Archive pour le Tag 'France'

Page 3 sur 76

Coronavirus France : 472 nouveaux décès en 24 heures

Coronavirus France : 472 nouveaux décès en 24 heures

Hausse des décès et des hospitalisations. 472 malades du Covid-19 sont décédés à l’hôpital ces dernières 24 heures, selon les données publiées mardi par Santé publique France. Dans les services de réanimation, les admissions sont également à la hausse avec 472 de plus en 24 heures, soit un total de 4736 patients touchés par le Covid-19 dans ces services. 31.477 malades du Covid sont actuellement hospitalisés, avec plus de 3168 en 24 heures. 22.180 cas de Covid-19 ont été détectés en 24 heures, portant le nombre de cas confirmés à 1.829.659. Le taux de positivité des tests est de 19,6%.

 

 

Coronavirus : 40.987 morts en France

Coronavirus : 40.987 morts en France

 

La France compte ce lundi soir 40.987 morts du coronavirus. Tandis que la pandémie continue de s’étendre, les laboratoires Pfizer et Biontech annoncent un vaccin « efficace à 90% ». Plus de 50 millions de cas ont été détectés sur la planète. L’Europe est redevenue ces dernières semaines l’épicentre de la pandémie avec 12,6 millions de cas confirmés. De son côté, la Russie a enregistré un nouveau record de contaminations quotidiennes par le Covid-19 avec près de 22.000 cas.

 

Aux États-Unis, alors que le pays vient de franchir la barre des 10 millions de cas, le président élu Joe Biden a annoncé dans un discours qu’il allait créer une cellule de crise contre le coronavirus, qui devra présenter un plan de lutte contre l’épidémie à la date de son investiture.

Croissance France : une baisse « seulement « de 12 % en novembre

Croissance France : une baisse « seulement « de 12 % en novembre

Se fondant sur des résultats moins catastrophiques qu’attendus, la Banque de France tente d’insuffler un peu d’optimisme en considérant qu’au final pour l’année 2020 la baisse de croissance devrait se situer entre 9 et 10 % et non à 11 % comme l’indique le ministère de l’économie. En quelque sorte la Banque de France considère que c’est un peu moins pire que ce qu’on pouvait attendre mais quand même au-delà de ces projections précédentes. Notons que pour l’ensemble de l’Europe la baisse du PIB pourrait être de l’ordre de 7,5 % mais seulement de 5 % environ pour l’Allemagne.

La chute d’activité dans le cadre du reconfinement en France est « limitée »  à 12% en novembre par rapport au niveau normal d’avant coronavirus et l’économie française devrait se contracter de 9% à 10% sur l’ensemble de l’année, a déclaré lundi le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau.

Cette estimation est supérieure à la chute de 8,7% qu’estimait précédemment la Banque de France.

Selon la Banque de France, qui publiait lundi ses projections, la perte de PIB pour une semaine-type d’activité, par rapport au niveau normal d’avant la pandémie serait de 12% en novembre, soit davantage qu’en octobre (-4%) mais nettement moins qu’au mois d’avril (-31%), lors de la première période de confinement.

.Dans le même temps, les entreprises du secteur manufacturier devraient opérer avec une perte de seulement 7% de leur activité normale et la construction de 8%, selon la Banque de France.

Coronavirus France : 551 décès et 20.155 cas en 24 heures en France

Coronavirus France : 551 décès et 20.155 cas en 24 heures en France

Hausse du nombre de décès mais baisse du nombre de contaminés.  Lundi, 551 décès supplémentaires en 24 heures dus au coronavirus dans les hôpitaux français et de 20.155 nouveaux cas, chiffre qui était la veille de 38.619.

Le nombre de patients hospitalisés s’élève à 31.125, dont 4.690 se trouvent en réanimation, a précisé au cours d’une conférence de presse Jérôme Salomon, selon lequel le pic de l’épidémie “est devant nous” même si des “signes d’espoir” apparaissent dans les métropoles concernées par le couvre-feu instauré avant le reconfinement.

“Ce soir, nous dépassons les 1.807.479 cas et déplorons 40.987 décès”, a-t-il poursuivi, soulignant que la France arrivait au quatrième rang mondial en nombre de contaminations en raison du grand nombre de tests effectués.

“La plus grande vigilance doit absolument être maintenue (…) Partout où ont été appliquées des mesures de freinage, un ralentissement a eu lieu”, a souligné Jérôme Salomon.

Société Générale : 700 postes menacés en France

Société Générale : 700 postes menacés en France

Encore un vaste plan d’économies passant par des réductions d’effectifs à la Société Générale. En cause, notamment la réduction de la rentabilité des banques avec des taux d’intérêt presque nuls. Aussi un ralentissement économique international général qui freine les échanges de biens mais aussi mécaniquement des capitaux. Par ailleurs, les décideurs choisissent plutôt une posture attentiste dans beaucoup de domaines notamment concernant les désinvestissements. Cette réduction d’effectifs spécifiques à la Société Générale s’inscrit dans un contexte plus global de fragilité financière de certains établissements bancaires. La question va aussi se poser de savoir quelle sera la solvabilité des entreprises pour rembourser les emprunts consentis aux entreprises avant comme pendant la crise même si l’Etat apporte sa caution à certains. La baisse de l’activité générale va aussi peser lourdement sur l’emploi et sur la solvabilité des ménages engagés dans des opérations immobilières qui  pourraient aussi menacer le système bancaire.

Vendredi, la direction, a , annoncé aux organisations syndicales qu’elle projetait de supprimer entre 650 et 700 postes en France. Les activités de marché et celles des titres de bourse seront de loin les plus touchées avec environ 430 suppressions de postes. Suivront les activités de conformité (140 postes), les ressources humaines (50 postes) et la communication (20 postes). La majorité des coupes auront lieu à Paris (400 postes) et à Nantes (60 postes). Il s’agira de départs volontaires « avec un accompagnement ».

En 2019, Société générale avait déjà supprimé 1600 postes principalement dans la banque de financement et de d’investissement (BFI), qui concentre notamment les activités de marchés. Et annoncé 530 coupes dans le réseau français. Pour résumer les valeurs bancaires sont assez fragilisés en ce moment.

l’action Société générale a perdu 58% de sa valeur depuis le 1er janvier, soit bien plus que ses concurrentes BNP Paribas (-37%) ou Crédit Agricole (-42,5%) également malmenées en Bourse.

Pour réduire les coûts, Société générale qui a renoué avec les bénéfices au troisième trimestre après un premier semestre dans le rouge (perte totale de 1,6 milliard d’euros) travaille également au projet de rapprochement de son réseau avec celui du Crédit du Nord. La nouvelle entité qui naîtrait de cette fusion devrait conserver le nom Société générale. «L’absorption des banques du groupe Crédit du Nord, et les futurs doublons que cela va créer aussi bien dans le réseau d’agences que les services supports génèrent encore plus de craintes et est vraiment anxiogène pour nos collègues», avance le syndicat SNB CFE-CGC.

Coronavirus France : 40.000 morts

Coronaavirus France : 40.000 morts

La France a dépassé samedi la barre des 40.000 décès liés au Covid-19 officiellement recensés depuis le début de l’épidémie, selon des données publiées samedi par l’agence sanitaire Santé publique France (SpF). D’après ces données, 306 décès supplémentaires ont été recensés dans les hôpitaux ces dernières 24h, portant le bilan total à 40.169 morts.

Aimer la France ou partir !

Aimer la France ou partir !

Un récent sondage de l’IFOP pour CNews  montre que les Français  se positionnent clairement contre le communautarisme et encore davantage contre le séparatisme. Mieux,  ils souhaitent pour 80 et 90 % d’entre eux l’expulsion des étrangers radicaux et la déchéance de nationalité pour les binationaux délinquants. C’est énorme majorité  offre donc un choix : aimer la France ou partir. L’opinion ne tolère plus évidemment les actes délictueux, encore moins criminels et barbares de la part de communautés ou d’individus qui refusent  les lois de la république tout autant que les fondements de la civilisation française. La question n’est pas seulement religieuse elle est aussi civilationnelle.  Non seulement quand on vient en France comme dans n’importe quel autre pays il convient de se conformer à l’environnement légal mais en plus il importe d’adhérer à ce qui fait l’essence même de la civilisation : sa culture et ses traditions. Les étrangers venus en France sauf exception ( les harkis par exemple) n’ont pas été contraints de choisir ce pays. Ils auraient pu tout aussi bien choisir des pays dont la religion et la civilisation sont plus proches de leurs convictions. En venant en France, ils doivent en accepter les avantages,  et les contraintes. On objectera que parmi les contestataires se trouvent certaines populations de nationalités devenue françaises. Or justement, c’est le point nouveau dans l’évolution de l’opinion publique, ceux-là  aussi qui bénéficient de la double nationalité doivent  choisir : aimer la France ou partir.

«Aimer la France, vouloir la République» – ( Cyril Benoit)

«Aimer la France, vouloir la République» – ( Cyril Benoit)

 

Une tribune de Cyril Benoit , Président de Vouloir la République, dans l’opinion

Les terroristes islamistes sont en guerre contre notre conception du monde, de la vie, des relations humaines. En France, comme ailleurs, ils se logent dans le vide laissé par la conscience affaiblie qu’un peuple a de lui-même, et partout où l’État et ses valeurs, les moyens de la solidarité, ont déserté. Ils veulent soumettre. Il était temps de regarder en face cette prise de contrôle rampante de la République.

Contre tout terrorisme, quel qu’il soit, il faut évidemment une réponse sécuritaire impitoyable. Mais face à la barbarie islamiste, c’est encore trop faible. Et ceux qui pensent rendre compte de la situation par un concept, comme celui de « séparatisme » qui paraît bien délicat pour les actes d’anéantissement perpétrés, ou répondre par un assaut de rhétorique martiale devant les caméras, ou même des lois d’exception, ne comprennent pas. La réponse substantielle exige des efforts acharnés et longs, pour supprimer les effets de trente années de complaisance et de fautes politiques. Elle exige de vouloir la République puissamment, constamment, sans douter de nous-mêmes.

 

La force première de la République, c’est l’école. Plus un enfant passe de temps à l’école, plus elle l’émancipe. La connaissance est une arme de construction massive. Elle libère. Tragiquement, une vision comptable, sans âme, a prétendu rationaliser l’école. Techno-libéraux comme socio-démocrates ont taillé dans le muscle premier de notre République, son cœur battant. Ainsi, ils ont laissé à d’autres la possibilité de détourner le sens de notre histoire. C’est tout le contraire qu’il aurait fallu faire. L’école, les enseignants doivent retrouver le respect, la considération, tous les moyens et une rémunération que justifient leur rôle. Je propose que soit organisée une convention nationale de l’école. Il ne s’agira pas d’un sondage de plus, d’une consultation fabriquée puis oubliée, mais d’une remontée sans filtre, établissement par établissement, pour que tous les acteurs de l’éducation témoignent de la vérité de la situation, et disent leurs solutions. A nous de les entendre pour leur donner, sans arguties ni mesquinerie, ce dont ils diront avoir besoin.

«Depuis la Révolution française, notre projet national repose sur le dessein d’émanciper les êtres de leur condition, et de combattre les tyrannies politico-religieuses qui encagent les peuples»

Service national universel. La deuxième force de la République, c’est la mobilisation de tous. Je propose d’instaurer un nouveau service national. Il s’agira de consacrer six mois à servir la nation. Universel, obligatoire, il concernera, sans dérogation, tous les jeunes français, femmes et hommes en tant qu’égaux. Le service national sera encadré par l’armée, institution d’ordre respectée de tous, pour que ces jeunes français vivent, mangent, travaillent ensemble, indépendamment de leur religion, de leur orientation sexuelle, de leur milieu social. Ces six mois seront consacrés, tour à tour, à trois piliers de notre République indivisible, laïque, démocratique et sociale : l’éducation, la protection et le soin, l’environnement. Nous construirons ainsi, une citoyenneté concrète, palpable, incontournable, qui fortifiera le travail de l’école. Nous contribuerons à relier les iles dispersées de l’archipel français, et refaire nation.

Fierté et volonté. La troisième force de la République, c’est la fierté. Depuis la Révolution française, notre projet national repose sur le dessein d’émanciper les êtres de leur condition, et de combattre les tyrannies politico-religieuses qui encagent les peuples. Il est impensable de continuer à faire ami-ami, pour des raisons mercantiles, avec des régimes qui haïssent ce dessein, et qu’ils laissent insidieusement attaquer pour que le monde revienne en arrière. Notre devoir est de rester Français. Aujourd’hui plus que jamais, on ne peut aimer la France sans vouloir la République.

Cyril Benoit est Président de Vouloir la République

Menaces contre des chinois en France

Menaces contre des chinois en France

 

Dans toutes situations conflictuelles il faut souvent des boucs émissaires. Cette fois ce sont les Chinois de France qui en font les frais après des appels à la violence lancée contre cette communauté. Le parquet de Paris a donc ouvert une enquête après des appels à la violence diffusés ces derniers jours sur Twitter contre la communauté asiatique pour « provocation publique à commettre une atteinte à l’intégrité physique d’une personne à caractère raciste ». 

Mercredi 28 octobre, l’Association des jeunes chinois de France (AJCF) a révélé sur Facebook qu’un appel à « agresser chaque Chinois » dans plusieurs départements d’Île-de-France (Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne et Val-d’Oise) circulait sur les réseaux sociaux. Selon l’association, un jeune chinois aurait été agressé le lendemain.

La communauté asiatique est accusée par certains d’être à l’origine de la propagation du coronavirus mais on constate dans plusieurs départements notamment cités des situations conflictuelles entre les Chinois et certaines autres communautés d’origine étrangère.

Dissolution des loups gris turcs en France : Erdogan menace !

Dissolution des loups gris turcs en France : Erdogan menace !

 

Le groupe extrémiste appelé les loups gris qui représentent les radicaux turcs très proches Erdogan doit être dissous d’après l’annonce de ministre de l’intérieur. Un groupe qui participe à des mouvements violents et formes des milices armées en France. Le pire c’est que la Turquie considère cette dissolution comme une provocation.

 

Inutile de préciser que la Turquie ne prend pas de gants pour supprimer les organisations et les religions non conformes aux souhaits du gouvernement. N’est d’ailleurs pas possible à d’autres religions que l’islam de s’implanter en Turquie d’une manière ou d’une autre. En appeler à la provocation de la part de la relève évidemment du ridicule le plus total en même temps que la méconnaissance du droit. La Turquie a prévenu, mercredi 4 novembre, qu’elle allait donc riposter à la dissolution par la France de l’organisation ultranationaliste turque des Loups gris, qualifiant cette décision de « provocation »« Nous soulignons qu’il est nécessaire de protéger la liberté d’expression et de réunion des Turcs de France (…) et que nous répliquerons de la plus ferme des manières à cette décision », a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères.

Coronavirus France : 58 046 contaminés en 24 heures, encore un nouveau record

Coronavirus France : 58 046 contaminés en 24 heures, encore un nouveau record

“58.046 personnes contaminées en France soit un nouveau record; Le précédent record quotidien de contaminations était de 52.518 lundi.

Les hôpitaux restent confrontés à un afflux de patients atteints par le Covid-19 malgré l’instauration la semaine dernière d’un nouveau confinement en France, quoique moins strict qu’au printemps.

Il y a ce jeudi 28.426 malades du Covid-19 dans les hôpitaux français, dont 4.230 dans les services de réanimation, soit respectivement 892 et 141 de plus que la veille, montrent les données publiées par les autorités sanitaires.

Si le confinement est bien respecté, un pic de 6.000 patients en réanimation devrait être atteint à la mi-novembre, a dit le ministre de la Santé, Olivier Véran, au cours d’une conférence de presse.

La France couvrira les coûts du reconfinement par des bons du Trésor !

La France couvrira les coûts du reconfinement par des bons du Trésor !

Curieux cette information du ministère des finances qui indique que les coûts supplémentaires entraînés à la crise sanitaire vont être financés par des bons du Trésor. Des dépenses supplémentaires qu’on évolue à 20 milliards d’euros. Or les bons du Trésor constituent des sortes d’emprunts à court terme d’une durée maximale d’un an qui sont mal adaptés à des coûts qui ne pourront s’amortir que sur des années. En clair, il  faudra d’autres modes de financement comme les obligations classiques pour rembourser les bons du Trésor qui ne constituent qu’une facilité de trésorerie. Le gouvernement français absorbera la pression supplémentaire que le reconfinement va exercer sur le budget 2020 par l’émission de bons du Trésor, a-t-on donc appris mardi de sources au sein du ministère des Finances.

Ce second confinement, décidé pour amortir la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus, est entré en vigueur vendredi dernier et doit rester d’actualité au moins jusqu’à début décembre.

Il va entraîner au moins 20 milliards d’euros de dépenses supplémentaires pour l’Etat qui figureront dans le projet de loi de finances rectificatives présenté mercredi en conseil des ministres (le quatrième depuis le début de l’année).

A Bercy, on indique on indique d’ailleurs que des émissions obligataires compléteront l’addition.

“Sur les montant, les émissions de titres à moyen et long terme net de rachats devraient rester inchangées à 260 milliards d’euros. Les ajustements nécessaires se feront sur les autres moyens de financements, notamment à court terme”, dit-on à Bercy.

Le ministère des Finances s’attend désormais pour l’année en cours à un déficit budgétaire record à 11,3% du PIB et à une contraction de l’économie de 11%.

Coronavirus France : 36.330 contaminations en 24 heures

Coronavirus France : 36.330 contaminations en 24 heures

36.330 contaminations supplémentaires au coronavirus en 24 heures mardi, contre 52.518 la veille. Le nombre de nouveaux décès s’élève à 854, un bilan qui prend à la fois en compte l’augmentation sur 24 heures des décès en milieu hospitalier (+426) et la mortalité dans les Ehpad (+428), actualisée deux fois par semaine, les mardis et vendredis.

On compte par ailleurs 3.878 patients atteints du Covid-19 en réanimation, soit 148 lits occupés de plus que la veille et un chiffre équivalent à celui observé le 1er mai dernier.

Le nombre total de personnes hospitalisées s’établit lui à 26.265 malades, 1.122 de plus en 24 heures, et retrouve un niveau qui n’avait plus été atteint depuis la fin du mois d’avril. C’est près de six fois plus que les chiffres d’hospitalisation les plus bas observés fin août.

Terrorisme: Pourquoi la France est-elle une cible facile ?

Terrorisme: Pourquoi la France est-elle une cible facile ?

 

Il y a sans doute plusieurs facteurs explicatifs pour comprendre pourquoi certains pays islamiques ont pris la France comme cible. Certains expliquent que la France est en pointe en matière de démocratie dans le monde et que cette démocratie vient contrarier l’idéologie autoritaire islamiste en vigueur dans nombre de pays musulmans.

 

D’autres pays ne sont pas moins démocratiques. Si la France constitue une des cibles principales du terrorisme islamiste, c’est surtout en raison du décalage entre son discours et son action. En clair, la France est d’une faiblesse coupable. En effet, Macron,  lui aussi pour redorer son image au plan intérieur, ne cesse d’être en pointe sur les questions internationales sur lesquels en réalité il a peu de prise.

 

Ainsi on voit bien aujourd’hui l’impossible position dans laquelle se trouve la force barkhane  au Mali où le pouvoir militaire actuel négocie avec les terroristes dans le dos de la France. Même faiblesse en Libye, en Syrie ou face aux Turcs. En Libye comme en Syrie,  la France a été mise hors jeu. Au Liban, Macron a voulu imposer son plan de redressement du pays avec la mise à l’écart de la classe politique. Un échec total aussi puisque le nouveau premier ministre est un cheval de retour.

 

En Europe, Macron se considère comme le leader politique mais dans les faits il n’obtient strictement rien car c’est évidemment l’Allemagne et Merkel qui discrètement décident des principales orientations. La France parle mais l’Allemagne agit par exemple à propos du conflit entre la Turquie et la Grèce en Méditerranée ou encore sur le brexit.  

 

La vérité, c’est que la France est faible, que son président est faible et que la politique française se résume à des bavardages médiatiques sans effet géopolitiques positifs . La politique de sécurité intérieure est indigente ,elle permet en même temps le développement de l’islamisme et de l’économie de drogue.

 

La politique étrangère est tout aussi inconsistante puisqu’on est incapable de fermer les frontières ou d’imposer des sanctions économiques à ceux qui nous attaquent. La responsabilité en incombe à toute une classe politique depuis 30 ou 40 ans mais Macron porte une responsabilité particulière avec son verbe haut que contredit la faiblesse de son action voire sa couardise. Un seul exemple, ce service national qui devait être rétabli qui en définitive n’est pas obligatoire, pas militaire, pas même utile alors qu’il devait concerner une grande partie de la jeunesse justement pour permettre me brassage démocratie et l’appropriation des valeurs républicaines.

 

La mollesse de Macron dans tous les domaines ( économique, social, sécuritaire, sanitaire ou encore environnemental- voir à cet égard la comédie de la convention dite citoyenne)  constitue une véritable catastrophe pour le pays radicaux islamistes  qui se font un plaisir de marcher sur ce ventre mou.

Le mouvement en France des Loups Gris d’Erdogan sera intredit

Le mouvement en France des Loups Gris d’Erdogan sera intredit

Le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le mouvement proche d’Erdogan appelés les loups gris qui intervient de manière criminelle en France.

Le groupuscule des Loups Gris a été notamment pointé du doigt après des incidents ayant opposé la semaine dernière communautés turque et arménienne à Décines-Charpieu, près de Lyon.

Mercredi soir, des forces de l’ordre étaient intervenues dans cette ville, haut-lieu de la diaspora arménienne, pour empêcher 250 membres de la communauté turque – verbalisés finalement pour non-respect du couvre-feu – d’en «découdre» avec les Arméniens.

Le même jour, dans la matinée, une rixe avait opposé ces deux communautés sur l’autoroute A7, au niveau du péage de Vienne, faisant quatre blessés, dont un grave.

Croissance France : le FMI souhaite des mesures budgétaires supplémentaires

Croissance France : le FMI souhaite des mesures budgétaires supplémentaires

 

Les informations fournies par le fonds monétaire international n’apportent pas d’éléments vraiment nouveaux concernant la situation économique française. L’objet n’est sans doute pas là. Il s’agit en réalité d’encourager le pays à des mesures budgétaires supplémentaires pour amortir le choc de la seconde vague de la crise sanitaire qui risque d’entraîner des dégâts beaucoup plus importants que prévu. ( la France fait un effort financier de 4 à 5% du PIB et l’Allemagne de près de 10% comme les Etats-Unis).

Le Fonds monétaire international (FMI) confirme que l’activité économique devrait reculer d’environ 10% pour l’ensemble de l’année 2020 en France et prévoit une reprise partielle de l’ordre de 5%-6% en 2021, en notant que celle-ci “dépendra de l’évolution de la pandémie et des mesures d’endiguement associées”.

Le FMI, dans une note consécutive à une mission sur la France, estime, face à la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus, que “des mesures de relance budgétaire supplémentaires, temporaires et bien ciblées, pourraient se révéler nécessaires en France en fonction de l’évolution de la situation”.

Les autorités françaises, continue le FMI, “doivent élaborer dès maintenant un plan crédible et ambitieux de rééquilibrage des finances publiques à moyen terme et le mettre en œuvre seulement une fois la reprise économique bien engagée”.

Coronavirus France : encore un record avec 52.518 contaminations 24 heures

Coronavirus France : encore un record avec 52.518 contaminations 24 heures

Nouveau record en France avec 52.518 cas diagnostiqués en 24 heures, selon les données fournies par les autorités sanitaires.

Le précédent record de 52.010 contaminations remontait au 25 octobre.

Le nombre de nouveaux décès dans les hôpitaux s’élève à 416 au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le bilan de l’épidémie à 37.435 morts.

La France compte désormais 3.730 patients atteints du Covid-19 en réanimation, soit 152 lits occupés de plus que la veille. Le nombre total de personnes hospitalisées s’établit à 25.143.

« Pour une entreprise responsable » ( Karien van Gennip, CEO d’ING France)

« Pour une entreprise responsable » ( Karien van Gennip, CEO d’ING France)

 

Karien van Gennip est CEO d’ING France, ancienne vice-présidente de l’ICC (International Chamber of Commerce) et ancienne ministre du Commerce extérieur des Pays-Bas milite pour une entreprise responsable et un équilibre entre relocalisation et mondialisation (chronique dans l’Opinion)

 

 

« Nous avons longtemps pris la paix et la prospérité comme acquis. Nous avions des certitudes et nous sentions invulnérables. Il y a bien eu de graves alertes : le changement climatique, la polarisation politique, les migrations, le creusement des inégalités. Mais aucune de l’ampleur de la crise actuelle qui nous amène à reconsidérer notre modèle en profondeur et à penser « le monde d’après ». Celui-ci doit reposer sur un contrat social qui répond à de nouvelles questions :

- Comment concilier relocalisation et mondialisation ? Nos habitudes doivent changer et le temps où nous prenions l’avion pour aller à Barcelone un week-end semble déjà lointain. Le confinement a mis en lumière la nécessité de relocaliser certaines productions, à l’instar des équipements médicaux. Mais en tant qu’ancienne ministre du Commerce extérieur des Pays-Bas, je suis intimement convaincue que nous ne devons pas abandonner l’idée d’un monde ouvert, qui est porteur de stabilité, d’ouverture d’esprit de croissance économique et d’innovation.

- Comment concilier objectifs économiques et environnementaux ? La crise du Covid-19 représente une occasion unique de bâtir une économie sur des fondements plus sains, agiles et durables. On entend certains dire « nous n’avons pas d’argent pour financer une approche durable, il s’agit aujourd’hui de survivre ». Ils ont tort. La durabilité est la réponse à la crise.

- Comment éviter que la distanciation sociale ne crée de la distance sociale ? L’accès à l’éducation et à la santé pour tous sont les piliers de nos sociétés européennes. Nous n’hypothéquons pas notre logement lorsque nos parents tombent malades et nous ne débutons pas notre carrière avec une dette étudiante écrasante. Quelle que soit l’intensité de la crise qui frappe l’Europe, c’est un modèle à préserver pour garantir la stabilité et permettre une réelle mobilité sociale.

- Comment inventer le « Future of work » ? En termes de digitalisation, les derniers mois se sont apparentés à un bond en avant de 10 ans. Ce contexte doit permettre de réinventer nos modèles d’entreprises, de repenser le rôle du travail, d’être plus agiles face aux changements extérieurs et de mieux répondre aux attentes de nos employés et de nos clients.

Ces questions sont essentielles car nos enfants nous les poseront. Notre génération sera jugée à l’aune de ses décisions actuelles. Et nous avons plus que jamais besoin d’une véritable coopération : entre Etats et entreprises, entre entreprises elles-mêmes et avec l’ensemble des organisations pour trouver une nouvelle voie. Aux débuts de la crise, l’Etat français a joué son rôle en flexibilisant par ordonnance le travail et en apportant un soutien financier aux entreprises en difficulté. Désormais la question n’est pas tant ce que les entreprises peuvent attendre de l’Etat, mais bien ce qu’elles peuvent faire proactivement elles-mêmes pour assumer leurs responsabilités vis-à-vis de la société. Beaucoup appellent de leurs vœux le retour d’un « Etat stratège ». Je pense que nous avons avant tout besoin d’un « Etat responsable » et d’ « entreprises responsables », avec un dialogue renforcé pour affermir les principes fondateurs du monde d’après :

- La durabilité. La relance économique ne peut passer que par une croissante « verte ». Il ne peut y avoir aucun compromis sur ce point. Les entreprises doivent prendre l’initiative, comme le fait par exemple ING avec ses Sustainable Improvement Loans, des prêts dont le taux est indexé sur les performances en matière de développement durable. De son côté, l’Etat pourrait utiliser le levier du PGE pour accompagner cette transition.

- L’inclusion et l’égalité des chances. L’inclusion réelle est un des enjeux cruciaux de notre époque : où en sommes-nous ? Au rythme actuel, il faudrait plus de 250 ans pour combler le fossé existant entre les genres en matière d’opportunités économiques. La situation est encore plus préoccupante concernant le handicap ou la diversité ethnique, religieuse, LGBTQ+, etc. Soyons transparents et regardons la réalité en face. Pourquoi ne pas imaginer un équivalent d’index Pénicaud qui couvrirait toutes les formes de diversité ?

- La responsabilité financière. Les entreprises doivent bien entendu réaliser des profits et les réinvestir dans l’innovation, l’emploi, la formation, l’expérience client etc. Il est tout aussi important qu’elles payent leurs impôts et contribuent ainsi à la reprise. En tant que contribuables, nous pouvons exiger de l’Etat une gestion saine et efficace de l’argent public et la fourniture de services publics indispensables (éducation, santé, sécurité etc.).

- La responsabilité sociétale. Il est temps pour les entreprises de redéfinir leur raison d’être. Ce processus implique une réflexion honnête avec nos collègues, nos clients et les différentes parties prenantes, et ne peut être imposé par le haut. De cette raison d’être découle la définition de notre valeur ajoutée et de notre rôle en tant qu’acteur responsable de notre société.

Nous avons longtemps prétendu être trop occupés pour nous affranchir des schémas établis. Avec la crise, nous avons l’opportunité et le devoir de repenser notre contrat social. A l’obligation de moyens et de vision s’ajoute une obligation de résultat et de transparence. N’attendons pas que l’Etat donne des directives pour établir des règles du jeu équitables : saisissons aujourd’hui l’opportunité qui nous est présentée d’assumer ensemble nos responsabilités. »

Karien van Gennip est CEO d’ING France. Elle est l’ancienne vice-Présidente de l’ICC (International Chamber of Commerce) et ancienne ministre du Commerce extérieur des Pays-Bas. Elle intervient lors de la session «  L’État aux commandes de l’économie  » des Rencontres économiques d’Aix-en-seine

Covid 19 France : haut niveau, encore 46.290 nouveaux cas en 24 heures

 Covid 19 France : haut  niveau, encore  46.290 nouveaux cas en 24 heures

 

46.290 nouveaux cas de contamination au coronavirus en 24 heures, montrent les chiffres publiés par l’agence Santé Publique France.

Ce nombre quotidien atteint encore un haut ; le  niveau de nouveaux cas avait atteint un nombre de contaminés sans précédent dimanche dernier à 52.010 et s’élevait à 35.641 vendredi.

Le bilan de l’épidémie s’établit à 37.019 morts, soit 231 de plus que samedi, selon les données fournies par SPF.

« Rien ne justifie le boycott de la France »

« Rien ne justifie le boycott de la France »

Le modèle français respecte l’universalité des valeurs sans opposer les communautés les unes aux autres. Aussi, personne ne peut dire raisonnablement que ce pays maltraite l’islam, affirme, dans une tribune au « Monde », un collectif d’intellectuels musulmans parmi lesquels Sadek Beloucif, Chems-eddine Hafiz et Eva Janadin.

Tribune. Le récent appel d’entités de certains pays à boycotter les produits français est incompréhensible, choquant et injuste. Il représente un processus d’exclusion réalisant précisément le travers qu’il est supposé combattre. Qui pourrait raisonnablement dire que la France maltraite ses citoyens de confession musulmane ? Personne, hormis peut-être ceux qui voudraient instiller des germes de discorde au sein de la communauté nationale française.

Plus que jamais la concorde et l’union doivent prévaloir au sein de la communauté nationale française victime actuellement d’une série d’attentats innommables qui nous endeuillent tous. Nous, musulmans de France et d’autres pays méditerranéens, appelons au calme et à la raison.

Il y a deux sujets. D’une part, l’émotion suscitée par les caricatures du Prophète et les déclarations des autorités françaises sur ce sujet. D’autre part, les commentaires du président Emmanuel Macron dans un discours récent sur le séparatisme. Prenons-les un par un.

Les caricatures du Prophète. Les auteurs des appels au boycott critiquent les caricatures du Prophète, les trouvant blasphématoires et dégradantes. Nous-mêmes, qui écrivons et signons ce texte, les trouvons vulgaires et choquantes. Mais, en France, le blasphème n’est pas un délit. Il peut donc être critiqué, mais pas interdit. Depuis la Révolution de 1789, la liberté d’expression est protégée, comme le rappelle l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme. Des limites sont clairement énoncées par la loi, ne permettant ni d’injurier ni d’inciter à la haine comme le racisme. De fait, tout citoyen est libre de faire appel à la justice s’il estime que ces limites sont franchies, non pas au nom du droit au blasphème, mais au nom du respect de la dignité humaine, et ce quelle que soit la religion concernée, catholique, protestante, juive ou musulmane. Mais rien, en tout état de cause, ne permet d’utiliser la violence, ni dans la loi française ni dans l’islam.

12345...76



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol