Archive pour le Tag 'FO'

Page 2 sur 2

Manifestation CGT-FO contre l’accord pour l’emploi

Manifestation CGT-FO contre l’accord pour l’emploi

 

De toute évidence la ligne de clivage entre le syndicalisme réformisme et le syndicalisme radical s’accroit. « Il y a des divergences, mais il n’y a pas de guerre syndicale ». Laurent Berger, leader de la CFDT, a pourtant tenté de relativiser lundi les tensions entre son propre syndicat, la CGT, et Force ouvrière, dans une interview aux Echos. Pourtant, le ton est bien monté d’un cran la semaine dernière. Vendredi, le même Laurent Berger avait accusé la CGT de parfois avoir des « positions dogmatiques » dans ses négociations avec le patronat. « Positions dogmatiques » qui seraient directement responsable de la fermeture de l’usine Goodyear d’Amiens nord. Simple « divergence » ? Les propos ont en tout cas suscité une vive indignation du côté de la CGT. Et Jean-Claude Mailly, leader de FO, a également exprimé son désaccord.  La fracture entre les syndicats se cristallise notamment autour de l’accord sur la sécurisation de l’emploi, conclu à la mi-janvier. CFDT, CFTC et CFE-CGC ont accepté de signer avec le Medef, tandis que CGT et FO le rejettent en bloc. Bernard Thibault, leader de la CGT, a même annoncé dimanche que sa confédération préparait une action commune avec FO. « On nous verra sans doute dans la rue dans les semaines qui viennent, avec Force ouvrière », a-t-il ainsi avancé. L’accord, qui prévoit notamment la possibilité pour une entreprise de baisser les salaires pendant deux ans en cas de difficulté économiques ou encore une simplification des procédures de licenciement, est jugé trop favorable au patronat par les deux syndicats. « Désormais la CFDT apparaît comme l’organisation grâce à qui – ou à cause de qui – cet accord a été signé », décryptait vendredi Bernard Vivier, directeur de l’Institut supérieur du Travail. « Elle conforte sa position de pilote du réformisme en France », expliquait-il. En face, FO et CGT se trouvent au contraire dans un contexte qui les pousse à se radicaliser. Selon le spécialiste, le débat autour de l’accord permet ainsi à la CGT d’affirmer « une ligne très dure et de rester unie dans le cadre de la préparation de son Congrès » de mars. Congrès lors duquel Bernard Thibault va passer le témoin à Thierry Lepaon, après une longue crise de succession. D’un autre côté, FO est « tentée de concurrencer », aux élections professionnelles, une CGT « avec laquelle elle partage, notamment dans l’industrie, un public assez comparable », relève Dominique Andolfatto, chercheur en sciences politiques, spécialiste du syndicalisme. « Cela semble être la course à celui qui sera le plus radical pour gagner les élections », résume le chercheur.  FO et CGT ne font d’ailleurs pas front commun sur tout. Jean-Claude Mailly a en effet exprimé vendredi son accord avec Laurent Berger pour critiquer le comportement de la CGT à l’usine PSA d’Aulnay. « Je ne suis pas d’accord avec ce qu’y fait la CGT. Il y a des menaces, y compris sur les délégués FO. C’est un comportement qui n’est pas normal », a dénoncé le responsable de FO. Et c’est entre la CGT et la CFDT que les tensions semblent les plus vives. Dans son interview aux Echos de lundi, Laurent Berger se montre ainsi bien plus critique à l’égard de centrale de Bernard Thibault. « L’accord a mis en lumière les différences profondes d’approche du syndicalisme entre la CGT et la CFDT. La CGT dénonce mais ne s’engage pas et demande à l’Etat d’agir », tacle ainsi le leader de la CFDT. « Il n’y a pas de guerre syndicale, a-t-il toutefois nuancé. Sur les négociations en cours sur la qualité de vie au travail par exemple, nous menons un travail en intersyndicale avec les autres organisations. »

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

Le mauvais procès de FO à Chérèque (CFDT)

Le mauvais procès de FO à Chérèque

 

Un procès lamentable de Mailly (FO) à Chérèque, le responsable de FO qui n’a pas avalé l’accord sur les contrats de travail reproche à Chérèque d’avoir été nommé « monsieur Pauvreté » par le gouvernement ; Or cette fonction lui a été définie dans la cadre de ses attributions de fonctionnaire à l’inspection générale des affaires sociales où il est affecté. Un procès de mauvaise foi, de jalousie sans doute car Mailly n’aura guère laissé une image très constructive du syndicalisme. On ne saurait critiquer sa mission de fonctionnaire à Chérèque même si on peut être en désaccord avec son autre fonction de président de Terra Nova qui relève d’un choix personnel bénévole et qui n’engage pas la CFDT. Cela démontre à l’évidence les relations délétères entre les organisations syndicales françaises. Mailly s’était déjà illustré dans la polémique stérile en indiquant que le nouveau responsable de la CFDT, Berger, devrait s’adapter à la personnalité du patron de FO. La réponse de Berger avait été claire : «  je ne n’adapterai pas plus à lui que je ne demande qu’il s’adapte à moi »  Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, a  donc critiqué le choix de François Chérèque de devenir « monsieur pauvreté » du gouvernement, estimant que « cela ne donne pas une image d’indépendance syndicale ». « Quand on s’arrête, il faut savoir s’arrêter », a ajouté M. Mailly sur France Inter à propos de l’ancien secrétaire général de la CFDT. Depuis qu’il a quitté fin novembre la tête de la CFDT, François Chérèque, 56 ans, accumule les postes: il a rejoint l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), a pris la présidence de Terra Nova, centre de réflexion proche du PS et sera chargé du suivi du plan gouvernemental sur la pauvreté.

 

Mittal : FO et CGT quittent la négociation

Mittal : Fo et CGT quitte la négociation

La direction du groupe sidérurgique et minier ArcelorMittal a estimé jeudi dans un communiqué que le comité central d’entreprise (CCE), qui s’est tenu jeudi à Paris, s’est « déroulé dans un climat de dialogue constructif », mais a regretté le départ des syndicats FO et CGT de la réunion. « La direction d’ArcelorMittal Atlantique et Lorraine regrette le refus » de la CGT et de FO d’assister à la réunion et « espère que leurs représentants reviendront rapidement participer aux prochaines rencontres », selon la direction. « La rencontre s’est déroulée dans un climat de dialogue constructif avec les organisations syndicales présentes », juge cependant le groupe à l’issue de ce CCE extraordinaire, consacré à l’accord passé le 30 novembre entre le gouvernement et le géant de l’acier. Moins d’une heure après le début du CCE, la CGT et FO ont claqué la porte pour manifester leur refus « catégorique » de l’accord. Accusant la direction de mener une politique de « casse industrielle et sociale », la CGT, premier syndicat du groupe, a appelé « les salariés partout sur les sites en France à la mobilisation dans l’unité syndicale ». Le groupe souligne « la nécessité du dialogue social pour permettre aux représentants du personnel de bien comprendre l’importance de l’accord » et « appelle l’ensemble des parties prenantes à se concentrer sur les perspectives d’avenir ». Concernant le site de Basse-Indre, dont le personnel est en grève depuis lundi pour protester contre le transfert prévu d’une partie des activités vers Florange dans le cadre d’une réorganisation de ces activités « emballage » en France, la direction a confirmé qu’il n’y aurait pas de réduction d’effectif. « La direction a proposé aux organisations syndicales un calendrier de mise en oeuvre de ce plan pour l’année 2013″, précise-t-elle.

 

Conflits sociaux à prévoir, en cause les salaires

Conflits sociaux à prévoir, en cause les salaires

 

La politique salariale de l’Etat se dessine ; ainsi à la SNCF on propose 0.5% pour 2012 alors que l’inflation sera de l’ordre de 2%. La CFDT a lancé une prévis de grève, ailleurs la CGT, FO prépare des actions (préavis CGT aussi à Air France). En fait, c’est sans doute ce qui va aussi être proposé aux fonctionnaires et assimilés ainsi qu’aux retraités (pourtant dont les revenus doivent être indexés). Le compte n’y est pas. D’autant que la fiscalité va sérieusement entamer le pouvoir d’achat par ailleurs. On comprend évidemment que le gouvernement serre la vis sur le plan financier puisque l’endettement ne cesse de croître. Pour autant cette réduction du pouvoir d’achat va lourdement peser sur la consommation intérieure, moteur principal de la croissance (déjà 6% de consommation d’essence en moins, mois d’achat de fruits et de légumes, par contre hausse de la vente de pommes de terre !, recherche des produits « moins chers » partout). S’y ajoute la fiscalité locale qui flambe ;  et ce n’est pas fini compte tenu de l’état des finances locales. L’été a été chaud, les mois à venir également. Les syndicats, assez timides jusque là,  presque tous culturellement à gauche,  ne pourront longtemps cautionner cette politique d’austérité nuisible socialement mais surtout nuisible sur le pan économique car l’enjeu c’est la croissance et l’emploi.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol