Archive pour le Tag 'générosité'

Vaccins Covid-19 : La fausse générosité des pays riches ( Le Monde)

Vaccins Covid-19 : La fausse générosité des pays riches ( Le Monde)

 

 

Un papier du monde constate queLe don annoncé au G7 d’un milliard de doses d’ici à la mi-2022 ne fait pas du vaccin un « bien public mondial ». Il manque encore aux pays riches une vraie stratégie, unitaire et cohérente, pour un accès équitable aux vaccins anti-Covid.

 

Il est des émulations vertueuses, et il en est dont on ne sort pas grandi. La compétition à laquelle se livrent, sous couvert de « soft power », les puissances du G7 sur la distribution des vaccins anti-Covid-19 aux pays qui en manquent cruellement relève malheureusement de la seconde catégorie.

Réunis depuis vendredi 11 juin à Carbis Bay, en Grande-Bretagne, les dirigeants de ce club de pays riches et démocratiques ont fait savoir qu’ils s’engageraient ensemble à faire don d’un milliard de doses, afin de « vacciner le monde ». Le président Joe Biden a promis que les Etats-Unis en fourniraient la moitié. Pour ne pas être en reste, le premier ministre britannique, Boris Johnson, a avancé 100 millions de doses, comme le Canada. L’Union européenne (UE) s’est abstenue de surenchérir, campée sur sa posture de mère la vertu puisqu’elle est le continent qui exporte le plus de vaccins depuis le début de la campagne d’inoculations.

 

Voilà pour les annonces. Un examen plus approfondi de ces engagements, et en particulier du calendrier de livraisons, éclaire la situation d’une lumière moins flatteuse. La plupart de ces pays ont commencé leur campagne de vaccination nationale à la fin de l’année 2020. Certains ont, très tôt, commandé, et donc accaparé, des centaines de millions de doses aux laboratoires pharmaceutiques dont les travaux sur le vaccin contre le Covid-19 paraissaient prometteurs et qu’ils avaient généralement subventionnés. Alors que les Etats-Unis et le Royaume-Uni commençaient à vacciner leur population, il est apparu qu’ils disposeraient de beaucoup plus de doses qu’ils n’en avaient besoin à court terme. Les pays de l’UE, à ce stade, se débattaient encore avec un grave problème d’approvisionnement.

 Une fois l’objectif de 50 % des Américains vaccinés atteint, l’administration Biden a pris conscience des dégâts que pouvaient infliger à son image les accusations de « nationalisme vaccinal », tandis que la Chine déployait son propre dispositif. Parallèlement, les ravages d’un nouveau variant du virus en Inde plaçaient brutalement les projecteurs sur l’inégalité vaccinale au niveau mondial.

Alors que les Européens, plus sensibles depuis le début à la question de l’accès équitable aux vaccins, mettaient en avant leur propre équation – autant de vaccins exportés que de vaccins administrés au sein de l’UE –, les Etats-Unis ont, fin avril, offert de livrer 60 millions de doses d’AstraZeneca, vaccin qui, en tout état de cause, n’était pas autorisé chez eux. Puis, en mai, ils ont proposé une levée temporaire des brevets.

Cette proposition, inapplicable dans l’immédiat car tributaire de longues négociations à l’Organisation mondiale du commerce, était un écran de fumée, qui a pris les Européens à revers. Elle a ouvert la voie à une regrettable polémique transatlantique sur les mérites comparés du partage de vaccins, des transferts de technologie et de la levée des brevets, alors qu’ils sont complémentaires et devraient faire l’objet d’une stratégie cohérente et unitaire.

Le don d’un milliard de doses livrables dans les douze mois ne constitue pas une telle stratégie ni ne fait du vaccin un « bien public mondial ». S’il est une mission que ce G7 devrait s’assigner, c’est bien de se donner l’ambition et les moyens de débarrasser la planète de cette pandémie dévastatrice, grâce à une distribution et une production équitables du vaccin.

Générosité pour Notre Dame mais pas pour la pauvreté (Emmaüs)

Générosité pour Notre Dame mais pas pour  la pauvreté (Emmaüs)

 

« Aujourd’hui c’est Notre-Dame de Paris qui brûle mais c’est notre maison commune qui brûle. Pour le coup, qu’est-ce qu’on fait pour reconstruire notre pays ? », s’interroge Thierry Khun, directeur d’Emmaüs Mundo sur franceinfo (interview):

 

 Les dons pour Notre-Dame s’envolent alors que les dons aux associations diminuent. Comment réagissez-vous ?

Thierry Kuhn : D’abord, on est tous sous le choc. Cet incendie à Notre-Dame est terrible pour nous tous parce que c’est un symbole fort, et cette mobilisation, c’est une bonne chose. Évidemment, elle ne va pas sans poser de questions. On a besoin aujourd’hui de la mobilisation de tous autour des questions de solidarité, des questions d’écologie. Un milliard d’euros en 24 heures, c’est du jamais vu et surtout c’est du jamais vu pour les questions de solidarité et la question aux personnes les plus en difficulté. Finalement, le ruissellement fonctionne mais il est un peu sélectif et laissé à la libre appréciation de ceux qui détiennent aujourd’hui une grande partie de la richesse. On a besoin aussi de cette richesse pour la lutte contre l’exclusion, pour les autres, ceux qui n’ont pas les moyens.

Après plusieurs mois passés à entendre que les moyens financiers manquent, vous voyez aujourd’hui l’argent sortir des caisses. Cela vous choque-t-il un peu ?

Oui, parce qu’on est très nombreux à dire que l’argent existe pour lutter contre l’exclusion, or les dons baissent pour les associations. La question de la solidarité, des inégalités c’est un trésor national qu’il faut sauver aussi, c’est une grande cause qui peut tous nous rassembler. Les dons aux associations, cela représente trois milliards d’euros par an, et là, on vient d’attribuer en 24 heures un tiers de ce qui est donné à la solidarité. C’est une baisse de 200 millions d’euros en 2018. Moi, je proposerais qu’en même temps que la reconstruction de Notre-Dame, on reconstruise notre pays. « La maison brûle » comme disait Jacques Chirac. Aujourd’hui c’est Notre-Dame de Paris qui brûle mais c’est notre maison commune qui brûle. Pour le coup, qu’est-ce qu’on fait pour reconstruire notre pays ? Ma proposition, ce serait de dire « un nouveau toit pour Notre-Dame mais également et surtout un toit pour tous ». Et ça, on pourrait très bien le réaliser : 1 euro qui est donné pour Notre-Dame, c’est 1 euro qui est donné pour la solidarité et pour la question de l’écologie.

Vous y voyez une forme de fracture sociale inversée ? Il est « plus gratifiant » de donner pour Notre-Dame que pour des fonds de solidarité ?

Oui, parce que notre vivre ensemble, notre capacité à lutter contre les exclusions, c’est aussi un trésor national et une cause qui doit mobiliser les plus riches comme les plus pauvres. On a des gens qui n’ont pas les moyens, qui donnent aux associations, qui donnent à la lutte contre les inégalités, qui donnent également pour l’écologie qui sont des causes importantes. Or, on voit bien que, avec la baisse des impôts pour les plus riches, avec la disparition de l’ISF, les plus riches font d’autres choix et qu’ils n’ont plus cette conscience de la solidarité nationale. Cela interroge parce qu’on parle des plus riches, on parle des grandes entreprises, des grandes fondations mais ce sont également les grandes collectivités. On n’arrête pas de dire « On n’a plus d’argent ». C’est ce que les plus pauvres entendent et il y a une forme de résignation parmi les plus exclus, et je peux vous dire que la colère gronde. Ça ne présage pas de bons augures pour l’avenir. Il y a urgence. On est en état d’urgence sociale et économique.

 

 

Crise migratoire : Angela Merkel et Pedro Sanchez cherchent à tempérer leur générosité

Crise migratoire : Angela Merkel et Pedro Sanchez cherchent  à tempérer leur générosité

 

L’Allemagne avait montré le chemin en se montrant particulièrement généreuse pour l’accueil d’immigrés. Plus récemment le nouveau gouvernement espagnol s’est aussi montré très ouvert sur la question en acceptant la venue de bateaux de réfugiés. Mais en Allemagne comme en Espagne l’opinion publique se montre maintenant réticente. L’Espagne constitue désormais Une nouvelle route migratoire, au départ du Maroc, que la chancelière veut absolument fermer. L’Allemagne souhaiterait bien que l’Espagne bloque les flux migratoires comme dans l’accord passé avec la Turquie. L’Espagne propose une orientation originale pour l’immigration illégale en assurant une formation professionnelle des intéressés avant leur retour dans leur pays d’origine. Mais ce n’est pas ce que souhaitent forcément les immigrés illégaux qui veulent simplement traverser l’Espagne pour se rendre dans des pays où ils ont de la famille ou des connaissances. Cela renvoie à la question de la gestion des déboutés du droit d’asile, en clair des migrants économiques. Or l’accord global trouvé par l’union européenne est complètement insuffisant pour régler cette question soumise à la bonne volonté de chaque État. Ce qui est évident c’est que les gouvernements actuels doivent bouger sinon leur immobilisme va nourrir la montée des nationalismes et de l’extrême droite.

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol