurs ayant voté pour en sortir étaient moins pessimistes (-5 points).  »En ces temps d’incertitude, nous avons vu un repli significatif de la confiance, chacune des composantes clés de l’indice ayant chuté, la plus forte baisse concernant la situation économique générale au cours des douze prochains mois », souligne Joe Staton, responsable des dynamiques de marché chez GfK.  60% des personnes interrogées s’attendent en effet à ce que l’économie britannique se détériore au cours des douze prochains mois, contre 46% en juin. Et la proportion de gens pensant que les prix vont augmenter rapidement a bondi de 20 points de pourcentage (de 13 à 33%). « Notre analyse suggère que l’une des conséquences immédiates du référendum est que des secteurs comme les voyages, la mode, la décoration, le bricolage et la distribution sont particulièrement vulnérables à une réduction des dépenses des consommateurs », détaille GfK.

 

(AFP)

 

Brexit : Airbus menacé en Grande-Bretagne

Brexit : Airbus menacé en Grande-Bretagne

 

-S’il est clair que le mode de production actuelle du consortium Airbus qui regroupe l’Allemagne, la France, l’Espagne et la Grande-Bretagne ne sera pas remis en cause immédiatement et même à moyen terme, par contre pour le long terme une restructuration n’est pas ça exclure. Les sites anglais emploient environ 15 000 personnes qui produisent les ailes des avions de ligne du groupe Airbus. Mais les sites de production sont de plus en plus soumis à la concurrence des pays en développement qui achète des Airbus mais veulent aussi en échange des transferts de technologie, c’est le cas en particulier de l’Inde et de la Chine. Des pays qui n’auront pas de difficulté à être aussi compétitifs que la Grande Bretagne. À terme le plan de charge de la Grande-Bretagne pour Airbus pourrait donc être amené à ce réduire. « J’espère que le divorce se fera en veillant à minimiser les dommages économiques pour tous ceux affectés par le Brexit », a déclaré vendredi Tom Enders, le président exécutif d’Airbus Group. « La Grande-Bretagne va souffrir mais je suis sûr qu’elle veillera d’autant plus à la compétitivité de son économie vis-à-vis de l’UE et du monde dans son ensemble. » Les grandes décisions d’investissement dans le secteur aéronautique ayant des retombées étalées sur une dizaine d’années, Airbus a déclaré que ses activités au Royaume-Uni ne seraient pas affectées dans l’immédiat par l’issue du référendum mais il a ajouté qu’il pourrait réévaluer sa présence dans le pays à plus long terme. Tom Enders, qui s’était exprimé publiquement ces derniers mois en faveur du maintien dans l’UE, a déclaré que, « bien sûr, nous réexaminerons notre stratégie d’investissement au Royaume-Uni, (comme) tout le monde le fera ». En fait, ce discours reflète une évolution déjà engagée au sein du numéro un européen du secteur aéronautique en faveur d’une culture liée davantage aux réalités de ses marchés qu’à l’équilibre de la répartition entre pays, un changement lié à la refonte de la structure de son capital en 2013. S’il n’y a pas de lien direct entre le fonctionnement d’Airbus et celui de l’Union européenne, certains analystes estiment qu’une sortie de la Grande-Bretagne de cette dernière ne ferait qu’intensifier la concurrence déjà réelle avec des pays tels que l’Inde, la Chine, le Mexique ou le Canada. Au sein même d’Airbus, l’Allemagne et l’Espagne lorgnent depuis longtemps déjà la production d’ailes.

(Avec Reuters)

Pas de cadeau pour la Grande-Bretagne

Pas de cadeau pour la Grande Bretagne

 

Pas de cadeau pour la Grande-Bretagne considérerait Angela Merkel qui veut décourager toutes les velléités éventuelles des uns et des autres d’organiser des référendums pour quitter l’union économique. Une attitude ferme mais sans doute nécessaire quand on sait que si la question était posée à la plupart des pays de l’union beaucoup de pays voteraient sans doute comme en Grande-Bretagne tellement les référendums sont détournés de leur objet notamment instrumentalisés par les populistes et nationalistes de tout poil )extrême-gauche comme extrême droite qui se rejoigne d’ailleurs sur deux nombreux points) Ce serait la philosophie de l’Allemagne à l’égard de la Grande-Bretagne après le brexit. Le journal la tribune se fonde sur le Handelsblatt qui s’est procuré un « plan secret » du gouvernement allemand, Berlin voudrait faire un exemple du cas britannique pour décourager les autres pays tentés par la sortie, dont la France. Mais l’Allemagne refusera tout approfondissement de la zone euro, ne voulant pas entendre parler d’une plus grande solidarité financière . Angela Merkel l’a dit ce vendredi 24 juin : le vote britannique en faveur du Brexit est une « rupture » dans le processus d’intégration européen. Selon le Handelsblatt, le quotidien des affaires allemand, les services du ministère fédéral des Finances ont déjà préparé une feuille de route pour définir la « stratégie allemande » de gestion du Brexit. Un document de huit pages qui dresse quelques idées clé et devraient en décevoir certains. D’abord, le traitement du Royaume-Uni. Les services de Wolfgang Schäuble veulent « proposer des négociations constructives » à Londres avec comme objectif un « accord d’association ». Le Royaume-Uni ne serait pas dans l’Espace économique européen, comme la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein, mais aurait un statut plus particulier, entre celui de la Suisse et de l’Ukraine qui devra être défini plus précisément. L’avantage de ce statut serait de permettre un accès au marché unique européen limité. « Il ne faut pas offrir d’automatisme dans l’accès au marché unique », indique la note. Autrement dit, les relations seront libres là où les deux parties trouveront un intérêt partagés et Londres ne pourra pas « choisir » son accès. Le but de ce choix est d’éviter l’effet « d’imitation » qu’une sortie facilitée créerait, selon le document. « La mesure et l’ampleur de l’effet d’imitation seront proportionnels au traitement du Royaume-Uni », indique le texte qui explicite les pays menacés, selon le ministère allemand par l’envie de quitter l’UE : la France, l’Autriche, la Finlande, les Pays-Bas et la Hongrie. Rien de vraiment neuf de ce point de vue : le problème de l’UE désormais est de trouver un équilibre entre sa tentation de faire un exemple et celui de protéger l’unité de l’union.

 

 

(Avec la Tribune)

Brexit: pour une sortie rapide de la Grande-Bretagne

Brexit: pour une sortie rapide de la Grande-Bretagne

 

Désormais un peu plus conscient des enjeux du excite les responsables politiques britanniques risque de faire traîner en longueur les négociations qui vont acter le divorce avec l’union économique. Jean-Claude Juncker (président de la commission économique) mais aussi l’Allemagne et la France souhaitent  hâter  la séparation afin que les incertitudes ne pèsent pas trop longtemps notamment pour les investisseurs et les marchés financiers, au-delà sur la croissance. La séparation doit s’effectuer dans les conditions de l’article 50 du traité mais un à qui relativement vague sur les modalités précises du d’un pays.  Que dit l’article 50?  « Tout État membre peut décider conformément à ses règles constitutionnelles de se retirer de l’Union », stipule la « clause de retrait » (article 50) introduite par le traité de Lisbonne, signé en 2007 et entré en vigueur en 2009. Mais l’article 50, qui se compose de cinq paragraphes relativement courts, « ne donne que peu de détails concrets sur la manière dont le retrait doit s’organiser », relève Robert Chaouad, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), spécialiste des questions européennes. Le Royaume-Uni devra d’abord notifier son intention au Conseil européen (qui réunit les 28 États membres). Puis « à la lumière des orientations du Conseil », l’Union négociera et conclura avec Londres un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union ». Cet « accord de retrait » est conclu au nom de l’Union par le Conseil, à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen. Quand le Royaume-Uni sortira-t-il effectivement de l’UE? Les traités cesseront de lui être applicables à partir de la date d’entrée en vigueur de « l’accord de retrait » ou, à défaut, deux ans après la notification du retrait, sauf si le Conseil européen, en accord avec Londres, décide à l’unanimité de proroger ce délai. En clair les négociations pourraient durer des années et des années un temps suffisamment long pour permettre à la Grande-Bretagne qui en a l’habitude de négocier des contreparties très avantageuses afin de ne pas être considéré comme un simple pays tiers. L’Europe a l’habitude de ces discussions marathon avec la Grande-Bretagne qui a toujours réussi à obtenir des avantages économiques financiers voir politiques assez peu admissibles. Du coup les responsables politiques britanniques jouent la montre. Vendredi, le Premier ministre britannique, David Cameron, a annoncé qu’il laisserait le soin à son successeur, à désigner en octobre, d’invoquer l’article 50 qui déclenchera jusqu’à deux ans de négociations sur la sortie de son pays de l’UE. Quant à Boris Johnson, son possible successeur qui a fait campagne pour le Brexit, il a jugé qu’ »il n’y a actuellement nul besoin de se hâter (…). Il n’y a aucune raison de se précipiter à invoquer l’article 50″. Paris assure que les autres pays Européens, notamment l’Allemagne, partagent sa position de fermeté vis-à-vis du Royaume-Uni et veulent éviter que les Britanniques fassent trainer les négociations pour obtenir davantage de l’UE. « Il y a pour la planète entière une interrogation : que va-t-il se passer ? », a déclaré samedi le président français lors d’une déclaration au côté du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-Moon, à l’Elysée. « Nous devons en tirer toutes les conclusions et toutes les conséquences », a-t-il ajouté. « Nous devons maintenant organiser cette séparation mais nous devons le faire en bon ordre et avec les règles qui sont celles prévues par les traités qui doivent être mises en oeuvre. »  

Brexit : la Grande-Bretagne devra payer cher (Macron)

Brexit : la Grande Bretagne devra payer cher (Macron)

 

En cas de Brexit le Royaume-Uni devra payer cher, très cher même s’il souhaite un traité commercial d’accès aux marchés européens indique clairement Macron. Le ministre de l’économie de ce point de vue rejoint l’avis du ministre des finances allemand qui lui aussi avait prévenu qu’on ne pouvait quitter l’union européenne et obtenir en même temps les avantages des membres. D’une certaine façon ces  différentes prises de position témoignent d’un certain agacement à l’égard des ambiguïtés permanentes de la Grande-Bretagne à l’égard de l’union économique. De ce point de vue le Royaume-Uni à toujours entretenu une position très ambiguë avec une philosophie : un pied dedans, un pied dehors ». Une philosophie qui d’ailleurs lui a réussi puisqu’elle a toujours obtenu des contreparties politiques et financières outrancières par rapport aux autres membres de l’union économique. D’un certain point de vue les revendications nationalistes de la Grande-Bretagne ont aussi nourri la montée des nationalismes ailleurs. Pas étonnant si les parties d’extrême-droites partout en Europe se réjouissent d’un éventuel Brexit. La facture risque en effet d’être lourde pour le Royaume-Uni qui pourrait voir sa croissance déjà en nette tassements faiblir encore avec aussi des risques très sérieux sur la valeur de la livre. À cet égard les incertitudes relatives à l’économie britannique vont se perpétuer pendant plusieurs années, c’est-à-dire le temps nécessaire à la négociation d’un nouveau traité commercial. Or les marchés financiers détestent les incertitudes La Grande-Bretagne devra être sommée de clarifier au plus vite ses intentions en cas de victoire des partisans du Brexit au référendum de jeudi, notamment si elle souhaite conserver un accès au marché européen, ce qui l’obligerait à continuer de contribuer au budget de l’UE, avertit donc Emmanuel Macron. « On est dedans ou dehors », déclare le ministre français de l’Economie dans une interview publiée dans Le Monde du week-end, « On ne peut pas, dans l’intérêt de l’UE, laisser quelque ambiguïté planer et trop de temps s’écouler ». Pour cela, il estime que le Conseil européen du 28 juin devra « lancer un ultimatum » à Londres pour lui demander de clarifier ses intentions, ajoutant : « Le président de la République sera très clair à cet égard ». »Si le Royaume-Uni veut un traité commercial d’accès au marché européen, les Britanniques devront contribuer au budget européen comme les Norvégiens ou les Suisses. Si Londres ne le souhaite pas, ce doit être une sortie totale », dit-il. Emmanuel Macron souligne notamment que, « le jour après la sortie, il n’y aura plus de passeport financier pour les établissements britanniques », leur permettant de proposer librement leurs produits dans l’Union. Emmanuel Macron estime cependant qu’il faut redonner un dynamisme alors « retrouver une ambition pour l’UE tout entière sur les sujets de défense et de sécurité, de transition énergétique et de numérique car l’Europe est le meilleur moyen de répondre à ces grands défis. » « Et puis il faut avoir un projet de plus forte intégration qui permet une véritable convergence à quelques-uns au sein de la zone euro (…) Le socle doit être Paris et Berlin, Rome certainement aussi. Les instruments, ce sont un budget de la zone euro, un commissaire et un Parlement de la zone euro. » « Aujourd’hui, nous sommes bloqués par deux tabous : un tabou français, qui est le transfert de souveraineté, et un tabou allemand, celui des transferts financiers ou de solidarité. On ne peut pas avancer sans les faire sauter ».

(Avec Reuters)

Croissance Grande-Bretagne : tassement confirmé

Croissance Grande-Bretagne : tassement confirmé

 

Comme aux Etats-Unis, la croissance se tasse en Grande Bretagne, une croissance qui avait été de 2.3% en 2015 et qui pourrait n’être que de 2% en 2016.En cause la ralentissement mondial qui pèse sur les échanges extérieurs, la baisse des investissements dont certains sont liés aux inquiétudes du Brexit.  Le tassement devrait se confirmer pour le second trimestre. Dans le même temps La croissance dans les 19 pays membres de l’eurozone marque ainsi une nette accélération par rapport à la fin 2015 avec 0.6%, puisque la croissance de la période octobre-décembre n’avait été que de 0,3%. Les économistes, eux, prévoyaient généralement en moyenne une croissance de 0,4% par rapport au dernier trimestre 2015, et de 1,4% sur un an. Elle fait mieux -du moins sur cette courte période- que l’Union dans son ensemble, que le Royaume-Uni, et même les Etats-Unis. Pour l’Union européenne à 28, la croissance du premier trimestre est estimée à 0,5% par rapport aux trois mois précédents, et à 1,7% par rapport à janvier-mars 2015, précise Eurostat. La croissance a ralenti au rythme de 0,4% au premier trimestre, a dit l’Office national de la statistique (ONS) jeudi, confirmant ainsi sa première estimation. Elle ressort à 2,0% en rythme annuel, en légère baisse par rapport à la première estimation qui était de 2,1%. Les économistes interrogés par Reuters tablaient sur une croissance inchangée de 2,1%. Par ailleurs, l’investissement des entreprises, mesuré en variation annuelle, a baissé pour la première fois en trois ans au cours du premier trimestre, de 0,4%, conséquence du coup de blues de l’immobilier commercial, alors qu’il avait augmenté de 3,0% au quatrième trimestre 2015. L’investissement des entreprises a également diminué d’un trimestre sur l’autre, de 0,5%, moins toutefois que le recul de 2,0% d’octobre à décembre 2015. L’investissement des entreprises et le commerce extérieur pesant sur l’activité économique, et le secteur des services, qui représente 80% du PIB britannique, reprenant son souffle, ce sont les dépenses des ménages qui constituent le principal moteur de croissance. Ces dépenses ont augmenté de 0,7%, d’un trimestre sur l’autre, après un gain de 0,6% le trimestre précédent.  La production du secteur des services s’est tassée de 0,1% en mars, son premier recul depuis août 2015. La Banque d’Angleterre a déjà remarqué que l’incertitude liée au référendum du 23 juin sur le maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne (UE) freinait l’investissement, surtout dans l’immobilier commercial, dont les transactions ont chuté de 40% au premier trimestre. Chris Hare, économiste d’Investec, observe que les chiffres révèlent peut-être que le ralentissement économique s’explique pour une part par cette incertitude particulière, un paramètre qui pourrait rapidement disparaître si le « oui » l’emportait. « Mais le risque baissier est que le ralentissement reflète plus une faiblesse de fond », ajoute-t-il.

(Avec Reuters)

Croissance zone euro : mieux que les États-Unis et la Grande-Bretagne

Croissance zone euro : mieux que les États-Unis et la Grande-Bretagne

 

Au vu des résultats du premier trimestre,  la zone euro semble enfin sortir de la crise même si les risques de déflation demeurent (avec ses conséquences sur le blocage des salaires et des pensions). L’augmentation de l’activité provient en grande partie de la baisse des matières premières et surtout du pétrole d’une part, de la baisse de l’euro et de la faiblesse des taux d’autre part. Le tassement constaté en Grande-Bretagne et surtout aux États-Unis pourrait cependant constituer un motif d’inquiétude d’autant que de façon plus globale l’environnement international est encore relativement déprimé. Des résultats en tout cas qui semblent donner raison à la banque centrale européenne avec sa politique accommodante en dépit des critiques allemandes. La France semble aussi sortir  du trou et peut maintenant espérer atteindre de l’ordre de 1,5 % de progression du PIB,  seuil à partir duquel le solde réel d’emplois  peut redevenir positif (c’est-à-dire sans le secours des radiations et des mises en formation de pôle emploi).  La croissance des 19 pays qui partagent l’euro a été de 0,6% au premier trimestre, en première estimation et par rapport au trimestre précédent, au-delà d’un consensus qui la donnait à 0,4% et mieux que la Grande-Bretagne (0,4%). Les Etats-Unis ont quant à eux dégagé une croissance annualisée de 0,5% au premier trimestre, soit un peu plus de 0,12% seulement en variation trimestrielle. La croissance de la zone euro ressort à 1,6% en rythme annuel. « Il est évident que les entreprises et les ménages ne se sont pas laissés aller à la déprime. La vigueur de l’économie intérieure de la zone euro est la clé de la croissance économique en ce moment et cela s’explique principalement par l’amélioration du marché de l’emploi » observe l’économiste Bert Colijn, d’ING. Le chômage reste élevé dans la zone euro mais son taux a diminué à 10,2% en mars contre 10,4% en février, au plus bas depuis quatre ans, et la situation s’est particulièrement améliorée en particulier en Espagne. Mais pour ce qui concerne l’inflation, les nouvelles sont moins bonnes. La zone euro est retombée en déflation en avril, de quoi préoccuper un peu plus la Banque centrale européenne (BCE). Les prix de détail ont baissé de 0,2% par rapport à avril 2015 après avoir stagné en mars. La BCE a pour un objectif un taux d’inflation d’un petit peu moins de 2% et a pris en décembre et en mars des mesures de stimulation monétaire pour progresser vers ledit objectif. L’inflation considérée hors prix énergétiques et alimentaires a elle aussi fléchi, ce qui est peut-être encore plus préoccupant pour la BCE car cela pourrait impliquer que la tendance déflationniste des prix de l’énergie se diffuse dans les autres catégories de biens et dans les services. La BCE est particulièrement inquiète de ces effets dits de « second tour » parce que, s’ils venaient à se propager aux salaires, il deviendrait extrêmement ardu de rompre le cycle déflationniste. Pourtant, Peter Praet, économiste en chef et membre du directoire de la BCE, a estimé vendredi qu’il faudrait que les perspectives d’inflation se détériorent de manière significative pour que la BCE décide d’une nouvelle baisse des taux d’intérêt. Malgré ces incertitudes, le deuxième trimestre semble avoir débuté sur une note favorable: le sentiment économique s’est amélioré plus que prévu en avril dans tous les secteurs économiques et chez les ménages. Les données provisoires des enquêtes auprès des directeurs d’achats et l’indice allemand Ifo du climat des affaires laisse penser que les entreprises sont plus optimistes pour l’avenir que pour le présent, tandis que la reprise du crédit se poursuit, bien qu’à un rythme encore modéré. La croissance de la zone euro pourrait également s’appuyer sur les achats par la BCE d’obligations émises par les entreprises et sur de nouvelles opérations de financement à très long terme et à bas coût.

(Avec  Reuters)

Croissance Grande-Bretagne: ça se tasse

 

Croissance Grande-Bretagne : ça se tasse

 

Comme aux Etat- Unis la croissance se tasse en Grande Bretagne. La croissance y est encore robuste (autour de 2.4% sur un an) mais  a ralenti plus que prévu au troisième trimestre à 0,5 % contre 0,7% au trimestre précédent, selon la première estimation de l’Office national des statistiques. Sur un, la hausse du PIB est de 2,3%, soit sa plus faible progression depuis deux ans. Ce ralentissement de la croissance s’explique par une nouvelle contraction de la production manufacturière et par une forte chute de la construction, due en partie aux fortes précipitations du mois d’août. En revanche, le secteur des services continue de tirer l‘économie britannique vers le haut, en particulier les services aux entreprises et la finance.

Chine-Grande-Bretagne : le business d’abord ! (Cameron)

Chine-Grande-Bretagne : le business d’abord !  (Cameron)

 

Le business d’abord, les droits de homme après, c’est en substance ce qu’a déclaré Cameron en déployant le tapis rouge au président chinois (les autres font la même chose mais sans le dire aussi nettement).  Au lendemain d’une journée de pompe en compagnie de la reine Elisabeth, le numéro un chinois a été reçu par David Cameron au 10, Downing Street. David Cameron a annoncé que Londres et Pékin avaient signé pour 40 milliards de livres (54 milliards d’euros) de contrats avec la Chine lors de cette visite. Sur ce montant, plus de 12 milliards de livres (16,5 milliards d’euros) concernent le secteur des hydrocarbures, et notamment la compagnie BP. « L’un des éléments majeurs de cette visite, c’est le nombre impressionnant d’accords commerciaux que nous signons, totalisant près de 40 milliards de livres », a-t-il dit à des chefs d’entreprise. Toujours au cours de cette visite, le croisiériste Carnival a signé un accord de coentreprise avec la Chine, d’un montant de 2,6 milliards de livres (3,5 milliards d’euros) portant sur la construction de nouveaux paquebots, a continué David Cameron. Xi Jinping a exprimé l’intention de bâtir un partenariat stratégique global avec la Grande-Bretagne et a dit son souhait de voir les relations bilatérales se hisser à niveau jusque-là inédit. « J’effectue cette visite d’Etat au Royaume-Uni pour tirer profit des avancées passées (…) et hisser les relations sino-britanniques à un nouveau niveau », a dit le président chinois lors d’une conférence de presse avec David Cameron à ses côtés. David Cameron présente son pays comme la porte principale pour les investissements chinois en Occident, même si la chaleur de l’accueil réservé à Xi Jinping a fait froncer des sourcils chez les alliés de la Grande-Bretagne et conduit certains à dire que Londres éludait la question des droits de l’homme en Chine. Le chef du gouvernement britannique a rétorqué mercredi lors de la conférence de presse que le Royaume-Uni n’aurait pas pu avoir une discussion « franche » avec la Chine sur certaines questions comme les droits de l’homme s’il n’entretenait pas avec Pékin des relations économiques et commerciales fortes.

 

 

Encadrement du droit de grève en Grande-Bretagne

Encadrement  du droit de grève en Grande Bretagne

 

Désormais les grèves ne pourront être considérées comme légales que si elles sont par un vote réunissant au moins 40 % des salariés alors qu’aucun quorum n’était imposé jusqu’alors. En dépit de la présence au premier rang de l’opposition de Jeremy Corbyn, le nouveau leader du Labour, les députés britanniques ont approuvé lundi en deuxième lecture le projet de loi conservateur visant à limiter le droit de grève.  Le texte été  approuvé par 317 députés contre 284.  Le projet de loi  durcit les conditions préalables aux arrêts de travail, quelques semaines après deux grèves massives qui ont paralysé le métro londonien. « Les gens qui travaillent ont besoin de savoir qu’ils peuvent vivre normalement sans des perturbations injustifiées », a argué le ministre de l’Emploi, Nick Boles. Le texte prévoit que toute grève soit précédée d’un vote auquel la majorité des salariés concernés participe, alors qu’aucun quorum n’est imposé actuellement. La majorité des votants doit donner son feu vert à la grève, comme c’est déjà le cas aujourd’hui. Dans certains secteurs jugés stratégiques (dont les transports), au moins 40% de l’ensemble des salariés devraient se prononcer pour la grève dorénavant pour qu’elle puisse avoir lieu.

Migrants : nouvel accord entre la France et la Grande-Bretagne

Migrants : nouvel accord entre la France et la Grande-Bretagne

Jeudi, Bernard Cazeneuve le ministre de l’Intérieur et son homologue britannique Theresa May signeront un nouvel accord dans la ville française. Il portera notamment sur « la sécurité du site » d’Eurotunnel. Cet été, de très nombreux migrants ont été de s’introduire dans le tunnel sous la Manche, parfois 2.000 en une nuit. L’accord concerne aussi « la lutte contre les filières criminelles de passeurs » et « le dispositif humanitaire » destiné aux migrants. Ils rencontreront également les associations d’aide aux migrants. Il vient « renforcer » les précédents accords signés entre les deux pays. En septembre, le Royaume-Uni s’était engagé à verser 15 millions d’euros sur trois ans pour sécuriser le port de Calais. En août, face à l’afflux de migrants, les Britanniques avait promis 10 millions d’euros supplémentaires. Bernard Cazeneuve et Theresa May avaient même signé une déclaration commune dans le JDD.

 

La menace des migrants ou l’hypocrisie érigée en politique en Grande Bretagne

La menace des migrants ou l’hypocrisie érigée en politique en Grande Bretagne

 

 

 

Une nouvelle fois la Grande-Bretagne ce caractérise par des déclarations particulièrement contradictoires et hypocrites en matière d’immigration. La Grande Bretagne comme d’autres pays la France par exemple oublie d’abord qu’elle a colonisé  une grande partie du monde et que sa politique a créé des liens incontournables avec les populations locales. La Grande-Bretagne, encore une fois comme d’autres pays, oublie que rien n’a été fait pour le développement de pays devenus indépendants. Pire on a organisé le pillage des ressources ,favoriser la corruption qui tue tout développement économique et social et déstabiliser politiquement nombre de pays ( ce souvenir notamment du rôle de Tony Blair à propos de la pseudo découverte d’armes chimiques en Irak). Enfin la Grande-Bretagne est bien contente d’utiliser cette main-d’œuvre immigrée à bon marché pour effectuer les tâches les plus ingrates et les moins rémunérés. Ce qui permettra aussi à terme de rétablir l’équilibre démographique de nations  vieillissantes. Ne pas oublier non plus que la Grande Bretagne a été à l’origine dune plus grande circulation des biens, des personnes et des capitaux au sein de l’Europe, cela en s’opposant aux règles de régulation. Il ne s’agit donc pas d’interdire l’immigration mais de la réguler l’intégrant dans une problématique plus large. De ce point de vue les déclarations du ministre des affaires étrangères britanniques apparaissent particulièrement hypocrites. Elle contribue largement à alimenter les visions populistes favorisées par la crise économique actuelle. Un afflux de migrants venant d’Afrique représenterait une menace pour le mode de vie et les structures sociales de l’Union européenne, a déclaré dimanche le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond. Selon lui, l’UE est incapable de faire face à une arrivée massive de demandeurs d’asile. Les commentaires du ministre offrent un nouvel exemple de la rhétorique anti-immigration dont use le gouvernement britannique depuis qu’a éclaté la « crise de Calais », comme la surnomme la presse du pays. Des centaines de migrants tentent de franchir les barrières du site d’Eurotunnel pour pénétrer dans le tunnel sous la Manche et parvenir en Grande-Bretagne, le but de leur périple.   »Nous devons être en mesure de résoudre ce problème en étant capable, au bout du compte, de renvoyer ceux qui ne sont pas en droit de demander l’asile dans leur pays d’origine », a déclaré lors d’une interview à la BBC le chef de la diplomatie britannique, en visite à Singapour. « C’est notre priorité numéro un », a-t-il ajouté. Selon lui, la législation européenne a le défaut de permettre aux migrants de se montrer « assez confiants » dans le fait qu’ils ne seront jamais renvoyés dans leur pays d’origine. « La situation n’est pas tenable parce que l’Europe ne peut pas se prémunir et protéger son mode de vie et ses structures sociales si elle doit absorber des millions de migrants venus d’Afrique », a-t-il ajouté. Le ton de plus en plus tranchant employé par le gouvernement – le Premier ministre David Cameron a récemment évoqué une « nuée » – a tendance à susciter l’indignation d’associations, de l’Eglise et de la gauche britannique.

 

Migrants Calais : la France et la Grande-Bretagne sermonnées par l’ONU

Migrants Calais : la France et la Grande-Bretagne sermonnées par l’ONU

L’attitude de la France comme de la Grande-Bretagne vis-à-vis des migrants a calais  a été fort critiquée par l’ONU. Pour résumer l’ONU considère que les mesures prises actuellement pour gérer cette situation sont à la fois inefficaces et inhumaines. La France comme la Grande-Bretagne ne pouvant se limiter à prendre des mesures de sécurité plus ou moins illusoires. Un rappel à l’ordre sans doute utile vie vis-à-vis des  deux pays, aussi de l’Union européenne, qui montrent en la circonstance une belle hypocrisie. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR) a donc réclamé vendredi à la France une « réponse exceptionnelle d’urgence » à la crise des migrants dans le secteur de Calais. « Le HCR réitère un appel lancé depuis l’été 2014 pour une réponse globale – en premier lieu de la part des autorités françaises – face à la dégradation des conditions d’accueil des réfugiés et des migrants à Calais », a déclaré la porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d’un point de presse. « Il est peu probable que les mesures de sécurité seules, même si elles sont compréhensibles, soient efficaces en elles-mêmes », a-t-elle ajouté. D’après l’agence onusienne, quelque 3.000 réfugiés et migrants se trouvent actuellement à Calais et dans le Pas-de-Calais, soit quasiment le même nombre qu’en novembre dernier. Cette situation, a souligné la porte-parole du HCR, n’est « ni nouvelle, ni ingérable ». « En revanche, le nombre croissant de morts parmi les réfugiés et les migrants, au moins dix depuis le début du mois de juin, en tentant de traverser la Manche depuis la ville portuaire de Calais vers le Royaume-Uni constitue un développement inquiétant. » Notant que nombre des migrants du Calais sont des réfugiés ayant fui des conflits ou des persécutions en Syrie, en Afghanistan, ou bien encore en Erythrée, au Soudan et en Somalie, le HCR souligne qu’ils ont besoin d’une protection internationale. Treize ans après la fermeture, en 2002, du centre d’accueil et d’hébergement d’urgence géré par la Croix-Rouge à Sangatte, le HCR s’inquiète des « conditions déplorables » dans lesquelles vivent ces migrants. Les gouvernements français et britannique, a rappelé Vincent Cochetel, directeur du HCR pour l’Europe, « n’étaient pas favorables à la présence d’un centre d’accueil massif comme à Sangatte parce qu’ils pensaient qu’il aimanterait et attirerait davantage de personnes mais alors, quelle est la solution ? Ce n’est une solution ni pour les habitants de Calais ni pour les personnes affectées par ces conditions de vie déplorables ». « Nous sommes en 2015, il y a un grand nombre de casernes militaires vides en France. Traitons cela comme une urgence civile qui ne concerne que très peu de gens, 3.000 personnes », a-t-il poursuivi. « Nous devons dépolitiser la discussion parce que cela n’est pas sain. » Le HCR encourage les autorités françaises à reloger progressivement les clandestins de Calais et « à leur fournir, comme c’est le cas dans la plupart des pays européens, des conditions d’accueil adéquates ». Il juge « également essentiel » de raccourcir les délais d’examen des demandes d’asile déposées en France. « Une réponse exceptionnelle est réclamée d’urgence », a souligné l’agence onusienne, appelant la Grande-Bretagne et d’autres Etats membres de l’Union européenne à coopérer avec les autorités françaises. Vincent Cochetel a souligné que Londres avait rejeté au moins dix requêtes de la France lui demandant de prendre en charge des personnes ayant des liens étroits avec des migrants installés en Grande-Bretagne. « Quand je parle de liens, je n’utilise pas une expression floue, je me réfère aux critères prévus par les règlements (européens) de Dublin qui pourraient être au final pris en considération par les autorités britanniques », a-t-il dit.

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol