Archive pour le Tag 'frais bancaires'

Frais bancaires : environ 200 euros

Frais bancaires : environ 200 euros

 

Le comparateur de banques Panorabanques.com a enquêté sur « Les Français et leur Banque ». Les résultats montrent que les femmes ont des frais bancaires de 194 euros par an, supérieurs de 5 % à ceux des hommes, qui payent en moyenne 185 euros par an à leur banque. Les jeunes, pour leur part, ont des frais bancaires inférieurs à la moyenne et plus on progresse en âge, plus on supporte des frais bancaires élevés. Les frais bancaires des personnes les plus aisées sont pour leur part assez similaires à ceux des personnes ayant des revenus faibles. A noter, les clients aisés ont souvent une carte bancaire haut de gamme au coût moyen de 119 euros, alors que les clients ayant des revenus plus faibles ont une carte bancaire standard, au coût moyen de 41 euros. Les Français ne payent pas les mêmes frais bancaires, et l’écart entre la région la moins chère et la région la plus chère est de 15 %. Les banques mutualistes ont des politiques tarifaires différentes selon les régions, et sous une même enseigne, l’étude constate des écarts notables. Sans surprise, les clients des banques 100% en ligne sont ceux qui ont des frais bancaires les moins élevés. Les banques nationales apparaissent par ailleurs comme étant moins chères que les banques mutualistes. Alors qu’un client sur quatre déclare ne jamais se rendre dans son agence – et qu’un client sur deux est prêt à ne pas avoir de conseiller personnel dédié – les banques en ligne continuent donc de gagner des parts de marché.  Pour y voir clair, il est important de bien analyser les tarifs de sa banque Guillaume Clavel, président fondateur de Panorabanques.com« Les conclusions de notre étude prouvent bien que le coût de la banque n’est pas seulement une question d’offre mais aussi d’usage et d’analyse des différents services bancaires. Le découvert, le choix de la carte, le recours à un conseiller personnel dédié et la pertinence d’un forfait bancaire sont autant d’éléments à considérer dans la facture globale (…) Pour y voir clair, il est  important de bien analyser les tarifs de sa banque et d’être sûr que les services proposés correspondent bien à ses besoins réels », conclut Guillaume Clavel, président fondateur de Panorabanques.com.

Hausse frais bancaires en 2013

Hausse  frais bancaires en 2013

 

Selon  Les Echos qui s’est penché sur les nouvelles plaquettes tarifaires de huit grandes banques  26 hausses, pour deux baisses seulement. Les hausses des tarifs des frais bancaires concernent surtout les cartes de paiement (+ 2 % en moyenne), qui coûtera entre 35 et 41 euros. Autre opération en hausse: les virements hors zone euro. Dans 5 banques sur 8 testées dans l’enquête, ils coûteront plus cher en 2013, et les commissions d’intervention (les frais prélevés par la banque quand un paiement est fait alors que le découvert autorisé est dépassé), eux ne baissent globalement pas, malgré les appels lancés le mois dernier lors de la conférence nationale contre la pauvreté. Ces commissions d’intervention, Nathalie les connaît bien : elles ont contribué il y a quelque mois à ce qu’elle en arrive jusqu’à l’interdit bancaire. « Elles sont régulières, de l’ordre de 6 euros 70, raconte-t-elle sur RMC. Moi je suis reconnue adulte d’adulte handicapée, j’ai une pension. Quand on m’enlève 30 ou 50 euros de frais dans un mois, on m’enlève une semaine de budget de nourriture, ce sont vraiment des frais qui s’accumulent. Il faut être extrêmement vigilant. Ça m’a mis plus que dans le rouge, j’ai été en interdit bancaire, il m’a fallu à peu près 6 mois pour arriver à remonter la pente et arriver à 0 euros de découvert. J’ai eu plus de frais que ce que j’ai emprunté ».  Sonia a, elle aussi, connu l’interdit bancaire récemment, et les frais se sont accumulés. « Des petites sommes, mais quand ça dépasse 15 ou 20 euros, je trouve que c’est beaucoup. Ça engendre beaucoup de frais, en plus des prélèvements habituels, c’est un cercle vicieux et ça m’a mis dans le rouge. Alors on coupe dans d’autres budgets, alimentaire, de sortie », témoigne la mère de famille. Bénévole à l’association Consommation, logement, Cadre de Vie dans les quartiers nord de Marseille, Fathia Ziani connait bien ce phénomène. « La moyenne des revenus des personnes en surendettement est de 400 ou 500 euros au maximum. Et le fait d’avoir tous ces agios de 8 euros, 10, 11 euros, elles se disent « pourquoi je vais payer, puisque je ne vais pas y arriver ». Et c’est comme ça qu’elles se retrouvent en dossier de surendettement ».




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol