Archive pour le Tag 'foot'

Page 9 sur 10

L’équipe de foot la plus chère du monde

L’équipe de foot  la plus chère du monde ,

 

Selon l’étude:  du Centre internationale d’étude du Sport de Neuchâtel.

Formation 4-4-2: Manuel Neuer (Bayern Munich) – Luke Shaw (Southampton), Gérard Piqué (FC Barcelone), Vincent Kompany (Manchester City), Kyle Walker (Tottenham Hotspur) – Sergio Busquets (FC Barcelone), Paul Pogba (Juventus), Eden Hazard (Chelsea), Gareth Bale (Real Madrid) – Cristiano Ronlado (Real Madrid), Lionel Messi (Barcelone).  Plus globalement, outre Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, le podium est complété par l’Uruguayen Luis Suarez suivi du Belge Eden Hazard et du Brésilien Neymar Junior. Paul Pogba se classe sixième. Un seul autre Français figure dans le classement: Olivier Giroud, 48ème avec une valeur de marché comprise entre 28 et 32 millions  d’euros. Le premier joueur évoluant dans le championnat français est Edinson Cavani, l’attaquant uruguayen du PSG, 9e avec une fourchette de 48 à 56 millions d’euros. D’ailleurs on dénote pas moins de 4 joueurs du PSG dans le top 50 (Cavani, Lucas, Silva et Verratti), mais pas Zlatan Ibrahomovic. L’étude remarque d’ailleurs que sur les cinq vainqueurs des grands championnats européens, Manchester City, le Bayern Munich, la Juventus, l’Atletico Madrid et le PSG, quatre d’entre eux totalisent l’effectif avec la plus forte valeur de marché dans leur championnat natinonal. L’exception est l’Atletico Madrid, largement devancé par Barcelone et le Real Madrid.  Par ailleurs, si l’étude se focalise sur les joueurs et les clubs, les auteurs estiment que « les données peuvent aussi être interprétées à l’aune de la Coupe du Monde du Brésil ».  Ils estiment ainsi que la forteresse défensive brésilienne risque bien d’être infranchissable, le Brésil comptant 6 défenseurs parmi les meilleurs mondiaux avec Dani Alves, Maicon,Thiago Silva, Dante, Maxwell et Marcelo. Quant à la France, les auteurs pointent du doigt la non-sélection de Samir Nasri, alors que celui-ci évolue, d’après eux dans les 10 meilleurs mondiaux à son poste.

 

Foot : Hollande chez les bleus, c’est foutu pour l’équipe de France !

Foot : Hollande chez les bleus, c’est foutu pour l’équipe de France !

 

Hollande est venu voir les bleus, mauvais présage pour l’équipe de France. « Rien n’est impossible » à dit Hollande pour l’équipe de France, si c’est comme l’inversion du chômage, la croissance, on peut douter de sa prévision. En outre Hollande aurait pu se dispenser d’indiquer qu’il n’était pas obligatoire que tous les bleus chantent la Marseillaise. Mardi soir, entre deux coups de fourchette lors du dîner informel avec les Européens à Bruxelles, François Hollande a été informé sur son téléphone des quatre buts de la France face à la Norvège. De bon augure, même si le président ne s’emballe pas. En fidèle lecteur de « l’Equipe », il surveille de près l’Espagne, le Brésil, l’Argentine et l’Allemagne, « toujours l’Allemagne ». Et pour cause, la demi-finale de Séville en 1982 qu’il a regardée à l’époque sur la télé de son ami Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Elysée, « a longtemps fait figure de malédiction que le sacre de 1998 a vaincue ». « La France n’est pas favorite et alors ? lance le chef de l’Etat. Rien n’est impossible pour les Bleus. Ils peuvent réussir. Aucun défi ne doit nous être étranger. » Avec quels atouts ? « Ce qui va faire la force de cette équipe, c’est sa jeunesse. Elle constitue un bloc », vante François Hollande, qui fait confiance à Didier Deschamps. « Je le respecte profondément, confie-t-il. Comme joueur, comme ancien capitaine, comme entraîneur. » Même si, prolonge le président, « sa tâche n’est pas facile, Didier Deschamps peut compter sur des individualités de talent et il sait préserver le collectif. C’est la condition du succès ». Un message qui respire bon le clin d’œil adressé aussi… au gouvernement.

Foot : PSG injustement puni

Foot : PSG injustement puni

Le PSG est puni pour avoir trop dépensé . Évidemment le foot génère trop d’argent, évidemment les joueurs sont trop payés mais ce n’est pas une raison pour sanctionner un club qui n’a pas de déficit. Dans le même temps des clubs anglais sont presque tous en déficit (sauf Arsenal) et ne sont pas sanctionnés (à l’ exception de Manchester City). Pas plus que le Barça ou le Réal dont les dettes (pour chacun) avoisine les 500 millions et qui doivent des dizaines et des dizaines millions de cotisation sociales à l’Etat. Platini l’initiateur de la démarche fait preuve dans son dossier de disparités inexplicables (ou alors il maénage certains pour accéder à la présidence de la FIFA). Le Paris Saint-Germain et Manchester City se sont donc vu infliger chacun une amende de 60 millions d’euros et devront limiter l’effectif de leurs équipes pour la prochaine saison de la Ligue des Champions, ayant enfreint tous deux les nouvelles règles du fair-play financier visant à stabiliser les finances des clubs de football. Le PSG, propriété d’investisseurs qataris, et Manchester City, propriété du cheikh d’Abu Dhabi Mansour, ont par ailleurs accepté de limiter sensiblement les dépenses de transfert lors des deux prochaines saisons. Ils n’ont en outre pas le droit d’augmenter les rémunérations pendant deux ans. Enfin, ils ne pourront inscrire que 21 joueurs en Ligue des champions l’an prochain. Des sanctions officiellement annoncées ce vendredi soir mais dont la teneur avait filtré depuis plusieurs semaines. Pas de quoi inquiéter le PSG, si l’on en croit son président Nasser Al-Khelaïfi. Dans un communiqué, ce dernier explique que l’ambition du club n’était pas remise en cause. « Notre ambition de devenir l’une des marques globales de sport parmi les meilleures et les plus performantes n’est pas remise en cause par ces mesures. » Manchester City a bien précisé qu’il avait passé un accord avec l’UEFA à son corps défendant car s’il ne l’avait pas fait il risquait d’être interdit de Champions League la prochaine saison. « Dans des circonstances normales, le club aurait voulu poursuivre la procédure par toutes voies de recours », écrit-il dans un communiqué. « Toutefois, notre décision finale doit être examinée à l’aune des réalités pratiques pour nos fans, nos partenaires et les intérêts des opérations commerciales du club. » Chacun des deux clubs pourra récupérer 40 millions d’euros de cette amende s’il s’en tient aux conditions de son règlement avec l’UEFA dans les saisons à venir. L’UEFA a infligé des sanctions moins lourdes à sept autres clubs, dont Galatasaray (Turquie) et le Zenit Saint-Pétersbourg (Russie).

Foot -Paris Rennes : le PSG en mode vacances depuis la défaite à Chelsea ! lamentable

Foot -Paris Rennes : le PSG en mode vacances depuis la défaite à Chelsea ! lamentable

 

 Il faut se réjouir du titre de champion de France du PSG, de son jeu en général et de ses résultats. Mais depuis la défaite au match retour à Chelsea, on a la nette impression que le PSG est en mode vacances, témoin ce mach vraiment lamentable au Parc contre Rennes perdu 2-1 contre une équipe plus que moyenne. Paris a joué à peine un quart d’heure sur une heure et demie. Un spectacle assez nul, comme une sorte d’entrainement où plupart des joueurs étaient à l’arrêt avec une conservation de balle complétemment stérile. En plus une défense très approximative qui encaisse deux buts sur les rares occasions de Rennes. Un milieu de terrain absent et une attaque improductive, avec de nombreuses occasions ratées. Pas de rigueur, pas d’envie, pas d’engagement. Bref pas un jeu à la hauteur et un entraineur sur le banc de touche un peu béat, pas du tout réactif qui dort aussi. Paris est certes une très grande équipe, elle a réalisé une très grande saison mais elle retrouve parfois ses vieux démons en roupillant sur le terrain comme si le résultat et la qualité du jeu ne la concernaient tpas. Pa digne en tout d’un club qui veut jouer les premiers rôles en Europe. Il faudra que le PSG se réveille un peu car actuellement même une équipe de deuxième division pourrait battre ce PSG endormi.

Foot-PSG sanctionné, Platini (UEFA) préfère les clubs endettés

Foot-PSG sanctionné, Platini (UEFA) préfère les clubs endettés

 

Sous impulsion de Platini le PSG va être sanctionné. Platini, sans doute l’un des meilleurs joueurs français de tous les temps ne brille pas par sa compétence et son impartialité comme dirigeant de l’UEFA. Il a sans doute raison de considérer que les budgets des clubs sont excessifs et que les joueurs sont surpayés. Pour autant ce n’est pas en sanctionnant le PSG que la situation va s’améliorer.II oublie par exemple que le Barça ou le Réal ont des dettes de l’ordre de 500 millions chacun et qu’ils doivent environ 700 million au Fisc espagnol. De la même manière, il ignore que la plupart des clubs anglais sont auusi en déficit (sauf Arsenal). L’UEFA n’a pas cependant épargné le PSG. Alors que les sanctions à l’encontre des neufs clubs concernés par le fair-play financier ne seront connues qu’en fin de semaine, à en croire, le journal l’Equipe, le champion de France en titre sait déjà ce qui l’attend. La chambre d’instruction de l’instance de contrôle financier des clubs (ICFC), chargée de la mise en place du fair-play financier, n’a pas été convaincue par les arguments des dirigeants parisiens, détaille L’Equipe dans ses colonnes mardi. Alors que le contrat de sponsoring passé avec QTA à hauteur de 200 millions d’euros par an a été dévalué à 100 millions d’euros, le club de la Capitale verra également sa masse salariale être encadrée. Actuellement à 240 millions d’euros, elle ne pourra plus être augmentée au risque de sanctions de la part de l’instance européenne. Les transferts vont également être très surveillés. Le Paris Saint-Germain aura le droit de recruter un seul joueur à 60 millions d’euros et non deux à 30 millions ou trois à 20 millions. Et si un joueur arrive, la masse salariale ne doit pas augmenter. Au niveau purement sportif, les Rouge et Bleu ne pourront inscrire que 21 joueurs en Ligue des Champions, au lieu de 25 pour les autres clubs. La règle de l’UEFA obligeant les clubs à inscrire huit joueurs formés localement dans cette liste reste effective dans ces circonstances, ce qui devrait compliquer la tâche du club. Enfin, les dirigeants parisiens devront également verser une amende de 60 millions d’euros sur trois ans, tout en réduisant leur déficit à 30 millions d’euros au lieu des 45 autorisés par l’UEFA. Ces quatre sanctions ont fait l’objet d’un accord entre le PSG et l’ICFC. Si l’actuel leader de Ligue 1 refuse ce moratoire, il sera renvoyé devant la chambre de jugement de l’ICFC qui pourrait décider de taper encore plus fort. Et surtout, il n’y aurait plus aucun recours possible à ce stade, hormis devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). Dans tous les cas, le mercato d’été parisien devrait être différent de ces dernières années. Pour voir des joueurs arriver, il faudra en faire partir. Laurent Blanc, l’entraineur du PSG indique que, même si les sanctions se confirment, « le PSG aura une grande équipe l’année prochaine. »

Foot (coupe de France) : « Guingamp méritait sa victoire » (François Hollande)… mais pas lui

Foot (coupe de France)  : « Guingamp méritait sa victoire » (François Hollande)… mais pas lui

 

Pour une fois Hollande voit juste, en déclarant que Guingamp méritait sa victoire. Des deux Bretons, c’est Guingamp qui remporte la finale de la Coupe de France. Victoire 2 à 0 au détriment de Rennes qui repart encore une fois bredouille. Car Guingamp qui terrasse Rennes, c’est le même scénario qu’il y a cinq ans. Les Guingampais ont mené de bout en bout la rencontre. Cette victoire était donc logique pour François Hollande à la fin Hollande aurait pu ajouter que sa victoire à lui ( en 2012) par contre n’était guère méritée et moralement même illégitime tellement il a menti ; tellement, il s’est contredit, tellement il s’est montré méprisant et désinvolte pour les couches sociales qu’i est censé représenter et au-delà pour tout le pays. Dernier exemple ne date le bradage d’Alstom, un de fleuron de l’industrie française.

 

Foot : Tapie attaque Guy Roux , le monde à l’envers !

Foot : Tapie attaque Guy Roux , le monde à l’envers !

La justice, Tapie connaît et se régale. Il va attaquer Guy Roux  ( ce dernier n’a jamis acheté un match! ); Peut-être avec l’argent octroyés par Lagarde (50 millions pour préjudice moral dans l’affaire Adidas, record mondial d’indemnisation dans ce domaine !). L’ancien entraîneur d’Auxerre Guy Roux faisait il y a quelques jours campagne pour la sortie de son autobiographie, intitulée « Il n’y a pas que le football dans la vie » et commercialisée depuis le 16 avril dernier.  Dans l’ouvrage, il accuse notamment l’ancien président de l’OM et patron de presse Bernard Tapie d’avoir parlé de son ancien joueur Basile Boli en des termes peu glorieux : « Je veux t’acheter ton singe aux pieds carrés », aurait ainsi dit Tapie selon les allégations de l’homme de 75 ans.  Indigné par ces propos, Bernard Tapie n’a pas tardé à répliquer dans les colonnes de La Provence.  « Il suffit de demander à Basile Boli, Marcel Desailly, Abedi Pelé, Jocelyn Angloma et d’autres ce qu’ils en pensent. Ils ont été et restent mes amis ! Ils se souviennent, comme tout le monde, du combat que j’ai mené contre ceux qui tiennent ce genre de propos (et notamment leur parti politique préféré). Je tiens à rappeler qu’en 1990, lorsqu’un de nos joueurs a été accueilli par certains supporters, au Vélodrome, à coups de cris de singe et de jets de banane, j’ai immédiatement fait savoir à l’issu du match que si un tel événement se renouvelait, je quitterai l’OM de suite. Ce genre d’incident ne s’est jamais reproduit ».  Malgré ses démêlés avec la justice, le sulfureux homme d’affaires n’hésitera pas à retourner devant les tribunaux. C’est d’ailleurs ce qu’il compte faire en attaquant Guy Roux pour diffamation.  « Guy Roux vient de démontrer une nouvelle fois qu’il est un gros malin et qu’il trouve, en citant mon nom, le moyen de faire de la publicité à son livre. Je vais l’attaquer en diffamation car rien ne m’amuserait plus que de lui faire sortir son argent ! », a-t-il ainsi ajouté en guise conclusion.

Foot télé : 748,5 millions d’euros par an pour canal et BeIN

Foot télé : 748,5 millions d’euros par an pour canal et BeIN

Record pour les droits télé à  726,5 millions d’euros et la L2 pour 22 millions.  Jusqu’à la fin de la saison 2015-16, la Ligue de football professionnel (LFP) perçoit 607 millions d’euros annuels de la part des différents diffuseurs. Elle va donc enregistrer une progression de plus de 23% par rapport à la période précédente.  A partir de 2016, le paysage sera également simplifié: Canal et BeIN Sports ont raflé l’intégralité des droits disponibles. Eurosport, qui diffuse actuellement un match de L2, ainsi que Orange, Youtube, Dailymotion et L’Equipe.fr (droits « nomades » et vidéo à la demande) sortent du jeu.  Les dirigeants de la LFP faisaient pourtant profil bas vendredi. « C’est un chiffre tout à fait proche de ce que nous souhaitions. Ce n’est pas un triomphe, mais un résultat honorable. J’avais parlé de placer le championnat français sur le podium en Europe, nous y sommes quasiment », a commenté son président Frédéric Thiriez.   »J’aurais aimé plus parce que j’ai beaucoup d’ambition pour le foot français. Mais le marché a parlé », a-t-il ajouté, promettant que cet argent ne serait « pas gaspillé ». La Ligue estimait qu’avec des clubs comme le Paris SG ou Monaco et des stars comme Ibrahimovic, Thiago Silva et Falcao, la L1 devait se rapprocher des droits des championnats d’Espagne (750 millions pour les droits domestiques et internationaux) ou d’Allemagne (675 M), l’Italie (960 M) et surtout l’Angleterre (1,7 milliard) restant intouchables.   »C’est un demi-succès, on n’est pas très loin de ce que l’on voulait, mais pas tout à fait non plus », a relevé Bernard Caïazzo, président du conseil de surveillance de Saint-Etienne et membre du comité de pilotage de l’appel d’offres.  De fait, le prix de réserve fixé (mais non dévoilé) n’a pas été atteint, a-t-on appris de source proche du dossier. Ce qui confirme que la LFP espérait plus.  Selon M. Thiriez, les écarts entre les offres des deux diffuseurs étaient « assez sensibles » et se mesuraient « en dizaines de millions d’euros ». Selon un autre responsable de la Ligue, ils ont également dépensé plus que ce qu’ils versaient jusqu’alors (420 millions environ pour C+, 150 millions environ pour BeIN).  Une source proche du dossier a indiqué à l’AFP que l’offre de Canal tournait « autour de 550 millions d’euros ».  Cette nette progression des droits reste malgré tout une bénédiction pour des clubs en grande difficulté financière depuis plusieurs saisons et qui accusaient en juin 2013 un déficit global de 39,5 millions d’euros.  Ils vont en outre être soumis à la taxe à 75% sur les salaires les plus élevés, dont l’impact est estimé à 44 millions par an par la Ligue. Côté diffuseurs, Canal+, qui avait tenté de faire annuler en justice le lancement anticipé de cet appel d’offres attendu à l’automne 2015, décroche, et c’est une surprise, les trois meilleures affiches avec les lots 1 et 2.  BeIN, qui ne pourra faire son marché qu’une fois son concurrent servi, remporte les autres lots (3 à 6). Elle diffusera donc les sept autres matches de chaque journée en direct, ainsi que les multiplex des 19e, 37e et 38e journées et le Trophée des Champions.   »Nous sommes très satisfaits de pouvoir poursuivre notre histoire commune avec la L1 pour un nouveau long bail jusqu’en 2020″, a expliqué à l’AFP Cyril Linette, directeur des sports de la chaîne cryptée. « Notre offre s’enrichira, dans la continuité du partenariat qui nous lie avec le football français ».  BeIN, moins bien dotée que lors du précédent appel d’offres, aura rapidement l’occasion de répliquer: l’UEFA attend lundi les dossiers des candidats à la diffusion de la Ligue des champions pour la période 2015-2018.  Interrogé par l’AFP, le directeur de la rédaction de la chaîne sportive Florent Houzot n’a pas caché que ce nouvel appel d’offres était un objectif.   »C’est un match. On est à la mi-temps de ce match. La première période vient de se terminer, la deuxième ça sera la Ligue des Champions. Les 15 minutes de pause, c’est ce week-end. A la pause, un coach analyse la première période et donne ses objectifs pour la deuxième. On en est là », a-t-il dit.

Foot : des salaires démentiels jamais vus

Foot : des salaires démentiels jamais vus

 

On peut aimer le foot (et le sport en général) amis être scandalisé par les salaires des pros. Exemple, ‘attaquant colombien de Monaco, Radamel Falcao, gagne 1,2 million d’euros net par mois et devance ainsi l’attaquant suédois du Paris SG, Zlatan Ibrahimovic, rémunéré lui 807.000 euros net par mois, selon une enquête menée par Le Parisien qui ne précise pas les modalités de ses calculs. «Au classement des grandes fortunes, le grand gagnant s’appelle Falcao qui touche un salaire mensuel net de charges et d’impôts, de 1,2 million d’euros, qui le consacre comme le joueur le mieux payé du championnat» français, écrit ainsi le quotidien. «Exonéré d’impôts sur le revenu grâce aux privilèges fiscaux de la principauté, Falcao devance assez largement Ibrahimovic qui touche 807.000 euros», note encore le journal. Et ces montants astronomiques ne tiennent pas compte des primes et des contrats publicitaires. En termes financiers, les deux stars de ces deux clubs de Ligue 1 devancent largement leurs coéquipiers. A Monaco, un autre Colombien détient le deuxième meilleur salaire, il s’agit de James Rodriguez avec une rémunération de 370.000 euros net suivi par le Portugais Joao Moutinho avec 342.000 euros et le Français Eric Abidal avec 250.000 euros ex-aequo avec le Portugais Ricardo Carvalho. Au Paris SG, le Brésilien Thiago Silva perçoit 628.000 euros net puis vient l’Uruguayen Edinson Cavani payé 478.000 euros. Le Français Blaise Matuidi touche lui 103.000 euros, devancé par Lucas Digne avec 117.000 euros. En bas de classement, on trouve les jeunes Français Adrien Rabiot qui gagnent 6700 euros et Hervin Ongenda payé 2800 euros. Les disparités entre les joueurs sont donc considérables, le mieux payé (Ibrahimovic) gagne près de 300 fois plus que le moins bien rémunéré (Ongenda).  Mais dans les faits, Zlatan Ibrahimovic coûte beaucoup plus cher que son adversaire de l’AS Monoco à son club. De fait, sur le rocher, les footballeurs étrangers sous contrat avec l’ASM, ne sont pas assujettis à l’impôt. L’ASM débourse ainsi 1,2 million d’euros ainsi que 70.000 euros supplémentaires de charges donc 1,27 million d’euros au total pour son joueur vedette. A l’inverse, le PSG doit payer la taxe à 75% – qui entre en vigueur cette année – ainsi que des charges. Ainsi, le salaire net de 807.000 euros de Zlatan Ibrahimovic (soit un salaire brut de 1,35 million d’euros) coûte en réalité 2,33 millions d’euros au PSG, en incluant les charges patronales et la taxe à 75%, souligne le quotidien.  Quoiqu’il en soit, ces chiffres donnent le tournis. «Notre enquête met en évidence une densité de hauts revenus jamais vue dans l’histoire du championnat», conclut Le Parisien.

 

Foot : pas de taxe à 75% pour Monaco

Foot : pas de taxe à 75% pour  Monaco

Après les joueurs qui bénéficient d’un régime fiscal plus qu’avantageux à Monaco, c’est le club employeur qui sera exempté de la taxe à 75%. Autant dire que cette taxe est doublement dénaturée (elle devait peser sur les salariés, puis sur les employeurs et maintenant l’exception pour Monaco). L’Assemblée nationale a voté un amendement obligeant l’AS Monaco à payer la taxe à 75 % sur les très hauts revenus. Mais Bernard Cazeneuve, ministre du Budget, a demandé la suppression de cet amendement. L’AS Monaco ne devrait donc pas être assujettie à la taxe. Dans la nuit de jeudi à vendredi, l’Assemblée nationale a voté un amendement qui vise à assujettir les clubs professionnels étrangers affiliés à la FFF et participant à un championnat français, à la fameuse taxe à 75 % sur les haut revenus. L’ASM est clairement la première concernée. « Il s’agit en particulier de rétablir l’équité sportive entre les clubs de football français, d’une part, et l’AS Monaco, d’autre part, qui, tout en étant affiliée à la Fédération française et participant aux championnats organisés par elle, n’est pas établie en France« , a souligné Annick Girardin, député radicale qui a rédigé l’amendement. Le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, a demandé ce vendredi une seconde délibération afin de faire rejeter cet amendement dans le cadre de la nouvelle lecture du projet de loi de finances pour 2014.  Il a fait voter son amendement de suppression par 12 voix contre 8. Il a expliqué que la mesure votée encourait des risques d’inconstitutionnalité.  »Nous ne voulons pas prendre le moindre risque juridique et constitutionnel« , a expliqué Bernard Cazeneuve, rappelant que l’amendement des radicaux de gauche avait été auparavant rejeté par la commission des Finances de l’Assemblée. Les radicaux de gauche ont voté en vain contre la suppression de ce nouvel amendement, de même que l’UMP qui a demandé que « tous les clubs soient traités de la même façon« .  Le Sénat procédera mardi prochain à la nouvelle lecture du projet de loi de finances pour 2014 et devrait une nouvelle fois le rejeter. L’Assemblée procédera jeudi 19 décembre à la lecture définitive de PLF 2014.

 

Foot : Drogba et Eboué, sanctionnés pour leur hommage à Mandela !!

Foot : Drogba et Eboué, sanctionnés pour leur hommage à Mandela !!

Visiblement il y a encore des efforts à faire en Turquie en matière de démocratie et tout simplement de tolérance. Didier Drogba et Emmanuel Eboué, les deux internationaux ivoiriens du club de 1re division turque de Galatasaray, sont menacés de sanctions pour avoir rendu hommage à l’issue d’un match à Nelson Mandela, rapporte ce dimanche 8 décembre la presse turque. Vendredi soir, à la fin du match entre Galatasaray et SB Elagizspor, comptant pour la Coupe de Turquie, Drogba a dévoilé sous son maillot un tee-shirt où était inscrit « Thank you Madiba », littéralement « Merci Madiba », le surnom de l’icône de la lutte anti-apartheid.  Eboué a fait de même, son tee-shirt portant le message « Rest in peace Nelson Mandela » (« Repose en paix Nelson Mandela »).Les deux joueurs ont été renvoyés par la Fédération turque de football (TFF) devant sa commission de discipline, rapportent les quotidiens Milliyet et Hürriyet. Il est en principe interdit pour les footballeurs d’arborer des slogans ou messages politiques sur leurs maillots, sous peine d’une amende.

 

Foot-France au Brésil : Hollande, « un entraineur ça compte ! »

Foot-France au Brésil : Hollande, « un entraineur ça compte !  »

Un entraineur ça compte a déclaré Hollande après la victoire des bleus, faisant clairement allusion à son rôle de manager de la France. Une comparaison avec Deschamps un peu déplacée Hollande lui, ne dispose malheureusement pas d’équipe, encore moins de projet ou de stratégie. Quand au rassemblement qu’il propose, cela ne concerne plus que 15% des français qui le soutiennent. « Je pense à tous les Français qui sont heureux ce soir, a affirmé le président au micro de TF1 peu après le coup de sifflet final (3-0 pour la France). Il y a des occasions parfois d’être en colère ou inquiets. Aujourd’hui, il y a une victoire, il faut la savourer »,  C’est une victoire d’une équipe qui s’est battue de la première minute jusqu’à la dernière François Hollande Cette victoire, on la doit « à l’équipe de France et personne d’autre. Et à son entraîneur. Un entraîneur, ça compte », a-t-il précisé. « C’est une victoire d’une équipe qui s’est battue de la première minute jusqu’à la dernière, qui y a cru, qui s’est rassemblée », a encore estimé le chef de l’État.  Vraiment, les victoires en ce moment, on les goûte particulièrement François Hollande « Vraiment, les victoires en ce moment, on les goûte particulièrement. Surtout quand il y a une ambiance, quand on dit que cette équipe elle n’y arrivera pas, elle ne peut pas y arriver parce que plein de choses. Elle y est arrivée. Elle nous montre l’exemple. Il faut y aller, il faut y croire », a-t-il encore déclaré. Interrogé par la journaliste qui lui demandait si l’équipe avait « l’art de se compliquer la vie », M. Hollande a répondu : « C’est souvent le cas en France. On ne prend pas le chemin le plus direct. Le principal, c’est d’y arriver ». « Il faut ensuite faire une belle Coupe du monde au Brésil. C’est mythique le Brésil », a conclu celui qui a décidé à la dernière minute d’aller au stade, de retour d’un voyage en Israël et Palestine.

Taxe à 75%-foot : le mensonge de Hollande

Foot-Taxe à 75% : le mensonge de Hollande

.

La scène se passe trois mois avant l’élection présidentielle de 2012. Le 31 janvier 2012 dans un hôtel parisien, le candidat socialiste François Hollande rencontre les présidents de clubs de football professionnels. Il prend alors l’engagement « qu’il n’y aura pas d’augmentation d’impôt sur les clubs sportifs ». « Les temps sont durs », explique-t-il devant une caméra. La vidéo a été diffusée mercredi matin sur i-Télé.Cette promesse de campagne, qui n’avait pas été officialisée dans le programme de François Hollande, entre aujourd’hui en contradiction avec la volonté du gouvernement d’imposer les joueurs les mieux rémunérés du football professionnel. La taxe à 75% sur les hauts revenus doit en effet s’appliquer à partir de 2014 à l’ensemble des entreprises, clubs inclus. Une mesure qui est la traduction de l’un de ses engagements phares de campagne. Le 27 février 2012, un mois après cette rencontre avec les dirigeants du football professionnel, il annonçait en effet en direct sur TF1 une taxe sur les revenus supérieurs à un million d’euros par an.  Aujourd’hui, le président ne veut plus d’exception pour le football, malgré la menace des clubs de football de faire grève fin novembre. Lors d’une réunion la semaine dernière à l’Elysée, François Hollande avait confirmé aux patrons de clubs que les clubs seront bien assujettis à la taxe à 75%. Interrogé mercredi sur i-Télé, Jean-Pierre Louvel, président de l’Union des clubs professionnels de football, a indiqué qu’il avait « rappelé » au chef de l’Etat cet engagement de campagne. « Il avait bien différencié les clubs des football des autres entreprises », a noté le patron du club du Havre. Et d’ajouter :  »Il est prisonnier d’annonces faites à l’emporte-pièce. »

 

Foot- Taxe à 75% : 15 clubs concernés

Foot- Taxe à 75% : 15 clubs concernés

Quinze clubs de Ligue 1 seront assujettis au nouvel impôt sur les revenus supérieurs à un million d’euros par an. Le PSG devra payer vingt millions d’euros. François Hollande est resté sur sa position. Après une heure et demie d’entretien avec les patrons du football français ce jeudi 31 octobre à l’Élysée, le président de la République a réaffirmé que la taxe à 75% sur les revenus supérieurs à un million d’euros par an concernerait bien les clubs de football.  Sur vingt clubs de Ligue 1, quinze seraient concernés par ce nouvel impôt, représentant un gain de 44 millions d’euros pour l’État. 116 joueurs et huit entraîneurs français touchent actuellement un salaire supérieur à un million d’euros par an. 21 d’entre eux jouent au Paris Saint-Germain qui devrait être imposé à hauteur de vingt millions d’euros.  Échappent à cette nouvelle taxe les clubs de Lorient, Nantes, Reims, Sochaux et Évian/Thonon.

 

Foot : la taxe à 75% , une perte de 44 millions pour les clubs

Foot :  la taxe à 75% , une perte de 44  millions pour les clubs

 

Le montant minimum des pertes que devraient annoncer les équipes françaises pour la saison 2012-2013 s’élève à 60  millions. Si l’on ajoute les 44 millions que coûterait cette taxe, leur déficit pourrait dépasser les 100 millions. Mais leurs comptes se sont dégradés bien avant que cette taxe ne s’applique. En 2011-2012, la Ligue 1 affichait déjà 100 millions de pertes. «La taxe à 75 % n’expliquerait pas à elle seule les difficultés financières des clubs français, affirme Frédéric Bolotny, économiste du sport au Centre de droit et d’économie du sport. Le football français est en surplace économique voire en récession.» En cause, l’envolée des salaires des joueurs. En 2011-2012, les joueurs de Ligue 1 ont vu leur rémunération progresser de près de 9 %. Mais également l’incapacité des clubs à développer d’autres ressources que les revenus télévisuels qui représentent encore 54 % de leurs recettes (contre une moyenne de 37 % pour les clubs européens). La billetterie ne pèse que 11 % de leurs revenus (contre 19 %) et le sponsoring, 16 % (contre 25 %). Un modèle à l’opposé de celui des clubs allemands qui, pour la plupart, ont parfaitement équilibré leurs recettes. Le Borussia Dortmund en est l’exemple le plus frappant. Au bord de la faillite en 2005, il a depuis gagné deux titres de champion, et terminé vice-champion d’Europe au printemps dernier. «Je n’ai pas fait un stade pour monter une équipe de CFA» Michel Seydoux, président de Lille  Dès lors, faut-il s’attendre à des dépôts de bilan, comme le craignent les présidents de clubs? Les dirigeants ont surtout peur de ne plus être compétitifs sur les scènes nationale et européenne. Car si la taxe à 75 % est appliquée, des équipes comme Lille, Lyon ou Marseille devront en effet se résoudre à vendre leurs joueurs les mieux rémunérés, et donc souvent les plus performants, pour alléger leur masse salariale. Des footballeurs souvent valorisés quelques dizaines de millions d’euros, en comparaison avec les cinq millions que coûterait la taxe à ces clubs. «Je n’ai pas fait un stade pour monter une équipe de CFA (championnat de football amateur)», lâche le président de Lille, Michel Seydoux. Pour les formations les plus modestes, comme Guingamp, Ajaccio, Bastia ou encore Valenciennes, la taxe ne pèserait qu’entre 0,2 % et 0,6 % du budget. Mais ces clubs n’ont pas vocation à jouer les premiers rôles en Ligue 1 car, sans leur faire injure, les stades se remplissent surtout pour voir des stars comme Zlatan Ibrahimovic, sous contrat jusqu’en 2016 avec le PSG. Le club parisien sera le plus touché par la taxe (20 millions sur un budget de 430 millions d’euros). Pour compenser cette nouvelle charge, il ne pourra certes plus compter sur les moyens illimités de son actionnaire – comme l’interdit désormais l’autorité européenne de football (UEFA) dans le cadre son fair-play financier – mais plutôt sur les ressources que le PSG est en train de développer, notamment le contrat en or de plus de 100 millions prêt à être signer avec l’office de tourisme du Qatar. Pendant deux ans, la durée d’application de la taxe, le foot français devra apprendre à se serrer encore un peu plus la ceinture. Une bonne manière de ne pas se faire gronder par l’UEFA qui exige désormais qu’il ne dépense pas plus que ce qu’il gagne.

 

 

Foot- Taxe à 75% :l’effet Leonarda, Hollande tranche

Foot- Taxe à 75% :l’effet Leonarda, Hollande tranche

Cette fois Hollande a tranché, la taxe à 75% s’appliquera au foot. En réalité il était prêt à négocier : la preuve il reçoit bientôt  les dirigeants des clubs ; pas vraiment une tâche de Présidente de la république ! La piteuse affaire Leonarda où Hollande s’est discrédité par son indécision a fait pencher la balance sur le foot. Cette fois, il fallait que Hollande se montre ferme sur les principes. Montrer ainsi qu’il était un vrai président avec de l’autorité et de la cohérence sur une taxe qui, elle, est incohérente. Ce sont en effet les joueurs qu’il faut viser et non les clubs. Ce sont les très hauts salaires et non les entreprises qu’il faut imposer. De toute manière cette taxe sent l’impréparation depuis le début puisqu’elle a été improvisé la veille d’un meeting de campagne présidentielle.  L’application de la taxe à 75% ne se fera pas à géométrie variable. C’est ce qu’a rappelé François Hollande vendredi, en marge du sommet européen, au lendemain de l’annonce de la grève des clubs de football professionnels pour fin novembre.  »La règle est la même pour tous », a assuré le président français en conférence de presse.  »La loi fiscale n’est pas encore votée mais lorsqu’elle le sera, elle doit être la même pour toutes les entreprises », a déclaré le chef de l’État. »Cela n’exclut pas un dialogue sur un certain nombre de difficultés que peuvent rencontrer des clubs professionnels », a-t-il toutefois ajouté. Dans cet esprit, a-t-il rappelé, « j’ai fait droit » à une demande de rendez-vous de Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football qui sera reçu avec d’autres responsables du football français, jeudi à l’Élysée. 

 

Taxe 75% adoucie pour le foot

Taxe 75% adoucie pour le foot

 

Le texte  s’appliquera bien mais, elle sera adoucie pour le foot compte tenu de sa situation financière très délicate. « Une bulle spéculative »pour Founeron la Ministre des sports qui se trompe car elle confond spéculation et fuite en avant ; en effet la plupart des clubs sont en situation de quasi déficit du fait de l’ampleur de la masse salariale. Certes comme beaucoup de clubs en Europe mais à la différence près que les clubs français sont sportivement  inexistants par rapport à La Grande Bretagne, l’Espagne, l’Italie ou l’Allemagne depuis des dizaines d’années.  La taxe à 75% sur les hauts revenus s’appliquera donc bien aux clubs de football, dans une version « plafonnée », a déclaré la ministre des Sports, Valérie Fourneyron, dans Le Figaro de ce lundi 30 septembre. « Pourquoi les clubs seraient-ils exclus de cette taxe ? Comme l’a très bien dit Pierre Moscovici (ministre de l’Economie, ndlr), il n’y a pas de mesure dérogatoire et particulière pour le football qui sera bien concerné par la taxe sur les hauts revenus », explique la ministre. « En revanche, nous avons pris en compte la fragilité de son modèle économique. C’est pourquoi le montant sera plafonné à 5% en fonction du chiffre d’affaires des clubs », ajoute la ministre qui indique que la mesure s’appliquera sur « les revenus de 2013 et de 2014″.Le projet de loi de finances 2014 prévoit de taxer les entreprises lorsqu’elles versent des salaires de plus d’un million d’euros : il s’agit de la fameuse « taxe à 75% ». Son montant sera plafonné à 5% du chiffre d’affaires de l’entreprise. Valérie Fourneyron assure par ailleurs que « l’impact de cette nouvelle mouture sera, en revanche, bien inférieur aux chiffres avancés par Frédéric Thiriez« , le président de la Ligue de football professionnel (LFP). Il avait estimé que ce projet toucherait 13 clubs de Ligue 1 pour un montant global supérieur à 44 millions d’euros.Pour Valérie Fourneyron, « le football est une bulle spéculative qui peut exploser à tout moment. Par certains aspects, il ressemble à celle qui a provoqué la crise que nous connaissons actuellement ». Elle s’inquiète notamment du déficit des clubs français qui « va croissant depuis plusieurs années ». « La part de la masse salariale d’un certain nombre de clubs, qui ne sont pas parmi les plus gros, est inacceptable », pointe-t-elle aussi.

 

Foot: le PSG en mode vacances

Foot: Le PSG en mode vacances

 

A la veille du match contre Montpellier, nombre de commentateurs sportifs voyaient déjà le PSG vainqueur de la coupe européenne et bien sûr champion de France (y compris le président de la ligue) ; finalement un match insipide qui a démontré que le PSG est encore en mode vacances, pas d’engagement, encore moins d’agressivité, une condition physique approximative, pas de fond de jeu, pas d’adresse non plus. Il y a du chemin à parcourir pour le plus gros budget de la ligue ; Et Blanc qui sur la ligne de touche semble assez indifférent. Sur le papier le PSG est la meilleure équipe mais sur le terrain, il faudra encore le prouver. En tout cas un match d’une grande indigence   pour une telle équipe ; il faudra  leur, donner envie, favoriser une véritable animation du jeu. Globalement très peu de commentaires négatifs à l’égard de la première prestation dans le championnat de la grande équipe de Paris très loin du niveau attendu par beaucoup. Sur la tendance, si ce niveau de jeu devait se perpétuer, Blanc pourrait bien quitter le banc de touche avant la fin de l’année. Il faudra en effet une très forte personnalité et un grand technicien pour imposer à ces millionnaires du foot de mettre au service de l’équipe et de mouiller le maillot.

Nouveau stade de foot à Lyon : 400 millions

Nouveau stade de foot à Lyon : 400 millions

 

La filiale de l’OL chargée de la réalisation de l’enceinte située à Décines, dans l’est de l’agglomération, a signé les contrats de crédit bancaire ainsi que les contrats obligataires nécessaires au bouclage du budget de 405 millions d’euros, a annoncé OL Groupe.  Les crédits bancaires, regroupant « 11 établissements », portent sur 136,5 millions d’euros. Deux contrats de financement obligataire ont par ailleurs été signés avec Vinci, pour 80 millions d’euros, et avec la Caisse des dépôts et consignations, pour 32 millions.  Enfin, une émission obligataire de 80 millions d’euros, donnant accès au capital de la société, sera lancée « dans les tout prochains jours ». Mais les principaux actionnaires de l’OL se sont engagés à la souscrire, ôtant tout suspense à cette ultime étape.  Selon le président du club, Jean-Michel Aulas, les travaux de la future enceinte « devraient débuter le 1er août ». La mise en service est attendue pour la « seconde moitié de la saison 2015-2016″, avant d’accueillir l’Euro 2016.  Le montage financier, au point mort pendant des mois, a été débloqué le 19 juillet par le vote, au conseil général du Rhône, d’une garantie financière de 40 millions d’euros sur l’un des emprunts obligataires de l’OL.  Adoptée une première fois fin 2012, cette garantie avait été retirée fin mai, faute de précisions sur le schéma de financement de ce complexe de 58.000 places flanqué d’hôtels, immeubles de bureaux, centre de loisirs et « centre médical dédié au sport ».  Précisé samedi par OL Groupe, le montage comprend 135 millions d’euros de fonds propres, un financement obligataire de 112 millions d’euros, un total de dettes bancaires et location financière de 144,5 millions, ansi que des revenus garantis pendant la phase de construction pour environ 13,5 millions.  Jean-Michel Aulas a chiffré les retombées pour le club à « des centaines de millions d’euros sur les vingt prochaines années », soit « 70 à 100 millions d’euros de ressources complémentaires annuelles ».  OL Groupe attend également des « revenus significatifs » du futur contrat de « naming » du stade, « qui consiste à adjoindre le nom d’une société commerciale à une infrastructure sportive », à l’instar de l’Emirates Stadium d’Arsenal ou de l’Allianz Arena de Munich.  Faute d’avancée sur ce volet, en cours de négociations depuis plusieurs années, l’enceinte reste baptisée « Stade des Lumières ».  Le Grand Stade, projet lancé officiellement début 2007, devait être inauguré à l’été 2010. Mais il a connu de nombreuses péripéties, liées à la forte opposition locale conjuguée aux déboires financiers de l’OL.  OL Groupe s’était introduit en Bourse le 9 février 2007, levant 94,3 millions d’euros pour financer la construction du stade. La holding avait mis en avant les « revenus récurrents » à attendre de l’enceinte, contrepoint à ses résultats sportifs par nature aléatoires.  Mais le projet, d’abord retardé par un revers juridique et des enquêtes publiques défavorables, a ensuite souffert de la fragilité financière de l’OL, en perte depuis 2010 faute de transferts majeurs de joueurs.  L’opposition au Grand Stade, très virulente, rassemble une coalition hétéroclite mêlant Etienne Tête, conseiller régional EELV et avocat redouté dans les projets d’urbanisme, le député UMP Philippe Meunier et plusieurs associations de riverains.  Les opposants déplorent principalement l’impact écologique et la desserte de l’enceinte, dans l’est de l’agglomération, plus excentrée que l’actuel stade de Gerland situé à Lyon, et refusent toute aide publique pour ce projet « entièrement privé ».

 

Une loi sur le foot « durable »

Une loi sur le foot « durable »

 

Le député (PS) Jean Glavany va présider un groupe de travail sur le « football durable » composé des acteurs sportifs et politiques et chargé de nourrir la future loi de programmation sur le sport présentée en janvier 2014, a-t-on appris lundi auprès du ministère des sports. Ce groupe, qui sera opérationnel le 28 août, se penchera sur le modèle économique du foot, la place des stades dans le modèle, les transferts, la transposition en France du fair play financier, la transformation du modèle français de formation en source de richesse et de développement pour les clubs, la dépendance aux droits TV, l’acceptation sociale du foot.   »Cette initiative sera conduite en cohérence avec les chantiers en cours et les actions internationales », souligne le ministère qui précise qu’il s’agit de la « toute première initiative oecuménique sur le sujet où tous les acteurs concernés sont autour de la table. »  Noël Le Graët (président de la fédération française), Frédéric Thiriez (président de la Ligue de football professionnel), des représentants des clubs, de l’UEFA, des joueurs, des éducateurs, de l’Euro-2016, siègeront dans ce groupe ainsi que des ministères concernés (sports, intérieur, finance, travail), du parlement européen, de l’Assemblée nationale et du Sénat.

 

1...678910



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol