Archive pour le Tag 'fonctionnement'

La FIFA « moralise » son fonctionnement

La FIFA « moralise » son fonctionnement

L a mafia de la FIFA propose de moraliser son fonctionnement. On se demande comment ceux  qui sont impliqués dans des affaires de corruption et-ou  de conflits d’intérêt peuvent avoir la moindre légitimité pour assainir un milieu complètement pourri par l’argent. Il est par ailleurs curieux que la FIFA propose un fonctionnement plus moral au moment même ou de hauts dirigeants viennent encore d’être arrêtés par la police suisse pour des malversations. La commission exécutive de la FIFA a approuvé jeudi à l’unanimité un ensemble de réformes visant à moraliser le fonctionnement de la Fédération internationale de football prise dans une série d’affaires de corruption. Parmi les propositions, la commission exécutive prévoit de limiter les mandats des hauts responsables, dont celui du président de l’instance mondiale, et d’imposer une séparation entre les fonctions politiques et les activités de gestion. Ces mesures seront présentées lors du congrès électif extraordinaire convoqué pour le mois de février qui doit désigner un nouveau président en remplacement de Sepp Blatter qui a décidé de quitter ses fonctions. »Ces réformes vont dans le sens d’une amélioration de la gouvernance de la FIFA, d’une plus grande transparence et de plus de responsabilité », a déclaré le président par intérim Issa Hayatou dans un communiqué. « Elles marquent une étape importante sur la voie d’un rétablissement de la crédibilité de la Fifa en tant qu’organisation sportive moderne, fiable et professionnelle », a-t-il ajouté. Les dirigeants de l’instance mondiale, y compris son président, ne pourront pas exercer plus de trois mandats de quatre années chacun et tout élu fera l’objet d’une enquête de moralité avant de pouvoir prendre ses fonctions. Les compétences politiques et les activités de gestion, qui sont actuellement concentrées aux mains de la commission exécutive, seront désormais dissociées.

Europe 55 000 fonctionnaires, 52 agences, 9 milliards pour le fonctionnement administratif

Europe 55 000 fonctionnaires,    52 agences, 9 milliards pour le fonctionnement administratif

Inutile de chercher très loin les facteurs explicatifs de la bureaucratie européenne avec 55 000 fonctionnaires il y a de quoi tuer toute initiative, toute compétitivité et toute démocratie. Des fonctionnaires par ailleurs complètement incompétents en matière économique puisque ce sont tous des anciens fonctionnaires des Etats membres. En France, au nom des économies budgétaires, l’exécutif veut mettre à la diète les 500 opérateurs de l’Etat dont le coût de fonctionnement n’a cessé d’augmenter ces dernières années. En Europe, le problème est à peu près le même. Il existe aujourd’hui 52 agences européennes indépendantes de l’administration communautaire classique. En 35 ans, « 32 agences ont été créées au cas par cas en fonction des besoins mais sans vision globale stratégique de leur rôle dans l’Union », note l’annexe consacrée aux relations financières avec l’Union européenne de la loi de finances pour 2014.  Il s’agit aussi bien de l’Agence européenne de la sécurité aérienne, que de l’Autorité bancaire européenne, du Bureau européen d’appui en matière d’asile, de l’Agence pour les droits fondamentaux de l’Union européenne, ou encore de l’Office communautaire des variétés végétales. Ces agences sont volontairement implantées dans tous les pays de l’Union, y compris les plus petits.  L’annexe budgétaire, rédigée par le gouvernement français, constate « qu’entre 2000 et 2013, la contribution du budget de l’UE aux agences a été multiplié par plus de huit et les effectifs de ces agences ont quadruplé. »  Ces 52 agences emploient actuellement 8.000 agents (sur un total de 55.000 fonctionnaires européens) et leur budget global dépasse 800 millions d’euros par an (pour près de 9 milliards pour le budget administratif de l’UE). La Commission européenne a proposé de porter le budget des agences à 980 millions à l’horizon 2020.  En 2009, le sénateur centriste Denis Badré dans une proposition de résolution, rappelait que « les moyens alloués aux agences augmentent très sensiblement mais l’usage de ces ressources toujours croissantes ne semble faire l’objet d’aucun contrôle véritable, comme l’a montré le rapport spécial que la Cour des comptes européenne a consacré en juillet 2008 à l’évaluation des agences, qui a mis en évidence les lacunes de celles-ci ».  Le sénateur pointait en particulier du doigt « l’enchevêtrement des compétences entre les services entre les services de la Commission, les administrations nationales, les agences européennes et les agences nationales ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol