Archive pour le Tag 'France Stratégie !!!'

Dépense publique : propositions radicales de France Stratégie

Dépense publique : propositions radicales de France Stratégie 

France Stratégie propose de tailler prioritairement dans les retraites, la maladie  et le soutien à l’économie qui représente les coûts les plus importants du budget.

 

Dans le cadre du grand débat une note est destinée aux organisateurs de réunions  indique que pour 1000 € de dépenses publiques en France 575 € sont consacrés à la protection sociale dont 268 € pour les retraites, 191 € pour l’assurance maladie, 42 € pour les allocation familiales, 35 € pour le chômage, 17 € pour l’aide au logement et 22 € pour d’autres (par exemple RSA) viennent ensuite les dépenses sectorielles qui représentent 143 € dont 53 € pour les affaires économiques ( crédits d’impôts etc.), 43 € pour le transport et les équipements collectifs, 22 € pour la culture, 16 € pour l’environnement, 9€ comme l’éclairage public. Concernant les services publics régaliens le total est de 60 € dont 31 € pour la défense, 25 € pour la sécurité, 4 euros pour la justice. L’éducation compte 96 €. La recherche 23 €. Le fonctionnement (partiel)  des administrations publiques 66 €. Enfin la charge de la dette 37 €. On note évidemment que la principale dépense concerne les retraites suivies de l’assurance maladie. Ce que n’indique pas par contre cette note c’est le rendement des dépenses. En effet les 1000 € ne sont pas entièrement redistribués et une partie disparaît dans les frais de fonctionnement qui pourrait atteindre presque 400 €. France Stratégie a établi  une comparaison européenne. En 2016, les dépenses publiques représentaient 55,7% du PIB en France (dont 0,8 point de CICE). « C’est 8,1 points de plus que la moyenne des pays retenus dans l’échantillon (et 13 points de plus que la moyenne des pays de l’Union européenne), mais seulement 3,2 points de plus que la moyenne des pays nordiques » souligne l’organisation rattachée au Premier ministre. Parmi les grands postes retenus apparaissent les prestations de redistribution monétaire (retraites et vieillesse, aides sociales) qui peuvent expliquer une bonne partie de l’écart avec les autres pays. En France, les dépenses de retraite représentent « près de 14 points de PIB et se situent 3,4 points au dessus de la moyenne. (Avec des degrés de socialisation différents

L’autre poste de dépense qui permet d’expliquer un tel écart concerne les dispositifs de soutiens à l’économie. L’ensemble des subventions et transferts et des investissements (hors social et régalien) représente environ 7% du PIB contre 4,5% en moyenne dans les autres pays pris en compte dans l’étude et 4,9% dans les pays du Nord. Outre le poids important du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), les rédacteurs mentionnent le crédit d’impôt recherche (plus de 5 milliards), le soutien aux énergies renouvelables (plus de 5 milliards), les crédits d’impôts pour l’emploi à domicile.la critique du soutien à l’économie rejoint celle de conseil d’analyse économique dans le rôle est d’éclairer le gouvernement. On sait que le gouvernement a décidé de transformer le crédit impôt sur la compétitivité emploi (CICE) en diminution pérenne de la fiscalité. Pour l’année 2018 le coup serait de leur de 40 milliards l’année 2019 environ 60 milliards. Ces réductions de fiscalité vit surtout les bas salaires puisque on aura supprimé toute cotisation sur le salaire au niveau du SMIC à la fin de 2019. Le problème c’est que c’est bas salaire ne se trouve pas nécessairement en tout cas majoritairement dans les secteurs soumis à concurrence internationale. Elle bénéficie surtout à des entreprises qui finalement ne sont pas concurrencées par des entreprises étrangères. Le conseil d’analyse économique mais en question la pertinence de ces aides fiscales par rapport à l’influence qu’ils peuvent avoir sur la compétitivité de l’économie française Dans l’industrie, le coût horaire moyen en France est désormais inférieur à celui de l’Allemagne (38,8 contre 40,20 euros en 2017) rappelle le CAE. Si les experts ne pointent pas forcément une dépense en particulier, ils rappellent que « des dispositifs de subventions sur les produits ou à la production peuvent être perçus comme le moyen de compenser une fiscalité trop élevée sur les facteurs de production ». Depuis son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron a régulièrement relancé le débat sur les impôts de production. Mais face aux dépenses supplémentaires engendrées notamment par la transformation du CICE en baisse de cotisations sociales pérenne ou les annonces du 10 décembre dernier destinés à soutenir le pouvoir d’achat des travailleurs à bas salaires et des retraités aux revenus modestes, les marges de manoeuvre semblent limitées. Déjà au printemps 2018, le Premier ministre Edouard Philippe avait écarté de nouvelles baisses d’impôts de production pour les entreprises avant 2020. Il avait justifié cette annonce en exprimant « un environnement budgétaire contraint » et la nécessité d’une concertation avec les collectivités locales. Pour parvenir à l’objectif de réduction de la dépense publique de trois points à la fin du quinquennat, France stratégie propose de  réduire de manière drastique les dépenses de soutien à l’économie (investissements, soutiens et transferts) et les dépenses des collectivités locales. . La deuxième proposition repose sur des coupes dans les dépenses de santé sans toucher à celles consacrées aux hôpitaux., le troisième position , présentée comme « plus équilibrée », suppose  »d’élargir les économies aux prestations sociales en espèces » (retraites, chômage, famille, pauvreté, logement), ainsi qu’à « l’accueil et l’aide aux personnes » (petite enfance, handicap, dépendance). A ce sujet, la note de France Stratégie considère que « les décisions prises par le  gouvernement de désindexer partiellement les retraites en 2019 et 2020, de même que la volonté de mieux maîtriser les dépenses d’assurance-chômage, vont dans ce sens ». 

Emploi public : une approche corpo de France Stratégie

Emploi public : une approche corpo de France Stratégie

Le très fantaisiste organisme de prospective France stratégie, placé auprès du Premier ministre s’est livré à une curieuse comparaison du poids de l’emploi public en France. Finalement et très schématiquement, France stratégie considère qu’aussi bien en ce qui concerne les emplois que la dépense publique, la France se situe dans la moyenne de pays comparables.-Et de conclure pour les auteurs, cette étude permet de relativiser “les exagérations dont le débat public se fait parfois l’écho” et de rendre “peut-être plus crédibles et plus atteignables” les réformes qui tiennent compte de ces complexités. Première observation,  la France se situe dans la moyenne mais plutôt haute en matière d’emplois administratifs, même chose pour la totalité des dépenses des administrations. Mais France stratégie oublie juste une chose fondamentale à savoir que la France n’a pas les moyens financiers pour assurer le financement de ces dépenses publiques à la différence des autres pays comparés. La France se caractérise en effet notamment par quatre faiblesses majeures et mortifères. D’abord un endettement colossal de près de 100 % du PIB qui représente environ 35 000 € par Français. En clair, la France finance ces emplois publics à crédit. Deuxièmement les dépenses publiques représentent de leurs deux 57 % du PIB c’est-à-dire bien au-delà des ressources de la fiscalité. Troisièmement ce taux de prélèvements obligatoires est le plus élevé du monde (après le Danemark). Dernier élément la balance commerciale accuse un déficit de leurs deux 50 milliards par an quand l’Allemagne dégage un excédent de lors de 200 milliards ; ce qui témoigne d’un manque de la compétitivité plombée notamment par la fiscalité affectée aux dépenses publiques. On comprend peut-être la logique de France stratégie dans la mesure où les experts sont à peu près tous de hauts fonctionnaires et que finalement ils défendent aussi leur bifteck. Cela relativise les conclusions de l’organisme de prospective qui a déjà été qualifiée par le premier ministre lui-même d’organisme farfelu.  D’après France stratégie,  l‘emploi dans les administrations publiques est élevé en France, mais sans être excessif par rapport à d‘autres pays développés ayant davantage recours à l‘externalisation, selon une note de France Stratégie à paraître jeudi. Alors que l‘exécutif, soucieux de réduire la dépense publique, projette de supprimer 120.000 postes dans la fonction publique sur la durée du quinquennat, cet organisme de réflexion placé sous l‘autorité du Premier ministre livre un “tableau de bord de l‘emploi public” dans 19 pays développés. Même si elle est souvent décrite comme la championne hors catégorie en matière d‘emploi public, la France ne fait pas vraiment figure d‘exception parmi les pays développés, observent les auteurs de cette étude. Avec 89 emplois publics pour 1.000 habitants en 2015, elle reste en effet “proche de la moyenne” sur le périmètre de l’étude (83 pour 1.000), même si elle se situe dans la “moyenne haute”. A ce niveau de taux d‘administration, la France dépasse de loin le Japon, lanterne rouge (environ 40 emplois publics pour 1.000 habitants) et est largement distancée par la Norvège, qui domine le classement avec 159 emplois publics pour 1.000 habitants. Mais ce raisonnement fondé sur les effectifs est “insuffisant, voire trompeur”, relèvent les auteurs de cette note, qui se sont également penchés sur le volume des dépenses publiques de fonctionnement, pour prendre en compte les postes financés de manière indirecte par la puissance publique. Sur ce périmètre, “la position de la France n‘apparaît pas particulièrement atypique: la prise en compte de toutes les dépenses directes et indirectes montre que l’écart avec les autres pays développés est plus resserré qu‘on ne le croit”, relèvent-ils. En prenant en compte l‘ensemble des dépenses de fonctionnement, qu‘il s‘agisse de la rémunération des agents publics, des dépenses d‘entretien, de l‘achat de prestations privées, ou encore de transferts sociaux en nature (aides au logement, remboursement de consultations médicales, par exemple), la France reste parmi les pays à niveau élevé de dépenses. Mais l’écart se resserre: en 2015, le poids de la totalité de ces dépenses représente 24% du produit intérieur brut (PIB) en France, dans la partie haute d‘une fourchette allant de 13% du PIB en Irlande à 28% du PIB en Finlande. Avec ce critère, des pays plutôt en queue de peloton sur le taux d‘administration, comme l‘Allemagne ou les Pays-Bas par exemple, se rapprochent de la moyenne ou la dépassent. Avec une différence notable par rapport à la France ces pays ont les moyens financiers ont les moyens pour financer leurs dépenses

Les « farfelus » de France Stratégie (Matignon)

Les « farfelus » de  France Stratégie (Matignon)

« France Stratégie » sorte de thik thank mais rattaché au Premier ministre rappelé à l’odre et même pratiquement dissout par Matignon. En cause des propositions jugées farfelues par l’entourage du Premier ministre. Il faut dire que cette espèce de club de réflexion composée essentiellement de fonctionnaires produisait parfois des études intéressantes mais d’autres particulièrement incongrues démontrant le manque de compétence des  intéressés. Des études avec des propositions naviguant entre l’ultralibéralisme et l’étatisme. De toute manière, l’autonomie de cette structure pouvait être discutée dans la mesure où les membres de France stratégie étaient en fait sous  la tutelle de l’État. Du côté de Matignon, on estime que France stratégie avait pris l’habitude de publier des idées irréalistes, sans aucune impulsion politique », a déploré auprès de l’AFP un proche du Premier ministre Edouard Philippe. (Crédits : Axel Schmidt)Dans ce rapport « irréaliste » pour Matignon, France Stratégie proposait une solidarité financière des Etats de la zone euro, un rachat de la dette publique des Etats par la BCE, ainsi qu’un impôt exceptionnel sur le capital immobilier. Edouard Philippe va annoncer vendredi une reprise en main de France Stratégie, l’organisme de réflexion économique dépendant de Matignon, après un rapport aux propositions jugées « farfelues« , notamment un nouvel impôt immobilier, a-t-on appris jeudi de source proche du Premier ministre. La décision fait suite à la publication d’un rapport mercredi aux pistes volontairement « radicales » pour résorber les dettes publiques en Europe, aux propositions visiblement très éloignées de l’esprit de l’exécutif Macron-Philippe. On se souvient que France stratégie avait déjà fait parler d’elle lorsqu’elle avait inventé le concept de loyer fictif pour les propriétaires afin évidemment de les taxer.

Compétitivité, le remède : la baisse des salaires pour France Stratégie !!!

Compétitivité,  le remède : la baisse des salaires pour France Stratégie !!!

 

Comme s’il n’y avait pas déjà suffisamment d’administrations, d’institutions, d’observatoires et de lieux officiels de réflexion, le gouvernement a créé France stratégie, un think thank autant pour se mettre à la mode pour faire passer les idées  ultralibérales du gouvernement. Régulièrement France stratégie outil gouvernemental de prospective déverse ses réflexions sur les sujets de manière très approximative mêlant  propos de technocrates à des réflexions de bistrot dans un emballage ultralibérale. Cette fois France stratégie propose ni plus ni moins que de s’attaquer aux salaires pour permettre à la France de retrouver une compétitivité perdue. Certes on ne parle pas de diminution des salaires mais de modération salariale,  ce qui revient au même ;  sans même approfondir les nombreux autres facteurs explicatifs interactifs qui effectivement affaiblissent la compétitivité du pays. Pas étonnant France Stratégie publie une étude par semaine, le même rythme que Gala ou Closer avec la même pertinence. De quoi se demander à quoi servent tous les services économiques de chaque ministère ou interministériels. «  Nos parts de marché se sont stabilisées, notre déficit commercial a diminué, l’écart de compétitivité-coût avec l’Allemagne, notre principal concurrent sur les marchés tiers, s’est réduit, et les entreprises reconstituent leurs marges  », en conclut France Stratégie, le think tank gouvernemental chargé de la prospective dans une étude dévoilée ce jeudi. Une étude qui sera suivie de beaucoup d’autres, le think tank ayant décidé de publier chaque semaine une note sur des enjeux pour la décennie 2017-2027 à l’approche de l’élection présidentielle. Néanmoins, des efforts doivent encore être fournis, estime France Stratégie qui préconise une série de mesures, et notamment de poursuivre la modération salariale, en prenant exemple sur les exemples espagnols et italiens. Ainsi, la France espère que la recette qui a marché en Allemagne fonctionnera également en France. Des propositions en tout cas qui risquent encore d’augmenter le risque déflationniste qui menace la France engluée dans une croissance molle et pour longtemps.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol