Archive pour le Tag 'Gabon'

100 millions de dollars versés au Gabon (FMI)

100 millions de dollars versés au Gabon (FMI)

Si on comprend que certains pays pauvres par exemple du Sahel puissent bénéficier des subsides du fonds monétaire international par contre on peut s’étonner que le Gabon demande aussi l’aide du FMI. Ce très petit pays de 2 millions d’habitants est une sorte d’exception en Afrique. En effet la richesse potentielle est immense et le nombre d’habitants peu élevé.  Le pétrole représente de leur de 50 % des ressources publiques et 80 % des exportations. Le problème c’est que le pays est surtout victime d’une corruption avec d’innombrables organismes publics et parapublics qui permettent aux proches du pouvoir de se servir. Certes depuis la crise de 2009 le pays a vu fondre ses recettes en raison de la chute des prix du pétrole mais cela ne saurait expliquer qu’avec de telles richesses potentielles on constate un taux de chômage particulièrement élevé. Ce qui caractérise ce pays ce sont surtout les inégalités car en moyenne le PIB par habitant est relativement satisfaisant. La croissance économique s’est affaiblie du fait du déclin de la production de pétrole et la performance du Gabon  »a été mitigée » par rapport au programme de réformes établi avec le FMI. Il y a ainsi eu des « dérapages budgétaires » fin 2017 et début 2018 qui ont handicapé la trésorerie, ce qui a sapé les efforts pour solder les arriérés, a noté le Fonds. « Les conditions macro-économiques s’améliorent lentement au Gabon mais la reprise demeure fragile », a indiqué David Lipton, le numéro 2 du Fonds. En juin 2017, le FMI avait approuvé un prêt sur trois ans de 642 millions de dollars au titre de son mécanisme élargi de crédits (MEDC). Avec la tranche accordée mercredi, ce sont jusqu’ici 300,7 millions de dollars qui ont été versés au Gabon.

Afrique : corruption au Gabon, une surprise !

Afrique : corruption au Gabon, une surprise !

Il s’agit véritablement d’une surprise, voire même d’un choc, avec la découverte d’un cas de corruption au Gabon. Cette corruption concerne l’un des proches du président Bongo. Il y a un effet tout lieu d’être étonné de l’existence d’une corruption au Gabon et plus généralement en n’Afrique. En réalité il s’agit d’un règlement de compte entre la France et le Gabon car les relations entre les deux pays sont aujourd’hui exécrables. Ce sont donc sans doute des motifs diplomatiques qui ont justifié l’inculpation d’un haut responsable gabonais. D’une façon générale on sait bien que la corruption en Afrique et le véritable cancer qui pourrit le développement économique. Une corruption dont profitent la plupart des dirigeants africains et qui est encouragée souvent suscitée  par les grandes multinationales qui pillent les pays. Contrairement aux autres chefs d’État, notamment ceux de la France, Obama très récemment à dénoncé cette situation dans des termes très clairs. Si la France veut s’attaquer à la corruption c’est une véritable boîte de pandore qu’elle  ouvre et qui pourrait lui exploser en pleine figure surtout au Gabon qui a longtemps financé la plupart des formations politiques françaises en échange de concessions pétrolières sulfureuses. Une information judiciaire a donc été ouverte vendredi à l’encontre du directeur de cabinet du président gabonais Ali Bongo, Maixent Accrombessi, dans une affaire de corruption présumée, a-t-on appris samedi de source judiciaire.  L’homme soupçonné d’avoir été son corrupteur, le président du groupe Marck spécialisé dans la fabrication d’uniformes militaires, Philippe Belin, a pour sa part été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, ajoute-t-on de même source. L’information judiciaire permet à un juge instructeur de poursuivre les investigations sur des soupçons de corruption active et passive d’agents publics étrangers, abus de biens sociaux, blanchiment, ainsi que faux et usage de faux.  Maixent Accrombessi, soupçonné d’avoir reçu de l’argent de Marck pour l’attribution, fin 2005, d’un marché public au Gabon, avait été mis en garde à vue lundi mais relâché après que la présidence gabonaise ait fait valoir qu’il était en France en mission officielle et donc protégé par l’immunité diplomatique. De retour dans son pays, il avait déclaré sur Facebook être « à la disposition de la justice française dans les formes qui respectent la souveraineté du Gabon et le droit des personnes ». La présidence gabonaise avait pour sa part « déploré » sa garde à vue et protesté « contre cette manière de faire qui devient récurrente et viole les principes fondamentaux et les pratiques du droit international ». Maixent Accrombessi est un des hommes politiques les plus influents et les plus controversés du Gabon. Excellentes sous la présidence de l’ancien président Omar Bongo, les relations entre la France et le Gabon se sont refroidies depuis l’élection de son fils Ali Bongo en 2009, contestée par l’opposition, et l’enquête en France sur les présumés « biens mal acquis » de la famille Bongo.

Corruption au Gabon : pas possible !!

 

Corruption au Gabon : pas possible !!

 

 

Incroyable mais vrai un proche président Bongo du Gabon aurait été coupable  de corruption. L’intéressé a été entendu par la justice française. De toute évidence si cette justice se met à enquêter sur tous les cas de corruption en Afrique il faudra sans doute doubler ou tripler les  effectifs actuels. En effet la plupart des marchés obtenus en Afrique (privés ou publics)  passent  nécessairement par la corruption de responsables politiques ou administratifs. Bien entendu d’autres zones géographiques sont aussi concernées par cette corruption en particulier lorsqu’il s’agit devant d’armes ;  mais sur le continent africain, c’est en quelque sorte un mode de régulation. À cet égard on peut s’interroger sur la réaction surprise de la justice pour une affaire isolée qui sans doute sera enterrée. Le directeur de cabinet du président gabonais Ali Bongo a été placé en garde à vue lundi en France dans le cadre d’une enquête sur des faits présumés de corruption, avant d’être libéré.  Le directeur de cabinet du président gabonais Ali Bongo a en effet été placé en garde à vue lundi à Nanterre dans le cadre d’une enquête pour « corruption d’argent public étranger » et « blanchiment ». Maixent Accrombessi est l’un des hommes clefs du régime du président Ali Bongo. Il est soupçonné d’avoir reçu des virements douteux de la part d’une entreprise française. Il a été arrêté lundi matin alors qu’il s’apprêtait à quitter la France, puis a été libéré en fin de journée. Il était en garde à vue avec une autre personne. C’est ce que confirme à France Info le parquet de Paris. Cette autre personne est l’ancienne assistante du patron de Marck, une entreprise française qui fabrique des uniformes militaires. Ce n’est que si Cette entreprise a obtenu un marché public au Gabon en 2005, pour un contrat de 7 millions d’euros. Et c’est ce contrat qui pourrait être litigieux. En fait la société Marck a fait plusieurs virements. D’abord en 2006 : 300.000 euros sur un compte bancaire à Monaco, celui d’une société gabonaise gérée par un proche de Maixent Accrombessi. Et puis peu de temps après, plusieurs autres virements, pour un total de deux millions d’euros, encore à Monaco, mais cette fois sur le compte d’une société qui appartient directement au directeur de cabinet de la présidence du Gabon. Alors est ce que ces versements ont servi à corrompre ce proche d’Ali Bongo pour obtenir un marché public ? C’est la question que se posent les enquêteurs qui  ne manquent sans doute pas d’humour !

Total :doit plus de 500 millions dimpôts au Gabon

Total :doit plus de 500 millions dimpôts au Gabon

On sait que les grands groupes qui disposent d’une armée de financiers et de juristes font de l’optimisation un sport multinational. C’est le cas de Total notamment auquel le Gabon réclame plus de 500 millions d’arriérés. Notons qu’en France Total (première société française) avait même réussi à ne pas payer dimpôts sur les bénéfices pendant des années. Au Gabon (et en Afrique en général), il faut cependant tenir compte des pratiques pour le moins opaques ( via la corruption)  entre contribuable et administration fiscale. Le gouvernement gabonais réclame à la filiale locale de Total le paiement de 805 millions de dollars (587,5 millions d’euros) d’impôts au titre des années 2008 à 2010, un dossier suivi de près par des investisseurs susceptibles de s’implanter dans le secteur de l’énergie au Gabon. Total Gabon conteste les demandes du fisc, qui découlent d’un contrôle fiscal portant sur les exercices 2008 à 2010. La compagnie a déclaré dans un communiqué que ce redressement fiscal était « dénué de tout fondement », ajoutant contester « l’ensemble des chefs de redressement et les montants associés ». Elle se dit confiante dans l’issue du contentieux. Un différend antérieur entre le fisc gabonais et Addax Petroleum, filiale du groupe chinois Sinopec avait conduit cette dernière à débourser au moins 400 millions de dollars. D’autres compagnies feront l’objet de contrôles fiscaux similaires, a déclaré à Reuters un haut responsable du ministère du Pétrole qui a requis l’anonymat. Total Gabon est contrôlée à 58,28% par Total, l’Etat gabonais possédant 25% du capital. Une source du secteur a déclaré que le fait que l’Etat soit actionnaire devrait aider à résoudre le différend fiscal. Le gouvernement estime pour sa part que la réaction de Total prouve la mauvaise foi de la compagnie. La Direction générale des impôts a déploré l’attitude de Total qu’elle juge « caractérisée par une tendance à faire valoir exclusivement son point de vue ». « L’administration regrette la mauvaise volonté de Total Gabon qui, en dépit de sa taille, reste un contribuable comme tous les autres, soumis aux lois et règlements de la République gabonaise », ajoute le directeur général des impôts, Joël Ogouma, dans un communiqué adressé vendredi à Reuters mais daté de jeudi.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol