Archive pour le Tag 'géant'

Fusion Faurecia–Ella : un futur géant mondial de l’équipement automobile

Fusion Faurecia–Ella  :  un futur géant mondial de l’équipement automobile

 

L’équipementier français a finalisé l’acquisition d’une participation majoritaire (60%) dans le capital de l’un de ses concurrents, l’allemand Hella qui fabrique notamment des phares et des composants électroniques pour les véhicules. Avec cette acquisition, un nouveau géant va naître, capable de réaliser un chiffre d’affaires de 23 milliards d’euros en 2021, soit « le 7ème fournisseur automobile mondial », indique Faurecia.

Basée à Lippstadt (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), Hella a obtenu des garanties de la part de son acquéreur.  En plus de maintenir l’intérêt des 36.000 employés de son concurrent, il a notamment promis de maintenir les activités du siège dans la ville.

Au premier semestre 2021, le groupe français s’est montré solide lors de la reprise. En croissance organique, ses ventes avait progressé de plus de 12%, à 4 milliards d’euros de janvier à mars, soit 8,9% de plus qu’au premier trimestre 2020.

A l’inverse, dans ses résultats annuels sur la période 2019-2020, Hella a été frappée de plein fouet par la crise Covid-19, accusant d’un recul de ses ventes de -14,3% « sur un marché déjà en déclin », précisait-elle. Son chiffre d’affaires (Ebit) ressortait alors à -343 millions d’euros.

Malgré la pénurie de semi-conducteurs, Faurecia vise aussi une marge opérationnelle d’environ 7% de ses ventes qui se rapprocherait ainsi de ses niveaux d’avant la crise sanitaire.

Pour doper ses ventes, il compte enfin sur « la mobilité durable » et les nouveaux systèmes basés sur l’hydrogène pour continuer à fournir les constructeurs automobiles engagés dans la transformation de leur modèle. Selon le groupe, l’hydrogène sera abordable et produit en grande quantité d’ici 2030 – date à laquelle Faurecia prévoit d’être neutre en carbone – et il représentera un cinquième de la demande d’énergie mondiale à l’horizon 2050.

Numéros d’urgence : un bug géant qui en appelle d’autres

Numéros d’urgence : un bug géant qui en appelle d’autres

Incontestablement la numérisation apporte un progrès considérable dans la gestion de l’information en général et dans celles qui transitent par la téléphonie notamment. Le problème est que cette numérisation rend d’autant plus fragile le système qu’elle se sophistique. Ainsi la panne géante qui a affecté les numéros d’appel d’urgence serait liée en quelque sorte un banal incident de logiciel.

 

En fait un tout petit grain de sable peut gripper le mécanisme moderne de gestion des flux d’information non seulement dans la téléphonie mais d’une façon générale. Les systèmes sont surtout fragilisés car il n’existe pas de solution de secours. Un grave manquement qui pourrait un jour paralyser tout un pan de l’économie, de la vie sociale et même des grandes fonctions régaliennes. Il ne s’agit pas seulement de sauvegarder les données dans le cloud mais de prévoir un basculement automatique sur une organisation de secours.

 

On voit ici les lobbys et les experts à leur service dénoncer les couts d’un système alternatif. Sans doute faudra-t-il attendre quelques grandes catastrophes, quelques grands dérèglements éventuellement provoqués de l’étranger pour qu’on prenne conscience de la nécessité d’un système alternatif en cas de panne géante. Au moins sur les grandes fonctions régaliennes stratégiques il est nécessaire d’envisager un plan ORSEC du numérique.

Accord Veolia Suez : un géant aux pieds d’argile

 Accord Veolia Suez : un géant aux pieds d’argile

 

Le président de Veolia et la pensée financière dominante se félicitent de l’accord entre Veolia et Suez qui doit permettre de créer un super géant mondial. En fait, ce mécano capitalistique ne résulte nullement d’une stratégie de la part de Veolia mais plutôt d’un hasard lié à la très mauvaise gestion d’Engie  qui a dû se débarrasser en hâte des 30 % qu’il possédait dans Suez. Une opportunité alors  s’est ouverte pour Veolia de museler son concurrent français.

 

La question qui se pose est de savoir si cela va réellement renforcer les capacités de l’opérateur au plan national et surtout international. L’une des premières conséquences pourrait être l’obligation faite par l’Europe de se débarrasser d’un certain nombre d’actifs concernant l’eau en France comme à l’étranger ainsi que certains services associés.

 

Le deuxième inconvénient c’est de diminuer le nombre d’opérateurs français susceptibles de répondre aux appels de internationaux. En fait, la place laissée par Suez dans les appels d’offres internationaux ne sera pas occupée totalement par Veolia mais par d’autres opérateurs internationaux.

 

La troisième conséquence néfaste pourrait être la réduction d’effectifs du fait des doubles emplois qui inévitablement va se poser. En clair Veolia devra se débarrasser de certains effectifs de Suez non seulement parce qu’ils font double emploi avec ceux de Veolia mais parce qu’il aura fallu aussi vendre certains actifs dont certains passeront d’ailleurs dans les mains de son d’investissement y compris étrangers un premier bilan méritera d’être fait dans six mois ou un an..

 

Macron : un nain face au géant chinois

Macron : un nain face au géant chinois

Il faut être bien naïf pour penser que Macron pourra faire le poids face aux géants chinois. D’ailleurs les propos du président de la chambre de commerce franco-chinoise sont significatives à cet égard : «La prochaine fois, ce serait bien de venir avec Angela Meckel».  en clair ,cela indique qu’il aurait été opportun que Macron vienne officiellement comme représentant de l’union européenne et non comme le président du petit pays qu’est devenu la France. Macron compte sur ses compétences de négociateur pour obtenir ce que les États-Unis eux-mêmes n’ont pu jusque-là arracher à savoir des règles de commerce bilatéral plus équilibrées. Il y a aussi une différence de taille dans la structure économique de la France et de la Chine. D’abord évidemment les deux économies ne sont pas comparables) . Le PIB représente 14 000 en Chine pour 2700 milliards en France.

Les Etats-Unis (1er) et la Chine (2e) font cette année encore la course en tête des pays au plus fort PIB, pour le produit intérieur brut. Avec 21 345 milliards de dollars, les États-Unis restent encore loin devant l’empire du Milieu, qui plafonne à 14 217 milliards de dollars, selon les dernières prévisions du Fonds Monétaire International (FMI), publiées en avril 2019. Toutefois, si l’on prend comme indicateur le PIB exprimé en parité de pouvoir d’achat (PPA), un outil qui mesure le pouvoir d’achat des monnaies par rapport à un panier de produits, la Chine domine les Etats-Unis, avec un PIB de 23 301 milliards contre 19 391 milliards de dollars (chiffres de la Banque mondiale, exprimés en dollars internationaux courants).

Au-delà des chiffres, il y a le poids politique de la Chine face au tel la France ne représente pas grand-chose. Tout au plus va-t-on vendre quelques Airbus supplémentaires, quelques centrales nucléaires et quelques produits agroalimentaires. On se mettra sans doute aussi d’accord pour mieux respecter certaines IGP, 26 appellations françaises seront reconnues par la Chine. Désormais, le champagne, le bordeaux, le cognac, le pauillac, le pomerol, le calvados, les pruneaux d’Agen, le comté ou le roquefort, entre autres, feront figure de marques déposées. Mais la contrefaçon porte sur des centaines voire des milliers d’autres produits et les concession de la Chine ne sont pas à la hauteur de l’enjeu.

En effet ,  le déficit de la France avec la Chine représente à peu près la moitié du déficit de global c’est-à-dire environ 30 milliards sur les 50 à 60 milliards de déficits chronique de la balance commerciale française. Aussi le chef de l’État pourrait avec de nombreux chefs d’entreprise notamment du CAC  40 tenter d’obtenir une plus grande ouverture pour les exportations françaises aussi à propos des investissements. On sait en effet que pour l’instant il est impossible à une entreprise étrangère d’investir seul dans une société, il lui faut absolument accepter un partenaire chinois. À l’inverse les Chinois ne se privent pas de prendre des participations voire le contrôle complet de nombre d’activités en France et compris dans le domaine agricole. Il y a surtout les distorsions de concurrence qui ne sont pas seulement différentes mais complètement opposées. La France doit se battre contre un système économique aux mains des mafieux du parti communiste. C’est-à-dire les cadres et amis du PC chinois qui se sont partagés le gâteau. Un seul exemple 70 députés représentant forcément le prolétariat ont une fortune personnelle dépassant le milliard. La corruption a atteint un tel niveau qu’il  constitue désormais une entrave à la concurrence interne, à l’initiative et au développement. Macron en se rendant en Chine vise surtout des objectifs internes. Avec les quelques grands contrats, il veut montrer son rôle dans la redynamisation de la croissance française. Faute d’entente avec les autres pays  européens et notamment l Allemagne, il s’auto désigne comme le leader de l’Europe. Malheureusement dans la pratique chaque État de la zone euro négocie séparément et discrètement avec la Chine.

Nantes: Trois manifestants arrêtés pour un homard géant en papier mâché

Trois manifestants arrêtés pour un homard géant en papier mâché

 

 

Tout a été fait à Nantes samedi dernier pour limiter les éventuels débordements de la manifestation. La police a même interpellé et arrêté trois manifestants au motif qu’ils transportaient un homard géant en papier mâché sur un camion « à la façon des chars de carnaval. La conséquence de l’action dirigée par un parquet qui dans certaines provinces est plus sévère contre les manifestants mêmes pacifiques que contre les délinquants politico- financiers. Voir à cet égard la grande bienveillance dont a bénéficié Richard Ferrand de la part du parquet de Brest qui a tout simplement à enterré l’affaire (affaire qui heureusement rebondit à Lille après avoir été délocalisée). Ne parlons pas des nombreuses affaires politiques ou financières qui n’ont jamais donné lieu à la moindre incarcération sauf depuis l’affaire Balkany et il aura fallu attendre une trentaine d’années !

Beaucoup d’arrestations insensées avant même la manif. Par exemple, le garde du corps d’une journaliste télé est au commissariat.

Un homard géant en papier mâché était préparé de longue date pour la manifestation. La police a tendu un véritable guet apens : le véhicule qui devait le transporter est saisi avec son contenu et 3 personnes raflées. Absolument tout est fait pour annihiler les contestations.

lls ont tous les cinq été placés en garde à vue. Garde à vue prolongée pour 24 heures dimanche midi.

Sur les cinq personnes arrêtées le samedi matin, le parquet a demandé la mise en examen des cinq pour association de malfaiteurs.
Pour deux d’entre eux, il demandait en plus, la mise en examen pour participation à un groupement établi en vue de la préparation de commission d’infraction de violence et de dégradation.

Bilan : les 5 personnes sont libres mais deux sont placées sous contrôle judiciaires.

Les avocats réagissent, ce soir au téléphone Maître Pierre Huriet commente :

Pour nous (les trois avocats), nous pensons que le problème n’est pas le problème de l’action policière ; c’est le parquet qui dirigeait l’enquête, c’est le parquet qui demandait l’ouverture d’informations et la mise en examen de tout le monde, avec pour tous, des contrôles judiciaires qui leur interdisaient de quitter Nantes….On considère qu’ici, on a de la part du parquet de Nantes une dangereuse instrumentalisation des procédures judiciaires, des procédures pénales, pour faire passer des messages au monde militant, et ça, et on tient au terme, c’est quelque chose qui est choquant.

Voitures électriques : 5 à 6 milliards d’euros pour bâtir un géant européen des batteries

Voitures électriques : 5 à 6 milliards d’euros pour bâtir un géant européen des batteries

Il était temps de réagir pour l’Europe car a production de cellules de batteries est aujourd’hui contrôlée par une poignée de groupes asiatiques notamment chinois. Actuellement, seul 1% de la production mondiale de cellules lithium-ion émane de l’Union européenne, alors que le marché mondial des batteries auto pourrait atteindre 45 milliards d’euros en 2027, dont 20% à 30% en Europe. 5 à 6 milliards d’euros seront donc investis  pour créer un gérant un géant européen des batteries dans 1,2 milliards d’euros publics. Il est prévu la construction d’ici 2020 d’une usine pilote de 200 emplois en France, puis d’ici 2023 de deux usines de production, l’une en France, l’autre en Allemagne, susceptibles de créer 1.500 emplois chacune.

« C’est une étape majeure dans la longue histoire de notre industrie européenne », a souligné le ministre, pour qui ce projet montre que l’Europe « n’est pas condamnée à dépendre des importations technologiques des deux grandes puissances que sont les États-Unis et la Chine ».

Selon Peter Altmaier, le ministre allemand, plusieurs entreprises européennes ont d’ores et déjà fait part de leur intérêt pour le futur consortium, à l’image du groupe automobile PSA et de sa filiale allemande Opel, et du fabricant français de batteries de haute technologie Saft, propriété du groupe Total. « Aujourd’hui, nous avons un intérêt plus élevé que jamais » pour ce projet de filière européenne, qualifié de « Airbus des batteries », a déclaré M. Altmaier, en assurant que Paris et Berlin au cours de leurs échanges avaient obtenu « 35 réponses positives, y compris de grands producteurs automobiles ».

« Les consortiums ne sont pas composés par l’État, ils ne sont pas composés par les ministres ou par la commission », a toutefois souligné M. Altmaier, en rappelant que le choix d’intégrer ou non l’alliance revenait aux industriels et constructeurs, par ailleurs « à l’origine de ce projet ».

Selon le Commissaire européen Maros Sefcovic, le feu vert de Bruxelles à l’octroi de subventions publiques à cette filière européenne de batteries pourrait être donné avant la fin du mandat de l’actuelle Commission, à savoir octobre. « Le temps presse si nous voulons que notre production européenne soit en place d’ici à 4-5 ans », a souligné M. Sefcovic, en promettant que la Commission, critiquée par Paris et Berlin pour avoir empêché le grand mariage industriel franco-allemand d’Alstom et Siemens, allait jouer un « rôle de facilitateur ».

Qwant, le nain français face au géant Google ?

Qwant, le nain français face au géant  Google ?

 

En Europe le géant Google détient 95 % de parts de marché encore davantage qu’aux États-Unis (80 %). Du coup, le pari de Qwant moteur de recherche franco-allemand paraît particulièrement ambitieux. Toutefois ce moteur a réussi à conquérir 2 % de parts de marché. À l’inverse du géant Google le moteur de recherche français ne vend  pas les données personnelles des internautes et préserve ainsi leur vie privée.  De plus il garantit une neutralité dans l’affichage des résultats qui englobent le web, les réseaux sociaux et l’actualité Tout l’Internet européen a beau être occupé par Google, un irréductible moteur de recherche créé par des Français résiste encore et toujours à l’envahisseur. Sur un marché européen détenu en quasi-totalité par Google, Qwant cherche à conquérir 10% des internautes, en les sensibilisant au respect de leur vie privée. «Nous n’utilisons pas de cookie, pas d’historique de navigation et nos infrastructures de data-centres sont indépendantes et basées en France», se félicite son PDG, Éric Léandri. Pour soutenir le développement de la start-up franco-allemande, la Banque européenne d’investissement lui avait déjà accordé un prêt de 25 millions d’euros en 2015. Qwant, qui utilise la méthode du paiement au clic pour tirer un revenu de ses activités,  À sa création, Google avait pourtant une façon traditionnelle de générer du chiffre d’affaires au moyen d’annonces qui, quand on cliquait dessus, entraînaient une redevance. Le virage du traçage a été pris en 2009. La raison? Décupler la rentabilité et augmenter ainsi sa valorisation boursière. De son côté, Qwant estime une bonne rentabilité possible avec une «filialisation» à l’ancienne. Son succès en apporte la preuve. «Nous sommes un moteur de recherche mais aussi de découverte, qui permet à un internaute d’éviter de se retrouver prisonnier de la bulle dans laquelle les algorithmes de Google l’ont placé», explique Eric Léandri. Et du coup certains éditeurs peuvent voir leur audience écroulée du jour au lendemain en fonction du classement Google qui se fonde essentiellement sur des prévisions business.

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol