Archive pour le Tag 'gouvernemental'

Nicolas Hulot : un vernis gouvernemental (Yannick Jadot)

Nicolas Hulot : un vernis gouvernemental (Yannick Jadot)

Yannick Jadot d’Europe écologie les Verts n’a sans doute pas tort  quand il estime que Nicolas Hulot « a servi de caution à un vernis environnemental». De fait, il faut se souvenir que  Macon s’est montré très discret sur la problématique environnementale lors de sa campagne électorale. Au dernier moment pour combler ce vide il a appelé Nicolas Hulot au gouvernement. Malheureusement,  le ministre de l’environnement, comme ses prédécesseurs, a dû avaler de nombreuses couleurs. C’est une sorte de tradition dans ce ministère qui ne dispose ni de pouvoir, ni d’administration ni de moyens. C’est en quelque sorte le ministère de la parole mais tout se décide ailleurs Nicolas Hulot le rôle de la pythie mais ses  sobres présages ne sont guère écoutés sur le climat, sur les émissions polluantes, ou encore sur la politique énergétique. D’une certaine manière contraire Nicolas Hulot sert de caution pour faire passer la politique du nucléaire en agitant les marionnettes inutiles et coûteuses des éoliennes. Jadot distingue clairement ce qui relève de « l’écologie de l’affichage », pratiquée par le gouvernement, et de « l’écologie du courage », incarnée selon lui par son parti.

« L’affichage c’est de faire un tweet disant ‘le glyphosate on en sortira dans 3 ans’. Le courage c’est de l’inscrire dans la loi, c’est les écologistes qui l’ont eu au parlement européen quand on a gagné en votant la sortie du glyphosate. Emmanuel Macron n’a pas de courage. »

Yannick Jadot conclut en laissant tout de même une chance à Nicolas Hulot de se rattraper si ce dernier obtenait « l’arrêt du projet Montagne d’Or », projet d’exploitation minière polémique en Guyane, ou « la fermeture de centrales nucléaires » avant la fin du quinquennat. En fait,  il s’agit plutôt d’un piège concernant le nucléaire car la programmation de l’énergie va démontrer qu’on ne pourra pas fermer une seule centrale d’ici la fin du quinquennat compte tenu des reports répétés de la mise en service de l’EPR de Flamanville qui conditionne la seule fermeture envisagée à savoir celle de Fessenheim.

 

Valls : un séminaire gouvernemental bidon

Valls : un séminaire gouvernemental bidon

 

Annoncé a grand renfort de com. le séminaire à évidemment accouché d’une souris. Quel séminaire ? En fait une réunion commencée à 11h00 et terminée à 12h30 avec 40 participants. Soit 2 minutes pour chaque participant pour s’exprimer. En fait un séminaire bidon comme la politique du gouvernement. La plupart ignorent tout de ce qu’est un séminaire dans une entreprise privée. Il aurait fallu d’abord faire l’analyse économique, sociale, politique, puis déterminer des objectifs en fonction de scénarios, enfin définir des moyens. Au lieu de cela le gouvernement a surtout écouté un discours de Valls et de Hollande  qui ont trouvé de nouveaux « trucs » pour la rentrée :  l’investissement et l’apprentissage. Attention Hollande pourrait bien lancer un nouveau pacte pour l’investissement et l’apprentissage avec sa cohorte de pseudo concertation et ses cathédrales administratives.   Valls a donc délivré sa feuille de route. Le Premier ministre a dit vouloir lutter « contre tous les blocages qui freinent notre pays ». « Nous ne changeons pas en fonction des circonstances », a-t-il déclaré, disant vouloir « s’en tenir au pacte de responsabilité ». « C’est une pause, pas un arrêt. Chacun doit être mobilisé », a-t-il ajouté, évoquant les vacances ministérielles qui débutent.   »La rentrée va être difficile en matière de conjoncture économique (…) Il faut dire la vérité aux Français. » Le « bonnes vacances » de Manuel Valls a jeté un froid. A l’issue du dernier séminaire gouvernemental avant les vacances, le Premier ministre a dévoilé vendredi sa feuille de route pour la rentrée. Son credo : « Réformer ». « Il faut réformer, réformer et réformer inlassablement », a-t-il ainsi martelé, appelant à « lutter contre tous les blocages qui freinent notre pays » et à « amplifier le mouvement amorcé ces quatre derniers mois ». Et en matière de réforme, Manuel Valls entend aller plus loin. « Nous ne changeons pas en fonction des circonstances », a-t-il dit, soulignant à plusieurs reprises la nécessité de « s’en tenir au pacte de responsabilité ». « Le pire serait de faire demi-tour au milieu des flots », a-t-il ainsi estimé. S’il a souligné les réformes faites jusqu’à présent ou en cours – réforme territoriale, non-cumul des mandats, transition énergétique – le chef du gouvernement a surtout dépeint un contexte difficile. Se félicitant du fait que les positions françaises en faveur de l’emploi, de la croissance et du pouvoir d’achat « rencontrent un écho bien plus grand » en Europe, Manuel Valls a regretté que « cette prise de conscience se traduise par une terrible lenteur dans les faits ». « Les politiques économiques de la zone euro ne sont pas efficaces », a-t-il lâché. « Le risque de déflation est réel », s’est-il par ailleurs inquiété, car « au niveau européen, la croissance et l’inflation sont en retrait par rapport à ce que nous pouvions attendre ». Pour faire face à ces difficultés, Manuel Valls mise tout sur « le volontarisme », « marque de fabrique » de ce gouvernement, incarné par la consigne donnée par François Hollande aux ministres lors de ce séminaire gouvernemental. Et répétée par le Premier ministre face aux journalistes : « J’ai demandé aux membres du gouvernement certes de prendre du repos, mais surtout de ne pas relâcher leur intention et leur vigilance. C’est une pause, pas un arrêt. Chacun doit être mobilisé. » Le message est clair.

 

Réduction Déficit- le plan gouvernemental très théorique

Réduction Déficit-  le plan gouvernemental très théorique

Le quotidien économique Les Echos se montre dubitatif, sous la plume de Jean-Marc Vittori, qui estime que, « perpétuellement repoussé au surlendemain, l’ajustement budgétaire va finir par ressembler à une chimère ».   »A entendre MM. Hollande, Ayrault et Moscovici – il y a quelques semaines nous aurions pu rajouter Cahuzac -, il ne s’agit en aucun cas d’une politique d’austérité », s’étrangle Jean-Emmanuel Ducoin dans L’Humanité. Le quotidien communiste dénonce une « supercherie ».   »En réalité, les perspectives d’un retour de la croissance et du désendettement sont comme la ligne d’horizon pour le marcheur : elles reculent au fur et à mesure que l’on avance », écrit Bruno Dive dans Sud Ouest.  Pour Jacques Camus (La Montagne/Centre France), « le chef de l’État s’enferre, pour des raisons politiques, dans une stratégie économique du +ni ni+ : ni austérité pour complaire à son aile gauche, ni laxisme budgétaire pour amadouer Bruxelles ».  Mais, « alors que le doute s’installe partout – et c’est mauvais – la croissance se décrète non avec des mots mais avec des actes forts », insiste Pierre Cavret dans Ouest France.  C’est pourquoi, selon Hervé Favre de La Voix du Nord, « pour pouvoir tenir sur sa ligne de +sérieux budgétaire+ qu’il oppose à l’austérité, François Hollande a besoin de résultats rapides sur le front du chômage et de l’activité des entreprises ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol