Archive pour le Tag 'gourmand !'

Échec Orange et Bouygues : Bouygues trop valorisé et trop gourmand

Échec Orange et Bouygues : Bouygues trop valorisé et trop gourmand

 

 

C’est sans doute la complexité du dossier qui est responsable de l’échec, aussi l’entêtement des négociateurs.  D’un côté on se demande si Martin Bouygues a vraiment envie de vendre sa branche télécom et côté gouvernement on n’est pas disposé à voir un investisseur privé monter en puissance dans d’une entreprise au développement exemplaire. Premier élément d’opposition, celui du montant de la valorisation de Bouygues Telecom que le groupe estimé autour de 10 milliards. Une somme précédemment offerte par SFR mais qui paraissait déjà excessive. Pourtant Bouygues avait refusé l’offre. Bouygues Telecom n’a guère d’avenir en restant isolé surtout dans un contexte caractérisé par une guerre des prix du coup le prix de Bouygues Telecom ne peut être évalué qu’au regard de cet avenir incertain. Côté gouvernement on ne souhaitait pas diluer le capital de l’État dans une entreprise au développement exceptionnel notamment à l’international. Du coup on voulait imposer le blocage de l’influence de Bouygues dans Orange.  autre question aussi les conditions de répartitions de dépouilles de cette hypothèse de mariage entre Orange et Bouygues. L’autorité de la concurrence aurait notamment imposé que Bouygues notamment se débarrassent  d’activités au profit d’autres opérateurs qui dans la négociation se sont aussi montrés un peu gourmand.  bref un pêché général de gourmandise pour toutes les parties intéressées. Reste quand même l’interrogation dominante Bouygues a-t-il vraiment l’intention de ce séparé de sa branche télécoms ? « Le top management d’Orange commence à se demander si Martin Bouygues est vraiment prêt à vendre Bouygues Telecom, une entreprise qu’il a lui-même fondée en 1994″, disait alors une source proche du dossier. La valorisation de Bouygues Telecom, le niveau de la participation de Bouygues dans Orange et la représentation du groupe de BTP au sein d’un conseil élargi de l’opérateur télécoms étaient vus comme autant de dossiers à trancher.  Selon des sources interrogées par Reuters, Emmanuel Macron ne voulait, en outre, à aucun prix apparaître comme le ministre de l’Economie qui aurait permis à Martin Bouygues de prendre le contrôle de l’ancien France Telecom. Si l’opération avait été à son terme, Bouygues serait devenu le premier actionnaire privé d’Orange à travers une augmentation de capital réservée, qui aurait mécaniquement dilué la participation de 23% de l’Etat. Le ministre de l’Economie voulait notamment que Bouygues s’engage à geler sa participation dans Orange pour une durée de sept ans et renonce aux droits de votes doubles qu’obtiennent les investisseurs de long terme. Conclusion personne ne gagne vraiment suite à cet échec des négociations entre Bouygues et Orange mais le plus grand perdant c’est sans doute Bouygues dans l’avenir en tant qu’opérateur isolé paraît hypothétique.

100 femmes chez Hollande à l’Élysée : gourmand !

100 femmes chez  Hollande à l’Élysée : gourmand !

Cette fois ce n’est pus de la gourmandise,  c’est de la gloutonnerie. Pour aller aux Philippines, il s’était déjà fait accompagner par deux charmantes actrices ( il n’y avait que deux laces sur le scooter) mais là c’est 100 femmes qui vont visiter Hollande. Ou alors il s’est converti à L’islam radical. Pas la peine que Valls se décarcasse pur repeindre les cages d’escalier des HLM pour lutter contre les fondamentalistes. Encore un plan contre l’apartheid qui foire. François Hollande reçoit dimanche matin des femmes venues de toute la France. Dont Justine qui se confie au JDD.  Un récit poignant, extrait :

Elles ne sont jamais entrées dans un lieu de pouvoir mais elles seront dimanche matin à l’Élysée pour dialoguer avec François Hollande, en ce dimanche 8 mars. Justine Ly est l’une de ces 100 femmes. « Pour moi, c’est grandiose. Venir à l’Élysée, c’est un privilège », avoue de sa voix rieuse cette conductrice de machines de 34 ans. Petite, elle ne savait pas ce qu’elle voulait faire. Elle grandissait dans « une famille modeste », avec ses huit frères et sœurs. Elle voyait son père partir tous les jours à « la manufacture Michelin », comme elle l’appelle, et comme tout le monde ou presque la surnomme à Clermont-Ferrand. « Je trouvais que mon papa était souvent fatigué, que c’était dur pour lui », se souvient cette maman d’une petite fille de 5 ans, née pendant qu’elle cherchait encore sa voie. Mais un jour, elle l’a trouvée. Et la jeune femme est entrée à son tour chez Michelin, où deux de ses frères travaillent aussi. Un CDD d’abord et maintenant un CDI. « Ma responsabilité? Faire de bons pneus. Je conduisais de petites machines, je viens de commencer une formation pour m’occuper de plus grosses machines industrielles », raconte avec enthousiasme celle qui travaille en trois-huit comme de si nombreux ouvriers. « Quand je travaille la nuit, mon compagnon garde ma fille. Travailler en trois-huit, ça me facilite la gestion de ma vie personnelle, je peux emmener ma fille à l’école ou passer l’après-midi avec elle. » Elles ne sont que 60 femmes sur les 700 salariés du site. Ce qu’elle a envie de dire au Président? « Que le travail aujourd’hui en usine, c’est possible pour une femme, si l’entreprise s’en donne les moyens. »

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol