Archive pour le Tag 'Grande -Bretagne'

Grande-Bretagne : des restrictions pour les voyageurs européens

Grande-Bretagne : des restrictions pour les voyageurs européens

 

Boris Johnson a indiqué qu’il pourrait prendre des mesures pour restreindre la mobilité des Européens vers le Royaume-Uni. Ces mesures de restriction pourraient aussi toucher la mobilité des marchandises dans la mesure où la plupart des flux sont assurées par les camions. De quoi peser encore un peu plus sur les croissances respectives du Royaume-Uni et de l’union économique.

Interrogé sur la question de savoir si la France devrait être inscrite sur la liste rouge, qui est une catégorie de pays dont la plupart des voyages en Grande-Bretagne sont interdits, Johnson a déclaré à une commission parlementaire que tester les transporteurs aurait un impact sur les flux commerciaux.

«Je pense que nous devons maintenant, sérieusement, nous pencher sur la situation à la Manche. J’ai peur que nous ne puissions pas exclure des mesures plus strictes et nous les mettrons en place si nécessaire », a déclaré Johnson.

«Nous prendrons la décision, aussi difficile soit-elle, d’interrompre ce commerce, d’interrompre ces flux, si nous pensons qu’il est nécessaire de protéger la santé publique et d’empêcher l’apparition de nouvelles variantes, et il se peut que nous devions le faire. que très bientôt.

Brexit et Covid . L’exil d’1,3 millions de personnes de Grande-Bretagne

Brexit  et Covid . L’exil d’1,3 millions de personnes de Grande-Bretagne

La population britannique a chuté de 1,3 million de personnes en 2020 – son déclin le plus brutal depuis la Seconde Guerre mondiale -, selon une étude publiée par l’institut Economic Statistics Centre of Excellence. Les auteurs évoquent un «exode sans précédent» de travailleurs étrangers, lié à la pandémie de Covid-19.

Leurs calculs contestent les chiffres officiels de l’Office for National Statistics, qui n’auraient pas su identifier ce phénomène de retour d’immigrés dans leur pays d’origine, faute d’indicateurs fiables en période de restriction de la mobilité. Ils se basent sur les chiffres de l’emploi, constatant un essor paradoxal de près de 10% de salariés de nationalité britannique, au plus fort de la crise. À l’inverse, ils notent un recul de plus d’un demi-million de travailleurs étrangers sur l’année.

À l’examen de ces données, il semble que les immigrés européens en Grande-Bretagne, surreprésentés dans les secteurs des services, notamment l’hôtellerie-restauration ou les loisirs,

Répression Hong Kong : condamné par Les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne et l’Australie

Répression Hong Kong : condamné par Les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne et l’Australie

 

La Chine ne se préoccupe guère des protestations étrangères et généralise la répression type Mao partout. C’est vrai vis-à-vis des ouïgours mais aussi vis-à-vis de contestataires y compris de grands chefs d’entreprise qui contestent  la mainmise grandissante du parti communiste chinois sur toute l’économie. C’est vrai évidemment aussi à Hong Kong ou les Chinois ne respectent aucun de leurs engagements démocratiques. La Chine écrase tout ce qui fait obstacle à la dictature du parti communiste. En réalité une mafia d’environ 1 million de personnes mais quelques milliers seulement se partagent l’essentiel du magot. D’après Wikipédia :

 

En 2013, selon un rapport de l’Institut Hurun, l’Assemblée nationale populaire compterait dans ses rangs 83 délégués milliardaires, dont Zong Qinghou, l’homme d’affaires le plus riche de Chine5. Le sinologue Jean-Luc Domenach indique « aucun homme politique chinois qui n’ait pas beaucoup d’argent. ». Selon le Consortium international pour le journalisme d’investigation, 20 000 Chinois seraient impliqués dans des compagnies offshore basées dans les paradis fiscaux. En particulier des membres des familles du secrétaire général Xi Jinping, de l’ancien Premier ministre Wen Jiabao, de Deng Xiaoping, de l’ancien Premier ministre Li Peng, de l’ancien secrétaire général Hu Jintao, de Peng Zhen (un des huit immortels du Parti communiste chinois) mais aussi de grands responsables économiques comme Ma HuatengYang HuiyanHuang GuangyuWei Jianghong (en)Zhang Xin.

 

Officiellement le parti communiste chinois compte environ 100 millions de membres mais les militants réellement actifs représentent environ 1 million de personnes qui se partagent les richesses d’un pays comptant 1,5 milliards d’habitants. En haut de la pyramide le président détient tous les pouvoirs y compris celui récent de prolonger son mandat tant qu’il le veut. Bref un véritable retour à Mao et à sa politique de répression et d’extermination.

On peut légitimement se demander jusqu’à quand les pays modernes vont tolérer de telles atteintes à la démocratie et à la justice. Pire, l’union économique européenne vient d’acter le principe d’un accord sur les investissements réciproques en Chine et en Europe !

On notera d’ailleurs que l’Europe ne figure pas pour l’instant dans le camp des protestataires suites à la répression chinoise.

«Il est clair que la loi sur la sécurité nationale est utilisée pour éliminer la dissidence et les opinions politiques opposées», ont déclaré les ministres des Affaires étrangères dans la déclaration conjointe publiée par la ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne.

«Nous appelons les autorités centrales de Hong Kong et de Chine à respecter les droits et libertés légalement garantis du peuple de Hong Kong sans crainte d’arrestation et de détention.»

Les plus éminents défenseurs de la démocratie à Hong Kong ont été arrêtés alors que les autorités ont déclaré que le vote officieux de l’année dernière pour choisir les candidats de l’opposition aux élections municipales faisait partie d’un plan de «renversement» du gouvernement.

Jeudi, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré que Washington pourrait sanctionner les personnes impliquées dans les arrestations et enverra l’ambassadeur américain aux Nations Unies se rendre à Taiwan.

Vaccin Grande-Bretagne : des dizaines de millions au premier trimestre

Vaccin Grande-Bretagne : des dizaines de millions au premier trimestre

 

La Grande-Bretagne est particulièrement touchée par le virus notamment le virus mutant avec par exemple près de 55 000 contaminations en 24 heures annoncées dimanche. Par ailleurs le nombre de morts est le plus élevé d’Europe avec 75 000.

Du coup les autorités envisagent une stratégie de vaccination massive qui concernera plusieurs dizaines de millions de personnes au premier trimestre 2021.

Le pays a été l’un des premiers au monde à lancer une campagne de vaccination contre le COVID-19 début décembre, et le premier à autoriser en urgence le vaccin de Pfizer-BioNTech, puis celui développé par AstraZeneca avec l’université d’Oxford.

Ce dernier vaccin, approuvé la semaine dernière par l’agence britannique du médicament, sera disponible à partir de lundi, a fait savoir le chef du gouvernement.

 

Brexit-Échanges union économique Grande-Bretagne : un chaos logistique à craindre

Brexit-Échanges union économique Grande-Bretagne : un chaos logistique à craindre

Franck Lheureux est directeur général pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique chez Ivalua, une start-up française qui développe un logiciel de gestion des achats. Il évoque dans l’Opinion les risques de chaos logistique pour les entreprises.

Comment se sont préparés vos clients britanniques au Brexit?

Ils anticipent ce qu’ils peuvent anticiper et pour l’instant ils ne peuvent malheureusement pas anticiper grand chose. Le Brexit est un phénomène politique qui aura des conséquences dramatiques sur le plan économique. Mais le temps politique n’est pas le temps économique. Demain, c’est Noël, après-demain, c’est le Nouvel An, et les entreprises n’ont aucune directive. Elles ne vont pas changer leurs modes d’approvisionnement au 1er janvier. Il y aura donc un temps d’adaptation nécessaire, estimée entre six et dix huit mois, durant lequel il pourrait y avoir une souplesse au niveau de la circulation des biens et des marchandises. « No deal ne va pas dire no business ». Les Britanniques sont pragmatiques.

Les grands groupes britanniques sont déjà exposés, au-delà du marché européen, à des fournisseurs, des partenaires et des clients commerciaux du monde entier. Ils ont des divisions export qui sont très sophistiquées, des systèmes d’information qui sont en place pour permettre d’opérer avec des partenaires non européens. Ils sont déjà régulés par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) dans un certain nombre de leurs achats. Ils vont considérer les Européens comme des partenaires équivalent aux Chinois ou aux Américains.

A quels effets faut-il s’attendre?

L’impact réel et immédiat va toucher la production pour des groupes habitués à opérer en flux tendus avec des délais de 12 à 24 heures de réapprovisionnement. Là, ils vont devoir compter en jours ! Les camions qui débarquaient quotidiennement depuis la France, les Pays-Bas ou la Belgique vont être parqués pendant un certain temps. C’est une certitude. Cela va avoir un coût multiple pour une « supply chain » qui va passer de 12 heures à 76 heures. Comment absorber le choc pour que la chaîne ne s’arrête pas? En constituant un stock de sécurité de trois à cinq jours pour absorber la latence dans la chaîne logistique le temps que les barrières douanières s’installent. Ce qui veut dire le financer. Cela va détruire de la valeur. C’est une immobilisation financière. Cela dans une conjoncture où les entreprises, confrontées au choc de la Covid, ont des trésoreries sérieusement mises à mal. Elles vont devoir absorber ce coût financier.

Le deuxième effet sera la mise à niveau des contrats avec les fournisseurs européens. Qui va payer les taxes ? Quand? Comment, auprès de quel organisme ? Imaginez toute la paperasse administrative qui va s’accumuler pour laquelle les entreprises ne sont pas prêtes parce que jusque là elles n’en avaient pas besoin avec leurs fournisseurs européens ! Qui va financer tous ces coûts? L’intérêt des entreprises britanniques va être de les impacter sur leurs fournisseurs. Cela va donner lieu à des bagarres lors des négociations commerciales, c’est une certitude. Cela va peut-être contraindre aussi à plus long terme certains fabricants britanniques à réfléchir à une nouvelle diversification de leurs portefeuilles de fournisseurs argentins, chiliens, chinois etc. offrant un meilleur avantage compétitif.

Et les groupes européens présents au Royaume-Uni?

Je pense qu’ils ont pu se préparer. Dans le domaine logistique, on n’a pas assisté à de grands mouvements de délocalisation. On aurait pu s’attendre à des transferts vers le continent. Ce n’est pas arrivé mais rien ne dit que cela ne va pas se produire. Actuellement, c’est wait and see. Les décisions seront prises dans un an, un an et demi. Se posera alors la question de procéder à des relocalisations ou à des fabrications différenciées en spécialisant les unités anglaises pour servir plutôt le marché domestique afin d’échapper aux droits de douane. On en est encore à travailler sur des scénario. Je ne suis pas sûr qu’ils soient nombreux à sortir un plan du chapeau.

Échanges union économique Grande-Bretagne : un chaos logistique à craindre

Échanges union économique Grande-Bretagne : un chaos logistique à craindre

Franck Lheureux est directeur général pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique chez Ivalua, une start-up française qui développe un logiciel de gestion des achats. Il évoque dans l’Opinion les risques de chaos logistique pour les entreprises.

Comment se sont préparés vos clients britanniques au Brexit?

Ils anticipent ce qu’ils peuvent anticiper et pour l’instant ils ne peuvent malheureusement pas anticiper grand chose. Le Brexit est un phénomène politique qui aura des conséquences dramatiques sur le plan économique. Mais le temps politique n’est pas le temps économique. Demain, c’est Noël, après-demain, c’est le Nouvel An, et les entreprises n’ont aucune directive. Elles ne vont pas changer leurs modes d’approvisionnement au 1er janvier. Il y aura donc un temps d’adaptation nécessaire, estimée entre six et dix huit mois, durant lequel il pourrait y avoir une souplesse au niveau de la circulation des biens et des marchandises. « No deal ne va pas dire no business ». Les Britanniques sont pragmatiques.

Les grands groupes britanniques sont déjà exposés, au-delà du marché européen, à des fournisseurs, des partenaires et des clients commerciaux du monde entier. Ils ont des divisions export qui sont très sophistiquées, des systèmes d’information qui sont en place pour permettre d’opérer avec des partenaires non européens. Ils sont déjà régulés par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) dans un certain nombre de leurs achats. Ils vont considérer les Européens comme des partenaires équivalent aux Chinois ou aux Américains.

A quels effets faut-il s’attendre?

L’impact réel et immédiat va toucher la production pour des groupes habitués à opérer en flux tendus avec des délais de 12 à 24 heures de réapprovisionnement. Là, ils vont devoir compter en jours ! Les camions qui débarquaient quotidiennement depuis la France, les Pays-Bas ou la Belgique vont être parqués pendant un certain temps. C’est une certitude. Cela va avoir un coût multiple pour une « supply chain » qui va passer de 12 heures à 76 heures. Comment absorber le choc pour que la chaîne ne s’arrête pas? En constituant un stock de sécurité de trois à cinq jours pour absorber la latence dans la chaîne logistique le temps que les barrières douanières s’installent. Ce qui veut dire le financer. Cela va détruire de la valeur. C’est une immobilisation financière. Cela dans une conjoncture où les entreprises, confrontées au choc de la Covid, ont des trésoreries sérieusement mises à mal. Elles vont devoir absorber ce coût financier.

Le deuxième effet sera la mise à niveau des contrats avec les fournisseurs européens. Qui va payer les taxes ? Quand? Comment, auprès de quel organisme ? Imaginez toute la paperasse administrative qui va s’accumuler pour laquelle les entreprises ne sont pas prêtes parce que jusque là elles n’en avaient pas besoin avec leurs fournisseurs européens ! Qui va financer tous ces coûts? L’intérêt des entreprises britanniques va être de les impacter sur leurs fournisseurs. Cela va donner lieu à des bagarres lors des négociations commerciales, c’est une certitude. Cela va peut-être contraindre aussi à plus long terme certains fabricants britanniques à réfléchir à une nouvelle diversification de leurs portefeuilles de fournisseurs argentins, chiliens, chinois etc. offrant un meilleur avantage compétitif.

Et les groupes européens présents au Royaume-Uni?

Je pense qu’ils ont pu se préparer. Dans le domaine logistique, on n’a pas assisté à de grands mouvements de délocalisation. On aurait pu s’attendre à des transferts vers le continent. Ce n’est pas arrivé mais rien ne dit que cela ne va pas se produire. Actuellement, c’est wait and see. Les décisions seront prises dans un an, un an et demi. Se posera alors la question de procéder à des relocalisations ou à des fabrications différenciées en spécialisant les unités anglaises pour servir plutôt le marché domestique afin d’échapper aux droits de douane. On en est encore à travailler sur des scénario. Je ne suis pas sûr qu’ils soient nombreux à sortir un plan du chapeau.

Grande-Bretagne : 5G Huawei interdit définitivement interdit

Grande-Bretagne : 5G Huawei interdit définitivement interdit

Contrairement à certains pays de l’union européenne qui ont laissé la porte ouverte à la pénétration de la technologie chinoise ,  les opérateurs britanniques ne devront plus installer de nouveaux équipements 5G fabriqués par Huawei à compter de septembre 2021, a annoncé lundi le gouvernement, dans le cadre d’un projet destiné à exclure le géant chinois des télécoms du réseau mobile à haute vitesse britannique.

“Je définis une marche à suivre claire pour le retrait complet des fournisseurs à haut risque de nos réseaux 5G”, a déclaré le ministre chargé du numérique, Oliver Dowden.

“Cela sera effectué via des pouvoirs nouveaux et sans précédent pour identifier et bannir les équipements télécoms qui représentent une menace pour notre sécurité nationale”, a-t-il ajouté dans un communiqué.

Un soutien financier du sport ……..en Grande-Bretagne

Un soutien financier du sport ……..en Grande-Bretagne

Le gouvernement britannique a annoncé jeudi l’allocation de 300 millions de livres (335,6 millions d’euros) destinés à soutenir les sports impactés par l’absence de spectateurs en pleine pandémie de coronavirus.

“Un soutien sera apporté au rugby à XV, aux courses de chevaux, au football féminin et aux échelons inférieurs de la Ligue nationale de football”, a indiqué le Département du Numérique, de la Culture, des Médias et des Sports (DCMS).

“La ligue de rugby, le sport automobile, le tennis, le netball, le basket-ball, le hockey sur glace, le badminton et les courses de lévriers devraient également en bénéficier.”

L’injection de liquidités, en grande partie constituée de prêts, exclut néanmoins la Premier League et le cricket.

En septembre dernier, plus de cent organismes sportifs avaient écrit à Boris Johnson pour demander un financement d’urgence par crainte d’une “génération d’activité perdue”.

Nigel Huddleston, ministre britannique des Sports, a déclaré qu’il était juste d’intervenir maintenant pour protéger des sports entiers et leurs communautés.

“Ce gouvernement fera tout ce qui est en son pouvoir pour aider nos précieux sports et clubs à passer (la crise du) coronavirus”, a ajouté le ministre du DCMS Oliver Dowden.

On attend évidemment avec impatience le plan de soutien français car nombre de clubs professionnels et même de clubs amateurs risquent  d’être condamnés à la faillite.

Grande-Bretagne : un plan de relance de 30 milliards de livres

Grande-Bretagne : un plan de relance de 30 milliards de livres

En Grande-Bretagne, il n’est pas d’usage de solliciter l’Etat pour intervenir dans l’économie. Mais cette fois la crise sanitaire aura eu raison de l’orthodoxie économique britannique. Il  faut dire que comme en France l’activité devrait fortement diminuer en 2020. On prévoit une diminution du PIB de l’ordre de 10 %. Comme en France, il y a aussi un régime de soutien du chômage partiel. Rishi Sunak, le chancelier de l’Echiquier britannique, a présenté mercredi un nouveau plan de relance de 30 milliards de livres (33,3 milliards d’euros) destiné notamment à soutenir l’hôtellerie, le tourisme et l’immobilier, tout en incitant les employeurs à embaucher à la fin du chômage partiel.

L’économie britannique s’est contractée de 25% en mars et avril, et la perspective d’un rebond dans les secteurs les plus touchés est encore lointaine. Selon les prévisions du Fonds monétaire international, le PIB devrait reculer de plus de 10% cette année.

Dans le cadre du nouveau plan, les employeurs percevront une subvention de 1.000 livres pour chaque salarié qui reprendra le travail à l’expiration, en octobre, du régime de chômage de partiel mis en place pour limiter les conséquences de la crise du coronavirus.

Plus de neuf millions de personnes en bénéficient actuellement, ce qui pourrait représenter jusqu’à neuf milliards de livres, a précisé Rishi Sunak.

Pour l’hôtellerie et le tourisme, également touchés de plein fouet par la crise sanitaire, la TVA sera ramenée de 20% à 5% pendant six mois.

Dans la restauration, une remise de 50%, financée par l’Etat et représentant jusqu’à dix livres par repas, sera proposée aux clients pour un déjeuner du lundi au mercredi pendant le mois d’août.

Le plan de 30 milliards de livres comprend également 5,6 milliards dédiés à une accélération des dépenses d’infrastructures annoncées par le Premier ministre Boris Johnson la semaine dernière.

5G: La Grande-Bretagne entrouvre la porte aux Chinois

5G: La Grande-Bretagne entrouvre la porte aux Chinois

 

La position de la Grande-Bretagne pourrait évoluer en fonction des sanctions américaines contre le groupe chinois, a déclaré lundi le secrétaire d’Etat britannique au Numérique.

Le gouvernement britannique a décidé en janvier que les équipementiers “à haut risque” seraient autorisés à jouer un rôle “limité” dans la 5G, mais entre-temps, l’administration Trump a choisi en mai de restreindre les ventes de semi-conducteurs à Huawei.

Le Centre national britannique de cybersécurité (NCSC) étudie depuis les conséquences de ces nouvelles sanctions.

Le secrétaire d’Etat britannique au Numérique et à la Culture, Oliver Dowden, a déclaré sur Sky News que ces sanctions auraient sans doute un profond impact sur la fiabilité des équipements de Huawei.

“Ce n’est pas figé, nous réexaminons constamment notre dispositif de sécurité afin d’être certain de disposer de la meilleure sécurité possible pour notre réseau de télécommunications”, a-t-il dit.

En France, le directeur général de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi), Guillaume Poupard, a déclaré dans le quotidien Les Echos que Huawei ne serait pas totalement banni de la 5G mais que les opérateurs seraient incités à ne pas utiliser ses équipements.

Coronavirus: la Grande Bretagne OK avec Sanofi et GSK

Coronavirus: la Grande Bretagne OK avec Sanofi et GSK

 

 

La Grande-Bretagne s’apprête à signer un accord de 500 millions de livres sterling (624 millions d’euros) avec Sanofi et GlaxoSmithKline pour la livraison de 60 millions de doses de vaccin contre le COVID-19 sur lequel les deux laboratoires travaillent en collaboration, selon le Sunday Times.

Le journal britannique a précisé que la Grande-Bretagne envisageait d’acheter le vaccin si jamais ce dernier montrait des résultats probants lors des essais cliniques qui doivent débuter en septembre.

Un porte-parole du ministère de l’Economie a fait savoir que des discussions étaient en cours avec différentes entreprises mais n’a pas confirmé que Sanofi ou GSK en faisaient partie.

Sanofi, dont la division Pasteur vaccins jouit d’une solide réputation, notamment contre la grippe, travaille actuellement sur deux projets. L’un d’entre eux utilise un adjuvant fabriqué par GSK qui a reçu l’appui financier de la Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA) du département américain de la Santé.

Les laboratoires du monde entier se sont lancés dans une course pour trouver un vaccin sûr et susceptible d’être produit à grande échelle. Moderna et l’Université d’Oxford, en collaboration avec AstraZeneca, ainsi que BioNTech et Pfizer, qui se sont associés, ont fait la “une” des journaux en passant aux essais sur l’homme dès le mois de mars !.

Sanofi et GSK ont tout deux dit qu’ils prioriseraient la qualité par rapport à la rapidité dans la recherche.

Protéger les entreprises stratégiques.. en Grande_Bretagne

Protéger les entreprises stratégiques.. en Grande-Bretagne

Avec la crise du Coronavirus la valorisation du capital s’est écroulée dans certains secteurs et certaines entreprises. À titre d’exemple, Renault qui valait bien encore pour longtemps 30 milliards ne vaut plus que 5, c’est-à-dire pratiquement rien pour celui qui prétendait il y a encore quelques mois être le premier constructeur mondial. Il en est de même pour nombre d’entreprises françaises et  étrangères. Faute de mesures de protection ,on pourrait assister à une grande braderie soutenue et entretenue notamment par les fonds spéculatifs. La France a annoncé son intention d’éviter cette grande braderie mais n’a pas pris de dispositions encore trop précises dans ce domaine. Faudra faire vite car la crise sanitaire aura fait fondre dividendes et valeurs du capital au point que beaucoup d’entreprises pourraient basculer dans d’autres mains que celle des propriétaires actuels. De son côté ministre britannique des Finances, Rishi Sunak, a autorisé un plan de sauvetage destiné à protéger les entreprises considérées comme stratégiques, dans un contexte de crise économique provoquée par l’épidémie de coronavirus, a rapporté dimanche le Financial Times.

Le Trésor britannique a indiqué pour sa part à Reuters être prêt à intervenir en “dernier ressort” pour aider ces entreprises, dont la chute pourrait selon lui “nuire de manière disproportionnée à l’économie”.

“En cas de circonstances exceptionnelles, lorsqu’une compagnie viable a épuisé toutes les options et que sa chute nuirait de manière disproportionnée à l’économie, nous pourrions envisager un soutien en ‘dernier ressort’”, a déclaré par courriel une porte-parole du Trésor.

Dans le cadre du plan de secours dénommé “Projet Birch”, écrit le Financial Times, le ministre des Finances a accru la capacité du Trésor à gérer les opérations de sauvetage de compagnies “viables” ayant utilisé toutes les autres options, parmi lesquelles les programmes de prêts gouvernementaux.

Selon la même source, l’Etat pourrait acquérir une participation dans des entreprises cruciales qui font face à des difficultés financières sévères. Le FT précise toutefois que le Trésor n’envisagera pas cette hypothèse en premier lieu, mais préférera d’abord accorder des extensions de prêts.

Coronavirus Grande-Bretagne : 269 décès en Grande-Bretagne en 24 heures

Coronavirus Grande-Bretagne : 269 décès en Grande-Bretagne en 24 heures

269 décès en Grande-Bretagne en 24 heures, portant le bilan total à 31,855 décès, selon des données officielles publiées dimanche par le département de la Santé britannique.

Ce bilan, établi par l’agence de Santé publique anglaise et ses consoeurs du Pays de Galles, d’Irlande du Nord et d’Ecosse, tient compte de tous les décès survenus après un test ayant révélé une infection due au coronavirus et reflète la situation samedi à 16h00 GMT.

 

 

Coronavirus Grande-Bretagne : 346 morts en 24

Coronavirus Grande-Bretagne : 346 morts en 24  

La  situation se dégrade encore en Grande-Bretagne avec 346 morts en 24 heures, portant le bilan total à 31.587 morts, a annoncé samedi le ministre des Transports britannique Grant Shapps.

 

Coronavirus Grande-Bretagne : Un des pays les plus endeuillés

Coronavirus Grande-Bretagne : Un des pays les plus endeuillés

.

Selon l’ONS, 21.284 personnes étaient mortes de ce virus au 17 avril, soit un taux de mortalité 52% plus élevé que les 13.917 décès recensés alors dans les hôpitaux et annoncés par le gouvernement le 18 avril dernier.

Plus de 7.000 décès (7.316) ont été recensés sur cette période dans les maisons de retraite britanniques, précise l’ONS.

Avec la prise en compte de ces décès, le bilan britannique dépasse ceux de France – qui prend en compte également les décès dans les maisons de retraite – et d’Espagne mais reste en deçà de celui de l’Italie, l’un des pays les plus endeuillés par l’épidémie dans le monde, selon les calculs de Reuters.

Au 17 avril, la France faisait état de 18.681 morts depuis le 1er mars, l’Italie en était à 22.745 décès et l’Espagne à 19.478 morts liées au virus apparu en décembre en Chine avant de se propager à plus de 200 pays dans le monde.

L’Ecosse, qui publie séparément ses propres statistiques, faisait état lundi de 1.262 décès liés au SARS-CoV-2.

Le dernier bilan de la mortalité imputée au COVID-19 (la maladie que développent certaines des personnes contaminées par le nouveau coronavirus) dans les hôpitaux britanniques, publié mardi, faisait état de 552 décès supplémentaires en 24 heures, pour un total de 19.301 morts depuis le début de l’épidémie.

Grande-Bretagne : nationalisation des compagnies aériennes ( Financial Times)

Grande-Bretagne : nationalisation des compagnies aériennes ( Financial Times)

Finalement le gouvernement de Boris Johnson se résout à envisager des mesures sanitaires économiques proches de celles qui ont été pris dans d’autres pays. Sur le plan sanitaire au départ comme Trump, Johnson  avait minimisé l’importance de la pandémie. Ensuite, il avait refusé toute mesure de régulation de la mobilité. Il vient de décider pourtant de la fermeture des pubs et autres restaurants. Sur le plan économique là aussi remise en cause de la conception libérale avec la possibilité de nationaliser les compagnies aériennes notamment British Airways. Le gouvernement britannique compte en effet prendre des participations dans des compagnies aériennes et d’autres compagnies affectées par la pandémie de coronavirus, a rapporté samedi le Financial Times.

Le gouvernement souhaite investir des milliards de livres dans des entreprises telles que British Airways pour acheter des actions qui pourront par la suite être revendues à des investisseurs privés, a fait savoir le journal financier, citant des sources proches du dossier.

Coronavirus Grande-Bretagne : risque de transmission généralisée

Coronavirus Grande-Bretagne : risque de transmission généralisée

 

La Grande-Bretagne au moins ne pratique pas la langue de bois en niant les réalités puis que le ministre de la santé a reconnue que le virus récemment introduit en Grande-Bretagne concernait  déjà 50 personnes et que le risque de transmission généralisé  était à craindre. De la même manière, c’est la transparence à l’angle saxonne qui prévaut pour analyser les conséquences économiques. Le gouvernement pense  en effet que 20 % des salariés pourraient au sommet de la crise être contraint de rester chez eux.

 

Des hypothèses qui n’ont jamais été envisagées en France; par exemple, on hésite entre une politique de communication visant à rassurer et une politique de gribouille pour les rassemblements dont certains sont autorisés et d’autres pas. On notera en particulier la protection particulière dans bénéficie le football, véritable opium du peuple auquel on ne peut pas toucher. On peut certes aimer football, le sport en général trop ( le pratiquer c’est bien aussi !) mais être conscient que les les enjeux de santé sont autrement supérieurs à des questions de foot et business. La Grande-Bretagne, elle a choisi la transparence et la pertinence. Elle reconnaît que douze nouveaux cas de la maladie due au coronavirus ont été dénombrés en Grande-Bretagne, ce qui porte le total à 51, a annoncé mardi le ministre de la Santé Matt Hancock.

“A 09h00 du matin, il y avait 51 cas confirmés au Royaume-Uni et il est de plus en plus probable que nous assistions à une transmission généralisée dans ce pays”, a-t-il déclaré au Parlement.

Le gouvernement avait dévoilé un peu plus tôt son “plan de bataille” pour enrayer la propagation du virus. Londres estime qu’un cinquième des salariés pourraient devoir cesser le travail au plus fort de l’épidémie.

Pas d’ accord UE-Grande-Bretagne d’ici fin 2020 (Macron)

Pas d’ accord UE-Grande-Bretagne d’ici fin 2020

 

 

Comme l’avait déjà indiqué le ministre des affaires étrangères, jean -Yves le Drian, les discussions fiscales entre l’union européenne et la Grande-Bretagne seront particulièrement difficiles. L’enjeu est en effet de taille. De toute évidence la Grande-Bretagne vise à se constituer en sorte de porte d’entrée privilégiée des produits étrangers vers l’union européenne grâce au dumping fiscal. La proximité de la Grande Bretagne avec les grands ports européens d’une nord constitue évidemment un atout. Mais pour l’union européenne il y a deux raisons majeures pour s’opposer à cette perspective. La première concerne évidemment les distorsions de concurrence de certains produits étrangers d’un point de vue économique, et environnemental. La seconde raison est plus stratégique. Il n’est pas question d’accorder à la Royaume-Uni ( l’Irlande reste évidemment un membre de l’union économique) un statut attractif qui serait susceptible d’intéresser d’éventuels autres membres de l’union économique manifestant des velléités d’indépendance vis-à-vis de l’UE. De ce point de vue, la France en particulier- et notamment Le président de la République Emmanuel Macron- veut régler des comptes avec un Royaume-Uni qui n’a cessé de torpiller de nombreuses de propositions d’intégration à l’intérieur de l’union économique. Le président de la république a  donc exprimé samedi des doutes quant à la capacité de l’Union européenne et du Royaume-Uni de parvenir à un accord commercial dans le cadre du Brexit d’ici la fin de l’année, les tractations sur la pêche s’annonçant très difficiles.

“Ça va se durcir car ils seront très durs… Boris Johnson a une carte en main, c’est la pêche. Et avec ça, ils vont essayer d’obtenir l’accès au marché”, a dit Emmanuel Macron à des représentants de la filière française de la pêche au 57e Salon international de l’agriculture à Paris. “Il n’est pas sûr qu’on aura un accord global d’ici la fin de l’année”, a-t-il ajouté.

Le dossier de la pêche est pour la France l’un des multiples enjeux sensibles des négociations à venir entre l’Union européenne et le Royaume-Uni après la sortie de celui-ci de l’UE. Le président de la République a fait savoir jeudi que la France réclamera des compensations si ses pêcheurs sont privés de l’accès à certaines eaux à cause du Brexit.

La pêche a été l’objet des toutes premières frictions “post-Brexit” entre Paris et Londres début février après que les bateaux de pêche français étant privés de l’accès aux eaux de l’île anglo-normande de Guernesey. Le Royaume-Uni a accordé à la France une autorisation de pêche dans cette zone valable jusqu’à la fin de l’année.

Croissance Grande-Bretagne: La production industrielle à moins 1.8%

Croissance Grande-Bretagne: La production industrielle à moins 1.8%

 

La production industrielle britannique s’est inscrite dans la tendance baissière de toute l’industrie dans l’union européenne. La France a un peu mieux  résista mais c’était un redressement relatif dans la mesure où son industrie pèse de moins en moins dans son PIB . La baisse en Grande-Bretagne est cependant assez accentuée. Ce tassement de la production industrielle en Grande-Bretagne comme dans l’union européenne est cohérent avec la tendance générale de l’économie dont la tendance se tasse nettement.

Après avoir augmenté de 1,9 % en 2018, le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro devrait progresser de 1,1 % en 2019, puis de 1,2 % en 2020 et 2021. Si l’on considère les vingt-sept pays de l’Union (hors Royaume-Uni), la croissance devrait atteindre 1,4 % pour chacune des trois années étudiées.

D’une certaine manière c’est surtout la consommation des ménages qui soutient actuellement la croissance dans l’union européenne. Le problème en Grande-Bretagne c’est que cette consommation a aussi tendance à s’affaiblir assez nettement. La production industrielle britannique a progressé de 0,1% en décembre, un rebond légèrement moins important que prévu, après un recul de 1,2% sur le mois précédent, montrent les statistiques publiées mardi. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,3%.

Sur un an, l’activité du secteur industriel est en baisse de 1,8%, ce qui est nettement plus qu’attendu par les économistes (-0,8%). La production manufacturière a augmenté de 0,3% alors que le consensus la donnait en hausse de 0,5%; celle du secteur des services a avancé de 0,3% quand le consensus s’attendait à progression de 0,2%.

L’Office national de la statistique a par ailleurs annoncé que la balance commerciale était redevenue excédentaire en décembre grâce à une forte augmentation des exportations d’or. L’excédent commercial ressort à 0,845 milliard de livres alors que le consensus s’attendait à ce que le déficit se creuse à -10,00 milliards. Hors métaux précieux, le déficit commercial a été de 7,195 milliards de livres contre 8,905 milliards en novembre.

Croissance Grande-Bretagne : stagnation

Croissance Grande-Bretagne : stagnation

Les derniers chiffres connus, à savoir ceux du quatrième trimestre montrent une stagnation de l’économie britannique. Certes la tendance baissière des économies a été constatée un peu partout au cours de ce quatrième trimestre mais la tendance est encore plus accentuée au Royaume-Uni. Sans doute en cause, les incertitudes relatives au brexit  ( incertitudes qui sont encore loin d’être éliminées tant que les conditions d’un accord commercial normalement applicable au 1er janvier 2021 ne seront pas élaborées). La croissance du produit intérieur brut (PIB) a donc été nulle en octobre-décembre, ce qui est conforme aux estimations des économistes interrogés par Reuters, après une hausse de 0,4% au troisième trimestre.

En rythme annuel, la croissance de l’économie britannique a atteint 1,1% au quatrième trimestre, soit son plus faible niveau depuis le premier trimestre 2018. Le consensus tablait sur une hausse de 0,8%. Sur le seul mois de décembre, le PIB a avancé de 0,2%.

Les données de l’ONS montrent également que la croissance des dépenses des ménages, qui a contribué à stimuler l’économie britannique pendant la majeure partie de la période qui a suivi le référendum sur le Brexit de 2016, est tombée à son plus bas niveau depuis quatre ans.

Pour l’instant et tout au long de l’année la Grande-Bretagne reste soumise règle européenne et d’un point de vue juridique n’a donc pas eu à subir de modifications concrètes impact en son économie. Le tassement titré est donc surtout à imputer aux questions qui restent en l’état concernant les futures relations entre le Royaume-Uni et l’union européenne. Des futures relations qui vont sans doute susciter d’autres inquiétudes avec les annonces un peu provocatrice de Boris Johnson par exemple relative au port franc à la future réglementation du mouvement des capitaux.

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol