Archive pour le Tag 'forte'

Page 4 sur 13

Croissance : au ralenti en Europe et avec une forte inflation

Croissance : au ralenti en Europe et avec une forte inflation

On s’attendait a une assez forte croissance en France de l’art de 4 % avec une maîtrise des prix. En faite, on aura exactement l’inverse c’est-à-dire une croissance au ralenti sans doute de moitié (on enregistrait une croissance pratiquement zéro au premier trimestre). Et un dérapage des prix de cinq à 6 %. On enregistre les mêmes tendances partout en Europe avec des dérapages encore plus importants dans certains pays. L’éclatement de la guerre aux portes de l’Union européenne a considérablement assombri les perspectives économiques. Le Fonds monétaire international (FMI) table désormais sur une croissance du PIB de 2,9% en 2022 contre 3,5% en janvier.

« Le PIB marque le pas au T1 2022 (0,0% en variation trimestrielle). Il porte l’empreinte des 2 chocs exogènes – le Covid avec Omicron en janvier, puis la guerre en Ukraine qui a renforcé l’inflation – qui se sont conjugués pour faire baisser nettement la consommation des ménages », avait réagi le chef du département de la conjoncture à l’Insee Julien Pouget sur Twitter.

Résultat, la France se trouverait déjà, selon plusieurs économistes, dans un scénario de « stagflation » (forte inflation et croissance atone).

Malheureusement parallèlement les prix s’envolent et c’est bien une perspective de stagflation qui pourrait s’installer dans le pays. L’indice des prix à la consommation a grimpé de 4,8% en avril, contre 4,5% en mars selon les chiffres toujours provisoires de l’Insee. Et ce, principalement en raison de l’énergie bien que dans une moindre mesure que lors des premiers mois de l’année. « La principale contribution reste de loin celle de l’énergie mais elle diminue un peu. À l’inverse, les contributions de l’alimentation, des produits manufacturés et des services augmentent », complète Julien Pouget.

Ce contexte de croissance molle et de poussée des prix n’est pas propre à la France mais commun à l’ensemble de l’Europe. La forte dépendance de grandes économies à l’énergie russe pèse en effet sur l’activité de tout le continent. Ainsi, comme l’a rappelé Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE ce jeudi 5 mai : « La croissance du PIB a ralenti en Espagne (ndlr : au premier trimestre 2022), s’est arrêtée en France et s’est contractée en Italie », tandis qu’en « Allemagne, la dynamique de croissance est basse et s’affaiblit depuis fin février, le moment où tout a basculé ». Les « principales économies souffrent » des répercussions du conflit en Ukraine, résume-t-il.

Et les perspectives d’avenir sont loin d’être réjouissantes. « Le PIB de la zone euro devrait se contracter au deuxième trimestre, car les retombées de la guerre en Ukraine et la flambée des prix de l’énergie pèsent de plus en plus sur les revenus des ménages et la confiance des consommateurs, tout en rendant la vie difficile aux industriels », estimait la semaine dernière Andrew Kenningham, expert de Capital Economics.

 

Crise alimentaire : Suspendre le soutien aux biocarburants

Crise alimentaire :  Suspendre le soutien aux biocarburants

 

La perte de la production agricole ukrainienne peut être en partie compensée en cessant de soutenir les biocarburants, dont le bénéfice climatique est beaucoup plus faible qu’espéré et qui ne réduisent pas notre dépendance énergétique, estiment, dans une tribune au « Monde », les économistes Christophe Gouel et David Laborde.

 

Tribune.

 

La guerre en Ukraine, par le risque direct qu’elle fait peser sur la production agricole ukrainienne, et ses conséquences sur les marchés de l’énergie et des fertilisants ont conduit à une flambée historique des prix agricoles. Cette situation menace la sécurité alimentaire de nombreux pays pauvres et pousse l’Union européenne (UE) à chercher des solutions pour assurer sa propre souveraineté alimentaire et limiter l’impact de la guerre sur les marchés mondiaux.

Ces solutions tournent toutes autour d’une augmentation de la production, et nous font courir le risque de revenir sur les maigres avancées environnementales en cours dans le secteur. De plus, même si nous parvenions à accroître notre production, cela ne pourrait se faire qu’au mieux à l’automne pour les cultures de printemps, et en admettant que des problèmes d’approvisionnement en engrais ne viennent pas les compromettre. En réalité, l’Europe a les moyens d’agir dès maintenant sur les marchés agricoles : en suspendant ses politiques en faveur des biocarburants produits à partir de matières premières à usage alimentaire.

Les biocarburants sont des substituts aux carburants fossiles produits à partir de produits végétaux (les céréales et plantes riches en sucre – comme la betterave sucrière – pour l’éthanol, qui se substitue à l’essence, et les huiles végétales pour le biodiesel) ou de déchets. Parce que les émissions de CO2 résultant de la combustion des biocarburants sont en partie compensées par le CO2 absorbé par les plantes durant leur croissance, les biocarburants ont été soutenus en Europe depuis 2003 comme un outil de lutte contre le changement climatique.

Cependant, leur contribution à la crise des prix agricoles de 2007-2008 – et, dans une certaine mesure, à celle de 2011 – avait entraîné un revirement de la politique européenne dans ce domaine dès 2013. Malheureusement, les lobbys, la mémoire courte de certains décideurs politiques et quelques années d’abondance sur les marchés agricoles nous ont fait oublier la fragilité du système alimentaire mondial.

En 2020, selon l’OCDE, plus de trente millions de tonnes de produits agricoles étaient converties en biocarburants en Europe – plus encore si l’on compte les biocarburants qui y sont importés. Ce chiffre est important si on le compare à la production ukrainienne en grande culture, qui représente, toujours selon l’OCDE, 100 millions de tonnes en additionnant blé, maïs, autres céréales, betterave, tournesol, soja et colza.

 

Conjoncture : Les défaillances d’entreprises en forte hausse

Conjoncture : Les défaillances d’entreprises en forte hausse

Deux raisons à la forte hausse des défaillances d’entreprises, d’une part le fait que certaine ont bénéficié du ballon d’oxygène financier pendant la crise sanitaire, d’autre part le ralentissement de l’activité en particulier depuis la crise de l’Ukraine.

Contrairement à ce qu’ont affirmé nombre d’experts, la croissance en général et en France en particulier n’est pas sortie  avec une forte dynamique de la crise structurelle de l’activité. Certes la croissance s’est redressée mais ce n’était qu’une compensation de la chute imputable à la Covid. En réalité, la croissance reprend son rythme de croisière, autour de 2 % qui pourraient même être menacés encore davantage en fonction de l’évolution de la guerre en Ukraine.

Maintenues depuis deux ans à un niveau artificiellement bas en raison des dispositifs d’aide mis en place par Bercy (report de charges, PGE, fonds de solidarité…), les défaillances d’entreprises, supérieures à 28.000 en 2021, contre 51.000 en 2019, étaient appelées à remonter. Si la tendance était amorcée dès novembre 2021, le rythme est en revanche plus fort qu’attendu avec une hausse au premier trimestre 2022 de 34,6 % par rapport à la même période en 2021, selon les données du cabinet Altares publiées ce mardi. «Avec 9972 procédures enregistrées du 1er janvier au 31 mars, nous nous rapprochons des seuils de défauts d’avant-crise (10 902 au premier trimestre 2020), et il faut s’en préserver. Le plan de résilience va dans ce sens et c’est tant mieux», souligne Thierry Millon, le directeur des études d’Altares.

Covid France 6 avril 2022 : très forte augmentation des contaminations

Covid France 6 avril 2022 : très forte augmentation des contaminations

Mardi 5 avril 2022 : Forte augmentation décontamination avec 203 000   cas en 24 heures. On enregistre recense ce mardi 5 avril 2022, 142.784 morts au total et +203.021 nouveaux cas confirmés en 24h.

On recense aussi ce mardi 5 avril 2022+129 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.526 (+2) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 114.258 (+127 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,21 le taux d’incidence à 1.435,49 et la tension hospitalière à 30,7 %. Le taux de positivité est à 26,9 %.

La France compte actuellement 23.010 (+175) personnes hospitalisées et 1.552 (+11) malades en réanimation.

Selon les données de Santé Publique France, Découvrez le bilan des différentes régions françaises et leur évolution :

  • Ile-de-France : 4.608 (+12) hospitalisées, 356 (+1) en réanimation et +19 décès en 24h
  • Grand Est : 2.111 (+3) hospitalisés, 153 (+11) en réanimation et +10 décès en 24h
  • Hauts de France : 2.257 (-9) hospitalisés, 139 (-7) en réanimation et +20 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.285 (-23) hospitalisés, 131 (-5) en réanimation et +12 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.252 (-9) hospitalisé, 173 (0) en réanimation et +11 décès en 24h
  • Bretagne: 1.141 (-20) hospitalisés, 54 (+3) en réanimation et +9 décès en 24h
  • Normandie : 1.553 (+53) hospitalisés, 61 (-9) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.537 (+60) hospitalisés, 118 (+12) en réanimation et +11 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 846 (+11) hospitalisés, 54 (+2) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Occitanie: 1.891 (+93) hospitalisés, , 146 (+12) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 879 (+2) hospitalisés, 63 (-1) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 1.000 (+12) hospitalisés, 63 (+2) en réanimation et +6 décès en 24h

Covid jeudi 30 mars 2022 : forte hausse avec 217 480 cas en 24 heures

Covid jeudi 30 mars 2022 : forte hausse avec 217 480 cas en 24 heures +217.480 nouveaux cas confirmés en 24h.

En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de Covid-19, fait état d’au moins 2.629.776 cas confirmés soit +217.480 en 24h.

On enregistre ce mardi 29 mars 2022 : 217 484 en 24 heures, 141.985 morts au total, +164 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.458 (+28) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 113.527 (+136 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,35 le taux d’incidence à 1.329,40 et la tension hospitalière à 30,4 %. Le taux de positivité est à 26,7 %.

La France compte actuellement 21.300 (+227) personnes hospitalisées et 1.538 (+5) malades en réanimation.

Selon les données de Santé Publique France, Découvrez le bilan des différentes régions françaises et leur évolution :

  • Ile-de-France : 4.286 (+41) hospitalisées, 372 (+5) en réanimation et +17 décès en 24h
  • Grand Est : 1.865 (+25) hospitalisés, 137 (0) en réanimation et +21 décès en 24h
  • Hauts de France : 2.145 (+60) hospitalisés, 146 (+10) en réanimation et +9 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.138 (+24) hospitalisés, 147 (+5) en réanimation et +15 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.162 (+7) hospitalisé, 166 (+1) en réanimation et +12 décès en 24h
  • Bretagne: 1.051 (+34) hospitalisés, 53 (+5) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Normandie : 1.313 (-23) hospitalisés, 71 (-9) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.468 (+21) hospitalisés, 103 (+2) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 742 (+54) hospitalisés, 51 (-5) en réanimation et +12 décès en 24h
  • Occitanie: 1.749 (-13) hospitalisés, , 128 (-1) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 860 (+10) hospitalisés, 59 (0) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 864 (+12) hospitalisés, 54 (-3) en réanimation et +9 décès en 24h

 

 

Russie : Une armée forte mais un pays faible

Russie : Une armée forte mais un pays faible 

Comme dans la plupart des dictatures, la Russie se caractérise par une armée forte mais par niveau de vie faible( par exemple un salaire médian de leurs de 500 €). Bref, presque un pays sous-développé. En cause le recul économique et technologique et le pillage des richesses par les oligarques.Si l’on se réfère aux données du fonds monétaire international, la Russie, économiquement demeure un pays faible. Elle n’arrive en effet qu’en 50e position dans le classement du PIB( richesse nationale) par habitant. (En valeur absolue la Russie ne se situe même pas dans les 10 premiers).

 

Données du Fonds monétaire international, 2017

Rang

Pays ou territoire

PIB par habitant (en dollars internationaux)

1  Qatar 124 927
2  Macao 114 430
3  Luxembourg 109 192
4  Singapour 90 531
5  Brunei 76 743
6  Irlande 72 632
7  Norvège 70 590
8  Koweït 69 669
9  Émirats arabes unis 68 245
10  Suisse 61 360
11  Hong Kong 61 016
12  Saint-Marin 60 359
13  États-Unis 59 495
14  Arabie saoudite 55 263
15  Pays-Bas 53 582
16  Islande 52 150
17  Bahreïn 51 846
18  Suède 51 264
19  Allemagne 50 206
20  Australie 49 882
21  Taïwan 49 827
22  Danemark 49 613
23  Autriche 49 247
24  Canada 48 141
25  Belgique 46 301
26  Oman 45 464
27  Finlande 44 050
28  Royaume-Uni 43 620
29  France 43 551
30  Japon 42 659
31  Malte 42 532
-  Union européenne 40 8912
32  Corée du Sud 39 387
33  Nouvelle-Zélande 38 502
34  Espagne 38 171
35  Italie 37 970
36  Porto Rico 37 895
37  Chypre 36 557
38  Israël 36 250
39  République tchèque 35 223
40  Guinée équatoriale 34 865
41  Slovénie 34 064
42  Slovaquie 32 895
43  Lituanie 31 935
44  Estonie 31 473
45  Trinité-et-Tobago 31 154
46  Portugal 30 258
47  Pologne 29 251
48  Hongrie 28 910
49  Malaisie 28 871
50  Russie 28 712

0 Réponses à “Russie : un pays

Pas de stratégie industrielle sans logistique forte

Pas de stratégie industrielle sans logistique forte

 

Le professeur de logistique Aurélien Rouquet note, dans une tribune au « Monde » que la réindustrialisation requiert une stratégie logistique. Or la France est sur ce terrain particulièrement en retard par rapport à l’Allemagne et à la Chine.

 

D’où la nécessité d’un partenariat fort entre les producteurs et les chargeurs mais aussi avec les pouvoirs publics maître d’œuvre sur à peu près toutes les infrastructures. NDLR

 

Tribune.

 

La pandémie de Covid-19 a révélé avec force que nous étions désormais largement dépendants pour nos approvisionnements de pays étrangers. Les pénuries de masques, les négociations houleuses pour être livré en priorité de vaccins, font qu’un besoin largement partagé au sein des familles politiques de la nation est que la France se réindustrialise et reprenne le contrôle des chaînes de valeur indispensables à sa souveraineté.

Dans ce cadre, la plupart des candidats à la présidentielle s’accordent sur le fait qu’un objectif pour les prochaines années doit être de relocaliser une partie de la production, et de favoriser le retour des usines sur notre sol. S’il est indéniable qu’un meilleur contrôle des chaînes de valeur passe par un retour des usines sur le sol national, une politique qui s’en tiendrait à cibler ces seules usines ne constitue qu’une part de la solution.

Quel que soit le secteur industriel que l’on considère, il est en effet clair que la valeur se crée aujourd’hui non plus seulement dans les usines, mais aussi dans les entrepôts et plates-formes logistiques. Et que l’avantage concurrentiel d’une firme industrielle découle à la fois de la maîtrise des technologies productives de fabrication, et de celle des technologies logistiques nécessaires à les faire circuler vers les clients.

La force d’une entreprise comme Apple s’explique certes par sa capacité à innover constamment en termes de produits, mais découle aussi de la façon dont elle a réussi depuis des années à orchestrer globalement et efficacement autour de quelques usines et plates-formes logistiques mondiales, une chaîne logistique faite de milliers de fournisseurs en amont et de points de vente en aval.

Il n’est d’ailleurs pas anodin qu’à la mort de Steve Job, la tête de l’entreprise ait été confiée à Tim Cook, alors responsable de la fabrication et de la supply chain (« chaîne d’approvisionnement »). Se contenter de penser une politique industrielle ciblant les usines, c’est ainsi regarder la réalité productive avec des lunettes du passé, en utilisant une distinction économique entre industrie et services qui ne fait plus sens aujourd’hui et empêche de voir la réalité logistique en face.

Politique-Sondage Macron : forte baisse

Politique-Sondage Macron : forte baisse

 

Selon un sondage Ifop pour le JDD paru ce samedi soir, 37% des Français se disent satisfaits de son action, contre 41% il y a un mois.

Il s’agit ainsi de la plus grosse baisse depuis mars 2021. « C’est un tournant », déclare à l’hebdomadaire Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop, pointant également que le président était jusqu’alors épargné en raison de la pandémie de Covid-19. Les chutes les plus importantes se situent chez les ouvriers et les 18-24 ans, puisque le président sortant perd respectivement 11 et 7 points dans ces catégories.

 Parmi les raisons avancées, l’on retrouve notamment la phrase polémique sur la volonté d’ »emmerder » les non-vaccinés. Le pouvoir d’achat est également cité comme critique.

Emmanuel Macron, qui n’a toujours pas officialisé sa candidature pour sa propre succession, pourra cependant se rassurer en regardant les autres enquêtes d’opinion. Selon notre baromètre des sondages présidentiels Élyséemètre, il est ainsi crédité de 25,3% des intentions de vote. Un chiffre relativement stable depuis le début de la campagne. Ses deux principales rivales, Valérie Pécresse et Marine Le Pen, sont, elles, toutes les deux aux alentours des 17%.

Sondage réalisé par l’Ifop pour le JDD entre le 14 et le 20 janvier 2022 auprès d’un échantillon représentatif de 1952 personnes âgées de 18 ans et plus en respectant la méthode des quotas. Les interrogations ont eu lieu par téléphone et sur Internet. La marge d’erreur est située entre 1 et 2,3 points.

Sondage popularité Macron : forte baisse

Sondage popularité Macron : forte baisse

 

Selon un sondage Ifop pour le JDD paru ce samedi soir, 37% des Français se disent satisfaits de son action, contre 41% il y a un mois.

Il s’agit ainsi de la plus grosse baisse depuis mars 2021. « C’est un tournant », déclare à l’hebdomadaire Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop, pointant également que le président était jusqu’alors épargné en raison de la pandémie de Covid-19. Les chutes les plus importantes se situent chez les ouvriers et les 18-24 ans, puisque le président sortant perd respectivement 11 et 7 points dans ces catégories.

 Parmi les raisons avancées, l’on retrouve notamment la phrase polémique sur la volonté d’ »emmerder » les non-vaccinés. Le pouvoir d’achat est également cité comme critique.

Emmanuel Macron, qui n’a toujours pas officialisé sa candidature pour sa propre succession, pourra cependant se rassurer en regardant les autres enquêtes d’opinion. Selon notre baromètre des sondages présidentiels Élyséemètre, il est ainsi crédité de 25,3% des intentions de vote. Un chiffre relativement stable depuis le début de la campagne. Ses deux principales rivales, Valérie Pécresse et Marine Le Pen, sont, elles, toutes les deux aux alentours des 17%.

Sondage réalisé par l’Ifop pour le JDD entre le 14 et le 20 janvier 2022 auprès d’un échantillon représentatif de 1952 personnes âgées de 18 ans et plus en respectant la méthode des quotas. Les interrogations ont eu lieu par téléphone et sur Internet. La marge d’erreur est située entre 1 et 2,3 points.

Covid : La pression hospitalière toujours forte

Covid : La pression hospitalière toujours forte

L’envolée des contaminations des derniers jours nourrit la pression hospitalière.. Actuellement, leur taux d’occupation pour des patients atteints du Covid-19 flirte avec la barre des 50%. Loin des 136% (et donc bien au-delà des capacités initiales) de la première vague.

La pression hospitalière, plus forte dans certaines régions, a contraint de nouveau les hôpitaux à transférer en octobre dernier des malades vers d’autres territoires en France, voire en Allemagne. Au total il y aurait presque 4000 malades en soins critiques actuellement

Covid: Djokovic a menti

Covid: Djokovic  a menti

 

 

La lamentable pantomime autour de la pseudo vaccination de Djokovic continue et les autorités ne se grandissent pas en tergiversant  sur le sujet. L’association professionnelle des joueurs de tennis a cru mettre utilement son grain de sel dans cette affaire en soutenant le numéro un mondial. Une association qui confond sans doute corporatisme et sciences médicales. Quant aux autres joueurs professionnels,  ils ne s’en en connaissent pas plus que le commun des mortels et devraient se taire.

D’après les dernières informations Le test positif au Covid-19 de Novak Djokovic, qu’il présente comme datant du 16 décembre, pourrait avoir été falsifié.

Une affaire assez lamentable pour un champion mondial incontestable qui par sa position influence l’opinion et en particulier la jeunesse quand au respect des mesures de protection covid.

Rapportés ce mardi dans une enquête du média allemand Der Spiegel rapportés par BFM  plusieurs éléments informatiques supposent qu’une manipulation a pu avoir lieu. Le n°1 du tennis mondial pourrait avoir été testé positif le 26 décembre, et non pas le 16 décembre.

Dans le cadre de sa demande d’exemption pour entrer en Australie sans vaccination contre le Covid-19, Novak Djokovic a fourni un dossier avec un test positif datant du 16 décembre et un test négatif du 22 décembre. Ces deux résultats constituent un argument de poids: ils prouvent une immunité au coronavirus pour plusieurs semaines. De quoi convaincre les autorités sanitaires australiennes de le laisser entrer sur l’île pour disputer le tournoi du Grand Chelem.

Mais le document faisant état du test positif – accessible publiquement sur les serveurs du gouvernement australien – suscite de nombreux soupçons. Car en scannant le QR code fourni par les autorités serbes, plusieurs anomalies apparaissent: l’horodatage lié au QR code positif correspond au 26 décembre; ce même QR code a brièvement affiché « résultat négatif » sur un site officiel serbe; le numéro d’identification du test positif (7371999) est supérieur à celui du test négatif datant du 22 décembre (7320919).

En outre, l’écart entre ces deux numéros d’identification (environ 50.000) ne correspond pas aux 75.000 tests annoncés en Serbie entre le 16 et le 22 décembre. Or, sur la période 22-26 décembre, environ 50.000 tests ont été recensés. Contactés par Der Spiegel, les autorités serbes n’ont pas apporté de réponses aux questions soulevées par ces éléments.

À l’entraînement mardi sur le site de l’Open d’Australie, Novak Djokovic demeure toujours dans l’incertitude malgré sa première victoire judiciaire. Son visa peut être encore une fois annulé par les autorités australiennes.

D’autant qu’un nouvel élément à charge est apparu: le joueur a omis de déclarer un voyage fin décembre en Espagne. Du côté de la Serbie, la Première ministre Ana Brnabic a déclaré être « ni optimiste ni pessimiste » sur l’issue finale de cette bataille judiciaire. Une affaire sans doute judiciaire mais aussi sportive et surtout de portée pédagogique et éthique

Covid France 12 janvier 2002 : forte hausse avec +368.149 cas en 24h.

.

Covid France 12 janvier 2002 : forte hausse avec +368.149 cas en 24h

On recense ce mardi 11 janvier 2022 : 126.059 morts au total, +341 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 27.212 (+73) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 98.847 (+268 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,44 le taux d’incidence à 2.790,03 et la tension hospitalière à 78,5 %. Le taux de positivité est à 15,9 %.

La France compte actuellement 23.371 (+622) personnes hospitalisées et 3.969 (+65) malades en réanimation.

Bilan des régions

  • Ile-de-France : 6.077 (+256) hospitalisées, 905 (+32) en réanimation et +66 décès en 24h
  • Grand Est : 1.698 (+12) hospitalisés, 307 (-6) en réanimation et +21 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.587 (+49) hospitalisés, 290 (0) en réanimation et +19 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 3.133 (+85) hospitalisés, 528 (+17) en réanimation et +39 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.816 (+32) hospitalisé, 554 (+13) en réanimation et +23 décès en 24h
  • Bretagne: 630 (-5) hospitalisés, 86 (-2) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Normandie : 1.039 (+51) hospitalisés, 112 (-1) en réanimation et +13 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.300 (+6) hospitalisés, 252 (0) en réanimation et +20 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 671 (+27) hospitalisés, 111 (-7) en réanimation et +10 décès en 24h
  • Occitanie: 1.875 (+5) hospitalisés, , 385 (-5) en réanimation et +22 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 682 (+18) hospitalisés, 123 (+5) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 943 (+4) hospitalisés, 154 (-1) en réanimation et +15 décès en 24h

Covid–taux d’incidence : en forte hausse en Europe

Covid–taux d’incidence : en forte hausse en Europe

Les pays avec l’incidence la plus élevée dans le monde se situent surtout  en Europe, à commencer par le Danemark (incidence de 2.045), Chypre (1.969) et l’Irlande (1.964).

Ce mercredi 29 décembre 2021 (données consolidées), ce taux d’incidence s’élève en moyenne à 1.332,70 en France. En Île-de-France, ce même taux est de 2.206,20 cas pour 100.000 habitants au cours de 7 derniers jours.

Aussi, Santé publique France précise que ce taux d’incidence représente le nombre de personnes, sur une semaine glissante, testées positives (RT-PCR et tests antigéniques confondus) pour la première fois depuis plus de 60 jours rapporté à la taille de la population. Il est exprimé pour 100.000 habitants et permet de comparer des zones géographiques entre elles.

Le taux d’incidence peut fluctuer en fonction des activités de dépistage et de délais de rendus de résultat. Chaque département est classé selon trois couleurs : en rouge les départements avec taux d’incidence élevé, en orange ceux avec un taux d’incidence moyen, en vert, les départements avec un taux d’incidence faible.

Covid France jeudi 23 décembre 2021 : nouvelle forte hausse avec plus de 84 000 cas

  •  Covid France jeudi 23 décembre 2021 : nouvelle forte hausse avec  plus de 84 000 cas

au moins +84.272 cas  ces dernières 24h. On recense ce mercredi 22 décembre 2021, +170 morts en 24h soit 122.116 au total. Le nombre total de décès en EHPAD et EMS fait état de 27.033 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 95.083 (+170 en 24h). 51.522.919 personnes sont totalement vaccinées contre la covid-19 en France.

COVID-19 FRANCE 22 décembre 2021. : Très forte hausse avec près de 73 000 cas

 COVID-19 FRANCE 22 décembre 2021. : Très forte hausse avec près de 73 000 cas

123456...13



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol