Archive pour le Tag 'forestière'

«Pour une industrie forestière européenne».

«Pour une industrie forestière européenne». 

« Tant que le secteur forestier relèvera de la compétence de chaque Etat, l’écart entre pays européens ne cessera de grandir au profit des grandes puissances que sont l’Asie et les Etats-Unis », selon Florian Court, ingénieur forestier et conseiller en politiques publiques.

Tribune dans L ‘Opinion 

 

L’Europe est la seule région au monde dont les surfaces forestières s’accroissent annuellement. La foresterie est un secteur en devenir sur un plan multifonctionnel, de par son renouvellement de la matière première. Il s’agit du troisième secteur d’emploi derrière la métallurgie et l’industrie alimentaire.

Au cours des vingt dernières années, des changements sociétaux et politiques notables ont influé sur la manière dont la société européenne considère les forêts et la sylviculture. Dans le même temps, la multiplication des politiques en rapport avec
les forêts a créé un environnement complexe, et fragmenté.

En l’absence de politique forestière commune et de cadre directeur commun, et afin de rendre plus lisible l’action forestière à une échelle européenne, une nouvelle stratégie pour les forêts et le secteur forestier doit prochainement être adoptée par la Commission européenne.

«La mondialisation des marchés forestiers doit être a minima accompagnée de l’européanisation de l’état de droit forestier»

«Pillage». S’agissant des orientations et des choix stratégiques des 27, corrélés à la mondialisation des marchés, il est un pari fou que de continuer à raisonner selon un modèle purement concurrentiel. Tant que le secteur forestier relèvera de la compétence de chaque pays, l’écart entre pays européens ne cessera de grandir au profit des grandes puissances que sont l’Asie et les Etats-Unis. L’Europe devient actuellement le terrain d’affrontement de ces deux grandes puissances et se voit pillée de ses richesses naturelles et forestières. L’actuelle « pénurie des matériaux » illustre cet affrontement géostratégique. Ce « pillage » de bois orchestré sur le vieux continent, alimente de manière récurrente le déficit du commerce extérieur français, autour de 6,5 milliards d’euros, soit entre 6 et 10 % du déficit commercial. En cause notamment, un taux d’exportation de 27 %, contre 55,3 % en moyenne pour la production manufacturière ; d’où l’urgence de (re)conquérir des parts de marché à l’export.

Dans ces conditions, la mondialisation des marchés forestiers doit être a minima accompagnée de l’européanisation de l’état de droit forestier, sans quoi nous assisterons à des accentuations des difficultés auxquelles nous faisons face actuellement : la tyrannie du court terme, la domination du secteur privé et illégal, la concentration des richesses, le pillage des ressources et la négation des enjeux de l’environnement.

Les Alpes et le pourtour méditerranéen seront, dans les années à venir, les deux biomes les plus affectés par le changement climatique. Les forêts et essences associées devraient évoluer spatialement à un rythme qui, pour la plupart, ne leur permettra pas de s’adapter à leur nouvel environnement bioclimatique. Les infestations parasitaires et leur rythme d’apparition augmenteront avec des hivers moins rigoureux notamment.

Stratégie industrielle. Au-delà des conséquences sanitaires, l’enjeu est économique ! La ressource forestière y est particulièrement importante et diversifiée contrairement à son exploitation et sa valorisation, toutes deux contraintes par la géographie des lieux et par les marchés étrangers. Afin de limiter ce phénomène sanitaire aggravant tout en répondant à la demande croissante de bois des Alpes dans le bâtiment, il est nécessaire d’accompagner ces évolutions par un apport ingénieux de connaissances et de compétences techniques et scientifiques.

«Le département des Hautes-Alpes travaille à la mise en place d’une Haute Ecole du Bois et de la Forêt (école d’ingénieurs) sur son territoire»

Afin de soutenir le Pacte vert européen par une stratégie industrielle permettant d’accroître l’ensemble des performances du secteur par des approches systèmes, de développer les usages du bois dans une perspective bioéconomie et d’adapter la forêt et préparer les ressources forestières du futur, le département des Hautes-Alpes travaille activement à la mise en place d’une Haute Ecole du Bois et de la Forêt (école d’ingénieurs) sur son territoire, associée à un centre de formation et d’innovation sur l’architecture de montagne.

Dans l’objectif de relancer et d’intensifier leurs relations bilatérales suivant la mise en place de ce projet important d’intérêt commun, les acteurs des deux filières française et italienne entendent collaborer. Ce pôle d’excellence et de compétences franco-italien représente une opportunité unique de diversifier et dynamiser l’économie territoriale, de rendre accessible la formation supérieure dans un domaine porteur d’avenir et également de créer une collaboration enrichissante avec les pays de l’arc alpin. L’établissement saura adapter ses enseignements et ses recherches au profit d’initiatives territoriales exemplaires, et garantira un apport de matières grises de qualité envers l’ensemble des acteurs de la filière.

Il est urgent de décloisonner la filière en formant dès aujourd’hui des professionnels en capacité d’interagir transversalement et de développer des produits économiquement viables, écologiquement soutenables et socialement acceptables.

Florian Court est ingénieur forestier et conseiller en politiques publiques.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol