Archive pour le Tag 'Gaz'

Page 3 sur 12

Fin des chaudières à gaz dès 2026 ?

Fin des chaudières à gaz dès 2026 ?

Elisabeth Borne a fait part, auprès d’organisations patronales le 23 mai, de 2026 comme une « échéance possible et potentiellement souhaitable ». Une date-butoir qui pourrait provoquer une petite révolution chez les 12 millions actuels d’utilisateurs. La moitié des occupants de maison individuelle, se chauffent actuellement au gaz, soit 12 millions de foyers équipés d’une chaudière de ce type et environ 500.000 renouvellements par an. Sans surprise, la filière gazière s’oppose vivement à toute interdiction. Mais elle n’est pas la seule. Artisans et associations de consommateurs et de locataires se joignent aussi à cette levée de boucliers. Pouvoir d’achat fragilisé, hausse des dépenses publiques, délais intenables, infaisabilité technique, inefficacité sur le plan climatique.

« Une PAC coûte en moyenne 15.000 euros, contre 4 à 5.000 euros pour une chaudière à gaz. Il y a donc 10.000 euros d’écart », alerte le magazine Que Choisir. Les PAC bénéficient toutefois aujourd’hui d’aides publiques beaucoup plus conséquentes que les chaudières à haute performance énergétique.

Après avoir interdit les chaudières au fioul, on veut interdire les chaudières au gaz, c’est se moquer du monde ! », réagit Eddie Jacquemart, président de la Confédération nationale du logement (CNL). « Dans le parc social, des locataires disposent de chaudières au gaz individuelles. Comment va-t-on prendre ce coût en charge ? » pointe-t-il encore.

Outre l’investissement initial, la question des dépenses liées à l’entretien est également soulevée. « Le gouvernement a offert des PAC pour un euro aux ménages modestes et très modestes. Mais aujourd’hui, certains n’ont pas les moyens de faire les réparations nécessaires. Le Syndicat national de la maintenance et des services en efficacité énergétique (Synasav) vient de lancer une alerte », explique Elisabeth Chesnais. Le parc français compterait ainsi des « PAC orphelines » dont le fonctionnement est loin d’être optimal.

L’alerte a été sonnée par le président de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) dès le 24 mai. « On ne peut pas dire qu’en 2026, on supprime la chaudière à gaz et qu’on forme 200.000 chauffagistes à la pompe à chaleur. Ce calendrier n’est pas tenable », a fait savoir Jean-Christophe Repon, le vice-président de l’Union des entreprises de proximité (U2P), reçu et informé la veille par la Première ministre Elisabeth Borne.

« Alors que les chaudières sont majoritairement produites en France et en Europe, une grande majorité des composants des PAC électriques provient d’Asie », alerte encore Coénove. « La combustion est un savoir-faire franco-européen. La fabrication de 90% des composants d’une chaudière à gaz est maîtrisée sur le Vieux Continent, tandis que le concept de la thermodynamique à l’œuvre dans les pompes à chaleur est historiquement maîtrisé en Asie. Si on instaure une interdiction trop rapidement, cela va favoriser les industriels asiatiques » prévient son président.

Autrement dit « une électrification à outrance du bâtiment », comme le redoute Jean-Charles Colas Roy, pourrait conduire la France à importer davantage d’électricité de ses pays voisins (et donc potentiellement produite à partir de gaz ou de charbon) ou à faire fonctionner davantage ses propres centrales à gaz pour produire l’électricité suffisante. « Si l’électrification massive n’est pas en phase avec le rythme de production d’électricité nucléaire et renouvelable, nous aurons des émissions additionnelles, plutôt qu’une réduction. Électrifier trop vite, ce n’est pas toujours décarboner », avait averti Laurence Poirier-Dietz, la directrice générale de GRDF, en avril dernier.

Même l’association négaWatt, très attachée à la décarbonation du bâtiment, n’est « pas favorable à une interdiction à court terme des chaudières à gaz ». « Nous ne sommes pas opposés aux pompes à chaleur électriques, mais la priorité est de mettre en place les conditions financières, techniques et d’accompagnement permettant de massifier la rénovation thermique performante des bâtiments. Le reste est secondaire pour l’instant », explique son président Stéphane Chatelin. « Nous comptons sur un développement assez fort des PAC. Dans notre scénario, elles pourraient chauffer la moitié du parc bâti en 2050, mais il faut que cela se fasse dans des logements rénovés », poursuit-il.

Installer des PAC avant des travaux d’efficacité énergétique, pourrait conduire à les surdimensionner, « ne serait-ce que pour obtenir la même température », confirme le président de la CAPEB. « Si on remplace toutes les chaudières à gaz et au fioul d’ici 2030 par des PAC dans les logements classés F et G, c’est-à-dire les plus consommateurs en énergie, cela pourrait représenter un appel de puissance supplémentaire pour le système électrique de 8 à 10 gigawatts lors de la pointe de l’hiver », précise Stéphane Chatelin.

« On ne fait pas moins 55% d’émissions de CO2 sans changement de chauffage dans les bâtiments », affirme, pour sa part, Thomas Veyrenc, le directeur exécutif du pôle stratégie, prospective et évaluation de RTE. Selon lui, le gain en termes de décarbonation est clair, tout en reconnaissant « un point de vigilance sur la pointe de consommation l’hiver ». « En face, il faut être capable de mettre les moyens de production au bon moment », ajoute-t-il. Des analyses sont en cours et seront rendues à l’automne prochain. « Il faut qu’il y ait un planning en concertation avec RTE », soutient Alric Marc, président d’Eficia.

Quid du gaz vert ?
La filière gazière demande donc au gouvernement de ne « pas confondre l’appareil et le combustible ». « Ce n’est pas la chaudière qu’il faut bannir mais le gaz qu’il faut verdir », insiste Jean-Charles Colas Roy. « Il y a un enjeu de cohabitation entre le biogaz et l’utilisation de l’électricité », a reconnu Xavier Piechaczyk, le président de RTE, lors d’une conférence de presse ce mercredi. « Il ne faut pas faire du tout-électrique. Ce n’est pas dans notre intérêt collectif », a admis Agnès Pannier-Runacher, au Sénat.

Concrètement, les professionnels de la molécule plaident pour que les quelque 6 millions de foyers disposant encore de chaudières d’ancienne génération puissent s’équiper d’une chaudière à Très haute performance énergétique (THPE). Selon GRDF, ce type de chaudière individuelle à condensation permettrait de réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre, par rapport aux chaudières classiques peu performantes. Toutefois, dans ses calculs, le gestionnaire ne prend en compte que la phase d’utilisation de l’appareil et non toutes les phases de son cycle de vie, comprenant notamment sa fabrication.

Au-delà du potentiel de décarbonation lié à l’efficacité énergétique des équipements, la filière vante sa capacité à se verdir en remplaçant progressivement le gaz naturel, par du biométhane, de l’hydrogène et des gaz de synthèse. Alors que le gaz naturel émet 227 grammes de CO2 par kilowattheure, le biométhane n’en émet que 44 grammes, souligne la directrice générale de GRDF. Aujourd’hui, les gaz verts ne représentent que 2% de la consommation globale de gaz en France. Toutefois, les professionnels du secteur affirment qu’il est tout à fait possible d’atteindre les 20% à l’horizon 2030. Mais ce gisement pourrait être mis à mal par l’accumulation actuelle des projets de méthaniseurs en liste d’attente.

« Il est tout à fait pertinent de compter sur une augmentation du gaz renouvelable. Mais la grande question c’est comment on utilise ces gaz verts ? Quels usages sont prioritaires ? Nous pensons qu’il faut davantage réserver le biogaz pour les mobilités lourdes », glisse le président de l’association négaWatt.

Autant de débats qui devront être tranchés pour définir la prochaine feuille de route énergétique de la France, attendue à l’automne prochain. « Qui imagine des camions venir livrer, plusieurs fois par semaine au pic de l’hiver, des granulés de bois dans les villes ? », ironise un professionnel.
César Armand et Juliette Raynal
Partager :

Gaz: fin des tarifs réglementés pour Engie et augmentation des tarifs

Gaz: fin des tarifs réglementés pour Engie et augmentation des prix

Engie dont la gestion est particulièrement sulfureuse notamment parce que cette entreprise a participé à la crise du gaz par des choix stratégiques très douteux. Aussi par le fait qu’elle fait le grand écart entre des activités nucléaires, des activités polluantes et de nouvelles énergies. Quant à la gestion financière , elle est jusqu’alors assez approximative.

Maintenant, elle se précipite pour s’aligner sur la concurrence organisée par l’Europe sur le marché du gaz alors que le débat bat son plein concernant la régulation énergétique dans l’espace de l’union européenne.

L’objectif est clair permettre une libéralisation qui va produire une nette augmentation des tarifs anciennement réglementés.

Le 1er juillet, le tarif réglementé de vente (TRV) du gaz sera arrêté. Cette suppression a été actée par la loi énergie climat de novembre 2019, qui visait à mettre la France en conformité avec le droit européen concernant la concurrence sur le marché du gaz.

Impossible pour l’heure de savoir si la fin du TRV se traduira par une flambée de la facture du gaz en raison de la très grande volatilité des prix de celui-ci sur les marchés de gros. «Le prix de l’offre Passerelle ( offre de transition avant complète libéralisation) varie tous les mois. Les clients éligibles ont eu, entre mars et fin avril, un prix indicatif. Celui applicable au 1er juillet sera connu mi-juin», précise Engie. Il est aujourd’hui impossible d’affirmer que les factures des clients au TRV augmenteront… ou qu’elles baisseront.De quoi nourrir encore les critiques des organisations de consommateurs


LES AVIS NÉGATIFS DE 60 MILLIONS DE CONSOMMATEURS SUR ENGIE

Les clients Engie présents sur le forum de 60 millions de consommateurs font part de mécontentements ayant trait, principalement, aux sujets suivants :

La facturation : des échéances très importantes sont à régler en ce début d’année, liées à des régularisations basées sur une estimation erronée, des problèmes de relevés de compteur trop peu fréquents suite à la pandémie…
Des prélèvements bancaires dont le montant ne correspond pas à celui indiqué sur les factures, avec, pour certaines échéances, une absence de facture ;
Une augmentation inattendue du prix du kWh ;
Des problèmes de résiliation de contrat : délais importants, difficultés à joindre le service client ;
Le temps de traitement des réclamations.

Gaz et électricité : une baisse de 13 % dans les entreprises

Gaz et électricité : une baisse de 13 % dans les entreprises


La consommation de gaz et d’électricité des grandes entreprises a baissé de 13% cet hiver, selon les informations de franceinfo.
Ce chiffre de 13% montre que les entreprises ont respecté les demandes gouvernementales faites en octobre dernier pour faire face au risque de pénurie énergétique pendant l’hiver. Les efforts ont été faits aussi bien de la part des industries que du secteur tertiaire.

Il ressort que la plupart des groupes comme LVMH, Renault ou encore Carrefour ont limité leur chauffage à 19 degrés et ont même parfois repensé leurs organisations de travail. Certaines entreprises ont par exemple moins produit ou abaissé leurs éclairages dans les magasins et entrepôts. D’autres ont été contraintes d’arrêter leurs usines à cause de la flambée des prix de l’énergie cet hiver. D’autres encore ont favorisé le télétravail qui permet de faire jusqu’à un tiers de réduction d’énergie.

Selon Agnès Pannier-Runacher, ces initiatives doivent se banaliser. La ministre souhaite réduire la consommation de façon pérenne et va donc demander la poursuite de ces efforts également pendant l’été. Les consignes seront les suivantes : ne pas régler la climatisation à moins de 26 degrés ou encore réduire la consommation de carburant – levier jugé important pour réduire les émanations de CO2 – en demandant aux professionnels de réduire leur vitesse sur l’autoroute à 110 km/h.

La Russie pourrait perdre la moitié de ses revenus gaz-pétrole

La Russie pourrait perdre la moitié de ses revenus gaz-pétrole

Mécaniquement les sanctions occidentales vis-à-vis de la Russie vont peser sur les revenus du pays. La Russie tire surtout ses revenus de l’énergie exportée qui représente presque 50 % de ses recettes. Dernièrement, l’Europe a décidé de limiter le prix du pétrole russe à 60 $ le baril quand le cours est autour de 84 Dollars le baril.

Les fournitures russes de gaz et de pétrole ont considérablement fondu en direction de l’Occident et en particulier de l’Europe.La Russie parvient cependant à fournir davantage de produits pétroliers et de gaz à la Chine, à l’Inde et à d’autres pays dans certains réexpédient ces importations vers l’Occident. L’occasion d’encaisser un petit profit car les nouveaux contrats passés par la Russie ne sont pas aussi juteux qu’avec ceux conclu avec l’Occident. À terme,les revenus tirés du gaz et du pétrole pourrait diminuer de 50 % alors que ces revenus représentent à peu près la moitié du budget russe. Cette réduction de ressources pourrait hypothéquer le financement de la nouvelle politique de défense que souhaite Poutine

Avec 90 milliards de roubles (1,3 milliard d’euros au cours actuel) récoltés grâce à la vente du pétrole et du gaz en novembre, les chiffres sont quasi stables pour le budget de l’État russe. Mais ce sont des résultats en trompe-l’œil. Selon deux médias économiques russes, The Bell et MMI, la moitié de cette somme est issue d’un paiement en retard que Gazprom devait depuis l’année dernière.

Sans cet afflux exceptionnel, les revenus auraient chuté de 48,9% sur un an. Conclusion : une dynamique négative serait enclenchée, d’après les deux titres spécialisés. La production elle-même est en recul : – 3,4% par rapport à l’année dernière. En cause, la baisse de la production de gaz : – 20%.

Cela alors que les sanctions contre le pétrole russe entrent à peine en vigueur : le plafonnement des prix du pétrole russe par l’Union européenne, le G7 et l’Australie ce lundi 5 décembre, ainsi que l’embargo de l’UE sur le pétrole russe acheminé par voie maritime, plusieurs mois après l’embargo déjà décidé par les États-Unis et le Canada.

Pour ces deux médias économiques, les objectifs de revenus pour le budget russe en 2023 pourraient donc ne pas être atteints. Reste que la Russie avait déjà anticipé un fort recul de ses recettes pétrolières et gazières. Pour The Bell, la situation budgétaire générale « ne peut pas être encore qualifiée de catastrophique ».

Union européenne désaccord aussi sur le prix du gaz

L’Union européenne ne parvient toujours pas à un accord sur un plafonnement des prix du gaz

En matière de politique d’énergie l’Union européenne pratique la balkanisation en fonction des intérêts de chaque pays. Résultat, l’énergie qui globalement flambe toujours alimente une inflation record à 10 %. Nouveau désaccord en effet des ministres européens de l’Energie, réunis mardi 13 décembre à Bruxelles sur un plafonnement des prix du gaz à l’échelle de l’Union européenne (UE).

En réponse aux demandes répétées de certains pays membres de l’UE, la Commission européenne a proposé le mois dernier un plafonnement des prix du gaz dans l’espoir de contrer l’impact de la réduction des livraisons de gaz naturel russe cette année et la flambée des prix de l’énergie. Mais de profondes divisions demeurent au sein de l’UE sur les modalités d’une telle mesure, et la réunion de mardi n’a pas permis d’aboutir à une décision finale.

La Grèce et d’autres pays comme la Belgique, la Pologne et l’Italie affirment qu’un plafond est nécessaire pour protéger leurs économies des prix élevés de l’énergie, tandis que l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Autriche craignent que les producteurs livrent ailleurs qu’en UE.

À la recherche d’un compromis, la République tchèque – qui assure la présidence tournante de l’UE – a abaissé une précédente proposition de plafonnement dans une fourchette de 200 à 220 euros par mégawattheure sur une période de trois à cinq jours sur le contrat à un mois sur la plate-forme néerlandaise TTF (Title Transfer Facility), et si les prix sont supérieurs de 35 euros à un prix de référence pour le gaz naturel liquéfié (GNL).

Le projet de proposition précédent prévoyait le déclenchement du plafonnement si les prix dépassent 220 euros par mégawattheure pendant cinq jours. La position française pourrait être décisive dans ce dossier. Initialement favorable à un plafonnement des prix, elle a exprimé la semaine dernière son inquiétude quant aux retombées potentielles sur les marchés financiers, selon trois diplomates de pays de l’UE.

PLAFONNEMENT DU PRIX DU GAZ en Europe : un dispositif très critiqué

PLAFONNEMENT DU PRIX DU GAZEn Europe : un dispositif très critiqué

Le moins que l’on puisse dire c’est que le dispositif de plafonnement du prix du gaz ne fait pas l’unanimité en Europe.Un dispositif en fait très virtuel car inopérant. La Commission européenne a proposé mardi un mécanisme temporaire permettant de plafonner les prix de gros sur le marché gazier de référence de l’UE, mais avec des conditions très drastiques afin de convaincre les États membres réticents vis-à-vis d’un tel dispositif.

Une proposition « insuffisante »Le dispositif proposé par la Commission européenne visait à plafonner pour un an, à partir du 1er janvier, les prix des contrats mensuels (pour livraison le mois suivant) sur le marché gazier néerlandais TTF, la « Bourse du gaz » européenne.

Le gouvernement espagnol a accusé mercredi la Commission européenne de se « payer la tête du monde » avec sa proposition visant à plafonner temporairement le prix du gaz, assurant qu’il allait s’y « opposer fortement ». Paris, de son côté, a dénoncé un « affichage politique ».

Le dispositif dévoilé par Bruxelles consiste à plafonner pour un an les prix des contrats mensuels sur le marché néerlandais de référence TTF. Il se mettrait automatiquement en place dès que ces prix dépasseraient 275 euros/MWh pendant deux semaines consécutives.

Or, les contrats mensuels n’ont dépassé 275 euros/MWh cette année que lors d’une très brève période fin août, avec un pic à environ 350 euros, quand les Vingt-Sept se faisaient concurrence pour remplir leurs réserves. Et les prix évoluent actuellement autour de 120 euros.

Interrogée par l’AFP, une porte-parole de la Commission a confirmé qu’au vu des conditions du mécanisme, ce dernier n’aurait pas été déclenché lors de la flambée des prix du mois d’août, où le plafond de 275 euros n’avait été dépassé que durant moins de deux semaines. Pour autant, « nous avons conçu » ce mécanisme « pour anticiper et éviter que cette situation ne survienne à l’avenir », a-t-elle précisé.

Couple franco allemand: De l’eau dans le gaz !

Couple franco allemand: De l’eau dans le gaz !

En dépit des propos rassurants de Macron sur les rapports entre la France et l’Allemagne, le climat n’est guère à l’optimisme. Il est en effet clair que d’une façon générale- et déjà depuis longtemps- l’Allemagne a décidé de faire cavalier seul en poursuivant sa propre stratégie en fonction de ses intérêts économiques.

Ainsi dans beaucoup de domaines, le couple franco allemand est en panne. Notons d’abord que ce concept de de couple franco allemand n’est reconnu qu’en France. Bref un amour qui n’est pas totalement partagé. En cause , la conception de la gestion économique et financière. De l’autre côté du Rhin une conception orthodoxe et rigoureuse de l’action publique notamment dans le domaine financier. Et la France est considérée comme une sorte de parasite bavard qui vit en réalité au crochet de l’euro totalement soutenu par l’Allemagne. La France de son côté souhaiterait embarquer l’Allemagne dans nombre de projets européens quand l’Allemagne préfère des alliances avec les États-Unis ou des relations avec d’autres pays comme la Chine( en matière par exemple de batterie électrique pour l’automobile.)

L’Allemagne a préféré se lier avec la Russie en matière d’énergie en faisant du gaz russe sa principale ressource. À l’inverse, la France a misé sur le nucléaire. Une énergie contestée en Allemagne pour des motifs écologiques mais aussi politiques. L’Allemagne ne souhaite pas en effet que la France devienne une puissance industrielle inter nationale dans ce domaine.

On retrouve les mêmes oppositions concernant les questions de l’armement. Ainsi récemment l’Allemagne vient de décider un réarmement de l’ordre de 100 milliards en préférant du matériel américain et israélien au matériel européen. Pour l’avenir, de nombreuses oppositions demeurent concernant l’avion du futur(SCAF); l’Allemagne voudrait bien soutenir ce projet mais à condition de récupérer la technologie que maîtrise la France. ( Le rafale est en effet par exemple le meilleur avion du monde indiscutablement), même chose pour le char de l’avenir et la défense anti aériennes. L’obsession de l’Allemagne c’est toujours de servir les intérêts industriels de son pays.

Vis-à-vis de l’Ukraine l’Allemagne a tardé à opérer son virage vis-à-vis de la Russie en raison des questions d’approvisionnement de gaz russe.

Pour bien marquer sa différence l’Allemagne vient de déclarer qu’elle doit être le pays central de la politique de défense européenne renvoyant la France un rôle accessoire ! Et même considérant que le matériel français ne marche pas!

Le dernier débat concerne la régulation des prix de l’énergie. La France et de nombreux pays proposent de dissocier le marché de l’électricité et le marché du gaz. Aussi d’instaurer une sorte de prix bouclier pour l’achat de l’électricité avec également des approvisionnement européen commun quand l’Allemagne souhaite gérer seule cette problématique. Bref il y a de l’eau dans le gaz et même dans l’électricité dans le couple franco-allemand

Gaz : les erreurs de la France

Gaz : les erreurs de la France

D’après un papier de la Tribune les erreurs concernant l’approvisionnement en gaz ont commencé il y a une trentaine d’années quand le pouvoir politique a décidé de réorienter ses approvisionnements vers la Russie en limitant très fortement ce venant des pays arabes et de l’Afrique. Certes le manque de gaz en provenance de Russie pourra être compensé par d’autres sources d’approvisionnement en particulier concernant le gaz liquide ; reste que les conditions économiques seront nettement moins avantageuses en raison de la concurrence que se livrent désormais les pays importateurs pour sécuriser leurs approvisionnements.

ortations
Au début des années 1990, les groupes Elf et Total, qui sont alors les deux géants français des hydrocarbures, se détournent peu à peu de leurs zones de prédilection (Afrique, Moyen Orient), pour profiter de l’eldorado russe suite à la chute de l’Union Soviétique. Résultat, à la mi-1990, la France, tant sur le gaz que sur le pétrole, préfère regarder du côté de Moscou que d’Alger.
Sous Balladur, le ministre de l’économie, Edmond Alphandéry, avait pourtant entamé des négociations avec l’Algérie. Mais face aux atermoiements français, c’est le groupe BP (devenant bientôt BP Amoco) qui remporte dès 1995 auprès de la société d’État Sonatrach le contrat du méga projet gazier d’In-Salah. En quelques années, la France va se retrouver totalement supplantée, tant dans le gaz que dans le pétrole, en Algérie par les compagnies américaines !

Ces choix privilégiant la source russe de nos hydrocarbures ne datent donc pas d’hier. Et les investissements colossaux réalisés par Total en Russie sous la présidence de Christophe de Margerie renforcent au cours des années 2000 et 2010 ce lien entre la France et la Russie dans le gaz et le pétrole. L’histoire est désormais connue : en Russie, Total s’allie avec Novatek, le numéro 2 du gaz après Gazprom. La major française va jusqu’à prendre le contrôle de près de 20% du capital du groupe russe, et investir des milliards dans le champ gazier de Yamal, en Sibérie, permettant à la Russie d’exporter son gaz également par méthaniers et plus uniquement par gazoduc.
Pour TotalEnergies, ce lien avec la Russie est toutefois un risque systémique, car cela représente près de 24 % de ses réserves prouvées en pétrole et gaz. Alors, depuis le début de la guerre en Ukraine, le groupe français multiplie les annonces de deals avec le Qatar ou l’Algérie… Mais ces nouveaux contrats ne pourront pas remplacer du jour au lendemain la Russie.

Gaz : les raisons de l’envol des prix

Gaz : les raisons de l’envol des prix

 

OPINION. Les prix du gaz naturel ont atteint des niveaux historiques en devenant une arme de guerre entre la Russie et l’Union européenne depuis la décision de Moscou d’envahir l’Ukraine en février. Mais une étude de la Banque des règlements internationaux (BRI) montre que le prix de l’hydrocarbure était déjà bien orienté à la hausse en 2021. Par Charles Cuvelliez et Patrick Claessens, Ecole Polytechnique de Bruxelles, Université de Bruxelles.(dans la Tribune)

 

On a peut-être simplifié la crise énergétique actuelle en attribuant au conflit russo-ukrainien la seule raison des prix fous du gaz. Ces derniers ont commencé leur comportement déviant bien avant que d’aucuns annonçaient déjà en juillet 2021. Une étude de la Banque des règlements internationaux (BRI), la banque centrale des banques centrales leur donne raison.

 

Il y a d’abord le constat évident désormais que le gaz est devenu trop prévalent et présent dans notre économie : il sert à produire de l’électricité, il est utilisé à des fins domestiques et il a de nombreuses applications industrielles. La consommation de gaz a doublé depuis 30 ans dans le monde. Les Etats-Unis et l’Europe en sont les plus grands consommateurs mais, pour notre malheur, les Etats-Unis sont auto-suffisants (« grâce » au gaz de schiste), pas l’Europe. Pendant des décennies, le gaz européen provenait pour un tiers tout de même de sources intérieures, les champs gaziers aux Pays-Bas sans oublier la Norvège. Depuis l’extinction graduelle dès 2014 des champs hollandais, la proportion de production interne a diminué rapidement.

Le gaz est, en même temps, devenu un marché globalement très interconnecté grâce aux méthaniers et au gaz liquéfié, très mobile (sur un océan donné) au contraire des gazoducs qui marient acheteur et vendeur. Auparavant, le gaz restait un marché régional : il était extrait, vendu et transporté à l’aide de ces derniers. L’Europe est devenue une plaque tournante régionale et globale, grâce à ses gazoducs d’une part et à ses capacités portuaires pour accueillir du gaz liquéfié, d’autre part. Autre avantage : l’Europe a des capacités de stockage importantes qui lui permettent de lisser les prix quand l’offre de gaz est insuffisante. Tous ces facteurs auraient pu jouer en faveur d’une détente généralisée des marchés du gaz. Pendant des années, en effet, le gaz a été bon marché : l’Europe pouvait jouer sur tous les tableaux. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu.

Le Covid-19 a d’abord entrainé une surabondance de l’offre en gaz entrainant les prix vers des creux jamais observés. Les réserves de gaz, fin 2020, ont pu être reconstituées à un prix défiant toute concurrence mais la donne a changé en 2021, avec un hiver froid et la maintenance de plusieurs terminaux gaziers. Durant l’été 2021, les réserves de gaz avaient diminué à des niveaux très bas. Ils sont restés bas jusqu’au début de l’hiver 2021. Entretemps, le prix de gros du gaz avait fait x10 par rapport son plus bas niveau de 2020. Et voilà que la guerre en Ukraine survient et les prix ont monté de plus belle. Pour reconstituer leurs stocks, les pays européens ont dû surenchérir pour obtenir du gaz liquéfié. Les exportations de ce gaz en provenance des Etats-Unis ont atteint des niveaux inégalés.

La stratégie de la plupart des Etats-membres en Europe a été d’opter pour un mix électrique caractérisé par une centrale marginale alimentée en gaz ? Les tensions sur le gaz se sont mécaniquement transmises au marché de  l’électricité, en dépit du fait que les poids de ces centrales ne pèsent que 20 % du mix électrique européen (contre 40% du mix aux Etats-Unis). Les prix de gros de l’électricité ont donc fait x 5 depuis mi 2021 alors qu’aux Etats-Unis, constate la BRI, ils n’ont augmenté que de 40 %. L’Europe consomme aussi beaucoup d’électricité pour son industrie, en ligne d’ailleurs avec la moyenne mondiale : 40 %. En Chine, cette proportion monte à 60 % alors qu’aux Etats-Unis, on n’est qu’à 20 % (contre 35 % pour les services et 40 % pour le retail).

L’effet d’une augmentation du prix du gaz sur l’électricité n’est pas immédiat, constate la BRI, et risque de durer longtemps. On n’aurait encore rien vu, dit même l’institution. C’est un an après qu’on en voit les effets sur l’industrie : on y est arrivé. La panique des industries est bien réelle avec des arrêts de production qui se multiplient. Cet effet se propage jusqu’à 50 mois plus tard, prévient la BRI : c’est dû aux contrats long terme qui se dénouent petit à petit alors qu’ils se concluent maintenant, contraints et forcés, aux plus hauts tarifs. Dans son estimation, la BRI explique encore qu’elle ne considère que des effets linéaires aux chocs sur les prix et la fourniture des prix du gaz. Mais rien n’est moins sûr.

C’est le fonctionnement des marchés de commodité qui est aussi en cause. Le gaz et le pétrole en font partie. Les commodités se sont financiarisées. Il est sous-tendu par des produits dérivés (futures et options) qui protègent les intervenants contre des évolutions défavorables des cours. Parmi eux, figurent des négociants qui jouent le rôle d’intermédiaire entre producteurs en consommateurs.

Mais voilà que les prix constatés sur le gaz font peur et amènent les chambres de compensation de ces marchés à réclamer des appels de marge de plus en plus grand pour garantir que les négociants et autres intervenants sur les marchés des options et des contrats à terme sont capables d’assumer leurs engagements une fois le moment venu. L’objectif du fonctionnement de ces marchés dérivés se traduit par un résultat inverse : ils ne protègent plus d’une éventuelle évolution défavorable des prix. Ils les anticipent et les imposent aux intervenants. Les appels de marge pour le trading du gaz ont ainsi augmenté de 50 %. Avec de tels appels de marge, les traders ne s’aventurent plus sur ce marché devenu trop cher car ils doivent eux-mêmes se financer pour apporter de telles marges. Ces crédits leur coutent de l’argent. Les marchés dérivés se réduisent en volume et en nombre d’intervenants, ce qui augmente leur volatilité. Il y a tout simplement un déclin des activités de couverture et pas forcément de la spéculation mais c’est la BRI qui le dit (pour en avoir le cœur net, il faudra vérifier une bonne fois pour toutes si le volume d’échange dépasse la consommation réelle). Et parfois, le risque de prix sur le gaz est carrément pris sur le bilan. Si les choses tournent mal, c’est donc la faillite des acteurs qui l’ont fait et un danger pour la sécurité d’approvisionnement.

Energie: Gaz suffisant en France en 2023

Energie: Gaz suffisant en France en 2023

Les stocks stratégiques de gaz de la France sont remplis à plus de 93 % et « on devrait arriver environ à 100 % au début de l’hiver », a estimé Catherine MacGregor, Directrice générale  d’Engie France. Pour autant, la « sobriété choisie » défendue par le gouvernement ces derniers jours reste indispensable pour s’assurer que le pays reste prêt à faire face à toutes les éventualités.

« A priori, on ne manquera pas de gaz (cet hiver) », a ajouté la directrice d’Engie. Mais cette énergie pourrait néanmoins venir à manquer si les besoins en gaz augmentent beaucoup, soit en raison d’un hiver très rigoureux, soit en raison d’un affaiblissement de la production d’électricité par d’autres moyens que le gaz, en fonction de la disponibilité du parc nucléaire, par exemple. « On pourrait avoir un scénario plus tendu, c’est pour ça que ce message de sobriété reste extrêmement important », a-t-elle déclaré.

Gazprom a justifié sa décision d’arrêter dès jeudi ses livraisons de gaz naturel à Engie par des impayés dont la compagnie française se serait rendue coupable au mois de juillet, une interprétation contestée par Paris, qui juge cette initiative russe purement politique et accuse Moscou d’utiliser le gaz comme « arme de guerre ».

 

France–Algérie : un rapprochement qui sent encore le gaz !

France–Algérie : un rapprochement qui sent encore le gaz !

 

En raison du passé historique,  les tentatives de rapprochement entre la France et l’Algérie sentent  toujours le gaz ! En clair ,il n’a jamais été possible d’élaborer des relations relativement égalitaires et fructueuses pour les deux pays.
Pour des raisons politiques,  le pouvoir algérien s’est aussi rapproché de pays comme la Russie, la Chine et d’autres afin de diversifier les soutiens à un régime toujours fragile.
La dernière tentative de rapprochement est évidemment surtout justifiée par la crise en Ukraine et ses conséquences sur les approvisionnements de gaz de l’Europe

L’Elysée explique cependant que ce rapprochement n’est pas lié à la guerre en Ukraine et à la crise énergétique. Pour autant on voit mal dans quel domaine les coopérations pourraient se renforcer ailleurs que dans le gaz du faite du relatif gel des relations entre les deux pays notamment à propos des visas

 

À l’image de la Turquie, l’Algérie développe une diplomatie tous azimuts. Entre son armée qui dispose des liens forts avec la Russie, ses excellentes relations avec les pétroliers américains, ses entrées en Iran et en Turquie, ses ressources minières, notamment en métaux rares, et son ouverture à la Chine, le pays sait largement se débrouiller économiquement sans la France. Le  président Tebboune doit d’ailleurs partir prochainement en visite à Moscou et à Pékin.

En outre la concurrence pour le gaz entre pays européens complexifient la question. Et  l’Algérie ne pourra pas résoudre l’équation européenne d’approvisionnement en gaz. Si ses ressources restent très bon marché par rapport au gaz de schiste américain, le fameux « gaz de la liberté », poussé par Biden après avoir été poussé par Trump, les sous investissements de ces dernières années dans la filière algérienne du pétrole et du gaz l’empêche d’augmenter largement sa production face à l’urgence européenne.

Cours: Pétrole en baisse mais gaz en hausse

Cours: Pétrole en baisse mais gaz en hausse

 

Les cours du baril de pétrole ont chuté de plus de 20% en à peine plus de deux mois

Le  baril de Brent, lui, évoluait juste au-dessus des 94 dollars, alors qu’il avait coté plus de 123 dollars en mars 2022.

Les cours s’étaient envolés en début d’année, soutenus par la reprise de la demande avec la fin des confinements et le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. En deux mois et demi, ils ont cédé plus de 20% .

Inversement les prix du gaz sont toujours très nettement orientés à la hausse. En cause notamment la crise en Ukraine avec la réduction du gaz russe. Ils atteignaient, ce mardi, leur plus haut niveau en six mois en Europe. Le TTF néerlandais, la référence du gaz naturel en Europe, prenait 4,72% à 230,50 euros le mégawattheure (MWh) vers 09H35 GMT (11H35 à Paris).

La baisse des prix du pétrole provient de perspectives en baisse de la demande, notamment en raison du ralentissement de l’économie chinoise, dû aux effets de sa politique stricte de « zéro-Covid ». La banque centrale de Chine a d’ailleurs annoncé dimanche une baisse des taux pour relancer le crédit et l’activité.

 

Energies- Nucléaire, gaz russe, charbon : l’Allemagne fait marche arrière

Energies- Nucléaire, gaz russe, charbon : l’Allemagne fait marche arrière

 

 

L’Allemagne envisage désormais de prolonger la durée d’exploitation des trois dernières centrales en activité dans le pays. De même pour le charbon: Berlin compte augmenter le recours à cette énergie fossile très polluante qui devait pourtant disparaître du pays en 2030.

L’Allemagne dépendait à plus de 50 % du gaz russe qui constitué l’axe stratégique de sa politique énergétique. Aujourd’hui ce gaz russe représente plus que 30 % et devrait tomber à 10 % voire à zéro. Du coup, l’Allemagne remet  complètement en cause le contenu de sa politique énergétique. En plus du gaz russe, l’Allemagne comptait sur les énergies alternatives qui constituent un véritable fiasco notamment les éoliennes. Forcé de trouver une solution - au-delà de demander aux ménages d’adopter des habitudes de sobriété énergétique en prenant, en prenant par exemple des douches plus courtes et plus froides (!), Olaf Scholz a justifié les réflexions en cours sur le sujet du nucléaire par le fait que le développement des énergies renouvelables, censées remplacer l’énergie nucléaire et le charbon, est plus lent que prévu. Et il est « très différent d’une région à l’autre en Allemagne », a-t-il dit, pointant du doigt l’énergie éolienne .  Du coup l’Allemagne développe surtout des centrales à charbon. Pire l’Allemagne à travers des propos de son chancelier n’exclut plus de recourir davantage au nucléaire !

En effet,’une des pistes actuellement envisagées par le gouvernement est de se tourner de nouveau vers le nucléaire. Une énergie que l’Allemagne avait pourtant décidé d’abandonner à la fin de l’année. Néanmoins, ce mercredi, le chancelier allemand a estimé que cela « peut faire sens » de prolonger la durée d’exploitation des trois dernières centrales nucléaires en activité en Allemagne même si elles « ne sont pertinentes que pour la production d’électricité et seulement pour une petite partie de celle-ci ».

La consommation de charbon était pourtant déjà en hausse avant le déclenchement de la guerre en Ukraine et la flambée des prix qui s’en est suivie. L’Allemagne s’était davantage appuyée sur cette énergie fossile pour pallier la sortie du nucléaire et en attendant que les énergies renouvelables se développent suffisamment. En 2021, la production d’électricité à partir de charbon avait crû de près de 18%. De même, 28,9% de l’électricité injectée dans le réseau du pays provenait encore de centrales à charbon au premier trimestre 2021, « contre 13% en moyenne dans l’Union européenne », selon une note de l’Institut Jacques Delors sur le sujet. La demande de ce combustible a toutefois été divisée par trois depuis 1990 en Allemagne.

 

Pénurie de gaz en Europe : une chute de croissance jusqu’à 6 % (FMI)

Pénurie de gaz en Europe : une chute de croissance jusqu’à 6 % (FMI)

 

Le FMI estime que la pénurie du gaz pourrait provoquer une chute de croissance jusqu’à 6 % dans certains pays. Principal pays sans doute affecté l’Allemagne. Autant dire que c’est l’ensemble de l’union économique qui pourrait se retrouver en récession ; En effet on ne prévoyait pour la zone euro qu’une croissance de 1,4 % en 2023.  l’Union pourra encaisser une chute des livraisons de gaz russe «allant jusqu’à 70%», en partie grâce à la baisse de la demande entraînée par l’inflation. En clair du fait de l’envolée des prix de l’énergie et de la perte du pouvoir d’achat des ménages.  Les Vingt-Sept devront s’appuyer sur d’autres sources d’approvisionnement ou faire preuve de sobriété.

Tous les pays ne seront pas égaux dans l’épreuve : certains, dont la Hongrie, l’Allemagne ou la Slovaquie sont en effet bien plus dépendants de Moscou. Un scénario plus pessimiste d’une coupure complète des approvisionnements serait bien plus délicat à gérer, nuancent les auteurs : la Russie, qui pesait jusqu’à 100% des importations en gaz de certaines nations, est en effet difficile à remplacer. Des pénuries pourraient même se voir dans les États les plus dépendants, selon le FMI, allant jusqu’à «40% de la consommation de gaz», et les prix augmenteraient, renforçant d’autant l’inflation.

Regardant différents scénarios, les experts soulignent que quatre pays européens – la Hongrie, la Slovaquie, la République tchèque et l’Italie – pâtiraient tout particulièrement d’une interruption complète des livraisons, voyant leur croissance fortement affectée, «la chute concomitante du produit intérieur brut pouvant atteindre jusqu’à 6%». Ces pays comptent aussi parmi les plus vulnérables en cas de limitation des approvisionnements, avec la Croatie. Berlin verrait aussi sa croissance limitée de plusieurs pour cents, alors que d’autres capitales, dont Paris, Athènes, Dublin et Luxembourg souffriraient moins. L’Hexagone, la Belgique et les Pays-Bas, ainsi, «pourraient s’adapter» à la situation, notamment grâce aux importations de gaz naturel liquéfié (GNL), note le document.

Les auteurs s’attardent plus longuement sur l’exemple allemand. Une rupture des approvisionnements pourrait mener à des pénuries de gaz équivalentes à 9% de la consommation nationale, sur la seconde moitié de l’année, et jusqu’à 10% en 2023. Les conséquences seraient probablement endossées par les entreprises, en particulier durant l’hiver à venir, et les prix augmenteraient fortement. «Les impacts économiques peuvent être réduits de manière significative», jusqu’au tiers, voire aux trois cinquièmes, grâce à des mesures d’économie d’énergie, y compris du côté des ménages ou des entreprises consommant de grandes quantités de gaz, avancent les documents.

Dans tous les cas, les populations comme les États doivent se préparer au pire. C’est d’ailleurs l’ambition de la Commission européenne, qui demande notamment aux membres de réduire volontairement leur consommation de gaz de 15 % dès le 1er août et jusqu’au 31 mars 2023. En France, l’exécutif prend la menace au sérieux : début juillet, Élisabeth Borne jugeait ainsi l’hypothèse d’une rupture des approvisionnements russes «crédible». Pour l’heure, les efforts du bloc européen restent insuffisants, selon l’Agence internationale de l’énergie, qui s’est dite «inquiète pour les mois qui viennent».


Le biométhane pour remplacer le gaz russe

Le  biométhane pour remplacer le gaz russe 

 

Le professeur de gestion Robert Bell affirme  dans le Monde que la conversion des déchets organiques en méthane permettrait de mettre fin aux importations de gaz russe.

 

Depuis le jour où les Russes ont envahi l’Ukraine, le 24 février 2022, l’Union européenne (UE) a versé à la Russie plus de 28 milliards d’euros en échange de son gaz (Financing Putin’s war : Fossil fuel imports from Russia during the invasion of Ukraine, Centre for Research on Energy and Clean Air, CREA). Parallèlement, l’UE recherche d’autres sources d’approvisionnements pour remplacer les 155 milliards de mètres cubes (mmc) de gaz naturel importé de Russie. Or, l’UE pourrait produire localement, selon diverses modalités, suffisamment de biométhane pour remplacer ce gaz importé.

Rappelons que le biogaz est produit par la décomposition, en l’absence d’oxygène, de matières organiques (fumier, eaux usées humaines, résidus agricoles, etc.). Le biogaz se compose de 50 à 70 % de méthane et de 30 à 50 % de CO2. En éliminant ce dernier et les traces de sulfure d’hydrogène (qui produit la mauvaise odeur d’« œuf pourri ») par un processus facile et peu coûteux, il reste le méthane pur, substitut parfait au gaz naturel.

 

Le biométhane produit dans les grands centres de production coûte souvent un tiers de moins que le prix désormais élevé du gaz naturel. Dans les petits centres de production, les coûts sont plus comparables au gaz russe, mais au moins l’argent reste sur place, il ne va pas en Russie ! Le biométhane circule dans les mêmes canalisations et installations de stockage que le gaz naturel.

Dès lors, pourquoi ne pas le substituer au gaz russe ? Simplement parce qu’on en produit bien peu, environ 3 mmc, comme l’indique l’Association européenne du biogaz (EBA). Cette même source indiquait également, qu’en utilisant ses propres déchets, l’UE pourrait produire 35 mmc de biométhane d’ici à 2030, soit plus de 20 % des importations de gaz russe.

Cette estimation a été retenue dans la stratégie officielle de la Commission européenne, REPowerEU. Installer l’infrastructure de production de ce biométhane coûterait, selon l’EBA, quelque 80 milliards d’euros. Cela semble beaucoup, mais c’est peu comparé aux 28 milliards versés aux envahisseurs russes en seulement quatre mois !

 

De plus, le CO2 extrait du biogaz d’origine peut être valorisé pour obtenir plus de biométhane : combiné avec de l’hydrogène dans un réacteur, en présence d’un catalyseur au nickel, il ressort sous forme de gaz méthane pur. Ce serait un moyen de stocker l’énergie pour pallier les pertes de production intermittentes des parcs éolien et photovoltaïque.

12345...12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol