Archive pour le Tag 'Goodyea'

Goodyear: 19 policiers blessés

Goodyear: 19 policiers blessés

Six ans après un premier projet de restructuration, les salariés de l’usine Goodyear d’Amiens-Nord ont violemment manifesté jeudi devant le siège français du fabricant de pneus à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), à l’occasion d’un nouveau comité central d’entreprise sur le projet de fermeture du site.  Dans la rue pavillonnaire d’ordinaire paisible, quelques heures après la manifestation, flottait encore une âcre odeur de gaz lacrymogène et de pneus brûlés, vestige d’échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre, que la direction de Goodyear a condamnées.  Aux jets de bouteilles ou de projectiles de la part des salariés ont répondu gaz lacrymogènes et jets violents des canons à eau de la police, pour repousser plusieurs centaines de manifestants venus de la Somme.  Bilan: des blessés légers de part et d’autre (19 dans les rangs de la police, selon une source policière et cinq manifestants hospitalisés, selon les syndicats), un camion anti-émeutes à la tôle partiellement calcinée et des dizaines de bouteilles, cannettes et coquilles d’oeufs jonchant le sol.   »Le monde ouvrier en a marre de se faire écraser! », a affirmé, énervé, Jean-Louis Ditte, mécanicien de 48 ans dont « 24 de Goodyear ». « Ce déploiement de forces de l’ordre, c’est de la provocation », a renchéri Philippe Dufaux, opérateur de 43 ans, depuis 13 ans à Amiens-Nord. « Nous, on veut juste protéger nos familles », a-t-il ajouté.  Après six ans de lutte, les salariés disent garder espoir, alors que la direction a annoncé fin janvier son projet de fermer l’usine, « seule option possible après cinq années de négociations infructueuses », selon elle, pour sauvegarder la compétitivité des secteurs tourisme et agricole du groupe.   »Les effets d’annonce de la direction jouent sur le moral des salariés », a déploré Christophe Verecque, salarié non syndiqué, énumérant « le projet de 400 suppressions de postes d’abord, puis 800, ensuite un plan de départs volontaires, et le projet avorté de Titan…. » Malgré la diminution drastique des volumes de production, les salariés d’Amiens-Nord, dont certains disent ne plus travailler qu’une heure ou deux par jour, affichent un attachement fort à leur usine. Les élus se sont aussi battus pour préserver l’emploi lors du CCE qui portait notamment sur les conclusions du rapport d’expertise Secafi, qu’ils ont mandaté, les mesures d’accompagnement social et l’analyse économique autour du projet de restructuration.  Ils devaient faire des « propositions alternatives » à la fermeture de l’usine d’Amiens-Nord, qui menace 1.173 emplois directs et environ 500 indirects, selon Didier Raynaud (CFDT).  La CFDT défend entre autres la piste d’un repreneur éventuel et celle d’un plan de départs volontaires pour les seniors qui pourrait concerner environ 400 personnes jusqu’à 56 ans, selon Didier Raynaud.  La CGT a mis en avant, seule, un projet de Scop (société coopérative et participative) qu’elle détaillera le 17 mars.  Pendant la réunion, les élus CGT et CFDT ont voté quatre résolutions qui vont permettre au CCE d’entamer des actions en justice pour dénoncer des « irrégularités », selon eux, dans la procédure d’information-consultation du CCE et du comité d’entreprise européen. Ils vont aussi faire constater le « défaut d’information sur la situation économique du groupe au CCE » et l’ »indigence du PSE au regard des moyens du groupe ».  CGT et CFDT estiment par ailleurs que la direction a opéré un transfert de production dissimulé d’Amiens-Nord vers d’autres sites du groupe, ce qui, selon Mickaël Wamen est « constitutif d’une restructuration frauduleuse ».   »La réorganisation a commencé il y a pas mal de temps », a aussi affirmé Didier Raynaud en soulignant: « Aujourd’hui, nous sommes à 2.600 pneus de tourisme par jour pour une capacité de 22.000″.  Leur avocat Me Fiodor Rilov a précisé que toutes les actions en justice seraient lancées « dans les prochains jours ». Elle permettront de « mettre en échec le projet de la direction, comme en 2006″, année où, le 7 mars, elle annonçait son intention de supprimer plus de 400 postes, estime-t-il.

 

Goodyear: Montebourg répond au patron de Titan sur le même ton

Goodyear: Montebourg répond au patron de Titan sur le même ton

« Vos propos aussi extrémistes qu’insultants témoignent d’une ignorance parfaite qu’est notre pays, la France », écrit le ministre du Redressement productif, dans un courrier virulent rendu public mercredi soir, en réponse à une lettre rendue publique mardi dans laquelle Maurice M. Taylor critiquait violemment ces ouvriers et les travailleurs français.   »Soyez assuré de pouvoir compter sur moi pour faire surveiller par les services compétents du gouvernement français avec un zèle redoublé vos pneus d’importation », a menacé M. Montebourg.  Titan International avait proposé en 2012 de reprendre plus de 500 salariés de l’usine en difficulté Goodyear d’Amiens-nord, mais le projet avait ensuite capoté, et la relance du gouvernement en 2013 avait déclenché la lettre de M. Taylor.   »Les salariés discutent pendant trois heures et travaillent pendant trois heures », « vous pouvez garder les soi-disant ouvriers »: le patron du groupe américain de pneumatiques agricoles n’a pas mâché ses mots dans son courrier à Arnaud Montebourg, rendu public mardi mais daté du 8 février.   »Goodyear a essayé pendant plus de quatre ans de sauver une partie des emplois à Amiens, qui sont parmi les mieux payés, mais les syndicats et le gouvernement français n’ont fait rien d’autre que de discuter », a écrit le PDG Maurice M. Taylor, parlant de « syndicat fou » et insistant sur la responsabilité du gouvernement français dans ce dossier.  Cette lettre à Arnaud Montebourg n’est pas « une lettre à une petite amie, on parle d’affaires », a admis M. Taylor mercredi dans un entretien à l’AFP.  Il raconte, en prenant l’accent français, que dans ses missives, Arnaud Montebourg lui demandait de « relancer les négociations ». « Je lui ai dit +vous êtes dingue+ », ajoute-t-il. Il n’y a pas de négociations possibles puisque « nous sommes les seuls au monde à avoir voulu mettre de l’argent dans l’usine ».   »Les ouvriers français travaillent bien mais le problème », c’est que « la journée d’un ouvrier français fait sept heures payées mais les ouvriers prennent une heure pour déjeuner et faire des pauses, ils travaillent trois heures, et les trois autres heures ils s’assoient ou se promènent et discutent », a renchéri Maurice M. Taylor.  Les ouvriers français, « on ne peut pas les suspendre, on ne peut pas les licencier », déplore-t-il encore, ajoutant que « bientôt, en France (il n’y aura plus d’emplois) et tout le monde passera la journée assis dans les cafés à boire du vin rouge ».  Dans sa réponse mercredi, M. Montebourg rappelle le nombre d’entreprises américaines installées en France et insiste sur les liens historiques unissant les deux pays, en invoquant les liens historiques entre les deux nations, que ce soit l’aide du Marquis de La Fayette à l’indépendance américaine ou le débarquement américain en Normandie du 6 juin 1944.   »Loin de vos propos aussi ridicules que désobligeants, l’ensemble de ces entreprises (américaines) connaît et apprécie la qualité et la productivité de la main d’oeuvre française », écrit M. Montebourg.   »Puis-je vous rappeler que Titan, l’entreprise que vous dirigez, est 20 fois plus petite que Michelin, notre leader technologique français à rayonnement international, et 35 fois moins rentable », poursuit-il.   »Savez-vous au moins ce qu’a fait (le marquis de) La Fayette pour les Etats-Unis d’Amérique? Pour notre part, nous Français, n’oublierons jamais le sacrifice des jeunes soldats américains sur les plages de Normandie pour nous délivrer du nazisme en 1944″, écrit encore M. Montebourg.  Dans un entretien à Libération de jeudi, Arnaud Montebourg renchérit en qualifiant à nouveau M. Taylor d’ »extrémiste », affirmant qu’il « a montré son isolement, y compris dans son propre pays. Ce monsieur s’est présenté à la primaire républicaine aux Etats-Unis et n’a recueilli que 1% des voix avec un programme marqué à l’extrême droite ».

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

Goodyear-Amiens nord: pas de reprise par Titan

Goodyear-Amiens nord: pas de reprise par Titan

Dans un communiqué, le ministre du Redressement productif indique que le groupe Titan International, qui avait envisagé un temps de reprendre l’établissement pour y fabriquer des pneus agricoles, a fait savoir par courrier au gouvernement « qu’il ne reviendrait pas à la table des négociations ». Cette annonce intervient alors qu’un comité central d’entreprise extraordinaire de Goodyear France doit se réunir à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) pour évoquer la fermeture de l’usine d’Amiens-Nord, où près de 1.200 emplois sont menacés.  Arnaud Montebourg indique avoir « mandaté l’Agence Française des investissements internationaux pour la recherche d’un repreneur pour ce site de production de pneus ». Son ministère avait relancé Titan International à l’annonce de la fermeture d’Amiens-Nord parce que le groupe américain avait négocié l’an passé une possible reconversion du site en unité de production pneus agricoles avant de renoncer faute d’accord avec la CGT, syndicat majoritaire, sur un plan de départs volontaires.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol