Archive pour le Tag 'foot'

Page 5 sur 10

Foot- business FIFA: Blatter et Platini dans le même sac

Foot- business FIFA:  Blatter et Michel Platini dans le même sac

 

Les autorités françaises ont apporté un soutien bien peu opportun  à la candidature de Platini à la FIFA. Platini maintenant mis dans le même sac que Blatter et suspendu pour une durée provisoire qui va sans doute durer longtemps. Cette condamnation était pourtant prévisible car Platini a longtemps été très  le conseiller  de Blattet et ne pouvait pas ne pas être au courant de toutes les magouilles financières et politiques de la FIFA (exemple l’attribution de la coupe du monde au Qatar moyennant finances). Par ailleurs Michel Platini joueur de foot exceptionnel n’a jamais brillé comme dirigeant, d’une certaine manière il a toléré à U EFA toutes les dérives financières de la folie du football. De ce point de vue le « fair-play financier » est une véritable fumisterie. Cerise sur le gâteau il se fait piéger par la terre en acceptant le versement de près de 2 millions pour des prestations exécutées il y a 10 ans !! Le président de la FIFA, Sepp Blatter, et celui qui faisait jusqu’ici figure de favori pour sa succession, le président de l’UEFA Michel Platini, ont donc été suspendus de toute activité liée au football pour une durée minimale de 90 jours, a annoncé jeudi la commission d’éthique de la Fifa. Ces sanctions, susceptibles d’appel non suspensif, sont le dernier rebondissement en date du scandale de corruption qui secoue l’organe du football mondial depuis le mois de mai et qui avait déjà contraint Sepp Blatter, à sa tête depuis 1998, à annoncer le 2 juin la remise en jeu de son mandat au lendemain de sa réélection. « Pendant cette période (de 90 jours), ces personnalités sont exclues de toute activité liée au football au niveau national et international », précise un communiqué de la commission d’éthique selon lequel les suspensions pourraient être prolongées de 45 jours supplémentaires. Réunie depuis lundi à Zurich, la commission a également suspendu pour 90 jours le secrétaire général de la FIFA, le Français Jérôme Valcke, déjà mis à l’écart par l’organisation, et exclu pour six ans l’ancien vice-président de la FIFA Chung Moong-joon. Le Sud-Coréen, autre candidat possible à la succession de Sepp Blatter, devra en outre s’acquitter de 100.000 francs suisses d’amende. La FIFA a indiqué que Sepp Blatter avait été immédiatement relevé de ses fonctions et qu’il n’était « plus habilité à représenter la FIFA, à agir ou à s’exprimer en son nom », y compris dans les médias. Il est remplacé à titre intérimaire par le plus ancien vice-président de la FIFA en exercice, le Camerounais Issa Hayatou, président de la Confédération africaine (Caf), lui-même mis en cause par la commission d’éthique du Comité international olympique (CIO) en 2011 pour conflit d’intérêt. Issa Hayatou a souligné qu’il ne serait pas candidat à la présidence de la FIFA en février et n’occupait son poste qu’ »à titre intérimaire ».  Les avocats de Sepp Blatter ont critiqué la décision de la commission d’éthique, estimant que celle-ci n’avait pas respecté son propre code d’éthique et de discipline en ne donnant pas à leur client la possibilité de se défendre. Ils ont assuré que le dirigeant suisse, âgé de 79 ans, fournirait la preuve qu’il n’a rien commis de répréhensible. La justice suisse a ouvert le mois dernier une procédure pénale contre Sepp Blatter pour des soupçons de corruption lors de la vente des droits télévisés des Coupes du monde 2010 et 2014 à un prix très en-dessous du marché au président de la Fédération des Caraïbes, Jack Warner, et pour le versement de deux millions de francs suisses (1,8 million d’euros) à Michel Platini en 2011. Le patron de la Confédération européenne, dont le statut a été décrit par le procureur comme se situant « entre celui de témoin et d’accusé », assure que la somme qui lui a été versée l’a été en toute légalité en rétribution d’un travail fourni dix ans plus tôt.

Foot-business : Blatter suspendu de la FIFA

Foot-business : Blatter suspendu de la  FIFA

 

Ça chauffe de plus en plus pour le sulfureux président de la FIFA, aussi pour Platini. La commission d’éthique de l’organisation serait prête à suspendre « provisoirement ». En réalité de plus en plus acculé par les enquêtes judiciaires et les différentes révélations, cette commission d’éthique tente de sauver les meubles de l’institution. Le premier sacrifié par cette justice interne serait donc le président lui-même. Mais Michel Platini ne sortira pas complètement blanchi de cette affaire dans la mesure où inversement de près de 2 millions lui a été fait par la FIFA presque 10 ans après de supposées prestations. La vérité c’est que cette institution est pourrie jusqu’à l’os du faite qu’elle brasse des centaines et des centaines de millions sans contrôle financier fiscal et sans contrôle démocratique. Dans cette affaire ce sont la plupart des membres de la FIFA qui essaye de sauver leur peau y compris s’il le faut en enfonçant la terre voir Platini. Sepp Blatter, président de la Fédération internationale de football (FIFA), sera donc  suspendu 90 jours si la commission d’éthique de l’organisation approuve la recommandation de sa chambre d’enquête, a annoncé mercredi un de ses proches, interrogé par Reuters.  La décision définitive de Hans-Joachim Eckert, président de la chambre d’enquête du comité, est attendue vendredi, a précisé Klaus Stöhlker, ami et ancien conseiller de l’intéressé. »Il n’y a pas de décision définitive. Il s’agit d’une recommandation de la base du comité à la direction », a-t-il déclaré à Reuters, ajoutant que Sepp Blatter en avait été informé, ce qu’il nie Selon ses avocats, Sepp Blatter n’a été informé d’aucune initiative à son sujet. Dans un communiqué, ils disent s’attendre à ce que « le comité d’éthique demande à entendre le président et ses représentants, et qu’il procède à un examen complet des éléments avant de recommander une mesure disciplinaire ».  Le comité est réuni depuis lundi à Zurich pour statuer sur les cas de Sepp Blatter et du président de l’UEFA Michel Platini.  La justice suisse a ouvert une procédure pénale à l’encontre du premier dans le cadre de l’enquête sur le versement à Michel Platini d’une somme de deux millions de francs suisses (1,8 million d’euros) en 2011 et sur un contrat de droits de retransmissions télévisées signé par le patron du football mondial.

Foot business FIFA: Coca et McDo veulent la démission immédiate de Blatter

Foot business FIFA: Coca et McDo veulent la démission immédiate de Blatter

Curieux mais ce sont peut-être deux sponsors  qui vont peut-être imposer le nettoyage des écuries de la FIFA. Pourquoi des sponsors ?  tout simplement parce que ces généreux donateurs versent en moyenne 300 à 400  millions de dollars à l’honorable association intitulée FIFA, dirigée par le tout aussi honorable Blatter. Bref le fric va faire le ménage dans le fric. Il faut dire que derrière la dégradation de l’image de la FIFA c’est aussi l’image des sponsors qui se trouvent entachés. Le problème de fond ce que la FIFA qui brasse des millions et même des milliards autour d’une association de type loi 1901 française mais suisse. Le type d’association dont l’assise juridique est suffisante pour gérer une société de pétanque mais pas pour gérer le football et brasser des milliards. Remarquons par parenthèses que la plupart des fédérations sportives internationales sont aussi gérées dans le cadre d’associations au fondement juridique sulfureux et dans le siège est presque toujours en Suisse ou alors à Monaco. De quoi ainsi éviter toutes contraintes de contrôle financier et toutes contraintes démocratiques. D’une certaine manière c’est toute l’organisation sportive internationale qu’on doit  remettre à plat étant entendu le football , lui, brasse des milliards et les milliards et que le scandale est immense.  Deux des plus gros sponsors de la Fédération internationale de football, empêtrée dans un scandale de corruption, réclament donc la démission « immédiate » du président Sepp Blatter « pour le bien du jeu » et « pour qu’une procédure de réforme crédible puisse sérieusement commencer ». Pas question de partir tout de suite, a répondu le patron de l’instance mondiale du foot.  Sepp Blatter a d’ores et déjà annoncé qu’il quitterait son poste, mais pas avant le 26 février prochain, date du congrès électif de la FIFA. C’est bien trop tard, pour Coca-Cola et Mc Donald’s, deux des plus gros sponsors de la Fédération qui montent au créneau ce vendredi soir.   Le communiqué de Coca est cinglant :  « Chaque jour qui passe, l’image et la réputation de la FIFA se ternissent un peu plus. » Même tonalité du côté de McDo : « Les événements des dernières semaines ont continué à abaisser la réputation de la Fifa et la confiance du public dans son leadership. »  Les autorités suisses et américaines ont annoncé en mai l’ouverture d’enquêtes à l’encontre de dirigeants de la FIFA soupçonnés de corruption, notamment dans le cadre de l’attribution des Coupes du monde de 2018 et 2022 en Russie et au Qatar. Vendredi dernier, le ministère public suisse (MPC) a annoncé l’ouverture d’une procédure pénale à l’encontre de Sepp Blatter, qu’il soupçonne de « gestion déloyale et, subsidiairement, d’abus de confiance ». C’en est trop pour Coca : « Pour le bien du jeu, la compagnie Coca-Cola demande au président de la Fifa Joseph Blatter de démissionner immédiatement afin qu’une procédure de réforme crédible et viable puisse sérieusement commencer. »  La réponse des avocats de Blatter ne s’est pas fait attendre vendredi soir : c’est niet. Le président restera jusqu’au bout, écrivent-ils dans un communiqué : « Si Coca-Cola est un sponsor apprécié de la FIFA, M. Blatter est, malgré tout son respect, en désaccord avec sa position (…) Il ne démissionnera pas. »

Fifa-foot-fric : Platini dans la tourmente

Fifa-foot-fric : Platini dans la tourmente

 

Platini qui fut un joueur exceptionnel va sans doute voir son image de dirigeant très affectée par cette affaire pour le moins curieuse de versement d’argent qu’il a reçu de Blatter. Première question pourquoi un versement disant après des prestations qu’il aurait effectuées pour la FIFA ; seconde question quelle nature de prestation et où sont les études. Dernière question plus fondamentale Platini est-il homme providentiel pour remettre de l’ordre dans ce football qui est devenu un véritable business. Pas certain car comme président de l’UEFA,  il n’a pas été capable de mettre fin aux folles dérives financières concernant le transfert et le paiement des joueurs dont certains touchent plus d’un million par mois. Du coup nombre de clubs sont en situation de quasi faillite. La gangrène du foot mondial est-elle qui conviendrait sans doute de supprimer la FIFA pour lui substituer un organisme officiel juridiquement et démocratiquement autrement plus sérieuse qu’une petite association comme la FIFA. FIFA qui jouit et abuse bien sûr du statut d’association ( comme la loi de 1901 en France) dont  le siège est en Suisse et qui peut ainsi s’affranchir de tout contrôle tout en brassant des dizaines de millions. Le problème est que Michel Platini a reçu une nouvelle rémunération près de dix ans plus tard nettement supérieure à la première : environ deux millions de francs suisse (1,8 million d’euros). Pour Platini et son entourage, il s’agit du solde de sa rémunération des travaux effectués entre 1998 et 2002. Sauf que cette fois, aucun contrat n’aurait été rédigé. La justice suisse ne comprend donc pas pourquoi un contrat a été signé pour la première partie de la rémunération de Michel Platini et pas pour la seconde, qui est pourtant nettement supérieure. Ce virement est donc jugé « suspect ». D’autant plus que le contexte de 2011 est très particulier (élections à la FIFA et à l’UEFA).  Depuis trois mois, les banques suisses ont été appelées à communiquer certaines données bancaires concernant la FIFA au ministère public. Les transferts de fonds sont actuellement étudiés par la justice. C’est vraisemblablement cette enquête financière qui a poussé la justice suisse à s’intéresser au cas de l’ancien numéro 10 des Bleus. Il est peu probable que l’ouverture de cette enquête soit due à un règlement de compte ou à une tentative de déstabilisation du patron du foot européen. La défense de Platini ne convainc pas non plus le ministère public. En effet, le fait d’avoir déclaré cet argent ne prouve absolument rien, puisqu’il est quasiment impossible de dissimuler une telle somme selon des juristes helvètes. Le risque de se faire repérer par le fisc serait beaucoup trop important. Aux yeux de la justice suisse, cette donnée n’est donc absolument pas déterminante. Michel Platini et ses conseils vont donc devoir trouver d’autres arguments.   Enfin, il faut savoir qu’il est extrêmement rare que le ministère public de la Confédération suisse s’exprime publiquement. Il est encore plus rare que des noms soit cités. Pour plusieurs spécialistes suisses, si le nom de Platini a été dévoilé, c’est que l’enquête est plus avancée qu’il n’y parait. Même s’il faut signaler que le procureur général, Michael Lauber, en fonction depuis le 1er janvier 2012 et réélu le 17 juin dernier, semble s’exprimer assez facilement face à la presse. On l’a notamment vu tenir une conférence de presse le 14 septembre dernier à Zurich. Mardi, il avait aussi précisé face à quelques caméras que le statut de Platini dans cette affaire était situé « entre celui de témoin et celui d’accusé ».

Foot fric : Une urgence dissoudre la Fifa et les autres organisations sportives internationales

Foot fric : Une urgence dissoudre la Fifa et les autres organisations ^sportives internationales

 

Curieusement peu de responsables politiques français ou  étrangers ne réclament la dissolution pure et simple de la FIFA. La FIFA objet d’un énorme scandale financier,  qui brasse des millions, autorise toutes les corruptions et justifie l’opacité de sa gestion par son statut d’association (équivalent du statut d’association de la loi 1901 en France.). Après les scandales financiers déjà révélés on vient d’apprendre que Michel Platini l’un des favoris pour succéder à Blatter a touché près de 2 millions d’euros pour des prestations effectuées de 99 à 2002 mais payéeés…. en 2011 seulement ! Soit neuf ans après. Il faut sans doute s’interroger sur la nature de la FIFA véritable machine à fric  dont bénéficient  ses dirigeants mais qui autorise aussi toute les dérives financières dans les clubs. Cette interrogation sur la nature de la FIFA concerne en faite la plupart des organisations internationales sportives. À commencer par le comité olympique (CIO), lieu de toutes les magouilles pour la localisation des jeux,  lui aussi disposant d’un statut d’association comme d’ailleurs la plupart des fédérations internationales des différentes  disciplines sportives. La plupart ont en effet un statut aussi sulfureux que celui de la FIFA ou du CIO avec en plus presque toujours un siège en Suisse quelquefois à Monaco pour des raisons de laxisme fiscal et d’absence de contrôle. Du coup c’est toute l’organisation sportive qui est en cause car elle est soumise à toutes les pressions à toutes les corruptions (voir encore l’implication du président de l’union internationale cycliste dans le scandale de dopage d’Armstrong). Le sport a grand besoin d’assainir son organisation et pour cela de se doter de base juridique officielle, contrôlable et démocratique. L’affaire de la FIFA qui implique désormais le favori à la succession de la terre démontre s’il en était besoin l’ampleur des dérives. Le MPC reproche notamment à M. Blatter « un paiement déloyal de 2 millions de francs suisses » (1,8 million d’euros) en faveur de M. Platini, « au préjudice de la FIFA, prétendument pour des travaux effectués entre janvier 1999 et juin 2002 ». A l’époque, Michel Platini officiait comme « conseiller football » de M. Blatter avant de siéger, dès juin 2002, au comité exécutif de la FIFA et d’en devenir le vice-président. Selon le MPC, ce paiement a été effectué en février 2011. « On a affaire à une accusation d’emploi fictif avec un versement effectué neuf ans après les faits », explique au Monde un fin connaisseur des arcanes de la FIFA. Ce versement a été effectué un mois avant que M. Platini ne soit réélu pour un second mandat à la tête de l’UEFA, et quatre mois avant que son homologue de la FIFA ne soit reconduit pour la troisième fois à la tête de l’instance mondiale, avec le soutien discret de la Confédération européenne. Les médias anglais n’ont pas tardé à exhumer les vieux dossiers, rappelant la consigne de Michel Platini appelant les cinquante-trois membres de l’UEFA à voter en bloc pour M. Blatter. A l’époque, le Suisse avait promis à l’ex-joueur qu’il s’agirait de son dernier mandat. Un accord qu’il n’a pas respecté quatre ans plus tard.  « En ce qui concerne le paiement qui a été effectué en ma faveur, je désire clarifier que ce montant m’a été versé pour le travail que j’ai accompli de manière contractuelle pour la FIFA, s’est justifié Michel Platini dans un communiqué. Je suis satisfait d’avoir pu éclaircir ce point envers les autorités. » « Ce paiement est étrange, s’interroge un ancien pilier de la FIFA. Platini va devoir trouver une bonne explication. » Par le biais de son entourage, M. Platini a fait savoir qu’il n’aurait pensé à réclamer son dû à la Fédération internationale que neuf ans après ses « travaux ». Résidant à Paris lorsqu’il officiait comme « conseiller technique » de M. Blatter, il aurait par ailleurs payé des impôts sur la somme incriminée.

Affaire Foot-Fifa : Platini mouillé ?

Affaire Foot-Fifa : Platini mouillé ?

L’affaire de la FIFA n’a pas fini d’éclabousser même peut être Platini qui il est vrai à « grandi » dans les pas de Blatter  à la FIFA puis à l’UEFA. Le scandale c’est surtout celui du statut d’une  simple association, type loi 1901, la FIFA, sans contrôle et qui brassait des millions que se partageaient les oligarques du foot. Il seraiat sans doute temps de supprimer purement et simplement la FIFA et de la remplacer par une institution officielle ( donc contrôlée).  La justice suisse reproche maintenant  à Blatter « un paiement déloyal » de 2 millions de francs suisses à Michel Platini, actuel président de l’UEFA, entré à la Fifa en 2002 et candidat à la succession de Blatter. Selon la justice, ce paiement au bénéfice de Michel Platini effectué en février 2011, a été fait « au préjudice de la Fifa, prétendument pour des travaux effectués entre janvier 1999 et juin 2002. Vendredi, des enquêteurs ont « auditionné Joseph Blatter en qualité de prévenu » et « en parallèle, Michel Platini a été entendu en qualité de personne appelée à donner des renseignements », a précisé le communiqué de la justice suisse. Blatter, président de la Fifa, depuis 1998, avait annoncé le 2 juin, cinq jours après sa réélection pour un 5e mandat, qu’il quitterait son poste lors d’un congrès électif convoqué le 26 février prochain. Michel Platini, membre du comité exécutif de la Fifa, fait figure de favoris pour lui succéder. Vendredi, la Fifa a annulé au dernier moment une conférence de presse de Sepp Blatter, où le président était attendu pour s’expliquer sur les soupçons pesant sur son secrétaire général, Jérôme Valcke, écarté la semaine dernière pour avoir selon la presse, bénéficié de la revente de billets au marché noir.  Une « procédure pénale » a été ouverte contre le président de la Fifa, Sepp Blatter pour « soupçon de gestion déloyale » et « abus de confiance », avec notamment un versement suspect de 2 millions de francs suisses à Michel Platini, a annoncé vendredi le ministère public suisse. Le Ministère suisse de la justice (MPC) soupçonne d’une part Blatter d’avoir signé « un contrat défavorable à la Fifa » avec l’Union caribéenne de football, dont Jack Warner était le président. D’autre part, selon le procureur suisse, il existe « un soupçon que, dans l’exécution de ce contrat, Joseph Blatter ait également agi de manière contraire aux intérêts de la Fifa, « en violation de ses devoirs de gestion ». Le bureau du président de la Fifa a été perquisitionné.

 

Foot OM -OL: match nul et public nul

Foot OM -OL: match nul et public nul

 

 

Ce match entre l’OM et l’OL elle s’est révélé nul à beaucoup de points de vue. Le score d’abord un partout, aussi la qualité du match enfin et surtout l’attitude inadmissible d’une partie du public qui a même conduit à l’interruption de la partie. Dommage pour Marseille qui risque d’être sanctionné et qui le mérite. Marseille une très grande ville du football qui bénéficie de la ferveur exceptionnelle de son public. Mais là  un certain nombre de supporters se sont conduits de manière lamentable surtout à l’égard de l’ancien marseillais Valbuena désormais à Lyon. Alors qu’en Angleterre un joueur muté reçoit en général un accueil chaleureux lors  de sa première réapparition avec un maillot adverse, en France malheureusement l’esprit sportif  n’est pas toujours ce qui caractérise les supporters. Valbuena qui a tout donné à Marseille pendant huit ans, joueur talentueux, modeste et mesuré  a malheureusement été victime de violences verbales et physiques de la part de supporters fous qui n’ont rien à faire dans un stade de football. La rencontre a donc été interrompue pendant une vingtaine de minutes à cause de jets d’objets sur la pelouse. La Ligue de football professionnel convoque une réunion lundi matin sur la sécurité dans les stades.  Une rencontre pour le moins mouvementée. Cet « Olympico » avait déjà mal commencé : l’ex-Marseillais Mathieu Valbuena s’est fait copieusement sifflé dès son entrée sur le terrain, par une partie du public du Vélodrome écœuré de le voir porter les couleurs de l’Olympique lyonnais. Avant le match le maillot du joueur aux couleurs de l’OM a été brûlé et dans les tribunes, virage sud, un mannequin à son effigie est pendu à une potence. A l’heure de jeu, des projectiles tombent sur le terrain. Dans une atmosphère brûlante, l’arbitre, lui aussi contesté et hué par des spectateurs, a finalement renvoyé les deux équipes aux vestiaires à la 62e minute, à cause de jets d’objets à répétition sur la pelouse. Vingt-cinq minutes plus tard, la rencontre a pu reprendre et Marseille, longtemps mené, a égalisé (1-1). Mathieu Valbuena a passé un moment très difficile, il le reconnait : « ça fait pas plaisir parce que quand les supporters vous ont adulé pendant huit ans et qu’en l’espace d’un mois où j’ai signé à Lyon ils ont tout oublié. C’est quand même dommage. » Le joueur a aussi souligné que ces attaques virulentes ne venaient pas de l’ensemble des supporters. « Je peux me vanter que j’ai gagné des titres, j’ai vécu des moments extraordinaires ici et que je souhaite à n’importe quel joueur » a-t-il conclu durant sa conférence de presse à la fin du match. A la fin de la rencontre, quand la pression est redescendue sur le terrain, ce sont les dirigeants des deux clubs qui ont réglé leurs comptes. Vincent Labrune, le président de l’OM, a estimé que l’Olympique lyonnais avait été avantagé par l’arbitrage tout au long du match : « il y a des équipes qui ont plus souvent des penalties que les autres. C’est le cas de l’Olympique Lyonnais. À la mi-temps, j’ai dit à Jean-Michel que je trouvais ça drôle.[...] Si c’était parti en vrille, on n’aurait pas été responsable de tout. » Le Lyonnais, Jean-Michel Aulas, n’a pas mis longtemps à lui répondre. Pour lui, les conditions de jeu étaient insupportables et les dirigeants l’OM pas à la hauteur : « ils ont laissé se propager, voire même organiser, ce qui était une vendetta à l’attention de Mathieu Valbuena et ça c’est insupportable! »   »J’ai dit à Vincent Labrune que c’était un guignol » Jean-Michel Aulas

Foot-FIFA : les magouilles continuent

Foot-FIFA : les magouilles continuent

 

« Platini, un cadavre dans le placard » tel est le nom du document émanant sans doute de la FIFA qui circule actuellement dans la presse pour démolir la candidature de Platini à la tête de l’organisation mondiale. Il ne fait guère de doute que nombre de responsables de la FIFA sont impliqués dans l’opération. Beaucoup en effet craignent en cas  victoire de Platini d’abord d’être jugé ensuite de ne plus pouvoir bénéficier des avantages de la corruption généralisée. C’est vrai pour beaucoup de dirigeants du foot en Amérique du Sud, dans les Caraïbes et surtout en Afrique.L ‘UEFA a donc demandé à la FIFA d’enquêter sur l’origine d’un dossier anonyme extrêmement critique à l’encontre de Michel Platini, président de l’instance dirigeante du football européen et candidat à la succession de Sepp Blatter à la tête de la Fédération internationale de football, rapporte dimanche le journal allemand Welt am Sonntag. L’existence de ce dossier émanant apparemment du siège de la FIFA à Zurich a aussi été signalée dans les médias suisses. D’après le Welt am Sonntag, ce document intitulé « Platini, un cadavre dans le placard » donne une image peu flatteuse de l’ancien capitaine de l’équipe de France et émet des doutes sur ses compétences pour diriger la FIFA. Le journal affirme que ce dossier a été envoyé « directement du siège de la FIFA à Zurich à des organes de presse avec demande de diffusion, mais sans référence à l’auteur ». Le Welt am Sonntag ajoute que le secrétaire général de l’UEFA, Gianni Infantino, a écrit à son homologue de la FIFA, Jérôme Valcke, pour lui demander une enquête sur l’origine et la diffusion de ce document. « Je peux confirmer que le secrétaire général de l’UEFA, Gianni Infantino, a adressé une lettre de protestation au secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke », a dit un porte-parole de l’UEFA à Reuters. « Nous avons demandé à la FIFA d’enquêter sur l’origine de cet article car nous sommes préoccupés par les rumeurs sur une campagne présumée de dénigrement à l’encontre du président de l’UEFA », a-t-il ajouté. La Fifa n’a pas répondu aux sollicitations de Reuters à ce sujet. Sepp Blatter a annoncé en juin qu’il remettait son mandat en jeu en raison des déflagrations provoquées par un scandale de corruption présumée éclaboussant la Fifa.  Michel Platini est actuellement le favori de cette élection prévue le 26 février prochain. Ses relations avec Sepp Blatter se sont fortement détériorées en raison de ce scandale, l’ancien meneur de jeu des Bleus ayant publiquement appelé le président de la FIFA à passer la main.

Foot -montée descente ligue 1: statu quo décidé par le conseil d’Etat mais le conflit persiste

Foot : montée descente : statu quo décidé par le conseil d’Etat mais le conflit persiste

Il n’y aura pas de changement pour les montées en première division pro cette année suite à la décision du conseil d’État. Pour autant le conflit persiste entre la ligue de football professionnel et la fédération. L’enjeu n’est pas seulement le problème de la montée et de la descente en ligue 1(  2 ou 3 clubs) mais d’une manière plus générale de  la volonté qu’ont les grands clubs professionnels de tenir une place plus importante dans l’organisation du football du pays. Il s’agit en particulier d’obtenir une meilleure répartition à leur profit des moyens financiers notamment des droits de télévision. Les clubs pros de première division souhaitent un renforcement de leurs moyens financiers et une stabilité de ceux-ci pour mieux garantir l’avenir de leurs investissements. Il faut bien reconnaître que les meilleurs joueurs français désertent le championnat pour partir à l’étranger essentiellement pour des motifs financiers. Pour rééquilibrer leur trésorerie les clubs n’ont d’autre solution que de vendre chaque année leurs meilleurs éléments. Du coup le niveau de la ligue 1 ne cesse de s’affaiblir en comparaison des autres pays. On peut considérer à juste titre que les joueurs professionnels sont beaucoup trop payés mais c’est l’environnement européen, voire au-delà,  qui tire les salaires et provoque le déséquilibre financier des clubs professionnels français. Enfin la mauvaise image de la ligue 1 attire peu les investisseurs français ou étrangers. Le juge des référés du Conseil d’Etat a donc rejeté la requête pour «défaut d’urgence». Cette décision en référé n’est qu’une première étape de la bataille judiciaire qui s’est engagée entre LFP et FFF. Si aucune partie ne se désiste, un jugement sur le fond devra intervenir dans trois à cinq mois, soit entre novembre 2015 et janvier 2016. «Jusqu’à ce que le Conseil d’Etat se prononce sur le fond de l’affaire, la décision de la Fédération s’applique», note le Conseil d’Etat. : Frédéric Thiriez, soutenu par dix-huit clubs de Ligue 1, dont le PSG, n’a pas l’intention de stopper son combat. «Le Conseil d’Etat n’a pas voulu statuer en urgence. C’est dommage car l’incertitude demeure, mais c’est ainsi. L’affaire sera donc jugée plus tard sur le fond. Ce n’est que partie remise», prévient le président de la LFP dans un communiqué.

Foot : la guerre entre la fédération et la ligue

Foot : la guerre entre la fédération et la ligue

 

En fait c’est une  guerre de gros sous car ce que souhaitent les clubs de ligue 1 c’est obtenir davantage de rentrées financières notamment de droits télé. Il s’agit donc de réduire le nombre de bénéficiaires d’où notamment  la proposition de réduire à 18 le nombre de clubs de ligue 1.  On souhaite surtout davantage de pérennité dans les rentrées financières afin de sécuriser les investissements. Force est de constater que le foot français se dépouille chaque année de ses meilleurs jours et que le foot franaçis est un foot de seconde zone en Europe, le PSG excepté. La meilleure preuve c’est l’insignifiance de la présence des clubs français lors des compétitions européennes. C’est le cercle vicieux, le foot français est de mauvaise qualité, il est moins regardé, les recettes sont moins importantes et les meilleurs joueurs partent pour des raisons sportives et financières. Parmi les 43 clubs professionnels, 18 ont démissionné mardi soir de l’UCPF, l’Union des Clubs Professionnels de Football, leur propre syndicat, celui qui les représente et les défend à la fédération, à la ligue ou bien au ministère.  Dix-huit sur 43, c’est la minorité, c’est vrai mais ce sont les clubs les plus influents et les plus puissants qui ont démissionné comme Lyon, le PSG, Bordeaux, Marseille ou Nice. Une démission collective qui n’est pas arrivée par hasard mardi soir puisque demain, le Conseil d’Etat donnera son jugement en référé dans le dossier qui oppose la Ligue à la Fédération. Le conflit entre les deux instances dirigeantes tourne autour du nombre de clubs qui montent et qui descendent en fin de saison de la ligue 1 à la ligue 2. Aujourd’hui, cela concerne trois clubs de Ligue 1 et trois clubs de ligue 2. La Fédération ne veut rien changer au nom de « l’intérêt supérieur du football français ». Et la Ligue de football professionnelle veut passer à 2 clubs qui montent et 2 clubs qui descendent. Avec 2 clubs qui descendent, la Ligue veut privilégier la ligue 1, diminuer le risque de relégation et assurer la santé financière de l’élite. Tout ça dans un contexte où le Paris Saint-Germain dépense des fortunes au mercato, rafle tous les trophées pendant que les autres clubs ont bien du mal à exister dans les compétitions européennes. Ces 18 présidents de clubs démissionnaires devraient donc rapidement créer un autre syndicat. Et ils entendent bien prendre le pouvoir et passer au-dessus des conflits qui opposent depuis trop longtemps la FFF à la LFP.

OM-Foot Démission de Bielsa : « Un gâchis incroyable », (Jean-Claude Dassier)

OM-Foot Démission de Bielsa : « Un gâchis incroyable », (Jean-Claude Dassier)

Jean-Claude Dassier ancien président de l’OM  qui a été viré par Labrune (actuellement président)  se dit  surpris de la situation du club après le départ de Bielsa. Il ne devrait pourtant pas être surpris car il connaît depuis longtemps le fonctionnement du club et son environnement. Ce club a toujours été mal géré.  En dépit de l’engouement exceptionnel de ces supporters. Car l’OM est la ville du foot par excellence en France. Pourtant les luttes internes et des gâchis financiers ont largement affaibli le club. Il y a d’abord le problème de la gouvernance. Avec un actionnaire qui ne souhaite pas se débarrasser du club mais pour autant ne souhaite pas non plus investir. En cause aussi la mauvaise gestion financière. Du coup l’OM est   régulièrement contraint de se débarrasser de ses meilleurs joueurs pour faire de la trésorerie. Ce fut encore le cas en fin de saison dernière. La composition actuelle n’aurait certainement pas permis à Bielsa de faire des miracles cette année. C’est l’une des causes de son départ. D’autant qu’il ne peut s’entendre avec le président Labrune jugé par beaucoup comme incompétents tant sur le plan du football que de la gestion. Spécialiste aussi des coups tordus et qui a déjà évincé, Dassier, Pape Diouf, Anigo maintenant Bielsa. Dernier avatar en date la modification des contrats de Bielsa pourtant accouchait au forceps. Bien entendu comme Bielsa est parti on tentera de lui faire porter le chapeau. Il y aurait beaucoup de ménage à faire au sein de l’OM. D’abord il lui faudrait un actionnaire réellement désireux de gagner des titres enfin des dirigeants compétents à la fois en matière de gestion et de recrutement enfin un entraîneur à la dimension de Bielsa. Jean-Claude Dassier, l’ancien président de l’Olympique de Marseille a fait part de son « sentiment de gâchis incroyable et de ridicule » concernant la démission de Marcelo Bielsa, annoncée à l’issue du match perdu contre Caen (0-1) lors de la 1ere journée de Ligue 1. Pour celui qui a dirigé le club de 2009 à 2011, cette décision spectaculaire est mûrement réfléchie : « Ou Bielsa est complètement fou, ce que je ne crois pas même s’il a un tempérament très fort et qu’il ne se laisse pas marcher sur les pieds. Ou ce n’est pas une crise de folie. Et je ne vois pas en quoi ça le serait« . Par conséquent, Jean-Claude Dassier s’interroge sur le contenu de la fameuse réunion du mercredi 5 août évoquée par Marcelo Bielsa dans sa lettre de démission. C’est cette fameuse entrevue, sans le président Vincent Labrune mais avec le directeur général du club et l’avocat mandaté par la propriétaire Margarita Louis-Dreyfus, qui a provoqué la démission de l’Argentin, mécontent de voir des termes de son nouveau contrat être modifiés alors qu’un accord avait été trouvé. D’ailleurs, l’ancien patron de l’OM estime que l’actionnaire majoritaire russe pourrait être la principale responsable de ce coup de théâtre. « Quand vous modifiez un contrat à la dernière minute, vous prenez un risque. Le résultat, on le connaît. Je trouve ça inattendu, comme si Margarita Louis-Dreyfus avait considéré que le contrat proposé par Vincent Labrune n’était pas convenable à ses yeux. C’est peut-être ça », analyse Jean-Claude Dassier qui qualifie de « pipeau » le communiqué publié par l’OM. « On essaie de faire passer Bielsa pour un fou dangereux. C’est une bataille de communication », ajoute-t-il.

Foot ligue 1: départ insipide

Foot ligue 1: départ insipide

Le moins que l’on puisse dire c’est que cette première journée de championnat qui s’est déroulé samedi (seuls Paris et Lille avaient joué la veille) n’a pas brillé par sa qualité. Il y a d’abord la défaite surprise de Marseille face à une modeste équipe de Caen. Du coup l’entraîneur de Marseille en a profité pour annoncer une démission qui couvait depuis longtemps. Il y a aussi ce match insipide entre Monaco et Nice. Nice qui a dominé Monaco jusqu’à l’expulsion injustifiée d’un  de ses joueurs. C’est très péniblement que Monaco a réussi à l’emporter sur une équipe de très jeunes joueurs réduits à 10. Il faut aussi signaler la victoire surprise d’Angers, victoire très méritée, sur une équipe de Montpellier transparente. D’une manière générale il s’est confirmé que le niveau des matchs de la ligue 1 en France se situait  très en dessous de celui des autres championnats européens. Plusieurs raisons sans doute à cela. D’abord le départ chaque année des meilleurs footballeurs pour l’étranger. Ensuite globalement des entraîneurs qui ne sont pas non plus à la hauteur, Paris y compris. Enfin des structures de club qui souffrent de la  la comparaison avec nombre de clubs européens .Pour Marseille,  après  départ de plusieurs cadres (André-Pierre Gignac, André Ayew, Dimitri Payet), le club phocéen est passé à côté de son entame de championnat. Samedi soir, l’équipe dirigée par Marcelo Bielsa, inconstante et très maladroite, s’est inclinée au Vélodrome face à Caen (0-1). Andy Delort, d’un missile ayant fini sa course sous la transversale de Steve Mandanda, a inscrit l’unique but de la partie (27e). Le Stade Malherbe réalise un nouveau joli coup, lui qui s’était déjà imposé sur le terrain de l’OM en février dernier (2-3). De son côté, Monaco a assumé son statut mais a souffert pour dominer Nice (1-2). Les Aiglons ont frappé les premiers par l’intermédiaire de Valère Germain (7e). L’expulsion d’Olivier Boscagli avant la pause (45e) a eu pour effet d’inverser la situation et le club de la Principauté en a profité, trouvant l’ouverture grâce à Bernardo Silva (51e) et Layvin Kurzawa (62e), l’homme en forme du début de saison.

 

Foot-OM : déjà la crise, pourquoi ?

Foot-OM : déjà la crise, pourquoi ?

Un match insipide, une défaite à domicile et dès le premier jour du championnat le départ de son entraîneur. Une saison qui débute vraiment mal pour l’OM. En fait la crise couvait déjà depuis un moment dans le club. Il y a d’abord le problème du propriétaire du club qui ne souhaite pas investir inconsidérément et de ce fait limite les capacités sportives de l’OM. Cette année on s’est même débarrassé des principales vedettes de l’équipe. Second élément le climat détestable entre le président et l’entraîneur. Un président plus proche de la jet-set que du terrain de foot. Déjà handicapé un recrutement à minima, l’OM devra aussi se passer de son  entraîneur qui a démissionné à l’issue du premier match. L’entraîneur a considéré que le club ne tenait pas ses engagements tant en ce qui concerne le recrutement que sa propre rémunération. L’équipe de Marseille entre maintenant dans une crise très profonde qui pourrait conduire jusqu’au changement de propriétaire car les supporters ne vont certainement pas admettre que le club s’enfoncent dans la médiocrité. « J’ai terminé mon travail ici, je vais rentrer dans mon pays » : ce sont les mots prononcés par Marcelo Bielsa devant des journalistes médusés, ce samedi soir au stade Vélodrome. ​ Quelques minutes après la défaite de l’OM face à Caen (0-1), l’Argentin a lu à la presse la lettre qu’il venait tout juste de remettre à son président, Vincent Labrune. Sa décision aurait été prise il y a deux jours, et n’aurait donc aucun rapport avec le résultat du match. Marcelo Bielsa reproche à la direction du club d’avoir tenté de modifier certaines clauses du contrat que les deux parties devaient signer cette semaine pour acter la reconduction de l’entraîneur jusqu’en 2017. Si l’on en croit le technicien, l’OM serait donc revenu sur certains engagements initiaux. Un revirement qui aurait incité Marcelo Bielsa à claquer la porte, un an après son arrivée sur la Canebière. « Je ne peux pas accepter la situation d’instabilité« , a-t-il dit, faisant lire par son interprète la lettre de démission qu’il a remise au président Vincent Labrune avant de venir prévenir les journalistes. Il a évoqué une discussion mercredi soir avec le directeur général de l’OM, et l’avocat de la propriétaire du club, Margarita Louis-Dreyfus. « Le club à travers deux personnes m’a communiqué qu’il voulait changer« , a expliqué Bielsa. Cette semaine, l’entraîneur semblait pourtant bien décidé à poursuivre l’aventure marseillaise. Il s’était même dit satisfait du recrutement, après une saison décevante achevée à la 4ème place de Ligue 1. Adulé dans les travées du Vélodrome, « El Loco » va laisser un grand vide dans le cœur des supporters marseillais. Il plonge surtout le club dans la crise, dès la 1ère journée du championnat.

Foot : la ligue professionnelle achète des caméras pour la ligne de but…….et des lunettes pour les arbitres ?

 

 

La ligue de football professionnel vient de décider la mise en passe de caméras pour vérifier si le ballon a franchi non la ligne du but. Une installation qui n’est pas tout à fait gratuite puisque son coup et de l’ordre de 200 000 € au moins par stade. On aurait sans doute souhaité que la ligue en profite pour acheter des lunettes à nombre d’arbitres dont les jugements sont approximatifs. Malheureusement la problématique de l’arbitrage ne concerne pas uniquement la France. En cause le fait surtout que la plupart des arbitres n’ont jamais joué au football surtout au niveau professionnel. Les polémiques sans fin pour savoir si le ballon a franchi ou non la ligne des buts sont bel et bien terminées en Ligue 1. Alors que la Ligue de football professionnel (LFP) avait annoncé la mise en place de la « goal line technology » en avril dernier, son application se fera dès les premiers matchs de la saison 2015-2016. Testée grandeur nature lors de la Coupe du Monde 2014, la « goal line technology » repose sur un système vidéo. 7 caméras pour chaque but sont installées dans les tribunes. Elles envoient directement les données à deux très grands ordinateurs et déterminent si le ballon a franchi la ligne de but, note BFM TV. L’arbitre reçoit alors directement l’information sur une montre spéciale. La LFP a choisi la société allemande Goal Control pour installer ce dispositif en France. Une société d’expérience, puisqu’elle l’a déjà fait pour plusieurs stades de la Coupe du Monde. L’installation de ces caméras a donc eu lieu depuis mi-juillet dans tous les stades de Ligue 1. Le coût de ces installations avait pourtant freiné l’ajout de cette nouvelle fonctionnalité pour l’arbitrage français. En fonction de l’éclairage et des tribunes du stade, le prix de cette nouveauté peut aller de 200.000 à 300.000 euros, soit de 4 millions à 6 millions pour l’ensemble des stades français. Les clubs n’auront pourtant pas à payer cette somme, la LFP prend en charge les frais.

Foot- corruption : la FIFA lance enfin une enquête

Foot- corruption : la FIFA lance enfin une enquête

Il aura fallu du temps pour que la FIFA décide enfin de lancer une enquête concernant la corruption dont ses dirigeants sont responsables. En fait c’est acculée par la justice à la fois américaine et suisse que la FIFA a décidée de procéder à une enquête interne. Outre son caractère tardif cette enquête interne va de toute manière être sujette à caution puisqu’elle a été commanditée par des dirigeants actuels de la FIFA qui sont par ailleurs largement discrédités. On peut facilement imaginer qu’après l’élection d’un nouveau président de la FIFA à la place du sulfureux baltter qu’un grand coup de balai aura lieu au sein de la fédération internationale. Faute de cela l’existence même de cette fédération pourrait être mise en cause dans la mesure où il ne s’agit pas d’une instance internationale officielle mais d’une organisation ayant simplement le statut d’association. C’est une considération que devra prendre rapidement en compte Platini si comme prévu il devait prendre la place de la Terre comme président de la FIFAA. La Fédération internationale de football (FIFA) a donc diligenté une enquête interne sur les cas de corruption présumée concernant certains de ses membres dirigeants, indiquent deux sources proches du dossier. Les membres de la commission exécutive de la FIFA ont été informés de cette procédure interne lors d’une réunion à huis clos le mois dernier à Zurich, précisent à Reuters ces deux sources s’exprimant sous le sceau de l’anonymat. La conduite de l’enquête a été confiée au cabinet juridique américain Quinn Emanuel Urquhart & Sullivan et sera conduite en parallèle à celles menées d’une part par les autorités américaines et d’autre part par les autorités suisses. Le résultat de cette procédure interne devrait être transmis aux autorités concernées. L’instance dirigeante du football mondial se trouve prise dans un scandale de corruption présumée depuis l’arrestation de plusieurs de ses membres deux jours avant son 65e congrès qui s’était conclu par la réélection du président Sepp Blatter pour un cinquième mandat. La justice américaine a engagé des poursuites contre neuf dirigeants ou anciens dirigeants de la FIFA ainsi que contre cinq dirigeants d’entreprises partenaires de l’organisation sportive dans le cadre d’une enquête portant sur plus de 150 millions de dollars de pots-de-vin et de rétrocommissions. La Fifa avait seulement fait savoir qu’elle avait engagé Quinn Emanuel pour représenter ses intérêts dans les enquêtes américaine et helvétique.   »Nous sommes déterminés à améliorer notre organisation et à continuer à renforcer la gouvernance et la responsabilité de la FIFA. Notre travail dans ce domaine est en évolution constante et nous sommes focalisés sur l’instauration des plus hauts critères pour la communauté internationale du football », a déclaré un porte-parole dans un communiqué.

 

Foot- PSG : bon départ mais….

Foot- PSG : bon départ mais….

 

Pour une fois le PS j’ai appris un bon départ en gagnant un à zéro face à Lille. Un score étriqué qui témoigne mal de la domination technique de Paris. Par ailleurs le PSG  j’ai à jouer à 10 pendant plus d’une heure après une expulsion  injustifiée d’Adrien Rabiot (éternel problème d’arbitrage !). Dans l’ensemble Paris s’est montré nettement supérieur à une équipe de Lille composée surtout de jeunes et de nouveaux joueurs. La maîtrise parisienne a été indiscutable toutefois il faut regretter une insuffisance d’occasions de but. En cause une attaque qui doute toujours en particulier Cavani, certes courageux, mais toujours aussi approximatif. Pastore est de son côté ne s’est guère monté très actif. Seul Lucas ami en évidence sa vitesse et son opportunisme. Pour la première fois depuis l’arrivée des Qataris à la tête du club en 2011, le PSG s’est imposé en ouverture de la Ligue 1. Ils se sont imposés 1-0 à Lille.  Le PSG a pris les trois points lors de son premier match de la saison de L1. Une  première depuis le début de l’ère qatarie à Paris en 2011. Pourtant, privé d’Ibrahimovic et de Di Maria, le champion de France en titre s’est rapidement retrouvé à dix sur la pelouse de Lille. La faute à l’expulsion très évitable d’Adrien Rabiot après deux cartons jaunes. Sentant son équipe déjouer malgré sa supériorité numérique, Hervé Renard a « profité » de la blessure d’Ibrahim Amadou pour faire entrer Ryan Mendes à sa place. Mais cela n’a pas bouleversé une équipe parisienne déjà bien affutée et qui n’a eu besoin que d’une accélération fulgurante de Lucas pour empocher la victoire. Lucas a conclu une magnifique action en triangle menée par Edinson Cavani et Blaise Matuidi. Et, contrairement à la saison passée, le PSG ne s’est pas fait peur en fin de partie face des Lillois visiblement très intimidés et incapables de s’approcher de la surface de Kevin Trapp. Pas de retard à l’allumage donc pour les coéquipiers d’un excellent Serge Aurier. Les temps changent…

 

Foot : Lyon ridiculisé par Arsenal

Foot : Lyon ridiculisé  par Arsenal

De toute évidence le football français est loin d’être à la hauteur du ballon rond britannique. Une véritable fessée grise par l’Olympique Lyonnais à Arsenal. Ce qui démontre à l’évidence le fossé qui sépare encore le football français de celui qui se joue outre-Manche.. Pour leur entrée dans l’Emirates Cup, compétition amicale, les Gones ont, en effet, été sévèrement punis par Arsenal (6-0), qui avait l’avantage de jouer dans son antre. En moins de dix minutes, les Gunners ont littéralement fait exploser la défense rhodanienne, trouvant l’ouverture par l’intermédiaire d’Olivier Giroud (29e), d’Alex Oxlade-Chamberlain (34e), d’Alex Iwobi (35e) et d’Aaron Ramsey (38e). Dépassés par les événements, les Lyonnais ont encaissé deux nouveaux buts durant le second acte par Mesut Özil (62e) et Santi Cazorla (85e). Pire, l’équipe dirigée par Hubert Fournier a perdu Clément Grenier. L’international français est sorti en première période (24e), manifestement sévèrement touché au niveau de la cuisse gauche. Dans l’autre rencontre de la journée, Villarreal a dominé Wolfsbourg (2-1).

 

Foot-FIFA : corruption pour les coupes du monde en Russie et au Qatar

Foot-FIFA : corruption pour les coupes du monde en Russie et au Qatar

 

Cette fois c’est l’attribution à la Russie et au Qatar qui est en cause avec des enquêtes de la Suisse (siège de la FIFA°). Des enquêtes qui pourraient bien démontrer le caractère mafieux de l’organisation du foot international par la FIFA. Sans doute aussi la nécessité de supprimer cet organisme bâtard et le remplacer par une  agence mondiale officielle.  Dimanche, la justice suisse a indiqué à l’AFP, par l’intermédiaire du porte-parole du procureur André Marty, que le « bureau du procureur général (MPC) a reçu en date d’aujourd’hui le signalement de 81 cas suspects à travers le Bureau de communication en matière de blanchiment d’argent (MROS). Tous les signalements sont liés à l’enquête du MPC sur l’attribution des Coupes du monde de football 2018 et 2022 », a indiqué à l’AFP  Le 17 juin, le procureur général de la Confédération, Michael Lauber, avait annoncé que les banques avaient signalé au bureau anti-blanchiment quelque 53 cas suspects dans cette affaire. Depuis, les enquêteurs reçoivent chaque jour ou presque de nouveaux cas suspects. Il n’a toutefois pas donné de détails sur les montants déjà bloqués par la justice dans cette affaire. La loi anti-blanchiment en vigueur en Suisse oblige les banques à signaler au MROS les comptes soupçonnés de servir à blanchir de l’argent. Ces cas sont ensuite examinés par le MROS, et transmis au Ministère public de la Confédération (MPC, procureur). C’est le 27 mai que le MPC a ouvert une procédure pénale contre inconnu pour soupçon de gestion déloyale et de blanchiment d’argent entourant les attributions des Coupes du monde de football 2018 et 2022. Dans ce cadre, il a saisi des données et des documents électroniques au siège principal de la Fifa à Zurich. En plus de l’enquête menée par la justice suisse, la justice américaine a inculpé 14 dirigeants et partenaires de la Fifa, dont sept ont été arrêtés le 27 mai à Zurich, dans une vaste affaire de corruption remontant jusqu’aux années 1990. Les autorités les suspectent d’avoir accepté des dessous de table de plusieurs dizaines de millions de dollars. La tempête a poussé le président de la Fifa Joseph Blatter à démissionner quatre jours après sa réélection. Mais il a prévu de rester en poste jusqu’à l’élection de son successeur, qui n’est pas prévue avant fin 2015.

 

Valls : 14 000 euros pour un match de foot : c’est cher

 

Valls : 14 000 euros pour un match de foot : c’est cher

Pas très brillante l’argumentation des soutiens de Valls pour justifier le voyage à Berlin afin de voir le match de foot Barcelone- Juventus de Turin. Il a même fallu que Hollande défende son Premier ministre. «Le Premier ministre avait une réunion avec l’UEFA», l’a défendu François Hollande, depuis le sommet du G7, qui se tient à Elmau en Allemagne. Face au tollé, le gouvernement avait déjà expliqué, dans le courant de la matinée, qu’à un an de l’Euro 2016 en France, les questions d’organisation, abordées en réunion avant le match, justifiaient ce déplacement.  En fait Platini sera à paris mercredi  et ce voyage de Valls ne se justifiait pas pour ce motif. Motif qui a changé d’ailleurs puisque Valls a d’abord expliqué sa «passion» pour le sport. «Qu’un Premier ministre s’intéresse au sport, que ce soit à Berlin ou à Paris, c’est la preuve d’une passion. Je pense que, dans la vie, quand on est un chef d’entreprise, un responsable public, un sportif, il faut avoir de la passion » ; Il a aussi expliqué à un autre moment qu’il avait besoin détente car le travail de Premier Ministre était très prenant.  «L’invitation a été faite par le président de l’UEFA, parce que l’an prochain le championnat d’Europe se déroulera en France», s’était borné à répondre plus tôt dans la journée Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement et ministre de l’Agriculture sur France Inter, refusant de faire «plus de commentaire que ça».  Michel Sapin, qui dès hier soir défendait Manuel Valls dans l’émission Tous Politiques sur France Inter avec Le Parisien, a invité à regarder du côté de la droite. « Nicolas Sarkozy qui se déplace pour aller de Paris au Havre, c’est son affaire, c’est payé par… euh… l’UMP, bafouille le ministre des Finances, parce que je n’arrive pas à trouver le nouveau nom de son parti. Là c’est le Premier ministre de la France qui va à Berlin à l’invitation de Michel Platini, pas la peine de polémiquer », s’est-il agacé sur RTL.  Pas de doute, pour François Bayrou, «les hommes politiques en fonction perdent parfois le sens de la réalité». Or, «ces facilités, ces privilèges que le pouvoir offre, il faut y résister avec beaucoup de force de caractère», selon le président du Modem. En faiat même si ce n’est pas le scandale du siècle Valls a faiat uen grosse erreur de communication, d’abord en se rendant à un match qui ne concernait pas le pays puis en s’embrouillant dans se explications. Valls le donneur de leçon de rigueur , c’est cette fois l’arroseur arrosé. Et 14 000 euros pour un match de foot, c’est quand même cher !

FIFA-Foot-fric : la France aussi concernée

FIFA-Foot-fric : la France aussi concernée

 

 

ça marche comme ça dans le foot : » je te tiens, tu me tiens par la barbichette ». Ce qui explique par exemple que le président de la fédération française ait voté pour Blatter. Car la France de manière indirecte a bénéficié de l’argent de la FIFA. Le secrétaire générale de la fédération irlandaise de football a déclaré ce jeudi que la Fifa avait versé à l’Irlande cinq millions de dollars pour la dissuader d’engager des poursuites après la qualification de la France pour le Mondial 2010 grâce à un but entaché d’une main de Thierry Henry.  A l’époque, elle avait fait couler beaucoup d’encre. Cinq ans et demi après, la « main » de Thierry Henry refait parler d’elle. Le secrétaire général de la fédération irlandaise de football, John Delaney, a déclaré ce jeudi que la Fifa avait versé à l’Irlande cinq millions de dollars pour la dissuader d’entamer des poursuites après la qualification litigieuse de l’équipe de France pour le Mondial 2010, aux dépends de l’Irlande.  John Delaney s’est exprimé ce jeudi à la radio irlandaise, sur la station RTE 1 : « Nous avions trouvé un accord. C’était jeudi et le lundi suivant tout était signé. C’était un paiement à notre Fédération pour que nous ne portions pas l’affaire devant la justice« . Ces déclarations de John Delaney interviennent deux jours seulement après la démission de Sepp Blatter de la présidence de la Fifa et alors que l’instance internationale du football est secouée par un scandale de corruption. Le 18 novembre 2009, lors du match retour des barrages de qualification pour la Coupe du monde en Afrique du Sud, la France est menée 1-0 et doit absolument égaliser pour se qualifier. A quelques minutes de la fin des prolongations, Thierry Henry contrôle le ballon de la main gauche, avant de le passer à William Gallas, l’auteur du but égalisateur, qui envoie les Bleus en Afrique du Sud. Au match aller, la France s’était imposée 1-0 en Irlande. 

1...34567...10



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol