Archive pour le Tag 'Français'

Sondage Moral des Français : 64 % négatifs

Sondage Moral des Français : 64 % négatifs

 

 Le moral des Français est au plus bas : 64% d’entre eux ont, actuellement, un état d’esprit négatif, selon un sondage Opinion Way de fin octobre. Une proportion infiniment plus élevée que durant les années précédentes, où elle atteignait seulement 51% en 2017, 49% en 2018 et 50% en 2019. Et parmi les pensées noires les plus répandues, c’est la lassitude qui domine : 40% des Français la ressentent, le pourcentage atteignant même 47% chez les 35-54 ans. Puis, ce sont la morosité (28%), la méfiance (22%) et la peur (12%) qui les terrassent.

Les principales sources d’inquiétude des Français

Parmi les éléments qui inquiètent le plus les sondés, certains se placent tristement en tête. Sur le podium se trouvent les craintes d’être en mauvaise santé, de perdre l’un de ses proches ou encore d’avoir des problèmes financiers. La crise sanitaire de la COVID-19 ne se situe, en revanche, qu’à la quatrième position, avec une sur-représentation des 55-75 ans.

Brexit – après l’abandon du gouvernement, action des pêcheurs français

Brexit - après l’abandon du gouvernement, action des pêcheurs français 

 

D’une certaine manière de chef de l’État a actél(abandon des pêcheurs français face Royaume-Uni. En effet il a promis un soutien financier mais semble avoir renoncé à obtenir des licences de pêche auprès des autorités britanniques.

Les pêcheurs français ne souhaitent pas être soutenus financièrement, ils veulent simplement pouvoir exercer leur métier dans les conditions qui étaient prévues par le brexit et que remet en cause Boris Johnson pour des motifs de politique intérieure surtout.

Le président du comité des pêches des Hauts de France a donannoncé lundi soir la préparation d’un mouvement national pour protester contre le refus des Britanniques d’accorder des licences de pêche aux bateaux français.

 

«La Grande Bretagne doit respecter l’accord du Brexit», a martelé Olivier Leprêtre, président du comité régional des pêches des Hauts-de-France. «Ils veulent avoir accès au marché européen ? Qu’ils nous donnent des licences. Sinon on leur coupera l’accès. C’était dans les conditions de l’accord du Brexit.»

Olivier Leprêtre s’est refusé à détailler les formes que pourrait prendre le mouvement, dont le principe a été validé ce week-end par les comités de Normandie et de Bretagne. Mais il a exclu toute action qui pénaliserait les pêcheurs où l’industrie de la transformation française, qui dépend notamment des marchandises britanniques. «On vise plutôt l’export vers la Grande Bretagne», a-t-il seulement déclaré.

Covid -Confinement : le relatif respect des consignes par les Français

Covid -Confinement : le relatif respect des consignes par les Français

En analysant des messages postés sur Twitter au printemps 2020, le sociologue Benoit Giry montre, dans un entretien au « Monde », que si les Français ont respecté des mesures comme le confinement, c’est parce que des citoyens ont relayé et défendu les consignes officielles.

Pourquoi les Français ont-ils, pendant l’épidémie de Covid-19, massivement appliqué une consigne aussi radicale et aussi contraignante que le confinement ? Comment expliquer le respect de cette mesure sanitaire inédite mettant entre parenthèses la vie sociale ? Ce sont les questions que pose le sociologue Benoit Giry, maître de conférences à Sciences Po Rennes et chercheur au laboratoire Arènes (CNRS, UMR 6051). Le Monde

Au printemps 2020, le premier confinement, malgré son extrême rigueur, a été bien respecté par les Français, qui ont pourtant la réputation d’être frondeurs. Etait-ce une surprise pour le sociologue que vous êtes ?

Les Français ont effectivement une forte propension à ne pas respecter les consignes, notamment lorsqu’elles émanent des producteurs de politiques publiques comme l’Etat. Selon le programme d’enquêtes sociales ISSP (« International Social Survey Programme »), qui couvre une quarantaine de pays, la France est la nation la plus tolérante à l’égard de la transgression : en 2016, près de 75 % des Français (contre 50 % des Britanniques et 30 % des Espagnols, par exemple) estimaient qu’il était plus important de suivre sa conscience que la loi. La défiance envers les institutions, qui est traditionnellement corrélée avec la non-observance des mesures sanitaires, est en outre nettement plus élevée en France que dans le reste de l’Europe.

Le confinement du printemps 2020, malgré son caractère inédit, exceptionnel et rigoureux, a été très bien respecté par les Français. Les enquêtes montrent qu’en dépit de quelques petits arrangements avec la règle, seuls les salariés « de première ligne » sont sortis de chez eux. Les autres sont même allés au-delà des consignes du gouvernement : plus de la moitié des individus ont déclaré des sorties inférieures, non pas à une heure, comme le prévoyaient les mesures, mais à trente minutes.

Comment expliquer ce respect de la discipline collective ?

La littérature consacrée au gouvernement des catastrophes insiste sur un premier facteur, la gravité de l’événement. Parce que la pandémie charrie de graves menaces et de lourdes incertitudes, elle inclinerait naturellement à l’obéissance en reconfigurant radicalement l’agenda des individus : sous l’effet de la peur et de la sidération, ils placeraient le Covid-19 au sommet de leurs priorités. Le deuxième facteur souligne le rôle des instruments d’action publique : l’importance des revenus de transferts et des contrôles policiers auraient rendu le respect du confinement moins coûteux que sa transgression. La troisième hypothèse souligne les propriétés cognitives ou morales des acteurs, qui accepteraient de restreindre leur liberté parce qu’ils ont mesuré le danger. La quatrième hypothèse insiste sur les cultures nationales – mais, dans le cas de la France, nous avons vu qu’elle était peu pertinente.

Démocratie : ouvrir le système français (Thomas Piketty)

Démocratie : ouvrir le système français (Thomas Piketty)

 

 

 

Dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022, il est urgent d’introduire de nouvelles formes de participation citoyenne, plaide l’économiste Thomas Piketty,

directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, Ecole d’économie de Paris.

 

 

moins de cinq mois du premier tour, que peut-on espérer de l’élection présidentielle prévue en avril prochain ? On peut poser la question à deux niveaux : celui du scrutin de 2022 et celui, plus large, de la place de la présidentielle dans le système politique français.

S’agissant de l’élection de 2022, force est de constater qu’elle est mal engagée. Face à la droitisation extrême du paysage politique, évolution à laquelle le macronisme au pouvoir n’est pas étranger, il est devenu presque impossible de débattre des grands enjeux sociaux et économiques qui vont structurer notre avenir commun.

 

Pour gagner la bataille de l’émancipation, de l’intelligence et du capital humain, l’enjeu central reste et demeure celui de l’investissement dans l’éducation et la formation. Malheureusement, les derniers chiffres issus de la loi de finances pour 2022 sont formels : la dépense publique par étudiant a chuté de 14 % en France entre 2008 et 2022 (– 7 % depuis 2017). Il s’agit d’un gâchis monumental pour le pays et pour sa jeunesse. Il est urgent que les candidats s’engagent sur des objectifs précis permettant aux universités de disposer enfin des mêmes moyens que les filières sélectives et de développer les cursus pluridisciplinaires et les niveaux d’encadrement dont les étudiants ont besoin.

 

Pour faire face au défi climatique, on sait qu’il faudra mieux répartir les efforts et mettre fortement à contribution les plus aisés. Exonérer les plus grandes fortunes de toute imposition alors même qu’elles ont triplé de volume en France depuis dix ans relève de la stupidité économique et de l’aveuglement idéologique. Cet abandon de toute ambition en matière de souveraineté fiscale et de justice sociale aggrave le séparatisme des plus riches et nourrit la fuite en avant vers le régalien et l’identitaire.

Mais quoi que l’on fasse pour ignorer le primat du social et des inégalités, la réalité reviendra au galop. En France, les 50 % les plus pauvres ont une empreinte carbone d’à peine 5 tonnes par habitant, contre 25 tonnes pour les 10 % les plus riches et 79 tonnes pour les 1 % les plus riches. Les solutions consistant à ratiboiser tout le monde au même taux, à l’image de la taxe carbone du début de quinquennat, n’ont pas beaucoup de sens et ne pourront jamais être acceptées.

On pourrait multiplier les sujets : la fiscalité locale doit être repensée pour permettre aux communes les plus pauvres et à leurs habitants de disposer des mêmes chances que les autres ; le système de pensions doit devenir universel et juste, en mettant l’accent sur les petites et moyennes retraites ; un nouveau partage du pouvoir doit s’appliquer entre salariés et actionnaires dans la gouvernance des entreprises ; la lutte contre les discriminations doit devenir une priorité assumée et mesurable.

Ouvrir le système démocratique français (Thomas Piketty)

Ouvrir le  système démocratique français (Thomas Piketty)

 

 

Dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022, il est urgent d’introduire de nouvelles formes de participation citoyenne, plaide l’économiste Thomas Piketty,

directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, Ecole d’économie de Paris.

 

 

moins de cinq mois du premier tour, que peut-on espérer de l’élection présidentielle prévue en avril prochain ? On peut poser la question à deux niveaux : celui du scrutin de 2022 et celui, plus large, de la place de la présidentielle dans le système politique français.

S’agissant de l’élection de 2022, force est de constater qu’elle est mal engagée. Face à la droitisation extrême du paysage politique, évolution à laquelle le macronisme au pouvoir n’est pas étranger, il est devenu presque impossible de débattre des grands enjeux sociaux et économiques qui vont structurer notre avenir commun.

 

Pour gagner la bataille de l’émancipation, de l’intelligence et du capital humain, l’enjeu central reste et demeure celui de l’investissement dans l’éducation et la formation. Malheureusement, les derniers chiffres issus de la loi de finances pour 2022 sont formels : la dépense publique par étudiant a chuté de 14 % en France entre 2008 et 2022 (– 7 % depuis 2017). Il s’agit d’un gâchis monumental pour le pays et pour sa jeunesse. Il est urgent que les candidats s’engagent sur des objectifs précis permettant aux universités de disposer enfin des mêmes moyens que les filières sélectives et de développer les cursus pluridisciplinaires et les niveaux d’encadrement dont les étudiants ont besoin.

 

Pour faire face au défi climatique, on sait qu’il faudra mieux répartir les efforts et mettre fortement à contribution les plus aisés. Exonérer les plus grandes fortunes de toute imposition alors même qu’elles ont triplé de volume en France depuis dix ans relève de la stupidité économique et de l’aveuglement idéologique. Cet abandon de toute ambition en matière de souveraineté fiscale et de justice sociale aggrave le séparatisme des plus riches et nourrit la fuite en avant vers le régalien et l’identitaire.

Mais quoi que l’on fasse pour ignorer le primat du social et des inégalités, la réalité reviendra au galop. En France, les 50 % les plus pauvres ont une empreinte carbone d’à peine 5 tonnes par habitant, contre 25 tonnes pour les 10 % les plus riches et 79 tonnes pour les 1 % les plus riches. Les solutions consistant à ratiboiser tout le monde au même taux, à l’image de la taxe carbone du début de quinquennat, n’ont pas beaucoup de sens et ne pourront jamais être acceptées.

On pourrait multiplier les sujets : la fiscalité locale doit être repensée pour permettre aux communes les plus pauvres et à leurs habitants de disposer des mêmes chances que les autres ; le système de pensions doit devenir universel et juste, en mettant l’accent sur les petites et moyennes retraites ; un nouveau partage du pouvoir doit s’appliquer entre salariés et actionnaires dans la gouvernance des entreprises ; la lutte contre les discriminations doit devenir une priorité assumée et mesurable.

L’Allemagne contre le nucléaire français

L’Allemagne contre le nucléaire français

Cinq pays dont surtout l’Allemagne ont décidé de ne pas reconnaître l’énergie nucléaire comme élément de lutte contre les dérives du climat.  ( Non reconnaissance dans la taxonomie). En apparence un enjeu écologique. Les quatre pays intéressés à savoir Autriche, Danemark, Luxembourg et Portugal ne dispose pas d’énergie nucléaire. L’Allemagne, elle, y a renoncé sous le poids des écologistes pour remplacer cette énergie nucléaire par du charbon et maintenant par le gaz de Russie. La vérité est essentiellement aussi économique à savoir que l’Allemagne ne veut surtout pas que la France devienne un des principales producteurs industriels des énergies nucléaires dans le monde. La bataille est avant tout économique avant d’être environnementale. Pour preuve le gaz n’est pas vraiment totalement une alternative non polluante au nucléaire. . La liste des énergies considérées comme vertueuses à la fois pour le climat et l’environnement  ((Taxonomie) ) doit être proposée d’ici la fin de l’année par la Commission européenne. Cette classification ouvrira l’accès à la finance verte, donnant un avantage compétitif crucial aux filières reconnues. Les pays européens se déchirent sur cette question. A Glasgow, lors de la COP26, les ministres de cinq pays de l’UE ont estimé jeudi que l’énergie nucléaire était « incompatible » avec les critères de la liste des investissements considérés comme « durables » actuellement élaborée par Bruxelles.Notons que c’est la même hypocrisie de l’Allemagne vis-à-vis de l’industrie des armes. L’Allemagne adopte une posture de neutralité dans la plupart des conflits mais entend bien développer une industrie dominatrice d’armement souvent contre l’influence de la France

Inflation : principale préoccupation des Français

Inflation : principale préoccupation des Français

En dépit des discours qui se veulent rassurants de la part des institutions officielles (gouvernement, banque centrale, experts), les Français ne croient pas du tout au concept d’une inflation qui serait modeste et temporaire. Au contraire, ils sont persuadés que cette ablation ne sera pas secondaire ni provisoire.

 

Pour eux , il y a une réelle menace du pouvoir d’achat tout autant que de l’épargne. Cette crainte est fondamentale pour l’avenir de la croissance. Avec le vent d’optimisme qui souffle sur la reprise d’activité, les experts comptent en effet beaucoup sur la mobilisation de l’épargne au service de la croissance. Or devant la montée des prix aussi bien des matières premières que des services contraints, les Français ne manifestent pas leur intention de se délester de l’épargne de précaution.

 

Pour preuve la confiance des ménages pour le mois d’octobre est passée sous sa moyenne de longue période, en baisse de deux points, selon l’Insee.

Les ménages sont conscients que leur situation financière passée est bonne, mais pessimistes sur son évolution. Surtout, leur avis sur le niveau de vie en France se dégrade nettement. La part des ménages qui pense que ce dernier va s’améliorer baisse de quatre points et passe sous sa moyenne de longue période.

Retour de l’inflation : principale préoccupation des Français

Retour de l’inflation : principale préoccupation des Français

En dépit des discours qui se veulent rassurants de la part des institutions officielles (gouvernement, banque centrale, experts), les Français ne croient pas du tout au concept d’une inflation qui serait modeste et temporaire. Au contraire, ils sont persuadés que cette ablation ne sera pas secondaire ni provisoire.

 

Pour eux , il y a une réelle menace du pouvoir d’achat tout autant que de l’épargne. Cette crainte est fondamentale pour l’avenir de la croissance. Avec le vent d’optimisme qui souffle sur la reprise d’activité, les experts comptent en effet beaucoup sur la mobilisation de l’épargne au service de la croissance. Or devant la montée des prix aussi bien des matières premières que des services contraints, les Français ne manifestent pas leur intention de se délester de l’épargne de précaution.

 

Pour preuve la confiance des ménages pour le mois d’octobre est passée sous sa moyenne de longue période, en baisse de deux points, selon l’Insee.

Les ménages sont conscients que leur situation financière passée est bonne, mais pessimistes sur son évolution. Surtout, leur avis sur le niveau de vie en France se dégrade nettement. La part des ménages qui pense que ce dernier va s’améliorer baisse de quatre points et passe sous sa moyenne de longue période.

Inflation: Nouvelle menace pour les Français

Inflation: Nouvelle menace pour les Français

En dépit des discours qui se veulent rassurants de la part des institutions officielles (gouvernement, banque centrale, experts), les Français ne croient pas du tout au concept d’une inflation qui serait modeste et temporaire. Au contraire, ils sont persuadés que cette ablation ne sera pas secondaire ni provisoire.

 

Pour eux , il y a une réelle menace du pouvoir d’achat tout autant que de l’épargne. Cette crainte est fondamentale pour l’avenir de la croissance. Avec le vent d’optimisme qui souffle sur la reprise d’activité, les experts comptent en effet beaucoup sur la mobilisation de l’épargne au service de la croissance. Or devant la montée des prix aussi bien des matières premières que des services contraints, les Français ne manifestent pas leur intention de se délester de l’épargne de précaution.

 

Pour preuve la confiance des ménages pour le mois d’octobre est passée sous sa moyenne de longue période, en baisse de deux points, selon l’Insee.

Les ménages sont conscients que leur situation financière passée est bonne, mais pessimistes sur son évolution. Surtout, leur avis sur le niveau de vie en France se dégrade nettement. La part des ménages qui pense que ce dernier va s’améliorer baisse de quatre points et passe sous sa moyenne de longue période.

Inflation: la principale préoccupation économique des Français

Inflation: la principale préoccupation économique des Français

En dépit des discours qui se veulent rassurants de la part des institutions officielles (gouvernement, banque centrale, experts), les Français ne croient pas du tout au concept d’une inflation qui serait modeste et temporaire. Au contraire, ils sont persuadés que cette ablation ne sera pas secondaire ni provisoire.

 

Pour eux , il y a une réelle menace du pouvoir d’achat tout autant que de l’épargne. Cette crainte est fondamentale pour l’avenir de la croissance. Avec le vent d’optimisme qui souffle sur la reprise d’activité, les experts comptent en effet beaucoup sur la mobilisation de l’épargne au service de la croissance. Or devant la montée des prix aussi bien des matières premières que des services contraints, les Français ne manifestent pas leur intention de se délester de l’épargne de précaution.

 

Pour preuve la confiance des ménages pour le mois d’octobre est passée sous sa moyenne de longue période, en baisse de deux points, selon l’Insee.

Les ménages sont conscients que leur situation financière passée est bonne, mais pessimistes sur son évolution. Surtout, leur avis sur le niveau de vie en France se dégrade nettement. La part des ménages qui pense que ce dernier va s’améliorer baisse de quatre points et passe sous sa moyenne de longue période.

Le Français » refondé » en pleine vitalité !

Le Français » refondé » en pleine vitalité !

 

 

S’il est commun d’entendre dire que la qualité du français décline, le linguiste Bernard Cerquiglini estime au contraire, dans une tribune au « Monde », que notre langue dans toute sa diversité est d’une grande vitalité, comme le démontrent de récentes avancées de la recherche.

On aimerait évidemment savoir sur quelle méthodologie scientifique s’appuie le constat des récentes avancées de la recherche. Par prudence sans doute, le linguiste indique cependant que le constat de la vitalité ne vaut qu’après intégration de la « Refondation ». NDLR

 

Voltaire, déjà, estimait que notre langue avait atteint son sommet un siècle avant lui avec Corneille, Racine et Quinault. Il jugeait le déclin commencé, la mort de l’idiome prévisible ; 300 millions d’êtres humains, de nos jours, lui donnent tort.

Le déclinisme langagier, toutefois, continue de bien se porter. Tout un chacun possède un avis sur la langue, révère une norme scolaire essentiellement écrite (sans pour autant la respecter toujours), dénonce pêle-mêle baisse du niveau, banlieues et blogs. Il était temps que la science intervînt. Car il est des savoirs sur la langue ; ils informent, détruisent les préjugés et, au fond, rassurent : ils éclairent l’usage, y compris le « bon », quand le purisme se contente de l’hystériser.

Il était temps que la linguistique s’adressât au grand public : elle a vécu, depuis trente ans, une révolution que l’on n’avait pas connue depuis la fin du XIXe siècle. C’est à l’honneur de la puissance publique (le CNRS, puis la Délégation générale à la langue française et aux langues de France), d’avoir lancé une telle entreprise : il s’agissait de mettre les connaissances accumulées à la disposition de tous, de renouveler l’enseignement, souvent rébarbatif, de la langue, en lui redonnant le goût de l’aventure, de rédiger, dans une terminologie simple et claire, la grammaire complète du français contemporain, tel qu’il est réellement pratiqué.

C’est au talent des soixante spécialistes (en majorité féminines), dirigés par Anne Abeillé et Danièle Godard (secondées par Annie Delaveau et Antoine Gautier : n’en déplaise à Vaugelas, la grammaire n’est plus un métier d’homme), que l’on doit de l’avoir menée à bien ; c’est à la gloire d’une improbable, courageuse et féconde alliance entre l’édition pionnière (Actes Sud) et la compétence typographique (L’Imprimerie nationale) d’en avoir assuré la publication.

La Grande Grammaire du français (89 euros) vient de paraître : deux forts volumes, 2 628 pages, 30 000 exemples issus d’un corpus immense (littérature, presse, audiovisuel, Internet, conversations) ; dans l’histoire de la linguistique française depuis le XVIsiècle, il est peu de tels monuments.

Objet de connaissance neuf

Que s’est-il passé, au sein de la recherche sur la langue depuis trente ans, pour que l’on puisse ériger tant de savoirs ? Rien d’autre qu’une refondation. Le français est redevenu un objet de connaissance neuf, qui ne se réduit plus à la langue écrite enseignée par l’école, illustrée par les écrivains, prescrite par le discours normatif ; il ne se ramène plus à sa variété « noble », essentiellement française sinon parisienne, recommandée (fort bien, d’ailleurs) par le Grevisse, décrite par l’admirable et gigantesque Trésor de la langue française

Le français en pleine vitalité….. Après une « Refondation »?

Le français en pleine vitalité….. Après une « Refondation »?

 

S’il est commun d’entendre dire que la qualité du français décline, le linguiste Bernard Cerquiglini estime au contraire, dans une tribune au « Monde », que notre langue dans toute sa diversité est d’une grande vitalité, comme le démontrent de récentes avancées de la recherche.

On aimerait évidemment savoir sur quelle méthodologie scientifique s’appuie le constat des récentes avancées de la recherche. Par prudence sans doute, le linguiste indique cependant que le constat de la vitalité ne vaut qu’après intégration de la « Refondation ». NDLR

 

Voltaire, déjà, estimait que notre langue avait atteint son sommet un siècle avant lui avec Corneille, Racine et Quinault. Il jugeait le déclin commencé, la mort de l’idiome prévisible ; 300 millions d’êtres humains, de nos jours, lui donnent tort.

Le déclinisme langagier, toutefois, continue de bien se porter. Tout un chacun possède un avis sur la langue, révère une norme scolaire essentiellement écrite (sans pour autant la respecter toujours), dénonce pêle-mêle baisse du niveau, banlieues et blogs. Il était temps que la science intervînt. Car il est des savoirs sur la langue ; ils informent, détruisent les préjugés et, au fond, rassurent : ils éclairent l’usage, y compris le « bon », quand le purisme se contente de l’hystériser.

Il était temps que la linguistique s’adressât au grand public : elle a vécu, depuis trente ans, une révolution que l’on n’avait pas connue depuis la fin du XIXe siècle. C’est à l’honneur de la puissance publique (le CNRS, puis la Délégation générale à la langue française et aux langues de France), d’avoir lancé une telle entreprise : il s’agissait de mettre les connaissances accumulées à la disposition de tous, de renouveler l’enseignement, souvent rébarbatif, de la langue, en lui redonnant le goût de l’aventure, de rédiger, dans une terminologie simple et claire, la grammaire complète du français contemporain, tel qu’il est réellement pratiqué.

C’est au talent des soixante spécialistes (en majorité féminines), dirigés par Anne Abeillé et Danièle Godard (secondées par Annie Delaveau et Antoine Gautier : n’en déplaise à Vaugelas, la grammaire n’est plus un métier d’homme), que l’on doit de l’avoir menée à bien ; c’est à la gloire d’une improbable, courageuse et féconde alliance entre l’édition pionnière (Actes Sud) et la compétence typographique (L’Imprimerie nationale) d’en avoir assuré la publication.

La Grande Grammaire du français (89 euros) vient de paraître : deux forts volumes, 2 628 pages, 30 000 exemples issus d’un corpus immense (littérature, presse, audiovisuel, Internet, conversations) ; dans l’histoire de la linguistique française depuis le XVIsiècle, il est peu de tels monuments.

Objet de connaissance neuf

Que s’est-il passé, au sein de la recherche sur la langue depuis trente ans, pour que l’on puisse ériger tant de savoirs ? Rien d’autre qu’une refondation. Le français est redevenu un objet de connaissance neuf, qui ne se réduit plus à la langue écrite enseignée par l’école, illustrée par les écrivains, prescrite par le discours normatif ; il ne se ramène plus à sa variété « noble », essentiellement française sinon parisienne, recommandée (fort bien, d’ailleurs) par le Grevisse, décrite par l’admirable et gigantesque Trésor de la langue française

Amazon diffuse le foot français !

Amazon diffuse le foot français !

 

On peut considérer que la diffusion du foot français connaît aujourd’hui la pire pagaille. Difficile en effet pour le supporter moyen de savoir et comment suivre les matchs diffusés à la télévision. Selon les cas et les compétitions, il faut s’adresser à Canal+, à Being, , à RMC, à Free ou encore à Amazon.

 

La multinationale américaine qui impose déjà sa puissance pour la diffusion de produits de consommation intervient donc aussi dans le sport et le foot français. Pas forcement un investissement financier très rentable mais une opération marketing pour que les Français s’habituent encore davantage à la marque justement qui se vante de diffuser aussi les produits hexagonaux.

 

Le paradoxe, c’est que plus il y a de canaux de diffusion, plus il y a de concurrence et moins les matchs sont accessibles. Le résultat sans doute aussi d’une politique complètement incohérente de la ligne nationale de football qui cumule le triste bilan d’un championnat le moins attrayant d’Europe et une politique de diffusion complètement anachronique. On estime que le chiffre d’affaires du service Amazon Ligue 1 devrait s’élever entre 170 et 200 millions d’euros hors taxe cette année. «Compte tenu des 250 millions d’euros payés pour l’acquisition des droits, et des coûts supplémentaires de production, évalués à 25 millions d’euros, les pertes d’Amazon seront comprises entre 75 et 100 millions d’euros». Le géant avait pourtant récupéré les droits TV du Championnat laissés vacants par Mediapro à la casse. Il a payé 70% moins cher que le groupe sino-espagnol. «Cela pose la question de la réelle valeur de la Ligue 1», estiment les experts. À noter face à une situation ubuesque la montée en flèche du piratage qui pourrait devenir le premier diffuseur !

Sondage présidentielle : rien n’est joué pour 70 % des Français

Sondage présidentielle : rien n’est joué pour 70 % des Français

Alors que les médias ne cessent d’affirmer que le président de la république, Emmanuel Macron est certain de l’emporter au second tour aux présidentielles de 2022, les Français sont un peu plus dubitatif et considère à 70 % que rien n’est encore joué.

 

Pour preuve sans doute, l’émergence complètement imprévisible d’un Zemmour qui pourrait bien être qualifié pour le second tour. Ceci étant, des événements imprévisibles sont encore susceptibles de se produire ici les présidentielles et de changer encore la donnent électorale. Cela d’autant plus que globalement les Français ne sont guère satisfaits de l’offre politique complètement éclatée, peu inspirée et peu mobilisatrice..Selon une enquête Kantar Public pour L’Hémicycle et Epoka, 96% des Français sont déterminés à aller voter à la prochaine élection présidentielle. Cependant, ils sont 85% à penser que la campagne électorale donne trop de place aux candidats, au détriment des programmes.

Hausse carburants : 75 % des Français concernés

Carburants : 75 % des Français concernés pour les déplacements

La  hausse des prix du carburant impacte évidemment la plupart des Français qui par nécessité utilisent leur voiture pour les déplacements domicile travail et pour accéder aux produits de la vie courante et aux service. Sauf à Paris,( du fait de la qualité et de la quantité des services de transport collectif ), la voiture est  indispensable. La hausse de l’essence bien donc amputer un pouvoir d’achat qui naguère touché par ailleurs au cours de ces dernières années. Cette hausse des carburants s’ajoute aux autres augmentations de produits du fait des difficultés d’approvisionnement, de la hausse du gaz et de l’électricité.

 

Le problème économique pourrait prendre une dimension sociale. L’État réfléchit à des formes d’aide très ciblée avec des chèques. Lacontradiction,  c’est que l’État bénéficie aussi des augmentations puisque certaines fiscalité ssont calculées en pourcentage sur les cours du carburant. (60 % des prix de ce carburant relèvent de la fiscalité).

En 2017, les trois-quarts des 24,6 millions d’actifs en emploi étudiés par l’Insee l’utilisaient l’automobile. Les autres modes de transport sont bien moins utilisés, qu’il s’agisse des transports en commun (16%), des deux roues (2%), du vélo (2%) ou de la marche (6%). La voiture est majoritaire dès que l’individu doit parcourir plus d’un kilomètre pour se rendre sur son lieu de travail. Sans surprise, plus la distance est grande, plus elle est utilisée.

 

Malgré le développement des transports en commun et du vélo, la voiture n’a que peu reculé, de 0,9 point de pourcentage seulement en cinq ans, précisent les statisticiens nationaux.

Nucléaire français: Un manque de moyens

 Nucléaire français: Un manque de moyens

 

La députée Emilie Cariou (ex-LRM) dénonce, dans une tribune au « Monde », l’absence de vision stratégique, le manque de transparence et la dérive d’un capitalisme financiarisé au sein du secteur de l’énergie, en France.

 

Tribune. Sans dire que l’on soit pour ou contre l’énergie nucléaire, force est de constater qu’il fait partie intégrante du mix énergétique français. Les choix dans ce domaine sont cruciaux, tant pour les finances publiques que pour la sûreté ou la souveraineté énergétique.

Chaque année, les instances chargées du nucléaire français présentent leurs rapports annuels d’activité devant les parlementaires membres de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST). Chaque année, les questions posées par les parlementaires membres de cet office se suivent et se ressemblent. Les réponses aussi. Ce qui est pour le moins inquiétant. Rapports toujours en demi-teinte, avec d’une part des améliorations, mais d’autre part, des inquiétudes pour l’année à venir. L’Autorité de sûreté nucléaire alerte depuis quatre ans sur le manque de personnel nécessaire pour réaliser les travaux indispensables à la prolongation, à l’entretien ainsi qu’aux démantèlements à venir des infrastructures nucléaires.

Il est difficile de ne pas se soucier des alertes sur le niveau de sûreté des cuves – qui renferment le cœur du réacteur – et de la situation de certains réacteurs, qui subissent aujourd’hui un vieillissement accéléré des aciers. Et la décision de prolonger l’intégralité des trente-deux réacteurs encore en activité est-elle réellement judicieuse, dès lors que nous n’avons pas la certitude de pouvoir en garantir la sûreté de manière pérenne ?

 

Si nos centrales nucléaires permettent de produire de l’électricité de manière continue, elles présentent un défi majeur : la gestion de déchets hautement radioactifs. Il semblerait qu’il y ait du retard sur la question et un grand manque d’anticipation sur le volume réel des déchets à traiter. Le projet Astrid avait pour objectif de mieux exploiter les matières radioactives tout en réduisant la quantité de déchets nucléaires. Son abandon a été acté dès 2019, par un communiqué de presse du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies. Quid du devenir des matières déjà recyclées ?

Coûts sous-évalués

A ce jour, la production du Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs (PNGMDR), dont le rapport parlementaire porte sur son évaluation institutionnelle, a plus de deux ans de retard. Le gouvernement a non seulement violé la loi en repoussant la date de son rendu, mais entrave de facto le travail et la mission de contrôle du Parlement sur la stratégie gouvernementale en matière de nucléaire civil. Sur la gestion des déchets nucléaires, seul l’enfouissement géologique profond a été étudié. Pourquoi se priver d’un second site pilote sur l’entreposage de surface, alternative prévue par la loi, et surtout, face à de tels enjeux de sûreté, pourquoi s’obstiner à vouloir mettre ses déchets dans le même panier ?

 

Centrafrique : les Russes aussi utiles que les Français!

Centrafrique : les Russes aussi utiles que les Français! 

Le  nouveau Premier ministre de RCA, Henri-Marie Dondra, s’explique sur cette insécurité qui gangrène le pays, fait le bilan de ses cent premiers jours au pouvoir et revient sur les dissensions qui perdurent entre Bangui et la France.Il considère la présence russe aussi nécessaire que la présence française. de quoi sans doute ajouter un peu plus de confusion et de troubles dans un pays miné par la guerre et la corruption (Interview JDD)

Quel bilan faites-vous de vos cent jours à la tête du gouvernement?
Sur le plan politique, il y a eu ce large vote de confiance de l’Assemblée nationale après ma déclaration de politique générale qui me permet d’aller de l’avant. Pour autant, nous n’avons pas attendu cela pour nous attaquer aux questions sociales qui demeurent nos priorités : ainsi l’accès à l’eau potable a été amélioré avec la réalisation de près de 185 forages. En ce qui concerne l’électricité, nous avons inauguré deux centrales. Le domaine de la santé n’a pas été oublié puisque nous avons recruté 240 agents. Il y a aussi une amélioration du climat des affaires, domaine où nous rencontrons quelques soucis. Aujourd’hui, nous essayons de restaurer la capacité de l’Etat à remplir ses missions régaliennes. 500 policiers et de 500 gendarmes ont été recrutés. L’objectif est d’atteindre 5.000 policiers et gendarmes d’ici 2023. Il faut que la paix s’impose pour que l’économIl considère la présence russe aussi nécessaire que la présence française. De quoi sans doute ajouter un peu plus de confusion et de troubles dans un pays miné par la guerre et la corruption.ie soit relancée à travers le secteur privé.

Mais la situation sécuritaire reste encore très volatile. Des combats se déroulent encore sur le territoire…
Nous faisons en sorte que les acquis obtenus depuis plusieurs mois, autrement dit la reconquête de territoires qui étaient aux mains des groupes rebelles, soit préservés. Nous en sommes aujourd’hui à 80 voire 90% du territoire qui a été récupéré.

Tenez-vous l’ancien Président François Bozizé pour principal responsable de cette insécurité?
Certains hommes politiques n’ont pas voulu participer aux élections et ont fait le choix des armes. Ce n’est pas le Président Touadéra qui a fait ce choix-là. Lui, au contraire, voulait coûte que coûte obtenir la bénédiction de la communauté internationale pour l’organisation de ce scrutin. Ce sont ceux qui composent la CPC qui ont imposé la guerre aux autorités. Nous n’avons fait que riposter.

Souhaitez-vous obtenir l’extradition du Président Bozizé?
Sur cette question, un débat se tient en haut lieu entre les chefs d’Etats de la sous-région. Ils travaillent pour qu’une solution soit trouvée.

Les forces du CPC pourront-elles participer au dialogue national de réconciliation promis par le Président Touadéra?

Tous les débats et négociations se feront dans le cadre des accords de paix que nous avons eu à signer. Seuls ceux qui sont restés dans ce cadre-là participeront au dialogue national inclusif. Comment pourrions-nous discuter avec ceux qui ont pris les armes et qui ne souhaitent plus être dans ces accords?

Comment expliquez-vous la dégradation des relations entre votre pays et Paris?
Notre relation pâtit de la désinformation et des attaques sur les réseaux sociaux qui ne sont pas l’œuvre du gouvernement. C’est regrettable. La France est un partenaire privilégié et nous n’avons pas le droit de gâcher nos relations avec elle. Nous continuons à maintenir le dialogue.

L’un des reproches formulés par Paris est la présence des mercenaires russes de la société Wagner sur votre sol. Le comprenez-vous?
J’ai entendu cette rumeur concernant Wagner. Il faut replacer les choses dans leur contexte : nous nous sommes uniquement adressés à la Russie officielle et avons signé un accord de coopération militaire pour la formation de nos forces de sécurité et de défense. Je n’ai vu nulle part d’accord signé avec une société privée russe.

Vous niez donc le fait qu’il y ait des mercenaires russes en RCA?
Encore une fois, nous avons des instructeurs russes sur notre sol. C’est tout.

Pourtant, en mai, des experts de l’ONU ont mentionné la présence de Wagner en RCA dans un rapport qui dénonçaient leurs exactions ainsi que celles des forces centrafricaines…
J’ai vu ce rapport. Mais je ne peux, en tant que Premier ministre, assumer le contenu d’un texte qui vient des Nations-Unies et qui n’est pas centrafricain. Par ailleurs, les Nations-Unies ont autorisé les Russes à nous livrer des armes et à former nos forces de défense et de sécurité.

Combien d’instructeurs russes sont présents sur le sol centrafricain?
Ils ne sont pas nombreux, entre 500 et 600 (les estimations les évaluent plutôt entre 1.000 et 2.000, NDLR).

Il n’y a donc pas d’intrusion des Russes dans les affaires centrafricaines?
Pas du tout. Il existe seulement une assistance technique auprès des services de douane via la mission économique russe. Mais celle-ci va bientôt prendre fin. En aucun cas, l’ambassadeur russe n’assiste au Conseil des ministres comme cela a pu être dit.

Comprenez-vous que le Mali envisage d’avoir recours à Wagner et à des forces autres que françaises et européennes pour assurer sa sécurité?
Il s’agit d’un pays souverain. Nous observons de près ce qui se passe là-bas. Ce que nous souhaiterions, c’est que la France renforce sa présence auprès de ce pays frère confronté à des difficultés tout comme nous.

La France a pourtant annoncé un retrait partiel des troupes…
Dans le cadre de l’antériorité de ses relations avec le Mali, la France devrait être davantage présente pour aider ce pays à se développer et à se protéger.

Les Nations-Unies ont décidé un renfort de 3.000 Casques Bleus dans votre pays. Est-ce une bonne décision?
Tout ce qui concourt à la paix, je le salue. Je ne peux donc qu’approuver et encourager les Nations-Unies à renforcer leur présence chez nous.

La paix pourra-t-elle triompher un jour dans votre pays?
C’est un impératif. Nous devons l’imposer par tous les moyens afin de relancer notre économie, ce qui nous permettra de mieux nous occuper de nos populations. Et pour obtenir cette paix, nous avons besoin de l’aide de tous, les Français comme les Russes.

Tourisme : Hausse de la consommation des Français

Tourisme : Hausse de la consommation des Français

En matière de tourisme, les Français ont davantage négligé les séjours à l’étranger et ce sont rabattus sur les séjours en France. Selon l’Insee, qui a livré mercredi ses premières données pour la saison estivale dans le cadre d’un point de conjoncture général sur l’économie française , le montant des transactions en carte bancaire a crû de 23 % dans l’hébergement, tant en juillet qu’en août. S’agissant de la restauration, longtemps à l’arrêt ou contrainte à une activité réduite, leur niveau a progressé de plus de 15 % en juillet par rapport au même mois de 2019, la hausse étant ramenée en deçà de 10 % en août.

L’institut national de la statistique, qui ne précise pas le montant des dépenses en euros, met en exergue l’impact de la mise en oeuvre du passe sanitaire. Ce dernier semble avoir pesé aussi sur la consommation de loisirs, comme l’ont souligné les opérateurs : l’augmentation des dépenses dépasse les 10 % en juillet, mais frôle seulement cette barre le mois suivant, selon l’Insee. Si la question n’est pas abordée par l’organisme, la météo pourrait avoir également influé sur l’activité pour les sites de loisirs comme pour la restauration.

Les Français ont plébiscité la destination France, dans un contexte de crise sanitaire planétaire et de multiples restrictions persistantes aux voyages à l’étranger.

Le nombre de nuitées pour juillet a atteint 123 millions, à comparer à 112 millions en juillet 2019 et à 117 millions l’an passé, selon l’Insee. Et contrairement à juillet 2020, ce tourisme domestique a d’abord profité aux hôtels, campings et autres hébergements payants, dépassant le niveau d’il y a deux ans avec un total de 60,7 millions de nuitées, soit 9,2 millions de plus qu’en juillet 2019. L’hébergement non marchand (résidence secondaire, maison de famille ou d’amis…) a retrouvé, lui, son niveau de juillet 2019.

Sous-marins français:L’erreur stratégique de l’Australie

Sous-marins français: L’erreur stratégique de l’Australie

 

La décision de l’Australie l’enferme dans l’affrontement entre blocs mais la France et l’Union européenne peuvent encore promouvoir le non-alignement dans l’Indo-Pacifique, estiment, dans une tribune au « Monde », l’ingénieur général de l’armement, Alain Bovis, l’amiral Alain Oudot de Dainville et l’ancien secrétaire général de la mer Jean-François Tallec.

 

Tribune.

 

L’annonce brutale, le 15 septembre, de l’accord trilatéral entre les Etats-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni, baptisé « Aukus », crée de nouvelles failles et un nouveau ressentiment au sein de l’Alliance atlantique. Cet accord n’apporte rien de nouveau pour la sécurité régionale par rapport à ceux existant de longue date entre les Etats-Unis et l’Australie, si ce n’est la coopération sur les sous-marins nucléaires, qui lui donne une dimension inédite.

Les Etats-Unis et la Chine cherchent à affirmer leur prééminence dans la zone Indo-Pacifique et multiplient les démonstrations de force. L’Australie a longtemps hésité dans son positionnement vis-à-vis de la Chine, son premier partenaire commercial. En sommeil depuis plusieurs années, le Dialogue quadrilatéral (Quad) pour la sécurité entre les Etats-Unis, l’Australie, l’Inde et le Japon a été relancé en novembre 2020. L’administration Biden semblait vouloir étendre l’alliance à la Corée du Sud et à d’autres pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean). Aukus change la donne avec des alliés asiatiques qui s’inquiètent ou prennent leurs distances. L’Australie marque de plus en plus de défiance à l’égard de la Chine, qui la menace de rétorsions. Le contexte se durcit, tandis qu’un nouveau pas est franchi dans la course aux armements.

La France entendait bâtir avec l’Australie un partenariat stratégique fondé sur la fourniture, par l’industriel de défense français Naval Group, de douze sous-marins conventionnels de classe Attack. Le déroulement du contrat, signé en 2016, et qui a fait l’objet depuis de nombreuses attaques commerciales, médiatiques et politiques, ne justifiait pas une rupture. Ce revers est un coup dur porté à l’industrie navale française car il pourrait ternir son image dans les futurs appels d’offres. Le carnet de commandes de Naval Group n’inspire pas d’inquiétude majeure à court et moyen terme grâce aux importants programmes nationaux, mais des difficultés sectorielles pourraient apparaître rapidement.

Enfin, la France n’a jamais été consultée sur l’option de la propulsion nucléaire ni sur la fourniture de sous-marins d’attaque Barracuda, trois fois moins chers, semble-t-il, que les sous-marins américains de classe Virginia. Lorsque le programme de sous-marins a été lancé en 2007, la mission de la marine australienne était de prévenir piraterie, trafics et immigration illégale. L’offre française répondait à ce besoin. Des études australiennes établissaient alors que la propulsion nucléaire serait extrêmement coûteuse et à très haut risque, l’Australie y avait donc renoncé. Bien que les réserves exprimées en 2007 soient toujours valables, l’Australie a finalement décidé de se doter de sous-marins nucléaires. Elle n’entend plus simplement protéger ses abords et sa zone économique exclusive, mais ambitionne de se déployer à très grande distance, notamment en mer de Chine. Elle s’enferme dans l’affrontement entre blocs et s’interdit désormais une voie médiane.

Sous-marins : la grande naïveté des Français

Sous-marins : la grande naïveté des Français

 Thibault de Montbrial, avocat et président du Centre de réflexion sur la Sécurité intérieure estime dans l’Opinion que la France fait preuve d’une grande naïveté.

 

Certes, les Américains sont nos plus anciens alliés mais si on regarde ces dernières années, il y a quand même beaucoup de choses qui ont changé ! Ce que je trouve étonnant c’est cette attente irréaliste de l’Europe et de la France en particulier après la victoire de Biden. Il continue à faire de l’America first, exactement comme Trump. Les USA ont leur propre agenda, ils sont obsédés par la Chine et sont indifférents aux manœuvres de la Turquie, vraie menace pour la France et pour l’Europe. ​»

Pour Thibault de Montbrial, l’absence de fuites sur ce dossier constitue un « échec colossal » pour nos services de renseignement. « C’est une gifle monumentale, vu de l’extérieur, ça paraît inconcevable que personne n’ait rien vu venir ! C’est édifiant sur la façon dont les autres pays nous considèrent ; nous avons vraiment été le paillasson des Australiens et des Américains. »

Dans un autre registre, Emmanuel Macron a demandé pardon aux Harkis tout en annonçant des mesures de réparations. Une reconnaissance historique ou de la générosité électorale ? «Les deux ! Vous savez, c’est toujours pareil avec Emmanuel Macron, on est dans le “en même temps”. Juste avant l’élection de 2017, il disait que la France avait commis un crime contre l’humanité lors de sa politique de colonisation… Il y avait une dette vis-à-vis des Harkis mais quatre ans et demi après le début du mandat, tout à coup, il y a ce “en même temps”. Mieux vaut tard que jamais. »

Concernant la sécurité, Macron a annoncé 500 millions de plus pour les policiers à la clôture du Beauvau de la sécurité. Une façon de couper, une fois de plus, l’herbe sous le pied de la droite ? «Oui et non mais c’est toujours pareil, si on prend un peu de recul, affirme Thibault de Montbrial. En 2018, après un an de mandat sous Emmanuel Macron, j’avais proposé que l’on fasse de la prospective et un livre blanc de la sécurité intérieure. J’avais été reçu par ses conseillers, ce livre blanc a duré un an et, une fois rendu public, on a décidé qu’il fallait faire un Beauvau de la sécurité. Donc on a encore passé un an à se dire les mêmes choses ! Et là, maintenant, alors que le gouvernement n’a plus les moyens de mettre en place une telle politique, on fait des annonces formidables mais qui, pour l’essentiel, passeront sur le mandat suivant. On est dans l’incantatoire.»

Thibault de Montbrial défend aussi l’idée qu’une immigration non maîtrisée est un facteur de déstabilisation tout en faisait le lien avec le terrorisme. Un peu comme Eric Zemmour ? « Vous savez, le constat aujourd’hui est très largement partagé et aussi dans les plus hautes sphères de l’Etat. Aujourd’hui, l’immigration est à la base de beaucoup de maux de la société française, comme une islamisation d’une partie de notre société. »

12345...45



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol