Archive pour le Tag 'gifle'

Gifle à Macron – C’est le premier corps du roi qui a été giflé

Gifle à Macron - C’est le premier corps du roi qui a été giflé

 

« La gifle à Macron signe, à mon humble avis, l’obsolescence de la fiction théologico-politique » selon laquelle le monarque possède deux corps, l’un « mortel et naturel », l’autre « surnaturel et immortel », écrit Jean-Louis Robert dans le Monde , qui estime que le soufflet reçu par le président de la République le 8 juin démontre « la déliquescence progressive du second ».

 

L’historien allemand Ernst Kantorowicz, dans son étude de la monarchie médiévale, conceptualise « Les deux corps du roi » dans son ouvrage majeur. Selon cette théorie, le roi possède deux corps. Le premier est mortel et naturel et incarne la fonction terrestre : à ce titre, comme tout titulaire d’une autorité, il est amené à prendre des décisions, parfois bonnes parfois mauvaises, dans le contexte de la vie quotidienne politique.

Le second est surnaturel et immortel et revêt une fonction symbolique, celle d’incarner la nation, le peuple, la monarchie de droit divin. Ce corps immortel, présent dans celui mortel, se transmet, inaltérable, de monarque en monarque. Ainsi se trouve assurée la continuité de l’institution politique, qui supporte le consentement à l’État.

La France, qui vit maintenant en République, est restée fortement attachée aux deux catégories de Kantorowicz. Il suffit, pour s’en convaincre, de se souvenir des figures de De Gaulle et Mitterrand ; ceux-ci sont regardés comme des monarques, dans la mesure où ils se sont évertués à personnifier le deuxième corps symbolique, grâce notamment au déploiement d’un décorum adéquat et au maintien d’une certaine distance avec les sujets, qui incite ceu-ci au respect.

Dans le contexte de la monarchie absolue, toucher au premier corps, c’est toucher au second et relève du sacrilège. La presse se souvient de cela et convoque les catégories de Kantorowicz quand elle déclare que gifler le président Macron, c’est gifler la République. Les réactions de la classe politique vont unanimement dans le même sens.

Il me semble, cependant, que l’indissociabilité des deux corps a été bien entamée depuis un certain temps, plus précisément depuis la présidence de Sarkozy ; cette tendance s’est consolidée au cours du quinquennat de Hollande. Ces deux présidents n’ont pas rempli pleinement leur rôle, dans la mesure où ils ont négligé d’incarner le second corps du roi. Emmanuel Macron, leur successeur, en réinstaurant une certaine verticalité du pouvoir, a tenté de le retrouver. En vain. La posture jupitérienne s’est dégradée en gesticulation jupinienne (Jupin, c’est le nom trivial de Jupiter dans les fables de La Fontaine).

Je me démarquerai donc du discours médiatico-politique en posant que c’est le premier corps du roi qui a été giflé – c’est l’individu Macron qui a été agressé – et non le second, pour la raison que j’avançais plus haut, celle de la disjonction des deux corps et la déliquescence progressive du second.

Ainsi, la gifle à Macron signe, à mon humble avis, l’obsolescence de la fiction théologico-politique imaginée par l’historien allemand. Et la fin du pouvoir ?

Gifle à Macron : l’auteur fait appel

Gifle à Macron : l’auteur fait appel

De toute évidence la justice à deux visages, deux champs d’application et deux  vitesses. Ainsi l’auteur de la gifle à Macon aura été pratiquement jugée immédiatement et condamné. Certes le geste n’est pas très démocratique mais il n’y a pas non plus mort d’homme. Par ailleurs un président de la république n’a sans doute pas à se mêler sans raison à la foule surtout en contradiction des contraintes sanitaires.

Politiquement de toute manière cette gifle est bien méritée même si juridiquement , elle est condamnable. Une autre gifle vient d’être reçue par le président de la république lors des élections régionales où sont parti en marche  démontre son inexistence locale. L’auteur de la gifle a fait appel de sa condamnation surtout vis-à-vis des peines complémentaires à la prison. Il a été condamné à quatre mois de prison ferme mais surtout à une interdiction définitive d’exercer dans la fonction publique, l’interdiction de détenir une arme pendant cinq ans et la privation des droits civiques, civils et familiaux pour trois ans.

Le gifleur  sans doute d’être condamné mais sans doute pas autant et surtout aussi vite. Dans le même temps Sarkozy, Macron lui-même, Tapie traînent des gamelles judiciaires depuis des mois et même parfois des dizaines d’années. Par exemple on ne sait toujours pas dans quelles conditions ont été financé les campagnes électorales de Macron. L’affaire Ferrand qui a permis à sa concubine de faire un petit bénéfice de 700 000 € a été enterrée. La plupart des affaires de Sarkozy traînent en longueur du fait des rapports particuliers de ces derniers avec le président de la république.

Non parlons pas de l’affaire Tapie, lui aussi proche de Macron. Une affaire où la ministre de l’économie a signé » imprudemment » ( terme employé par la Cour de justice qui a valu un rappel à l’ordre seulement de Christine Lagarde) un chèque de 400 millions. Encore une fois une gifle qui démocratiquement n’est pas justifiée mais un système juridique trop souvent aux ordres des plus puissants et qui peut aussi expliquer le désintérêt des Français pour la chose publique et les critiques sur le fonctionnement de l’État.

Politique–Gifle à Macron : quand tout se réduit à la com

Politique–Gifle à Macron :  quand tout se réduit à la com

France Info revient sur l’événement en interrogeant Élodie Mielczareck, sémiolinguiste spécialisée dans le langage verbal et non verbal, conférencière et autrice.
Son prochain livre, « Anti-bullshit » paraîtra en octobre 2021 chez Eyrolles.

 

  • Avec cet événement, est-ce le corps sacré du président, par définition intouchable, qui tout à coup s’incarne physiquement sous nos yeux pour devenir, l’espace d’un instant, celui d’un semblable ?

C’est l’historien Enrst Kantorowicz qui nous rappelle la distinction entre les deux corps du Roi. Nous en avons souvent parlé. D’un côté le corps sacré du Roi, divin par essence : immortel, intouchable, infaillible. L’historien Patrick Boucheron le rappelle : « dans ce corps mortel du roi vient se loger le corps immortel du royaume que le roi transmet à son successeur ».(L’Histoire no 315, déc.2006). D’un autre côté, le corps communlambda, en un mot : humain, c’est-à-dire semblable à tous les autres. Aussi, qu’il s’agisse du corps du Roi, ou de nos représentants politiques actuels, il navigue toujours entre ces deux dimensions antinomiques : sacré et profane s’y superposent. Avec cette gifle, le corps commun se rappelle violemment aux yeux des caméras.

 

  • De François Fillon à Jean-Luc Mélenchon, la référence au sacré par les politiques est assez fréquente. À travers cette gifle, est-ce la République qui est visée ?

Souvent, la rhétorique politique consiste à (dé)montrer, rendre Sacré et « justifier » la fonction occupée, en un mot : légitimer. Cette légitimité du corps sacré-républicain était jusqu’ici évidente, admise et partagée. Mais ces dernières années, la multiplication des « petites phrases » des divers représentants politiques est symptomatique d’une difficulté à légitimer cette position. On se souvient du leitmotiv de François Fillon durant le « Penelope Gate » : « Au-delà de ma personne, c’est la démocratie qui est défiée » ; ou encore de la déclaration colérique de Jean-Luc Mélenchon : « Ma personne est sacrée [...] la République, c’est moi« , mais aussi celle de Benjamin Griveaux :« Ce n’est pas moi qui ai été attaqué, c’est la République ». En effet, symboliquement c’est bien la légitimité même des Institutions et de la Constitution qui sont visés. Étonnamment, après deux ans de crise Gilets Jaunes, un Grand Débat, des cahiers de doléances par milliers, peu de représentants politiques ou médiatiques interrogent le cadre républicain de cette Vème République, empêchant ainsi toute solution créative et expression collective. Dit autrement, vous ne pouvez pas convoquer en permanence la sacralité de votre corps pour échapper au réel.

 

  • En début de mandat, Emmanuel Macron a convoqué lui-même fréquemment cette symbolique sacrée. Comment analysez-vous le rapport au sacré du président et son évolution ? 

Avant même d’être élu président, Emmanuel Macron a cultivé la représentation d’un président-monarque. Il déclarait dès juillet 2015: « Dans la politique française, cet absent est la figure du roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n’a pas voulu la mort. » Ou bien encore « Je ne crois pas au président « normal » (…) Les Français n’attendent pas cela. Au contraire, un tel concept les déstabilise, les insécurise » (Challenges, octobre 2016). À l’opposé de laprésidence normale de Hollande, Emmanuel Macron décline à l’infini le schème de la « verticalité ». Souvenez-vous de sa marche solitaire devant la Pyramide du Louvre. Unpatternqui se retrouve bien évidemment dans les mots présidentiels : les premiers de cordées, versus les derniers ; ceux qui réussissent versus ceux qui ne sont rien. Comme nous le rappelle le sociologue Michel Maffesoli, la post-modernité dans laquelle nous glissons ces dernières années se définit par son horizontalité. Alors que les temps Modernes voient s’exprimer « la Loi des Pères », notre époque fait plus de place à « la Loi des Frères ». Or durant son quinquennat, Emmanuel Macron a montré une certaine réticence à sortir du « périmètre sacré », au sens propre (terme utilisé pour décrire le Palais de l’Elysée), et figuré (dynamiques relationnelles et chaleureuses). D’ailleurs, l’iconographie présidentielle met davantage en scène un président thaumaturge : les mains ont pour fonction de guérir par pouvoir divin, non pour réchauffer les coeurs ou embrasser…

 

  • Assiste-t-on à une remise en cause du caractère sacré de la fonction ? Le président est-il une star comme une autre ?

Ces dernières années, la fonction présidentielle s’est effritée. De manière symptomatique, corps sacré et profane se mélangent. Cela s’amplifie avec la presse people où l’intimité se donne à lire : elle est accessible à tous. Phénomène fortement visible sous la présidence de Nicolas Sarkozy : « Avec Carla, c’est du sérieux ». Ces communications-montages sous la forme de roman-photo jouent l’équilibre entre l’accessibilité du président-comme-tout-le-monde et le président-monarque. De même, le bain de foule joue sur les codes de lastarification. Le président y est mis en scène comme un rock-star, applaudit et photographié par la foule (dans le meilleur des cas). Mais l’équilibre est ténu. Et l’épisode de la gifle nous rappelle que la politique ne saurait impunément se réduire à de  » la com’ « . Lasacralitéconvoque l’univers de l’Etre (non du paraître) et du Sens (c’est-à-dire de ce qui s’incarne et se révèle). Dit autrement, si l’on accepte que le corps présidentiel soit sacré, il convient de ne pas lui faire faire n’importe quoi. De ce point de vue là, l’intervention sur YouTube avec Carlito et McFly est une erreur. Quoiqu’il en soit, le corps Sacré ne saurait exister seul, c’est-à-dire sans sa dimension incarnée. Il est hasardeux de convoquer un corps-présidentiel-sacré sans sa contre-partie plus « terrestre », comme l’attention et l’intérêt porté à l’autre, entre autres. Symboliquement, cette gifle peut être vue comme un rappel forcé à « l’ici et maintenant » (le monde terrestre des émotions versus le monde éthéré du mental). D’une manière tout à fait particulière : la gifle n’est pas le coup de poing ou l’oeuf jeté. La gifle, c’est le rappel à l’ordre du parent qui gronde son enfant. Il y a dans la gifle une dimension infantilisante et narcissique : elle blesse l’amour propre et humilie. Ici, c’est une sorte de verticalité inversée.

 

Sondage gifle à Macron : un recul de l’image de la fonction présidentielle pour 75 %

Sondage gifle à Macron : un recul de l’image de la fonction présidentielle pour 75 %

 

Visiblement les Français ne sont pas en accord avec la majorité des grands leaders politiques et les principaux médias qui condamnent sans nuance la gifle à Macron au motif qu’elle serait une insulte à la nation, aux institutions et à la France. Les Français sont plus précis quant à la signification politique de ce geste. Ils pensent en effet que c’est surtout la traduction d’un recul du respect de la fonction présidentielle. Une fonction présidentielle fortement abîmée par Macron notamment qui avilit la plus haute responsabilité politique par sa politique de communication démagogique notamment caractérisée par un activisme populiste assez pitoyable.

 

Exemple quand il se produit sur des sites douteux d’influenceurs, qu’il s’exprime sur le football ou sur n’importe quel fait divers.

Trois-quarts des Français interprètent ce geste comme le symptôme d’une «hausse globale de la violence dans notre société», et non comme un «acte isolé», selon l’expression employée par le chef de l’État lui-même. La scène est aussi perçue par 75% des citoyens comme «un recul du respect de nos concitoyens pour la fonction présidentielle». D’autres (62%) y voient «le très fort rejet personnel» que suscite le président.

Ce décryptage est partagé par les sympathisants de gauche, comme de droite. Il ne fait en revanche pas l’unanimité au sein des… sympathisants LREM. Sans surprise, 68% refusent d’y voir un rejet d’Emmanuel Macron.

Gifle Macron : une belle réaction de faux-culs

Politique–Gifle Macron : une belle réaction de faux-culs

 

 

C’est presque unanimement que la classe politique dans un bel élan patriotique a condamné avec fermeté la gifle reçue par Macron considérant qu’il s’agissait même d’une atteinte à la république et aux institutions. De la gauche extrême à la droite extrême en passant par le milieu fluctuant, c’est l’unanimité nationale pour condamner le terroriste gifleur.

Évidemment on pouvait difficilement attendre que les opposants politiques à Macron se félicitent officiellement de l’affront reçu par le président de la république. Par contre on aurait pu espérer un peu de retenue.

À moins qu’ils ne se sentent eux aussi également visés par cette sorte de mise en cause globale du système politique et de ceux qui les représentent. Il est vrai que de Mélenchon à Marine Le Pen en passant par Bayrou, Macro, les socialos et nombre de « républicains », ces politiques offrent une image assez nauséabonde.

D’abord pour vivre largement de la politique depuis des années voir des dizaines d’années. Ensuite pour n’avoir pour  seul véritable programme politique que l’accès ou le maintien au pouvoir. Cela en utilisant dans les intervalles une démagogie qui suscite le dégoût et le rejet.

Pour preuve la prochaine gifle sera sans doute un nouveau record d’abstention pour les élections départementales et régionales dans les enjeux et les responsables sont inconnus de la plupart des électeurs.Parmi ces enjeux, la distribution de portefeuilles rémunérés à nombre de clercs politiciens.

Tout ce petit monde est largement responsable du discrédit qui pèse sur la crédibilité des organisations politiques. Ce sont tous des caciques, des profiteurs assez souvent, des opportunistes autant que des incompétents.

Aujourd’hui en France on ne vote pas quelqu’un depuis déjà longtemps mais -quand on vote–contre celui qui semble le plus mauvais, le plus indésirable.

Une véritable perversion de la démocratie que la gifle, sans doute injustifiable, vient quand même à juste titre rappeler. Que va faire en effet Macron dans sa tournée électorale pour aller serrer des mains ? Que vont faire tous ces politiques dans les réunions pour promettre la lune.

C’est le degré zéro de la politique et le retour à l’ère démocratique néandertalienne.

Gifle à Macron : la désacralisation du corps politique

Gifle à Macron : la désacralisation du corps politique

 

L’agression subie par Emmanuel Macron n’illustre en rien une montée de la violence mais reflète la désacralisation du corps politique, l’effacement des partis, qui ne jouent plus leur rôle de médiation, et le narcissisme qu’encouragent les réseaux sociaux, analyse, dans une tribune au « Monde », Xavier Crettiez, professeur de science politique.

 

Que nous dit la désormais fameuse baffe portée au président lors d’une « visite de terrain » au plus près de la population, le 8 juin, à Tain-l’Hermitage (Drôme) ? Sûrement pas grand-chose sur la violence en politique. Succédant à divers épisodes où les élus ont pu éprouver une colère à fleur de peau, elle n’illustre en rien « une montée de la violence dans notre pays » et « un débordement de haine contre la République », comme on a pu le lire ici ou là.

 

La violence n’est pas nouvelle en politique. Outre que le conflit est consubstantiel à l’activité politique, qui a aussi comme tâche de transmuer la régulation par les coups en régulation par les mots, la violence a toujours existé, y compris contre les élus, même les plus illustres d’entre eux.

Le général de Gaulle a fait l’objet de plusieurs tentatives d’atteinte à sa vie, dont l’attentat du Petit-Clamart − commis le 22 août 1962 par des nostalgiques de l’Algérie française −, resté dans les mémoires. Avant lui, un futur président du Conseil socialiste, Léon Blum, alors député de Narbonne, avait, le 13 février 1936, dans le quartier Saint-Germain-des-Prés, à Paris, échappé de peu à un lynchage des Camelots du roi, formation monarchiste activiste d’extrême droite.

Non seulement la violence n’est pas nouvelle, mais elle fut même bien pire dans les années d’entre-deux-guerres, époque de « milicianisation » de la rue, où les affrontements entre anciens combattants communistes, royalistes, fascistes étaient monnaie courante. Nous n’évoquerons pas la trentaine de morts du 6 février 1934 et son millier de blessés en plein cœur de la capitale.

Les années 1970, dans le sillage des affrontements idéologiques puissants de Mai-68, furent également des moments de tensions où bien des oppositions se réglaient à coups de barre de fer. Une récente étude d’un collectif de chercheurs [Violences politiques en France, Isabelle Sommier, Xavier Crettiez et François Audigier, Presses de Sciences Po, 2021, 416 p., 24 euros] a constitué la plus importante base de données de la réalité de la violence politique en France, ces quarante dernières années. La violence est une réalité, mais elle doit être relativisée.

 

La France a connu, sur cette période de presque quarante ans, un peu plus de six mille épisodes de violence politique, dont 87 % n’ont fait aucune victime. Pour le reste – hors épisodes « gilets jaunes » –, on comptera 446 blessés légers, 158 blessés graves et 418 décès.

Politique–Gifle Macron : vent mauvais sur la démocratie

Politique–Gifle Macron : vent mauvais sur la démocratie

 

L’agression d’Emmanuel Macron, le 8 juin, dans la Drôme, est le point d’orgue d’un début de campagne délétère, qu’une série de polémiques et de surenchères des extrêmes ont radicalisé. (Papier du « Monde »)

 

Le deuxième déplacement du président de la République, mardi 8 juin, dans la Drôme, pour tâter le pouls d’un pays qui se déconfine, a été marqué par un incident choquant. Un homme poussant le cri royaliste « Montjoie ! Saint-Denis ! » et « A bas la Macronie » a giflé Emmanuel Macron, qui venait de visiter un lycée hôtelier à Tain-l’Hermitage.

Ce n’est pas la première fois, sous la Ve République, que le plus haut personnage de l’Etat se trouve la cible de groupes ou d’individus haineux : l’OAS avait tiré sur Charles de Gaulle en 1962, à la fin de la guerre d’Algérie ; un jeune homme de 25 ans, Maxime Brunerie, avait tenté d’atteindre Jacques Chirac avec un fusil.22 Long Rifle lors du défilé du 14 juillet 2002. L’agression, cette fois, est nettement moins dramatique. Pourtant, cette gifle décochée pendant un bain de foule, filmée par un complice et immédiatement diffusée sur Twitter à des fins de propagande, a une portée symbolique forte : elle signe une époque dominée par la transgression, résume une ambiance marquée par la violence. Un vent mauvais souffle sur la démocratie.

 

Chaque citoyen a le droit d’aimer ou de ne pas aimer le président de la République ; cela relève de son intime conviction. Mais gifler le président de la République, ne pas lui reconnaître le droit de représenter tous les Français dès lors qu’il a été élu, c’est mettre à bas toutes les règles de la démocratie représentative ; c’est contester tout ce qui organise le vivre-ensemble. Intervenant à l’Assemblée nationale quelques heures après l’incident, le premier ministre, Jean Castex, a, à juste titre, appelé au « sursaut républicain » car, même si Emmanuel Macron a, de son côté, minimisé l’agression, qu’il a qualifiée d’« acte isolé », une menace pèse sur la démocratie française.

Depuis des années, la violence monte à l’encontre des élus de la République, qu’ils soient maires, députés ou sénateurs, et des membres de l’exécutif. Violence verbale et violence physique, attisées par le carburant des réseaux sociaux. Sur ces derniers, l’insatisfaction personnelle ressentie par nombre de nos concitoyens enfle et se trouve légitimée, car tout peut s’y dire, tout peut s’y plaider – le vrai comme le faux, dans une ambiance survoltée au sein d’une même boucle d’affidés qui s’auto-alimente. Il en résulte une radicalisation du climat politique et un appauvrissement du débat public, deux poisons pour la République.

La gifle s’inscrit dans ce contexte. S’il était rassurant, mardi 8 juin, d’entendre le concert unanime de condamnations allant de l’extrême droite à l’extrême gauche, il était en revanche inquiétant de se souvenir de ce qui avait alimenté le débat politique deux jours plus tôt. Candidat pour la troisième fois à l’élection présidentielle, le leader des « insoumis », Jean-Luc Mélenchon avait déclenché un légitime torrent d’indignations en tenant un discours complotiste, considérant comme « écrit d’avance » qu’un « grave incident ou un meurtre se produirait dans la dernière semaine de la campagne présidentielle ».

 

Il avait réagi en dénonçant une « ambiance violente » entretenue par ses détracteurs puis braqué les projecteurs sur « l’appel au meurtre » d’une vidéo visant ses propres troupes. Réalisée par un youtubeur d’extrême droite, cette dernière, qui simulait l’exécution d’un électeur de LFI, a été saluée par un commentaire amusé d’un chroniqueur, Eric Zemmour, à qui il est prêté des ambitions présidentielles. Cette surenchère entre les extrêmes résume toute la problématique du moment : qui saura ramener un peu de raison dans le débat public ?

Gifle à Macron : conséquence aussi quand tout se réduit à la com

Gifle à Macron : conséquence aussi quand tout se réduit à la com

France Info revient sur l’événement en interrogeant Élodie Mielczareck, sémiolinguiste spécialisée dans le langage verbal et non verbal, conférencière et autrice.
Son prochain livre, « Anti-bullshit » paraîtra en octobre 2021 chez Eyrolles.

 

  • Avec cet événement, est-ce le corps sacré du président, par définition intouchable, qui tout à coup s’incarne physiquement sous nos yeux pour devenir, l’espace d’un instant, celui d’un semblable ?

C’est l’historien Enrst Kantorowicz qui nous rappelle la distinction entre les deux corps du Roi. Nous en avons souvent parlé. D’un côté le corps sacré du Roi, divin par essence : immortel, intouchable, infaillible. L’historien Patrick Boucheron le rappelle : « dans ce corps mortel du roi vient se loger le corps immortel du royaume que le roi transmet à son successeur ».(L’Histoire no 315, déc.2006). D’un autre côté, le corps communlambda, en un mot : humain, c’est-à-dire semblable à tous les autres. Aussi, qu’il s’agisse du corps du Roi, ou de nos représentants politiques actuels, il navigue toujours entre ces deux dimensions antinomiques : sacré et profane s’y superposent. Avec cette gifle, le corps commun se rappelle violemment aux yeux des caméras.

 

  • De François Fillon à Jean-Luc Mélenchon, la référence au sacré par les politiques est assez fréquente. À travers cette gifle, est-ce la République qui est visée ?

Souvent, la rhétorique politique consiste à (dé)montrer, rendre Sacré et « justifier » la fonction occupée, en un mot : légitimer. Cette légitimité du corps sacré-républicain était jusqu’ici évidente, admise et partagée. Mais ces dernières années, la multiplication des « petites phrases » des divers représentants politiques est symptomatique d’une difficulté à légitimer cette position. On se souvient du leitmotiv de François Fillon durant le « Penelope Gate » : « Au-delà de ma personne, c’est la démocratie qui est défiée » ; ou encore de la déclaration colérique de Jean-Luc Mélenchon : « Ma personne est sacrée [...] la République, c’est moi« , mais aussi celle de Benjamin Griveaux :« Ce n’est pas moi qui ai été attaqué, c’est la République ». En effet, symboliquement c’est bien la légitimité même des Institutions et de la Constitution qui sont visés. Étonnamment, après deux ans de crise Gilets Jaunes, un Grand Débat, des cahiers de doléances par milliers, peu de représentants politiques ou médiatiques interrogent le cadre républicain de cette Vème République, empêchant ainsi toute solution créative et expression collective. Dit autrement, vous ne pouvez pas convoquer en permanence la sacralité de votre corps pour échapper au réel.

 

  • En début de mandat, Emmanuel Macron a convoqué lui-même fréquemment cette symbolique sacrée. Comment analysez-vous le rapport au sacré du président et son évolution ? 

Avant même d’être élu président, Emmanuel Macron a cultivé la représentation d’un président-monarque. Il déclarait dès juillet 2015: « Dans la politique française, cet absent est la figure du roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n’a pas voulu la mort. » Ou bien encore « Je ne crois pas au président « normal » (…) Les Français n’attendent pas cela. Au contraire, un tel concept les déstabilise, les insécurise » (Challenges, octobre 2016). À l’opposé de laprésidence normale de Hollande, Emmanuel Macron décline à l’infini le schème de la « verticalité ». Souvenez-vous de sa marche solitaire devant la Pyramide du Louvre. Unpatternqui se retrouve bien évidemment dans les mots présidentiels : les premiers de cordées, versus les derniers ; ceux qui réussissent versus ceux qui ne sont rien. Comme nous le rappelle le sociologue Michel Maffesoli, la post-modernité dans laquelle nous glissons ces dernières années se définit par son horizontalité. Alors que les temps Modernes voient s’exprimer « la Loi des Pères », notre époque fait plus de place à « la Loi des Frères ». Or durant son quinquennat, Emmanuel Macron a montré une certaine réticence à sortir du « périmètre sacré », au sens propre (terme utilisé pour décrire le Palais de l’Elysée), et figuré (dynamiques relationnelles et chaleureuses). D’ailleurs, l’iconographie présidentielle met davantage en scène un président thaumaturge : les mains ont pour fonction de guérir par pouvoir divin, non pour réchauffer les coeurs ou embrasser…

 

  • Assiste-t-on à une remise en cause du caractère sacré de la fonction ? Le président est-il une star comme une autre ?

Ces dernières années, la fonction présidentielle s’est effritée. De manière symptomatique, corps sacré et profane se mélangent. Cela s’amplifie avec la presse people où l’intimité se donne à lire : elle est accessible à tous. Phénomène fortement visible sous la présidence de Nicolas Sarkozy : « Avec Carla, c’est du sérieux ». Ces communications-montages sous la forme de roman-photo jouent l’équilibre entre l’accessibilité du président-comme-tout-le-monde et le président-monarque. De même, le bain de foule joue sur les codes de lastarification. Le président y est mis en scène comme un rock-star, applaudit et photographié par la foule (dans le meilleur des cas). Mais l’équilibre est ténu. Et l’épisode de la gifle nous rappelle que la politique ne saurait impunément se réduire à de  » la com’ « . Lasacralitéconvoque l’univers de l’Etre (non du paraître) et du Sens (c’est-à-dire de ce qui s’incarne et se révèle). Dit autrement, si l’on accepte que le corps présidentiel soit sacré, il convient de ne pas lui faire faire n’importe quoi. De ce point de vue là, l’intervention sur YouTube avec Carlito et McFly est une erreur. Quoiqu’il en soit, le corps Sacré ne saurait exister seul, c’est-à-dire sans sa dimension incarnée. Il est hasardeux de convoquer un corps-présidentiel-sacré sans sa contre-partie plus « terrestre », comme l’attention et l’intérêt porté à l’autre, entre autres. Symboliquement, cette gifle peut être vue comme un rappel forcé à « l’ici et maintenant » (le monde terrestre des émotions versus le monde éthéré du mental). D’une manière tout à fait particulière : la gifle n’est pas le coup de poing ou l’oeuf jeté. La gifle, c’est le rappel à l’ordre du parent qui gronde son enfant. Il y a dans la gifle une dimension infantilisante et narcissique : elle blesse l’amour propre et humilie. Ici, c’est une sorte de verticalité inversée.

 

Gifle Macron : une belle réaction de faux-culs

Gifle Macron : une belle réaction de faux-culs

 

 

C’est presque unanimement que la classe politique dans un bel élan patriotique a condamné avec fermeté la gifle reçue par Macron considérant qu’il s’agissait même d’une atteinte à la république et aux institutions. De la gauche extrême à la droite extrême en passant par le milieu fluctuant, c’est l’unanimité nationale pour condamner le terroriste gifleur.

Évidemment on pouvait difficilement attendre que les opposants politiques à Macron se félicitent officiellement de l’affront reçu par le président de la république. Par contre on aurait pu espérer un peu de retenue.

À moins qu’ils ne se sentent eux aussi également visés par cette sorte de mise en cause globale du système politique et de ceux qui les représentent. Il est vrai que de Mélenchon à Marine Le Pen en passant par Bayrou, Macro, les socialos et nombre de « républicains », ces politiques offrent une image assez nauséabonde.

D’abord pour vivre largement de la politique depuis des années voir des dizaines d’années. Ensuite pour n’avoir pour  seul véritable programme politique que l’accès ou le maintien au pouvoir. Cela en utilisant dans les intervalles une démagogie qui suscite le dégoût et le rejet.

Tout ce petit monde est largement responsable du discrédit qui pèse sur la crédibilité des organisations politiques. Ce sont tous des caciques, des profiteurs assez souvent, des opportunistes autant que des incompétents.

Aujourd’hui en France on ne vote pas quelqu’un depuis déjà longtemps mais -quand on vote–contre celui qui semble le plus mauvais, le plus indésirable.

Une véritable perversion de la démocratie que la gifle, sans doute injustifiable, vient quand même à juste titre rappeler. Que va faire en effet Macron dans sa tournée électorale pour aller serrer des mains ? Que vont faire tous ces politiques dans les réunions pour promettre la lune.

C’est le degré zéro de la politique et le retour à l’ère démocratique néandertalienne.

Que risque l’homme qui a giflé Emmanuel Macron : la pendaison ?

Que risque l’homme qui a giflé Emmanuel Macron : la pendaison ?

Plus qu’une offense -délit reconnut, Macron et surtout victimes d’un crime de lèse majesté qui affecte gravement sans image. Du coup, toutes les forces juridiques et policières -en tout cas une trop grande partie -vont se mobiliser sur cette atteinte à la personne du chef de l’État. Nombre de journaux imaginent déjà la sanction. Certains parlent de trois ans de prison et 45 000 € d’amende, des peines maximales.

 

Des sanctions évidemment notoirement insuffisantes pour réparer les dégâts à la personnalité jupitérienne du chef de l’État. Certes la gifle n’est pas forcément le moyen le plus démocratique de faire valoir son point de vue en tout cas de contester le pouvoir en place. Mais d’une certaine manière, cette recherche éhontée du soutien populaire et de la foule par les politiques constitue le prix à payer de la démagogie.

 

Reste qu’il y a crime de lèse-majesté, atteinte à la république même disent certains, à la nation, aux institutions, bref la France.  Dès lors la seule sanction qui devrait s’imposer devrait être celle de la pendaison publique en place de grève. Histoire de montrer au bas peuple, aux gueux, , aux mécontents et aux grincheux qu’ on ne s’attaque pas en vain à l’image divine de nos responsables politiques. Lesquels dans un bel élan démagogique et de faux-culs ont aussi par avance condamné celui qui a assassiné l’image du président.

Annulation des impôts irlandais d’Apple : une gifle pour l’Europe

Annulation des impôts irlandais d’Apple : une gifle pour l’Europe

 

Le tribunal deuxième instance juridique de l’union européenne vient d’adresser une belle claque à l’Europe en décidant d’annuler les 14 milliards d’impôts réclamés à Apple. Une décision judiciaire suite à la demande d’Apple évidemment mais aussi de l’Irlande ! Du coup se trouve remise en question la perspective de taxer les grands de l’informatique dans les pays où ils exercent une activité. Un manière  de légaliser les détournements fiscaux des GAFA. Il y aura toujours possibilité de faire appel devant la cour de justice de l’union européenne. Mais il faudra y réfléchir car cela démontre à l’évidence que le tribunal est surtout composé ( en principe un représentant par pays)  de juges porteurs d’une philosophie très libérale.

De la même façon cette décision porte un coup à la commission internationale organisée sous l’égide de l’OCDE pour réfléchir à une taxation des Gafa.

 

“Le Tribunal annule la décision contestée parce que la Commission n’a pas réussi à démontrer au niveau juridique requis qu’il y avait un avantage au sens de l’article 107, paragraphe 1, TFUE1”, écrivent les juges de la deuxième plus haute juridiction de l’Union européenne, en référence aux règles de concurrence dans l’Union.

Dans un communiqué, Apple a salué la décision du Tribunal.

“Cette affaire ne portait pas sur le montant des impôts que nous payons, mais sur le lieu où nous devons les payer. Nous sommes fiers d’être le plus grand contribuable au monde, car nous connaissons le rôle important que joue le versement d’impôts dans la société”, a déclaré le groupe à la pomme.

En avant-bourse, l’action Apple prenait 1,2% à Wall Street.

La décision du Tribunal pourrait affaiblir la position de Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la concurrence, qui a lancé également des procédures similaires contre Ikea et Nike aux Pays-Bas.

La deuxième plus haute juridiction de l’Union européenne a annulé l’an dernier la décision de l’exécutif européen d’imposer à Starbucks le versement d’un arriéré d’impôts aux Pays-Bas pouvant atteindre 30 millions d’euros.

Elle a aussi débouté la Commission européenne sur le dossier d’exonération fiscale accordée à 39 multinationales en Belgique.

Dans le dossier Apple, c’est l’Irlande elle-même qui a fait appel aux côtés du groupe américain contre la décision de la Commission européenne.

Dublin cherche à protéger son régime fiscal qui lui a permis d’attirer des multinationales, même si les 14 milliards d’euros réclamés, en y intégrant les intérêts, auraient pu l’aider à faire face à la pandémie due au coronavirus.

Le gouvernement pourrait cependant faire l’objet de fortes critiques de la part des partis d’opposition pour avoir renoncé à cette somme alors que le déficit budgétaire devrait représenter jusqu’à 10% du PIB cette année.

La Commission européenne pourrait faire appel de la décision du Tribunal devant la Cour de justice de l’UE. Margrethe Vestager a déclaré que l’exécutif européen examinerait attentivement le jugement rendu et réfléchirait à d’éventuelles mesures, sans pour autant renoncer à lutter contre les arrangements fiscaux des multinationales.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol