Archive pour le Tag 'Froome'

Tour de France 2018 : Chris Froome en vélo ou en scooter ?

Tour de France 2018 : Chris Froome en vélo ou en scooter ?

On ne saura peut être que la veille du départ du tour si Froome est autorisé à disputer la course en vélo ou en scooter. . Un sale coup pour l’image du cyclisme qui n’en finit pas de s’enfoncer dans le marais du dopage même si de gros progrès ont été réalisés dans ce domaine. Mais il reste encore beaucoup à faire et pas seulement dans le cyclisme.  Le Britannique Chris Froome, quadruple vainqueur du Tour de France, a en effet été récusé par les organisateurs de l’épreuve pour la prochaine édition qui commence samedi 8 juillet, selon une information du journal Le Monde dimanche 1er juillet.  La décision finale revient à la Chambre arbitrale du sport (CAS) du comité olympique français qui doit statuer mardi 3 juillet, précise le quotidien. ASO, qui organise le Tour de France, s’est refusé à tout commentaire. Le coureur de l’équipe Sky, vainqueur sortant du Tour et du Giro 2018, a fait l’objet d’un contrôle antidopage « anormal », pour un excès de salbutamol, lors de la Vuelta en septembre dernier. Une procédure a été ouverte à son encontre mais, selon le règlement, le Britannique est autorisé à courir en attendant la décision finale du Tribunal antidopage de l’Union cycliste internationale (UCI), en raison de la nature de la substance en cause.  Pour Hinault, Chris Froome « n’a pas sa place » dans le Tour de France.  »Il est positif. Pourquoi a-t-on condamné Alberto Contador pour les mêmes causes, et pourquoi lui ne serait pas condamné ? », s’est-il interrogé à Talloires, avant le départ de la Sapaudia, une course cycliste caritative dont il est le parrain.

 

Christopher Froome dopé lors au dernier Tour d’Espagne

Christopher Froome dopé lors au dernier Tour d’Espagne

Après Contador, Armstrong, Indurain, Froome pris la main dans le sac à pharmacie pour avoir utilisé  le dopant bien connu des cyclistes le salbutamol.  Le salbutamol aide à mieux respirer quand il est consommé par inhalation. Un effet déjà pas négligeable pour un sportif, mais les dopés se sont vite aperçus que cette substance, consommée sous forme de cachets, a des effets anabolisants (elle renforce les muscles). D’où un beau succès dans le peloton et ailleurs (33% des 238 cas positifs recensés en France sur l’année 1998).  Le Britannique Christopher Froome, quadruple vainqueur du Tour de France et vainqueur du Tour d’Espagne 2017, a donc été contrôlé positif au test antidopage, au bronchodilatateur salbutamol lors de la Vuelta qu’il a remporté, a indiqué ce mercredi 13 décembre l’Union cycliste internationale (UCI) dans un communiqué à l’AFP. Pour sa défense, Froome a déjà expliqué à plusieurs reprises qu’il souffrait d’asthme. A la suite de cette annonce, ce mercredi, l’équipe du cycliste a publié un communiqué, assurant que ce dernier a « suivi les conseils du médecin » pour augmenter la dose de salbutamol. « Au cours de la dernière semaine de la Vuelta, Chris a présenté des symptômes d’asthme aigus. Sur les conseils du médecin Team Sky, il a utilisé une dose accrue de Salbutamol (toujours dans les limites des doses admissibles) avant le test d’urine du 7 septembre. En tant que chef de course, Chris a été testé après chaque étape de cette période et il a déclaré que son utilisation du médicament faisait partie du processus », explique le communiqué. Devant les caméras du direct, le Britannique a déjà eu recours à des inhalations en course. Par le passé, il a aussi bénéficié d’AUT (autorisation à usage thérapeutique) dont le mode de prescription a d’ailleurs été encadré différemment par la suite. Mais c’est la première fois que le Britannique, qui incarne la domination de l’équipe Sky dans le cyclisme depuis le début de la décade, fait l’objet d’une procédure pour une affaire de dopage. Cette affaire n’est également pas sans rappeler celle -sans commune mesure, pour le moment- de Lance Armstrong, héros déchu du cyclisme qui a perdu titres et maillots jaunes pour plusieurs infractions à la réglementation antidopage, révélées par l’Agence américaine antidopage (USADA). Il a également été radié à vie de toutes compétitions sportives. Enfin, cette polémique rappelle celle dans les années 1990 de l’Espagnol Miguel Indurain, autre vainqueur du Tour de France appelé à justifier un contrôle antidopage « anormal ». En 1994, Indurain venait de remporter son quatrième Tour de France… comme Froome. A la fin de l’été, il devait s’expliquer sur un contrôle datant du mois de mai précédent à l’occasion du Tour de l’Oise, une simple course de préparation au Tour. A cause, déjà, du salbutamol.

 

Tour de France- Froome : grâce à un pédalier ovale ….et à des roues carrées

Tour de France Froome : grâce à un pédalier ovale ….et à des roues carrées

 

Bataille d’experts scientifiques après les performances de Froome. En fait, le succès serait surtout dû à un pédalier ovale, peut-être même à des roues carrées ?  Comme dit Armstrong sil fallait éliminer tous les coureurs dopés il n’y aurait plus personne dans le peloton. Mais Certains  sont plus égaux que d’autres. Les Français, eux, qui utilisent des roues assez classiques, rondes, paraissent quand même handicapés. Ce qui n’empêche pas que les coureurs sont quand même de formidables athlètes.  Après les critiques, Kerrison, le patron de l’équipe de Froome, a expliqué que l’utilisation par Froome d’un pédalier ovale permettait d’améliorer la puissance de 6%. «  Chris est monté en 41 minute 28  à 414 watts de moyenne, explique l’entraîneur. Avec un poids d’environ 67,5 kg, c’est une puissance moyenne de 5,78 watts/kg. » Dans son émission de dimanche, Stade 2 annonçait de son côté un chiffre légèrement supérieur à 7, signe selon eux d’une performance peu crédible. Kerrrison a ensuite refusé d’évoquer la VO2 max en raison d’un nombre de paramètres trop importants. Il a en revanche confié que la fréquence cardiaque moyenne du Britannique  était de 158 battements par minute avec un maximum de 174. «C’est très élevé pour lui, son record est égalé sur un grand Tour ». Son rythme moyen de pédalage était lui de 97 tours par minute, selon son équipe. Pour conclure ce grand déballage de chiffres assez ésotérique pour l’amateur de cyclisme lambda, Kerrison a donné la vitesse moyenne de Froome sur l’ensemble de la montée : 25,3 km/h avec une pointe à 27,7 km/h. « Sur 10 secondes, sa puissance maximale a été de 652 watts, poursuit-il. C’est 60% de son maximum potentiel sur cette durée. »  Auteur d’un véritable tour de force lors de la 10e étape du Tour de France, Christopher Froome a en effet signé une performance qui rappelle celle effectuée il y a deux ans sur les pentes du Mont-Ventoux. Ça tombe bien car celle-ci est revenue dans l’actualité grâce à une vidéo montrant sa montée du Mont Chauve, avec, en parallèle, ces fameuses données statistiques : vitesse, fréquence de pédalage, puissance et rythme cardiaque. Des données personnelles qui auraient été dérobées selon Dave Brailsford, le directeur sportif de la Sky. Antoine Voyer, ancien entraîneur de Festina spécialisé dans l’étude des performances dans le cyclisme, évoque, lui, une fuite interne dans l’équipe anglaise. Toujours-est-il que cette vidéo, mise en ligne ce lundi puis rapidement retirée, avant de réapparaitre le lendemain montre des chiffres édifiants. Alors que son rythme cardiaque n’a jamais dépassé les 165 pulsations par minute, sa vitesse passe ainsi de 19km/h à 30km/h lors de sa première accélération, la puissance développée s’établissant à 600 watts puis même brièvement à 1.000 watts sur la deuxième accélération fatale à Nairo Quintana.

 

Tour de France : Froome la mobylette

Tour de France : Froome la mobylette

Armstrong dont la présence a été peu appréciée sur le tour 2015 a déclaré  « sil fallait éliminer ceux qui se dopent, il n’y aurait plus personne dans le tour ». Pas faux sûremen, même si les coureurs sont quand même de formidables athlètes (poids moyen 65 kgs !). Mais de toute évidence les anglo-saxons sont détonants. Même les espagnols, les italiens, d’autres  qui ne marchent pas tous à l’eau de source, font du surplace. . Christopher Froome, lui,  a écrasé de tout son poids la première étape de montagne du Tour de France ce mardi, une vidéo commence à faire du bruit sur les réseaux sociaux. Publiée lundi soir sur YouTube, celle-ci montre l’ascension exceptionnelle du mont Ventoux par le Britannique lors de sa Grande Boucle victorieuse en 2013. En 48 minutes et 35 secondes, le leader de la Sky avait parcouru les 15,9 kilomètres à 8,6% de pente moyenne pour s’imposer en solitaire. Une performance stratosphérique puisque Froome avait fini à deux secondes du record de Lance Armstrong, qui est tombé pour dopage depuis. A la différence des images télévisées qui ne transmettent que les écarts entre les groupes de coureurs, cette vidéo indique cette fois nombre de données contenues dans le SRM, petit capteur placé dans le pédalier du vélo, du Britannique. Vitesse, fréquence de pédalage, puissance et rythme cardiaque, autant d’éléments qui permettent d’évaluer la performance de Froome. Problème, seule l’équipe peut posséder ces données.  Une situation embarrassante qui a mis la puce à l’oreille de Dave Brailsford, le manager de la Sky. Lors de la journée de repos de ce lundi, ce dernier avait révélé devant la presse britannique que des données d’entraînement de l’équipe, et notamment du vainqueur du Tour de France 2013, avaient été dérobées. Sur la vidéo en question, le démarrage spectaculaire de Christopher Froome est encore plus saisissant. Lors du visionnage, il est ainsi possible de voir l’incroyable fréquence de pédalage qui se situe autour de 100 tours par minute et la vitesse qui passe brutalement de 19 km/h à 31 km/h en seulement quatre secondes. Plus impressionnant encore, la puissance atteint 1.028 watts au plus fort de l’accélération du Britannique. En revanche, le rythme cardiaque reste assez stable, entre 160 et 165 pulsations par minute. Lors de l’ascension du mont Ventoux, les deux accélérations du leader de la Sky avaient cloué sur place Alberto Contador et Nairo Quintana. Postée une première fois sur YouTube lundi soir, la vidéo a été rapidement supprimée avant de refaire surface sur d’autres plate-formes. Antoine Vayer, l’ancien entraîneur de l’équipe Festina, a relayé ces images sur les réseaux sociaux mais assure qu’il n’a rien volé. Selon lui, les données récoltées ne sont pas le fruit d’un piratage mais d’une fuite interne à l’équipe. Il s’est justifié sur la publication de la vidéo polémique à 20 Minutes: «Elle n’est pas antipathique cette vidéo. Elle est juste ce qu’elle est: du brut. La vraie nature de l’homme est dans ce qu’il cache. Alors pourquoi tiennent-ils à cacher ces données-là?» Seuls les membres de la Sky ont la réponse à cette question.

( info du Figaro)

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol