Archive pour le Tag 'funérailles'

Primaire PS : un vote de funérailles

Primaire PS : un vote de funérailles

 

Le vote de la primaire socialiste pourrait bien prendre la forme d’uen cérémonie de funérailles. D’après  les récents sondages, il semblerait que la mobilisation soit faible  pour des élections primaires qui ne présentent qu’un intérêt accessoire puisqu’il s’agit surtout de préparer le projet congrès socialiste et non de prétendre pour une qualification aux présidentielles. En effet dans toutes les hypothèses, le candidat socialiste n’obtiendra que la cinquième position au premier tour des présidentielles. Si Valls est élu il pourrait flirter avec les 10 % mais si,  comme probable, c’est  Benoît Hamon ou Montebourg,  il faudra alors se contenter de 7 %. Ce serait alors l’enterrement du parti socialiste. Le vote au primaire de la gauche constituant alors une sorte de préliminaire. Aucun candidat à cette primaire n’émerge réellement pour redonner une dynamique à un parti socialiste envoie d’obsolescence. Au-delà des présidentielles le danger le plus inquiétant est celui d’une quasi-disparition des députés socialistes. Des députés socialistes qui sont aujourd’hui 250 dans l’hémicycle mais qui pourraient se retrouver à 50 voire 30. Cela d’autant plus qu’Emmanuel Macron a d’entrée a fixé les règles : le ralliement tout de suite c’est-à-dire avant le 29 janvier et sans condition et surtout pas d’accord avec les appareils. Avec aussi la promesse de faire émerger 50 % de candidats nouveaux, ce qui élimine d’autant les candidats socialistes des circonscriptions visées. On voit mal ce qui pourrait mobiliser les sympathisants socialistes pour se déplacer à cette primaire où la seule idée à peu près nouvelle est complètement utopique et dangereuse à savoir le fameux revenu universel de Benoît Hamon (qui viendrait suppléer la disparition du travail)  et dont on ne sait pas comment il serait remboursé financer sauf à faire prendre en compte notre dette par les Allemands comme le propose aussi Benoît Hamon !  

Rapport Gallois, préparation des funérailles

Rapport Gallois, préparation des funérailles

Faute de politique industrielle, le gouvernement comptait sur le rapport Gallois ; Ce rapport est une véritable bombe, il prend le contrepied de ce que dit et fait le gouvernement. Alors plusieurs ténors de la majorité se sont relayés ce week-end pour rappeler qu’elles n’engageront en rien le gouvernement et le président. «Le rapport Gallois est un élément qui sera extrêmement sérieux mais ce n’est pas le seul point de vue qui compte», a minimisé Michel Sapin. Le ministre du Travail a ainsi rappelé que le Haut Conseil au financement de la protection sociale a été mandaté pour faire un état des lieux puis un rapport sur le sujet pour début 2013. «Le gouvernement tranchera à ce moment-là», a-t-il assuré. Même mise à mal par ­Jacques Attali. «La compétitivité ne se réduit pas à la baisse des charges sociales mais c’est l’innovation, la recherche, le goût du risque», a insisté l’ancien sherpa de François Mitterrand et auteur de deux célèbres rapports sur la croissance.  «Le pouvoir d’achat, c’est très important, mais nous ne voulons pas de réforme qui, dans un contexte difficile pour le pouvoir d’achat, brutalise la société française», a pour sa part prévenu Pierre Moscovici, le ministre de l’Économie et des Finances, en réponse à une hausse nécessaire mais impopulaire de la CSG pour compenser un transfert de cotisations patronales. Un avis partagé par Marisol Touraine, la ministre de la Santé, qui a déclaré dimanche ne pas être favorable à un transfert de cotisations qui «amènerait un choc pour nos concitoyens». Elle a qualifié d’«Arlésienne du moment» le rapport attendu de l’ancien patron d’EADS. «Indépendamment du rapport, il y a un débat sur la possibilité d’un choc de compétitivité», a dit la ministre lors de l’émission BFM Politique/Le Point/RMC Info. «Aujourd’hui notre pays est dans une situation de redressement», a-t-elle rappelé. Concernant le financement de la protection sociale, «nous pouvons réfléchir à ce que les cotisations sociales n’augmentent pas d’avantage, ce qui passe pas des économies de structure, et (…) nous pouvons travailler sur un paquet de mesures fiscales (taxes environnementales, comportementales) (…)», a ajouté la ministre. Louis Gallois a toutefois reçu un appui. Et de taille, de Carlos Ghosn. «Si nous voulons créer des emplois et si nous voulons que l’industrie n’émigre pas de manière massive hors de France, nous avons besoin de réduire les charges qui pèsent sur le travail», a rappelé le patron de Renault. «Il faut traiter ce problème, on n’a pas besoin d’un rapport de plus», a-t-il juré.  Jean-Marc Ayrault réunit cet après-midi ses principaux ministres pour une première réunion sur le ­sujet.

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol