Archive pour le Tag 'G20'

Page 3 sur 3

G20 : pour l’imposition des multinationales ? Mais comment ?

G20 : pour l’imposition des multinationales ? Mais comment ?

Encore une belle déclaration du G 20 sur l’imposition des multinationales ; du type de celle qui devait supprimer les paradis fiscaux après la crise de 2009. L’évasion fiscale découle directement de la mondialisation non régulée et personne ne pourra empêcher une société de surfacturer des prestations pour externaliser les profits. Certes on pourra peut-être freiner l’évasion fiscale la plus scandaleuse type Ikea mais surement pas s’opposer aux contrats commerciaux entre filiales d’un même groupe situées dans des pays différents La France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne ont présenté samedi à l’occasion de la réunion du G20 à Moscou une initiative conjointe de lutte contre l’optimisation fiscale, pratique par laquelle les entreprises multinationales échappent largement à l’impôt. Paris, Berlin et Londres ont ainsi réagi au rapport publié mardi par l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE). Cette dernière a prôné une action coordonnée contre la pratique croissante des multinationales consistant à déclarer les profits ailleurs que dans le pays où ils ont été réalisés afin de bénéficier de fiscalités plus avantageuses. « Ce rapport fournit un support pour une coopération internationale accrue pour s’assurer que nos règles fiscales sont adaptées à l’économie internationale », a déclaré le ministre britannique des Finances, George Osborne. « Il est incroyable que nos règles fiscales aient été adoptées il y a cent ans par la Société des Nations et que l’économie internationale ait connu tant de changements depuis », a-t-il ajouté. Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a expliqué que les trois capitales allaient faire en sorte de combler les failles qui permettent aux multinationales de décider dans quel pays elles paient leurs impôts. « Les multinationales ne devraient pas pouvoir tirer avantage de la mondialisation pour réduire injustement leur impôt », a-t-il estimé. Le Trésor britannique a précisé dans une note que la Grande-Bretagne prendrait la tête d’un groupe de travail de l’OCDE sur la tarification des transferts de bénéfices. L’Allemagne présidera celui qui se penchera sur l’érosion de la base d’imposition, tandis que la France étudiera avec les Etats-Unis une refonte des normes juridiques s’appliquant notamment au commerce électronique.  

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

 

G 20-Crise: c’est moins pire mais ça peut le devenir !

G 20-Crise: c’est moins pire mais ça peut le devenir !

 

La phraséologie du G 20 est significative du potage dans lequel sont les institutions : »Les risques extrêmes pesant sur l’économie mondiale il y a encore quelques moins ont commencé à s’estomper », estime le G20 dans son communiqué. « Cependant, les anticipations de croissance pour 2012 demeurent modérées, le désendettement entrave la croissance de la consommation et de l’investissement, la volatilité reste élevée, reflétant en partie les pressions des marchés financiers en Europe, et les risques baissiers persistent. » Tout est dit, c’est un peu moins pire qu’avant mais l’austérité tue la croissance et ça peut replonger ( «  risques baissiers ») ;Par ailleurs,  Le Groupe des Vingt (G20) s’est engagé vendredi à accorder au Fonds monétaire international (FMI) plus de 430 milliards de dollars de ressources supplémentaires, faisant ainsi plus que doubler sa capacité de prêt afin de mieux protéger l’économie mondiale de la crise européenne de la dette. Le FMI estime que la crise de la dette de la zone euro représente le risque le plus aigu pour la croissance économique mondiale et les marchés financiers redoutent qu’après la Grèce, l’Irlande et le Portugal, ce soit au tour de l’Italie et de l’Espagne – troisième et quatrième économies de la région – de solliciter une aide internationale. « Il y a des engagements fermes pour accroître les ressources mises à disposition du FMI de plus de 430 milliards de dollars », déclarent dans un communiqué les pays du G20. Le FMI pourra utiliser cette puissance de feu renforcée pour venir en aide à n’importe quel pays ou région qui le nécessiterait, mais ce sont bien les craintes liées à la crise en Europe qui ont accéléré le rehaussement de ses ressources. Signe des inquiétudes persistantes des marchés financiers face à la crise des dettes souveraines européennes, le rendement des obligations d’Etat espagnoles à dix ans a dépassé 6% cette semaine et les investisseurs redoutent que les coûts d’emprunt de Madrid n’atteignent un niveau insoutenable. Les pays émergents ont obtenu de leurs partenaires du G20 des garanties de voir leur rôle économique grandissant progressivement reconnu au sein du Fonds, par le biais d’un renforcement de leurs droits de vote. Le Brésil, en particulier, avait demandé un engagement en ce sens. Le ministre brésilien des Finances Guido Mantega a déclaré après la réunion du G20 que les pays émergents des BRIC – Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud – avaient unanimement convenu de fournir des fonds supplémentaires au FMI.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol