Archive pour le Tag 'gilets'

Page 3 sur 11

Gilets jaunes: entre 50 000 et 100 000 manifestants

Gilets jaunes: entre  50 000 et 100 000  manifestants 

.

Comme d’habitude les chiffres des manifestants ne coïncident pas selon qu’il s’agit du ministère de l’intérieur ou des gilets jaunes. D’après le ministère de l’intérieur, on compterait autour de 50 00 manifestants en France soit une légère remontée par rapport à la semaine précédente. De leur côté, les gilets jaunes décomptent de l’ordre de 100 000 participants. C’est à la fois peu et beaucoup. C’est peu, si l’on se réfère aux mobilisations classiques des syndicats. Mais c’est toujours aussi spectaculaire. C’est beaucoup car le mouvement dure maintenant depuis plus de deux mois. En cause, le fait qu’aucune négociation n’a été engagée pour tenter de résoudre cette crise d’une part parce que les gilets jaunes ne souhaitent pas désigner une coordination nationale, d’autre part parce que le gouvernement lui-même a mis sur la touche les syndicats. Bref la France s’enfonce dans la crise. Le grand débat n’est pas inintéressant dans la mesure où il permet à certains de s’approprier la problématique économique et sociale. Mais un grand débat qui pose le problème de son débouché dans la mesure où il ressort que les principales priorités des Français portent sur des aspects sociaux et fiscaux et que le pouvoir ne compte pas changer de politique dans ce domaine mais au contraire accélérer ses réformes. La seule issue possible en l’absence de médiation passera donc inévitablement le moment venu par un changement de gouvernement voir des élections législatives anticipées dans la mesure où la perspective d’un référendum apparaît très réductrice des enjeux du conflit. Notons aussi que les gilets jaunes sont très divisés quant à l’avenir de leur mouvement notamment entre ceux qui veulent conserver un caractère essentiellement social aux protestations et ceux qui privilégient des débouchés politiques sans parler des déviances de certains leaders  sans doute un peu enivrés par le parfum médiatique.

Gilets jaunes :  » l’individualisme exacerbée responsable de la crise » ? (Dominique Schnapper, sociologue)

Gilets jaunes :  » l’individualisme exacerbée responsable de  la crise » (Dominique Schnapper, sociologue)

Dans une interview au JDD, la sociologue Dominique Schnapper analyse le mouvement des gilets jaunes. Une analyse de sociologue un peu réductrice  qui fait quand même l’impasse sur le contexte social et fiscal .

Comment analysez-vous la forme de protestation inédite incarnée par les Gilets jaunes?
La manifestation de rue est un grand classique de l’histoire ­politique française. Elle était jusqu’à présent organisée par des syndicats ou des partis. Cette fois, nous sommes confrontés à des ­manifestants qui récusent toute forme d’organisation. Le gouvernement se retrouve sans interlocuteurs avec lesquels il pourrait discuter. Lorsqu’un Gilet jaune manifeste son intention d’ouvrir un dialogue, il est aussitôt contesté par d’autres qui disent : il ne nous représente pas. Cette situation explique à la fois la longévité du mouvement, qui pourrait durer encore des semaines, et la difficulté de sortir de la crise.

 

Cette crise de la démocratie ne tient-elle pas aussi à l’action des élus?
Je ne crois pas. Les ministres, les députés ou les maires d’aujourd’hui ne sont pas plus ­incompétents ou corrompus que leurs prédécesseurs. C’est l’individualisme poussé à l’extrême qui provoque la crise : personne ne peut me représenter sauf moi-même ! Cette conviction de plus en plus partagée conduit à refuser les contraintes qu’impose tout collectif. J’y vois le risque de sombrer dans une sorte d’anarchie qui ferait le lit du totalitarisme. Le rejet du débat démocratique par les ­Gilets jaunes a pour conséquence le ­caractère contradictoire des ­revendications. Comment peut-on à la fois réclamer moins d’impôts et plus de services publics ? Tout le monde connaît la phrase de ­Maurice Thorez [secrétaire général du Parti communiste français de 1930 à 1964] : il faut savoir finir une grève. Il tenait un discours de professionnel de la lutte sociale, cherchant une issue aux conflits.

Une liste Gilets jaunes avec Jean Lassalle !!!

Une liste Gilets jaunes avec Jean Lassalle !!!

Décidément la récupération politique du mouvement des gilets jaunes va bon train. On avait déjà noté que l’extrême droite et l’extrême-gauche tentaient de s’attribuer les « vertus » des gilets jaunes. Même du côté du pouvoir, on apporte un soutien discret à une liste gilets jaunes qui pourrait prendre des voix justement aux extrêmes. Jusqu’à aujourd’hui ont constaté quatre ou cinq possibilités de liste de gilets jaunes aux européennes. Le problème c’est que le capital de voix d’une éventuelle liste tourne autour de 12 % et que si on divise ce potentiel par cinq,  chaque liste en moyenne ne recueillerait que 2 %, c’est-à-dire aucun député sans parler des conséquences financières. Cette perspective de liste politique des gilets jaunes aux européenne est de plus en plus contestée à l’intérieur même du mouvement mais aussi à l’extérieur. Pour nombre de gilets jaunes, la transformation du mouvement en organisation politique constitue une sorte de trahison. Se présenter politiquement sur une liste autonome ou  sur une liste d’un parti constitue une manière de conforter un système qu’on condamne par ailleurs. À l’extérieur du mouvement il y a les récupérateurs habituels style Francis Lalanne et maintenant Jean Lassalle. Jean Lassalle pourrait en effet prendre la tête de liste de ceux  qui prévoyaient précédemment de se présenter sur la liste RIC. De quoi déconsidérer encore un peu plus le mouvement car si le personnage de Jean Lassalle est sympathique par contre son orientation politique est aussi fumeuse que celle de certains gilets jaunes.  Les «gilets jaunes» Marc Doyer et Christophe Chalençon, un temps candidats sur la liste «RIC» avant d’en claquer la porte, ont donc décidé de placer toutes leurs ambitions sous le patronage, aussi politique que singulier, de l’ancien candidat à la présidentielle Jean Lassalle. Une offre, transmise à l’intéressé via son imprimeur historique, que le député des Pyrénées-Atlantiques n’a pu refuser. «Un certain nombre de “gilets jaunes” m’ont proposé de les rallier. Je ne suis pas contre. Je pensais moi-même présenter une liste de maires et de petits entrepreneurs, confirmait mercredi matin au Figaro Jean Lassalle.

Les gilets jaunes victimes de leurs leaders

Les gilets jaunes victimes de leurs leaders

 

 

 

 

Le mouvement des gilets jaunes dérape surtout en raison des postures très contradictoires de leurs leaders. Par exemple la liste RIC aux européennes  a sérieusement du plomb dans l’aile depuis la défection de plusieurs de ses candidats et en particulier de sa tête de liste,  Ingrid le Vavasseur. Cette dernière a même été chassée de la manifestation de dimanche dernier par des autres gilets jaunes qui la soupçonnent de récupération politique au bénéfice de Macron. D’autres au contraire ont pris des postures de caractère révolutionnaire en glissant des revendications initiales à caractère social à des objectifs politiques qui servent d’autres intérêts que ceux d’Ingrid le Vavasseur Le soutien aux manifs des gilets jaunes devient minoritaire dans l’opinion publique et bascule en raison des dérives de certains leaders : Dérives extrémistes, dérives politiques et dérives personnelles sans parler des violences qui ternissent le mouvement. Certes une majorité soutient encore les gilets jaunes mais la même majorité condamne les manifestations.  Deux principaux leaders radicaux des gilets jaunes en particulier sont en train de tuer le mouvement : Maxime Nicolle et Eric Drouet  (sans parler de Christophe Chalençon qui parle de prise de pouvoir par des paramilitaires !). Heureusement d’autres leaders plus réalistes considèrent les dérives politiques comme irresponsables.  Finalement, certains leaders autoproclamés  n’ont pu résister au parfum médiatique très éphémère qui peut donner l’impression à un individu d’atteindre la notoriété éternelle et de prétendre au rôle de leader majeur dans la société. Malheureusement, ils sont tombés dans le piège du système qu’ils dénoncent eux-mêmes, celui de la personnalisation, de la médiatisation et du star-system. Ils ont d’abord largement dénaturé la nature et l’objet du mouvement fondé sur une revendication de justice sociale et de justice fiscale. Cela pour y substituer des revendications plus politiques notamment l’illusoire référendum d’initiative citoyenne qui se substituerait au fonctionnement démocratique actuel. Certes un fonctionnement très critiquable mais qui appelle des transformations autrement plus élaborées que le seul recours à un référendum. Ces deux leaders autoproclamés ont certes des soutiens nombreux mais ce sont essentiellement les plus radicaux. Plus la mobilisation s’affaiblit et plus le mouvement se radicalise, ce  qui du coup découragent les plus modérés. Tout cela se termine en général par des actions  qui ne reposent plus que sur les plus extrémistes. Un phénomène bien connu dans le mouvement social : plus l’action devient minoritaire et plus on propose des formes d’action dure et cela jusqu’à l’extinction des forces. Bref le contraire d’une gestion responsable d’une action collective. En plus du caractère extrémiste et d’une  idéologie sulfureuse anarcho légèrement de droite des deux leaders évoqués,  il faut noter  leur grande insuffisance en matière de connaissances économiques voire sociétales. Leur expression est particulièrement confuse et contradictoire. Bref, le costume de leader politique est un peu grand pour eux. Aujourd’hui l’opinion publique n’approuve plus les manifestations répétées chaque week-end non seulement en raison des violences mais aussi du manque total de perspective de ce mouvement conduit de manière totalement anarchique et irresponsable. Finalement la plupart des gilets jaunes avaient bien raison de se méfier de tous les leaders autoproclamés et de leur dérive. Le mouvement des gilets jaunes méritait mieux.

 

Gilets jaunes: » ne pas bloquer pour bloquer « (Priscillia Ludosky)

Gilets jaunes: » ne pas bloquer pour bloquer « (Priscillia Ludosky)

 

  •  
  •  

Priscillia Ludosky, l’une des initiatrices de la mobilisation des Gilets jaunes est sans doute lune des plus réalistes des leaders du mouvement. A plusieurs reprises, elle set désolidarisé des sulfureux  Maxime Nicolle et Eric Drouet  (sans parler de Christophe Chalençon qui parle de prise de pouvoir par des paramilitaires !).Ces derniers favorisant les solutions politiques par rapport aux revendications sociales. La baisse de fréquentation d’uen part le désaveu majoritaire des Français vis-à-vis des manifestations rituelles (56% les désapprouvent tout en soutenant cependant les revendications sociales initiales)). Les baises de participation aux manifs doivent en effet appeler une analyse sur les suite à donner sur un mouvement qui s’enlise. Pour autant  Priscillia Ludosky estime dans le JDD qu’il ne faut « pas arrêter les marches du samedi ». « Les violences ont fait de l’ombre au mouvement. Elles alimentent les médias et jouent sur l’opinion publique. Mais il ne faut pas arrêter les marches du samedi. Elles sont très fédératrices et nous permettent d’être visibles », explique-t-elle. Interrogée sur la baisse du soutien des Français aux Gilets jaunes, l’autoentrepreneuse élude : « Je n’ai jamais fait attention aux sondages, bons ou mauvais. Je ne constate pas de démobilisation. Il y a peut-être moins de gens qui manifestent, mais je ne pense pas qu’ils soient moins impliqués. » Priscillia Ludosky indique également que les Gilets jaunes réfléchissent à une évolution du mouvement : « Il ne faut pas bloquer pour bloquer. Je reste favorable aux manifestations du samedi, mais on ne doit pas se limiter à ça. D’autres initiatives peuvent avoir lieu. Par exemple, nous devons faire davantage pression sur les grandes entreprises qui ne paient pas assez d’impôts. Cela financerait la baisse de la TVA sur les produits de première nécessité, l’une de nos revendications. »Finalement c qui est notamment en question c’est de savoir si les gilets jaunes demeurent une sorte de syndicat de citoyens ou une organisation politique. La question est fondamentale car les objectifs et les moyens ne sont pas les m^mes. Dans les deux cas, il conviendra cependant de muscler sérieusement l’argumentaire et les orientations pour l’instant un peu primaires et immatures.

Le mouvement des gilets jaunes victime de ses leaders

Le mouvement des gilets jaunes victime de ses leaders

 

 

Encore moins de participation ce week-end. Le soutien aux manifs des gilets jaunes bascule en raison des dérives de certains leaders : Dérives extrémistes, dérives politiques et dérives personnelles sans parler des violences qui ternissent le mouvement. Certes une majorité soutient encore les gilets jaunes mais la même majorité condamne les manifestations.  Deux principaux leaders radicaux des gilets jaunes en particulier sont en train de tuer le mouvement : Maxime Nicolle et Eric Drouet  (sans parler de Christophe Chalençon qui parle de prise de pouvoir par des paramilitaires !). Heureusement d’autres leaders plus réalistes considèrent les dérives politiques comme irresponsables.  Finalement, certains leaders autoproclamés n’ont pu résister au parfum médiatique très éphémère qui peut donner l’impression à un individu d’atteindre la notoriété éternelle et de prétendre au rôle de leader majeur dans la société. Malheureusement, ils sont tombés dans le piège du système qu’ils dénoncent eux-mêmes, celui de la personnalisation, de la médiatisation et du star-system. Ils ont d’abord largement dénaturé la nature et l’objet du mouvement fondé sur une revendication de justice sociale et de justice fiscale. Cela pour y substituer des revendications plus politiques notamment l’illusoire référendum d’initiative citoyenne qui se substituerait au fonctionnement démocratique actuel. Certes un fonctionnement très critiquable mais qui appelle des transformations autrement plus élaborées que le seul recours à un référendum. Ces deux leaders autoproclamés ont certes des soutiens nombreux mais ce sont essentiellement les plus radicaux. Plus la mobilisation s’affaiblit et plus le mouvement se radicalise, ce  qui du coup décourage les plus modérés. Tout cela se termine en général par des actions  qui ne reposent plus que sur les plus extrémistes. Un phénomène bien connu dans le mouvement social : plus l’action devient minoritaire et plus on propose des formes d’action dure et cela jusqu’à l’extinction des forces. Bref le contraire d’une gestion responsable d’une action collective. En plus du caractère extrémiste et d’une  idéologie sulfureuse anarcho légèrement de droite des deux leaders évoqués,  il faut noter  leur grande insuffisance en matière de connaissances économiques sociales voir sociétales. Leur expression est particulièrement confuse et contradictoire. Bref, le costume de leader politique est un peu grand pour eux. Aujourd’hui l’opinion publique n’approuve plus les manifestations répétées chaque week-end non seulement en raison des violences mais aussi du manque total de perspective de ce mouvement conduit de manière totalement anarchique et irresponsable. Finalement la très grande majorité des gilets jaunes avait bien raison de se méfier de tous les leaders autoproclamés et de leur dérive. Le mouvement des gilets jaunes méritait mieux.

 

Le mouvement des gilets jaunes dérape

Le mouvement des gilets jaunes dérape

Le soutien aux manifs des gilets jaunes bascule en raison des dérives de certains leaders : Dérives extrémistes, dérives politiques et dérives personnelles sans parler des violences qui ternissent le mouvement. Certes un majorité soutient encore les gilets jaunes mais la même majorité condamnent les manifestations.  Deux principaux leaders radicaux des gilets jaunes en particulier sont en train de tuer le mouvement : Maxime Nicolle et Eric Drouet  ( sans parler de Christophe Chalençon qui parle de prise de pouvoir par des para-mimitaires !). Huerisement d’autres leaders plus réalistes considèrent les dérives politiques comme irresponsables.  Finalement,certains leaders auto-proclamés n’ont pu résister au parfum médiatique très éphémère qui peut donner l’impression à un individu d’atteindre la notoriété éternelle et de prétendre au rôle de leader majeur dans la société. Malheureusement, ils sont tombés dans le piège du système qu’ils dénoncent eux-mêmes, celui de la personnalisation, de la médiatisation et du star-system. Ils ont d’abord largement dénaturé la nature et l’objet du mouvement fondé sur une revendication de justice sociale et de justice fiscale. Cela pour y substituer des revendications plus politiques notamment l’illusoire référendum d’initiative citoyenne qui se substituerait est au fonctionnement démocratique actuel. Certes un fonctionnement très critiquable mais qui appelle des transformations autrement plus élaborées que le seul recours à un référendum. Ces deux leaders autoproclamés ont certes des soutiens nombreux mais ce sont essentiellement les plus radicaux. Plus la mobilisation s’affaiblit et plus le mouvement se radicalise, ce  qui du coup découragent les plus modérés. Tout cela se termine en général par des actions  qui ne reposent plus que sur les plus extrémistes. Un phénomène bien connu dans le mouvement social : plus l’action devient minoritaire et plus on propose des formes d’action dure et cela jusqu’à l’extinction des forces. Bref le contraire d’une gestion responsable d’une action collective. En plus du caractère extrémiste et d’une  idéologie sulfureuse anarcho légèrement de droite des deux leaders évoqués,  il faut noter  leur grande insuffisance en matière de connaissances économiques sociales voir sociétales. Leur expression est particulièrement confuse et contradictoire. Bref, le costume de leader politique est un peu grand pour eux. Aujourd’hui l’opinion publique n’approuve plus les manifestations répétées chaque week-end non seulement en raison des violences mais aussi du manque total de perspective de ce mouvement conduit de manière totalement anarchique et irresponsable. Finalement la très grande majorité des gilets jaunes avait bien raison de se méfier de tous les leaders autoproclamés et de leur dérive. Le mouvement des gilets jaunes méritait mieux.

 

La fin du soutien majoritaire des manifs de gilets jaunes : pourquoi ?

 

 

Le soutien aux manifs des gilets jaunes bascule en raison des dérives de certains leaders : Dérives extrémistes, dérives politiques et dérives personnelles sans parler des violences qui ternissent le mouvement. Certes un majorité soutient encore les gilets jaunes mais la même majorité condamnent les manifestations.  Deux principaux leaders radicaux des gilets jaunes en particulier sont en train de tuer le mouvement : Maxime Nicolle et Eric Drouet . Finalement ils n’ont pu résister au parfum médiatique très éphémère qui peut donner l’impression à un individu d’atteindre la notoriété éternelle et de prétendre au rôle de leader majeur dans la société. Finalement, ils sont tombés dans le piège du système qu’ils dénoncent eux-mêmes, celui de la personnalisation, de la médiatisation et du star-system. Ils ont d’abord largement dénaturé la nature et l’objet du mouvement fondé sur une revendication de justice sociale et de justice fiscale. Cela pour y substituer des revendications plus politiques notamment l’illusoire référendum d’initiative citoyenne qui se substituerait est au fonctionnement démocratique actuel. Certes un fonctionnement très critiquable mais qui appelle des transformations autrement plus élaborées que le seul recours à un référendum. Ces deux leaders autoproclamés ont certes des soutiens nombreux mais ce sont essentiellement les plus radicaux. Plus la mobilisation s’affaiblit et plus le mouvement se radicalise, ce  qui du coup découragent les plus modérés. Tout cela se termine en général par des actions  qui ne reposent plus que sur les plus extrémistes. Un phénomène bien connu dans le mouvement social : plus l’action devient minoritaire et plus on propose des formes d’action dure et cela jusqu’à l’extinction des forces. Bref le contraire d’une gestion responsable d’une action collective. En plus du caractère extrémiste et d’une  idéologie sulfureuse anarcho légèrement de droite des deux leaders évoqués,  il faut noter  leur grande insuffisance en matière de connaissances économiques sociales voir sociétales. Leur expression est particulièrement confuse et contradictoire. Bref, le costume de leader politique est un peu grand pour eux. Aujourd’hui l’opinion publique n’approuve plus les manifestations répétées chaque week-end non seulement en raison des violences mais aussi du manque total de perspective de ce mouvement conduit de manière totalement anarchique et irresponsable. Finalement la très grande majorité des gilets jaunes avait bien raison de se méfier de tous les leaders autoproclamés et de leur dérive. Le mouvement des gilets jaunes méritait mieux.

 

Maxime Nicolle et Eric Drouet vont tuer le mouvement des gilets jaunes

 

 

Maxime Nicolle  et Eric Drouet vont tuer le mouvement des gilets jaunes 

Les deux principaux leaders radicaux des gilets jaunes sont en train de tuer le mouvement. Finalement ils n’ont pu résister au parfum médiatique très éphémère qui peut donner l’impression à un individu d’atteindre la notoriété éternelle et de prétendre au rôle de leader majeur dans la société. Finalement, ils sont tombés dans le piège du système qu’ils dénoncent eux-mêmes, celui de la personnalisation, de la médiatisation et du star-system. Ils ont d’abord largement dénaturé la nature.et l’objet du mouvement fondé sur une revendication de justice sociale et de justice fiscale. Cela pour y substituer des revendications plus politiques notamment l’illusoire référendum d’initiative citoyenne qui se substituerait est au fonctionnement démocratique actuel. Certes un fonctionnement très critiquable mais qui appelle des transformations autrement plus élaborées que le seul recours à un référendum. Ces deux leaders autoproclamés ont certes des soutiens nombreux mais ce sont essentiellement les plus radicaux. Plus la mobilisation s’affaiblit et plus le mouvement se radicalise, ce  qui du coup découragent les plus modérés. Tout cela se termine en général par des actions  qui ne reposent plus que sur les plus extrémistes. Un phénomène bien connu dans le mouvement social : plus l’action devient minoritaire et plus on propose des formes d’action dure et cela jusqu’à l’extinction des forces. Bref le contraire d’une gestion responsable d’une action collective. En plus du caractère extrémiste des deux leaders évoqués,  il faut noter  leur grande insuffisance en matière de connaissances économiques sociales voir sociétales. Leur expression est particulièrement confuse et contradictoire. Aujourd’hui l’opinion publique n’approuve plus les manifestations répétées chaque week-end non seulement en raison des violences mais aussi du manque total de perspective de ce mouvement conduit de manière totalement anarchique et irresponsable. Finalement la très grande majorité des gilets jaunes avait bien raison de se méfier de tous les leaders autoproclamés et de leur dérive. Le mouvement des gilets jaunes méritait mieux.

 

Gilets jaunes – Européennes: Ingrid Levavasseur laisse tomber la liste « Ralliement d’initiative citoyenne »

Gilets jaunes – Européennes: Ingrid Levavasseur laisse tomber la liste « Ralliement d’initiative citoyenne »

Ça branle dans le manche sérieusement chez les gilets jaunes du fait des contradictions et de l’instrumentalisation du mouvement d’une part par des factions politiques mais aussi par l’arrivisme de quelques leaders autoproclamés. Ces leaders n’échappent pas aux dérives qu’ils dénoncent dans les partis politiques et plus généralement dans le système. Comme les autres, ils utilisent l’éclairage médiatique à leur profit personnel. Le pire c’est qu’Ingrid Levasseur ne renonce pas pour autant à se présenter mais sur une autre liste, c’est dire si le parfum du pouvoir peut enivrer. En effet il, est clair que la plupart des leaders des gilets jaunes ne  maîtrisent  absolument pas la problématique socio économique. Qu’ils n’ont pas d’expérience sociale et politique sans parler pour la plupart de leurs limites culturelles. Pour parler clair, quand les gilets jaunes s’expriment publiquement on a parfois l’impression d’assister à une discussion de bistrot quand encore ils sont capables de faire une phrase à peu près correcte. Ces contradictions et ses dérives personnelles vont tuer le mouvement des gilets jaunes d’autant que l’instrumentalisation du mouvement s’ajoute aussi la provocation permanente des casseurs. Aussi à celle de Castaner pas mécontent que les violences discréditent les gilets jaunes.  Plusieurs membres de la liste, qui faisaient partie de l’aventure initiale, avaient d’ores et déjà décidé de quitter le navire à quelques mois de l’échéance électorale. C’est le cas du directeur de campagne Hayk Shahinyan, de l’ancien Marcheur Marc Doyer ou de la conseillère municipale de Seine-et-Marne Brigitte Lapeyronnie. Des dissensions s’étaient creusées ces dernières années entre les membres de la liste et le reste des gilets jaunes des ronds-points, depuis l’annonce du soutien de l’homme d’affaire Bernard Tapie.

Gilets jaunes : « ils ont eu ce qu’ils voulaient, qu’il nous foutent la paix ! » -(Les élites)

Gilets jaunes : « ils ont eu ce qu’ils voulaient, qu’il nous foutent la paix ! » -(Les élites)

 

 

 

De toute évidence, l’hystérisation autour du débat des gilets jaunes à tendance à obscurcir la raison de nombre de personnalités et autres experts s’exprimant dans les médias. D’un côté, il y a évidemment certains gilets jaunes qui au-delà des revendications initiales s’appuient sur des idéologies révolutionnaires de type anarcho gauchiste ( notons aussi la présence de groupes d’extrêmes droite contestant eux la démocratie voir réclamant le retour de la monarchie), de l’autre des catégories plutôt aisées qui ont du mal à comprendre les difficultés de vie quand on a tout juste le SMIC voire moins. Dans le contexte de violence qui affecte la fin de nombre de manifestations de gilets jaunes, les plus nantis ont tendance à considérer que « maintenant, ça suffit », que les gilets jaunes ont eu ce qu’ils voulaient notamment avec les 10 milliards qui leur a été accordés. Une analyse qui relève évidemment de la caricature car nombre de gilets jaunes n’ont strictement rien touché. En outre le propos condescendant traduit un certain mépris de classe. Il ne s’agit sans doute pas pour autant de justifier les conditions de gestion du mouvement des gilets jaunes qui parait maintenant assez anarchique en raison notamment des différents courants idéologiques des leaders qui animent le mouvement. D’une certaine manière, on peut considérer que les gilets jaunes- comme le gouvernement- n-offre actuellement aucune perspective crédible pour une issue à la crise. Cela n’enlève rien à la légitimité des revendications sociales de départ concernant davantage de justice fiscale et sociale voir la remise en cause du modèle démocratique en France. En tout état de cause, ce n’est pas par des réactions épidermiques, et simplistes qu’on parviendra à trouver une issue à cette crise ; les élites qui s’expriment en particulier dans les médias devraient notamment éviter de se précipiter dans des schématisations qui évitent un effort  Le débat risque  de tomber dans le caniveau quand ce comédien pourri par l’argent déclare : » ils font chier ces gilets jaunes » et le même le propos est repris et approuvé dans un article du site Atlantico et par d’autres.

Sondage- les Gilets jaunes : soutien toujours majoritaire

 

 

En dépit du tassement régulièrement observé lors des manifestations des gilets jaunes, le soutien de l’opinion publique est toujours majoritaire. Ce qui constitue sans doute la caractéristique principale de ce mouvement. Au départ lors des premiers samedis, le soutien tournait autour de 70 % des Français. À partir de début janvier,  ce soutien est tombé autour de 57 % entre parenthèses 55 % pour le 5 février). Un phénomène qui est analysé par Jérôme Fouquet, expert en sondages dans Atlantico

 

 

Derrière le rebond au sein des enquêtes de popularité, et le succès présenté des premières étapes du grand débat, ne peut-on pas voir un risque, pour le gouvernement, de penser que la séquence s’achève alors que la sympathie et le soutien au mouvement des Gilets jaunes reste majoritaire au sein de la population Française?

Jérôme Fourquet : Le président de la république, dans son allocution du 10 décembre avait indiqué que nul ne sortirait indemne de cette crise et il s’appliquait ce constat à lui-même, mais comme tout être humain, une fois le danger partiellement écarté, la lucidité qui peut prévaloir au moment aigu de la crise, les résolutions peuvent être remises à plus tard. Compte tenu du fait que d’une part la mobilisation des gilets jaunes sur le terrain semble marquer le pas avec deux samedis de suite un nombre de manifestants moins importants, compte tenu du fait que hors des « actes » on entend moins parler d’actions coup de poing des gilets jaunes, le gouvernement peut penser que le plus dur est passé et que la crise est derrière nous.

D’une part le grand débat semble monter en puissance avec milliers de réunions sur le terrain, décentralisées, qui se passent bien à l’initiative des élus locaux, on a également des déplacements qui s’enchaînent pour le président, ses ministres, les choses se passent bien, les images renvoyées aux médias sont positives et à les commentateurs saluent les prestation du président. Enfin, les sondages montrent un rebond significatif sur la cote de popularité du président (IFOP) mais aussi des sondages plus politiques comme les intentions de votes pour les élections européennes et présidentielle (sondage Marianne) ; toutes ces études indiquent une reprise du terrain par Macron et sa majorité.

La tentation est donc grande pour l’exécutif de considérer que le pire est derrière eux et qu’ils peuvent reprendre le cours normal des événements. Évidemment, l’alerte a été très sérieuse, donc on peut penser qu’un certain nombre d’enseignements seront tirés au plus au niveau car les institutions elles-mêmes ont été très fortement déstabilisées. L’édifice entier a tangué à la fin de l’année dernière. On peut faire l’hypothèse que ceux qui sont au sommet de l’État ont intégré ce paramètre.

Mais la nature humaine étant ce qu’elle est, la crise ayant amorcé une phase descendante, le gouvernement peut être tenté de reprendre le cours normal du quinquennat. Il y aura bien évidemment la fin du grand débat, l’organisation possible d’un référendum, mais on ne peut pas exclure l’hypothèse d’un retour progressif à la normale sans tirer les conséquences de ce qui s’est passé. Les militaires pratiquent régulièrement le RETEX (retour d’expérience) : est-ce qu’un tel retour va s’opérer au sommet de l’état avec la crise des gilets jaunes en décélération, ou bien va-t-il passer outre et, dans le feu de l’action, reprendre le cours normal ?

On peut introduire à ce moment-là les données de notre sondage pour Atlantico : 55% des Français continuent d’afficher une forme de soutien au mouvement des gilets jaunes, la courbe montre une décrue progressive du soutien et de la sympathie car début décembre, 72% des français soutenaient ou avaient de la sympathie pour le mouvement, les gilets jaunes ont perdu beaucoup de terrain depuis. Le premier décrochage a eu lieu entre mi-décembre et début janvier suite aux annonces présidentielles et aux 11 milliards mis sur la table, niveau de soutien à 57-58% et là, légère inflexion sur cette nouvelle vague.

Donc bien que le degré de violence et de mobilisation décline sur le terrain, le mouvement continue de bénéficier d’un soutien non négligeable de l’opinion et le gouvernement doit en tenir compte car les doléances des gilets jaunes sont toujours présentes dans la société Quelle que soit la qualité du grand débat, le volume de participants, les problèmes ne seront pas réglés, il ne suffit pas d’en parler.

Le niveau de soutien pur pour les gilets jaunes est de 29% dans la population, quasiment trois mois après l’acte 1, on a un quart des français qui soutiennent ce mouvement, le grand débat n’a pas fait disparaître cela. Le niveau de soutien n’est que de 18% chez les cadres et professions intellectuelles, 28% chez les professions intermédiaires, 34% chez employés et à 44% chez les ouvriers, donc dans les catégories populaires les braises sont encore rouges et la tempête violente qui a soufflé ces derniers mois est toujours potentiellement là, donc, on peut dire : « il y a un grand débat les gens participent on a regagné des points dans l’opinion ». Mais ces données incitent à la prudence et impliquent la tenue d’un RETEX sans concessions pour apporter des réponses à ces catégories de la population qui continuent pour une part significative d’entre elles de soutenir ce mouvement.

 

Emmanuel Macron pourra-t-il s’extraire durablement des revendications des Français, notamment en termes de pouvoir d’achat, de chômage… ou d’autres questions qui restent leurs priorités ?

Jérôme Fourquet : Premièrement, malgré son érosion progressive, le soutien aux gilets jaunes reste majoritaire, ce n’est pas parce qu’il y a moins de monde sur les ronds-points et dans la rue que le problème est réglé. Deuxièmement, dans les sondages, on a certes un rebond réel de la popularité d’Emmanuel Macron mais dans le dernier baromètre Paris Match, on constate qu’avec 34%, gain de 6 points, il devient tout juste au niveau qui était le sien en octobre 2018,  juste avant le déclenchement de la crise, alors que l’affaire Benalla et les départs des ministres Collomb et Hulot était passés par là, le président était déjà affaibli. Emmanuel Macron a stoppé l’hémorragie et repris le terrain suite à cette crise mais reste dans une position relativement fragile.

Pour les Français qui ont pris la peine de s’exprimer sur la plateforme du grand débat, les questions sociales, de pouvoir d’achat mais aussi de fiscalité, demeurent brûlantes et si la stratégie élyséenne a porté ses fruits, au sens où elle a permis d’éteindre l’incendie, il faut éviter que l’incendie ne reprenne. Comment l’incendie a-t-il été éteint ? En deux étapes, d’abord les 11 milliards accordés aux Français, notamment modestes, qui soutiennent en partie les gilets jaunes, puis le grand débat et la posture de retour à l’ordre républicain qui a permis de faire baisser la température et d’éteindre l’incendie.

Mais comme on l’a dit tout à l’heure, les braises sont toujours là, pour éviter que ça ne reparte, il faut réussir la sortie de crise. Que faire des enseignements du grand débat, quelle suite lui donner ? Un référendum ou pas ? Si oui, quel contenu donner à ce référendum ? A travers la revendication du RIC, les Français ont exprimé une aspiration à être consultés de manière directe. Y aura-t-il aussi des mesures en matière fiscale et sociale qui permettront d’accuser réception du puissant message adressé par les Français à Emmanuel Macron lors de la crise des gilets jaunes ?

Quel risque y a-t-il, aussi bien pour le gouvernement que pour le pays, de poursuivre ce Grand débat sur une approche technique plus que fondamentalement politique, qui semble permettre d’évacuer l’essentiel en se concentrant sur des détails ?

Jérôme Fourquet :  Si à l’issue du grand débat, les Français se voient gratifiés d’un référendum sur le nombre de parlementaires et l’introduction d’une dose de proportionnelle, on peut craindre que le compte n’y soit pas et que les braises qui sont toujours rougeoyantes un peu partout dans la société françaises ne repartent de plus belles d’ici quelques mois, à l’occasion d’une annonce ou d’un événement qui servira d’élément déclencheur à la reprise de l’incendie.

 

Gilets jaunes: autant de mouvements politiques que de leaders ?

Gilets jaunes: autant de mouvements politiques que de leaders ?

 

 

On comptera peut-être bientôt autant de mouvements politiques que de leaders auto proclamés. Aujourd’hui une dizaine de mouvements ou de partis ont été créées en vue de rassembler l’ensemble des gilets jaunes voir l’ensemble de l’opinion publique qui soutient le mouvement. On se souvient de la liste politique emmenée par l’aide-soignante Ingrid le Vavasseur (liste RIC) qui sitôt présentée a vu la défection de plusieurs candidats et qui s’est signalé en rendant visite aux populistes et à l’extrême droite de l’Italie. Le principal animateur de cette liste, Hayk Shahinyan s’est se retirer de cette liste entre (il en était le directeur de campagne). Aujourd’hui,  Hayk Shahinyan, a décidé de créer son propre parti le Mouvement alternatif citoyen. Il avait donc été brièvement fin janvier le directeur de campagne du « Ralliement d’initiative citoyenne » (RIC). Une liste emmenée par Ingrid Levavasseur, l’une des figures du mouvement des gilets jaunes. -. D’autres gilets jaunes envisagent de se présenter aux élections européennes notamment la liste du chanteur Lalanne. Jacline Mouraud a créé également son propre parti. Christophe Chalençon, figure emblématique des Gilets Jaunes, a annoncé dimanche soir dans l’émission « C Politique, la suite », sur France 5, qu’il allait quitter ses fonctions de porte-parole de la liste que devrait conduire Ingrid Levasseur aux prochaines élections européennes pour rejoindre mouvement politique, le MAC, pour Mouvement Alternatif Citoyen. D’autres encore envisagent de créer leur organisation de rassemblement ou de partis. Il faut citer aussi la très raisonnable  Priscillia Ludosky, auto-entrepreneuse de 32 ans, spécialisée dans la vente de cosmétiques bio, qui essaye de préserver l’unité et les valeurs du mouvement initial. Il y a aussi les radicaux comme Drouet et Maxime Nicolle qui sont clairement des partisans de la ligne dure qui recherche l’affrontement politique et même physique avec le pouvoir. Une sorte de cocktail sulfureux d’extrême-gauche, d’extrême droite et d’anarcho- basisme.  Ces derniers leaders s e sont par ailleurs pris au jeu des médias ; malheureusement pour eux ; ils ne résistent guère à une analyse un peu sérieuse car handicapé par leur méconnaissance des problématiques socio-économiques, économiques et sociétales et leur manque d’expérience sociale et politique. Sans parler du caractère relativement fruste de leurs déclarations. Ce sont sans doute ces derniers leaders qui vont conduire le mouvement des gilets jaunes à leur perte. Le phénomène est bien connu : plus la participation baisse est plus le mouvement se radicalise, ce qui à son tour affaiblit encore la participation. Ces gilets jaunes la rêvent surtout de révolution avec des projets politiques d’ailleurs contradictoires et sulfureux tandis que la masse des gilets jaunes eux pensent surtout à la justice sociale et à la justice fiscale. Bref ces leaders auto proclamé très radicaux instrumentalisent les gilets jaunes.

Gilets jaunes: Ingrid Levavasseur pour l’Europe !

Gilets jaunes: Ingrid Levavasseur pour l’Europe !

 

Brutalement la tête de liste gilets jaunes menées par Ingrid Levasseur se rend compte que l’objet des prochaines élections est de nature européenne. Jusque-là en effet on n’avait pratiquement pas entendu les gilets jaunes parler d’Europe. Il est clair que le fait de présenter une liste aux européennes implique quand même d’évoquer un peu le sujet. Du coup Ingrid Levasseur s’est cru contrainte de répéter quelques banalités dans une interview au Figaro qui vaut le détour tellement les propos sont creux et  évident« Seule, la France ne pourrait pas faire grand chose. C’est un petit pays face à la Chine ou les Etats-Unis. Elle a besoin de l’Europe, de l’Union européenne ». On n’en sera guère davantage sur les intentions européennes de la liste d’Ingrid Levasseur qui constitue un véritable détournement de l’objet initial des gilets jaunes. Une trahison même et une récupération par des leaders aussi opportunistes que ceux du système politique qu’ils dénoncent. Ingrid Levasseur indique seulement que les orientations de sa liste sont proches du mouvement italien cinq étoiles qui précisément défend des positions proches de celles de l’extrême droite et de l’extrême gauche en France. Pour éviter d’avoir à évoquer les orientations européennes de cette liste de gilets jaunes, Ingrid Vavasseur renvoie à une plate-forme en ligne chargée de recueillir les revendications des citoyens, revendications qui constitueront la ligne politique. Comme si un cahier revendicatif pourrait faire office d’orientation dans des domaines aussi complexes que les champs sociaux, économiques, technologiques, diplomatiques ou de défense. On croirait entendre la parole d’un syndicat gauchiste comme Sud. En pleine crise diplomatique entre Rome et Paris, notamment après la rencontre entre Luigi Di Maio, patron du Mouvement 5 étoiles (M5S), et des gilets jaunes français, Ingrid Levavasseur a également jugé cette rencontre « précipitée » mais « légitime ». La plateforme en ligne Noos citoyens lancée par des gilets jaunes s’approchant selon elle « beaucoup de celle mise en place par le M5S italien ».

Gilets jaunes : «Ils me font chier ! » le philosophe de bistrot François Berléand (comédien)

Gilets jaunes : «Ils me font chier ! » le philosophe de bistrot François Berléand (comédien)

 

 

De toute évidence le comédien François Berléand n’aura jamais le prix Goncourt. Disons clairement qu’on a rarement décelé la moindre parcelle d’intelligence chez l’intéressé dont ne on ne comprend pas très bien la prise de position. Évidemment comme les comédiens connus, François Berléand est pourri par l’argent et sans doute a-t-il un peu de mal à comprendre ce qu’est par exemple la vie quand on gagne seulement le SMIC. Une attitude qu’on rencontre parfois chez les parvenus comme lui et qui oublient même leurs origines. Sans doute grâce à l’argent François Berléand a-t-il l’impression d’appartenir à l’élite alors qu’en fait, c’est un abruti notoire qui n’a jamais fait la preuve de la moindre intelligence dans ses propos même concernant le cinéma. Même son regard témoigne de son manque de finesse et son jeu stéréotypé se répète à l’envi. Encore une fois on se demande à partir de quelle légitimité certains acteurs connus peuvent s’en prendre aussi bêtement aux plus défavorisés que sont en général les gilets jaunes. On souhaiterait que ces stars scandaleusement bien payées et dont le salaire tue le cinéma aient au moins la pudeur de ne pas s’exprimer sur des aspects socioéconomiques voir sociétaux dont ils ignorent tout ;  pour preuve des propos complètement idiots et édifiants quant à la culture de l’intéressé. «C’est du grand n’importe quoi, on ne s’écoute plus», a-t-il déclaré à propos des revendications des gilets jaunes. «Le gouvernement donne 10 milliards d’euros, ce qui n’est pas rien. Et ce n’est pas assez. On fait des états généraux en France – c’est la première fois que ça arrive depuis 1789 – où on donne la parole à tout le monde, et on dit “ça ne va pas marcher”. Attendons au moins», précise l’acteur en référence au Grand débat national proposé par Emmanuel Macron depuis mi-janvier en réponse au mouvement.  «Vous vous rendez compte que vous êtes l’une des rares personnalités à oser tenir ce genre de discours au micro, face à une caméra?», l’interroge alors le journaliste Éric Dussart. La réponse de Berléand fuse: «Tout le monde est lâche. On voit qu’il y a 90% des Français qui soutiennent les gilets jaunes et puis deux semaines après il n’y en a plus que 80, puis 70… Moi, depuis le début, ils me font chier les gilets jaunes», assène-t-il.

 

Gilets jaunes – acte 13- Attention à l’enlisement et aux déviances

Gilets jaunes – acte 13- Attention à l’enlisement  et aux déviances

De nouveaux rassemblements sont prévus pour cet acte 13 des gilets jaunes. Cependant la réitération de manifestations chaque semaine court un risque d’enlisement et de déviance aussi. La participation, même si elle est supérieure au chiffre du ministère de l’intérieur qui systématiquement sous-estime le nombre de manifestants, tend cependant à diminuer. Pour cet acte 13, elle pourrait même descendre en dessous du chiffre de 50 000 pour le ministère de l’intérieur et 100 000 pour les gilets jaunes. Une participation qui n’est pas négligeable mais dont le caractère rituélique provoque un phénomène de lassitude sauf chez les plus radicaux. Certes pour la l’énorme majorité, les gilets jaunes sont apolitiques mais il en va différemment pour certains leaders au profil douteux d’extrémistes à anarcho-gauchiste, d’autres d’extrême droite. Il y en a aussi qui utilisent leur mouvement à des fins personnelles y compris pour envisager d’éventuelles carrières politiques. Le mouvement des gilets jaunes de ces leaders auto proclamés leur donne une occasion de se construire une image médiatique qui leur sera utile dans la perspective d’un débouché politique. Le plus inquiétant peut-être, c’est le manque de maturité de connaissance de ces, sans passé social et sans expérience politique. De ce point de vue les gilets jaunes devraient éviter l’affrontement que recherchent Castaner pour discréditer le mouvement. Il est clair en effet que Castaner de son côté a pour stratégie de maintien de l’ordre de rechercher systématiquement le contact avec les manifestants. Le contraire exactement de ce qui se pratique dans les pays développés qui pour la plupart n’utilisent pas d’armes de guerre. Ne pas oublier que Castaner est un ancien joueur de poker. Lorsqu’il était jeune, il développait ses talents de joueur dans des milieux très sulfureux. Avec les gilets jaunes d’une certaine manière, il joue au poker et espère l’incident qui va discréditer le mouvement notamment  le soutien que lui apporte encore l’opinion publique de façon majoritaire même si là aussi le soutien se tasse. .De nouveau sont prévus plusieurs rassemblements dans le pays, une mobilisation dont l’ampleur est incertaine, alors que le mouvement avait rassemblé 58.600 personnes la semaine dernière selon le ministère de l’Intérieur.

Sondage gilets jaunes: pour 52%, aucun parti ne représente les gilets jaunes

Sondage gilets jaunes: pour  52%, aucun parti ne représente les gilets jaunes

Selon Elabe, 52% des Français., aucun parti classique ne représente vraiment les gilets jaunes Dans le détail, 55% des employés, et 57% des habitants de communes rurales témoignent en ce sens.  . 21% des sondés, citent la France insoumise en première position. Le Rassemblement national n’attire le choix que de 12% Ensuite, on trouve les 9% de Debout la France, et les 7% du Parti communiste. Le Parti socialiste et Les Républicains ne séduisent ici que 3% des personnes sollicitées. Logiquement, au vu du contexte politique, les piliers sur lesquels s’appuie la majorité ferment le classement: La République en marche n’obtient que 2%, le MoDem un seul.

Sondage réalisé sur Internet les 5 et 6 février 2019 sur un échantillon de 1001 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

CGT : l’échec des « gilets rouges »

CGT : l’échec des « gilets rouges »

Encore une manifestation pour rien de la part de la CGT. Pire qui discrédite encore un peu plus le mouvement syndical tellement la participation a été faible. Le ministère de l’intérieure annonce en effet en France 137 000 Manifestants. (Plus du double. Pour la CGT). C’est-à-dire même pas la moitié de ce qu’on mobilisé les jaunes lors de la première journée de mobilisation. Pourtant cette manifestation devait symboliser la convergence des luttes de la CGT, des gilets jaunes et des organisations politiques et syndicales gauchistes Attac, Fondation Copernic, La France insoumise (LFI) ou encore le Nouveau parti anticapitaliste (NPA). Cette fois encore, le cahier revendicatif était très flou et comprenait notamment l’augmentation du smic, l’égalité salariale entre les hommes et les femmes ou encore la mise en place d’un impôt sur le revenu plus progressif. En faite la plupart des gilets jaunes sont restés chez eux, ils s’étaient très peu présents dans les manifestations. Quant au nombre de grévistes il était complètement insignifiant tout juste quelques pour cent essentiellement dans la fonction publique. La convergence est donc loin d’être faite, les syndicats eux-mêmes ne parvenant pas eux-mêmes à afficher leur unité. “La CGT annonce sa journée avant tout le monde, pose ses revendications avant tout le monde. Ça n’aide pas toujours les discussions sereines”, a dit mercredi dernier Christian Grolier, secrétaire général de FO Fonction publique, qui a organisé sa propre semaine d’actions du 3 au 7 février. “La CGT n’a pas proposé cette journée de manière unitaire, elle a un peu mis ça dans le paysage et après chacun pouvait s’y raccrocher”, a dit Eric Beynel, co-délégué général de Solidaires qui a néanmoins participé au mouvement en réponse aux appels de certains “Gilets jaunes” à la grève nationale. Force ouvrière a refusé d’appeler à rejoindre la CGT au niveau confédéral mais a dit soutenir les fédérations et unions départementales qui participeraient à la mobilisation. La CFDT, désormais premier syndicat de France, refuse pour sa part toute mobilisation dans la rue. “Ce qu’on attend c’est des résultats”, a dit lundi le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, sur France 2. “Et pour ces résultats, il y a parfois la nécessité de faire grève ou manifester et parfois il faut faire des propositions concrètes, c’est ce que fait la CFDT”.

Gilets jaunes : risque de pourrissement et de division

 Gilets jaunes : risque de pourrissement et de division

 

 

 

Si l’on se réfère au comptage du ministère de l’intérieur la tendance est à l’affaiblissement de la participation. Des chiffres évidemment tendancieux puisque Castaner a pour objectif de discréditer le mouvement. Ceci étant,  d’après les comptages des gilets jaunes eux-mêmes qui en général affichent une participation double de celle du ministère de l’intérieur, la tendance est également à la baisse. En cause évidemment, un phénomène d’usure classique dans tous les mouvements sociaux. D’une certaine manière une usure normale compte tenu de l’exceptionnelle longueur du mouvement qui a atteint sa 12e semaine le week-end dernier. Le problème c’est que plus la participation se réduit et plus le mouvement ce radicalise. Un phénomène également bien connu pour tous les mouvements sociaux. Ne demeurent  en dernier ressort que les plus radicaux mais dont les positions font peur aux plus modérés ce qui affaiblit la participation. Dernier élément, la division. La première division est en quelque sorte entre ceux qui veulent transformer le mouvement en organisation politique. En outre, on risque de compter quatre à cinq listes de gilets jaunes. De quoi discréditer encore un peu plus la transformation du mouvement en parti politique. Mais la division existe aussi chez ceux qui pour l’instant refusent l’entrée en politique. Il y a clairement des modérés complètement apolitiques et qui refusent toute violence. Mais aussi des leaders assez sulfureux pour ne pas dire dangereux sur des positions à narco gauchiste ou  sur des positions d’extrême droite. En outre le phénomène médiatique enivre certains leaders davantage préoccupés de leur ego que de l’efficacité et de l’unité du mouvement. La dernière faiblesse est liée à l’insuffisance de maîtrise de la plupart des responsables des gilets jaunes de la problématique socio économiques du fait de leur manque d’expérience sociale et politique. Autant d’éléments à prendre en compte par les gilets jaunes s’ils ne veulent pas que ce mouvement historiquement assez exceptionnel ne se termine pas par un pourrissement

Gilets jaunes : mea culpa de François Hollande !

Gilets jaunes : mea culpa de François Hollande !

 

Peut-être pour se réinsérer dans l’actualité des gilets jaunes, François Hollande reconnaît une part de responsabilité vis-à-vis du mécontentement qu’exprime le mouvement. Comme d’habitude, le propos de François Hollande ressemble à de l’eau tiède. Ce n’est pas vraiment un propos de socialistes, pas vraiment non plus un propos de droite mais une espèce de discours radical socialiste sans véritable ossature idéologique. Bref le discours d’un techno qui a adhéré et fait carrière politique à gauche et finalement qui pourrait lui aussi figurer dans le gouvernement de Macron. Ce qui explique sans doute le processus en cours pour l’extinction totale du parti socialiste que Hollande a contribué assez largement à discréditer. En se reconnaissant une responsabilité, Hollande en profite surtout pour égratigner Macron et dire des banalités. Tout le monde sait bien que Macron n’est pas le seul responsable qu’il y a déjà une vingtaine d’années au moins sinon 30 que le processus de révolte se nourrit de l’injustice et de l’inefficacité des différents gouvernements. Finalement François Hollande est un peu comme Emmanuelle Macon, il est assez pertinent comme commentateur encore qu’il ne répète que ce qui se dit dans les bistrots (les salons de thé mondains pour Macron).  Par contre,  il est moins efficace en situation de gestion Dans une interview au quotidien belge Le Soir, l’ancien président de la République critique également l’action de son successeur. L’ancien président  François Hollande a donc reconnu avoir « forcément » une part de responsabilité dans la colère exprimée par le mouvement des « gilets jaunes », dans un entretien avec le quotidien belge Le Soir. »Comme acteur politique qui a exercé le pouvoir, j’ai ma part de responsabilité », a déclaré l’ex-chef de l’État dans une interview parue samedi. Il critique cependant la gestion de la crise par son successeur Emmanuel Macron, estimant que « si cette protestation largement soutenue par l’opinion publique avait obtenu une réponse plus tôt, les débordements auraient pu être évités, tout comme la répétition des manifestations ». »Rien ne justifie la violence (…). Ce mouvement a traduit une volonté de prise de parole et des revendications, dont beaucoup traduisent un besoin de reconnaissance et de dignité pour lesquelles il faut maintenant trouver un débouché », souhaite François Hollande.

« 

12345...11



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol