Archive pour le Tag 'France Télécom'

Prison pour des dirigeants de France Télécom

Prison pour des dirigeants de  France Télécom

Prison  ferme requis contre les anciens dirigeants de France Télécom en raison du harcèlement dont était ont été victimes nombre de salariés de l’entreprise lors  de sa restructuration.  (20 000 postes supprimés en trois ans et 10 000 agents transférés). Les dirigeants sont accusés d’avoir mis en place une politique destinée à déstabiliser les agents pour les contraindre à partir. Un management qui a provoqué souffrance chez certains et même conduit au suicide. Ce qui est en cause dans cette affaire,  c’est sans doute la brutalité du management. Certes France Télécom avait besoin d’une sérieuse remise en cause, aujourd’hui personne ne conteste le succès  d’Orange tant en France qu’au plan international. C’est la brutalité de la gestion du personnel qui est au cœur de cette affaire. Une brutalité qu’on peut comprendre quand des fonctionnaires se mettent à adhérer brutalement à l’idéologie ultra libérale. Corsetés pendant des années par leur administration, certains hauts fonctionnaires (et d’autres cadres moins gradés) deviennent alors à moitié fous en tout cas enivrés d’une liberté nouvelle qu’ils ne savent pas maîtriser. D’un autre côté, il est clair que le personnel en cause dans sa grande majorité culturellement n’était pas prêt à faire un tel saut de productivité et de qualité. Le même phénomène se produirait sans doute si on imposait les mêmes méthodes par exemple à EDF, à la SNCF à des secteurs de la fonction publique. La transition doit être gérée avec détermination mais aussi avec pédagogie et prudence car le choc est impossible à absorber pour des catégories qui n’ont qu’une vague idée des critères de gestion du privé. Or c’est ce qui s’est passé à France télécom, on est passé brutalement du cocon étatique au monde du privé. Un an de prison assorti de 15.000 euros d’amende a donc été requis à l’encontre de l’ancien PDG Didier Lombard, 77 ans, de son ancien directeur des ressources humaines Olivier Barberot, 64 ans, et de l’ex-directeur des opérations France, Louis-Pierre Wenes, 70 ans, jugés pour harcèlement moral. Le ministère public a par ailleurs demandé huit mois de prison et 10.000 euros d’amende à l’encontre de quatre autres anciens dirigeants jugés pour complicité, ainsi qu’une amende de 75.000 euros contre France Télécom en tant que personne morale. L’accusation reproche à l’entreprise et ses anciens dirigeants d’avoir instauré une politique visant par toutes sortes de moyens à “déstabiliser” les salariés afin de les contraindre à partir. L’ordonnance de renvoi en correctionnelle a retenu le cas de 39 victimes, dont 18 suicides et 13 tentatives en deux ans.

France Télécom : supprimer 22.000 postes « par la fenêtre ou par la porte ».

France Télécom : supprimer 22.000 postes « par la fenêtre ou par la porte ».

Entre 2008 et 2010, 57 salariés de France Telecom se sont suicidés. Les syndicats avaient estimé que cette vague de suicides était liée à la pression exercée par la hiérarchie. Ils avaient alors porté plainte, conduisant à l’ouverture d’une information judiciaire par le pôle de santé publique du parquet de Paris. Alors que l’enquête judiciaire se poursuit, Le Parisien rend public mardi le fac-similé d’un compte-rendu d’une réunion d’octobre 2006 de l’Acsed, l’association des cadres de France Télécom. « En 2007 je ferai les départs d’une façon ou d’une autre, par la fenêtre ou par la porte », aurait dit, selon ce document, l’ancien PDG de France Télécom, Didier Lombard. Ces documents sont la transcription de la violence sociale que nous avons vécue. Sébastien Crozier – CFE-CGC . Les mots du PDG auraient été édulcorés par la suite, pour devenir : « En 2007, je ferai les départs d’une façon ou d’une autre ».  La secrétaire de l’Acsed aurait indiqué aux policiers ne plus posséder la version originale. Elle a expliqué que les responsables lui avaient demandé de la détruire. C’est en revanche de son propre chef qu’elle aurait adouci les tournures des dirigeants. Ces derniers assurent n’avoir donné aucune directive pour détruire les documents.   »Ces documents sont la transcription de la violence sociale que nous avons vécue et c’est ça qui est nouveau », a réagi Sébastien Crozier (CFE-CGC). Il y avait « beaucoup d’éléments » illustrant le déni de la direction de l’époque au sujet du malaise social, mais peu illustrant la violence, a-t-il ajouté.  Le fait qu’il y ait eu une atténuation des propos « l’interpelle ». Selon lui, cela montre  »qu’il y a des gens qui ont pris conscience de l’étendue des dégâts » à l’époque. 

 

S&P : France Télécom sous surveillance

S&P : France Télécom sous surveillance

L’agence de notation Standard & Poor’s a placé le groupe France Télécom sous surveillance négative, après la publication le 20 février de résultats pour 2013 « pires qu’attendu », dans un communiqué. S&P a ainsi indiqué placer la note à long-terme (A-) de l’opérateur « sous surveillance négative » mais a confirmé sa note à court-terme à A2. France Télécom a réalisé en 2012 un chiffre d’affaires de 43,5 milliards (-3,9%), et son bénéfice net a été divisé par près de cinq à 820 millions d’euros, du fait de dépréciations d’actifs.

 

.
 

France Télécom : rentabilité victime de Free

France Télécom : rentabilité victime de Free

 

France Télécom a annoncé jeudi anticiper une année 2013 plus difficile que prévu sous le coup d’une conjoncture économique délicate et de la guerre des prix dans le mobile en France, ce qui le conduit à réduire fortement sa prévision de dividende pour 2012 et 2013. Dans un communiqué, le premier opérateur télécoms en France dit anticiper un recul de son cash flow opérationnel à au moins 7 milliards d’euros pour l’an prochain, soit une diminution d’environ un milliard par rapport aux 8 milliards attendus pour 2012. Le groupe prévoit de verser un dividende d’au moins 80 centimes d’euro par action au titre de 2012 et 2013, contre 1,40 euro versé au titre du précédent exercice. France Télécom, qui anticipe un retour à la croissance de son cash flow opérationnel pour 2014, a par ailleurs publié des résultats en ligne pour le troisième trimestre. L’ensemble des activités du groupe ont généré un chiffre d’affaires de 10,755 milliards d’euros, soit un recul de 3,5% à bases comparables, tandis que l’Ebitda retraité s’est établi à 3,645 milliards d’euros, en repli de 7,3%.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol