Archive pour le Tag 'gagner'

La Russie ne doit pas gagner ( Macron)

L a Russie ne doit pas gagner ( Macron)

 

D’une certaine manière,  Macron n’a pas apporté d’éléments nouveaux après qu’il eut déclaré que le pays ne s’interdisait rien face à Poutine. Le problème sans doute c’est que Macron a dit précipitamment ce que pensent nombre d’autres Etats . Surtout dans la perspective d’un désengagement américain en Europe. Mais pour des problèmes politiques internes ( en Allemagne par exemple où le pouvoir est très affaibli), il ne faut pas le dire publiquement. Macron cependant a  rassuré concernant l’éventualité de l’utilisation de l’arme nucléaire mais aussi sur la présence de troupes françaises offensives en Ukraine.

Macron pour une fois à raison car la menace se précise sur Odessa, clé de la mer Noire et enjeux stratégique et économique pour l’Ukraine.

« Nous avons un objectif: la Russie ne peut pas et ne doit pas gagner cette guerre », a donc déclaré à la télé d’entrée Macron. L’enjeu est existentiel pour notre Europe et pour la France » .Toutefois la France ne prendra pas l’initiative a rassuré Macron. Toutefois, « jamais nous ne mènerons d’offensive, jamais nous ne prendrons l’initiative ».

Alors que 61% des Français jugent que Vladimir Poutine est une menace réelle pour la sécurité de la France, d’après un sondage de l’institut Elabe pour BFMTV, Emmanuel Macron a assuré qu’une victoire russe en Ukraine « changerait » la vie des Français.

« Si la Russie venait à gagner, la vie des Français changerait. Nous n’aurions plus de sécurité en Europe. Qui peut penser que Poutine s’arrêterait là? La sécurité de l’Europe se joue là-bas », a-t-il averti.

Vladimir Poutine suit une « dérive répressive et autoritaire qui a fait le choix d’être une puissance de déstabilisation ».

Face au « durcissement » du régime de Vladimir Poutine, Emmanuel Macron espère que « ce début d’année 2024″ soit « pour nous celui du sursaut ».

C’est pourquoi il se rendra dans les prochaines semaines en Ukraine. Ce voyage, qui a été repoussé plusieurs fois, a pour « utilité de mettre en œuvre un sursaut ». Le chef de l’État l’abordera une nouvelle fois ce vendredi lors d’un déplacement à Berlin, en Allemagne.

Interrogé sur la « modeste » production journalière d’obus en France, Emmanuel Macron a reconnu que « nous n’avons pas une industrie de défense adaptée à une guerre de haute intensité territoriale qui n’est dans aucun de nos pronostics ».

 

Par ailleurs concernant la Palestine, le président a rappelé la « condamnation implacable » de la France aux attaques du Hamas du 7 octobre 2023 en Israël tout en rappelant à Israël sa « responsabilité » de « respecter le droit humanitaire et le droit international » à Gaza.

Comme déclaré précédemment, le chef de l’État a insisté sur l’appel de Paris à une trêve « dès le mois d’octobre » et demandé « une réponse politique aux droits des Palestiniens à avoir un État ».

Alpine: Gagner ou disparaître ?

Alpine: Gagner ou disparaître ?

La question se pose concernant l’investissement du groupe Renault dans la formule 1 avec la marque Alpine. Or les résultats ne sont pas à la hauteur des ambitions du groupe Renault. D’une certaine manière on peut même considérer qu’ils desservent le constructeur français.

Alpine n’a pas encore vraiment choisi si sur son objectif premier est de servir l’image de Renault ou si Alpine doit se développer de manière autonome pour vendre des véhicules hauts de gamme type Porsche.

Il semblerait que Renault joue en fait sur les deux tableaux à savoir utiliser Alpine pour conforter son image sportive et en même temps ‘alpine un constructeur pour des véhicules de très haut de gamme..

Les courses sont regardées par près d’un milliard et demi de téléspectateurs. Après chaque Grand Prix, le trafic sur le site internet est multiplié par trois ou quatre.

Alpine cependant est encore très loin des performances sportives et commerciales de constructeurs comme Porsche ou Ferrari.

FOOT PSG: « ILS NE VONT JAMAIS GAGNER LA LIGUE DES CHAMPIONS »( DANIEL ALVES )

FOOT PSG: « ILS NE VONT JAMAIS GAGNER LA LIGUE DES CHAMPIONS »( DANIEL ALVES )

Comme trop souvent au printemps européen, le Paris Saint-Germain a quitté précocement la Ligue des champions cette saison. Les hommes de Christophe Galtier ont été sortis en 8es de finale par le Bayern Munich. Le PSG a été sorti dès ce stade de la compétition pour la cinquième fois lors des sept dernières éditions.
. Invité ce jeudi de Rothen s’enflamme sur RMC, Patrice Evra a livré une étonnante confidence que lui avait fait Daniel Alves.

« Tu ne vois pas des Bernard Lama, mais des Kardashian »

Joueur du PSG entre 2017 et 2019, le Brésilien avait affiché, auprès de l’ancien Mancunien, sa certitude de voir Paris ne pas remporter la Ligue des champions. « J’ai un seul problème à Paris : on déballe le tapis rouge à tout le monde, explique Evra. T’arrives, certains joueurs n’ont même pas dix matchs de Ligue des champions…

C’est Dani Alves à l’époque qui me disait : ‘Mais Pat, ils ne vont jamais gagner la Ligue des champions. T’arrives, on est des rockstars’. Dans les tribunes, tu ne vois pas des Bernard Lama, mais des Kardashian et compagnie. C’est un club show business. Le football n’est pas la priorité, non. Après Nasser (Al-Khelaïfi) adore le club, ils font un boulot énorme. Mais la communication, quand je vais voir un match de Paris, c’est pour voir un concert. Je suis en VIP, champagne, petits fours… Mais les gars, où sont les anciens? Quand tu vas à United, sur le siège il y a écrit Évra, le nom de légendes… Il n’y a pas Leonardo Di Caprio qui va venir voir le match, on n’est pas à Hollywood. »

Ukraine: gagner la guerre …. sans la faire

Ukraine:  gagner la guerre …. sans la faire 

 

Dans une tribune au « Monde », Julian Fernandez et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, spécialistes des relations internationales, identifient des mesures à prendre pour précipiter la défaite russe, sans s’engager militairement dans le conflit. Ils rappellent qu’il est aussi nécessaire de trouver une voie de sortie du conflit par la diplomatie.

 

Tribune.

 

En décidant d’agresser l’Ukraine et de porter le conflit au cœur de son territoire, Vladimir Poutine s’est mis tout seul dans une situation où il ne lui reste plus qu’à choisir sa défaite : soit négocier en revoyant à la baisse ses ambitions pour ne viser finalement qu’un gain territorial dans le sud-est du pays, soit s’entêter en brutalisant encore davantage la population, voire en faisant déborder le conflit au-delà des frontières ukrainiennes.

Plus le temps passe, plus il est évident que la Russie s’embourbe – littéralement –, et plus le risque d’escalade est élevé puisque le maître du Kremlin pourrait être convaincu qu’il s’agit, pour lui, de la seule manière de s’en sortir par le haut. Dans ce contexte, comment aider la résistance ukrainienne tout en évitant une confrontation directe qui pourrait mener à la troisième guerre mondiale ? Comment aider la Russie à perdre sans lui donner le prétexte d’une escalade ? Comment gagner la guerre sans la faire ?

Dans cette zone grise entre la guerre et la paix, la belligérance et l’indifférence, la question est de maximiser notre soutien tout en restant en-deçà du seuil de l’engagement direct dans le conflit armé. Comment ? En augmentant son coût d’un côté, tout en ménageant une voie de sortie de l’autre.

Premièrement, il faut augmenter la pression non seulement économique mais aussi militaire. Economiquement, les Etats européens ne devraient pas attendre d’être unis pour décider individuellement d’interdire les importations de pétrole, de gaz et d’énergie russes comme l’ont déjà fait les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Militairement, la zone d’exclusion aérienne réclamée par certains n’est pas souhaitable, puisqu’elle impliquerait concrètement que des avions otaniens abattent des avions russes. Mais au moins trois choses semblent opportunes.

D’abord, intensifier les livraisons d’armes, en particulier les armes anti-aériennes qui sont les plus importantes pour limiter la capacité russe de bombarder les villes. Les dernières semaines ont démontré l’efficacité des systèmes portatifs de défense aérienne (Manpads), dont les redoutables Stinger, et il est important d’en envoyer encore davantage. Cependant, ils ne sont efficaces que contre des cibles à basse altitude.

Afin de contraindre les avions russes à voler plus bas, les plaçant ainsi à portée de Manpads, les Ukrainiens ont également besoin de missiles sol-air à moyenne et longue portées – de fabrication soviétique puisque ce sont ceux qu’ils connaissent et savent utiliser. Les deux sont complémentaires et cette combinaison est bien plus efficace qu’une hypothétique livraison de Mig-29 qui présenterait un risque d’escalade sans garantir un gain opérationnel majeur.

Présidentielle : Pécresse peut-elle gagner contre Macron?

Présidentielle : Pécresse peut-elle gagner contre Macron?

 

Pour l’instant il est sans doute prématuré de faire des pronostics définitifs quant au résultat possible des élections présidentielles. Aujourd’hui quatre candidats semblent en mesure de se qualifier pour le second tour à savoir évidemment macro mais aussi Le Pen, et Zemmour. La bataille électorale se situe à droite car la gauche est complètement out au point d’ailleurs que des candidats comme Anne Hidalgo ou Montebourg proposent  même de laisser tomber en habillant leur débâcle avec l’illusion d’une possible union de la gauche.

Pour gagner contre Macron, il faudrait que Pécresse gagne environ 10 points  dans l’opinion. La question de savoir si dans son programme et dans sa posture les électeurs trouveront des éléments convaincants. Sans doute pas totalement d’autant que ce n’est pas la première fois qu’un représentant des républicains- depuis Chirac-  promet beaucoup et tient peu. La remontée de Pécresse pourrait surtout venir des déçus de plus en plus nombreux de Macron. Macron qui ne parvient pas vraiment à paraître de gauche mais qui ne parvient pas non plus à convaincre une grande partie des électeurs de droite. Comme d’autres, Macron a beaucoup promis mais son bilan sera cependant assez insignifiant au regard des espérances de la plupart de ceux qui l’ont porté au pouvoir. Macron a déçu beaucoup trop de monde et c’est surtout par rejet de Macron que Pécresse pourrait triompher à condition bien sûr de se qualifier pour le second tour.

Le scénario le plus favorable pour Macron serait d’être affronté à nouveau à Marine Le Pen  pour éviter le très sérieux danger Pécresse.

2022, Marine Le Pen va gagner (Montebourg)

2022, Marine Le Pen «va gagner» (Montebourg)

Dans une interview accordée au Financial Times, Arnaud Montebourg estime c’est Marine Le Pen qui «gagnera» l’élection présidentielle de 2022. «C’est la même chose que le phénomène Trump ou le Brexit», estime Arnaud Montebourg. Cela en raison du fait majeur que Macon est surtout détestée par l’opinion publique

 

Cette victoire de Marine Le Pen surviendra selon lui à cause du président de la République qui mène des politiques pour «l’oligarchie» tout en se posant comme «le rempart à l’extrême droite».

Cette intervention du chantre du «made in France» intervient alors qu’il s’était fait beaucoup moins présent dans les médias depuis plusieurs semaines. Selon Le Parisien, Arnaud Montebourg serait par ailleurs en train de s’atteler à la rédaction d’un petit manifeste sur le modèle d’«Indignez-vous !» de Stéphane Hessel, afin d’inciter les jeunes à s’intéresser à la politique.

« La Chine va gagner »

« La Chine va gagner »

Dans son essai, le Singapourien Kishore Mahbubani, ancien ambassadeur à Washington, blâme largement l’absence de véritable stratégie américaine face à la Chine. Moins la politique chinoise…

Analyse du livre dans le Monde. 

 

L’universitaire et diplomate singapourien Kishore Mahbubani récidive. Deux ans après la publication de L’Occident (s’)est-il perdu ? (Fayard), sous-titré : Une provocation, l’ancien ambassadeur de son pays aux Nations unies franchit un pas supplémentaire avec Has China Won ?, traduit en français par un prédictif Le Jour où la Chine va gagner.

Pour lui, la domination de l’Occident sur le monde durant deux siècles est une « aberration » qui prend fin sous nos yeux. En 1950, le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis représentait 27 % du PIB mondial. Il en représente 15 % aujourd’hui. Dans le même temps, celui de la Chine est passé de 4,5 % à 18,6 % (en parité de pouvoir d’achat). Comment croire un instant que cela n’a aucune conséquence sur l’équilibre du monde ?

La domination chinoise est d’autant plus certaine, selon cet ancien ambassadeur à Washington, que les Etats-Unis n’ont jamais pris la peine d’élaborer une véritable stratégie face à la Chine – une idée qu’il affirme emprunter à l’ancien diplomate américain Henry Kissinger – et qu’ils sont incapables de se penser en challenger et non plus en leader. Pourtant, dit-il, les Etats-Unis sont bel et bien faillibles. Leur talon d’Achille : le dollar. « La chose la plus dangereuse que Trump ait faite a été d’inciter les autres pays à cesser de compter sur la devise américaine comme monnaie de réserve mondiale », écrit-ilLe développement à grande vitesse d’un yuan numérique ne peut que renforcer cette analyse.

Pour cet habitué des forums économiques de Davos, la Chine, elle, n’a commis qu’une erreur : s’être mis à dos les hommes d’affaires américains en n’offrant pas aux entreprises étrangères des conditions de concurrence équitables. Résultat, quand Trump est parti en guerre contre la Chine, aucune voix ne s’est vraiment élevée contre lui aux Etats-Unis.

L’intérêt principal du livre est d’être écrit par un spécialiste des relations sino-américaines qui ne soit ni chinois ni américain. Marié à une Américaine, parfaitement à l’aise dans les arcanes de Washington, Kishore Mahbubani n’en est pas moins très critique à l’égard des Etats-Unis, notamment de leur budget militaire extravagant, qui s’explique davantage par des raisons électoralistes que stratégiques. Sa dénonciation du « China bashing » des centres de réflexion, qui rend politiquement incorrecte toute tentative de compréhension de la Chine, est également plutôt convaincante.

«Marine Le Pen va gagner contre Macron », avertit Julien Bayou

«Marine Lepen va gagner contre Macron », avertit Julien Bayou

Le secrétaire national d’Europe écologie les Verts prévoient dans une interview au Point Que le phénomène de rejet de Macon sera plus fort que celui du rejet de Marine Le Pen et que cette dernière a toutes les chances de gagner leur des présidentielles de 2022. Dans les conditions actuelles effectivement, il est probable que la dynamique principale qui va peser pour l’élection présidentielle sera le rejet du plus détesté en tout cas le moins aimé. De ce point de vue,  Macon accumule les motifs de détestation non seulement du fait de ses contradictions mais aussi de sa position jupitérienne condescendante voire méprisante.

 

«Aujourd’hui, il n’y a que deux forces qui peuvent gagner contre [la présidente du RN] : la droite et nous, les écologistes». Alors que tous les sondages montrent que, si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, le duel de 2017 se rejouerait (alors même que, selon ces mêmes sondages, les Français ne veulent pas d’une telle répétition). Les sondages font apparaître que 70 % environ des Français ne souhaitent pas un nouveau duel macro Le Pen mais ils sentent aussi nombreux à penser qu’il se reproduira en 2022.

 

L’écologiste fonde également sa prédiction sur les récents sondages politiques : «Avec [Emmanuel Macron], l’écart avec Marine Le Pen s’est considérablement réduit à cause de lui. On est à 48 contre 52 % en moyenne. Si ça, ce n’est pas un signal d’alerte…» Julien Bayou fait référence ici à un sondage de Louis Harris Interactive publié fin janvier qui ne donnait en effet qu’une courte avance de 4 points à Emmanuel Macron – autrement dit, dans la marge d’erreur – en cas d’un nouveau duel présidentiel avec la candidate du RN. Des résultats tout à fait inédits pour Marine Le Pen, qui n’avait obtenu que 33,9% des voix à l’élection présidentielle de 2017, ce qui était déjà près de deux fois plus que son père, Jean-Marie Le Pen, à l’élection présidentielle de 2002 (17,8%). «Il suffirait que la majorité remette sur le tapis la réforme des retraites pour que Marine Le Pen redevienne favorite à l’élection présidentielle», prédit encore Julien Bayou, évoquant la retraite souhaitée par Emmanuel Macron mais repoussée sine die à cause du Covid, et qui pourrait devenir l’un des enjeux centraux de l’élection présidentielle de 2022.

 

Cette interview dans Le Point est publiée le même jour qu’une enquête de Libération titrée : «Le barrage mal barré». «Un nombre grandissant d’électeurs de gauche l’affirment : même au second tour, ils n’iront pas voter pour le chef de l’État, de plus en plus ancré à droite», avance le quotidien lui-même marqué à gauche, qui a reçu des «centaines de lettres» de ces électeurs qui ne veulent «plus faire barrage.

 

 

“80% des retraités vont gagner du pouvoir d’achat” ! (Macron)

“80% des retraités vont gagner du pouvoir d’achat” ! (Macron)

 

 

C’est sans doute sur un coin de table qu’ont été effectué les calculs tendant à prouver que les retraités seront finalement gagnants même après la hausse de la CSG de 1,7. Point. En faite,  on a changé d’argumentation. Précédemment il s’agissait clairement de demander aux retraités un effort particulier pour le redressement des comptes publics. Maintenant on explique qu’en réalité les retraités seront gagnants.  une observation préalable, d’un point de vue méthodologique il est difficile d’apprécier l’évolution des revenus des retraités du fait en particulier qu’il convient de raisonner sur des données qui concernent les ménages. En effet Emmanuel Macron  explique que l’augmentation de la CSG sera plus que compensée par la réduction de la taxe d’habitation. Or cette taxe d’habitation concerne les ménages tandis que  la hausse de la CSG concerne chaque pensionné. Le montant moyen de la pension s’élève environ à 1300 € mensuels avec de très fortes disparités. Au moins 40 % des ménages de retraités ne comporte qu’une personne. L’impact dépendra largement de la zone géographique du retraité puisque la taxe d’habitation peut varier environ de 4 à 500 euros en zone rurale à 2000 euros et plus en ville. Les gagnants se situeront en ville tandis qu’en zone moins dense  la baisse de la taxe d’habitation sera loin de compenser la hausse de la CSG. Du coup le raisonnement de Macron ne tient pas quand il affirme. “Les 60%, ce ne sont pas ceux qui ont plus de 1.200 euros. Ce sont qui jusqu’à 65 ans ont plus de 1200 euros et pour les plus de 65 ans ce sont eux qui ont plus de 1400 euros”. Pour tous ces derniers la CSG va augmenter de 1,7 point. Mais pour une majorité d’entre eux la taxe d’habitation va baisser progressivement”,  Comme la taxe d’habitation diminuera d’un tiers, je vous fiche mon billet que dès l’année prochaine, à la fin de l’année, dans une grande partie des cas, cette taxe d’habitation diminuée d’un tiers compensera ces 1,7 point de CSG”. Et le président d’assurer pour conclure que “lorsque l’ensemble de cette réforme sera conduite, 80% des retraités gagneront en pouvoir d’achat. Et les retraités qui perdront du pouvoir d’achat perdront moins de 1%, et ce sont les 20% les plus riches. C’est une mesure de justice”. Vraiment un calcul de coin de table peu convaincant qui fait abstraction de la composition des ménages et des très fortes disparités des montants de taxes d’habitation. Les calculs de coins de table de Macron sont d’ailleurs contredits par les services officiels. Dans un document annexe au PLF2018, on indique que seraient 2,5 millions de retraités sans aucune compensation. Ce serait donc 3,2 millions de retraités qui perdraient du pouvoir d’achat d’ici à 2020, ce qui sur environ 15,8 millions de retraités (selon l’Insee) représentent 20,2% du total. D’après le rapport de Joël Giraud, les ménages “perdants” seront les retraités dont la pension excède 2500 euros par mois pour une personne seule et 3981 euros pour un couple. Certes l’effort demandé aux retraités est sans doute économiquement nécessaire mais de là à vouloir habiller cette ponction en bénéfice il y a un pas que Macron franchit sans trop de scrupule et de rigueur intellectuelle.

France va gagner de l’argent en empruntant !

France va gagner de l’argent en empruntant !

Ce que soutient le très sérieux journal économique la Tribune qui indique que la France compte emprunter lundi prochain sur les marchés entre 4,3 et 5,5 milliards d’euros à court terme à taux négatif. En fait, la Tribune en cette période de vacances se contents de reprendre une dépêche de l’AFP. Certes le taux est négatif mais on ne peut pas dire que la France va s’enrichir en empruntant. Elle ne fait qu’ajouter un emprunt à d’autres emprunts qui se traduisent par une dette totale abyssale de 100 % du PIB. On ne s’enrichit pas quand on empreinte pour des dépenses le plus souvent improductives, on ne fait que creuser un peu plus le trou. Dans le détail, a précisé l’Agence chargée de placer la dette française auprès des investisseurs, le pays a l’intention de lever entre 2,6 et 3,0 milliards d’euros à trois mois (12 semaines), échéance pour laquelle il avait accordé un taux de -0,627% lors de la dernière opération comparable le 14 août. Le Trésor veut également emprunter entre 0,9 et 1,3 milliard d’euros à six mois (21 semaines). Le 14 août, le taux avait atteint -0,644% pour cette échéance. Enfin, la France souhaite également emprunter entre 800 millions et 1,2 milliard d’euros à un an (51 semaines), échéance pour laquelle elle avait accordé un taux de -0,568% le 14 août. La France emprunte depuis fin août 2014 à des taux négatifs sur des échéances de court terme, ce qui signifie que les investisseurs, qui cherchent à tout prix des placements sûrs, sont prêts à perdre de l’argent en prêtant à la France, pour qui emprunter sur ces échéances devient rémunérateur.

 

(Avec AFP)

 

 

Un gouvernement très provisoire pour gagner les élections

Un gouvernement très provisoire pour gagner les élections

Le premier gouvernement d’Emmanuel Macon n’a pas pour objet de gérer la France mais de gérer la campagne électorale pour les législatives afin de donner une majorité de progrès au nouveau président de la république. Du coup le casting s’intéressera moins aux compétences qu’au profil médiatique des ministres susceptibles de conforter la majorité présidentielle. À l’issue des législatives, un nouveau gouvernement sera formé et il faudra prévoir des changements de postes, des départs et des arrivées sauf sans doute sur les grands ministères régaliens à savoir l’intérieur, les affaires étrangères et les finances. Le nouveau gouvernement est donc déjà condamné.   Ce gouvernement resserré « sera rassembleur de compétences », a précisé Edouard Philippe, le nouveau Premier ministre mardi soir. Les ministres ne devraient pourtant pas faire long feu. « C’est une coutume républicaine : le gouvernement démissionne traditionnellement après les élections législatives . Il est normal que le premier gouvernement ne dure que quelques semaines.  . Edouard Philippe, qui sera en première ligne pour cette bataille, ne s’en est d’ailleurs pas caché : le gouvernement devra « donner une majorité de progrès » au président de la République. Les ministres ont quelques semaines pour surtout afficher les grandes orientations à venir. De toute manière on ne pourra gouverner en légiférant faute d’assemblée nationale. Peut-être prendra-t-on quelques décrets concernant des lois déjà votées. Du coup on peut même s’interroger sur la véritable utilité d’un nouveau gouvernement qui ne peut faire voter aucune nouvelle disposition législative

 

Présidentielle Etats-Unis : Poutine aurait aidé Trump à gagner

Présidentielle  Etats-Unis : Poutine aurait aidé  Trump à gagner

D’après le Parisien, une  évaluation secrète de la CIA conclut que la Russie a interféré dans l’élection présidentielle américaine pour aider Donald Trump à l’emporter, rapporte vendredi le Washington Post, qui s’appuie sur des responsables ayant pris connaissance de ce rapport. L’article du quotidien a été publié après que Barack Obama a ordonné un rapport complet sur les piratages informatiques menés pendant la campagne présidentielle, sur fond d’interrogations persistances sur la nature des interférences de Moscou dans le scrutin. Le camp Trump a immédiatement rejeté les conclusions de la CIA, jugeant que les analystes qui y sont parvenus « sont les mêmes que ceux qui disaient que (l’ancien président irakien) Saddam Hussein disposait d’armes de destruction massive ». « L’élection a pris fin il y a déjà un bout de temps et elle s’est soldée par l’une des plus larges victoires de l’histoire au niveau du collège électoral. Il est temps de passer à autre chose et de « Rendre sa grandeur à l’Amérique » », a expliqué l’entourage de Trump dans une allusion au slogan de campagne du candidat républicain victorieux. Selon le Washington Post, des personnes liées à Moscou auraient fourni au site WikiLeaksdes emails piratés sur les comptes de l’ancien directeur de campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton, John Podesta, et du parti démocrate, entre autres.  « La communauté du renseignement estime que l’objectif de la Russie était de favoriser un candidat par rapport à un autre, d’aider Trump à être élu », a indiqué au Washington Post un haut responsable. Des agents de la CIA ont indiqué aux sénateurs des Etats-Unis qu’il était « assez clair » que le but de Moscou était d’aider Trump à gagner.

Barroso : « moi aussi je veux gagner des sous » !

Barroso : «  moi aussi je veux gagner des sous » !

C’est en substance ce que dit Barroso ancien préside de la commission européenne, ancien premier ministre portugais et ancien gauchiste Mao. Comme dessous beaucoup d’anciens responsables politiques de haut niveau Barroso veut gagner des sous. Pour cela il entend monnayer son carnet d’adresses européennes auprès de la sulfureuse banque Goldman Sachs. Notons que Sarkozy en France ne fait pas autre chose quand il fait payer ses conférences autour de 100 000 €. Mais juridiquement L’embauche de Barroso par Goldman Sachs n’a a priori violé aucune règle : certains responsables politiques veulent donc modifier celle-ci. ) L’ancien président de la Commission européenne embauché par Goldman Sachs n’a pas apprécié les nouvelles mesures prises à son égard. Dans un courrier daté de mardi obtenu par l’AFP, José Manuel Barroso, ex-président de la Commission européenne (2004- 2014), et tout nouvel employé de Goldman Sachs, se plaint à Jean-Claude Juncker de la façon donc l’exécutif européen le traite. A l’en croire, les actions prises à son encontre seraient « discriminatoires » et « incompatibles avec des décisions prises concernant d’autres anciens membres de la Commission« . L’ancien membre de la Commission n’a sûrement pas apprécié la lettre qu’a envoyé son successeur à la médiatrice de l’UE le 9 septembre, et qui a été rendue publique lundi. Jean-Claude Juncker confirmait avoir demandé à José Manuel Barroso des « clarifications » sur son nouvel emploi, ajoutant que le comité d’éthique de Bruxelles se prononcerait sur son cas. Pire, il indiquait que ce dernier serait désormais « reçu à la Commission non pas comme ancien président, mais comme un représentant d’intérêts (privés) », autrement dit comme un lobbyiste. Une « dégradation » sûrement très mal vécue par l’intéressé.

Car l’embauche de Barroso par Goldman Sachs n’a a priori violé aucune règle. Il a en effet respecté le « délai de carence » ou « période de refroidissement » de 18 mois entre ses fonctions de président et son nouvel emploi, ce qui l’exonérait de demander une autorisation. Mais pour la médiatrice, Emilie O’Reilly, « Il n’est pas suffisant de dire qu’aucune règle n’a été enfreinte, il faut considérer l’esprit et l’intention que sous-entend l’article en question du traité et modifier le code pour refléter cela précisément » a-t-elle expliqué dans sa lettre à Jean-Claude Juncker. La France, par la voix de son secrétaire d’Etat aux affaires européennes, s’était déjà exprimée en ce sens mi-juillet. Harlem Désir expliquait alors que l’embauche était « particulièrement scandaleuse, compte tenu notamment du rôle joué par cette banque dans la crise financière de 2008 mais aussi du trucage des comptes publics de la Grèce (…) Moralement, politiquement, déontologiquement, c’est une faute de la part de M. Barroso ».

(Avec AFP)

2017 : un Hollande « très courageux » peut gagner en 2017 (Macron)

2017 : un Hollande « très courageux » peut gagner en 2017 (Macron)

Le ministre de l’économie Emmanuel Macron  ne manque pas d’aplomb en déclarant que François Hollande possède encore une chance de gagner en 2017 s’il se montre suffisamment courageux. En creux, c’est évidemment une forte critique de l’attitude du président de la république qui se réfugie le plus souvent dans le consensus mou. Un règlement de comptes aussi dans la mesure où Emmanuel macro a été dessaisi de la gestion de la loi travail au profit de l’inexpérimenté Myriam el Khomri. Une réplique aussi d’Emmanuel macro a François Hollande qui pour tempérer les velléités électorales de son ministre de l’économie avait indiqué avec une certaine condescendance qu’Emmanuel macro devait se souvenir « de ce qu’il lui doit ». Il s’agit évidemment de sa nomination comme conseiller à l’Élysée puis de sa promotion comme ministre de l’économie. D’une certaine manière cette impertinence d’Emmanuel Macron démontre que la course pour le leadership à gauche est bien engagée entre Hollande, Valls et Macron,  lequel ne désespère sans doute pas de représenter la gauche en 2017 pour le cas où faute de popularité Hollande serait contraint de se retirer. François Hollande a des chances d’être réélu en 2017 s’il prend des « décisions très courageuses » et explique son action, a déclaré Emmanuel Macron dans un entretien diffusé dimanche sur la BBC. Pour le ministre de l’Economie, qui a lancé son propre mouvement transpartisan, « En Marche », pour dresser le « bilan » de la France et proposer des « solutions radicales », l’échéance présidentielle est encore « trop loin » pour se prononcer sur l’offre politique à gauche en 2017. Prié de dire s’il croyait en la possible réélection de François Hollande, au plus bas dans les sondages, Emmanuel Macron a toutefois répondu : « Je pense que s’il prend des décisions très courageuses, s’il explique ce qu’il fait, il pourrait certainement être en situation de gagner. » A la question de savoir s’il songeait lui-même à se présenter, il a répondu : « Je ne veux pas entrer dans ce genre de discussion ». De nouveau interrogé à ce sujet, il a ajouté : « Un an avant, c’est impossible » [de le dire]. En clair Emmanuel macro n’excluant pas cette hypothèse de candidature autant dire qu’il s’y prépare dès maintenant. Selon un sondage Odoxa avec Dentsu-Consulting pour BFMTV et Le Parisien-Aujourd’hui diffusé samedi, François Hollande serait éliminé dès le premier tour de la présidentielle dans tous les cas de figure alors qu’Emmanuel Macron permettrait à la gauche d’accéder au second tour.

Retraites : travailler plus et gagner moins

Retraites : travailler plus et  gagner moins

 

Il n’y a pas de secret il faudra travailler plus pour gagner moins. C’est le résultat mécanique de l’évolution démographique, aussi de l’insuffisance de croissance (deux problèmes liés).  On va partir plus tard en gagnant moins. Car l’accord récemment passé pour sauver provisoirement les complémentaires n’est pas le premier ni le dernier, il y en aura d’autres et qui iront tous dans le même sens baisse des pensions et âge de départ reculé.  La mesure la plus spectaculaire du dernier accord  touche donc à l’âge de départ et aux montants dus. Il faudra avoir travaillé une année supplémentaire pour percevoir l’intégralité de sa pension, donc partir à 63 ans au lieu de 62 dans le cas le plus simple, à moins d’accepter un prélèvement appelé « contribution de solidarité » par la CFDT. Concrètement, à partir de 2019, un salarié qui aura cotisé 41,5 ans (le seuil nécessaire pour une retraite à taux plein) aura un choix à faire en fin de carrière. Pour bénéficier de tous ses droits, voire d’une bonification temporaire, il devra rester douze mois de plus en poste. Ceux qui pouvaient partir à 62 ans, 63, 64… reporteront à 63, 64, 65 ans ou au-delà. De facto, l’âge de départ avec une pension complète est décalé d’un an. Idem pour les salariés en « carrières longues », ayant commencé très jeunes, qui peuvent le cas échéant partir avant 62 ans.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol