Archive pour le Tag 'François'

Page 5 sur 5

« Dernière chance » pour Hollande (CGPME)

« Dernière chance » pour François Hollande  (CGPME)

Dans une interview accordée jeudi à Reuters, Jean-François Roubaud estime que le président français, qu’il accompagnait récemment en Turquie, a deux mois pour démontrer sa volonté de passer à l’acte malgré les freins dans sa majorité. Le président de la CGPME raconte lui avoir dit que son offre de baisse de charges et d’impôts contre des investissements et des embauches a suscité chez les chefs d’entreprises une « attente forte » et même, chez certains, un « vent d’optimisme ». « Mais il faut tenir les engagements, maintenant. Donc on a besoin tout de suite de mesures pour montrer qu’il y a une vraie volonté », explique-t-il. « Pour nous, c’est la dernière chance. C’est pour ça qu’on dit ‘chiche, on est derrière vous et on est prêt à vous aider. Mais il faut aller’. » « Ce serait dramatique si on ne réalisait pas les espérances qu’il a fait naître chez les chefs d’entreprises », ajoute-t-il. « Si dans deux mois les mesures ne sont pas prises, ça va être catastrophique (…) Les chefs d’entreprises vont se dire ‘c’est fini, là, on n’y croit plus du tout’. » Selon le président de la CGPME, qui revendique 550.000 entreprises adhérentes, le chef de l’Etat « est d’accord ». « Il est très conscient de la situation et d’avoir besoin des entreprises. Le problème est qu’il n’a pas les mains libres. Il ne peut pas s’appuyer sur une majorité qui dise ‘allez-y’. » « Est-ce qu’il est capable politiquement de dire ‘tant pis, je passe outre, je légifère par ordonnances ? » demande Jean-François Roubaud. « On va le savoir vite. »

Chômage : François Hollande confirme l’inversion… Surréaliste !

Chômage : François Hollande confirme l’inversion… Surréaliste !

 

 Malgré la montée indiscutable du chômage sur l’année (y compris en novembre) Hollande confirme l’inversion. On le savait incompétent mais pas à ce point. Au-delà de l’incompétence, on touche du doigt la déraison. Comment peut-on affirmer q de telles contrevérités de telles sottises ? En se fondant sur une baisse moyenne de 1350 chômeurs sur deux mois (octobre et novembre), 1350 sur plus de 3 millions ! Alors qu’on soit bien que les chiffres sont truqués par Pôle le emploi qui peut rayer 100 000 chômeurs un mois donné pour faux motifs. (Raisons administratives, non actualisation etc.).  Le nombre de demandeurs d’emploi est reparti à la hausse en novembre en France mais l’inversion de la courbe du chômage est  donc « bien engagée » selon François Hollande, qui s’est donné jusqu’à la fin de l’année pour atteindre cet objectif. Selon les données publiées jeudi par le ministère du Travail, le nombre de demandeurs de catégorie A, sans le moindre emploi, a ainsi augmenté de 0,5% en métropole en novembre, soit de 17.800, pour s’établir à 3.293.000. En tenant compte des personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), leur nombre recule toutefois de 0,1% (-6.900) à 4.876.100. Avec les départements d’Outre-mer, le total atteint 5.174.300. En dépit de la hausse du nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A, le chef de l’Etat a estimé dans un communiqué que « l’inversion de la courbe du chômage est bien amorcée » et que « la diminution durable du chômage est désormais à notre portée », provoquant les sarcasmes de l’opposition. « Je demande à François Hollande de s’adresser aux Français pour prendre acte de son échec et annoncer immédiatement un changement de politique économique », a ainsi déclaré le président de l’UMP, Jean-François Copé, dans un communiqué. Le ministre du travail, Michel Sapin, avait déclaré auparavant que « l’inversion de la courbe du chômage est bel et bien engagée en ce quatrième trimestre de 2013″. « Sur les deux premiers mois du quatrième trimestre (octobre et novembre), l’évolution est à la baisse de -1.350 en moyenne par mois », a-t-il souligné à propos des chiffres de novembre. Les évolutions enregistrées en novembre sont inverses mais avec une moindre amplitude de celles d’octobre, où le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A avait reculé de 0,6% et celui incluant les catégories B et C avait progressé de 0,8%.

 

François Hollande en Grèce pour prendre le contre-pied de Merkel

François Hollande en Grèce pour prendre le contre-pied de Merkel

Hollande va à Athènes pour soutenir la Grèce mais sans doute en même temps pour légitimer auprès de l’UE  la demande d’assouplissement de l’austérité en France également. François Hollande se rend mardi en Grèce pour adresser « un message de confiance et de soutien » à ce pays aujourd’hui convalescent après avoir échappé à une sortie de la zone euro, au prix d’une cure d’austérité budgétaire sans précédent qui l’a plongé dans la récession.  La visite du président français intervient alors que la Grèce donne des signes tangibles de redressement financier et table désormais sur un déficit public à 4,3% du PIB pour 2013, contre un objectif initial de 5,5%.Notons qu’en France le déficit 2013 sera proche de celui de la Grèce ( autour de 4% )!  Une révision qui tombe à pic avant avant l’arrivée attendue fin février des inspecteurs de la « troïka » des bailleurs de fonds (FMI-BCE-UE) chargés de contrôler la bonne tenue des comptes du pays, condition du versement des prêts internationaux.  Mais, dans le même temps, la Grèce continue de s’enfoncer dans la récession avec un taux de chômage qui a franchi la barre de 27%, et un PIB qui continue de plonger, avec une nouvelle chute prévue de 6,4% pour l’année 2012.  Dans ce contexte, François Hollande veut porter « un message de confiance et de soutien », indique l’Elysée, soulignant que depuis son arrivée au pouvoir il y a neuf mois, le président français a constamment plaidé pour le maintien de la Grèce dans la zone euro.  La France, qui participe à la « Task force » européenne chargée d’aider la Grèce à rendre son économie compétitive, propose notamment « son expertise » pour réformer ses grandes administrations jugées défaillantes, en particulier dans le domaine fiscal, judiciaire et de santé publique.  Par ailleurs, malgré la récession, le pays « reste un débouché commercial très important pour les entreprises françaises », souligne la présidence française.  Parmi elles, Bic avec son centre mondial de recherche et l’une de ses principales usines de production de rasoirs; Lafarge, avec sa plus grande cimenterie européenne; Alstom très impliqué dans le projet de métro d’Athènes, ou encore Vinci, candidate à la réalisation de nouvelles infrastructures.  La visite de M. Hollande sera, assure un diplomate français, d’une toute autre nature que celle d’Angela Merkel le 9 octobre dernier, quand 30.000 manifestants protestaient dans le centre d’Athènes contre l’orthodoxie financière prônée par Berlin, pendant que la chancelière allemande invitait les Grecs à poursuivre leurs efforts pour rester dans la zone euro. « Là on est plutôt dans l’idée concrète de favoriser les créations d’emplois, marquer de notre confiance, de trouver des partenariats économiques » souligne-t-on à l’Elysée.  Sans vouloir parler de « contre-pied » à Mme Merkel, Paris fait valoir que la République hellénique entretient avec la France des liens « très anciens », « beaucoup plus naturels et directs qu’avec l’Allemagne »  M. Hollande arrive toutefois à Athènes dans une position qui n’est pas très confortable.  D’une part, l’adoption, le 8 février à Bruxelles, d’un budget de l’UE marqué du sceau de l’austérité pour la période 2014-2020 a contrecarré son ambition d’impulser une politique européenne tournée vers la croissance et l’emploi, comme il l’avait affirmé haut et fort en juin dernier.  D’autre part, le renoncement de son gouvernement à ramener le déficit public de la France à 3% du PIB en 2013, conformément à ses engagements européens, pourrait rendre moins crédibles ses conseils de bonne gestion à la Grèce.  Au cours de son déplacement, M. Hollande sera reçu par le Premier ministre Antonis Samaras, à la tête d’une coalition gouvernementale rassemblant droite, socialistes et gauche modérée, et le président de la République Karolos Papoulias.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

Mali: François Hollande visite éclair; pourquoi ?

Mali: François Hollande visite éclair pour capitaliser

 

 

 

Pourquoi une visite aussi précipitée ? Sans doute pour capitaliser ce qui est pour l’instant un succès mais qui ne le demeurera pas nécessairement quand il faudra déloger les islamistes des montagnes ; Une victoire pratiquement sans combattre (sauf par les bombardements aériens) et ensuite un repli des forces françaises  qui ne veulent tomber dans le bourbier du terrorisme. On laissera les forces africaines terminer le travail. Il faut aller vite pour conserver son caractère victorieux de cette opération par ailleurs nécessaire. D’autant plus que la France est seule en réalité et qu’aucune grande nation n’est décidée à engager des troupes pour lutter sur le terrain contre l’islamisme au Sahel.  Faute de pouvoir remonter la pente de popularité sur les questions économiques et sociales, Hollande essaye de grignoter des points sur les aspects de société et sur l’opération Mali. Pas sût que cela change grand chose pour l’opinion essentiellement préoccupée de croissance, d’emploi et de pouvoir d’achat. Le président français François Hollande est arrivé samedi à Sévaré (centre) pour une visite de quelques heures au Mali, trois semaines après le déclenchement d’une opération militaire française destinée à déloger les groupes islamistes armés du nord du pays, a constaté un journaliste de l’AFP.  Accueilli à sa descente d’avion par le président malien par intérim Dioncounda Traoré, M. Hollande est accompagné de trois ministres, Laurent Fabius (Affaires étrangères), Jean-Yves Le Drian (Défense) et Pascal Canfin (Développement). Il devait se rendre ensuite à Tombouctou et à Bamako.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol