Archive pour le Tag 'GDF Suez'

Retraite chapeau du patron de GDF-Suez : le gouvernement complice et faux cul

Retraite chapeau du patron de GDF-Suez : le gouvernement complice et faux cul

Exemple type de l’hypocrisie du gouvernement  qui approuve mais « regrette »  les 800 000 euros annuels de retraite   »complémentaire » pour le président de GDF. Le gouvernement approuve au motif que juridiquement c’est conforme au code AFEP-Medef (code de gouvernance des sociétés). Un détail toutefois la donne a changé, il y a la crise, les efforts qu’on demande aux Français et y compris en matière de retraite. Deux poids,  deux mesures pour cette l’oligarchie qui s’auto- accorde des privilèges exorbitants. Le pire c’est que GDF n’est pas en saturation financière brillante. Alors incompétence ? Sans doute mais auusi pillage de la richesse nationale pour une caste.  Interrogé lundi en marge d’un déplacement en Algérie, où il était venu inaugurer une nouvelle usine Renault, le ministre de l’Économie Emmanuel Macron a confirmé que la retraite complémentaire du PDG de l’énergéticien était conforme au code Afep-Medef. Ce code, qui fait référence en matière de bonne gouvernance des sociétés cotées, prévoit que le montant de la retraite ne doit pas dépasser 45% de celui de sa rémunération de référence. Or en l’espèce, il atteint «seulement» 28 %. «Nous considérons donc qu’elle est acquise, même si le gouvernement désapprouve ce type de rémunération», a précisé le ministre de l’Économie. Révélée fin octobre par LeCanard enchaîné, le montant de la retraite chapeau de Gérard Mestrallet avait provoqué des remous, un an après le cas Philippe Varin qui avait conduit l’ancien président du directoire de PSA Peugeot Citroën à renoncer à près de 21 millions d’euros.  Emmanuel Macron a estimé que cette nouvelle affaire pouvait à juste titre choquer et que le gouvernement actuel, contrairement à son prédécesseur, n’aurait pas donné son aval à cette retraite. Mais malgré ses 34 % du capital du groupe, l’État ne peut pas revenir sur un élément de rémunération déjà acté par les actionnaires du gazier en 2009 et 2012, et désormais validé par le Haut comité de gouvernement d’entreprise saisi par GDF-Suez.  Le ministre de l’Économie a cependant prévenu qu’il n’en resterait pas là. Un comité d’experts doit prochainement être nommé pour réfléchir à l’élaboration d’un code de conduite plus sévère.

 

 

Hollande : pas de cessions d’Orange et de GDF Suez

Hollande :  pas de cessions  d’Orange et de GDF Suez

François Hollande a exclu dimanche la cession par l’Etat de ses participations dans les entreprises GDF Suez et Orange en raison de leur cours de Bourse trop faibles. « Pour France Télécom et pour GDF Suez nous ne vendons pas parce que nous considérons que les cours ne sont pas suffisamment élevés », a dit le président, invité de l’émission Capital sur M6. Le gouvernement a engagé des cessions d’actions dans des entreprises cotées comme Safran ou Aéroport de Paris afin de financer le programme des investissements d’avenir ou d’abonder les fonds de la nouvelle Banque publique d’investissement. François Hollande a indiqué que le gouvernement avait l’intention de continuer à vendre des participations pour financer de nouveaux programmes.

 

Bons résultats de GDF Suez

Bons  résultats de GDF Suez

 

L’énergéticien a maintenu dans un communiqué qu’il visait un résultat net récurrent part du groupe compris entre 3,1 et 3,5 milliards d’euros cette année et la suivante, contre 3,8 milliards enregistrés en 2012 (+11%). Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne 3,6 milliards d’euros. Le bénéfice net part du groupe non récurrent a en revanche reculé de 61% à 1,55 milliard d’euros, reflet de deux milliards d’euros de dépréciations comptables d’actifs, européens pour l’essentiel, liées au ralentissement du marché européen de l’énergie et à la faiblesse des taux d’utilisation des centrales à gaz. Les ventes de GDF Suez ont atteint un niveau historique de 97 milliards d’euros (+7%), fruit d’un retour à des conditions climatiques normales en France et au développement en Amérique latine et en Asie. « L’année 2012 a été marquée par l’accélération de la transformation du groupe, avec une organisation plus rationalisée », a déclaré Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez, au cours d’une téléconférence de presse. « Nous combinons aujourd’hui la flexibilité à nous adapter dans les marchés matures, comme l’Europe, et également à accélérer au grand international pour saisir la croissance de certains marchés. » En termes d’Ebitda, GDF Suez table sur un chiffre compris entre 13 et 14 milliards d’euros en 2013, contre 17,03 milliards enregistrés en 2012 (+3,0% en données publiées et +3,6% en données organiques). La croissance de l’Ebitda l’an dernier s’explique notamment par le rattrapage tarifaire engagé en France et par les premiers effets du plan de performance 2015. Ce plan prévoit notamment une réduction d’un tiers environ de la dette à fin 2014, avec un objectif de 30 milliards environ. L’endettement net du groupe a baissé de deux milliards d’euros entre septembre et décembre dernier, pour revenir à 43,9 milliards d’euros fin 2012. Après impact de la cession du slovaque SPPP, finalisée le 23 janvier dernier, la dette ressort désormais à 42,8 milliards.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol