Archive pour le Tag 'GPA'

Politique: Clément Beaune : Ministre des transports et de la GPA !

Politique: Clément Beaune : Ministre des transports et de la GPA !


Ça devient une habitude dans le gouvernement, certains ministres sont plus volubiles sur des questions qui ne les regardent pas que sur le champ de leur portefeuille. Ainsi par exemple Clément Beaune qui se prononce pour la légalisation de la GPA. Le ministre de l’écologie pour sa part propose des référendums sur des sujets qui ne concernent pas son portefeuille. On se demande pourquoi le ministre des transports se prononce sur la GPA. Un problème évidemment très complexe, délicat et souvent douloureux pour lequel le ministre des transports n’est pas spécialement qualifié.

Le ministre des transports serait mieux de s’inquiéter des dysfonctionnements dans son champ d’activité notamment les incidents récurrents dans certains transports collectifs, la hausse du prix du carburant, le développement des transports alternatifs et la recherche d’une plus grande complémentarité des modes.

« Aujourd’hui, la donne est claire : la GPA ne figure pas dans le contrat présidentiel et législatif que nous avons passé avec les Français au printemps 2022. Cette mesure n’est pas au programme, le président l’a dit aux Français. Est-ce que, néanmoins, à l’avenir, il faudrait aller plus loin et légaliser la GPA ? Je le pense, oui », déclare Clément Beaune .

« Ce n’est pas pour maintenant », insiste le ministre. Mais « il y a d’un côté tellement d’enfants en souffrance et de familles dysfonctionnelles, et de l’autre, tellement de couples qui portent dans leur coeur un projet d’enfants », fait-il valoir.

Dommage que le ministre ne mette pas autant d’enthousiasme pour tenter de régler la crise de mobilité et l’insuffisance des transports alternatifs.

Clément Beaune : Ministre des transports et de la GPA !

Clément Beaune : Ministre des transports et de la GPA !


Ça devient une habitude dans le gouvernement, certains ministres sont plus volubiles sur des questions qui ne les regardent pas que sur le champ de leur portefeuille. Ainsi par exemple Clément Beaune qui se prononce pour la légalisation de la GPA. Un problème évidemment très complexe, délicat et souvent douloureux pour lequel le ministre des transports n’est pas spécialement qualifié.

Le ministre des transports serait mieux de s’inquiéter des dysfonctionnements dans son champ d’activité notamment les incidents récurrents dans certains transports collectifs, la hausse du prix du carburant, le développement des transports alternatifs et la recherche d’une plus grande complémentarité des modes.

« Aujourd’hui, la donne est claire : la GPA ne figure pas dans le contrat présidentiel et législatif que nous avons passé avec les Français au printemps 2022. Cette mesure n’est pas au programme, le président l’a dit aux Français. Est-ce que, néanmoins, à l’avenir, il faudrait aller plus loin et légaliser la GPA ? Je le pense, oui », déclare Clément Beaune .

« Ce n’est pas pour maintenant », insiste le ministre. Mais « il y a d’un côté tellement d’enfants en souffrance et de familles dysfonctionnelles, et de l’autre, tellement de couples qui portent dans leur coeur un projet d’enfants », fait-il valoir.

GPA : interdite en France (Valls)

GPA : interdite en France (Valls)

La gestation pour autrui (GPA) restera interdite en France, a promis Manuel Valls dans un entretien à la Croix, où il « exclut totalement » la transcription « automatique » des actes de filiation d’enfants nés à l’étranger de mères porteuses. Réaffirmant la position de François Hollande, la GPA, qui est « une pratique intolérable de commercialisation des êtres humains et de marchandisation du corps des femmes », « est et sera interdite en France », déclare le Premier ministre. Ces déclarations interviennent à deux jours de manifestations de la Manif pour tous, qui sont notamment dirigées contre la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour son refus de transcrire les actes de filiation d’enfants nés par GPA à l’étranger. Manuel Valls explique au quotidien chrétien que « la France n’a pas fait appel de cette décision car notre droit national, c’est-à-dire l’interdiction, n’est pas remis en cause ». Mais si le gouvernement se laisse « le temps de la réflexion » sur les droits de ces enfants (substitut à l’autorité parentale, droit à hériter, nationalité…).

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol