Archive pour le Tag 'France'

Page 3 sur 183

France: La révolte du pain ?

France: La révolte du pain ?

Ce n’est pas la première fois que la question du prix du pain serait à l’origine d’un mouvement social en France notamment. La révolution française elle-même trouve des racines dans la crise du prix du pain.

Le gouvernement prend subitement conscience des hausses tout à fait exceptionnelles de l’énergie pour les boulangers, des hausses multipliées par six à huit.Et qui menacent l’existence de la moitié de la profession. Un bouclier tarifaire a été mis en place mais il est jugé trop complexe et trop peu efficace par la profession. Aussi le gouvernement vient d’autoriser que le paiement des impôts des boulangers soit différé.

Une conséquence directe de la libéralisation du secteur de l’électricité qui a permis à des intermédiaires qui ne produisent et ne distribuent rien d’engranger d’immenses bénéfices du fait de la corrélation entre le prix de l’électricité et du gaz.

L’une des conséquences de cette situation sera d’augmenter de façon assez importante le prix du pain mais en même temps de déplacer le mécontentement vers les consommateurs déjà affectés par une inflation générale

La cheffe du gouvernement souhaite que les petits commerçants, confrontés pour certains à une explosion de leur facture d’énergie depuis le déclenchement de l’offensive militaire russe en Ukraine en février, puissent étaler son paiement sur plusieurs mois. Ce qui nécessite un geste de la part des fournisseurs d’énergie. Ces derniers, qui sont convoqués, ce mardi à 14h30 au ministère de l’Economie, ont d’ailleurs été pointés du doigt par Elisabeth Borne.

« Aujourd’hui, les fournisseurs n’aident pas suffisamment les boulangers et les PME. Je leur demande de faire plus, mieux, et tout de suite », a également insisté le ministre de l’Economie Bruno Le Maire à l’issue d’une réunion à Bercy avec les représentants du secteur de la boulangerie. « Je suis navré de constater que les engagements qui ont été pris » dans une charte signée en octobre par les énergéticiens « ne sont pas respectés, » a déploré le numéro 2 du gouvernement, menaçant de nommer les entreprises fautives si elles ne s’engageaient pas à corriger leur comportement dès la réunion prévue dans l’après-midi.

Si les énergéticiens ne rentrent pas dans le rang, « on peut toujours prélever davantage sur les fournisseurs d’énergie que ce que nous faisons aujourd’hui », a menacé Bruno Le Maire après des mois de débats enflammés autour de sup. Dans le budget pour 2023, le gouvernement a, en effet, mis en place un mécanisme qui doit lui permettre de collecter une partie de la « rente » des énergéticiens et lui rapporter, selon ses estimations, 11 milliards d’euros.

Le gouvernement a également appelé les préfectures à étudier les dossiers de boulangeries fragilisées par la crise de l’énergie « au cas par cas ». « Au global, on prend en charge avec ces différentes aides de l’ordre de 40% de la facture d’électricité », a rappelé Elisabeth Borne en admettant que les aides disponibles ne sont « pas suffisamment connues » des entreprises.

Covid France 4 jnvier 2023: 163 morts et +22.916 cas supplémentaires en 24h

Covid France 4 jnvier 2023: 163 morts et +22.916 cas supplémentaires en 24h.

En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de Covid-19, fait état d’au moins 1.328.216 cas confirmés soit +22.916 en 24h.

On recense ce mardi 3 janvier 2023 : 163 morts et +22.916 soit 162.377 morts au total, +22.916 cas supplémentaires en 24h soit 1.328.216 cas au total.

Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.507 (+1) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 132.870 (+162 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 0,58 le taux d’incidence à 211,18 et la tension hospitalière à 28,0 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.

La France compte actuellement 23.516 (-559) personnes hospitalisées et 1.416 (-49) malades en réanimation.


Bilan des régions:

Ile-de-France : 5.618 (-91) hospitalisées, 377 (-4) en réanimation et +15 décès en 24h
Grand Est : 2.062 (-19) hospitalisés, 129 (+1) en réanimation et +18 décès en 24h
Hauts de France : 2.396 (-48) hospitalisés, 134 (-3) en réanimation et +8 décès en 24h
Auvergne Rhône Alpes : 2.496 (-114) hospitalisés, 139 (-9) en réanimation et +22 décès en 24h
Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.256 (-78) hospitalisé, 120 (-11) en réanimation et +24 décès en 24h
Bretagne: 926 (+29) hospitalisés, 63 (+5) en réanimation et +7 décès en 24h
Normandie : 1.105 (-4) hospitalisés, 40 (+2) en réanimation et +4 décès en 24h
Nouvelle-Aquitaine : 1.763 (-78) hospitalisés, 129 (-7) en réanimation et +16 décès en 24h
Pays de la Loire : 605 (-65) hospitalisés, 37 (-10) en réanimation et +12 décès en 24h
Occitanie: 1.877 (-63) hospitalisés, , 128 (-12) en réanimation et +21 décès en 24h
Centre-Val de Loire : 1.027 (-25) hospitalisés, 50 (+1) en réanimation et +4 décès en 24h
Bourgogne-Franche-Comté : 1.051 (+3) hospitalisés, 53 (-3) en réanimation et +9 décès en 24h

Covid France : les biologistes en grève !

Covid France : les biologistes en grève !


Alors que le Covid explose en Chine, les biologistes ont décidé de ne plus fournir de statistiques en France !Les mouvements corporatistes pourraient bien se développer dans le pays. On l’a vu par exemple avec la surprenante grève des contrôleurs de la SNCF qui a pénalisé évidemment davantage les usagers que le gouvernement et contribuant ainsi à porter un discrédit à la SNCF qui n’en pourtant pas besoin. Il y a aussi en ce moment l’action des médecins libéraux. Vient de s’y ajouter la menace des laboratoires de biologie non seulement de ne plus fournir des statistiques concernant la Covid mais en plus de ne plus pratiquer l’acte de contrôle de la pandémie.

Une prise de position qui ressemble aussi de près à une mise en otage de la population

Les laboratoires de biologie ne feront plus remonter à partir du 2 janvier les résultats des tests Covid qui permettent au gouvernement de suivre l’évolution de l’épidémie, ont indiqué samedi leurs syndicats dans un communiqué à l’AFP. «Les patients pourront continuer à se faire tester dans les laboratoires mais le gouvernement ne recevra aucune remontée de données» dans le fichier national, précisent-ils.

«Si cela ne suffit pas, nous envisageons une nouvelle grève nationale sur plusieurs jours et l’arrêt total des actes Covid pour une durée indéterminée. Nous aimerions ne pas en arriver là pour l’accès aux soins de nos patients, (c’est) désormais au gouvernement de prendre ses responsabilités et de ne pas prendre la population en otage», affirment-ils. En cause la rémunération des futurs actes en lien avec les profits réalisés au plus fort de la pandémie

Covid France 3 janvier 2023 : +172 morts supplémentaires en 24h

Covid France 3 janvier 2023 : +172 morts supplémentaires en 24h soit 162.214 morts au total et +2.246 nouveaux cas confirmés en 24h., soit au total 1.358.208 cas confirmés

. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.506 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 132.708 (+172 en 24h).
Le taux de reproductivité R est de 0,79 le taux d’incidence à 226,48 et la tension hospitalière à 29,0 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.
La France compte actuellement 24.075 (-82) personnes hospitalisées et 1.465 (-12) malades en réanimation.

• Bilan des régions:

• Ile de-France : 5.709 (-5) hospitalisées, 381 (-10) en réanimation et +24 décès en 24h
• Grand Est : 2.081 (-49) hospitalisés, 128 (-2) en réanimation et +16 décès en 24h
• Hauts de France : 2.444 (+24) hospitalisés, 137 (-7) en réanimation et +26 décès en 24h
• Auvergne Rhône Alpes : 2.610 (-34) hospitalisés, 148 (-4) en réanimation et +21 décès en 24h
• Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.334 (+7) hospitalisé, 131 (-6) en réanimation et +12 décès en 24h
• Bretagne: 897 (+10) hospitalisés, 58 (+1) en réanimation et +16 décès en 24h
• Normandie : 1.109 (+5) hospitalisés, 38 (+4) en réanimation et +4 décès en 24h
• Nouvelle-Aquitaine : 1.841 (0) hospitalisés, 136 (+4) en réanimation et +16 décès en 24h
• Pays de la Loire : 670 (-23) hospitalisés, 47 (-2) en réanimation et +6 décès en 24h
• Occitanie: 1.940 (-7) hospitalisés, , 140 (+1) en réanimation et +18 décès en 24h
• Centre-Val de Loire : 1.052 (+12) hospitalisés, 49 (+6) en réanimation et +7 décès en 24h
• Bourgogne-Franche-Comté : 1.048 (-10) hospitalisés, 56 (+1) en réanimation et +6 décès en 24h

Covid France : les biologistes ne veulent plus fournir de statistiques

Covid France : les biologistes ne veulent plus fournir de statistiques


Alors que le Covid explose en Chine, les biologistes ont décidé de ne plus fournir de statistiques en France !Les mouvements corporatistes pourraient bien se développer dans le pays. On l’a vu par exemple avec la surprenante grève des contrôleurs de la SNCF qui a pénalisé évidemment davantage les usagers que le gouvernement et contribuant ainsi à porter un discrédit à la SNCF qui n’en pourtant pas besoin. Il y a aussi en ce moment l’action des médecins libéraux. Vient de s’y ajouter la menace des laboratoires de biologie non seulement de ne plus fournir des statistiques concernant la Covid mais en plus de ne plus pratiquer l’acte de contrôle de la pandémie.

Une prise de position qui ressemble aussi de près à une mise en otage de la population

Les laboratoires de biologie ne feront plus remonter à partir du 2 janvier les résultats des tests Covid qui permettent au gouvernement de suivre l’évolution de l’épidémie, ont indiqué samedi leurs syndicats dans un communiqué à l’AFP. «Les patients pourront continuer à se faire tester dans les laboratoires mais le gouvernement ne recevra aucune remontée de données» dans le fichier national, précisent-ils.

«Si cela ne suffit pas, nous envisageons une nouvelle grève nationale sur plusieurs jours et l’arrêt total des actes Covid pour une durée indéterminée. Nous aimerions ne pas en arriver là pour l’accès aux soins de nos patients, (c’est) désormais au gouvernement de prendre ses responsabilités et de ne pas prendre la population en otage», affirment-ils. En cause la rémunération des futurs actes en lien avec les profits réalisés au plus fort de la pandémie
:

Covid France : les biologistes menacent de ne plus opérer les contrôles

Covid France : les biologistes menacent de ne plus opérer les contrôles


Les mouvements corporatistes pourraient bien se développer dans le pays. On l’a vu par exemple avec la surprenante grève des contrôleurs de la SNCF qui a pénalisé évidemment davantage les usagers que le gouvernement et contribuant ainsi à porter un discrédit à la SNCF qui n’en avait pas besoin. Il y a aussi en ce moment l’action des médecins libéraux. Vient de s’y ajouter la menace des laboratoires de biologie non seulement de ne plus fournir des statistiques concernant la Covid mais en plus de ne plus pratiquer l’acte de contrôle de la pandémie.

Une prise de position qui ressemble aussi de près à une mise en otage de la population

Les laboratoires de biologie ne feront plus remonter à partir du 2 janvier les résultats des tests Covid qui permettent au gouvernement de suivre l’évolution de l’épidémie, ont indiqué samedi leurs syndicats dans un communiqué à l’AFP. «Les patients pourront continuer à se faire tester dans les laboratoires mais le gouvernement ne recevra aucune remontée de données» dans le fichier national, précisent-ils.

«Si cela ne suffit pas, nous envisageons une nouvelle grève nationale sur plusieurs jours et l’arrêt total des actes Covid pour une durée indéterminée. Nous aimerions ne pas en arriver là pour l’accès aux soins de nos patients, (c’est) désormais au gouvernement de prendre ses responsabilités et de ne pas prendre la population en otage», affirment-ils. En cause la rémunération des futurs actes en lien avec les profits réalisés au plus fort de la pandémie
:

>Covid France 30 décembre 2022 : tendance à la baisse avec 24.436 nouveaux cas supplémentaires en 24 heures

Covid France 30 décembre 2022 : tendance à la baisse avec 24.436 nouveaux cas supplémentaires en 24 heures

On recense ce jeudi 29 décembre 2022 : : 132 morts supplémentaires en 24 soit 161.847 morts au total et 24.436 nouveaux cas supplémentaires soit1.583.770 cas confirmés au total
161.847 morts au total, +132 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.474 (+5) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 132.373 (+127 en 24h).
Le taux de reproductivité R est de 0,79 le taux d’incidence à 358,81 et la tension hospitalière à 29,3 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.
La France compte actuellement 24.653 (-340) personnes hospitalisées et 1.484 (+1) malades en réanimation.

Bilan des régions :

• Ile-de-France : 5.882 (-57) hospitalisées, 396 (+6) en réanimation et +16 décès en 24h
• Grand Est : 2.160 (-7) hospitalisés, 124 (+1) en réanimation et +6 décès en 24h
• Hauts de France : 2.459 (-45) hospitalisés, 149 (-4) en réanimation et +15 décès en 24h
• Auvergne Rhône Alpes : 2.691 (-54) hospitalisés, 159 (+3) en réanimation et +14 décès en 24h
• Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.342 (-63) hospitalisé, 138 (-6) en réanimation et +17 décès en 24h
• Bretagne: 934 (-37) hospitalisés, 57 (+1) en réanimation et +11 décès en 24h
• Normandie : 1.086 (-14) hospitalisés, 32 (-3) en réanimation et +5 décès en 24h
• Nouvelle-Aquitaine : 1.861 (+4) hospitalisés, 136 (-1) en réanimation et +12 décès en 24h
• Pays de la Loire : 729 (-14) hospitalisés, 42 (+6) en réanimation et +5 décès en 24h
• Occitanie: 1.959 (-33) hospitalisés, , 136 (-1) en réanimation et +18 décès en 24h
• Centre-Val de Loire : 1.098 (-12) hospitalisés, 43 (-1) en réanimation et +4 décès en 24h
• Bourgogne-Franche-Comté : 1.087 (-26) hospitalisés, 55 (-1) en réanimation et +3 décès en 24h

Covid France 28 DÉCEMBRE 2022 : nouvelle baisse avec +140 MORTS ET +26.081 NOUVEAUX CAS

Covid France 28 DÉCEMBRE 2022 : +140 MORTS ET +26.081 NOUVEAUX CAS

On enregistre mercredi 28 décembre 2022 :26.081 cas supplémentaires en 24h soit aul tota l1.568.638 cas confirmés, +140 MORTS en 24h soit, 161.715 morts au total

Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.469 (+6) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 132.246 (+134 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 0,79 le taux d’incidence à 421,26 et la tension hospitalière à 29,3 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.

La France compte actuellement 24.993 (-91) personnes hospitalisées et 1.483 (+36) malades en réanimation.

Bilan des régions:

Ile-de-France : 5.939 (+18) hospitalisées, 390 (+7) en réanimation et +14 décès en 24h
Grand Est : 2.167 (+9) hospitalisés, 123 (0) en réanimation et +9 décès en 24h
Hauts de France : 2.504 (+64) hospitalisés, 153 (+14) en réanimation et +8 décès en 24h
Auvergne Rhône Alpes : 2.745 (-29) hospitalisés, 156 (+4) en réanimation et +15 décès en 24h
Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.405 (+6) hospitalisé, 144 (+2) en réanimation et +18 décès en 24h
Bretagne: 971 (-29) hospitalisés, 56 (+3) en réanimation et +5 décès en 24h
Normandie : 1.100 (-21) hospitalisés, 35 (+2) en réanimation et +3 décès en 24h
Nouvelle-Aquitaine : 1.857 (-64) hospitalisés, 137 (-7) en réanimation et +16 décès en 24h
Pays de la Loire : 743 (-24) hospitalisés, 36 (+1) en réanimation et +6 décès en 24h
Occitanie: 1.992 (+67) hospitalisés, , 137 (+16) en réanimation et +20 décès en 24h
Centre-Val de Loire : 1.110 (-58) hospitalisés, 44 (-2) en réanimation et +11 décès en 24h
Bourgogne-Franche-Comté : 1.113 (-24) hospitalisés, 56 (-4) en réanimation et +5 décès en 24h

Covid France 28 décembre 2022: 208 morts et 30.989 cas supplémentaires en 24h

Covid France 28 décembre 2022: 208 morts et 30.989 cas supplémentaires en 24h.

On enregistre mardi 27 décembre 2022 : 208 morts et 30.989 nouveaux cas confirmés en 24h .

Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.463 (+2) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 132.112 (+206 en 24h).
Le taux de reproductivité R est de 0,79 le taux d’incidence à 428,10 et la tension hospitalière à 28,6 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.

La France compte actuellement 25.084 (+41) personnes hospitalisées et 1.447 (-7) malades en réanimation.

• Bilan des régions


• Ile-de-France : 5.921 (-43) hospitalisées, 383 (-6) en réanimation et +30 décès en 24h
• Grand Est : 2.158 (-48) hospitalisés, 123 (-13) en réanimation et +35 décès en 24h
• Hauts de France : 2.440 (+89) hospitalisés, 139 (+9) en réanimation et +25 décès en 24h
• Auvergne Rhône Alpes : 2.774 (-9) hospitalisés, 152 (+4) en réanimation et +22 décès en 24h
• Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.399 (+44) hospitalisé, 142 (-3) en réanimation et +21 décès en 24h
• Bretagne: 1.000 (+2) hospitalisés, 53 (+1) en réanimation et +5 décès en 24h
• Normandie : 1.121 (+15) hospitalisés, 33 (-1) en réanimation et +11 décès en 24h
• Nouvelle-Aquitaine : 1.921 (+4) hospitalisés, 144 (+10) en réanimation et +17 décès en 24h
• Pays de la Loire : 767 (-19) hospitalisés, 35 (-6) en réanimation et +6 décès en 24h
• Occitanie: 1.925 (+15) hospitalisés, , 121 (+3) en réanimation et +10 décès en 24h
• Centre-Val de Loire : 1.168 (+6) hospitalisés, 46 (-1) en réanimation et +5 décès en 24h
• Bourgogne-Franche-Comté : 1.137 (-1) hospitalisés, 60 (-3) en réanimation et +10 décès en 24h

Covid France 28 décembre 2022: 208 morts et 30.989 cas supplémentaires en 24h

Covid France 28 décembre 2022: 208 morts et 30.989 cas supplémentaires en 24h.

On enregistre mardi 27 décembre 2022 : 208 morts et 30.989 nouveaux cas confirmés en 24h .

Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.463 (+2) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 132.112 (+206 en 24h).
Le taux de reproductivité R est de 0,79 le taux d’incidence à 428,10 et la tension hospitalière à 28,6 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.

La France compte actuellement 25.084 (+41) personnes hospitalisées et 1.447 (-7) malades en réanimation.

• Bilan des régions


• Ile-de-France : 5.921 (-43) hospitalisées, 383 (-6) en réanimation et +30 décès en 24h
• Grand Est : 2.158 (-48) hospitalisés, 123 (-13) en réanimation et +35 décès en 24h
• Hauts de France : 2.440 (+89) hospitalisés, 139 (+9) en réanimation et +25 décès en 24h
• Auvergne Rhône Alpes : 2.774 (-9) hospitalisés, 152 (+4) en réanimation et +22 décès en 24h
• Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.399 (+44) hospitalisé, 142 (-3) en réanimation et +21 décès en 24h
• Bretagne: 1.000 (+2) hospitalisés, 53 (+1) en réanimation et +5 décès en 24h
• Normandie : 1.121 (+15) hospitalisés, 33 (-1) en réanimation et +11 décès en 24h
• Nouvelle-Aquitaine : 1.921 (+4) hospitalisés, 144 (+10) en réanimation et +17 décès en 24h
• Pays de la Loire : 767 (-19) hospitalisés, 35 (-6) en réanimation et +6 décès en 24h
• Occitanie: 1.925 (+15) hospitalisés, , 121 (+3) en réanimation et +10 décès en 24h
• Centre-Val de Loire : 1.168 (+6) hospitalisés, 46 (-1) en réanimation et +5 décès en 24h
• Bourgogne-Franche-Comté : 1.137 (-1) hospitalisés, 60 (-3) en réanimation et +10 décès en 24h

Covid France le 27 décembre 2022 : baisse de l’épidémie

Covid France le 27 décembre 2022 : baisse de l’épidémie

Les chiffres du 25 décembre ne sont pas significatifs compte tenu de la fermeture des laboratoires. La tendance générale est cependant à la baisse depuis quelques jours.

On enregistre pour le 25 décembre 2022: 161.152 morts au total et aucun nouveau cas de contamination signalée.

Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.446 (-9) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 131.706 (-49 en 24h).
Le taux de reproductivité R est de 0,94 le taux d’incidence à 482,27 et la tension hospitalière à 28,7 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.

La France compte actuellement 25.218 (+99) personnes hospitalisées et 1.454 (+9) malades en réanimation.

Bilan des régions :
• Ile-de-France : 5.948 (+7) hospitalisées, 391 (+4) en réanimation et 0 décès en 24h
• Grand Est : 2.200 (+4) hospitalisés, 136 (-1) en réanimation et +1 décès en 24h
• Hauts de France : 2.391 (+2) hospitalisés, 135 (+1) en réanimation et 0 décès en 24h
• Auvergne Rhône Alpes : 2.812 (-12) hospitalisés, 147 (0) en réanimation et +4 décès en 24h
• Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.383 (+7) hospitalisé, 142 (0) en réanimation et +4 décès en 24h
• Bretagne: 988 (-9) hospitalisés, 53 (0) en réanimation et +1 décès en 24h
• Normandie : 1.088 (-5) hospitalisés, 37 (0) en réanimation et 0 décès en 24h
• Nouvelle-Aquitaine : 1.941 (-16) hospitalisés, 136 (-1) en réanimation et 0 décès en 24h
• Pays de la Loire : 738 (-18) hospitalisés, 37 (0) en réanimation et +1 décès en 24h
• Occitanie: 1.929 (0) hospitalisés, , 110 (-4) en réanimation et +4 décès en 24h
• Centre-Val de Loire : 1.171 (+4) hospitalisés, 50 (+1) en réanimation et +1 décès en 24h
• Bourgogne-Franche-Comté : 1.138 (+7) hospitalisés, 58 (0) en réanimation et +2 décès en 24h

Société France : des bac+3 et + 5 à la pelle mais pas de soudeurs pour les centrales nucléaires !

Société France : des bac+3 et + 5 à la pelle mais pas de soudeurs pour les centrales nucléaires

Depuis que la gauche a décidé d’accorder le bac à peu près à la totalité des candidats ( aujourd’hui autour de 95 % de résultats positifs pour 5 % de la population il y a 50 ou 60 ans), l’université doit absorber le flux de ces nouveaux étudiants dont 50% sans doute sont inaptes aux études supérieures. Peu importe, on délivre maintenant d’innombrables diplômes dans des disciplines nouvelles et parfois ésotériques en particulier dans les sciences humaines.

Des diplômes distribués comme des poignées de mains qui ne peuvent déboucher sur aucun emploi un peu technique dans le privé et des diplômés qui viennent rejoindre l’administration y compris l’enseignement. Dans le même temps, on constate la crise dramatique du recrutement de personnel notamment qualifié. C’est ainsi que la France a été contrainte de faire appel à des soudeurs américains pour mettre aux normes les réacteurs nucléaires français.

Le plus ridicule dans l’affaire c’est que nombre de ces bacs plus trois ou cinq plafonnent à 1500 € et sans grandes perspectives de carrière tandis que les soudeurs qualifiés ( et autres ouvriers spécialisés) peuvent atteindre des salaires de 2000 € voire davantage. En cause, évidemment,l’orientation scolaire en France qui veut faire des Français des bureaucrates. En cause aussi, la responsabilité des parents qui ont tellement honte que leur progéniture se salisse les mains. En cause, une société qui a cru pouvoir abandonner l’industrie et l’agriculture pour se concentrer sur la commercialisation de produits à bas coût de l’étranger. En cause l’hypocrisie et l’immobilité d’un pouvoir aujourd’hui complètement englué dans l’immobilisme produit par ses contradictions.

À côté de cette masse inapte aux études supérieures, il existe encore heureusement une certaine élite qui permet de faire illusion sur la qualité du système de formation.Par contre, on manque partout d’ouvriers et de techniciens spécialisés.

Ainsi on a du faire appel à des centaines de centaines de soudeurs américains pour mettre aux normes des réacteurs nucléaires français.

Plus de 600 personnes ont été mobilisées en 2022 sur ces chantiers de réparation, dont une centaine de soudeurs et tuyauteurs hautement qualifiés venus des Etats-Unis et du Canada, appelés à la rescousse pour épauler des équipes françaises. Contraintes par des limites d’exposition aux radiations, ces dernières étaient, de fait, sous-dimensionnées pour répondre à l’ampleur de la tâche : pour un seul réacteur, un chantier dure plus de cinq mois.

La France manque en effet de soudeurs spécialisés. C’est pourquoi quatre entreprises du nucléaire, EDF, Orano, CMN et Naval Group se sont alliées début décembre pour lancer une haute école de soudeurs, des « acrobates » de précision très recherchés pour réparer les tuyaux des centrales ou bâtir les sous-marins du futur.

« Il y a urgence, car nous sommes sur des développements industriels majeurs dans les prochaines années » avec les projets de six nouveaux réacteurs EPR et des futurs sous-marins de dernière génération, a indiqué David Le Hir, directeur de la centrale de Flamanville 1 et 2, et président de Hefais. L’école ne pourra toutefois pas, à elle seule, répondre au « besoin colossal ». « 7.000 offres » de recrutement sont recensées par Pole Emploi.

Covid France 24 décembre 2022 : 158 morts supplémentaires et 43.766 nouveaux cas confirmés en 24

Covid France 24 décembre 2022 : 158 morts supplémentaires et 43.766 nouveaux cas confirmés en 24h

On enregistre vendredi 23 décembre 2022: 158 morts supplémentaires, soit 161.152 morts au total et +43.766 nouveaux cas confirmés en 24h, soit 1.676.067 cas confirmés au total.

Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.446 (+6) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 131.706 (+152 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 0,94 le taux d’incidence à 501,11 et la tension hospitalière à 28,7 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.

La France compte actuellement 25.218 (-177) personnes hospitalisées et 1.454 (+2) malades en réanimation.

Bilan des régions :

Ile-de-France : 5.924 (+55) hospitalisées, 387 (+6) en réanimation et +18 décès en 24h
Grand Est : 2.227 (-7) hospitalisés, 138 (+1) en réanimation et +4 décès en 24h
Hauts de France : 2.355 (-47) hospitalisés, 128 (-6) en réanimation et +15 décès en 24h
Auvergne Rhône Alpes : 2.793 (-195) hospitalisés, 147 (-11) en réanimation et +30 décès en 24h
Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.402 (-23) hospitalisé, 144 (+2) en réanimation et +23 décès en 24h
Bretagne: 1.026 (+7) hospitalisés, 55 (+10) en réanimation et +10 décès en 24h
Normandie : 1.114 (+20) hospitalisés, 37 (0) en réanimation et +1 décès en 24h
Nouvelle-Aquitaine : 1.953 (-12) hospitalisés, 146 (+2) en réanimation et +11 décès en 24h
Pays de la Loire : 782 (+12) hospitalisés, 37 (+1) en réanimation et +3 décès en 24h
Occitanie: 1.965 (-11) hospitalisés, , 117 (-9) en réanimation et +16 décès en 24h
Centre-Val de Loire : 1.177 (-4) hospitalisés, 48 (+5) en réanimation et +9 décès en 24h
Bourgogne-Franche-Comté : 1.132 (+10) hospitalisés, 56 (+2) en réanimation et +10 décès en 24h

France : des bac+3 et 5 à la pelle mais pas de soudeurs pour les centrales nucléaires

France : des bac+3 et + 5 à la pelle mais pas de soudeurs pour les centrales nucléaires

Depuis que la gauche a décidé d’accorder le bac à peu près à la totalité des candidats ( aujourd’hui autour de 95 % de résultats positifs pour 5 % de la population il y a 50 ou 60 ans), l’université doit absorber le flux de ces nouveaux étudiants dont 50% sans doute sont inaptes aux études supérieures. Peu importe, on délivre maintenant d’innombrables diplômes dans des disciplines nouvelles et parfois ésotériques en particulier dans les sciences humaines.

Des diplômes distribués comme des poignées de mains qui ne peuvent déboucher sur aucun emploi un peu technique dans le privé et des diplômés qui viennent rejoindre l’administration y compris l’enseignement. Dans le même temps, on constate la crise dramatique du recrutement de personnel notamment qualifié. C’est ainsi que la France a été contrainte de faire appel à des soudeurs américains pour mettre aux normes les réacteurs nucléaires français.

Le plus ridicule dans l’affaire c’est que nombre de ces bacs plus trois ou cinq plafonnent à 1500 € et sans grandes perspectives de carrière tandis que les soudeurs qualifiés ( et autres ouvriers spécialisés) peuvent atteindre des salaires de 2000 € voire davantage. En cause, évidemment,l’orientation scolaire en France qui veut faire des Français des bureaucrates. En cause aussi, la responsabilité des parents qui ont tellement honte que leur progéniture se salisse les mains. En cause, une société qui a cru pouvoir abandonner l’industrie et l’agriculture pour se concentrer sur la commercialisation de produits à bas coût de l’étranger. En cause l’hypocrisie et l’immobilité d’un pouvoir aujourd’hui complètement englué dans l’immobilisme produit par ses contradictions.

À côté de cette masse inapte aux études supérieures, il existe encore heureusement une certaine élite qui permet de faire illusion sur la qualité du système de formation.Par contre, on manque partout d’ouvriers et de techniciens spécialisés.

Ainsi on a du faire appel à des centaines de centaines de soudeurs américains pour mettre aux normes des réacteurs nucléaires français.

Plus de 600 personnes ont été mobilisées en 2022 sur ces chantiers de réparation, dont une centaine de soudeurs et tuyauteurs hautement qualifiés venus des Etats-Unis et du Canada, appelés à la rescousse pour épauler des équipes françaises. Contraintes par des limites d’exposition aux radiations, ces dernières étaient, de fait, sous-dimensionnées pour répondre à l’ampleur de la tâche : pour un seul réacteur, un chantier dure plus de cinq mois.

La France manque en effet de soudeurs spécialisés. C’est pourquoi quatre entreprises du nucléaire, EDF, Orano, CMN et Naval Group se sont alliées début décembre pour lancer une haute école de soudeurs, des « acrobates » de précision très recherchés pour réparer les tuyaux des centrales ou bâtir les sous-marins du futur.

« Il y a urgence, car nous sommes sur des développements industriels majeurs dans les prochaines années » avec les projets de six nouveaux réacteurs EPR et des futurs sous-marins de dernière génération, a indiqué David Le Hir, directeur de la centrale de Flamanville 1 et 2, et président de Hefais. L’école ne pourra toutefois pas, à elle seule, répondre au « besoin colossal ». « 7.000 offres » de recrutement sont recensées par Pole Emploi.

Covid France 24 décembre 2022 : 158 morts supplémentaires et 43.766 nouveaux cas confirmés en 24h

Covid France 24 décembre 2022 : 158 morts supplémentaires et 43.766 nouveaux cas confirmés en 24h

On enregistre vendredi 23 décembre 2022: 158 morts supplémentaires, soit 161.152 morts au total et +43.766 nouveaux cas confirmés en 24h, soit 1.676.067 cas confirmés au total.

Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 29.446 (+6) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 131.706 (+152 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 0,94 le taux d’incidence à 501,11 et la tension hospitalière à 28,7 %. Le taux de positivité est à 0,0 %.

La France compte actuellement 25.218 (-177) personnes hospitalisées et 1.454 (+2) malades en réanimation.

Bilan des régions :

Ile-de-France : 5.924 (+55) hospitalisées, 387 (+6) en réanimation et +18 décès en 24h
Grand Est : 2.227 (-7) hospitalisés, 138 (+1) en réanimation et +4 décès en 24h
Hauts de France : 2.355 (-47) hospitalisés, 128 (-6) en réanimation et +15 décès en 24h
Auvergne Rhône Alpes : 2.793 (-195) hospitalisés, 147 (-11) en réanimation et +30 décès en 24h
Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.402 (-23) hospitalisé, 144 (+2) en réanimation et +23 décès en 24h
Bretagne: 1.026 (+7) hospitalisés, 55 (+10) en réanimation et +10 décès en 24h
Normandie : 1.114 (+20) hospitalisés, 37 (0) en réanimation et +1 décès en 24h
Nouvelle-Aquitaine : 1.953 (-12) hospitalisés, 146 (+2) en réanimation et +11 décès en 24h
Pays de la Loire : 782 (+12) hospitalisés, 37 (+1) en réanimation et +3 décès en 24h
Occitanie: 1.965 (-11) hospitalisés, , 117 (-9) en réanimation et +16 décès en 24h
Centre-Val de Loire : 1.177 (-4) hospitalisés, 48 (+5) en réanimation et +9 décès en 24h
Bourgogne-Franche-Comté : 1.132 (+10) hospitalisés, 56 (+2) en réanimation et +10 décès en 24h

12345...183



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol