Archive pour le Tag 'géopolitique'

« Une Europe géopolitique enfin ? » (Norbert Röttgen )

 « Une Europe géopolitique enfin ? » (Norbert Röttgen )

 

Norbert Röttgen, le président de la commission des affaires étrangères du Bundestag dans une tribune au « Monde » propose que leur se dote enfin d’une stratégie géo politique et ne se limite donc pas seuls obligé d’échange commercial.

Tribune.

 

Ces deux dernières années, le président Emmanuel Macron a placé au centre des débats européens les questions stratégiques importantes de notre époque. Nous lui en sommes reconnaissants. Car l’Europe ne peut simplement pas continuer à fonctionner comme elle l’a fait jusqu’à présent, alors que le monde change et même en partie de façon radicale. De nouvelles questions se posent et nous avons besoin d’y apporter des réponses.

Les citoyens sont toujours plus nombreux à sentir qu’une ère nouvelle est en train de débuter. Dans toute l’Europe, les populistes réagissent à cette inquiétude en prônant le repli sur soi et la fermeture des frontières. Si un nationalisme non patriotique prospère sur ce terreau, c’est parce que les problèmes actuels demeurent non résolus. Comme tout changement d’époque, cette ère nouvelle s’accompagne de risques et aussi d’opportunités. Saisir ensemble ces opportunités, avec courage et confiance en soi, tout en se montrant fiers à juste titre des objectifs déjà atteints : telle est l’attitude que les pays membres de l’Union européenne devraient adopter pour mieux jouer le jeu de la concurrence nouvelle des modèles et des systèmes.

C’est dans le concret que se révèle la capacité d’action. Quels projets Paris et Berlin peuvent-ils mener à bien en commun ? Où se trouvent les solutions européennes à nos défis communs et comment les atteindre ?

A une époque où la concurrence entre les grandes puissances s’aiguise, il devient toujours plus important pour l’Europe de consolider l’Union européenne et de se montrer enfin capable d’agir en matière de politique étrangère. L’Europe doit se montrer à la hauteur de ses devoirs et se renforcer de l’intérieur pour pouvoir s’affirmer à l’échelle mondiale. Cela signifie tout d’abord que nous devons renforcer l’euro. Plus nous coordonnerons étroitement la politique financière et économique des Etats membres de l’union monétaire, plus la monnaie commune gagnera en stabilité. Une monnaie forte, stable, jouant également un rôle à l’échelle mondiale ne peut exister qu’à la condition que tous les membres de l’Union monétaire non seulement se comportent de façon responsable, mais s’engagent aussi à la solidarité.

Une Europe forte doit également mieux se coordonner en matière de politique étrangère. Dans un monde où la politique de la puissance tend à s’imposer, les puissances-clés du continent européen doivent aussi se concerter et s’associer plus étroitement – et mettre plus fortement leurs ressources au service d’une politique extérieure et de défense commune. Les E-3 [Européens à 3] sont le bon format pour cela : la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne jouant le rôle d’avant-garde d’une politique étrangère et de sécurité commune, coordonnée avec les institutions sises à Bruxelles et constamment ouverte à tous les autres membres de l’Union.

style=’box-sizing: inherit;margin:1.6rem 0px 0px;font-size:1.8rem;letter-spacing: 0.009rem;width:calc(100% – 25.6rem);float:right’ v:shapes= »_x0000_i1025″>

Prix du pétrole : «risque accru de crise géopolitique » (Philippe Dessertine)

Prix du pétrole : «risque accru de crise géopolitique »

Philippe Dessertine, professeur d’économie à l’université Panthéon-Sorbonne s’inquiète des risques de la baisse excessive des prix du pétrole dont les conséquences pourraient déclencher une crise géopolitique mondiale à partir notamment de l’écroulement des ressources de pays en voie de développement (interview JDD

La baisse du pétrole provoque-t-elle des risques cachés?
Oui. La situation des pays émergents est, à très court terme, le plus préoccupant. La baisse des cours provoque un transfert de richesse des pays producteurs, souvent pauvres, vers les pays consommateurs qui sont riches. Pour la Russie ou l’Iran, le pétrole représente une vraie rente qui n’a aucun autre produit de substitution. Ces pays voient déjà leurs budgets déséquilibrés et sont déstabilisés politiquement. L’Algérie ou le Nigeria risquent de subir une véritable crise géopolitique avec le renforcement de mouvements terroristes comme Boko Haram.

Un risque d’accroître les tensions géopolitiques?
Oui, l’Occident achète sa croissance avec du pétrole bon marché, au prix de risques géopolitiques accrus. Le comportement des Russes en est la démonstration. En 2008, la première baisse de l’or noir avait conduit la Russie à annexer la Géorgie. Et c’est après la rechute de 2014 que Poutine a envahi l’Ukraine. La prochaine cible sera l’Algérie, dont le pétrole et le gaz sont les seules ressources financières.

Carburant : prix stables en dépit de la situation géopolitique

Carburant : prix stables en dépit de la situation géopolitique

 

Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises sont restés quasi stables la semaine dernière, selon les chiffres du ministère de l’Ecologie et de l’Energie publiés lundi 28 juillet. En effet, les cours du pétrole sont plutôt restés insensibles aux tensions géopolitiques mondiales.   Le gazole, carburant privilégié des Français avec plus de 80% des ventes, valait en moyenne 1,3002 euro le litre lors de la semaine achevée le 25 juillet, contre 1,2995 euro la semaine précédente, d’après les relevés hebdomadaires du ministère. Deuxième carburant le plus vendu dans l’Hexagone, l’essence sans plomb 95 s’affichait à 1,5219 euro le litre, soit 0,095 centime de moins d’une semaine sur l’autre. Le litre d’essence sans plomb 98 valait lui 1,5852 euro, contre 1,5931 la semaine précédente.  « Ce qui est vraiment surprenant, c’est que les marchés ne réagissent pas aux événements géopolitiques comme ils le faisaient dans le passé », a commenté le président de l’Union française des industries pétrolières (Ufip), Jean-Louis Schilansky, interrogé par l’AFP.  « La situation en Libye devient quasi catastrophique, et aujourd’hui le prix du pétrole est légèrement en baisse. C’est donc que les marchés ne craignent pas de problèmes d’approvisionnement », a-t-il constaté.  « Même les événements à Gaza n’ont pas eu d’impact », a-t-il ajouté. « On est dans un scénario assez nouveau, où les prix du pétrole affichent une stabilité qu’ils n’ont pas connue depuis des années ».  La production croissante de pétrole de schiste outre-Atlantique jouerait un rôle stabilisateur, selon lui. « Les Etats-Unis importent moins de pétrole et tirent donc moins sur la production pétrolière mondiale, ce qui a tendance à calmer le jeu. » Dans le même temps, la demande globale de brut connaît elle aussi une certaine stabilité. Dans ces circonstances, la probabilité que le cours du baril de Brent de la mer du Nord continue à évoluer dans une fourchette 105 à 110 dollars devient « de plus en plus grande », selon M. Schilansky.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol