Archive pour le Tag 'G7'

G7 : Macron veut réinventer l’eau tiède

G7 : Macron veut réinventer l’eau tiède

 

 

 

En marge  de l’assemblée générale de l’ONU, Macron a fait une proposition qu’il qualifie de révolutionnaire en proposant de moduler la composition du G7 selon les thèmes. Première observation il est assez curieux de faire une proposition au sein de l’ONU à propos d’un organisme qui précisément ne dépend pas des Nations unies. Seconde observation le G7 n’est pas un organisme de décision, essentiellement un club des plus grandes nations qui échangent sur différentes problématiques notamment économiques mais qui décident rarement. De plus juridiquement les orientations ne s’imposent pas au pays composant le G7. Notons qu’il existe aussi le G8, le G20 aussi des réunions thématiques. Bref Macron  réinvente l’eau tiède sans doute pour conforter une posture internationale mise à mal ces derniers temps. Voir par exemple les la question de l’Iran où la France a été non seulement écartée par les États-Unis mais aussi par la Russie et même l’Iran. En fait, la manœuvre de Macron est un peu grossière,  il s’agit pour lui de minimiser le poids des États-Unis pour y substituer des sortes de G 20, contrepoids à Trump. On se souvient en effet que l’heure de la dernière réunion du G7 en juin au Canada, le président américain avait dénoncé l’orientation à laquelle il avait souscrit alors qu’il était dans l’avion qui le ramenait aux États-Unis. En matière de multilatéralisme ce ne sont pas les structures qui comptent mais  la volonté de les faire fonctionner et d’en appliquer les décisions. .Comme le rappelle Wikipédia « Le G20 a été créé en marge du G7 du 25 septembre 1999 de Washington, à l’initiative du ministre des Finances du Canada, Paul Martin, lors d’une réunion des ministres des Finances du groupe2. Le but de ce nouveau groupe est alors de favoriser la stabilité financière internationale et de créer des possibilités de dialogues entre pays industrialisés et pays émergents, ce que les réunions des ministres des finances du G7 ne permettaient pas. L’autre facteur d’extension du G8 (G7 + la Russie, admise pour des raisons politiques) est la baisse relative du poids économique dans le monde de ses membres. En effet, leur importance dans le PIB mondial est passée de 69 % en 1989 à 55 % en 20093. 15 novembre 2008, pour la première fois de son histoire et à l’initiative de Nicolas Sarkozy et de Gordon Brown4, le G20 réunit ses chefs d’États et de gouvernements. En 2010, le G20 compte 20 membres : dix-neuf pays plus l’Union européenne. L’Espagne et les Pays-Bas ont participé aux trois dernières réunions sans en être membres6. L’Union européenne est représentée par le président du Conseil européen et celui de la Commission européenne, ce qui explique que le G20 rassemble 21 personnes. Le G20 accueille également les institutions de Bretton Woods : le directeur général du FMI, le président de la Banque mondiale, celui du comité monétaire et financier international et celui du comité de développement du FMI et de la Banque mondiale.Le G20 regroupe les membres G7, dix émergentes plus l’Australie et la Corée du Sud. L’Espagne, et à un degré moindre les Pays-Bas, la Pologne, la Belgique, la Suède et la Suisse bien que leurs PIB soient parmi les vingt premiers mondiaux n’ont pas été retenus. Parmi les principaux pays émergents non retenus, on trouve l’Iran, la Thaïlande, la Malaisie, le Chili, le Nigeriaetc. L’Espagne, en tant que 13e économie mondiale7, est « invité permanent » du G20. Si l’on se base sur les données de la Banque Mondiale, on peut calculer que, en 2017, le G20 represente 85 % du PIB mondial pour 63 % de la population mondiale. Si on regarde la situation en fonction de critères géographiques, le G20 compte les trois États de l’ALENA, deux États du MERCOSUR, quatre États de l’Union européenne (ainsi que l’Union qui siège également en sa propre qualité) et trois États membres de l’OCI. Le continent asiatique est relativement bien représenté avec quatre États membres de l’ASEAN plus trois : la Chine, la Corée du Sud, l’Indonésie et le Japon ; mais aussi avec l’Inde, la Turquie et l’Arabie saoudite ; l’Afrique du Sud est la seule représentante du continent africain au G20. Pourtant, Macron indique qu’il s’agit d’”inventer d’autres formes de discussion et de moduler le club en fonction des thématiques”.

Macron : et maintenant la réforme du G7 !

Macron : et maintenant la réforme du G7 !

 

Macon n’en finit pas de tout vouloir réformer en France bien sûr mais aussi en Europe et maintenant au plan mondial dans le cadre du G7 dont il assumera la présidence tournante. Un activisme réformateur qui se limite surtout aux discours. En effet en France,  Macon qui voulait tout bouleverser notamment concernant la cathédrale administrative de l’État n’a pratiquement rien bougé du tout interdisant même la sortie officielle du rapport Cap 22 qui proposait des orientations dans ce domaine. Pour l’Europe même résultat. Macron n’aura pas réussi les membres de l’union européenne à créer ce budget de l’euro, à nommer un ministre des finances et à lancer ce grand plan d’investissement. En cause évidemment la méfiance de l’Allemagne qui constate que la France se caractérise toujours par un verbe haut mais par une action tout à fait anecdotique. L’Allemagne se méfie surtout de cette solidarité financière qui lui ferait payer la mauvaise gestion des autres pays. Macron s’attaque maintenant au rendez-vous des plus grandes puissances qui échangent mais ne décident le plus souvent d’aucune orientation applicable. Le G7 est une sorte de club international comme le G20 : on discute, on échange mais on n’y décide rien. C’est même le principe de cette rencontre. On voit mal ce que Macron pourrait réellement réformer d’autant que  le président des États-Unis va succéder à Macron comme président du G7 et qu’il ne faut pas compter sur lui pour renforcer la multi latéralité. D’ailleurs Trump a démoli  le dernier sommet du G7 Canada.

Trump tue le G7

Trump tue le G7

Finalement tout le rituel –par ailleurs un peu lourd- du G7 parait ridicule après le désaveu tonitruant de Trump. De toute manière,  il était évident que ce sommet serait un échec mais il convenait cependant d’en sauver la face. Macron s’est d’ailleurs fortement évertué à trouver une espèce de synthèse qui disait tout et le contraire et qui d’une certaine manière mettait en évidence le rôle de la diplomatie européenne et le rôle particulier de Macron. C’est un double fiasco que subit le G7 sur le fond d’abord car à aucun moment il n’a été possible de faire revenir le président américain sur ses intentions d’augmenter la fiscalité sur l’acier et l’aluminium. Pire Trump envisage maintenant de taxer davantage l’importation des automobiles européennes. Dans cette perspective l’Allemagne et particulièrement visée. Sur la forme Trump tue aussi le G7. Une institution déjà relativement informelle et sans grand pouvoir. Après cette claque retentissante il n’est pas sûr qu’on reconvoque prochainement un autre G7 voir tellement les positions paraissent  inconciliables. Le communiqué de l’Élysée cache mal la déception et l’échec complet de ce sommet “Nous avons passé deux jours à avoir un texte et des engagements, nous nous y tenons”, a-t-on déclaré à Reuters à l’Elysée. “Quiconque les quitterait montrerait son incohérence et son inconsistance. La coopération internationale ne peut dépendre des colères et des petits mots. Soyons sérieux et dignes de nos peuples.”

G7: Poutine à la place de Trump en 2019 ?

G7: Poutine à la place de Trump en 2019 ?

Finalement il se pourrait que Poutine remplace Trump au  G7 en 2019. Certes Trump officiellement dispose d’un siège mais ses positions contradictoires et provocatrices rendent cette présence relativement virtuelle t surtout inutile. De son côté,  Poutine souhaiterait bien réintégrer la communauté internationale. Ce retour de Poutine est souhaité par Trump mais aussi par Macon pour des raisons différentes. Chacun souhaite rééquilibrer le rapport de force au sein de l’institution. Le retour de Poutine et cependant soumis à condition par Macron qui veut des progrès sur l’Ukraine ce dont Trump se moque à peu près totalement

 

G7: un communiqué final ambigu ?

G7: un communiqué final ambigu ?

 

Après les affrontements verbaux très surjoués et très médiatisés en particulier par Trump et  Macron, retour sans doute à la diplomatie et à sa langue de bois. Il se pourraiat qu’on parvienne à un communiqué commun des membres du G7 qui appelle à la recherche de l’intérêt commun après les affrontements. Pour autant cela ne changera rien ;  lesG5, G7, ou G20 n’ont jamais rien décidé de concret ou alors  les  décisions n’ont pas été suivies d’effets.  Notons aussi que la position de Merkel est nettement plus accommodante que celle de Macron.  Lors d’une réunion des dirigeants français, allemand, italien, britannique et des présidents de la Commission européenne et du Conseil européen, la chancelière Angela Merkel a proposé la création d’un mécanisme d’évaluation et de dialogue avec les Etats-Unis sur les questions commerciales pour résoudre la crise actuelle et en prévenir d’autres, a ajouté la source. Les Européens souhaitent des références à des règles commerciales collectives et à l’Accord de Paris dans le communiqué final sur lequel les “Sept” travaillent, et ils n’accepteront pas de mise en cause de l’accord sur le nucléaire iranien, a-t-elle précisé. Quelques heures après que Donald Trump a exprimé le souhait que la Russie soit réintégrée dans le G7, les Européens ont estimé qu’il faut d’abord montrer que le G7 fonctionne à sept, a dit la source. Ils ont également estimé que les conditions n’étaient pas réunies pour un retour de la Russie, notamment en raison de la situation en Ukraine, a-t-elle ajouté. Elle a précisé que le communiqué final devrait évoquer une vigilance à l’égard de la Russie et la possibilité d’établir un dialogue mais pas l’hypothèse d’un retour au sein du G7.  Macron préférait ne pas avoir de communiqué à sept plutôt que de voir les “Six” renier leurs principes mais ce n’est pas tout a fait la positon de Merkel qui parle moins mais pèse davantage.

Commerce G7 : Divorce Trump Macron

Commerce G7 : Divorce Trump Macron

 

Finis les accolades et les bisous, retour à la real politique. Macron, le grand ami de Trump, découvre que le business supplante  tout autre sentiment dans les relations diplomatiques. On se souvient qu’en dépit des marques d’affection de Trump, Macron n’a rien obtenu du président américain, ni sur le commerce, l’environnement, ou encore l’accord sur le programme nucléaire iranien.  Macron voudrait bien unir les 6 pays du  contre Trump mais appel d’Emmanuel Macron en faveur d’une unité au sein des “Six” et de l’Union européenne pourrait ne pas être entendu. Ainsi l’Allemagne suggère de faire des compromis avec les Etats-Unis par crainte d’accroître les tensions sur le secteur automobile. D’autres membres du G7 comme le Japon et l’Italie paraissent moins enclins à vouloir défier Trump. Il faut que la réponse de l’UE soit “proportionnée” et en accord avec les règles de l’OMC, a dit la Première ministre britannique Theresa May, qui appellera lors du G7 à un commerce plus libre et plus équitable.

G7: désaccord total

G7: désaccord total

 

Etats unis excepté évidemment, tous les autres membres du G7  sont en désaccord total avec les mesures prise par Trump concernant l’augmentation des droits de douane sur l’acier et l’aluminium.  Le Canada, qui est particulièrement touché par cette instauration de droits de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium, a exprimé sa désapprobation par la voix de son ministre des Finances Bill Morneau. “Concernant le commerce, au cours des deux derniers jours, est apparue une importante divergence d’opinion”, a déclaré Morneau devant la presse après la réunion. “De notre point de vue, les Américains ont décidé d’adopter une attitude qui n’est pas du tout constructive et qui pénalise notre capacité à arranger les choses concernant les droits sur l’acier et l’aluminium”, a-t-il dit. Le ministre français des Finances Bruno Lemaire a tenu un langage tout aussi ferme à l’adresse des Américains, mettant à nouveau en garde contre le risque d’une guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’Union européenne. “Nous avons encore quelques jours pour prendre les mesures nécessaires afin d’éviter une guerre commerciale entre l’UE et les Etats-Unis, pour éviter une guerre commerciale entre les membres du G7”, a-t-il dit. “La balle est dans le camp des Etats-Unis, il appartient à l’administration américaine de prendre les bonnes décisions pour apaiser la situation et alléger les difficultés”, a-t-il poursuivi.  Face aux doléances de ses homologues, Steven Mnuchin a déclaré avoir transmis à Donald Trump certains des commentaires prononcés lors de cette réunion. Il a précisé que le président des Etats-Unis avait clairement exposé son point de vue concernant un équilibre des échanges commerciaux et que les Etats-Unis ne renonçaient pas à leurs places de numéro un de l’économie mondiale.

Climat G7 : Merkel pas contente

Climat G7 : Merkel pas contente

Alors que Macron affiche un certaine optimiste sur l’évolution possible de la position américaine en matière de climat Merkel, elle,  se montre très déçue le dit    »Toute la discussion sur le sujet du climat a été très difficile, pour ne pas dire pas du tout satisfaisante », a déclaré Mme Merkel devant la presse. « Nous avons ici une situation à six contre un, ce qui signifie qu’il n’y a encore aucun signe quant à savoir si les Etats-Unis resteront ou non dans l’accord de Paris » sur le climat, a-t-elle ajouté. Des sources européennes ont également confirmé que le communiqué final acterait l’absence de position commune entre les Etats-Unis et les six autres membres du G7. Peu avant, le président américain, a annoncé, sur Twitter qu’il déciderait la semaine prochaine, sur un éventuel retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat.

G7 : du bla-bla

G7 :   du bla-bla

Comme d’habitude,  le sommet des chefs d’État n’aura pas débouché sur grand-chose. Un vague communiqué qui parle d’échanges commerciaux et de la lutte contre le terrorisme mais sans décision concrète qui engage réellement. Bref le G7 -comme le G20- constitue surtout une occasion pour les responsables des grands pays de se rencontrer mais ne débouche jamais sur des orientations précises. En outre on a même dû évacuer du communiqué final la question conflictuelle concernant le climat. En cause évidemment les menaces de Trump de se retirer de l’accord de Paris   »Je rendrai ma décision finale sur l’Accord de Paris la semaine prochaine », a annoncé sur son compte Twitter le président américain alors qu’Angela Merkel a évoqué des échanges « très difficiles » et « très décevants » sur cette question. Selon elle, « rien n’indique que les Etats-Unis accepteront de rester dans le cadre de cet accord » dont elle a rappelé l’importance majeure et sur lequel, a-t-elle dit, on ne peut pas faire de compromis. Le communiqué final mentionne clairement cette divergence de vue entre Washington et ses partenaires du G7. « Les Etats-Unis d’Amérique sont engagés dans un processus d’examen de leur politique sur le changement climatique et sur l’Accord de Paris et ne sont pas en mesure de participer au consensus sur ces sujets », indique le communiqué. « Comprenant ce processus, les dirigeants des gouvernements du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon et de la Grande-Bretagne, et les présidents du Conseil de l’Europe et de la Commission européenne réaffirment leur engagement ferme à rapidement mettre en oeuvre l’Accord de Paris », poursuit le texte. Un consensus à caractère très général a été trouvé sur le système d’échanges commerciaux internationaux et sur la lutte contre le terrorisme. Par contre les questions délicates de l’immigration ou d’aide à l’Afrique ont été complètement évacuées.

G7-Tafta: la France se félicite un peu vite

La France se glorifie sans doute un peu vite du soutien du G7 à ses postions sur l’accord TAFTA. En effet en dépit des réserves françaises ( y compris sur les délais), le G7 a souhaité que la négociation aboutisse pour la fin de l’année ( position d’Obama),  ce qui est incompatible avec les exigences française ( et d’autres pays d’Europe) et le temps nécessaire pour négocier les divergences. .  La France s’est cependant félicitée vendredi d’avoir fait « partager » sa position sur le traité de libre-échange transatlantique (Tafta ou TTIP) par le G7 à Ise-Shima, dans le centre du Japon, a déclaré l’entourage du président français François Hollande. François Hollande « a fait reconnaître par les dirigeants du G7 qu’il ne pourra y avoir de TTIP que si quatre conditions sont réunies », a-t-on assuré de même source. Dans son communiqué final, le G7 exprime sa volonté de parvenir « dès cette année » à l’accord sur le Tafta mais « à condition qu’il soit ambitieux, complet, d’un haut niveau de qualité et mutuellement bénéfique ». Le chef de l’Etat français avait émis début mai de vives réserves sur le projet. « A ce stade » des négociations, « la France dit non », avait-il déclaré, refusant un « libre-échange sans règle ».  »Jamais nous n’accepterons la mise en cause des principes essentiels pour notre agriculture, notre culture, pour la réciprocité pour l’accès aux marchés publics », avait insisté François Hollande, évoquant les « normes sanitaires, alimentaires, sociales, culturelles, environnementales ».

G7 : guerre des monnaies mais pas de relance économique

G7 : guerre des monnaies mais pas de relance économique

 

 

Dialogue de sourds ou presque au G7 où la question centrale a tourné autour de la guerre des monnaies alimentée notamment par le Japon désireux d’empêcher une surévaluation du yen. Pour le Japon l’environnement monétaire est désordonné ce que contestent d’autres notamment les Etats Unis. Concernant la relance économique ce n’est pas pour demain. On convient seulement qu’il faudrait un mix monétaire, budgétaire et de réformes structurelles, ce qui est sans doute vrai et même indispensable an regard de la faiblesse de l’activité mondiale. Cependant chacun reste sur ses positions, L’Allemagne ne veut pas entendre parler de relance. En clair chaque pays fera ce qu’il veuet ! Les Etats-Unis ont adressé samedi une nouvelle mise en garde au Japon afin qu’il n’intervienne pas sur le marché des changes pour soutenir sa devise, occultant les autres sujets de la réunion ministérielle du G7 à Sendai, dans le nord de l’archipel. Pour Washington, rien ne justifie que Tokyo agisse pour freiner l’appréciation de sa devise, les mouvements du yen n’étant pas suffisamment « désordonnées ». « Il est important que le G7 trouve un accord, non seulement pour s’abstenir de procéder à des dévaluations compétitives mais aussi pour communiquer afin que personne ne soit pris au dépourvu », a déclaré le secrétaire américain au Trésor, Jack Lew, lors d’une conférence de presse organisée en clôture du sommet du G7. Le ministre japonais des Finances, Taro Aso, a assuré que les débats étaient restés calmes même s’il était normal que deux pays aient des divergences sur la manière d’apprécier la fluctuation des changes. « J’ai dit (à Lew) que les récentes fluctuations allaient dans une seule direction et qu’elles étaient spéculatives », a dit le ministre nippon lors d’une conférence de presse, ajoutant qu’à son avis, les hausses enregistrées ces derniers temps par le yen étaient « désordonnées ». Si Taro Aso et ses homologues ont réaffirmé l’importance de la stabilité des changes, le Japon n’a reçu aucun soutien de la part des autres pays du G7 en faveur d’une intervention destinée à contenir la hausse du yen. »Il y a un consensus autour du fait que la politique monétaire est adaptée et qu’il n’y a pas d’écarts importants entre devises et qu’il n’est donc pas nécessaire d’intervenir », a déclaré le ministre français des Finances, Michel Sapin. Les autorités japonaises ne sont pas intervenues directement sur le marché des changes depuis 2011. A l’époque, Tokyo avait obtenu le feu vert du G7 pour enrayer la hausse du yen, alors alimentée par la spéculation sur la possibilité qu’après le séisme et la catastrophe de Fukushima, le gouvernement impose aux assureurs de rapatrier une partie des fonds placés à l’étranger pour financer les indemnisations. Ces derniers mois, Tokyo a exprimé à plusieurs reprises son inquiétude sur le caractère excessif de la hausse du yen, des arguments toujours rejetés par Washington, qui plaide pour des accords empêchant les interventions sur les devises. Après avoir poussé jusque dans leurs derniers retranchements les politiques d’assouplissement monétaire, les pays du G7 peinent à parler d’une seule voix pour relancer une croissance anémique. Ils ont réclamé samedi la mise en oeuvre d’un mix de politiques monétaires, budgétaires et structurelles tout en laissant à chaque pays le soin de choisir ses propres priorités. L’Allemagne est de son côté resté sourde aux appels du Japon et des Etats-Unis, qui lui demandaient d’augmenter sa dépense publique. « Le plus important, ce sont les réformes structurelles (…) on admet de plus en plus (au sein du G7) que les réformes structurelles sont cruciales », a déclaré le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.

(Avec Reuters)

G7-relance de la croissance : l’Allemagne dit NEIN

G7-relance de la croissance : l’Allemagne dit NEIN

Le G7 qui se réunit vendredi et samedi devrait traiter de la problématique de la relance économique. Un peu partout en effet l’activité se tasse y compris maintenant aux États-Unis au Royaume uni. Du coup certain comme le Japon militent en faveur d’une relance budgétaire. Une position toutefois qui sera très fermement combattue une nouvelle fois par l’Allemagne qui demeure sur une ligne philosophique d’orthodoxie budgétaire et qui ne veut surtout pas entendre parler de relance de type keynésien. Pour l’Allemagne ce sont les réformes structurelles et seulement elle qui sont de nature à redonner de la vigueur à la croissance. Du coup comme souvent il ne faut pas attendre grand-chose de ce G7. Le Japon sera vraisemblablement soutenu dans sa démarche par la France mais en vain, Tokyo a pourtant l’intention de plaider pour davantage de souplesse budgétaire. Autrement dit, permettre plus de dépenses publiques – afin de stimuler l’économie mondiale qui reste modeste, lors de la réunion des ministres des Finances et des banquiers centraux du G7 (Allemagne, États-Unis, Japon, France, Italie, Royaume-Uni, Canada) vendredi et samedi, à Sendai au Japon. «Cette vue est partagée entre le Japon, les États-Unis, le Canada, l’Italie, la France et l’Union européenne», a récemment déclaré le premier ministreShinzo Abe. L’Allemagne, qui défend bec et ongles l’orthodoxie budgétaire, n’a pas manqué de se faire entendre avant d’arriver à Sendai. «Des politiques budgétaire et monétaire généreuses ne pourront stimuler la croissance sur le long terme», a averti le président de la Bundesbank Jens Weidmann, cité par Reuters, répétant en substance des propos indiqués au Figaro. «Pour orienter l’économie mondiale sur la voie d’une croissance plus soutenue, des réformes sont indispensables», a insisté le banquier central allemand. Le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, a également indiqué à ses homologues dans une interview au quotidien économique japonais Nikkei qu’ «il est important de promouvoir des réformes structurelles et de réduire la dette publique». Voilà qui est dit une énième fois à ceux qui chercheraient à lâcher du lest en matière d’assainissement des finances publiques… Il reste que le gouvernement allemand est lui-même pointé du doigt pour ne pas dépenser et investir suffisamment en vue de soutenir la croissance mondiale alors même qu’il dispose d’importantes marges de manœuvre budgétaires contrairement à l’Italie ou encore la France. Également interviewé par le quotidien Nikkei, le ministre des Finances français, Michel sapin, a jugé utile de prendre en exemple le Canada. «Je remarque qu’il y a un grand pays du G7 qui a déjà décidé de soutenir beaucoup plus la croissance mondiale par une dépense budgétaire supérieure: c’est le Canada. Et donc je pense qu’il faut qu’on s’inspire, que tous les pays du G7 et du G20 qui ont cette capacité budgétaire supplémentaire, s’inspirent de cette situation et de la décision du Canada pour prendre les bonnes décisions en termes de dépenses budgétaires».

 

Acier : Le G7 veut stopper le dumping

Acier : Le G7 veut stopper le dumping

 

En raison de la crise mais aussi de l’évolution structurelle des conditions de production la demande d’acier se tasse tandis que la production s’accroît. Du coup les prix s’écroulent en particulier du fait de la Chine qui inonde le marché. Du coup le G7 veut intervenir pour stopper cette dérive et empêcher ainsi la fermeture de nombreux sites sidérurgiques. « Nous reconnaissons l’impact négatif de la capacité excédentaire mondiale dans tous les secteurs de l’industrie, et en particulier dans celui de l’acier, sur nos économies, notre commerce et nos employés », annonce le texte du G7. « Nous sommes déterminés à agir vite et à prendre des mesures pour répondre au problème en améliorant le fonctionnement du marché, notamment à travers des actions coordonnées pour identifier et chercher à éliminer les subventions et soutiens (à la production), et en encourageant des ajustements », poursuit-il. Les chefs d’Etat et de gouvernement du G7 (États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada) se rencontreront les 26 et 27 mai à Ise-Shima, près de Nagoya, au Japon. L’endroit est un important site de production automobile et de transformation sidérurgique. En mars, la production d’acier chinoise a atteint un niveau record, la remontée des prix ayant entraîné la reprise de la production dans des usines qui étaient à l’arrêt jusqu’alors. Les prix de l’acier chinois ont depuis rechuté. Le mois dernier, la Chine et les autres grands pays producteurs d’acier ne sont pas parvenus à s’entendre sur des mesures permettant de résoudre la crise traversée par le secteur. Les Etats-Unis et l’UE ont appelé à une action urgente. La Commission européenne a annoncé vendredi l’ouverture d’une enquête sur des soupçons d’aides illégales accordées aux exportateurs chinois d’acier plat laminé à chaud. Cette enquête s’ajoute à une autre, en cours, pour dumping présumé. Les deux procédures résultent de plaintes de la fédération européenne des sidérurgistes Eurofer.

(Avec Reuters)

Climat- G7 : une déclaration d’intention pipeau

Climat- G7 : une déclaration d’intention pipeau

Hollande est content, il a sa petite déclaration du G7 sur le climat. Une déclaration d’intention qui en fait n’engage à rien. On a retenu un objectif très hypothétique de 2 degré ( ce qui est déjà énorme) mais chacun fera ce qu’on pourra ou voudra. Une déclaration finalement insignifiante sur les moyens et non contraignantes. En réalité Hollande qui s’est converti tardivement à l’environnement veut surtout donner impression que la conférence climat qui se déroulera en fin d’année à Paris est un grand succès. Cela pour relancer sa campagne électorale présidentielle actuellement bien compromise puisque 77% des Français ne souhaitent  pas qu’i se représente. Les chefs d’Etats et de gouvernement du G7 réunis à Elmau en Bavière par la chancelière allemande Angela Merkel, se sont engagés à limiter la hausse de la température moyenne à 2°C, et à réduire de manière « importante » leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici la fin du siècle, sans toutefois évoquer des actions concrètes et nouvelles pour y parvenir.  Les membres du G7 sont parvenus à parler d’une même voix sur la lutte contre le réchauffement climatique : il se sont engagés, dans leur communiqué final à Elmau au sud de l’Allemagne, à tout faire pour maintenir la hausse de la température globale sur la planète dans la fourchette de 2°C d’ici la fin du siècle. Mais ces annonces manquent de concret, et de nouveauté.  Les chefs d’Etat et de gouvernement des sept pays parmi les plus riches de la planète, envoient un signe positif à leurs partenaires. Ils promettent de se donner les moyens nécessaires à la lutte contre le réchauffement climatique, en prenant des engagements « ambitieux et réalistes » selon François Hollande. « Toutes les interventions aujourd’hui ont permis d’atteindre les objectifs que je voulais pouvoir placer dans ce G7« , a-t-il déclaré à l’issue de la réunion.

Croissance pays du G7 : 1.5% au plus en 2014

Croissance pays du G7 : 1.5% au plus en 2014

 

L’Europe  et surtout Hollande comptait une  la reprise mondiale –qui ne vient pas. Du coup, la reprise a calé au deuxième trimestre au sein  de la zone euro, et l’inflation est tombé à 0,4% en rythme annuel au mois de juillet, accentuant les craintes de déflation. La croissance du secteur privé a faibli de manière plus marquée que prévu en août sur fond de baisse des prix, selon les données provisoires de l’enquête Markit auprès des directeurs d’achat publiée jeudi. « Les risques entourant les perspectives économiques de la zone euro demeurent orientés à la baisse », avait d’ailleurs prévenu le mois dernier le président de la BCE Mario Draghi. Pour Jacob Funk Kirkegaard, chercheur au Petersen Institute of International Economics, le principal problème auquel les banques centrales sont confrontées est que les fondements de la croissance économique mondiale ne sont pas alignés et que les différentes économies ne sont pas en synergie. « Il n’y a aucun pays (actuellement) pour compenser l’affaiblissement », estime-t-il. « Quant à l’éventualité du consommateur américain venant à la rescousse de la demande globale, n’y comptez pas ! » Un diagnostic conforté par les derniers chiffres de l’emploi aux Etats-Unis, qui ont reflété des créations de postes soutenues mais sans hausse des salaires dans le secteur privé et sans amélioration du chômage de longue durée. L’évolution du marché du travail jointe à une croissance économique à un rythme encore modeste ont conduit la présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen à tempérer les anticipations d’une hausse des taux directeurs au moins jusqu’à ce que les chiffres sur les créations d’emploi et les salaires montrent que les conséquences de la crise financière sont « complètement effacées ».  La Réserve fédérale a toutefois souligné la rapidité de l’amélioration du marché du travail américain lors de sa dernière réunion de politique monétaire dont le compte rendu a été publié mercredi. La Grande-Bretagne, dont l’économie affiche la croissance la plus forte parmi le groupe des sept principales économies mondiales (G7) est dans une situation comparable. Deux des neuf membres du comité de politique monétaire de la Banque d’Angleterre ont voté en faveur d’un relèvement immédiat des taux lors de la réunion du début du mois, une première depuis trois ans, selon le compte rendu publié également mercredi.  Les indicateurs communiqués depuis cette réunion ont toutefois fait état d’un recul du salaire moyen pour la première fois en cinq ans, d’une chute de l’inflation et d’un ralentissement des créations d’emploi.  Les ventes au détail ont aussi progressé à un rythme moins élevé que prévu en juillet, selon des chiffres officiels publiés jeudi. La Banque d’Angleterre, a dit son gouverneur Mark Carney, attendra que la croissance des salaires soit durable avant de relever les taux, même si cela ne signifie pas nécessairement que celle-ci doive être plus rapide que l’inflation. Mario Draghi et Janet Yellen seront au nombre des banquiers centraux qui se réunissent vendredi à Jackson Hole, dans l’Etat américain du Wyoming, pour le traditionnel symposium annuel à l’invitation de la Fed régionale de Kansas City. Ils risquent d’être à la peine pour faire la part entre ce qui relève de difficultés durables de l’économie mondiale et de ratés passagers. L’économie japonaise s’est ainsi contractée de 6,8% en rythme annualisé au deuxième trimestre, sa contraction la plus forte depuis le séisme et le tsunami de mars 2011, mais le gouvernement espère que celle-ci est principalement imputable à la hausse de la TVA intervenue le 1er avril qui a pesé sur la consommation des ménages De même, le recul des salaires en Grande-Bretagne peut en partie s’expliquer par leur forte hausse un an auparavant après la baisse du taux d’imposition pour les revenus les plus élevés, un effet de base qui a vocation à s’estomper. Il n’en reste pas moins que l’économie du G7 croissent à un rythme bien inférieur à la tendance. Elles ont enregistré une croissance d’un peu plus de 2% l’an en moyenne entre 1981 et 2013 alors que la prévision pour cette année est de moins de 1,5%, avant même la prise en compte des conséquences des tensions géopolitiques.

 

G7 : petit bémol sur l’austérité

G7 : petit bémol sur l’austérité

« Il y a encore de nombreux défis pour garantir une reprise mondiale durable », a déclaré le ministre britannique des Finances George Osborne à l’issue d’une réunion de deux jours du G7  qui réunit l’Allemagne, le Canada, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, l’Italie et le Japon.   »Nous ne pouvons la considérer comme acquise mais nous nous engageons, en tant qu’économies développées, à jouer notre rôle en encourageant cette reprise », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse dans la demeure historique située à une soixantaine au nord de Londres, qui a abrité la rencontre.  Alors que la reprise économique mondiale est fragmentée, avec une zone euro qui décroche, les Etats-Unis avaient insisté avant ce G7 sur leur volonté d’appeler les Européens à changer de cap sur l’austérité.   »La réalité est que si nous voulons que la reprise mondiale aille où elle doit aller, elle ne peut pas être seulement menée par les Etats-Unis. L’Europe va devoir faire mieux », avait martelé vendredi le secrétaire américain au Trésor Jacob Lew, qui n’a pas fait de déclarations samedi.  Mais George Osborne, lui-même artisan d’une sévère cure de rigueur, a assuré après la rencontre qu’il y avait finalement « plus de points d’accord entre nous sur les politiques budgétaires que ce qui est communément admis ».  Un constat partagé par le ministre français Pierre Moscovici.   »Le consensus progresse dans la façon que nous avons d’équilibrer le soutien à la croissance et la consolidation budgétaire (…) Il y a encore la volonté qui est très présente de réduire les déficits, mais assurément il y a un changement de ton », même s’ »il peut y avoir des différences de situation, des différences de positions », a abondé M. Moscovici.

 

Sopmmet G7: moins d’austérité

G7: moins d’austérité

Les Etats-Unis vont encourager les dirigeants de la zone euro à « changer de cap » sur l’austérité et à « recalibrer » le rythme de la réduction des déficits lors du sommet des ministres des Finances du G7 vendredi et samedi à Londres, a indiqué mercredi un haut responsable du Trésor.  « Il est important de recalibrer le rythme de la consolidation budgétaire (dans la zone euro, ndlr). Une consolidation budgétaire brutale risque d’entraver la demande. Un changement de cap maintenant peut faire une grande différence », a indiqué ce responsable sous couvert de l’anonymat lors d’un point de presse.  Deux jours avant le début de la réunion du G7-Finances dans la capitale britannique, ce responsable « a salué » les délais supplémentaires accordés par l’Union européenne à la France, l’Espagne et aux Pays-Bas pour atteindre leurs objectifs de réduction des déficits.  « Mais il y a encore une marge de manoeuvre pour en faire davantage à court terme », a ajouté le responsable sans donner plus de précisions.  Mardi, le secrétaire américain au Trésor Jacob Lew, qui sera présent à Londres, avait assuré que la réduction des déficits ne saurait être « la seule boussole » de l’action publique aux Etats-Unis à l’heure où le débat sur l’austérité continue d’agiter l’Europe.  A Londres, la délégation américaine devrait une nouvelle fois encourager les économies en excédent, notamment l’Allemagne, à « accroître » leur demande intérieure afin de soulager leurs partenaires de la zone euro en créant un débouché pour leurs produits.  Les ministres des sept pays les plus industrialisés devraient également évoquer la question de « l’évasion et de l’optimisation fiscales », dans le sillage du G20 Finances de Washington le 19 avril, a assuré le responsable américain sous couvert d’anonymat.   »Nous nous réjouissons de l’intérêt porté à la démarche américaine de faciliter la transparence sur les comptes bancaires à l’étranger », a-t-il précisé.  Les Etats-Unis ont voté en 2010 une loi obligeant les établissements financiers à l’étranger à les informer de tout dépôt d’un ressortissant imposable dans leur pays.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol