Archive pour le Tag 'géant'

Voitures électriques : 5 à 6 milliards d’euros pour bâtir un géant européen des batteries

Voitures électriques : 5 à 6 milliards d’euros pour bâtir un géant européen des batteries

Il était temps de réagir pour l’Europe car a production de cellules de batteries est aujourd’hui contrôlée par une poignée de groupes asiatiques notamment chinois. Actuellement, seul 1% de la production mondiale de cellules lithium-ion émane de l’Union européenne, alors que le marché mondial des batteries auto pourrait atteindre 45 milliards d’euros en 2027, dont 20% à 30% en Europe. 5 à 6 milliards d’euros seront donc investis  pour créer un gérant un géant européen des batteries dans 1,2 milliards d’euros publics. Il est prévu la construction d’ici 2020 d’une usine pilote de 200 emplois en France, puis d’ici 2023 de deux usines de production, l’une en France, l’autre en Allemagne, susceptibles de créer 1.500 emplois chacune.

« C’est une étape majeure dans la longue histoire de notre industrie européenne », a souligné le ministre, pour qui ce projet montre que l’Europe « n’est pas condamnée à dépendre des importations technologiques des deux grandes puissances que sont les États-Unis et la Chine ».

Selon Peter Altmaier, le ministre allemand, plusieurs entreprises européennes ont d’ores et déjà fait part de leur intérêt pour le futur consortium, à l’image du groupe automobile PSA et de sa filiale allemande Opel, et du fabricant français de batteries de haute technologie Saft, propriété du groupe Total. « Aujourd’hui, nous avons un intérêt plus élevé que jamais » pour ce projet de filière européenne, qualifié de « Airbus des batteries », a déclaré M. Altmaier, en assurant que Paris et Berlin au cours de leurs échanges avaient obtenu « 35 réponses positives, y compris de grands producteurs automobiles ».

« Les consortiums ne sont pas composés par l’État, ils ne sont pas composés par les ministres ou par la commission », a toutefois souligné M. Altmaier, en rappelant que le choix d’intégrer ou non l’alliance revenait aux industriels et constructeurs, par ailleurs « à l’origine de ce projet ».

Selon le Commissaire européen Maros Sefcovic, le feu vert de Bruxelles à l’octroi de subventions publiques à cette filière européenne de batteries pourrait être donné avant la fin du mandat de l’actuelle Commission, à savoir octobre. « Le temps presse si nous voulons que notre production européenne soit en place d’ici à 4-5 ans », a souligné M. Sefcovic, en promettant que la Commission, critiquée par Paris et Berlin pour avoir empêché le grand mariage industriel franco-allemand d’Alstom et Siemens, allait jouer un « rôle de facilitateur ».

Qwant, le nain français face au géant Google ?

Qwant, le nain français face au géant  Google ?

 

En Europe le géant Google détient 95 % de parts de marché encore davantage qu’aux États-Unis (80 %). Du coup, le pari de Qwant moteur de recherche franco-allemand paraît particulièrement ambitieux. Toutefois ce moteur a réussi à conquérir 2 % de parts de marché. À l’inverse du géant Google le moteur de recherche français ne vend  pas les données personnelles des internautes et préserve ainsi leur vie privée.  De plus il garantit une neutralité dans l’affichage des résultats qui englobent le web, les réseaux sociaux et l’actualité Tout l’Internet européen a beau être occupé par Google, un irréductible moteur de recherche créé par des Français résiste encore et toujours à l’envahisseur. Sur un marché européen détenu en quasi-totalité par Google, Qwant cherche à conquérir 10% des internautes, en les sensibilisant au respect de leur vie privée. «Nous n’utilisons pas de cookie, pas d’historique de navigation et nos infrastructures de data-centres sont indépendantes et basées en France», se félicite son PDG, Éric Léandri. Pour soutenir le développement de la start-up franco-allemande, la Banque européenne d’investissement lui avait déjà accordé un prêt de 25 millions d’euros en 2015. Qwant, qui utilise la méthode du paiement au clic pour tirer un revenu de ses activités,  À sa création, Google avait pourtant une façon traditionnelle de générer du chiffre d’affaires au moyen d’annonces qui, quand on cliquait dessus, entraînaient une redevance. Le virage du traçage a été pris en 2009. La raison? Décupler la rentabilité et augmenter ainsi sa valorisation boursière. De son côté, Qwant estime une bonne rentabilité possible avec une «filialisation» à l’ancienne. Son succès en apporte la preuve. «Nous sommes un moteur de recherche mais aussi de découverte, qui permet à un internaute d’éviter de se retrouver prisonnier de la bulle dans laquelle les algorithmes de Google l’ont placé», explique Eric Léandri. Et du coup certains éditeurs peuvent voir leur audience écroulée du jour au lendemain en fonction du classement Google qui se fonde essentiellement sur des prévisions business.

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol